Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains

 | 
Raffaele Cattedra
, 
Pascal Garret
, 
Catherine Miller
, 
et al.

Champs et enjeux identitaires

À propos d’identité(s) marocaine(s) et du (faux) paradoxe de la patrimonialisation de l’héritage architectural issu de la colonisation à Casablanca

Pascal Garret

Entrées d'index

Géographique :

Casablanca, Maroc

Note de l’auteur

(Texte 2001)

Article mis en ligne sur le site HAL-SHS http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00137861/fr/)

Texte intégral

  • 1  Bien que se focalisant sur ce seul « héritage colonial », ce texte croise néanmoins à plusieurs re (...)

1Ce texte a pour principal objectif d’avancer quelques hypothèses qui permettraient de décrypter les interférences entre l’actuelle patrimonialisation de l’héritage architectural bâti sous la domination coloniale française à Casablanca et le maintien (à moins que ce n’en soit une forme de construction) d’une identité marocaine une et indivisible.1

2Voyons, en un premier temps, comment le précédent roi du Maroc, Hassan II, a façonné une représentation officielle de son pays qui passait, entre autres, par l’imposition à tous d’une codification de l’image, principalement architecturale, que devaient donner à voir les villes de son royaume.

Paroles de Roi

3Parmi les discours d’Hassan II concernant les questions urbaines et/ou architecturales, les deux plus marquants sont, d’une part, celui qu’il adresse le 14 janvier 1986 à une délégation d’ingénieurs urbanistes qu’il reçoit dans son palais royal de Marrakech ainsi que, d’autre part, celui moins connu, mais non moins intéressant, prononcé le 19 décembre 1979 lors d’une séance d’ouverture d’un colloque sur la construction, également tenu à Marrakech.

  • 2  Discours de S. M. Hassan II, 14/01/1986.
  • 3  Discours de S. M. Hassan II, 19/12/1979.
  • 4  Ibid.

4Dans ces deux allocutions, Hassan II exprime le très grand intérêt qu’il porte à la construction des villes, précisant que « les dynasties qui se sont succédées au Maroc ont toujours accordé la plus grande importance au secteur de l’édification, des constructions et de l’urbanisme »2. Le roi explique lui-même cet intérêt dans son discours de 1979 par « (...) la fierté que nous tirons de notre marocanité, la sauvegarde de notre authenticité et de notre civilisation pour permettre à nos enfants d’être fiers de ce que nous leur aurons légué (...) »3 et « (...) notre profonde conviction que l’environnement matériel – abstraction faite des considérations familiales – marque d’un cachet indélébile tout individu »4.

5L’attention portée par le roi à cet environnement matériel - ici la ville - se comprend donc pleinement puisque c’est notamment par son biais que se transmettra ou pas cette nécessaire « marocanité » aux générations futures.

  • 5  Ibid. Le roi fait aussi allusion dans ce texte à l’utilisation de cette même métaphore dans une al (...)
  • 6  Discours du 14/01/1986, op. cit.
  • 7  Discours du 19/12/1979, op. cit.

6Hassan II use d’ailleurs dans ces deux discours d’une même métaphore pour souligner son propos en affirmant qu’on ne peut accepter le fait que dans la version 1979, « si nous parachutions un citoyen marocain dans certains de nos villages, il se croirait dans un pays étranger »5, ou que dans la version 1986, « si nous faisons débarquer d’un hélicoptère une personne aux yeux bandés dans une ville marocaine, elle ne sera pas en mesure de reconnaître la cité où elle se trouve, voire le pays où elle se trouve. »6 Pour le roi, s’il devait en être ainsi, ce ne pourrait « être que le résultat de l’anarchie et de la dégradation de nos valeurs »7, chose évidemment inacceptable.

  • 8  Discours du 14/01/1986, op. cit.
  • 9  Ibid.
  • 10  Dans son discours du 19/12/1979, le roi s’intéresse néanmoins aux plans des bâtiments, affirmant q (...)

7Il ne s’agit donc pas seulement de disserter sur l’image que devraient idéalement donner à voir les villes marocaines mais, bien plus, de façonner une représentation officielle des villes marocaines et de prodiguer des « conseils » aux ingénieurs, architectes et urbanistes marocains pour qu’ils œuvrent en ce sens, s’acquittant de leur « tâche conformément à l’authenticité et à l’identité »8. Pour cela, le roi prend l’exemple de la place Vendôme, qui est, d’après lui, « la plus belle du point de vue forme et architecture » et dont il fait remarquer que si « l’envers [de cette place] révèle en effet des constructions anarchiques », (...) « l’esthétique de la façade reste impeccable »9. L’essentiel n’est donc pas tant l’organisation interne des constructions10 que la façade, le décor...

  • 11  Discours prononcé par S. M.Hassan II le 3 mars 1993 à l’occasion du trente-deuxième anniversaire d (...)
  • 12 Ibid.

8L’existence même d’une authenticité marocaine et, bien plus, sa « perdurance », nécessiteraient donc des villes reconnaissables comme telles. Ce « besoin » de marocanité n’est pourtant pas un simple repli nostalgique sur un passé magnifié car, si « le Maroc n’a jamais rien voulu céder sur ce qui constitue l’essentiel de sa personnalité, (...) ne pouvant ignorer le monde qui l’environne, son histoire s’est constamment distinguée par deux traits apparemment contradictoires, et qui pourtant la constituent : la tendance à l’universel et l’attirance vers sa réalité singulière »11. Si Hassan II tente donc d’exclure tout ce qui est susceptible de mettre en danger la spécificité marocaine, il est aussi « séduit par la modernité, ses valeurs et ses mirages »12.

  • 13  Denœux Guilain et Maghraoui Abdeslam, “King Hassan’s strategy of political dualism”, Middle East P (...)

9Cette marocanité, du moins celle que le souverain marocain aspire à transmettre aux générations futures, n’est ainsi nullement synonyme d’une seule et exclusive authenticité mais plutôt de quelque chose de volontairement flou, en une espèce de va et vient entre choses du passé et une modernité dont on ne retiendrait que les aspects positifs ou obligés. Ainsi, la marocanité serait en quelque sorte une modernité qui s’affirmerait autre, différente, en se parant d’emprunts au passé, illustrant « la nature [souvent] trompeuse de la dichotomie entre tradition et modernité », pour reprendre l’expression de MM. Denœux et Maghraoui à propos de « la stratégie du dualisme politique d’Hassan II »13.

  • 14  Discours du 14/01/1986, op. cit.
  • 15  Sur ce cas de Sefrou, voir l’éclairant article de Clifford Geertz, « Modernités », in Mediterranea (...)

10Mon propos n’étant pas ici d’étudier les enjeux qui seraient sous-jacents à cette construction « hassanienne » de la ville marocaine, nous n’irons pas plus loin sur ce sujet. Ce qui est certain toutefois, c’est que ces directives royales en matière d’architecture et d’urbanisme furent « entendues » par tous, des architectes aux responsables politiques locaux, provoquant parfois des réactions quasi immédiates, en ce qui concerne, par exemple, la ville de Sefrou, citée nommément par Hassan II dans l’un de ses discours : « cette ville que nous avons connue si belle (et qui) est devenue pour le moins laide »14 et dont « les périphéries ont changé de couleur en moins de 24 heures »15

  • 16  Discours prononcé par S. M. Mohammed VI à l’occasion du 48ème anniversaire de la Révolution du Roi (...)

11Si cette célérité à produire une ville « hassaniènement correcte » fut réelle, certains architectes marocains prirent néanmoins rapidement leurs distances vis-à-vis de ce courant architectural pour revendiquer un « droit à la modernité », distance qui se creusera avec l’assouplissement et l’ouverture des dernières années de règne d’Hassan II. L’accession au trône en 1999 de son fils Mohammed VI, aussi porteuse d’espoirs qu’elle ait pu l’être, n’amènera pourtant pas de changement notable dans cette ligne de conduite « officielle » qui valut à son père « d’être cité dans l’histoire comme le Roi bâtisseur ». Ainsi, le nouveau souverain met en avant l’intérêt qu’il y a pour les villes marocaines à « drainer les investissements productifs, notamment dans le domaine touristique auquel (il) attache un intérêt particulier alors que la beauté architecturale et urbanistique constitue un des facteurs qui rehaussent l’attractivité dans ce secteur en matière d’investissement »16.

  • 17  Nous reviendrons plus loin sur le pourquoi de cette « spécificité » casablancaise.

12Du processus que je viens de décrire résulterait logiquement une exclusion de fait de cette « marocanité » officielle de tous les bâtiments et (fragments de) villes du Maroc qui ne correspondraient pas à ces « canons » architecturaux « hassaniens » , a fortiori en ce qui concerne les édifices et quartiers dits « coloniaux » parce que construits sous le Protectorat français. Pourtant, il est aujourd’hui de plus en plus émis ou admis au sein de certaines composantes de la société marocaine que cet héritage architectural et urbain fait ou devrait faire partie du patrimoine national marocain : nombre d’actions ont déjà été mises en place pour tenter de sauvegarder et mettre en valeur cet héritage, principalement à Casablanca17, même si cette prise de conscience se limite encore essentiellement aux élites intellectuelles, politiques et économiques de cette ville. C’est donc ce processus de patrimonialisation de l’héritage architectural et urbain issu de la colonisation à Casablanca que nous allons maintenant décrypter pour voir, d’une part, comment ses protagonistes ont ajusté leurs actions et, surtout, leurs discours, à cette incontournable « marocanité », mais aussi, d’autre part, comment cette notion même d’identité marocaine a pu évoluer au gré des plus ou moins grandes « ouvertures » opérées par le Palais durant les dernières années du règne d’Hassan II et les premières de celui de Mohammed VI, autorisant de fait l’accès à la « marocanité » à des objets qui en étaient jusqu’alors exclus.

Patrimonialiser un héritage architectural et urbain issu de la colonisation

13Banalement, cette histoire commence par la destruction d’un certain nombre d’édifices « remarquables » de Casablanca dans les années 70 : les Arènes de Casablanca en 1971, l’Hôtel d’Anfa (détruit en grande partie en 1972), les Galeries Lafayette et le Cinéma Vox (démolis tous deux à la fin des années 70) et le Théâtre Municipal (en 1984). Si ces destructions ont parfois suscité quelques (rares) manifestations d’émotion, on ne relève alors aucune réaction pour s’y opposer. Contrairement à ce que soulignait Chastel il y a déjà plus de vingt ans, à Casablanca, la perte n’induit pas forcément une réaction, à ce moment-là du moins, très probablement parce que ces bâtiments là n’étaient pas encore « défendables », du fait même de leurs origines coloniales…

  • 18  Cf. l’article de Raffaele Cattedra dans ce même ouvrage.
  • 19  Le seul « édifice » à avoir jamais été classé à Casablanca est le site préhistorique de la Carrièr (...)

14Un premier « geste » envers cet héritage architectural casablancais figure dans le Schéma directeur d’urbanisme qui est réalisé entre 1981 et 1985 par le cabinet Pinseau18, les membres de son équipe procédant à un recensement de bâtiments « à protéger » à Casablanca, incluant dans cette liste des mosquées ou des mausolées de l’ancienne médina, mais également plusieurs dizaines de bâtiments de la ville construits durant la période du Protectorat. Cette liste et le plan qui représente la situation des bâtiments à classer ne figurent toutefois pas dans le SDAU tel qu’il est ratifié en 1985, de même qu’aucun bâtiment du centre de Casablanca ne sera classé monument historique dans les années qui suivent19, probablement pour la même raison que celle citée ci-avant.

  • 20   Le pluriel s’explique ici par le fait que Casablanca comporte deux « médinas », l’ancienne Dar el (...)
  • 21  Zurfluh Jean Michel, Casablanca, Casablanca, Soden, 1985, p. 7.
  • 22  Remarquons que l’auteur prend soin d’utiliser le terme de « centre » plutôt que celui de « ville m (...)

15Un second « geste » sera plus explicite, celui de Jean Michel Zurfluh, architecte et photographe né à Casablanca, qui publie en 1985 un ouvrage sur cette ville dont une bonne partie est consacrée aux bâtiments construits durant le protectorat français. L’introduction de ce livre est précédée d’un avant-propos d’un architecte casablancais qui se termine ainsi : « Aujourd’hui, les préoccupations du futur immédiat ne doivent pas nous détourner de la fragilité et de la dégradation du tissu urbain dans le centre et les médinas20 de Casablanca. C’est à ce titre qu’il faut entretenir, sauvegarder et rénover les lieux historiques afin d’en perpétuer le sens. Le présent ouvrage se place à merveille dans cette direction et il est venu à un moment où on en a le plus besoin »21. C’est dans cet ouvrage qui associe encore l’ancienne et la nouvelle médinas que nous trouvons le premier manifeste public envers l’héritage architectural issu de la colonisation à Casablanca22.

16Au-delà de ces « bonnes intentions » qui n’ont alors aucune suite effective, le premier cas connu de mobilisation active autour des édifices casablancais d’origine coloniale se fait autour de celui qu’on appelle le plus souvent l’Hôtel Lincoln, en fait l’Immeuble Bessonneau, construit par Hubert Bride en 1916-1917. Au début des années 90, une partie des toitures de cet immeuble s’effondre sur ses occupants. Un arrêté d’expulsion en urgence est alors signé par la municipalité, permettant indirectement au propriétaire de se débarrasser de tous les locataires présents dans cet immeuble (les loyers étant bloqués et les baux non résiliables) et de demander une autorisation de le détruire pour y construire un nouveau bâtiment plus élevé, tel que l’autorisent les règlements d’urbanisme. C’était sans compter avec la réaction de quelques Casablancais qui se mobilisent en publiant ou faisant publier des articles dans la presse locale pour appeler à la protection du Lincoln, arguant que ce bâtiment fait partie du patrimoine casablancais (et non marocain...). Le résultat de cette campagne de lobbying est que les autorités municipales refusent finalement de signer l’autorisation de démolition, gardant sous le coude le dossier durant plusieurs années, au grand dam du propriétaire et de son architecte.

  • 23  Il n’y a en effet, au niveau de la loi, rien qui permette alors d’empêcher ces démolitions. Nous a (...)

17Ce premier « succès » n’empêche pourtant pas, par la suite, en dépit de non moins vives protestations, la destruction d’autres édifices et, notamment, de la célèbre Villa El Mokri, construite par Marius Boyer en 1928 au sommet de la colline sur laquelle est installé le quartier « ultra chic » d’Anfa Supérieur. L’échec de ces mobilisations entraîne certains de leurs protagonistes, majoritairement des architectes, à se regrouper au sein d’une association qu’ils créent en 1995 : « Casamémoire. Association de sauvegarde du patrimoine architectural de Casablanca ». La vigilance de cette association et certaines de ses actions permettent alors d’éviter la destruction de certains édifices, à défaut d’obtenir un classement qui leur procurerait une protection permanente. Durant cette première période, Casamémoire produit ainsi un certain nombre de fiches descriptives sur les bâtiments qu’elle entend sauver de la destruction pour argumenter ses demandes de protection, ce qu’elle obtient parfois indirectement grâce à une complicité bienveillante de l’Agence Urbaine23 qui utilise ces arguments pour tenter de refuser les autorisations de démolition..

  • 24  Monique Eleb et Jean-Louis Cohen, Casablanca. Mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Haz (...)
  • 25  Notons toutefois que Casamémoire ne « piochera » dans cet ouvrage que ce qui l’intéresse, négligea (...)

18L’année 1998 voit la publication d’un ouvrage dont l’impact est décisif et durable : Casablanca. Mythes et figures d’une aventure urbaine de Monique Eleb et Jean-Louis Cohen. À l’instar de ses auteurs qui terminent leur conclusion en formant « le vœu que les menaces qui planent sur les bâtiments de la ville nouvelle se dissipent et que ce livre, qui permettra d’identifier un ensemble conséquent de lieux et de bâtiments (encore) existants, contribue à la définition d’une politique active de préservation et de restauration d’un patrimoine dont les origines seront mieux connues »24, un petit groupe de Casablancais se (re)mobilise à cette occasion, provoquant une refondation en 1999 de Casamémoire qui accueille de nouveaux membres plus actifs, presque tous encore architectes, l’un d’eux se faisant élire président de l’association. De même, l’ouvrage de Monique Eleb et Jean-Louis Cohen fournit à l’association une « base technique » et il est utilisé par ses membres comme le recensement des bâtiments à défendre25 assorti des détails historiques et stylistiques qui permettent d’argumenter leur démarche. Enfin, Casamémoire utilise à bon escient la large couverture médiatique qui accompagne la sortie de cet ouvrage tant au Maroc qu’en France, organisant, entre autres, des visites du centre-ville pour les journalistes.

  • 26  Sans faire partie de cette association, j’ai pu assister durant deux années (1999 à 2001) à une pa (...)

19Une petite parenthèse s’impose ici sur cette association26 :

20La plupart des membres de cette refondation de Casamémoire sont des architectes marocains qui ont tous fait leurs études en France et qui se disent alors plutôt « Casablancais » que « Marocains ». Ce point est assez important car il induit un décalage certain entre ces personnes (moins d’une dizaine de membres réellement actifs) et l’ensemble de la population de Casablanca au nom de laquelle ils parlent ; de plus leur représentation dans la sphère publique est alors très disproportionnée par rapport à la réalité de leur groupe, plus particulièrement dans les médias locaux francophones. Si ces personnes n’ont donc personnellement pas de difficultés à défendre cet héritage architectural du fait de ses origines, la manière de le désigner leur pose problème. Le mot qui est alors sur toutes les langues est celui d’« architecture coloniale », ce qui n’est pas sans inconvénients puisque certains de leurs détracteurs iront jusqu’à les taxer de colonialistes... Ce « combat » est d’autant plus délicat à défendre que, à ce moment là, seul cet héritage architectural issu de la colonisation intéresse les membres de cette association, l’ancienne médina étant, par exemple, tout juste considérée comme bonne à démolir… Plusieurs réunions se tiennent alors au sein même de l’association pour arrêter une terminologie qui permette de nommer autrement ces bâtiments et de bannir définitivement le mot « colonial » des discours tenus par ses membres. Finalement, c’est le terme « Art Déco » qui est retenu pour qualifier cet ensemble d’édifices aux origines stylistiques pourtant très variées, probablement parce que ce style fut le plus propice à des emprunts aux arts traditionnels marocains.

  • 27  Un certain nombre de manifestations portant sur le Maroc furent organisées cette année là en Franc (...)
  • 28  Cette nouvelle désignation ayant l’avantage d’être moins restrictive que celle d’Art déco tout en (...)

21Après cette première phase de restructuration de l’association commence le temps de l’action : du 28 mai au 18 juillet 1999, Monique Eleb et Jean-Louis Cohen organisent à l’Espace Electra de Paris, dans le cadre du « Temps du Maroc »27, une exposition tirée de leur livre sur Casablanca. À cette occasion, Casamémoire, n’ayant finalement encore que peu d’échos localement, fait un petit « détour parisien » grâce à une subtile opération de lobbying afin de faire parler de Casablanca dans la presse française. Profitant du passage à Casablanca de plusieurs voyages de presse que le « Temps du Maroc » organise pour les journalistes français, Casamémoire réalise à chaque fois pour ces derniers de longues visites commentées de la ville afin de les sensibiliser à ce « musée vivant de l’architecture moderne »28. Ces visites donnent lieu à publication d’un nombre important d’articles dans la presse française entraînant, par rebond, son équivalent dans la presse marocaine, et plus particulièrement dans les hebdomadaires francophones, qui vont, eux aussi, se mettre à parler de ce « patrimoine », déplorant son mauvais état et les destructions. Cette « mise en situation » prépare ainsi très favorablement le public casablancais à la venue de l’exposition de Monique Eleb et Jean-Louis Cohen à Casablanca même. Celle-ci s’y tiendra effectivement début 2000, le président de Casamémoire ayant été chargé d’en organiser la scénographie avec l’aide d’autres membres de l’association dans la « Villa des Arts », un bâtiment d’origine coloniale qu’il vient lui même de réhabiliter pour le compte d’une fondation privée…

  • 29  Cet ensemble de deux tours de bureaux assemblées autour d’un centre commercial et inauguré à Casab (...)

22Durant les quelques semaines que dure l’exposition, l’association Casamémoire organise des visites guidées de la ville mais, surtout, une série de tables-rondes autour du thème de la préservation du patrimoine architectural de Casablanca. Celles-ci se tiennent au dernier étage de l’une des tours jumelles du Twin Center - édifice quelque peu emblématique qui domine alors depuis peu le centre de la ville29 - et amorcent un changement notable, sortant l’initiative de la sauvegarde du patrimoine architectural et urbain de Casablanca du seul cercle restreint de l’association.

23En effet, il y a d’abord (ré)apparition d’autres acteurs autour de cette question, principalement regroupés au sein du Conseil Régional du Centre de l’Ordre des Architectes. Ceux-ci annoncent par exemple au cours de l’une de ces tables-rondes qu’ils ont pris l’initiative de demander l’inscription des façades de l’hôtel Lincoln auprès du ministère de la Culture, devenant alors un second partenaire incontournable pour tout ce qui concerne la préservation de l’héritage architectural et urbain de Casablanca.

24Il y a ensuite une réelle diffusion dans la sphère publique de l’idée même que cet héritage peut constituer un patrimoine non plus seulement casablancais mais marocain, notamment par le biais de la presse mais aussi, et c’est nouveau, par la télévision nationale qui diffuse deux reportages sur la question.

  • 30  Voir à ce propos l’article de Raffaele Cattedra dans ce même ouvrage.

25De ce succès médiatique découle un tout nouvel intérêt du politique pour la sauvegarde du patrimoine architectural et urbain, notamment de la part du ministère de la Culture, du ministère de l’Aménagement et de l’Urbanisme et, surtout, des différentes autorités locales casablancaises (commune, préfecture, etc.). Ces dernières commencent alors à apporter leur soutien aux initiatives du type de celles initiées par Casamémoire, avec un intérêt bien compris de ce que cela peut apporter au développement touristique d’une ville qui a longtemps été présentée dans les guides touristiques comme sans grand intérêt, si ce n’est sans aucun intérêt. Si même depuis quelque temps, quasiment tous les guides récents présentent une ou plusieurs pages sur l’architecture de cette ville, souvent, là encore, qualifiée exclusivement d’Art Déco30, le tourisme de masse n’y est toutefois pas encore de mise et les rares tour operators qui passent par Casablanca se contentent généralement de montrer à leurs groupes en deux heures de temps la Grande Mosquée, le Marché Central (présenté parfois comme un souk typiquement marocain…) et le quartier des Habous, cette « nouvelle médina » étant probablement plus seyante au tourisme que l’ancienne…

26Ces tables-rondes sont aussi pour Casamémoire l’occasion de commencer à faire appel à de « vrais » experts des questions de sauvegarde du patrimoine, tels Abdelaziz Touri (directeur du patrimoine culturel à l’UNESCO) et Bernard Toulier (conservateur en chef du patrimoine en France), retenant l’idée de constituer un vrai projet de demande de classement de l’ensemble de Casablanca, tant au niveau marocain qu’auprès de l’UNESCO, avec pour objectif d’obtenir le classement de la ville au titre de patrimoine mondial de l’humanité, au risque de faire passer cet héritage de son tout nouveau statut de « patrimoine national » à celui de « patrimoine mondial »…

  • 31  Rappelons que, au grand maximum, deux ou trois dizaines d’individus sont réellement actifs et infl (...)

27Suite à cette exposition et à ces tables-rondes, tout ce « petit monde »31 se mobilisera en toutes sortes d’occasions pour tenter de sauvegarder telle ou telle villa menacée de destruction ou vilipender tel propriétaire qui, par exemple, a osé cimenter les zelliges recouvrant la coupole de son immeuble qui avait des fuites (immeuble Maret, construit par Delaporte en 1932).

28Plus sérieux est le projet de création d’une « liste » initié par l’Agence Urbaine en partenariat avec la Wilaya, le Conseil Régional de l’Ordre des Architectes et Casamémoire. Une commission de membres issus de ces institutions sélectionne 67 édifices pour en demander en bloc le classement au ministère de la Culture. Alors que cette liste ne sera proposée au classement que deux ans plus tard, en octobre 2002, et que seul un édifice, le Lincoln, n’est finalement véritablement inscrit à ce jour grâce à l’initiative du Conseil Régional de l’Ordre des Architectes, la Wilaya anticipe néanmoins sur une réglementation à venir en faisant comme si l’ensemble l’était déjà, refusant telle ou telle autorisation de démolir au titre de l’appartenance à cette liste...

  • 32  Le Wali dirige la Wilaya, équivalent de nos préfectures. Toutefois, le fait qu’ils aient ici été n (...)
  • 33  Maroc Hebdo International, n° 529, 18 au 24 octobre 2002, p. 21.

29L’été 2001 marquera une étape plus « opérationnelle » avec la nomination par le roi de « Superwalis »32 dans toutes les grandes villes du Maroc. À la tête de la Wilaya de Casablanca est nommé Driss Benhima, polytechnicien issu du secteur privé et figure médiatique qui entretient lui-même sa représentation d’« homme à poigne ». Ce nouveau Wali entend, dès sa nomination comme « super-préfet » de la région du Grand Casablanca, réformer en profondeur le fonctionnement et, surtout, transformer cette ville à son image, entrepreneur à la tête d’une ville entreprenante... Driss Benhima est décidé à mettre en place pour Casablanca « un projet global porteur d’une idée culturelle casablancaise qui reste à construire. (Son) choix est clair : soit un développement voulu, soit un développement subi. Soit la stratégie de Barcelone, soit la dérive de Calcutta »33

30Pour tout ce qui concerne l’urbanisme et l’architecture, le nouveau Wali décide de faire appel à un « spécialiste », le président de Casamémoire qui devient son conseiller sur ces questions à la Wilaya. Dès le début de cette collaboration (ré)émerge l’idée d’organiser un festival de Casablanca, sous la thématique de « Casablanca, une modernité marocaine », à forte dominante architecturale et dont l’organisation est confiée, là encore, au président de Casamémoire. Bien que ce festival ait finalement été annulé pour des raisons d’ordre financier, sa préparation fut l’occasion d’un certain nombre d’actions comme la formation de guides pour organiser des visites de la ville et la réalisation d’un guide papier par trois membres de Casamémoire (jamais publié), la réhabilitation de l’église du Sacré-Cœur (prévue comme la « Cathédrale des Arts », lieu principal des activités du festival) financée exclusivement par des entreprises privées et l’organisation d’un « Week-end du patrimoine » en juillet 2002.

31En effet, faute d’avoir pu maintenir le festival de Casablanca, ses organisateurs décident de convier des journalistes et spécialistes du patrimoine du xxe siècle, étrangers et marocains, à un week-end à Casablanca autour des questions de sauvegarde du Patrimoine. Visites de la ville, débats et conférences dans des lieux symboliques de Casablanca (à la Villa des Arts mais aussi dans l’aérogare de Tit Mellil, réouverte pour l’occasion) ponctuent cette manifestation fermée dont les Casablancais n’auront d’échos que par la presse. À cette occasion, l’un des participants, jeune architecte marocain et directeur d’une nouvelle revue d’architecture au Maroc, déclare : « Il n’y a même pas un an (sic), on n’aurait jamais imaginé que des visites de la ville concernant l’architecture contemporaine dite « coloniale»  pourraient avoir lieu. Un acquis dont nous sommes tous fiers ».

32Le fait même que le président de Casamémoire soit conseiller du Wali entraîne une série d’opérations tout à fait dans la lignée des objectifs de son association, avec par exemple :

  • La fermeture des hôtels et des bars peu fréquentables sous prétexte sanitaire et qui figurent sur la liste. La Wilaya exige alors de chacun de leurs propriétaires la réhabilitation de leur immeuble, la réouverture de chacun d’eux dépendant de la qualité du projet et de sa bonne réalisation, selon des critères non définis.

  • Des demandes de démolitions d’ajouts illégaux, la Wilaya ayant envoyé aux propriétaires ou locataires de certains immeubles une missive leur demandant, textes de lois à l’appui, de les détruire (le plus souvent, des pièces construites sur une terrasse).

    • 34  Voir là encore l’article de Raffaele Cattedra.

    Nous assistons également en 2001 à un brusque revirement avec l'apparition d'un tout nouvel intérêt pour l'ancienne médina de Casablanca, promise à la démolition (dans les discours tout du moins)34. L’idée émane, cette fois, du Wali lui-même, probablement pour éviter le risque d’une trop grande « perte de marocanité » à une ville qui garde dans le reste du Maroc une image de modernité et d’occidentalité. Quelques projets sont ainsi initiés dans cette ancienne partie de la ville, comme la réhabilitation de la Sqala en restaurant de luxe.

33Ce dernier revirement ne remet toutefois pas en cause, bien au contraire, l’intérêt pour le centre moderne de Casablanca et, fait nouveau, nombreux sont ceux qui, du simple propriétaire au promoteur immobilier, comprennent les (dés)avantages et la valeur que ce processus de patrimonialisation lui confère, dans un sens comme dans l’autre.

34Ainsi, un même promoteur aurait progressivement racheté une cinquantaine d’immeubles du centre-ville, profitant du fait que la plupart de ces bâtiments sont occupés par des locataires qui ne rapportent que des loyers insignifiants, pour les acquérir à très bas prix et spéculer sur leur valeur à venir. Il en est ainsi de l’immeuble Assayag (construit par Marius Boyer en 1930-32) dont une bonne partie des appartements ont déjà été vendus à de nouveaux venus comme, par exemple, deux membres de Casamémoire, une jeune star de la télé marocaine ou même Monique Eleb qui y a acquis un duplex…

35A contrario, des propriétaires de villas anticipent sur une législation de protection à venir en détruisant dès aujourd’hui leur bien afin d’être certain de pouvoir y construire ultérieurement le grand immeuble que les règlements d’urbanisme locaux autorisent aujourd’hui, surtout s’il figure sur la liste citée plus haut (alors que cette dernière n’a encore aucune valeur légale).

  • 35  Un nouvel effondrement a provoqué la mort d’un SDF qui se trouvait à l’intérieur de l’immeuble le (...)

36Sans aller plus loin dans la description de ces processus de patrimonialisation, toujours en cours, nous ne saurions terminer celle-ci sans revenir à l’Hôtel Lincoln dont les trois façades ont donc finalement été inscrites à l’inventaire des monuments historiques le 15 mai 2000. Le Conseil Régional du Centre de l’Ordre des Architectes a été chargé par la Wilaya d’être l’opérateur d’une opération de sauvegarde de ses façades, mais sans réel moyen d’action face aux résistances de son propriétaire. De plus, dans l’état actuel de la législation, la conservation des murs de ce bâtiments entraîne le maintien de tous les baux de location de ses anciens locataires et on ne peut rien opérer sans les indemniser, à moins de les y réinstaller... La situation est aujourd’hui totalement bloquée, l’état de cet immeuble se détériore de jour en jour et l’engagement du président du Conseil Régional dans cette « affaire » est tel qu’il nous disait lui-même en octobre 2002 que « si les murs du Lincoln tombent, je m’écroule avec »…35

Un faux paradoxe ?

37Les évènements et processus que nous venons de décrire pourraient paraître paradoxaux, voire inconvenants, identitairement parlant. On aurait pu, en effet, penser que ces mécanismes de construction identitaire que sont notamment les processus de patrimonialisation, auraient dû se cristalliser à Casablanca autour d’objets plus « marocains », tant au niveau historique que religieux, comme la médina ou la Grande Mosquée, surtout si l’on reconsidère les « canons architecturaux » tels que retenus et imposés par Hassan II. Nous ne reviendrons pas sur le cas de la Grande Mosquée, bien décrit par Raffaele Cattedra dans son article, mais attardons-nous sur celui de l’ancienne médina.

  • 36  Sur la « citadinité » des habitants des médinas, voir Mohamed Naciri, « Regards sur l’évolution de (...)
  • 37  Sur tout ce qui précède, voir les articles de Naïma Lahbil Tagemouati et de Françoise Navez-Boucha (...)

38S’il est indéniable que les médinas marocaines restent profondément ancrées dans l’imaginaire collectif marocain, en en fondant même l’identité, et s’il est tout aussi indéniable qu’elles sont l’objet de toutes les attentions, elles ne le sont que par le biais de discours et sont aujourd’hui quasiment délaissées par les élites et les couches moyennes de la population. Pour celles-là, les médinas apparaissent de moins en moins habitables, car trop dégradées et dégradantes, tant matériellement que socialement. Matériellement, car aussi beau et aussi « marocain » soit un palais ou un fondouk situé en médina, il n’est pas accessible à l’automobile et le nouveau réfrigérateur doit parfois passer par les toits pour rejoindre la cuisine. Socialement, car il faut « malheureusement » y côtoyer de plus en plus de pauvres, souvent considérés comme les moins « citadins » des Marocains, toujours stigmatisés comme des ruraux alors que certains demeurent là depuis plusieurs générations36... Quoiqu’on puisse ainsi dire de la grandeur et la magnificence des médinas marocaines, elles ne correspondent donc plus aujourd’hui aux modèles de ville et de vie auxquels aspirent au quotidien ceux qui peuvent en sortir pour rejoindre de nouveaux quartiers qui correspondent parfaitement à l’idéal type hassanien, modèle hybride qui, de fait est, ou sera demain, l’un des symboles de l’identité collective marocaine.37

39La clé de compréhension de ces processus de patrimonialisation de l’héritage architectural issu de la colonisation se situe plus probablement au niveau des enjeux qui les sous-tendent, processus qui se fondent essentiellement, rappelons-le, sur des discours. C’est cette multiplicité, ou plutôt cette complémentarité de multiples enjeux présents sur ce terrain de la patrimonialisation qui seule permet ce passage au « statut » de patrimoine des objets visés, à savoir leur désignation et reconnaissance comme tel par un groupe social constitué. Il est vrai que dans l’exemple de Casablanca, ce groupe est encore très restreint et élitiste – le « peuple » de Casa n’ayant pas grand chose à voir ni à dire de cette histoire – mais c’est ce groupe qui « a la parole », qui « sait parler » et faire diffuser ses propos : nous sommes donc déjà dans une phase efficace et performative de ce processus de patrimonialisation. Il apparaît alors important de comprendre pourquoi ce dernier est en cours et d’essayer de déconstruire cette confluence d’enjeux. Si tous ces acteurs disent agir par amour de leur ville, consciemment ou non, de manière délibérée ou pas, tous participent à leur manière à cette construction collective et agissent, chacun à leur niveau, à des fins qui sont exclusivement les leurs. Tentons de faire le point sur certains de ces enjeux.

40Bien évidemment, il y a des enjeux d’ordre politique, soit par une prise de position sur l’échiquier local, soit pour valoriser une ville qui, si elle est effectivement la capitale économique du Maroc, garde une image très dévalorisée et dévalorisante de ville exclusivement industrieuse et industrielle (d’où un soutien croissant des politiques locaux aux actions de Casamémoire puis du Conseil Régional de l’Ordre des Architectes). N’oublions pas non plus que la patrimonialisation focalise l’attention sur les éléments qu’elle vise et que, à ce titre, la non patrimonialisation d’autres objets permet de les occulter de l’image de la ville, comme les bidonvilles ou l’ancienne médina jusqu’à très récemment.

41Des enjeux financiers évidemment, avec une tentative de reconquête d’un centre-ville longtemps délaissé, pour en revaloriser le foncier et le bâti, pour y effectuer des projets immobiliers fructueux ou pour y attirer des investissements, notamment dans le domaine du tourisme. Derrière ceux-là, il y a évidemment la volonté d’« assainir » la ville, la patrimonialisation conférant aux objets qu’elle vise un caractère intouchable, d’où l’enjeu qu’elle peut elle-même représenter dans la justification de l’éradication de populations ou d’activités indésirables (locataires peu rentables, pauvres, prostituées, bars à alcool bas de gamme et leurs clients...).

42A l’échelle de Casablanca et de ces acteurs qui tentent de patrimonialiser le centre de cette ville, l’enjeu commun à tous semble être la quête d’une « cité idéale », vraisemblablement représentée ici par la ville coloniale, non pas pour son caractère historique (la colonisation française) mais pour les mises en ordre et aux normes qui sous-tendent son projet. Cette « cité idéale » étant alors principalement, à l’image de ce que voulait être la ville coloniale moderne, un lieu ou le dominant peut dominer au mieux les dominés, même si cela peut relever d’une mystification symbolique mais bien matérielle d’un temps chimérique où régnait l’ordre.

43Enfin, du fait qu’il s’agit principalement d’héritage colonial et que ce processus de patrimonialisation émane principalement d’acteurs marocains, on pourrait être tenté de croire qu’il y a là, dans une (apparente) moindre mesure, peu d’enjeux d’ordre identitaire. Ces derniers sont pourtant très présents, mais pas forcément là où on les attend car, bien au-delà d’une identification à l’aspect colonial de cet héritage en tant que tel, il s’agit ici tout de même d’une identification à l’idée d’une certaine modernité (perdue ou idéalisée) de la ville de Casablanca, en une sorte d’exercice d’autojustification d’une certaine manière de vivre qui serait propre à Casablanca par rapport aux autres villes marocaines. Nous retrouvons ici sous une autre forme, plus tragique, cette quête de conciliation entre tradition et modernité et l’idée que tout Casablancais qu’on soit, ce Casablanca auquel on appartient et s’identifie doit être malgré tout marocain, ceci expliquant probablement le titre du festival avorté, « Casablanca, une modernité marocaine ». Si patrimonialiser, c’est s’approprier pour posséder, c’est aussi et surtout, dans ce cas, marocaniser un héritage qui a ici l’inconvénient d’être issu de la colonisation et d’être une forme de représentation de l’occidentalisation.

44On peut néanmoins se poser la question de savoir si ce processus de patrimonialisation ne serait pas également une forme de stratégie de sortie de cette incontournable marocanité hassanienne, comme un rite initiatique du passage à une autre « modernité marocaine » qui prend aujourd’hui pour « support » cet héritage architectural issu de la colonisation, probablement parce qu’il était à la fois « moderne » et « hassaniènement correct » avant l’heure, mais qui pourrait très bien se fixer demain sur un tout autre objet.

  • 38  Corinne Enaudeau, Là-bas comme ici, Paris, Gallimard, 1998, p. 33-34.

45Reste que, si « inventer la cité, c’est inventer la représentation, le lieu où le pouvoir se dispute et délègue »38, les « constructions sociales » de la ville que sont ces processus de patrimonialisation sont a fortiori fragiles : les attentats du 16 mai 2003 sont venus tragiquement le rappeler en transformant radicalement à l’instant même l’image de Casablanca, les médias du monde entier montrant alors en boucle la même ville sous un tout autre jour, celui de ses bidonvilles et quartiers périphériques miséreux qui seraient les foyers de l’extrémisme islamique. Il est vrai qu’à trop suivre ces mises en représentation, on aurait presque oublié que, au-delà de ces malheureux extrêmes, il y a aussi tout simplement des pauvres et des déshérités dans cette ville, et qu’eux aussi participent à sa construction, tant matérielle que symbolique…

Notes

1  Bien que se focalisant sur ce seul « héritage colonial », ce texte croise néanmoins à plusieurs reprises à une autre échelle d’analyse et avec différents questionnements l’article de Raffaele Cattedra dans ce même ouvrage. Nous recommandons donc de lire ce dernier préalablement à celui-ci.

2  Discours de S. M. Hassan II, 14/01/1986.

3  Discours de S. M. Hassan II, 19/12/1979.

4  Ibid.

5  Ibid. Le roi fait aussi allusion dans ce texte à l’utilisation de cette même métaphore dans une allocution précédente, sans la dater.

6  Discours du 14/01/1986, op. cit.

7  Discours du 19/12/1979, op. cit.

8  Discours du 14/01/1986, op. cit.

9  Ibid.

10  Dans son discours du 19/12/1979, le roi s’intéresse néanmoins aux plans des bâtiments, affirmant qu’« en préservant l’originalité de notre architecture nous pouvons conserver la cohésion de la famille et protéger l’enfant, l’adulte et le vieillard »…

11  Discours prononcé par S. M.Hassan II le 3 mars 1993 à l’occasion du trente-deuxième anniversaire de son accession au Trône.

12 Ibid.

13  Denœux Guilain et Maghraoui Abdeslam, “King Hassan’s strategy of political dualism”, Middle East Policy, Vol. V, n° 4, janvier 1998, p. 127.

14  Discours du 14/01/1986, op. cit.

15  Sur ce cas de Sefrou, voir l’éclairant article de Clifford Geertz, « Modernités », in Mediterraneans/Méditerranéennes, n° 11, Paris et Casablanca, MSH et Editions Le Fennec, 1999/2000, pp. 281-292.

16  Discours prononcé par S. M. Mohammed VI à l’occasion du 48ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple et de la Fête de la jeunesse, 21/08/2001.

17  Nous reviendrons plus loin sur le pourquoi de cette « spécificité » casablancaise.

18  Cf. l’article de Raffaele Cattedra dans ce même ouvrage.

19  Le seul « édifice » à avoir jamais été classé à Casablanca est le site préhistorique de la Carrière de Sidi Abderrahmane, en 1951, où furent découvertes, peu avant, les traces de l’« Atlanthropus Mauritanicus », daté de plus de 400 000 ans

20   Le pluriel s’explique ici par le fait que Casablanca comporte deux « médinas », l’ancienne Dar el Beida et la nouvelle, le quartier dit des Habous construit par le protectorat pour loger des notables musulmans.

21  Zurfluh Jean Michel, Casablanca, Casablanca, Soden, 1985, p. 7.

22  Remarquons que l’auteur prend soin d’utiliser le terme de « centre » plutôt que celui de « ville moderne » ou de « ville européenne » qui étaient couramment utilisés pour désigner cette partie de Casablanca sous le Protectorat, le mot colonial étant lui aussi volontairement omis.

23  Il n’y a en effet, au niveau de la loi, rien qui permette alors d’empêcher ces démolitions. Nous assistons là à une sorte d’anticipation sur une loi de protection ou des procédures de classement qui ne sont encore qu’à l’état de vœux pieux...

24  Monique Eleb et Jean-Louis Cohen, Casablanca. Mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Hazan, 1998, p. 445.

25  Notons toutefois que Casamémoire ne « piochera » dans cet ouvrage que ce qui l’intéresse, négligeant à ce moment là l’ancienne médina ou les programmes novateurs de logements sociaux qui avaient été lancés par le Protectorat après la seconde guerre mondiale.

26  Sans faire partie de cette association, j’ai pu assister durant deux années (1999 à 2001) à une partie des assemblées générales, à de nombreuses réunions de travail et aux diverses manifestations qu’elle a organisées à Casablanca durant cette période. Je remercie tous les membres de Casamémoire de leur accueil et de leur confiance.

27  Un certain nombre de manifestations portant sur le Maroc furent organisées cette année là en France sous le titre du « Temps du Maroc », en un remplacement tardif de l’Année du Maroc en France qui n’avait pu se tenir quelques années auparavant, pour cause de froid jeté dans les relations franco-marocaines par la parution en 1990 de l’ouvrage Notre ami le Roi de Gilles Perrault.

28  Cette nouvelle désignation ayant l’avantage d’être moins restrictive que celle d’Art déco tout en continuant à gommer la dimension coloniale de cet héritage architectural.

29  Cet ensemble de deux tours de bureaux assemblées autour d’un centre commercial et inauguré à Casablanca en 1998 étant, d’après son propre architecte, Riccardo Boffil, un « amalgame entre tradition et modernité s’inspirant de l’architecture moderne, de l’arabo-musulmane et dune autre andalouse avec comme principaux repères la Giralda de Séville, la Koutoubia de Marrakech et la Tour Hassan de Rabat »… (in Le Journal, hebdomadaire marocain francophone, 18 au 24 mai 1998, p. 13.).

30  Voir à ce propos l’article de Raffaele Cattedra dans ce même ouvrage.

31  Rappelons que, au grand maximum, deux ou trois dizaines d’individus sont réellement actifs et influents dans cette affaire.

32  Le Wali dirige la Wilaya, équivalent de nos préfectures. Toutefois, le fait qu’ils aient ici été nommés directement par le roi confère à ces Walis des pouvoirs supplémentaires, non dits mais bien réels, d’ou le surnom de « Superwali » qui leur a été donné par la presse marocaine. Dans l’exemple qui nous concerne, Driss Benhima s’est ainsi arrogé d’autorité certaines prérogatives qui n’étaient théoriquement pas de son ressort, notamment en ce qui concerne la délivrance des autorisations de construire ou de démolir sur l’ensemble du grand Casablanca qui relève normalement des services des communes urbaines.

33  Maroc Hebdo International, n° 529, 18 au 24 octobre 2002, p. 21.

34  Voir là encore l’article de Raffaele Cattedra.

35  Un nouvel effondrement a provoqué la mort d’un SDF qui se trouvait à l’intérieur de l’immeuble le 11 avril 2004, relaçant la polémique dans la presse locale.

36  Sur la « citadinité » des habitants des médinas, voir Mohamed Naciri, « Regards sur l’évolution de la citadinité au Maroc », in Citadins, villes, urbanisation dans le Monde arabe aujourd’hui, Tours, URBAMA, 1985, pp. 37-59. Cet article est fort éclairant sur le regard que porte une partie des "élites" marocaines, forcément « citadines », sur les populations les plus démunies et, surtout, d’origine rurale, refusant à ces dernières tout accès à cette « citadinité » : « Les citadins vivent quotidiennement cette réalité dans les vieilles cités marocaines. Leur impression d’être submergés n’est pas surfaite ; elle correspond à l’irruption continue de la population rurale dans les centres urbains du pays (…) Dans la vieille médina de Fès qui fut la Cité par excellence, le pourcentage de la population née à Fès même est de 40 % seulement en 1976. (…) Parler de la citadinité, dans ces conditions, apparaît comme une démarche passéiste » (Les mots en gras sont soulignés par M. Naciri…).

37  Sur tout ce qui précède, voir les articles de Naïma Lahbil Tagemouati et de Françoise Navez-Bouchanine dans ce même ouvrage.

38  Corinne Enaudeau, Là-bas comme ici, Paris, Gallimard, 1998, p. 33-34.

Auteur

Ingénieur de recherche à la Maison des sciences de l'homme de Tours

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable