Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un consulat et ses finances. Millau (1187-1461)

 | 
Florent Garnier

Première partie. Les cadres politiques et financiers

Chapitre II. Une ville en Rouergue

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les Causses au sud du Massif central forment une région des plus singulières. Bordés à l’Est par les Cévennes, au Nord par la vallée du Lot, les quatre Causses majeurs (Méjean, Noir, de Sauveterre et du Larzac) s’ouvrent sur les plaines de l’Hérault et du Bas-Languedoc. À l’Ouest se trouvent les plateaux du Lévézou et des Ségalas puis les Causses du Quercy qui forment la bordure orientale du bassin d’Aquitaine. Le caractère heurté de ce paysage contraste avec les vallées. Millau, située dans la principale d’entre elles, au confluent du Tarn et de la Dourbie, fut très tôt un foyer de peuplement1.

À l’écart des grands centres économiques, isolée géographiquement, cette ville a su cultiver son autonomie et son indépendance. Après la mort de Raymond VII, en 1249 à Millau, elle passe sous la domination du comte de Poitiers puis le consulat intègre, en 1271, le domaine de la Couronne. La guerre et les « choix financiers » de la monarchie, pendant le règne de Philippe le Bel2, permettent d’...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540