Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État, rente et prédation

 | 
Mohamad Salhab
, 
Jérôme Maucourant

Partie II. Rente, développement, prédation

Syrie : d’un régime de prédation institutionnalisée à une économie de guerre

Akram Kachee

Résumé

Les nombreuses analyses de la situation syrienne actuelle s’attachent à décrire les enjeux politiques, militaires, stratégiques, géopolitiques, sociaux et humanitaires des événements auxquels nous assistons depuis mars 2011. Néanmoins, la prise en compte des facteurs et des aspects économiques est moins fréquemment évoquée. Nous souhaitons montrer ici que l’analyse des facteurs économiques est un moyen d’étudier les racines du conflit actuel. Il est également important de réaffirmer qu’un conflit tel que celui auquel on assiste en Syrie ne peut se concevoir sans un examen des causes endogènes à l’irruption de la violence. Le mouvement de contestation ayant laissé place à une situation de guerre civile, c’est aujourd’hui à une configuration d’économie de guerre que nous avons affaire en Syrie. Il ne faut cependant pas négliger l’ancrage des acteurs du conflit dans les économies locales.

Many analyzes of the current situation in Syria focus on describing the political, military, strategic, geopolitical, social and humanitarian issues at stake since March 2011, most of the time without taking into consideration economic factors. In this article, we suggest that these economic factors’ analysis is in fact a relevant way to address the root causes of the current conflict. We also reaffirm that a war such as the one we are witnessing in Syria cannot be understood without an examination of the grounds for the outbreak of violence. The protest movement has given way to a civil war, which, in turn, has lead to the establishment of a war economy. However, it obviously remains important not to neglect the fact that the protagonists of the conflict are rooted in local economies.

Entrées d'index

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nahas 2015, p. 73‑88.

1Les analyses nombreuses de la situation syrienne actuelle s’attachent à décrire les enjeux politiques, militaires, stratégiques, géopolitiques, sociaux et humanitaires des événements auxquels nous assistons depuis mars 2011. Néanmoins, la prise en compte des facteurs et des aspects économiques est moins fréquemment évoquée. À la suite de Charbel Nahas 1, il nous semble important de réfléchir à l’économie de guerre qui se structure sous nos yeux en Syrie depuis 4 ans, non comme un élément annexe, un corollaire ou une conséquence fâcheuse, mais comme un paradigme d’analyse à part entière, tant les enjeux financiers et économiques constituent bien, comme le dit l’expression, « le nerf de la guerre ».

2Mais plus encore, nous souhaitons ici montrer que les facteurs économiques sont la voie par laquelle le conflit actuel trouve ses racines dans la situation antérieure. En effet, si les « printemps arabes » ont joué le rôle de détonateur en Syrie, les interférences et enjeux régionaux et internationaux sont devenus nombreux dans le dossier syrien. Il nous paraît cependant important de réaffirmer ici qu’un conflit tel que celui auquel on assiste en Syrie ne peut se concevoir sans un examen des causes endogènes à l’irruption de violence.

3La situation économique préexistant au conflit et son impact sur la société syrienne permettent une nouvelle lecture de l’actualité.

  • 2 Donati 2009, p. 231. Cette expression est une traduction de ce que les Syriens appellent « ras mal (...)

4Bachar al‑Assad a conduit des réformes économiques dès son arrivée au pouvoir en 2001 en s’inspirant des modèles chinois et tunisien, alliant ouverture économique et conservation des structures politiques. L’interprétation faite par ce régime autoritaire des recommandations du FMI a abouti à une forme déviante du libéralisme économique. Ce prétendu libéralisme a finalement conduit, à travers l’appropriation de l’économie par quelques-uns, à ce que Caroline Donati a nommé le « capitalisme des copains » 2.

5Afin d’établir un lien entre les événements actuels et ces dernières décennies, nous sommes brièvement revenus sur la « fabrication » de la décision économique ainsi que l’articulation des différents pôles du pouvoir sous la présidence de Hafez al‑Assad. Nous nous sommes ensuite concentrés sur la période 2000‑2007 au cours de laquelle Bachar al‑Assad a développé ce qu’il a nommé « la réforme dans la continuité ». Au cours de la période 2007‑2011, la politique libérale initiée dès l’accession au pouvoir de Bachar al‑Assad s’intensifie. Ces politiques conduisent à une dégradation des relations entre le pouvoir et la société syrienne. Nous nous sommes donc penchés de manière plus précise sur certaines zones qui, ayant particulièrement souffert des politiques économiques mises en œuvre, se sont tournées vers la lutte armée dès les premiers soubresauts de l’année 2011. Nous avons enfin tenté d’expliquer comment l’économie de guerre actuellement en vigueur s’appuie sur des structures et des réseaux préexistants.

1. Les points clés de la période Hafez al‑Assad (1971‑2000)

6Si l’on se penche brièvement sur quelques points clés de la période Hafez el‑Assad, les réformes appelées « infitaḥ », intervenues dans les années 1970 et 1980, ont été dictées, selon Volker Perthes (2007), par les circonstances. Elles se distinguaient par leur caractère graduel et leur très faible impact sur le fonctionnement structurel de l’appareil d’État. De plus, la Syrie n’a jamais permis à des organisations internationales, de type FMI par exemple, d’intervenir dans sa politique économique.

7Durant cette période, la prise de décision économique implique de nombreux acteurs : le Président, les ministres, les comités gouvernementaux, les comités mixtes, le parti Baath ainsi que certains corps intermédiaires. La loi d’investissement n°10 de 1991 en est un parfait exemple. Un second exemple illustre cette chaîne décisionnelle. Le ministre de l’économie propose en 1987 l’ouverture d’une bourse en collaboration avec un comité mixte comprenant, pour la première fois, des représentants de la Chambre de commerce de Damas. Malgré l’accord du ministre de l’économie, le projet est retardé et l’ouverture de banques privées est ajournée car l’État refuse ce qui constitue, aux yeux du Président, une perte de contrôle. Cette bourse est finalement ouverte contre toute attente par Bachar al‑Assad en 2008, en pleine crise des subprimes.

8Pour s’assurer le plein contrôle du pouvoir, Hafez el‑Assad a bâti un régime de prédation et de clientélisme. Il construit un pouvoir centralisé mais qui repose sur divers pôles décisionnaires. Ces pôles doivent trouver leur espace et leurs limites pour conserver leur parcelle de pouvoir au sein d’un jeu d’équilibres subtils incarnés et contrôlés par Hafez al‑Assad lui‑même. Son rôle est de faire circuler le pouvoir par le jeu des nominations en empêchant les différents acteurs de prendre trop de place et de liberté. La colonne vertébrale de ce pouvoir est une combinaison de cooptation et d’imbrication des loyautés. Ce système est aussi basé sur la rente et l’autonomisation de l’État par rapport à la société.

9La crise du régime de 1984 illustre le rôle prédominant du Président. Dans un contexte de luttes de pouvoir entre Rifaat al‑Assad et d’autres cadres de l’armée, Hafez al‑Assad a prouvé sa capacité à retirer le pouvoir à des personnes puissantes comme Naji al‑Ali, chef d’état-major de l’armée de l’air, ou Muhammad al‑Khaouli, chef des Renseignements généraux. À la fin des années 1980 et suite à cette période de luttes, il s’est également séparé de ses deux frères Rifaat et Jamil. En 1993, il prend également la décision d’autoriser l’importation de tabac mettant fin à un revenu complémentaire pour les officiers stationnés au Liban qui avaient pour habitude de revendre illégalement des cigarettes étrangères lors de leurs permissions en Syrie. Il réaffirme à cette occasion son autorité en mettant fin à un trafic qui n’était plus assez discret et qui faisait perdre d’importantes sommes d’argent à l’État.

2. L’arrivée au pouvoir de Bachar al‑Assad (2000‑2007)

10En 2000, un changement constitutionnel permet à Bachar al‑Assad d’accéder au pouvoir. Il hérite du système laissé par son père et caractérisé par la corruption et le chômage. La période 2000‑2011 peut être divisée en deux phases. La première, qui s’étend de 2000 à 2007, voit l’application des grandes lignes de la doctrine politique et économique annoncées par Bachar al‑Assad lui‑même lors de son discours d’investiture. Conceptualisant une « réforme dans la continuité », il part du principe qu’on ne peut pas appliquer « la démocratie des autres » et affirme que la société syrienne n’est pas assez mûre pour que le peuple s’implique dans la participation politique. Il déclare « le pain d’abord » et tente de mettre en place un fonctionnement proche du modèle chinois.

11Jamal Barout (2012) décrit une polarisation de la vie politique et économique autour de deux courants, l’un réformateur et l’autre libéral. La prise de pouvoir du second et l’accentuation des mesures libérales prises par Bachar al‑Assad viennent renforcer et instituer une économie de prédation de manière très significative sur la période 2007‑2011. Ce système se fonde à la fois sur le savant jeu de pouvoirs mis en place par Hafez al‑Assad et sur le parti pris libéral déviant vers le « capitalisme des copains » pour lequel Bachar a opté. Il est décidé à concentrer le développement économique sur le secteur tertiaire et les investissements étrangers.

  • 3 Congrès national du parti Baath à Damas en 2005.

12Un rapport rédigé par Tayssir Sleiman al‑Raddaoui, alors président du Comité de planification d’État sur le bilan de la période 2000‑2007, alerte Bachar al‑Assad sur l’état de l’économie syrienne. Ce rapport met directement en cause les orientations du prédécesseur de Raddaoui, Dardari, mais le régime persiste dans l’orientation vers un accroissement du commerce, sans mettre en place le volet lié au développement humain. Dès 2005, des propositions réformatrices et sociales formulées dans le projet « Syrie 2025 » par un collège d’experts sont rejetées par le congrès du parti Baath. C’est d’ailleurs lors de ce congrès du parti que la formule « économie sociale de marché » apparaît alors que l’attente est forte et que des voix s’élèvent en interne pour procéder à l’inventaire et changer le nom du parti 3.

3. Du clientélisme à la prédation (2007‑2011)

13En 2007, le pouvoir de Bachar est renforcé par sa réélection et par le changement des équipes qui l’entourent. S’étant débarrassé de la « vieille garde », il appelle à l’émergence de « nouveaux hommes d’affaires ». On assiste alors à la création de holdings comme Cham Holding, créée par Rami Makhlouf, cousin germain du Président, et Souria Holding, présidée par Haytham Joud issu d’une famille proche de longue date de la présidence. Est également déclenchée une vague de privatisations. La société Cham Holding est dominante dans un grand nombre de secteurs économiques. Dans la communication, elle possède la chaîne de télévision Dunya, ainsi que le quotidien Al‑Watan. Cette holding regroupe également les zones commerciales détaxées, la société Ramak (bâtiment) et la société Corniche (tourisme). Rami Makhlouf est aussi détenteur du monopole de la vente de cigarettes par l’intermédiaire de la société Ghouta. Sa holding comptait l’un des deux opérateurs de téléphonie mobile syriens (Syriatel) et a dépossédé l’homme d’affaires égyptien Najib Cyrus, propriétaire du second opérateur, via des manœuvres frauduleuses impliquant l’État. Suite à cette affaire, le député Riad Seif a soulevé le préjudice subi par les comptes publics syriens à cause des irrégularités de ces opérations. Il a été arrêté et condamné à une peine de prison. Un conflit a également opposé les sociétés de Rami Makhlouf au concessionnaire exclusif des voitures Mercedes en Syrie lorsqu’il a tenté de faire main basse sur cette exclusivité. La famille Sanqar, visée par cette tentative d’appropriation, a transféré son entreprise au Liban et a par la suite financé les deux premières conférences de l’opposition syrienne à Istanbul au cours desquelles a été créé le Conseil National (16 juillet 2011). La concentration du pouvoir économique entre les mains de Cham Holding est telle que les bureaux de sa filiale Syriatel seront les premiers attaqués en tant que symbole des dysfonctionnements du pouvoir dès le début des événements en 2011. Une union stratégique a été mise en place entre les holdings et les investisseurs étrangers (Syriens de la diaspora et investisseurs du Golfe entre autres). Elle se concrétise même à plusieurs reprises par des mariages conclus entre familles d’hommes d’affaires. À titre d’exemple, l’homme d’affaires syrien Muhammad Hamsho n’est autre que le beau‑frère de Maher al‑Assad.

4. L’impact des politiques économiques

14Cette politique de libéralisation économique peut s’apparenter à une forme de néo‑patrimonialisme. Selon Achraf Osmane (2015), l’expérience de l’infita dans le monde arabe a montré que l’affaiblissement du secteur public et les privatisations ont ouvert la voie à plus de corruption. Les opérations de privatisation elles‑mêmes sont en effet devenues un moyen de construire de nouveaux réseaux de clientélisme. Dans le cas syrien, les dépenses d’investissement s’élèvent à 180 milliards sur 460 dans le budget de 2005 tandis qu’en 2009 elles sont de 212 milliards sur 680. On peut donc observer une légère tendance à la réduction des dépenses du secteur non productif au profit d’une économie de rente. En effet, la dégradation des indicateurs de développement humain observable en Syrie est non seulement le produit de l’économie de rente mais résulte également de la politique économique mise en œuvre par le régime. Non contentes de leur suprématie économique, les forces financières qui portent l’économie de rente vont être à l’origine de la diffusion d’une « culture de la rente » qui propose à la jeunesse syrienne le modèle de l’argent facile et des fortunes bâties en quelques jours grâce à des procédés malhonnêtes. Cette classe de nouveaux hommes d’affaires poussés par l’accumulation accélérée de leurs richesses exige bientôt une représentation politique correspondant à sa position économique dominante.

15Comme nous venons de l’évoquer, ce système « autoritaire néo‑libéral » affecte à la fois l’économie et la société. On constate un affaiblissement de l’État via la réduction du nombre de fonctionnaires et d’agents publics, ouvrant le champ à la création d’universités et d’hôpitaux privés. L’État met un terme au recrutement de fonctionnaires et la part d’agents de l’État dans la population active diminue de 38 à 17 %. Le secteur privé devient le premier employeur syrien sur la période 2007‑2011 avec des écarts de salaire : les employés non-qualifiés gagnent environ 7000 livres syriennes par mois, les employés qualifiés entre 30 000 et 50 000 LS tandis que les postes à responsabilités peuvent donner lieu à des rémunérations allant jusqu’à 200 000 LS. De tels écarts n’avaient jamais existé précédemment en Syrie. Selon les études du Bureau Central de la Statistique en Syrie, les besoins d’une famille composée de 5 personnes s’élèvent à 25 000 LS mensuelles en 2009. Ces mêmes besoins s’élèveraient en 2015 à 125 000 LS. Les dépenses de l’État en faveur de l’éducation diminuent et passent de 5,6 % du PIB en 2006 à 4,7 % en 2007, la part de la dépense concernant la recherche scientifique (0,18 % du PIB) est extrêmement modeste en moyenne annuelle par rapport aux pays de la région. La part des dépenses publiques dans le secteur de la santé entre 2005 et 2007 est inférieure à 2 % du PIB, ce qui constitue un des pourcentages les plus faibles au monde. En 2009, les dépenses dans le secteur de la santé atteignaient environ 71 milliards de livres syriennes, dont 32 pour le secteur public et 39 pour le secteur privé. Dans le même temps, le taux de personnes vivant avec moins de 80 LS (2 $) par jour dépassait les 30 %.

  • 4 Les corps intermédiaires sont constitués par ce que l’on appelle les « organisations populaires ». (...)

16L’idéologie première « socialiste » de l’époque de la fondation du parti Baath est abandonnée et les corps intermédiaires 4 se retrouvent affaiblis. En conséquence, le lien entre le régime et la population se délite de plus en plus.

17Le 7 avril 2008, Bachar al‑Assad établit un décret mettant fin aux subventions sur les produits de première nécessité, en particulier sur les produits pétroliers. Le litre de mazout (utilisé pour le chauffage domestique et le fonctionnement des pompes à eau en milieu rural) passe de 6 à 25 livres syriennes. Le journaliste Jaber al‑Ahmad écrit que l’agriculture syrienne a été « mise à mort » par ce décret. Le décret n°49 du 10 septembre 2008 sur les zones frontalières stipule quant à lui que toute transaction ou modification liée à un terrain en zone frontalière nécessitera une autorisation préalable des autorités. Suite à ce décret, les Kurdes de Qamishli et Al‑Hassaké organisent une pétition qui recueillera plusieurs dizaines de milliers de signatures demandant le retrait de ce décret. Les terrains frontaliers sont alors abandonnés par leurs propriétaires comme à Idlib, Deraa et Al‑Hassaké, à la suite des effets combinés de la sécheresse et des contraintes liées au décret n°49. Ces zones sont alors préemptées par l’État pour la construction de grands centres commerciaux comme Cham City à Kfar Soussé et Queen Center à Damas. Il est important de souligner ici que le retrait du décret n°49 figurait au premier rang des doléances (accord Siyassneh) reçues par l’officier Hicham Ikhtiyar qui avait été désigné pour dialoguer avec la population de Deraa aux premières heures des événements de 2011.

18Cette politique d’ouverture économique limitée et préemptée a coexisté avec un maintien des aspects policiers et sécuritaires des institutions syriennes. On a alors observé un creusement des écarts entre les classes moyennes et les défavorisées d’une part, et entre les catégories riches et les classes moyennes d’autre part. Un autre fossé s’est également creusé entre les centres urbains et les périphéries. Tous ces changements ont modifié la nature des rapports entre le pouvoir et la société syrienne.

5. Les villes syriennes à l’heure des premiers soulèvements

19Si on observe la cartographie des plus importants foyers de rébellion armée contre le régime dès 2011, il apparaît une concordance avec les régions les plus affectées par les politiques économiques mises en œuvre par le régime. À l’appui de cette coïncidence entre les violences économiques et sociales exercées par le régime et l’éclatement de soulèvements armés dans les mêmes espaces géographiques, on peut citer l’exemple de Tell Kalakh. Alors que les populations semi‑nomades des alentours de Homs connaissent des crises liées à la sécheresse, un grand nombre de personnes trouvent un moyen de subsistance dans l’organisation de contrebande de mazout avec le Liban. En 2010, le régime décide de mettre fin à ces trafics et procède à 1200 arrestations. Dès les premiers événements en 2011, des habitants de cette région prennent les armes pour aller libérer les membres de leurs familles détenus suite au coup de filet anti‑contrebande. Cette zone périphérique de Homs restera un des foyers de conflit dans les années suivantes.

  • 5 Azmi Bechara développe l’idée, dans son ouvrage, que le monde arabe constituait un terrain où étai (...)

20La ville de Homs est l’illustration même de la corrélation entre l’exclusion sociale et économique ressentie par la population, et la violence du conflit armé observée dès 2011. La prise en compte de la situation antérieure aux soulèvements paraît particulièrement pertinente dans cette région pour la compréhension de ce qu’Azmi Bechara (2012) a nommé la « prédisposition » au développement d’une contestation 5. En effet, Homs ne faisait pas partie des villes qui profitaient des fruits de la croissance comme Damas et Alep. Dans le même temps, un projet démesuré baptisé « le rêve de Homs » avait été planifié pour attirer des capitaux étrangers mais sans que la population locale puisse entrevoir d’autres retombées que celles, négatives, des expropriations nécessitées par ce chantier pharaonique. Le maire de la ville, Iyad Ghazal, est quant à lui un symbole de la connivence entre les hommes de pouvoir et les milieux d’affaires. C’est d’ailleurs sa personne qui sera visée par les slogans des toutes premières manifestations (« Le peuple veut la chute du maire ! »).

21Dès le début des années 2000 émergent en Syrie de nouvelles périphéries constituées majoritairement de quartiers informels dans lesquels vivent des ouvriers peu qualifiés, des immigrants irakiens et des personnes issues d’un exode rural causé par plusieurs épisodes de sécheresse. Marginalisés par le régime et par les politiques de développement économique, fortement touchés par le chômage, ces quartiers périphériques entretiennent au fil du temps des relations de plus en plus tendues avec les centres villes. Ces tensions et ce sentiment d’injustice nés des pratiques de prédation économique ont contribué à alimenter des frustrations qui ont rejailli dans les conflits armés.

22Mu’damiyé ou Daraya, en banlieue de Damas, sont ainsi au nombre de ces périphéries dans lesquelles les habitants ont été victimes d’une forte spirale de marginalisation. Lorsqu’une délégation de notables de Daraya est reçue par Bachar al‑Assad pour désamorcer les premiers mouvements de contestation en 2011, les revendications exprimées sont uniquement économiques et sociales. Les communes de Mu’damiyé et Daraya avaient en effet à elles deux perdu 15 000 ha de superficie dans le cadre d’expropriations au profit de prises de possession abusives des terrains par l’État. Les habitants de ces deux communes ont par la suite fait partie des rebelles armés les plus nombreux et les plus virulents.

23Dans la continuité des mesures de libéralisation de l’économie prises par le régime, un accord de libre-échange est signé avec la Turquie en 2006. Il entraîne la fermeture d’entreprises syriennes et une montée du chômage dans des secteurs tels que le textile ou les produits manufacturés. Les villes de Sabqa et Zamalka, spécialisées dans la fabrication de mobilier au sein de PME familiales, sont frappées de plein fouet par la concurrence turque et voient 5000 familles perdre leurs emplois. Un ensemble lit+armoire fabriqué en Syrie coûtait alors 150 000 LS contre 70 000 LS pour une fabrication turque.

24Pourtant, ces villes et ces communes périphériques (notamment Deraa, Deir ez‑Zor, la vallée de l’Oronte, Homs) étaient « les réservoirs du parti Baath » pour reprendre l’expression d’Hanna Batatu (1999). Elles lui ont en effet fourni de nombreux membres ainsi que des cadres illustres. La déception de ces habitants et leur entrée dans la lutte est peut‑être à la mesure des espoirs qu’ils avaient placés dans le régime.

6. Entrée de la Syrie dans la guerre

25Le mouvement de contestation ayant finalement laissé place à une situation de guerre civile, c’est aujourd’hui à une configuration d’économie de guerre que nous avons à faire en Syrie. Comme l’écrit Jean-Christophe Rufin (Jean et Rufin 1996), quel que soit le terrain du conflit, l’économie de guerre crée une tendance à la radicalisation des groupes armés et un caractère fragmenté des structures économiques et militaires ou paramilitaires.

26Il ne faut cependant pas négliger l’ancrage des acteurs du conflit dans les économies locales. L’armée régulière syrienne comme les groupes armés reproduisent et reprennent à leur compte les systèmes de clientélisme et de prédation préexistants à différentes échelles. Les pillages s’exercent alors sur l’économie syrienne, sur les civils ainsi que sur l’aide humanitaire.

27Le régime syrien, l’armée régulière, les groupes armés affiliés au régime ou au contraire qui lui sont opposés, agissent chacun sur les territoires qu’ils contrôlent en organisant une forme d’insécurité qui leur permet de rançonner les populations en échange d’une hypothétique protection.

  • 6 Vahabi 2010, p. 361.
  • 7 Les chabbiḥa et al-jaych al-waṭani sont deux organisations paramilitaires partisanes du régime de (...)
  • 8 Ayman Jaber est à la tête d’un grand groupe de métallurgie et partenaire de Cham Holding. Il a fai (...)

28Mehrdad Vahabi (2010) évoque une « coordination destructive » au sujet des groupes paramilitaires iraniens comme les Bassij et les Pasdaran en la décrivant comme une forme « d’intégration sociale par chantage, menace, intimidation, agression, violence ou nuisance » 6. On observe un phénomène équivalent en Syrie dans les zones encore sous le contrôle du régime avec les « chabbia » et « al-jaych al-waṭani » 7. L’État donne une certaine autonomie à ces groupes dans le contexte actuel pour gérer les zones dans lesquelles ils sont positionnés. Ces groupes ont alors l’autorisation tacite de se livrer au racket et au pillage puis au marché noir. Pour contourner l’embargo sur la Syrie, le régime s’appuie sur des intermédiaires qui effectuent des transactions à sa place. Ceux qui profitent à la fois des revenus générés par les groupes armés et des opérations commerciales dissimulées par le régime ne sont autres que Rami Makhlouf et Ayman Jaber 8, deux hommes d’affaires liés au régime. Ils ont poursuivi leurs activités et se sont contentés de les adapter au contexte de guerre. On peut citer également Georges Hassouani qui était directeur-adjoint de la raffinerie de Banias. Il a créé la société HISCO pour réactiver les réseaux qu’il entretenait lorsqu’il était haut‑fonctionnaire et devenir négociateur dans le commerce d’hydrocarbures. Son nom figure parmi les personnes surveillées par l’Union européenne pour blanchiment notoire d’argent. Il est l’un des négociateurs-clés qui rend possible les échanges de pétrole et d’électricité entre l’État islamique et le régime de Damas.

29Dans son rapport intitulé « Syrie : économie de guerre », l’économiste Jihad Yaziji (2013) décrit l’économie de guerre qui existe aussi dans les zones contrôlées par les mouvements d’opposition. On observe une recrudescence des kidnappings crapuleux et des trafics divers et variés. À Alep, certaines usines ont été totalement démantelées et vendues en Turquie. Les combattants donnent en effet l’assaut sur les villes ainsi que sur des territoires appartenant à des groupes rivaux pour profiter de leurs positions stratégiques, s’approprier des points de passage et encaisser les taxes douanières, mais également pour bénéficier des ressources et services offerts par les centres urbains. À Raqqa, la Banque centrale a par exemple été attaquée.

30On voit donc bien que les réseaux du clientélisme et des allégeances entre le monde politique et le monde des affaires, ainsi que les pratiques d’appropriation arbitraire préexistant à la crise syrienne n’ont pas disparu pour laisser place au chaos. Ces phénomènes se sont adaptés à la nouvelle situation pour perdurer et s’amplifier au profit des mêmes cercles.

31Cette continuité des réseaux et des structures s’illustre dans le fonctionnement administratif des zones gérées par l’État islamique qui reproduisent une forme de racket institutionnalisé d’avant 2011. L’État islamique s’appuie d’ailleurs sur les réseaux de notables locaux. À Palmyre, le fonctionnement de l’administration n’a pas été modifié en profondeur et un membre d’une grande famille de la région, les al‑Qash’am, a été nommé responsable de la ville. Il était précédemment responsable du Centre culturel de Palmyre. À Raqqa, un organisme nommé Dar al‑Hisba a été créé par l’État islamique pour contrôler les mœurs des habitants sur la voie publique. Il a finalement évolué vers des attributions plus larges comme la répression des fraudes, reprenant les pratiques de racket et de prédation qui étaient celles de l’administration équivalente sous le régime Assad.

32Suite au recul de l’État dans certaines régions, une relative autonomie a été acquise par les groupes qui gèrent ces zones. Ils peuvent être des conseils locaux issus de l’opposition ou des groupes armés divers. On observe alors une néo‑économie territorialisée en dehors de tout contrôle. Ces groupes autonomes sont extrêmement pragmatiques et adaptent le fonctionnement économique préexistant en fonction de leur positionnement géographique. Leur contrôle de ressources telles que l’eau, l’énergie et le blé, ainsi que des check‑points risque d’entretenir le conflit. En effet, les groupes qui gèrent ce qui relevait auparavant des attributions de l’État, en tirent aujourd’hui à la fois des bénéfices et une forme de légitimité ainsi qu’un intérêt à ce que l’instabilité perdure.

33En 2015, Bachar al‑Assad persiste à l’extrême dans la voie néo‑libérale en signant le décret n°19 qui permet aux conseils locaux de se constituer en holdings avec des fonds privés. Ces conseils peuvent désormais délivrer des permis de construire, louer ou vendre les propriétés. Ce système permet également de céder des parts de ces holdings aux créanciers de l’État syrien comme l’Iran et la Russie car il ne peut rembourser ses dettes.

34Les causes du conflit sont sans aucun doute multiples mais le facteur économique constitue un élément non négligeable d’analyse de la situation. Étudier en détails la transition d’une économie de prédation à une économie de guerre reprenant le vocabulaire de la préemption et du clientélisme qui préexistaient à la guerre permet de sortir d’une vision « accidentelle » du conflit pour reprendre un terme utilisé par Charbel Nahas (2015). La guerre civile actuelle trouve donc bien ses racines dans la Syrie d’avant 2011.

Bibliographie

Barout Muhammad Jamal, 2012, Syria in the last decade: The dialectic of stagnation and reform, Beyrouth, Arab Center for Research and Policy Studies.

Batatu Hanna, 1999, Syria’s peasantry. The descendants of its lesser rural notables, and their politics, Londres, Princeton University Press.

Bechara Azmi, 2012, Fi al‑thaoura wa‑l‑qabiliyat li‑al‑thaoura, Beyrouth, Arab Center for Research and Policy Studies.

Donati Caroline, 2009, L’exception syrienne, Paris, La Découverte.

Jean François et Rufin Jean-Christophe (éd.), 1996, Économie des guerres civiles, Paris, Hachette Pluriel.

Nahas Charbel, 2015, « Économie des guerres civiles : la Syrie et le Liban transformés », Confluences Méditerranée 92, p. 143‑156.

Osmane Achraf, 2015, « L’État néo-patrimonial au Proche-Orient arabe », OMRAN 11 (en arabe).

Perthes Volker, 2007, The Political Economy of Syria under Asad, Londres, I. B. Tauris.

Vahabi Mehrdad, 2010, « Ordres contradictoires et coordination destructrice : le malaise iranien », Revue canadienne d’études du développement 30/3‑4, p. 361‑418.

Yaziji Jihad, 2013, « Syrie : économie de guerre », Al‑Modon, 26 décembre 2013 (en arabe).

[En ligne] http://www.almodon.com/economy/2013/12/26/

Notes

1 Nahas 2015, p. 73‑88.

2 Donati 2009, p. 231. Cette expression est une traduction de ce que les Syriens appellent « ras maliyat al‑maḥasib » c’est‑à‑dire, si l’on traduit de manière littérale, le capitalisme de ceux qui bénéficient de la protection d’une personne haut placée et lui sont redevables.

3 Congrès national du parti Baath à Damas en 2005.

4 Les corps intermédiaires sont constitués par ce que l’on appelle les « organisations populaires ». Ces mouvements de jeunesse, syndicats et ordres professionnels ne sont que des vitrines car ils sont en réalité inféodés au parti Baath.

5 Azmi Bechara développe l’idée, dans son ouvrage, que le monde arabe constituait un terrain où étaient réunies les potentielles conditions de la révolution. Nous proposons ici le terme de « prédisposition » pour traduire l’expression incluse dans le titre de cet ouvrage, Fi al‑thaoura wa-l‑qabiliyat li‑al‑thaoura.

6 Vahabi 2010, p. 361.

7 Les chabbiḥa et al-jaych al-waṭani sont deux organisations paramilitaires partisanes du régime de Bachar al‑Assad. Elles sont chargées de « sécuriser » les quartiers au niveau local.

8 Ayman Jaber est à la tête d’un grand groupe de métallurgie et partenaire de Cham Holding. Il a fait fortune dans des opérations de contrebande destinées à contourner le programme « Pétrole contre nourriture » mis en place en Irak.

Auteur

Chargé de cours à l'IEP de Lyon et à l'Université Jean Monnet (Saint-Etienne)Membre du Laboratoire Triangle, UMR 5206 du CNRS

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable