Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un consulat et ses finances. Millau (1187-1461)

 | 
Florent Garnier

Première partie. Les cadres politiques et financiers

Conclusion de la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Point de passage entre la Méditerranée et le bassin Aquitain ou le Massif central, la ville de Millau se présente comme « une des plus notables villes et clefz » de la sénéchaussée du Rouergue. Les sources la qualifient encore dans les années 1350, de grossas comunas, de grans cossolatz ou bien de villa notabla. La convocation de Millau aux états généraux de 1468 est adressée à l’une des comunitatz e bonas vilas del Realme las plus aparens. Ces expressions traduisent l’importance du consulat parmi les villes du Rouergue et à un degré moindre en Languedoc. C’est à essayer de déterminer les éléments qui justifient l’emploi de ces mots que nous nous sommes attachés. L’autonomie du consulat, ses relations avec son pays et avec le roi en sont les principales raisons.

De la fin du xiie siècle au milieu du xive siècle, l’organisation et le fonctionnement de l’institution consulaire ont été perçus dans leurs grandes lignes malgré les lacunes des sources. Les dominations successives des maiso...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540