Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains

 | 
Raffaele Cattedra
, 
Pascal Garret
, 
Catherine Miller
, 
et al.

Champs et enjeux identitaires

Le retour de l’espace prodigue : la ville ancienne du Caire, patrimoine équivoque et virtuel

Anna Madœuf

Entrées d'index

Mots clés :

patrimoine, urbanisme

Géographique :

Égypte, Le Caire

Note de l’éditeur

Cet article a été publié sous le titre « Le retour de l’espace prodigue : la ville ancienne du Caire, patrimoine équivoque et virtuel », in Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du xxie siècle, M. Gravari-Barbas et S. Guichard-Anguis (dirs), Paris, Presses de l’Univ.ersité de Paris-Sorbonne, 2003, p. 539-549.

Note de l’auteur

Texte écrit en 2001

Texte intégral

  • 1  Youssef Idris, Au fond de la ville (Qâ’ al-madîna), traduction Luc Barbulesco et Philippe Cardinal (...)

1Si, jusque dans les années 1960, le centre ancien du Caire pouvait incarner, en tant qu’allégorie sociale, le « fond de la ville », il n’en est plus de même aujourd’hui. Exemplaire en ce sens est la confrontation de deux incursions dans la ville ancienne, imaginées à trente ans d’intervalle par Youssef Idris et Gamal Ghitany1, qui mettent en scène les périples de deux Cairotes appartenant à des classes sociales favorisées.

2À la fin des années 1950, il s’agit d’une véritable expédition, de surcroît vers un univers chaotique, méconnu et répulsif, un voyage initiatique, rythmé et haché par des séquences urbaines de plus en plus opaques, dans une atmosphère oppressante. Trois décennies plus tard, en empruntant le même itinéraire, les parcours sont alors balisés, les démarcations floues, les seuils se sont estompés, le trajet banalisé. La ville ancienne du Caire, ignorée et évitée, que l’on traversait presque « en apnée », se visite désormais !

3Les monuments sont devenus repères, ont acquis une identité, une valeur, un pouvoir émotionnel ; les quartiers qui les abritent sont reconsidérés et une procession de lieux sort de l’anomie. Mais la morale de cette exploration est duelle ; avant tout, il s’agit d’une valorisation, cependant celle-ci a aussi un effet pervers : le désenchantement. La ville ancienne est tout à la fois révélation et désillusion : affectée des mêmes maux que le reste de la ville, elle est partiellement démythifiée. De plus, la découverte du patrimoine monumental s’accompagne, également, de celle de l’indigence de son état et de la crudité de la réalité des quartiers anciens.

4Ces parcours littéraires illustrent les profondes mutations de la signification de l’espace qui se sont opérées au cours des vingt dernières années, mutations auxquelles l’inscription de la ville ancienne du Caire au patrimoine mondial de l’Unesco, en 1979, a certainement largement contribué.

De l’exil vers la réhabilitation via le Nobel

5La vieille ville du Caire, autrefois dissociée du centre-ville « moderne » mitoyen, s’en est rapprochée, socialement et morphologiquement, en particulier par l’attraction réciproque des marges entre les deux espaces. Dans les années 1930, la percée transverse de la rue al-Azhar amorce la première liaison entre les deux pôles. Par la suite, la création d’un autopont, pendant aérien de cet axe, qui prend son envol place de l’Opéra et se pose au cœur de la vieille ville, a opéré une nouvelle connexion, tout en s’émancipant de l’espace transitionnel ; les deux centres sont désormais solidaires. Depuis l’hiver 1997, les façades bordant cette voie ont été peintes en ocre-jaune, à l’exception de celles des monuments, lesquels semblent, par l’effet pervers du contraste, encore plus défraîchis. Depuis l’autopont, des panneaux décorés masquent les perspectives urbaines les plus confuses ; le paysage est lissé, le trajet harmonisé. La prochaine étape de l’intégration des deux centres, reprenant le même tracé, à un niveau souterrain cette fois, est celle de la future ligne de métro Imbaba-Salah Salem.

  • 2  En ce qui concerne le déclassement des quartiers centraux, cf. Galila El-Kadi, « Le Caire à la rec (...)
  • 3  C’est-à-dire suscitant une adhésion, au contraire d’une construction aléatoire, cf. la définition (...)

6Au temps de la mégapole, centre-ville et vieille ville sont recadrés, accolés et stabilisés dans un même contexte, celui d’un vaste espace central associant des secteurs fonctionnalisés. Mais alors que les quartiers ex-modernes se sont partiellement dépréciés2 et ne font plus figure de référence urbaine, la valorisation du patrimoine islamique des quartiers anciens contribue à instaurer, dans la capitale, un espace consensuel3.

  • 4  Précisons que la ville ancienne a perdu plus de 200 000 habitants entre 1966 (676 050 habitants) e (...)

7L’originalité sociale de la ville ancienne tend à s’atténuer ; certains de ses particularismes morphologiques s’estompent. Parallèlement, ses fonctions symboliques se maintiennent, se renforcent même ; elle exprime une remarquable réalité idéelle. Depuis la représentation du fond de la ville, qui prévalait dans les années 1960, des mutations sont intervenues, entre autres dans les domaines économique et démographique. La qualification de l’espace a évolué en partie en fonction de ces mutations, telle la baisse de la densité de population4, mais ces processus n’ont pas été les seuls déterminants de la renaissance de la vieille cité. Dans un tout autre registre, il semble que l’éradication, par les autorités, au cours des années 1970 et du début des années 1980, du marché de stupéfiants dans le quartier de Batniyya (proche de la mosquée al-Azhar), ait nettement amendé l’image de marque du centre ancien.

  • 5  Nous ne traiterons pas ici de l’ensemble des projets et réalisations concernant les quartiers anci (...)
  • 6  Si l’on considère la ville ancienne comme le territoire qui était urbanisé au début du xixe siècle (...)

8Il convient également de préciser que si les opérations ou restaurations ponctuelles sont nombreuses, il n’y a pas de politique globale de réhabilitation ou d’aménagement concernant l’ensemble de la vieille ville du Caire5 qui, peut-être à cause de son envergure considérable, n’est pas appréhendée dans sa totalité6 ; par ailleurs, elle n’apparaît pas comme centrale dans l’urbanisme de la capitale. La politique la concernant relève souvent du domaine intentionnel, au travers de discours inscrits plutôt dans l’air du temps que dans une stratégie générale à long terme.

  • 7  Projets menés à l’initiative du Ritsec (Regional Information and Software Engineering Centre, inst (...)
  • 8  Comme la Sdag Sustainable Development Association of Gamaliya, créée en 1996, financée par l’Undp (...)

9Jusqu’à la fin des années 1970, ce sont des interventions ponctuelles qui constituent l’essentiel des programmes de restauration. À partir des années 1980, s’amorce un processus d’énonciation et de mise en œuvre de projets de réhabilitation plus ambitieux. Le séisme d’octobre 1992 va, par ailleurs, contribuer indirectement à afficher la question du patrimoine ; s’ensuivent un inventaire sur cédérom et un projet de musée virtuel7. Ces réalisations prennent en compte, bien évidemment les monuments, mais également des sites et des lieux « ordinaires », désormais intégrés à la mémoire urbaine, comme le café Fichawî. Après 1995, des programmes écologiques voient le jour ; les notions d’environnement et de qualité de vie y sont avancées, au même titre que la restauration architecturale8. En 1996, la désignation par l’Unesco du Caire comme capitale culturelle du monde arabe de l’année va susciter diverses manifestations de cet ordre dans le centre ancien (festival de musique, expositions et spectacles). Actuellement, le secteur central d’al-Azhar est en cours d’aménagement, remodelage en phase avec la mise en place des infrastructures du métro, intervention locale dans le cadre plus global de l’équipement de la capitale.

10La vieille ville est redevenue centrale, objet d’enjeux, espace d’investissement. Elle est désormais identifiée, imaginée ; on lui emprunte ses symboles, on en institue d’autres. Elle est convoitée, marquée, et si son territoire demeure celui de ses habitants, si la matérialité des lieux reste concédée à ceux qui y vivent, ils sont pourtant en partie dépossédés de son idéalité. Cette dualité s’avère parfois incompatible, et les protagonistes sont classés dès lors comme usurpateurs ou légitimes, après identification des agresseurs et défenseurs potentiels ; le discours des autorités peut, dans ces conditions, être virulent et assorti de menaces d’exclusion.

  • 9  A titre d’exemple, le Hca (Haut Conseil des Antiquités) et le Gouvernorat du Caire sont à l’origin (...)

11Toute action spatiale, autre que celle des acteurs habilités à réhabiliter, peut être traduite comme outrage ou non-sens. Ainsi, certaines pratiques, qui revêtent des formes non instituées, ne servent pas un projet formalisé et évoquent un univers ou un temps perçus comme archaïques (comme la plupart des fêtes des saints, les mawâlid), et sont occultées. A contrario, certaines activités relevant d’un présent par trop manifeste – qu’elles soient le fait des habitants ou d’autres acteurs économiques - tendent à être vilipendées, sinon réglementées9.

12Dans tous les cas, la confrontation des activités triviales et des projections idéelles choque ; leur liaison apparaît contre nature. Pourtant, il semble qu’au lieu de se contrarier, ces deux expressions d’une même dynamique, fonctionnent au travers d’une complémentarité interactive, montrant que le passé n’est pas écumé. Le processus de sacralisation, induit par la patrimonialisation, transfère l’espace dans un univers souvent indéfini, mais presque toujours exclusif. Cependant, cette utopie nécessite des moyens tels et s’inscrit à l’encontre d’une dynamique si tenace que, pour l’instant, au Caire, elle ne se manifeste qu’en pointillé ou en intention, essentiellement dans le champ virtuel.

13Les prises de position sur la sauvegarde du patrimoine s’inscrivent dans une logique de contrôle et de marquage du territoire impliqué. La topographie des éléments de cette trame est sélective, certains objets construits étant alors ponctionnés dans l’espace, listés dans un inventaire et parfois reliés entre eux par un circuit. De ce fait, le monument est individualisé, singularisé de son environnement, et acquiert le caractère d’extraterritorialité du « site ». L’édifice concerné est doté de signes et d’attributs : une plaque nominative, un gardien, lui-même pourvu d’un trousseau de clés et d’un carnet de tickets, puisque désormais la visite des monuments est payante, la condition mercantile semblant attester de la réalité patrimoniale et garantir la valeur de l’objet.

  • 10  Pierre Nora, op. cit.
  • 11  En 1968, le Comité en charge de la préparation des festivités du millénaire du Caire fatimide soum (...)
  • 12  Comme en témoignent les nombreux articles de presse consacrés à l’état problématique du patrimoine (...)

14« Le patrimoine n’est pas seulement le dépôt général de l’histoire, il est aussi une idée immergée dans l’histoire. Un projet daté qui a sa propre histoire. »10 C’est par cet intermédiaire que les quartiers anciens, institués conservatoires virtuels de l’identité, se sont peu à peu défaits des représentations évocatrices de l’extrême, tant spatial que social, captées par d’autres secteurs plus périphériques de la capitale. L’image de la ville ancienne a considérablement changé, et ce en l’absence d’interventions urbanistiques majeures. Pourtant, ce n’est pas non plus dans la nature de ses transformations et de ses dynamiques propres qu’il faut rechercher les raisons de sa résurgence. Les quartiers, autrefois considérés comme des sommes de problèmes, dans un Caire voulu résolument moderne, et dont on envisageait parfois même d’activer la disparition11, sont désormais « lieux de mémoire », dont le devenir fait l’objet de discours et d’actes. Leur détérioration, exprimée comme une souffrance collective, est devenue une thématique récurrente dans les médias12.

15La reformulation de la ville ancienne s’est en effet opérée sur un schéma de dissociation des valeurs de l’espace considéré et de son contenu social. C’est surtout grâce à ce subterfuge, qu’un ensemble, pris en partie, peut se mouvoir dans la hiérarchie des représentations. La vieille ville est une entité socio-spatiale, mais aussi une catégorie dans le champ urbain, et ces deux réalités ne se recouvrent pas intégralement.

16D’archaïque, la ville ancienne est devenue historique ; par le biais de la patrimonialisation, qui a permis cette mue et rendu la substitution possible, elle est revenue sur le devant de la scène urbaine alors que d’autres quartiers la remplaçaient en coulisses. De la marge urbaine, vers laquelle le centre ancien avait dérivé, au cœur de l’agglomération – repositionnement vers sa place initiale –, c’est l’idée de cet espace qui a changé ; sa position hiérarchique dans la géographie symbolique de la cité en est le reflet. La désignation d’un Caire islamique et/ou fatimide participe aussi de cette réévaluation.

  • 13  Cette popularité est en grande partie assurée par la polyvalence de la diffusion des œuvres de Nag (...)
  • 14  Impasse des deux palais (Bayn al-qasrayn), 1956, Le Palais du désir (Qasr al-chawq), 1957 et Le Ja (...)
  • 15 Naguib Mahfouz, Les fils de la médina, (Awlâd Hâratinâ ), Paris, Sindbad, 1991 (première édition 19 (...)

17Même si le centre de la ville ancienne constitue un pôle où se concentre l’essentiel de ces projections et manifestations, son identification et sa reconnaissance ne s’ajustent pas sur un lieu unique, mais se déclinent selon qui l’on est. Azhar, Husayn, Gamâliyya, Khân al-Khalîlî, Ghûriyya : autant d’emblèmes aux allégeances plurielles, désignant des espaces cardinaux imbriqués. Ceux-ci ont des territoires et des rythmes propres, parfois des aires d’interférence. Ainsi Gamâliyya, « quartier du Prix Nobel », est devenu, au travers du succès d’un univers « mahfouzien »13, une image englobante, une référence exhibée qui se prête à diverses interprétations. Cette requalification valorisante participe de la conquête et de l’appropriation symboliques d’un ensemble et déborde largement la sphère du quartier concerné. Sans aucun doute, Naguib Mahfouz a largement contribué à populariser la ville ancienne du Caire et a fait de Gamâliyya un quartier littéraire. Cet espace référence est au cœur de nombre de ses œuvres, dont la célèbre Trilogie14 ; dans le plus fictionnel de ses romans, l’écrivain retrace l’histoire de Gabalawi-Gamâliyya, « quartier à l’origine du Caire, la Mère des Cités », élaborant un véritable mythe fondateur de la capitale15.

Un espace égyptien

18La vieille ville est objet d’enjeux, sa sacralisation instituée ; le patrimoine, avec ses rites et ses temps, fait de lieux des symboles, autour desquels est instaurée une distance, matérielle ou symbolique. L’espace, fonctionnalisé, traduit explicitement une hiérarchie et un ordre urbains. Projets d’aménagement, mises en place de cadres institutionnels et législatifs, inventaires monumentaux, classements, consécrations, restaurations, réhabilitations, visites inaugurales, déplacement d’activités, réaffectation des lieux : ainsi s’élabore une armature, étayée par des discours d’appropriation fondés sur des postulats16. La prise en charge du patrimoine s’accompagne d’une politique, fondée sur un véritable protocole, qui combine cycles et phases d’un processus de sacralisation ; dès lors, s’instaure un monopole du sens attribué à l’espace.

19Plus le temps passe et, inéluctablement, moins la vieille ville est ancienne dans sa matérialité, mais plus elle subit, dans ses qualifications, l’adhérence et la réduction du passé. Dans la vaste mégapole, cette « ville historique » s’est faite minimale : selon certains points de vue, il n’en resterait qu’une rue, l’axe structurant le mythique « rectangle fatimide », la rue al-Mu’izz. C’est la peau de chagrin urbaine, l’espèce d’espace en voie de disparition.

  • 17  Comme le montre l’analyse d’Arno J. Mayer , « Les pièges du souvenir », texte non publié d’une con (...)

20Il est une vision du monde, qui est peut-être une des seules qui soit universellement partagée : nous vivons dans un système décrypté, comme menacé dans son existence et sa perpétuation17. Au même titre que d’autres espèces en péril, les quartiers anciens sont classés, inventoriés, protégés.Autour, et au-delà de ces intentions, est mise à l’épreuve la capacité de l’État à défendre, mais aussi à définir – sur la base de choix sélectifs de fait - cet héritage, rendu plus précieux et vulnérable par la mondialisation, celle-là même qui incite à le sauvegarder...

  • 18  Complots dévoilés (de sources policières) par la presse, à l’issue de vagues d’arrestations, lesqu (...)

21Les autorités veillent, avec vigilance et dans tous les domaines, sur l’intégrité de la capitale et par conséquent du bien collectif ; pour preuve, les complots déjoués contre cette dernière. En 1977, il se serait agi, pour les activistes de gauche, d’incendier Le Caire ; avec le temps, la menace se fait symboliquement plus précise puisqu’en 1995, des membres du Jihad islamique auraient projeté un attentat dans le secteur du Khân al-Khalîlî et de Husayn, afin de « déstabiliser le pays »18. Les ennemis de la nation, chacun selon son mode caractérisé, incendiaire ou explosif, enfreignent un tabou, en s’en prenant virtuellement à la « ville mère ».

  • 19  La ville ancienne s’impose comme un centre de pèlerinage majeur, à l’échelle nationale en raison d (...)
  • 20 Baladî signifie littéralement « du pays », mais le concept renvoie à ce qui est égyptien, tradition (...)

22Lieu d’animation, territoire du festif, des célébrations, du sacré, centre aux référents multiples, la ville ancienne existe autant par ses expressions que par ses représentations, diversement façonnées par cet ensemble de valeurs ; en cela, elle s’exprime en espace enjeu. Les quartiers centraux de la ville ancienne sont à la fois lieux de commerce, de tourisme – international mais aussi national via les pèlerinages19 –, et de « communion » des Cairotes qui viennent, rituellement, participer massivement aux veillées du mois de ramadan à al-Husayn. Cette fréquentation, cyclique, rend ces lieux symboliques de la facette baladî20 de l’identité égyptienne, ou du moins cairote.

23La ville ancienne est ainsi intrinsèquement liée aux temps qui rappellent ou appellent la tradition, celui des célébrations religieuses, des fêtes, etc., périodes privilégiées de son évocation dans les médias. Dans le même sens, les pouvoirs publics favorisent ce type de concordance de temps et d’actes forts ; à titre d’exemple, l’inauguration de la restauration de la mosquée al-Azhar, au cours de l’été 1998, coïncidait avec la célébration de la naissance du Prophète. Cette figuration en fait un espace recours, en harmonie avec les rythmes sociaux dominants.

  • 21  Ce quartier a été analysé par Jacques Berque et Mustapha Al-Shakaa, « La Gamâliya depuis un siècle (...)
  • 22  La ville ancienne est devenue en ce sens un modèle ; à titre d’exemple, pendant le mois de ramadan (...)

24L’image de la ville ancienne du Caire emprunte à plusieurs registres de références. Elle évoque un patrimoine identitaire qui puise ses références, entre autres, dans l’histoire ancienne et contemporaine, le nationalisme et l’« arabité », la culture savante et populaire, la tradition et l’esprit frondeur, l’islam docte et festif. Les polarités se distribuent entre la mosquée mausolée de Husayn, sanctuaire le plus visité d’Égypte, haut lieu du soufisme, la mosquée d’al-Azhar, institution millénaire, référence de l’autorité sunnite, le souk touristique du Khân al-Khalîlî et le quartier emblématique de Gamâliyya21. Cependant, les appropriations des composantes de cette « égyptianité » s’avèrent multiples selon les acteurs, les conditions ou les circonstances de leurs expressions. Cette acception de la notion de patrimoine ne se contient pas en une liste d’objets architecturaux, mais s’apparente à un catalogue, plus ouvert et abstrait, incluant environnement, lieux, paysages, ambiances et atmosphères ; soit un style urbain, avec ses décors et son esthétique22.

25De fait, jamais la ville ancienne n’a autant été sollicitée, dans ses réalités et dans ses représentations. La valeur d’une même mosquée peut, pour certains, dépendre des reliques qu’elle contient, et pour d’autres des châsses. Comment s’effectue le partage réel et symbolique de lieux qui suscitent de multiples convoitises ? Rythmes et temporalités permettent la multiplicité de l’usage des lieux et de la constitution de territoires, appropriés alternativement par divers ordres, entre autres celui du religieux, qui peut s’exprimer au travers de pratiques liées à la piété dite populaire, ou celui du patrimoine. Les quartiers anciens constituent un véritable centre où parviennent à s’élaborer et à se souder maints usages et idées de la ville.

  • 23  Selon la formule de Marcel Roncayolo, La ville et ses territoires, Gallimard, Folio, 1990.
  • 24 Pierre Nora, « Entre mémoire et histoire. La problématique des lieux », Les Lieux de mémoire. I. La (...)
  • 25  Notion analysée par Ulf Hannerz, Explorer la ville, Paris, Éditions de Minuit, Le sens commun, 198 (...)

26À l’heure de la mégapole, la ville ancienne est réinvestie ; on s’en inspire, on s’en réclame, on la dispute, on la dépèce. C’est un cadre de choix pour imprimer l’idéologie du « patriotisme citadin »23, avec ses symboles et manifestations. Dans l’éventail des représentations – infléchies ou réfléchies – du Caire, la substance « ville ancienne », identifiée à un paysage, soit « la plus immédiate de toutes les données de la conscience nationale »24, est souvent mise à contribution, comme symbolisant le « caractère de la cité »25. Malgré son format, la mégapole contemporaine reste, dans son énonciation, amplement tributaire des références à son espace originel.

  • 26 Selon la formule d’Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne. II. Les relations en pub (...)

27Autrefois, le centre-ville incarnait la modernité, comme idéal et modèle ; aujourd’hui, la ville ancienne condense la projection de valeurs idéelles, symbolise le passé et l’identité, mais rappelle également ce que l’on a perdu irrémédiablement, la fuite du temps, temps pourtant en partie inscrit dans la cité. Du couple « ville orientale » vs « ville moderne » à la mégapole, la cité semble unifiée ; mais, de la simplicité des territoires contraires à l’enchevêtrement de quartiers, la lecture des repères se trouble. La patrimonialisation, au travers de requalifications, recrée de la singularité dans la ville. Un pan de la cité a versé dans l’univers du patrimoine, avec comme conséquence, dans un premier temps, une relative normalisation des espaces auparavant dépréciés, puis, dans une phase ultérieure, leur métamorphose en lieux d’exception. Le sens de l’espace se déforme, se reformule, s’agrippe à un lieu, reflue vers un autre ; il s’imagine et se distille, on peut le célébrer, lui allouer des supports, spatiaux ou temporels, désigner des « marqueurs centraux »26.

28De cet instantané, on peut retenir une réorientation de la signification du centre ancien du Caire, une embellie dans l’histoire de ses représentations. Sur la scène urbaine, objets et acteurs, et surtout le regard de ceux-ci sur ceux-là, ne sont jamais atones. Ainsi peut être interprétée la destinée d’un espace, qui fut la totalité urbaine, puis moitié de la ville – sans toutefois la valeur correspondante –, et aujourd’hui mémoire de la nation, secteur réintégré et réhabilité.

  • 27  Milton Santos, La nature de l’espace, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 224.

29« Chaque lieu, tout en étant relié au monde, tend à se différencier de façon exponentielle des autres. À une plus grande globalité correspond une plus grande individualité. »27 Les quartiers anciens, qu’ils soient qualifiés d’« historiques », d’« islamiques » ou de « fatimides », sont ceux qui fondent la particularité cairote ; la mondialisation tend à exacerber ces différences, aujourd’hui proclamées et revendiquées, autrefois occultées ou omises.

30Le centre ancien du Caire, patrimoine polysémique, semble avoir pour fonction actuelle d’incarner un espace national idéel, en phase avec une certaine idée de société solidaire. Espace égyptien, la ville ancienne l’était déjà au début du siècle, dans le contexte de fracture de la société qui opposait alors une « ville indigène » à une « ville moderne » ; là, il ne s’agit plus de confrontation mais d’affirmation, et l’altérité, aujourd’hui plus lointaine, est celle du reste du monde.

Notes

1  Youssef Idris, Au fond de la ville (Qâ’ al-madîna), traduction Luc Barbulesco et Philippe Cardinal, Paris, Sindbad, 1986 (première édition 1959) ; Gamal Ghitany, Épître des destinées (Risâlat al-basâ’ir fi-l-masâ’ir), traduction Edwige Lambert, Paris, Seuil, 1993 (première édition 1989).

2  En ce qui concerne le déclassement des quartiers centraux, cf. Galila El-Kadi, « Le Caire à la recherche d’un centre », Annales de Géographie, Beyrouth, Université Saint-Joseph, 1995, pp. 37-73.

3  C’est-à-dire suscitant une adhésion, au contraire d’une construction aléatoire, cf. la définition d’André Chastel, « La notion de patrimoine », Les lieux de mémoire. 1. La Nation, sous la dir. de P. Nora, Paris, Gallimard, Quarto, 1997 (première édition 1986), pp. 405-450.

4  Précisons que la ville ancienne a perdu plus de 200 000 habitants entre 1966 (676 050 habitants) et 1986 (475 744 habitants) ; à cette dernière date, la densité moyenne de population était de 679 hab./ha. cf. le chapitre consacré à l’analyse socio-démographique de cet espace dans A. Madœuf, Images et pratiques de la ville ancienne du Caire. Les sens de la ville, thèse de doctorat en géographie, Université de Tours, 1997.

5  Nous ne traiterons pas ici de l’ensemble des projets et réalisations concernant les quartiers anciens, dont on peut prendre connaissance dans la synthèse de John Rodenbeck, « Cultural Heritage as Environment : Area Conservation in Cairo’s Historic Zone », Cairo Papers in Social Science, Environmental Threat in Egypt, sous la dir. de S. Sharawi Gomaa, vol. 17, monograph 4, Le Caire, AUC, 1995, pp. 75-92. En ce qui concerne l’urbanisme cairote contemporain, cf. Galila El-Kadi, « Trente ans de planification urbaine au Caire », Tiers-Monde, T. xxxi, n° 121, Paris, PUF, 1990, pp. 185-207.

6  Si l’on considère la ville ancienne comme le territoire qui était urbanisé au début du xixe siècle, soit l’espacequ’occupait la cité avant la fondation de la ville moderne, elle occupe environ 700 hectares.

7  Projets menés à l’initiative du Ritsec (Regional Information and Software Engineering Centre, institution gouvernementale).

8  Comme la Sdag Sustainable Development Association of Gamaliya, créée en 1996, financée par l’Undp (United Nations Development Programme), le Unump (United Nations Urban Management Programme), et la Ford Foundation, dans le cadre d’un programme qui veut concilier l’amélioration de la qualité de vie des populations locales et les restaurations monumentales.

9  A titre d’exemple, le Hca (Haut Conseil des Antiquités) et le Gouvernorat du Caire sont à l’origine d’un décret, promulgué durant l’été 1995, stipulant que la rue al-Mu’izz doit être exclusivement piétonne de 7 à 22 heures ; comme les précédents, en ce sens, ce décret n’a pu être suivi d’effets, au vu de l’importance de cette artère pour la vie économique des secteurs riverains (les commerçants concernés avaient d’ailleurs protesté contre cette mesure). Le projet originel du Hca prévoyait également d’évacuer tout le secteur nord de la rue al-Mu’izz, soit 6 000 logements ; faute de moyens, il s’en est tenu au décret piétonnier.

10  Pierre Nora, op. cit.

11  En 1968, le Comité en charge de la préparation des festivités du millénaire du Caire fatimide soumet au vote un projet de parking près de la mosquée al-Husayn, projet nécessitant la destruction de plusieurs monuments ; la proposition ne sera rejetée que grâce à la différence d’une seule voix, cf. John Rodenbeck, op. cit.

12  Comme en témoignent les nombreux articles de presse consacrés à l’état problématique du patrimoine architectural, notamment depuis le séisme d’octobre 1992.

13  Cette popularité est en grande partie assurée par la polyvalence de la diffusion des œuvres de Naguib Mahfouz (prix Nobel de littérature en 1988), dont les premières parutions se sont souvent faites dans la presse quotidienne sous forme de feuilletons, et dont une part importante a été adaptée au cinéma et à la télévision ; Mahfouz conçoit également des scénarios de séries télévisées.

14  Impasse des deux palais (Bayn al-qasrayn), 1956, Le Palais du désir (Qasr al-chawq), 1957 et Le Jardin du passé (Al-Sokkariyya), 1957, romans édités en France par J.-C. Lattès respectivement en 1985, 1987 et 1989.

15 Naguib Mahfouz, Les fils de la médina, (Awlâd Hâratinâ ), Paris, Sindbad, 1991 (première édition 1967).

16  Thématique que nous avons évoquée in « La ville ancienne du Caire, espace de tous les patrimoines », Égypte/Monde arabe, n° 26, Le Caire, CEDEJ, 1996, pp. 59-78.

17  Comme le montre l’analyse d’Arno J. Mayer , « Les pièges du souvenir », texte non publié d’une conférence donnée à l’Université de Princeton en 1992.

18  Complots dévoilés (de sources policières) par la presse, à l’issue de vagues d’arrestations, lesquelles se situaient respectivement après les émeutes de 1977, et durant la campagne des élections législatives de 1995 (cf. Al-Ahrâm, quotidien égyptien arabophone, édition du27 novembre 1995).

19  La ville ancienne s’impose comme un centre de pèlerinage majeur, à l’échelle nationale en raison de la présence de nombreux mausolées de saints, fréquentés lors des célébrations annuelles de leurs fêtes, ou à l’occasion de simples visites.

20 Baladî signifie littéralement « du pays », mais le concept renvoie à ce qui est égyptien, traditionnel et populaire.

21  Ce quartier a été analysé par Jacques Berque et Mustapha Al-Shakaa, « La Gamâliya depuis un siècle, essai d’histoire sociale d’un quartier du Caire », Revue des Études Islamiques, xlii-1, Le Caire, Librairie Orientaliste, 1974, pp. 45-99.

22  La ville ancienne est devenue en ce sens un modèle ; à titre d’exemple, pendant le mois de ramadan, les grands hôtels de la capitale aménagent des espaces figurant les quartiers anciens ; de même, dans les nouvelles stations touristiques, en particulier dans le Sinaï, les références cairotes sont explicites (réinterprétation du style architectural, emprunt de toponymes, etc.)

23  Selon la formule de Marcel Roncayolo, La ville et ses territoires, Gallimard, Folio, 1990.

24 Pierre Nora, « Entre mémoire et histoire. La problématique des lieux », Les Lieux de mémoire. I. La République, Paris, Gallimard, Bibliothèque illustrée des histoires, 1984, p. xiii.

25  Notion analysée par Ulf Hannerz, Explorer la ville, Paris, Éditions de Minuit, Le sens commun, 1983.

26 Selon la formule d’Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne. II. Les relations en public, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

27  Milton Santos, La nature de l’espace, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 224.

Auteur

Maître de conférences en géographie à l’Université de Tours

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable