Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France (1938-1970)

 | 
Cédric Perrin

Troisième partie. 1956-1970 : la mise en place d'une nouvelle politique

Chapitre IX. Les politiques et leurs limites

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ne pas être dans le Plan constituait assurément un handicap pour les entreprises artisanales. Le Plan fixant les grandes lignes de la politique économique nationale, ne pas s’y trouver c’est être marginalisé. Ainsi, dans les premiers plans, les entreprises artisanales sont laissées pour compte alors que la grande entreprise devient la référence au point de constituer pour certains analystes le socle d’un nouveau modèle français1. De ce point de vue, l’entrée dans le Plan constitue une avancée. Les artisans acquièrent la certitude d’être désormais mieux écoutés et considérés. Ils ne sont plus une fois pour toutes la cinquième roue du carrosse. La création de la commission de l’artisanat symbolise la réintégration de l’artisanat dans la réflexion économique de l’État. Mais, peut-elle être plus qu’un symbole ? En effet, le Plan n’est pas tout à fait l’État. Il est, certes, une structure officielle rattachée au gouvernement mais il n’a pas de pouvoir de décision. C’est un lieu de rencon...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540