Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France (1938-1970)

 | 
Cédric Perrin

Troisième partie. 1956-1970 : la mise en place d'une nouvelle politique

Chapitre VIII. Les artisans dans le Plan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Vers 1956, la politique française est marquée à la fois par l’entrée des poujadistes à l’Assemblée nationale et par l’avancement de la construction européenne, concrétisé par la signature du traité de Rome en 1957. Elle paraît ainsi située à une charnière, avec d’un côté un mouvement de colère d’agents économiques menacés par les transformations économiques, et de l’autre le souhait d’aller plus avant dans ces transformations ; l’un symbolise le passé et l’autre l’avenir de l’économie française. C’est ce moment que choisit l’État pour créer une commission de l’artisanat dans le Plan. Le fait-il pour enterrer en douceur ce mouvement passéiste ou pour arrimer l’artisanat à l’avenir ? Jusqu’alors les relations entre artisans et Plan ont, pour le moins, été distendues. À son annonce, le Plan est plutôt mal accueilli par, au moins, une partie de l’artisanat qui n’en comprend pas l’utilité, ni la finalité. Par exemple, l’édition bâtiment de la Vie des métiers s’élève contre les projets du...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540