Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Wilfrid Baumgartner

 | 
Olivier Feiertag

Troisième partie. Gouverner la banque de la France (janvier 1949-mai 1958)

Chapitre VIII. La Banque de France et l’État dans le « drame de la trésorerie » : le pouvoir politique du gouverneur (1952-1954)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cœur du « drame de la trésorerie »1 dépeint par Edgar Faure qui en fut entre 1952 et 1954 l’un des acteurs les plus en vue, la question des avances de la Banque de France à l’État a été le plus passionnément disputée. C’est qu’elles posaient depuis la fondation de l’Institut d’émission une série de problèmes aussi essentiels qu’épineux2. Elles motivaient l’accusation de nourrir l’inflation, « le péché monétaire de l’occident », et mettaient en cause l’indépendance même de l’Institut d’émission. Elles touchaient de la sorte à des valeurs aussi fondamentales que la foi dans la monnaie et le droit régalien de battre cette monnaie. La sanction parlementaire qu’elles nécessitaient aggravait encore leur solennité, mêlait surtout à une procédure au vrai assez ordinaire de trésorerie des considérations politiques où le jugement de l’opinion interférait. Surtout, les concours de la Banque à l’État plaçaient le gouvernement du moment en position de demandeur vis-à-vis d’une institution qui...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540