Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains

 | 
Raffaele Cattedra
, 
Pascal Garret
, 
Catherine Miller
, 
et al.

Perspectives méthodologiques

Mondes pluriels et controversés. Entrer dans la fabrique du patrimoine

Ola Söderström

Entrées d'index

Mots clés :

méthodologie, patrimoine

Géographique :

Suisse

Note de l’auteur

Texte écrit en 2001

Texte intégral

1Le champ de la conservation du patrimoine a toujours été traversé par des controverses. Le développement tous azimuts de la demande de conservation, lié à l’émergence de nouveaux acteurs et de nouveaux enjeux, a cependant multiplié depuis une trentaine d’années les occasions de dissensus. Ces controverses ont contribué à une crise de l’expertise dans ce domaine, puisqu’elles supposent une contestation du discours légitime : celui tenu par les services techniques chargés d’appliquer les dispositions légales. Reposant traditionnellement sur les trois critères que constituent la valeur historique, la valeur esthétique et l’exemplarité, ce discours ne parvient manifestement plus à assurer la recevabilité publique de la conservation du patrimoine.

  • 1  Voir, par ex. Marc Guillaume, La politique du patrimoine, Paris, Galilée, 1980 ; Alain Bourdin, Le (...)
  • 2 Cette affirmation vaut pour le contexte suisse, qui m’est le plus familier. Elle peut cependant êtr (...)

2Ce constat n’est pas nouveau1. Il n’a rien non plus de spécifique, puisqu’il peut être étendu à l’ensemble du champ politique. Ce qui est, en revanche, particulier au champ patrimonial, c’est que cette crise n’a pas réellement débouché, depuis le temps qu’elle dure, sur l’élaboration de nouveaux processus2. Alors que la conception architecturale et urbanistique connaît depuis de nombreuses années des évolutions significatives, il est en effet beaucoup plus difficile de repérer des innovations similaires dans le domaine de la conservation du patrimoine.

  • 3  Les ouvrages cités en note 1 fournissent, parmi d’autres, des explications structurelles de l’évol (...)

3La mise en place de véritables politiques du patrimoine permettant de mieux impliquer les acteurs concernés dans la rédaction des critères de définition des objets et des stratégies d’action constitue bien entendu une tâche qui incombe aux collectivités locales. Elle a toutefois pour préalable une meilleure compréhension des logiques de construction sociale du patrimoine3. C’est à cela que ce texte entend contribuer.

  • 4  Des procédures qui ont trait à l’évaluation des formes construites, au recours à des « alliés », à (...)

4Cet article propose en effet d’entrer dans la fabrique du patrimoine en dépliant de façon détaillée une controverse. Il vise ainsi à rendre visibles les procédures concrètes utilisées par les acteurs du champ patrimonial pour faire valoir leur point de vue et atteindre leurs fins4.

5Je prendrai pour objet un débat dans lequel j’ai été directement impliqué et qui a porté sur la transformation d’un édifice des années 30 : le Garage des Nations sur la Place des Nations à Genève. Cette opération a été l’occasion d’une longue controverse opposant le Département des Travaux Publics et de l’Énergie du Canton de Genève à la Fondation Braillard Architectes, du nom de l’architecte de ce bâtiment.

6L’intérêt de cette affaire réside dans le fait qu’elle a vu au fil du temps l’implication d’un nombre croissant d’intervenants et de formes d’interprétations. Il y a eu ici, comme nous allons le voir, une accumulation assez remarquable d’arguments concernant la valeur patrimoniale de cet objet. Son statut a ainsi fluctué au gré des discours énoncés par les acteurs : tour à tour « quantité négligeable » ou « pièce maîtresse dans la production d’un grand architecte ». Ce sont ces fluctuations que je propose de décrire, afin de déployer les mondes pluriels dans lesquels les formes construites peuvent être prises et d’analyser leur rôle dans la conservation du patrimoine.

  • 5  L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification, Paris, Gallimard, 1991. Rappelons qu’ils identif (...)
  • 6  On trouvera à chaque occasion, dans les notes, une explication des notions employées pour effectue (...)
  • 7  Voir notamment M. Callon, « Éléments pour une sociologie de la traduction », L’Année sociologique, (...)

7J’utiliserai des registres d’analyse proposés par Luc Boltanski et Laurent Thévenot5. Ceux-ci se sont imposés assez naturellement comme catégories utiles pour organiser et interpréter les éléments du dossier de cette controverse6. Mon analyse mobilisera également certains éléments de la sociologie de la traduction qui permettent mieux, pour leur part, de décrire d’autres aspects importants de cette affaire : la fabrication de réseaux et le processus de production sociale des artefacts7.

  • 8  Ce qui m’empêche bien évidemment, dans cette analyse, d’attribuer aux positions que j’ai personnel (...)
  • 9  L’auteur de ce texte n’a été impliqué que dans les dernières phases de cette controverse, à partir (...)

8Au cours de cette étude, je tenterai, autant que possible, de maintenir une position de neutralité, c’est-à-dire que je n’attribuerai pas de valeur a priori à l’édifice en question. Mettre en œuvre les principes d’analyse qui viennent d’être présentés implique en effet que sa « grandeur » ou sa « petitesse » ne sont pas acquises par ses caractéristiques formelles ou de conception, mais constituent des procédures de qualification qu’il s’agit précisément d’éclairer8. Cette attitude est, bien entendu, indéfendable dans la position d’acteur de la controverse que j’ai assumée au long de cette affaire, qui a duré plusieurs années9. Mais, il s’agit d’une posture nécessaire lorsqu’on tente de tirer a posteriori des enseignements des tribulations de cet objet.

9Enfin, précisons que cette analyse ne se penche ni sur une réalisation exemplaire ni sur un échec cuisant. Il s’agit plutôt d’une sorte de compromis ordinaire qui, à ce titre, mérite d’être étudié.

Le Garage des Nations et la « guerre des mondes »

Fig. 1 : Garage des Nations. Maurice et Pierre Braillard (1936).

Fig. 1 : Garage des Nations. Maurice et Pierre Braillard (1936).

(Photo : Boissonnas).

Les prémisses de la controverse

10Le Garage des Nations, construit par les architectes Maurice et Pierre Braillard et par l’ingénieur Robert Maillart en 1936, constitue une construction de taille modeste, qui répond, à l’époque, à un nouveau programme lié à l’essor de la société motorisée. Il voit son avenir remis en question en 1987, en raison de l’organisation d’un concours pour la construction du siège du Haut Commissariat aux Réfugiés (désormais HCR) sur des parcelles se trouvant immédiatement derrière la station-service.

11Le projet primé prévoit, contrairement aux autres propositions, la conservation de la station-service. Dans le cadre de ce projet le garage recèle donc une grandeur qui légitime sa conservation. Pour le jury du concours toutefois, qui rend son rapport le 1er mars 1988, « la proposition du maintien de la station-service doit être dissociée du projet ». Il adopte donc une position de neutralité : le garage n’est pas évalué.

Fig. 2 : Le lauréat du concours pour le Haut Commissariat aux Réfugiés (1988).

Fig. 2 : Le lauréat du concours pour le Haut Commissariat aux Réfugiés (1988).
  • 10 Dans le monde domestique, la grandeur est définie par l’appartenance à une lignée : « c’est par la (...)
  • 11  Garage des Nations, rue de Montbrillant 92, rapport du service des monuments et sites, Département (...)

12Le Service des monuments et sites de l’État de Genève rend le même mois un rapport sur ce bâtiment. Il conclut également à la grandeur de ce « petit élément ». Cette grandeur est située dans le registre domestique, tel que défini par Boltanski et Thévenot10 puisque ce rapport estime qu’il « fait partie de notre patrimoine architectural de cette époque »11.

  • 12  Pour reprendre la formule de Bruno Latour et Michel Callon, dans les travaux cités en note 7.
  • 13 Lettre au Conseil d'État du 7 décembre 1989.

13En décembre de l’année suivante, la Fondation Braillard Architectes (désormais FBA) s’enquiert du sort du garage auprès du Département des Travaux Publics et de l’Énergie (désormais DTPE). Pour fonder son inquiétude quant à l’avenir de cette réalisation de Maurice Braillard, cette fondation privée « mobilise des alliés »12, puisqu’elle affirme que « sa conservation est souhaitée par de nombreux milieux se préoccupant d’urbanisme, d’architecture et de conservation des témoins du passé de la cité »13.

  • 14  Transformation de la station service de Montbrillant, rapport d’intention des architectes, Genève, (...)
  • 15  Ibid., p. 6.
  • 16 Le monde de l’inspiration régit l’évaluation artistique des objets et des actions : « est grand ce (...)

14Dans le cadre de la réalisation du projet primé, les lauréats du concours pour le HCR produisent en avril 1990 un rapport d’intention concernant la transformation de la station-service. Ce texte évoque la nécessité de devoir conjuguer la grandeur domestique, reconnue à cet objet par la Ville de Genève, aux « intentions architecturales des auteurs du projet initial »14. Or, l’analyse des croquis perspectifs réalisés par Maurice Braillard conduit ces architectes à estimer que l’appartement de l’exploitant en attique ne faisait pas partie de ses « intentions premières ». Le projet de transformation qu’ils proposent prévoit par conséquent de « supprimer l’attique et de percer la façade arrière du bâtiment afin de [le] détacher plus nettement de la masse du futur immeuble administratif »15. Par conséquent leur projet repose sur une double justification, ou plutôt sur une justification mixte, le monde domestique d’un côté, le monde de l’inspiration de l’autre16.

  • 17  Voir Latour, « Les vues de l’esprit », Culture technique, n° 14, 1985, pp. 5-29 ; M. Lynch et S. W (...)
  • 18  J.-C. Lebahar, Le dessin d'architecte, Roquevaire, Éd. Parenthèses, 1983.

15On constatera que la preuve en matière d’« inspiration » est administrée ici par le recours aux représentations visuelles (les croquis perspectifs de Braillard), dont on connaît l’efficacité dans le discours scientifique et, plus généralement, dans toute rhétorique de la persuasion17. On constatera aussi que la preuve est construite par la sélection de certaines représentations au sein d’un ensemble plus vaste (l’attique figure bien évidemment sur les dessins d’exécution du projet de 1936). Choisir l’esquisse constitue donc une stratégie habile et cohérente puisqu’il s’agit du dessin considéré généralement comme recueillant le mieux l’acte créatif et inspiré dans son jaillissement18.

Fig. 3 : Croquis perspectifs de M. Braillard (1936).

Fig. 3 : Croquis perspectifs de M. Braillard (1936).

Fig. 4 : Projet de transformation (1990) appuyé par la sélection d’un croquis de Maurice Braillard.

Fig. 4 : Projet de transformation (1990) appuyé par la sélection d’un croquis de Maurice Braillard.

16Elle permet donc de produire un effet de vérité très efficace dans le cadre d’une argumentation qui se réfère aux « intentions premières » du maître d’œuvre. La sélection d’une représentation spécifique permet donc aux auteurs de ce projet de donner un caractère, lui aussi spécifique à un mode d’évaluation (inspiré), qui sert d’argument central à leur lecture de l’objet.

17Ce projet obtient une autorisation de construire de la part du Département, mais n’est pas immédiatement réalisé. Les interprétations du Garage et les justifications portant sur des projets le concernant, vont dès lors continuer à se sédimenter. Il s’avère donc, rétrospectivement, que la controverse n’a pu émerger que parce que l’on n’a pas su profiter de la prédominance temporaire d’une forme d’évaluation.

  • 19  Garage des Nations, rue de Montbrillant 92, Rapport du service des monuments et sites, Département (...)
  • 20  Dans le monde de l’opinion c’est « de la renommée, de l’opinion des autres, que dépend la grandeur (...)

18En 1991, le Service des monuments et sites produit en effet un rapport de visite qui va amorcer une remise en cause de l’accord19. Ce rapport remet implicitement en cause l’autorisation de construire délivrée en 1990 en observant notamment que l’appartement du premier est indissociable du reste de l’édifice. La grandeur domestique constitue ici le principal registre d’évaluation puisqu’on entend garantir la bonne transmission d’un « petit objet architectural », mais elle se combine à une grandeur d’opinion puisque la réputation de son auteur est mobilisée comme un argument important20. Selon les auteurs de ce rapport, il s’agit en effet de l’œuvre d’un des « meilleurs architectes de la génération moderne », de « renom dans l’histoire genevoise ».

19Le garage acquiert donc progressivement une signification plurielle au fur et à mesure que des mondes s’élaborent « autour de lui ». Mais cette pluralité n’est pas encore la source d’une controverse.

De la diversité des interprétations à la controverse

  • 21  Lettre de la FBA au Président du DTPE, 17 juin 1993.

20Alerté par des membres de ses services et par la FBA qui estiment que le projet autorisé en 1990 porte gravement atteinte à un élément du patrimoine architectural genevois du xxe siècle21, le Président du DTPE mandate en 1993 un nouveau bureau d’architectes pour la réalisation d’un projet de transformation, l’autorisation de 1990 étant entre-temps devenue caduque. Ce mandat concerne une restauration du bâtiment à son état d’origine. Le projet répondant à ce mandat est autorisé en octobre 1993. Il s’inscrit dans l’évaluation dominante à ce moment de l’affaire, puisqu’il propose une restauration scrupuleuse, conforme à sa « grandeur domestique » et « d’opinion ».

21Alors qu’une solution agréant à l’ensemble des parties semble trouvée, un changement à la tête du DTPE va réellement déclencher la controverse, latente jusque là. Le nouveau Président du Département entend en effet traduire dans les actes une conception de sa mission, qui se distingue de celle de son prédécesseur, notamment en matière de conservation du patrimoine. Le projet de transformation du Garage des Nations constitue une des premières concrétisations de ce changement de politique puisque le mandat de restauration de son prédécesseur est retiré pour être à nouveau confié aux architectes du Haut Commissariat aux Réfugiés. Cohérents avec leur démarche initiale, ces derniers proposent le même projet qu’ils avaient déjà présenté en 1990.

  • 22  Une des lettres de soutien évoquera par exemple la « valeur internationale » de l’édifice Braillar (...)

22Dès cet instant, la FBA va s’opposer à ce projet en recourant à un ensemble d’alliés afin de renforcer son évaluation du Garage. Cette Fondation s’efforcera en effet d’actualiser un « réseau d’autorités » en matière d’architecture, d’histoire de l’architecture et de sauvegarde du patrimoine, alors que jusqu’ici ceux-ci n’avaient été convoqués que sur un mode virtuel. Il s’agit de passer de l’invocation générale de l’avis des professionnels à leur implication concrète dans l’affaire. Cet « appel aux autorités » va déclencher une série d’évaluations qui conjuguent différemment la « grandeur domestique », « d’inspiration » et « d’opinion » attribuée au garage22.

Fig. 5 : Projet de « restauration philologique » (1993)

Fig. 5 : Projet de « restauration philologique » (1993)
  • 23  Cette controverse aura également lieu sur le terrain des représentations, puisqu’une contestation (...)

23Chacune de ces prises de position contient également une critique du projet soutenu par l’État qui se voit ainsi soumis à un tir croisé des représentants de l’élite architecturale suisse23.

  • 24  Lettre du Président du DTPE à la FBA du 29 avril 1994.

24Ces arguments sont insuffisants aux yeux du DTPE qui réagit aux positions de la FBA en se fondant notamment sur les vœux du futur locataire du bâtiment du HCR et sur le fait que les « diverses associations ou commissions consultées sont partagées par des avis divergents »24.

  • 25  Lettre du Président du HCR au DTPE du 20 juillet 1993.
  • 26 La grandeur industrielle s’exprime par une « capacité à s’intégrer dans les rouages d’une organisat (...)

25Cette justification mérite d’être décomposée. Le premier argument procède d’une nouvelle forme de justification, implicite jusque-là, mais qui joue un rôle central dans la controverse. Le HCR avait en effet exprimé son désir de voir l’attique supprimé et l’arrière percé pour qu’il ne masque pas l’entrée de son bâtiment et qu’il n’enlève pas le « caractère représentatif de sa façade »25. C’est la « petitesse » du Garage des Nations, dans un monde industriel, qui est exprimée ici pour la première fois26. Le second argument du DTPE souligne le fait que nous sommes à ce moment-là face à une pluralité de mondes - et donc d’interprétations - et qu’aucun de ceux-ci ne parvient véritablement à s’imposer : « les avis sont partagés ».

  • 27  Un de ces avis contient une argumentation particulièrement intéressante, puisqu’elle reprend l’idé (...)

26Face à cette position, la FBA décide, dans un premier temps, de formuler des observations à la requête en autorisation de construire déposée par les architectes du HCR. Ces observations n’ayant pas été retenues, elle décide, dans un second temps, de déposer un recours contre l’autorisation de construire délivrée par le DTPE. Ces deux actions sont l’occasion pour la FBA de développer sa justification et de renforcer le « réseau de circulation » de son évaluation de l’objet. On relèvera que cette seconde initiative constitue une tentative de pallier le second argument du DTPE (« les avis sont partagés ») : il s’agit de faire émerger et de faire entendre une interprétation dominante. L’opinion de nombreux experts défavorables au projet mis à l’enquête est donc à nouveau sollicitée27.

  • 28  Garage des Nations, 1935-1936, Fondation Braillard Architectes, juillet 1994.
  • 29  Dans le monde civique la grandeur est « qualifiée par l’appartenance à l’espace public, par opposi (...)

27Le recours de la FBA se fonde donc sur un réseau de spécialistes, mais aussi sur une argumentation étoffée. Le principal développement dans la motivation du recours concerne en effet la déontologie de la conservation. Celle-ci suppose, écrit-on, la préservation de l’intégrité de l’objet et la lisibilité de l’intervention : la sauvegarde ne doit pas être uniquement le produit d’un geste créatif individuel, mais également conférer un rôle collectif au bâtiment conservé28. C’est une évaluation se situant dans le monde civique qui vient ici renforcer l’argumentaire de la FBA : l’intérêt collectif doit prévaloir sur les intérêts privés29.

  • 30  « (...) cette démarche, qui pourrait avoir des conséquences extrêmement graves et néfastes sur les (...)
  • 31  Ibid. Il s’agit en l’occurrence des rapports de l'État, tout d'abord avec le HCR, qui doit être «  (...)

28Ce recours conduit le nouveau Président du DTPE à renoncer à son projet, tout en soulignant les conséquences de cette décision. Celles-ci concernent en premier lieu le monde industriel, qui apparaît bien ici comme le principe d’évaluation déterminant aux yeux de l’État30. Dans ce monde, le Garage devient un enjeu minuscule et la conservation de sa volumétrie une affaire négligeable. C’est ainsi que cette explication se clôt par l’évocation des « intérêts publics prioritaires » dans laquelle le Garage disparaît totalement31.

29Un apaisement provisoire de la controverse est donc atteint sans que pour autant l’évaluation proposée par la FBA soit acceptée par la partie adverse. Cette dernière va en effet chercher un compromis entre son projet initial et la position de la FBA. Ce compromis est destiné à éviter que le prestige des experts mobilisés par la FBA n’occasionne des coûts symboliques et politiques,trop importants pour les pouvoirs publics.

Marier le monde industriel et le monde domestique dans un projet hybride

30Fin 1994, un troisième et nouveau mandat est confié à une architecte pour la transformation du bâtiment. Il s’agit donc pour l’architecte de répondre aux intérêts contradictoires, de l’État et du futur locataire d’un côté, de la FBA de l’autre, tout en évitant que des obstacles viennent freiner une opération qui doit être menée au pas de charge.

31Ce projet de compromis est présenté au début de l’année suivante. Il partage en quelque sorte le bâtiment en deux : le monde domestique est à l’avant, le monde industriel sur l’arrière, face au HCR. La volumétrie d’origine est en effet conservée et les menuiseries en bois de la façade avant sont restaurées : la transmission de l’héritage s’affiche ainsi à l’avant du bâtiment sur la Place des Nations. La façade arrière subit, en revanche, des modifications : les fenêtres en longueur des parties latérales sont agrandies, les ouvertures de la partie centrale et la porte arrière sont supprimées pour répondre aux vœux du futur locataire. Cette intervention est justifiée par des arguments fonctionnels puisqu’il s’agit d’améliorer l’éclairage du rez-de-chaussée, destiné à devenir un espace d’exposition et d’information concernant les activités du HCR. Ce compromis concerne non seulement le bâtiment dans son ensemble qui devient, comme nous venons de le constater, un hybride, mais également la façade arrière elle-même puisque ses vitrages reprennent les modules et les matériaux de la façade avant. L’architecte introduit de cette façon une « grandeur domestique » dans le « principe industriel » de traitement de cette partie de l’édifice.

  • 32  Lettre de la FBA au DTPE du 13 février 1995.
  • 33  Ibid.

32Le compromis proposé par l’État est critiqué par la FBA, au cours du mois de février 1995. Le caractère hybride du projet constitue précisément l’objet de cette contestation, puisqu’il lui est reproché de ne choisir clairement aucun parti, alors même que cette institution n’avait pas exclu le choix d’une intervention créative et contemporaine32. C’est bien sûr la façade arrière qui est la cible principale de cette contestation puisqu’elle est considérée comme un « pastiche Braillard » qui ne répond pas au critère de « lisibilité de l’intervention » et qui propose une solution qui ne correspond « à aucune contrainte fonctionnelle ou technique réelle »33.

33Cette critique du compromis sera vivement combattue par les pouvoirs publics. L’État réitère en effet le mois suivant la priorité du HCR dans cette affaire et la petitesse du garage dans ce contexte industriel. Face au poids mis par l’État pour soutenir ce compromis et face à une politique de fait accompli consistant à effectuer les travaux durant le processus de négociation, la FBA se voit finalement imposer un projet de transformation qu’elle n’approuve pas. Le garage devient donc une matérialisation de ce compromis, un édifice à deux visages : une face domestique sur la place et une face industrielle sur l’arrière.

Fluctuations de la valeur, bricolages des mondes et logiques de l’action

34Comme annoncé, le récit qui précède a volontairement tenté d’évacuer une évaluation de l’affaire qui soit extérieure aux justifications avancées par les acteurs au cours de la controverse. Point donc de position de surplomb ou de jugement ultime, qui aurait la prétention de trancher dans cette « guerre de mondes », alors qu’il est d’usage de se prononcer sur la qualité d’un projet. Si j’ai choisi d’opter pour une voie descriptive, c’est parce qu’elle permet à mon sens quelques apports à la compréhension des logiques de la production de la valeur patrimoniale. Ce sont ces apports que j’évoquerai en conclusion.

35Le phénomène le plus évident que cette analyse permet d’éclairer, concerne les fluctuations de la grandeur de l’objet. Les variations dans l’évaluation du garage sont telles, en effet, qu’il est tentant de construire un graphique montrant sa croissance ou sa décroissance suivant les formes d’interprétation mises en œuvre. Autrement dit, une telle lecture permet d’enregistrer comme un sismographe les variations intervenant dans la construction de la valeur d’un objet architectural.

36L’analyse des procédures pratiques de cette construction témoigne du caractère éminemment plastique de l’objet qui permet à des discours très divers et parfois radicalement opposés de s’élaborer. Le différend portant sur l’attique montre par ailleurs qu’il faut interroger la neutralité d’une description formelle, car le recours à certains documents peut transformer la définition de la morphologie originelle de l’objet. Lorsqu’on entre dans la fabrique du patrimoine et qu’on analyse les mondes pluriels qu’elle contient, la frontière entre description visuelle et qualification devient donc incertaine.

Fig. 6 : Le compromis proposé par le DTPE (1995).

Fig. 6 : Le compromis proposé par le DTPE (1995).
  • 34  Ces observations tendent à complexifier le modèle utilisé, puisque dans la casuistique élaborée pa (...)

37Le second élément renvoie à l’agencement complexe d’argumentations fabriqué par les acteurs de la controverse. Nous avons observé non seulement l’affrontement de qualifications de l’objet et de justifications de l’action, mais aussi l’utilisation simultanée par les mêmes acteurs de plusieurs principes d’évaluation au sein de systèmes d’argumentation complexes. L’évocation de la grandeur civique du bâtiment, lors du recours, vient par exemple renforcer celle de sa grandeur domestique dans le plaidoyer de la FBA. Le mixte plus que le pur semble donc régir les procédures d’évaluation utilisées34. Les acteurs ne sont donc pas simplement les porteurs d’une dimension de la « question patrimoniale », mais élaborent plutôt leur position en croisant différents points de vue sur les objets architecturaux.

  • 35  Il y a donc des analogies ici avec les principes dégagés par l’analyse conversationnelle.

38Le troisième élément a trait au caractère interactionnel de la controverse. Ces agencements de justifications constituent en effet un montage ad hoc, que chaque acteur réalise en tenant compte des discours élaborés par la partie adverse. La valeur « finale » d’un objet se construit donc au cours d’une sorte de conversation entre différents interlocuteurs : chaque énoncé constitue un « tour de parole » lié au précédent35. L’évaluation du Garage est ainsi l’objet de moves, c’est-à-dire de coups stratégiques qui répondent les uns aux autres, comme nous l’avons notamment vu dans la réponse donnée par la FBA aux arguments développés par les pouvoirs publics, concernant l’absence d’avis unanime sur la sauvegarde du bâtiment.

39L’évaluation de l’objet architectural se construit donc ici au moyen d’une gamme de principes d’évaluation mobilisés contextuellement, en fonction des stratégies développées par un ensemble d’acteurs. L’« ensemble d’acteurs » est pour sa part déterminé par la situation, puisqu’il varie au fur et à mesure du développement de la controverse.

  • 36  Sur ce point, voir Madeleine Akrich, “The Description of Technical Objects”, in W. Bijker et J. La (...)
  • 37  Prétendre le contraire serait tomber dans le sociologisme pur.

40Enfin, quatrièmement, nous avons observé que ces processus d’interprétation et de négociation ne restent pas simplement discursifs : ils contribuent à façonner la matière même des objets architecturaux36. Nous n’avons donc pas affaire à deux domaines séparés, celui des constructeurs et celui des interprètes, mais à des passages dans les deux sens à travers une frontière perméable. Dans un sens d’abord, parce que les interprétations et les actions sont tributaires des formes matérielles. Celles-ci ont une force propre : elles ne sont pas malléables au gré des stratégies des acteurs et elles ne se dissolvent pas dans les logiques sociales37. Dans l’autre ensuite, car il apparaît également que ces formes n’évoluent pas dans une logique close de la construction qui serait prise a priori dans le jeu des interprétations. Le projet que j’ai analysé montre en effet comment un discours, ou plutôt ici des discours, travaillent de façon tout à fait concrète la forme architecturale.

41Ces conclusions ne prétendent pas, bien entendu, à une valeur universelle. Elles sont fortement liées au contexte d’observation, à savoir : le dispositif législatif suisse, le choix d’un objet-limite du point de vue patrimonial, le changement de majorité politique à Genève, etc. Il reste qu’en renonçant à décréter a priori la supériorité d’un principe d’évaluation, cette analyse permet, me semble-t-il, de mettre au jour des opérations concrètes qui caractérisent aujourd’hui la conservation du patrimoine. Plutôt que de mettre en scène une continuelle opposition entre défenseurs et fossoyeurs du patrimoine, on prend ainsi de façon plus nuancée la mesure des arguments et des stratégies en jeu.

Notes

1  Voir, par ex. Marc Guillaume, La politique du patrimoine, Paris, Galilée, 1980 ; Alain Bourdin, Le patrimoine réinventé, Paris, PUF, 1984, 239 p.

2 Cette affirmation vaut pour le contexte suisse, qui m’est le plus familier. Elle peut cependant être étendue, avec quelques nuances, à la majorité des pays européens.

3  Les ouvrages cités en note 1 fournissent, parmi d’autres, des explications structurelles de l’évolution récente de la « question patrimoniale ». Rares sont toutefois les travaux qui aient tenté d’étudier les processus qui caractérisent localement la conservation du patrimoine.

4  Des procédures qui ont trait à l’évaluation des formes construites, au recours à des « alliés », à la légitimation des actions entreprises, etc.

5  L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification, Paris, Gallimard, 1991. Rappelons qu’ils identifient six principes supérieurs auxquels il est fait recours « pour asseoir un accord ou soutenir un litige », p. 92. Il s’agit des principes de l’inspiration, domestique, dopinion, civique, marchand et industriel. Chacun de ces principes détermine une grandeur des individus, des actions ou des objets. Ainsi, la réputation d’une personne constitue un facteur de grandeur selon le « principe d’opinion » (qui privilégie la renommée) alors qu’elle peut représenter l’inverse au sein d’un « principe civique d’évaluation de la situation » (qui privilégie l’intérêt public). Ces principes sont appelés cités lorsqu’il s’agit de modalités générales d’établissement d’un accord et mondes lorsqu’on se réfère aux conditions concrètes de réalisation d’un accord (ou de développement d’un désaccord) par l’intermédiaire de procédures d’évaluation des objets. Cette grille de lecture des pratiques sociales a été mise à l’épreuve dans des domaines aussi différents que la réorganisation de l’administration publique et la fabrication du camembert. Voir notamment L. Boltanski et L. Thévenot (éds), Justesse et justice dans le travail, Paris, PUF, 1989 et « Les objets dans l’action : de la maison au laboratoire », Raisons pratiques, n°4, Paris, Ed. de l’EHESS, 1993.

6  On trouvera à chaque occasion, dans les notes, une explication des notions employées pour effectuer cette analyse et des renvois au matériel utilisé.

7  Voir notamment M. Callon, « Éléments pour une sociologie de la traduction », L’Année sociologique, vol. 36, 1986, pp. 169-208 ; du même auteur, « Réseaux technico-économiques et irréversibilité », in R. Boyer (éd.), Les figures de l'irréversibilité en économie, Paris, Éd. de l'EHESS, 1991, pp. 195-230 ; Bruno Latour, La science en action, Paris, La Découverte, 1990 ; du même auteur « On Technical Mediation », Common Knowledge, vol. 3, n° 2, 1994, pp. 29-64.

8  Ce qui m’empêche bien évidemment, dans cette analyse, d’attribuer aux positions que j’ai personnellement défendues une légitimité supérieure.

9  L’auteur de ce texte n’a été impliqué que dans les dernières phases de cette controverse, à partir de 1994.

10 Dans le monde domestique, la grandeur est définie par l’appartenance à une lignée : « c’est par la référence à la génération, à la tradition et à la hiérarchie qu’un ordre peut être établi entre les êtres de nature domestique » (L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification, op. cit., p. 207).

11  Garage des Nations, rue de Montbrillant 92, rapport du service des monuments et sites, Département des Travaux Publics, Genève, mars 1988, p. 5.

12  Pour reprendre la formule de Bruno Latour et Michel Callon, dans les travaux cités en note 7.

13 Lettre au Conseil d'État du 7 décembre 1989.

14  Transformation de la station service de Montbrillant, rapport d’intention des architectes, Genève, 10 avril 1990.

15  Ibid., p. 6.

16 Le monde de l’inspiration régit l’évaluation artistique des objets et des actions : « est grand ce qui a les attributs de l’inspiration, de l’illumination intérieure » (L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification, op. cit., p. 200).

17  Voir Latour, « Les vues de l’esprit », Culture technique, n° 14, 1985, pp. 5-29 ; M. Lynch et S. Woolgar, Representation in Scientific Practice, Cambridge [Mass.], MIT Press, 1988 ; sur le rôle des représentations en urbanisme, voir P. Gabellini, « Il disegno del piano », Urbanistica, n° 82, 1986, pp. 108-127 et O. Söderström, « Paper Cities, Visual Thinking in Urban Planning », Ecumene, vol. 3, n° 3, pp. 249-281.

18  J.-C. Lebahar, Le dessin d'architecte, Roquevaire, Éd. Parenthèses, 1983.

19  Garage des Nations, rue de Montbrillant 92, Rapport du service des monuments et sites, Département des Travaux Publics, Genève, mars 1988 et novembre 1991.

20  Dans le monde de l’opinion c’est « de la renommée, de l’opinion des autres, que dépend la grandeur ou la valeur d’une personne » (L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification, op. cit., p. 125).

21  Lettre de la FBA au Président du DTPE, 17 juin 1993.

22  Une des lettres de soutien évoquera par exemple la « valeur internationale » de l’édifice Braillard-Maillart et son « lyrisme sculptural ». Lettre de trois professeurs du Département d’Architecture de l’EPFL à la FBA le 24 février 1994.

23  Cette controverse aura également lieu sur le terrain des représentations, puisqu’une contestation de la « preuve par le croquis » apportée par le projet de 1990 (fig. 4) est produite par la FBA. Elle envoie, à cet effet, une photographie de l’édifice construit démontrant que certains points de vue escamotent le premier étage, que ce soit dans le cas d’une esquisse ou d’une prise de vue in situ. Lettre de la FBA au Président du DTPE du 14 avril 1994.

24  Lettre du Président du DTPE à la FBA du 29 avril 1994.

25  Lettre du Président du HCR au DTPE du 20 juillet 1993.

26 La grandeur industrielle s’exprime par une « capacité à s’intégrer dans les rouages d’une organisation » (L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification, op. cit., p. 254). Ceci implique, dans le cas du Garage, la réalisation des transformations souhaitées par le HCR pour que le « petit s’intègre au grand ».

27  Un de ces avis contient une argumentation particulièrement intéressante, puisqu’elle reprend l’idée de la « petitesse industrielle » du Garage évoquée par le DTPE pour la subvertir : « Si le bâtiment est conservé, il faut que sa nouvelle forme soit au moins de qualité égale à celle d'origine. Pour le Garage des Nations nous allons vers une moins-value. Il fallait tenir compte de la poétique, de la délicatesse du pavillon. Le projet actuel lui fait violence, il n'y a pas de dialogue entre les deux bâtiments. Le grand noie le petit, David est mangé par Goliath ». Jacques Gubler, cité dans un article du Journal de Genève du 15 juin 1994.

28  Garage des Nations, 1935-1936, Fondation Braillard Architectes, juillet 1994.

29  Dans le monde civique la grandeur est « qualifiée par l’appartenance à l’espace public, par opposition au monde privé » (L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification, op. cit., p. 232).

30  « (...) cette démarche, qui pourrait avoir des conséquences extrêmement graves et néfastes sur les relations qu’entretient notre canton avec le Haut Commissariat pour les Réfugiés, (...) ». Lettre du 28 septembre 1994 à la FBA.

31  Ibid. Il s’agit en l’occurrence des rapports de l'État, tout d'abord avec le HCR, qui doit être « satisfait de l’évolution du dossier » et pouvoir rapidement bénéficier des accès à son bâtiment, mais aussi avec l’ONU, qui doit pouvoir célébrer son 50e anniversaire, sans que des « installations de chantier ne portent atteinte à l’aspect de la Place des Nations ». La lettre se termine en réitérant la qualification du Garage dans cette perspective : « Face à ce qui précède, le fait que l’attique de la station-service soit maintenu ou non constitue un élément insignifiant du problème global ».

32  Lettre de la FBA au DTPE du 13 février 1995.

33  Ibid.

34  Ces observations tendent à complexifier le modèle utilisé, puisque dans la casuistique élaborée par Boltanski et Thévenot, le mixte semble être réservé aux solutions de compromis.

35  Il y a donc des analogies ici avec les principes dégagés par l’analyse conversationnelle.

36  Sur ce point, voir Madeleine Akrich, “The Description of Technical Objects”, in W. Bijker et J. Law (éds), Shaping Technology / Building Society, Cambridge, MIT Press, pp. 205-224.

37  Prétendre le contraire serait tomber dans le sociologisme pur.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Garage des Nations. Maurice et Pierre Braillard (1936).
Crédits (Photo : Boissonnas).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 : Le lauréat du concours pour le Haut Commissariat aux Réfugiés (1988).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 : Croquis perspectifs de M. Braillard (1936).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 4 : Projet de transformation (1990) appuyé par la sélection d’un croquis de Maurice Braillard.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/917/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 5 : Projet de « restauration philologique » (1993)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/917/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 6 : Le compromis proposé par le DTPE (1995).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/917/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 349k

Auteur

Ola Söderström

Fondation Braillard, Genève, Université de Lausanne

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable