Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunes, culture de la rue et violence urbaine en Afrique / Youth, Street Culture and Urban Violence in Africa

 | 
Georges Hérault
, 
Pius Adesanmi

Lagos. Résumé

Jinmi Adisa

Texte intégral

Introduction

1Pour des raisons économiques et démographiques, la pauvreté s’est de plus en plus concentrée dans l’habitat urbain pendant les années 80 et 90 (Wratten, 1995). La proportion de la population mondiale qui habite en milieu urbain dépassera celle du milieu rural dans les deux décennies à venir (Piel, 1997). Depuis 1960, les pays africains connaissent un exode du milieu rural vers les grands centres urbains surpeuplant les villes et privant la campagne de la main-d’œuvre nécessaire à la production agricole. La pauvreté urbaine en Afrique a augmenté dans des proportions alarmantes depuis l’application du programme d’ajustement structurel de la Banque Mondiale et du FMI dans les années 80. En effet, les données sur l’Afrique montrent qu’il y a eu un véritable déclin des salaires en milieu urbain de même que des dépenses publiques affectées aux services sociaux et aux infrastructures depuis les années 70, ce qui a accru la paupérisation des indigents.

2La pauvreté est fondamentalement un concept subjectif et il y a une grande diversité dans l’étendue et la profondeur de la pauvreté urbaine ; mais pourquoi les pauvres des villes sont-ils pauvres ? Les perceptions de la nature de la pauvreté et des troubles du comportement qui y sont associés varient entre deux extrêmes : la thèse de la sous-culture déviante qui attribue la pauvreté à des échecs personnels (Lewis, 1961, 1965, 1966) et la thèse de la marginalisation qui met l’accent sur les obstacles structurels qui excluent les pauvres des institutions économiques, politiques et sociales formelles (Valentine, 1968 ; Perlman, 1976).

3Il n’y a pas de réponse unique au problème de la pauvreté urbaine en Afrique. Pourtant, les types d’interaction sociale observés dans la rue indiquent que les symptômes physiques de la condition sociale qu’on nomme pauvreté ne peuvent pas être traités en dehors des sytèmes structurels qui l’engendrent. La variété des comportements est en général influencée par divers paramètres de l’environnement social. Pour les petits salariés, il peut paraître rationnel de vivre dans des taudis proches des zones d’activité économique mais cela peut aussi provoquer des vulnérabilités capables de transformer l’itinérant rural en déviant social.

4L’urbanisation et la criminalité semblent aller de concert et la rue est aussi la scène sur laquelle différents acteurs luttent pour leur identité. Les jeunes des villes sont particulièrement sensibles aux influences négatives de la rue et cela a de graves implications sur leur identité. Dans un environnement urbain, la personnalité des jeunes est facilement bouleversée par le manque d’enracinement associé au relâchement des liens communautaires et à la désorganisation sociale qui résultent de la migration, des mutations socio-économiques rapides et de l’effondrement des valeurs et des normes de la famille traditionnelle.

Méthodologie

5Cette étude est fondée sur un ensemble d’observations, d’interviews, de débats ciblés et d’enquêtes. Neuf hommes et sept femmes, choisis pour leur connaissance de la culture de la rue, ont été interviewés. Six débats ciblés ont été réalisés et six participants ont pris part à chaque débat. Deux groupes étaient composés uniquement d’hommes, deux autres ne comprenaient que des femmes et les deux derniers étaient mixtes. Débats et interviews ont permis d’obtenir des informations sur les antécédents et les dynamiques de la culture de la rue et le lien inhérent qu’il. y a entre les jeunes et la violence urbaine. Les recommandations méthodologiques de l’UNESCO (1995) ont été utilisées pour l’enquête auprès des enfants de la rue. L’enquête a eu lieu en novembre et décembre 1996 dans onze quartiers stratégiques de Lagos et les 992 jeunes interrogés ont été sélectionnés au hasard afin d’éviter toute distorsion des résultats. Un classement a été opéré selon l’âge, le sexe, la religion et l’occupation.

Anatomie de la rue à Lagos

6La ville de Lagos a une anatomie sociale et culturelle spécifique. Elle offre le spectacle des réalités cruelles de la vie urbaine et des moyens que les jeunes mettent en œuvre pour tenter de s’y adapter. Elle donne à voir des individus et des communautés sociales dans une lutte quotidienne et implacable pour leur survie. Le Lagosien est fier de cet héritage équivoque. Il s’appelle lui-même omo Eko et tourne en ridicule ceux qui sont originaires de l’intérieur en les appelant ara oke (les broussards) qui ne sont pas encore initiés aux arcanes de la vie de Lagos. Il faut être astucieux pour vivre à Lagos. Les résidents accoutumés à la ville passent ce message au nouvel arrivant en trois mots – Eko o gbagbere. Pour survivre à Lagos, il faut avoir ‘le sens de la rue’. On doit apprendre à ne pas surestimer ses scrupules. On ne compte sur personne. On vit au rythme de ‘chacun pour soi’.

7L’importance de Lagos a été rehaussée par son double statut de capitale de l’Etat de Lagos et du Nigeria. Même quand la capitale fédérale a été transférée à Abuja en 1991, l’essor de Lagos a continué et la ville a conservé sa position économique et sociale dominante. En réalité, tous les indices démographiques mettent en évidence qu’avec un taux de croissance annuelle de 10 %, la population de Lagos pourrait atteindre les 12 millions en l’an 2000 (Aina et Salau, 1992). Bien que le recensement de 1991 ait estimé sa population à plus de 5 millions, ce qui a considérablement réduit cette prévision, la tendance est malgré tout confirmée (Makinwa-Adebusoye, 1984 : 112) que ‘Lagos reste en tête de l’explosion urbaine au Nigeria’.

8Cette explosion fournit un cadre unique pour l’émergence d’un espace urbain dans lequel les craintes et les fantasmes associés à ses rues grouillantes sont élaborés à partir d’expériences aussi bien réelles qu’imaginaires. L’ambiance de Lagos est celle d’un milieu bruyant et surpeuplé. Des hordes de jeunes désœuvrés, d’adolescents colporteurs, de fumeurs de marijuana, de souteneurs, de prostituées, de pickpockets et de voleurs opèrent aux côtés des rabatteurs, des mendiants, des trafiquants de devises, des drogués et des revendeurs de drogues pour créer une sous-culture du vice et du crime. Il en résulte un environnement à risques sociaux élevés qui engendre la violence et ses corrélats.

Les gens de la rue

9Fondamentalement, il y a deux catégories de gens qui gagnent leur vie dans la rue, le petit commerçant honnête et le malhonnête invétéré, avec tout l’éventail intermédiaire : les mendiants (aux infirmités réelles ou inventées), les commerçants détaillants, les vendeurs ambulants de toutes sortes de marchandises, les vendeurs de nourriture, les porteurs, les rabatteurs, les loubards (area boys), les chauffeurs de taxi, les prostituées, les trafiquants de devises, etc.

10Il n’est pas rare de nos jours de trouver des familles entières dans la rue. Leur nombre a augmenté considérablement en raison de la dévaluation dramatique du Naira en 1985/1986 et de sa dépréciation continue depuis sans aucune augmentation correspondante des revenus. Par conséquent, beaucoup de parents ont été obligés d’envoyer leurs enfants dans la rue afin de colporter quelque chose pour arrondir les revenus familiaux : les rues de Lagos sont désormais pleines de gosses plus ou moins laissés à eux-mêmes. De tels enfants sont exposés aux tentations de la rue, et les rues de Lagos sont de véritables foyers d’apprentissage de la criminalité.

Le travail des enfants

11Le phénomène des ‘familles dans la rue’ illustre parfaitement la distinction essentielle qui émergea dans la littérature vers la fin des années 80 entre meninos (nas) na rua ou les enfants-travailleurs qui opèrent dans la rue et meninos (nas) na rua, les enfants de la rue. Le premier groupe relève du réservoir national de main-d’œuvre mais comprend aussi des enfants engagés dans des activités illégales. Certains travaillent dans la rue dans des affaires de famille. D’autres y suivent leurs penchants naturels. Le plus grand nombre, si ce n’est la totalité, garde un certain degré de liens familiaux. La seconde catégorie comprend les enfants qui vivent dans la rue et qui ont rompu tout lien avec leur famille. La majorité des enfants de Lagos font partie de la première catégorie. Ils sont initiés à la culture de la rue dès leur plus jeune âge, 6 à 8 ans, et la plupart d’entre eux fréquentent la rue jusqu’à ce qu’ils soient entraînés dans le crime ou qu’à l’inverse ils cherchent une garantie d’emploi, un revenu mensuel régulier et un devenir social dans la respectabilité.

Les enfants de la rue

12‘Les enfants de la rue’ sont donc ceux qui ont quitté la maison et qui vivent quasiment dans la rue. En 1991, un hebdommadaire populaire, Newswatch, a prétendu que les enfants de la rue ‘étaient au nombre de 1 000 ou un peu plus’ à Lagos. L’enquête menée à l’initiative de l’UNESCO en 1995 estime que leur nombre total est d’environ 10 000. Notre enquête indique que la majorité d’entre eux ont entre 11 et 19 ans. La plupart sont à la rue depuis un an ou deux seulement. Ces chiffres montrent que le nombre des enfants qui migrent à Lagos augmente et que la population de la rue s’est accrue de manière dramatique durant les deux dernières années sans aucun signe d’inversion de cette tendance.

13Les enfants convergent vers tous les endroits où il y a des débouchés : gares routières, marchés et, à un degré moindre, vers les tas d’ordures qu’ils fouillent. Ils s’installent là où ils peuvent trouver un semblant de protection contre les intempéries et les intrusions des forces de l’ordre, par exemple sous les nombreux ponts et échangeurs qui enchevêtrent la métropole.

14La majorité des enfants travaillent comme porteurs dans les marchés, rabatteurs des transports et pilleurs de poubelles. Certains travaillent comme colporteurs dans la rue et d’autres proposent divers services : plongeurs, vendeurs d’eau, laveurs de vêtements ou aides dans les cinémas. Quelques uns ont admis qu’ils mendiaient. En général, ils sont sales et débraillés et vivent dans des endroits malsains, ce qui les rend vulnérables aux infections, aux maladies et à divers abus. Les enfants n’aiment pas ce mode de vie mais pensent qu’ils n’ont aucun choix quant à leur sort. En réalité, environ 65.5 % parmi eux aimeraient retourner à la maison.

15Le sentiment général de la population envers ces enfants est fait de peur et de culpabilité. Plus grave encore est la tendance du gouvernement nigérian à considérer tout simplement ces marginaux comme une tache qui dépare le paysage. Adoptant une attitude d’amnésie sélective, il ignore superbement l’existence des enfants de la rue jusqu’à ce qu’un problème particulier le contraigne à admettre qu’il existe ‘une culture sous les ponts’. Il prend alors des mesures d’urgence dictées par des considérations de prophylaxie sociale. De telles méthodes ne fournissent évidemment que des solutions éphémères.

16Il est donc clair que les autorités refusent de reconnaître le phénomène pour ce qu’il est et de lui faire face en conséquence. Au lieu de le considérer comme une pathologie d’ordre sociologique grave, elles le réduisent à un problème de sécurité routière : le traitement qui lui est réservé s’inscrit dans une approche des problèmes sociaux qui privilégie l’ordre public et aboutit à l’expulsion des marginaux de la rue par la force et l’intimidation. Dans d’autres cas, ils sont traités comme des criminels et tenus responsables de tout méfait se produisant à proximité des lieux qu’ils hantent.

Les area boys (loubards)

17C’est la vicissitude la plus récente et la plus sordide de la vie dans la rue. Le terme de area boy est la contribution de Lagos au lexique contemporain de la violence urbaine. Le phénomène représente une phase dangeureuse de la dégénérescence des jeunes qui jouaient au préalable un rôle positif dans leurs communautés et sont devenus des scélérats et des truands semant la terreur dans les rues de Lagos. En effet, Wuyi Omitoogun a montré que ‘area boy’ était une altération de ‘omo area’ – enfant des lieux, ce qui était une marque de distinction et de valeur (Omitoogun, 1996).

18Le label ‘omo area’ se ramifiait en fonction des noms des différentes rues de provenance. Mais pour avoir droit à cette étiquette supplémentaire, il fallait d’abord être omo Eko, c’est-à-dire garçon de Lagos. Les garçons étaient en effet souvent appelés d’après les noms de leur rue et cette identification était renforcée par des compétitions sportives et des carnavals culturels. Ces événements resserraient les liens d’un héritage commun qui différenciaient ‘omo Eko’ de ses pairs venus de l’intérieur du pays.

19Les ‘omo areas’ se distingaient par un mode de vie particulier. Ils organisaient des soirées prodigieuses, s’habillaient avec élégance et vivaient dans l’extravagance. Les difficultés commencèrent lorsque le régime Babangida appliqua les séries de mesures d’ajustement structurel du FMI et de la Banque Mondiale qui ont plongé le pays entier dans un marasme socio-économique sans précédent, provoquant du coup la métamorphose des ‘omo area’ en’area boys’. Pour beaucoup parmi ceux de la deuxième génération des ‘omo Eko’ qui avaient connu des jours meilleurs, ce fut une incitation à la violence. Certains se lancèrent dans le trafic des stupéfiants. D’autres devinrent ces arnaqueurs dits ‘419’ qui ont donné à Lagos la réputation que l’on sait. Un autre groupe se spécialisa dans le racket, dans la contrefaçon de passeports et de visas, etc. Les plus frustes des ‘Omo Eko’ se muèrent dérechef en voleurs à main armée. Dans tous les cas, les ‘area boys’ devinrent les véritables apôtres de la violence dans les rues de Lagos.

Les area boys, le trafic de drogue et la violence organisée

20Ainsi conditionnés, les area boys deviennent les fantassins du trafic de drogue. Les dealers les emploient comme revendeurs au niveau local pour la vente au détail. De même, des hommes d’affaires libanais les engagent comme gardes du corps ou comme agents intimidateurs alors que des propriétaires de night-clubs, de restaurants ou de bordels les engagent comme videurs. Ils sont aussi recrutés par des propriétaires peu scrupuleux pour évincer des locaux qu’ils occupent les locataires – résidents ou commerçants – dont ils souhaitent se débarrasser. Les area boys sèment la confusion, provoquent des affrontements, battent les commerçants, poignardent des gens et volent leurs biens. Les politiciens les emploient aussi pour débander les meetings de leurs rivaux. Certains area boys qui ont été interviewés lors d’une étude précédente début 1996 pensent que le retour imminent des partis politiques réactivera ce genre d’activités.

L’invasion des rabatteurs

21Les rabatteurs sont une des plaies récurrentes de Lagos. Ils sont fermement établis dans pratiquement tous les secteurs de la vie sociale et économique, depuis l’obtention de visas pour les voyageurs jusqu’à l’obtention de leur liberté sous caution pour les prisonniers. Parmi eux, les ‘agberos’ (les rabatteurs des gares routières) méritent une attention particulière.

22Les ‘agberos’ invitent les voyageurs éventuels à monter dans les véhicules. Ils prennent de force leurs bagages et les dirigent vers les véhicules même sous les protestations de leurs victimes. Ils opèrent comme une mafia et sont adeptes de la manière forte. Leurs leaders sont appelés les seigneurs des gares routières et c’est en effet une activité rentable. Les seigneurs-rabatteurs peuvent faire une recette brute quotidienne de 60 000 Naira et en empocher la moitié. Les maîtres-rabatteurs sont en majorité des chauffeurs à la retraite. Au dessous d’eux, il y a leurs assistants qui sont des jeunes dont l’âge varie de 17 à 28 ans. Ils constituent un mélange curieux de chauffeurs sans emploi, de vagabonds, de sans-abris et de chômeurs. On compte aussi parmi eux ceux qui ont déserté le foyer familial et les indigents. Ce sont quasiment tous des hommes.

23Les ‘agberos’ ont leur homologues ailleurs – dans les bureaux de retrait de passeports, dans les services délivrant les permis et autres pièces officielles pour les véhicules, aux aéroports, aux frontières, aux ports et même à l’ombre des tribunaux. Néanmoins, la situation dans les aéroports est la pire. Les rabatteurs y trafiquent dans la vente de billets et la délivrance de cartes d’embarquement, leurs clients étant des passagers qui veulent se dispenser de ces formalités. L’activité y est syndicalisée et chaque rabatteur a sa compagnie aérienne attitrée car ils sont souvent de mèche avec leurs employés.

24Les rabatteurs qui opèrent dans les ports sont appelés les rats de quai. Leurs activités ont des conséquences désastreuses sur la bonne marche économique du pays et n’encouragent pas les investissements. Ce qui est plus embarrassant est le fait que ces rats de quai opèrent en toute quiétude au milieu de la multitude des agents de sécurité qui sont censés surveiller les ports : la police, la Marine, les services de renseignements, ceux de l’immigration et de la douane.

Les mendiants

25La détérioration de la situation économique du pays, particulièrement dans les dix dernières années, a permis l’apparition de nouvelles facettes du génie créateur des Nigérians. Cela est manifeste dans les activités des mendiants. Les mendiants traditionnels ont vu leurs rangs s’augmenter avec l’avènement d’un groupe nouveau, celui des mendiants-charlatans qui feignent d’être handicapés et content leurs infortunes afin d’attirer l’attention des gens compatissants. Il y a aussi un autre groupe de mendiants appelés ‘alaiye’. Ils constituent un autre genre d’area boys qui demandent de l’argent pour surveiller ou laver les voitures, que l’on ait besoin de leurs services ou non. Quoi que les mendiants soient normalement des indépendants, certains individus dénués de scrupules emploient des réfugiés et des handicapés de toute sorte pour mendier à leur compte. En récompense, ces mendiants sont nourris et hébergés : la mendicité en vient à être considérée comme une activité rentable.

La prostitution

26Quoi que les deux sexes puissent s’engager dans la prostitution, les femmes sont largement majoritaires dans ce secteur de services. A Lagos, les prostituées sont répertoriées en plusieurs catégories : il y a les ‘scarlet mamas’, professionnelles établies, ‘les belles de nuit’, racoleuses à la passe, pour ne citer que celles-là. Mais le programme d’ajustement structurel a aussi transformé quelques femmes au foyer et des étudiantes ep ‘mamas correct’ qui arrondissent leurs fins de mois en vendant leurs faveurs sexuelles. L’incidence de tout ce secteur d’activité sur les maladies sexuellement transmises et en particulier le sida n’est plus à démontrer. Le contrôle de l’évolution du sida par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS 1993) a révélé que les Etats de Lagos, Enugu, Plateau, Borno, Benue et Kaduna ont, dans cet ordre, le plus grand taux d’infection par le virus du sida et de cas de sida déclaré.

Violence politique et insécurité : attentats et assassinats

27Les crimes violents ont atteint une proportion alarmante ces dernières années à Lagos. Les habitants de la ville vivent en permanence sous la menace des maraudeurs nocturnes, des voleurs à main armée, des racketteurs, des trafiquants et revendeurs de drogue, des arnaqueurs, sans parler des émeutes liées aux revendications démocratiques. Ce qui est unique dans la situation actuelle est l’escalade exacerbée de la violence urbaine et l’atmosphère d’insécurité qui est accentuée par une floraison d’attentats à la bombe et d’assassinats politiques.

28Le gouvernement a réagi contre cette vague d’attentats en augmentant le nombre des patrouilles de militaires et de policiers armés dans les rues. Malheureusement, les agents de l’ordre ainsi déployés à travers la ville sont eux-mêmes compromis par leurs activités douteuses, leur corruption, leur indiscipline et le bas niveau de leur intégrité morale. Par exemple, nombreux parmi eux sont ceux qui rançonnent les chauffeurs qu’ils arrêtent (lorsque ceux-ci ne prennent pas les devants). Ce qui ne cesse d’intriguer à Lagos est la sophistication des armes et la logistique opérationnelle employées par les voleurs : elles portent à croire à une collaboration organisée entre truands et agents de l’ordre puisque seuls ces derniers ont accès aux armes et aux munitions les plus perfectionnées. En outre, la mentalité du ‘péage’ qui sature le système de maintien de l’ordre est d’un coût si élévé pour les transporteurs que ceux-ci répercutent à leur tour le coût de ces ‘prélèvements’ sur les usagers.

La manière forte et les ‘coups de balai’

29La réaction du Gouvernement Fédéral face à tous ces problèmes n’est qu’une réplique de celle du gouvernement de l’Etat de Lagos confronté aux aléas de la culture de la rue : sa réponse la plus récente n’est autre que l’opération coup de balai. L’opération fut lancée le 15 mai 1996 afin d’endiguer la vague de vols, de meurtres et de cambriolages. Son exécution fut confiée à la brigade spéciale de l’hygiène de l’environnement et des délits spéciaux de l’Etat de Lagos, composée de militaires et de policiers. Lorque l’administrateur militaire actuel de l’Etat, le Colonel Buba Marwa, entra en fonction le 24 août 1996, il prit lui-même la direction de l’opération et réorganisa la brigade dont il porta les effectifs à 4 000 hommes par l’adjonction d’un nombre accru de militaires.

30Au début, le coup de balai de Marwa fut acclamé comme un miracle. Mais les propensions à l’extorsion dont fait preuve la brigade semblent augmenter quotidiennement. Les citoyens sont soumis au harcèlement, aux représailles et à l’instauration d’une culture de la peur qui font que les personnes respectueuses de la loi aussi bien que les scélérats s’enfuient dès que des éléments de la brigade se profilent à l’horizon.

Conclusion

31La pauvreté dans les centres urbains de l’Afrique a augmenté d’une manière dramatique avec l’application des programmes d’ajustement structurel dans la décennie 80 dont les répercussions sont innombrables. Les familles ne peuvent plus subvenir aux besoins matériels de leurs membres. Les enfants ont toujours aidé leurs parents que ce soit aux champs ou en ville, mais les mesures économiques draconiennes ont poussé beaucoup d’adolescents à la rue faute de pouvoir poursuivre leurs études. Une fois dans la rue, ces jeunes ont été soumis aux multiples processus néfastes de socialisation qui éventuellement les conduisent à intégrer la pègre.

32La manière dont le gouvernement procède devant ce genre de situation est d’instaurer un détachement spécial censé résoudre tout problème. Le terme même d’opération coup de balai est foncièrement inadéquat. Assurément, les marginaux qu’on balaie des rues de Lagos sont la lie de la société, mais la majorité d’entre eux n’est pas à la rue par choix. Balayer, dans ce contexte, les assimile un peu trop à des ordures alors que, en tant qu’individus, ils ont les mêmes droits à la ville que tout un chacun.

33La réaction des autorités par des opérations de maintien de l’ordre mène à une militarisation de l’espace et le procédé néglige les causes fondamentales de la culture de rue : l’extrême pauvreté et le désespoir qu’une économie en récession engendre dans la population des vulnérables, des jeunes, des désorientés et des démunis de la mégapole.

34Bien sûr, l’opération coup de balai n’est tout de même pas sans mérites puisqu’elle a permis la réduction statistique des vols à main armée à Lagos. Mais plusieurs bandes ont transféré leur bases opérationnelles dans les Etats limitrophes d’Oyo et d’Ogun. Ces deux Etats ont réagi en lançant leur propre version de l’opération : opération Gbale dans l’Etat d’Oyo et opération Wedge dans celui d’Ogun. Il n’en demeure pas moins que des méthodes un peu plus élaborées et davantage ciblées sur le traitement spécifique des diverses catégories de marginaux qui envahissent les rues restent à mettre en œuvre. Il est en effet peu approprié de prescrire la même prophylaxie aux voleurs et aux enfants de la rue ou aux mendiants.

35Ajouter la ‘carotte’ au ‘bâton’, c’est-à-dire combiner prévention et dissuasion, paraîtrait plus approprié pour faire face aux causes premières de la déviance. Des solutions graduées associant des initiatives communautaires à celles des ONG et des autorités à tous les niveaux et en coordination étroite paraissent indispensables. Un effort considérable est à entreprendre par le financement de programmes de réhabilitation et de réintégration des laissés-pour-compte pour leur propre bénéfice comme pour celui de la société. Les mesures les plus appropriées pour qu’une nation se donne les moyens de lutter contre les vices de la rue seront celles qui miseront sur l’avenir de ses citoyens.

Auteur

Department of Political Science University of Ibadan

© Institut français de recherche en Afrique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable