Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains

 | 
Raffaele Cattedra
, 
Pascal Garret
, 
Catherine Miller
, 
et al.

Pratiques et enjeux sociaux

Patrimoine des uns et des autres : le patrimoine des habitants des médinas est-il légitime ?1

Françoise Navez-Bouchanine

Entrées d'index

Mots clés :

patrimoine

Géographique :

Maroc

Note de l’auteur

Texte écrit en 2001

Texte intégral

Une question à poser hors du champ habituellement délimité par les « études sur le patrimoine » ?

  • 1  Cette contribution s'appuie sur les résultats de différentes enquêtes sur la conception et l'appro (...)
  • 2  Amos Rapoport, Pour une anthropologie de la maison, Paris, Dunod, 1972, 209 p.

1Le mérite revient à A. Rapoport d’avoir montréà quel point les mythes, si soigneusement étudiés, fouillés, triturés… lorsqu’il s’agissait de comprendre des « peuplades primitives » mériteraient de l’être tout autant dans les sociétés plus complexes, y compris, et sans goût du paradoxe, dans celles qui se revendiquent de la rationalité moderne et construisent, pour faire prévaloir cette dernière, un discours qui se prétend épuré de cette dimension mythologique2. Ces « discours » jouent pourtant un rôle explicatif tout à fait comparable aux mythes quand il s’agit de donner sens aux manières de concevoir l’ordre bâti et son esthétique ainsi qu’aux modes d’habiter des sociétés.

  • 3  L'absence de « sensibilité » au patrimoine est un reproche récurrent qui guette l'approche sociolo (...)

2Par cette entrée en matière qui met la maison et l’habiter au cœur du propos, je souhaite situer ma réflexion dans un cadre bien particulier qui, s’écartant des discours dominants sur la question du « Patrimoine » dans le contexte marocain, nécessite, de ce fait, quelques mots d’explication3. Contrairement à ces derniers, cette approche ne prétend pas enrichir la connaissance savante et spécialisée des questions relatives à la valeur du patrimoine architectural et urbanistique. Elle tente plutôt de questionner les imbrications vécues entre formes sociales et spatiales ainsi que les rapports symboliques complexes qu’une société entretient avec son propre produit bâti. Ces rapports transparaissent, entre autres, dans les différents discours sur ce bâti mais aussi dans les actions qui le visent, ainsi que dans les décalages ou contradictions qui apparaissent entre ces deux niveaux ou encore entre ces derniers et les transformations observables dans la réalité.

  • 4  Selon l'expression de Jean-Pierre Darré, in La production de connaissances pour l'action, Argument (...)

3Mais elle questionne également, de manière plus générale, une dissymétrie flagrante dans les savoirs mobilisés pour l’action, et alimentée par une forme particulièrement lourde d’» anesthésie épistémologique »4 : celle qui s’instaure entre, d’une part, des individus ou des groupes en situation dominante, convaincus de parler pour la société toute entière et d’énoncer des valeurs universelles, alors même que leur savoir est un point de vue techniquement et socialement situé, et d’autre part, des habitants « ordinaires », qui, vivant un rapport quotidien au bâti hérité du passé, contribuent de facto à une construction sociale de pratiques, de représentations et de discours dont la légitimité est niée par les premiers.

  • 5  Raymond Boudon, La logique du social, Paris, Hachette, Collection Pluriel, 1997, 309 p.

4Toutefois, loin d’une vision qui se contenterait de prendre le contre-pied des visions courantes – en survalorisant, par exemple, la connaissance populaire au détriment de la connaissance savante –, on suggère ici de prendre la mesure des a priori qui marquent ces différentes formes de connaissance présentes du passé. On propose, de même, de repérer des « logiques » ou des rationalités qui les sous-tendent, sans les confondre avec les effets non-intentionnels des actions qui sont entreprises de part et d’autre5. Il ne s’agit donc pas ici de renverser la perception « savante » qui domine aujourd’hui la question, mais plutôt de suggérer qu’il s’agit, dans les deux cas, de constructions sociales qui fondent et légitiment les actions de ceux qui les posent.

  • 6  Cf. Françoise Navez-Bouchanine, Habiter la ville marocaine, Casablanca, Paris, Gaetan-Morin, L'Har (...)

5Si c’est la médina, comme forme d’habitat, qui est ici directement interrogée pour la visibilité plus grande des processus qui s’y déploient, elle n’est toutefois qu’un des supports bâtis où se construit ce rapport populaire au patrimoine : les mécanismes de réappropriation des tissus « anciens » comme « modernes » offrent en effet des convergences fortes dans la construction d’un habiter qui emprunte de manière sélective au patrimoine bâti et aux significations qui y sont attachées6.

  • 7  Par exemple, le rapport entre formes familiales (en l'espèce, forme patriarcale ou conjugale) et e (...)

6Ce constat n’autorise toutefois aucune déduction de simple similitude, ou au contraire d’hétérogénéité fondamentale entre les différentes formes socio-spatiales observées. Car la complexité, bien réelle, provient du fait qu’il faut rendre compte dans le même temps de deux modalités de rapport du social à la forme. La première de ces modalités est « héritée » et plus ou moins vécue comme telle. La deuxième – mais qui a en quelque sorte englobé la première en la retravaillant – a « surgi » au cours des trois dernières décennies, véhiculée par des changements sociétaux profonds, à caractère partiellement exogène. Dans les faits, le travail d’appropriation réciproque et d’hybridation de ces deux modalités est intime et bien plus ancien qu’on ne l’imagine7. Il n’est toutefois pas homogène et s’il concerne bien l’ensemble de la société, il débouche sur des expressions formelles et des comportements d’appropriation pluriels. Pour être compris et socialement intelligible dans un débat sur le « patrimoine » ou l’» héritage », ce travail d’appropriation réciproque, à la fois matériel et symbolique, nécessite une mise à distance. Aucun des acteurs aujourd’hui concernés, d’une manière ou d’une autre, par le patrimoine, n’est à lui seul capable de cette dernière, étant donné sa propre implication dans le travail sélectif sur la mémoire, lequel opère autant sur les pratiques que sur les représentations.

  • 8  Les constats faits par Richard Hoggart sur les couches populaires anglaises (Richard Hoggart, La c (...)
  • 9  Un état de la recherche urbaine au Maroc faisait déjà allusion à cette difficulté d'autonomisation (...)

7Visibiliser les constructions sociales qui fondent et légitiment l’action de tous les acteurs conduit ainsi à mettre en évidence les similitudes de ces « constructions patrimoniales », jusque dans leurs modes opératoires, et, au-delà, des diversités formelles caractéristiques d’une société urbanisée8. Certes, ces similitudes sont surtout perceptibles dans les pratiques vécues et représentations exprimées à titre privé. Elles s’affaiblissent dès lors que des expressions ou formalisations publiques sont en jeu. L’examen des décisions prises par les politiques urbaines et des arguments qui les justifient permet ainsi de faire l’hypothèse que l’intervention publique sur l’habitat ou l’espace des quartiers fait apparaître des écarts remarquables non seulement entre représentations, perspectives et pratiques des décideurs publics et celles des habitants, mais également entre celles que les acteurs publics se feraient en privé, pour ce qui les concerne (ou pourrait les concerner) personnellement et celles qui relèvent de leur rôle ou positionnement public, quand le devenir de certaines formes socio-spatiales est en jeu. Les effets de ces contrastes et décalages sont évidemment complexes et brouillent la lecture des faits : les mouvements et processus initiés ne manquent pas, des dynamiques d’échange, d’hybridation, d’invention, de négociation à celles d’imposition, de contournement, de résistance, voire de blocage. La lecture en est d’autant plus brouillée que l’expression de positions publiques différentes reste rare : les discours et représentations des élites, intellectuelles ou économiques, et les commentaires de la presse montrent peu de distance, peu d’autonomie de ces derniers par rapport au discours public. On ne peut d’ailleurs pas dégager aujourd’hui ce qui constituerait une réelle position « tierce », entre celle des habitants et celle des décideurs9.

  • 10  Cf. Françoise Navez-Bouchanine, « Y a‑t‑il un mode d'habiter spécifique à la Médina? », in K. Mech (...)
  • 11  Mais sans « spécifisme » : les interventions sur les tissus décrétés patrimoniaux ne sont pas plus (...)

8Les quelques réflexions qui suivent, en se concentrant sur ce qu’on peut inférer des manières d’habiter et des réappropriations du bâti en médina, ainsi que sur la façon dont elles sont reçues par ceux pour qui la médina est d’abord un objet d’intervention ou un espace support à des projections diverses, n’ont pas pour finalité d’expliquer tout ce qui s’y observe. C’est un préalable inévitable, mais déjà détaillé par ailleurs10, il ne sera pas repris ici. L’objectif est bien celui de s’interroger sur le sens et les effets des interventions aujourd’hui tentées sur cette forme, souvent éminemment et volontairement « particularisée »11. Du moins l’est-elle dans les intentions d’action affichées, eu égard à son caractère emblématique, à ce qu’elle concentre comme symboles comme à ce qu’elle est censée rappeler de la civilisation et de sa grandeur passée.

9C’est dire qu’en partant d’un champ beaucoup plus large que celui des questions « patrimoniales » au sens strict, on y est néanmoins rapidement renvoyé : c’est à une sociologie des interventions menées au nom de la sauvegarde du patrimoine que nous renvoie ainsi la confrontation de l’habiter des gens de médina aux représentations qui légitiment les intentions et/ou interventions publiques.

  • 12  Mais fécond tout au long de l'histoire (même s'il est aussi marqué d'errances), sauf à dénier à l' (...)

10Se demander, donc, si le patrimoine des habitants est légitime n’est plus de ce fait une simple question introductive, prétexte à un discours sur les habitants et leur propre conception du patrimoine, encore moins une défense et illustration du patrimoine vu par les habitants versus celui des élites. C’est un questionnement sur la pertinence d’actions/intentions d’actions dont l’origine, les déterminants, les modalités de mise en œuvre, exogènes au milieu concerné, traduisent leur ignorance des mécanismes singuliers d’appropriation sociale qui s’y déploient alors que ces derniers témoignent du « travail patrimonial » au sens large qui s’y effectue. Ce questionnement soulève un premier paradoxe, car ces actions sont, en effet, menées et justifiées au nom de la valeur et de la transmission « patrimoniales » de ce lieu. Un deuxième paradoxe, plus éclairant encore pour le sociologue, est également à mettre en évidence : malgré leur volonté de conduire le changement, les pouvoirs publics, comme les élites qui partagent le point de vue de ces derniers, sont peu au fait tant des grands processus de changement, d’effectuation des « valeurs », ou de « transmissions » des pratiques quotidiennes que des micro-processus d’adaptation au changement sédimentés au jour le jour. Ils restent en effet très accrochés à une vision constructiviste (au sens où l’entend Hayek) où tout relève d’un volontarisme régalien et d’une stratégie rationalisée « d’en haut ». Peu concernés par un retour sur les processus passés, ils occultent les effets de ce travail obscur12 d’appropriation sociétale qui engage et mobilise l’épaisseur historique, la culture, matérielle ou immatérielle, comme patrimoine propre et comme ressource…

  • 13  Ce n'est pas le cas pour toutes les composantes de cette expertise, laquelle a par exemple eu des (...)

11Pour préciser encore davantage le point de vue de cette contribution, il faut ajouter que ce texte a été écrit après un temps assez long de réflexion et de recul par rapport à une expertise sociologique peu habituelle, menée sur l’impact social du projet de sauvegarde de la médina de Fès (cf. note 1). Les termes de référence étaient en effet très orientés sur le lien entre actions spatiales et dynamiques sociales. Si, avant de procéder au montage définitif d’un projet d’intervention, les instigateurs du projet recourent à une enquête dont un des objectifs est de dévoiler le rapport au patrimoine des gens qui y habitent, on peut en effet penser qu’il y a eu reconnaissance, même pragmatique, d’une forme de légitimité… Cette expertise aurait donc pu générer, pour répondre à la question posée en titre, des matériaux, constats, orientations de nature à changer quelque peu les termes du débat. A contrario, les effets très réduits de cette composante particulière13 sur la conception et la vision d’ensemble de la question patrimoniale montrent bien que des modifications formelles dans les processus d’élaboration des projets d’intervention ne rendent pas lisibles ou audibles des pratiques, positions et attentes qui vont si clairement à l’encontre de l’idéologie et des représentations des acteurs et du milieu disposant du pouvoir de décision. Le champ d’application de cette « conclusion » dépasse évidemment, et de loin, le cas particulier de la médina et peut s’observer dans nombre d’interventions publiques, marquées d’une « surdité » comparable aux dynamiques sociales préexistantes ou générées par l’intervention elle-même comme effet non-intentionnel. Il dépasse aussi le seul « cas » marocain comme le montre la multiplication des remises en cause des méthodes dites « participatives » qui prétendent associer les populations à des formulations de projets dont les grands déterminants sont déjà fixés, quel que soit le degré de résistance que pourraient exprimer ces populations.

12Il n’en demeure pas moins que le cas de la médina offre une démonstration particulièrement éclairante de ce décalage, de cette « surdité ». Les observations directes qui peuvent être faites du vécu en médina – pratiques et discours – permettent en effet de mettre en évidence, chez les habitants, un véritable travail de définition pratique de l’objet patrimonial, des représentations très construites concernant la transmission de ce patrimoine, matériel comme immatériel, et des analyses in situ des obstacles et limites à ce travail. Quel que soit le « jugement », esthétique ou autre, qui peut être formulé par les autres acteurs sur les « produits » qui en résultent, on peut s’étonner que les ressorts de ce travail soulèvent si peu d’intérêt. D’autre part, on peut s’interroger sur le caractère quasi-surréaliste d’opérations qui, au nom de la transmission patrimoniale, sont idéologiquement prêtes à évacuer, ou à épurer, par un processus de mise à la norme – à leurs normes – des acteurs qui, plus que tout autre, ont été confrontés à cette expérience singulière d’adaptation/transmission.

  • 14  Le mot peut apparaître fort pour désigner des frémissements d'action, des micro-interventions, des (...)
  • 15  Réfutons par avance l'argument qui voudrait réduire le fond de cette question aux seuls jeu politi (...)

13Ce retour critique sur expertise est toutefois loin d’être un simple mouvement d’humeur, ou un manifeste de « défense » des habitants. Clairement constitutives des premiers questionnements, ces positions polémiques ont ensuite été décantées et dépassées pour mener une double critique de l’action publique : d’une part, une critique de l’intention et du sens de cette dernière, parce qu’elle postule des dynamiques de changement et d’appropriation sociale qui sont en porte-à-faux tant avec les dynamiques14 existantes qu’avec les modalités de mise en œuvre des appropriations actuelles et, d’autre part, une critique des décalages et distorsions, conscientes ou inconscientes, entre discours et pratiques15 publiques.

14On partira donc du constat des fréquents et multiples « dénis » de légitimité opposés aux expressions patrimoniales des habitants par les pouvoirs publics comme par les élites. On montrera ensuite que ce travail de « transmission/adaptation » opère, comme chez les élites et les pouvoirs publics, de manière sélective et en suivant les mêmes modalités de relecture du passé à la lumière du présent. Cette implication directe des habitants dans une transmission du patrimoine, matériel comme immatériel, sera évoquée notamment en renvoyant aux pratiques et représentations qui guident leurs actions (donc dans leur « culture vécue », au sens anthropologique et non savant du terme). Ce qui est ici en question, c’est bien la légitimité au regard de l’histoire, de l’authenticité ou de l’identité, et de l’adaptation au cadre présent. On montrera ainsi que ce « patrimoine » des habitants, comme reconstruction et/ou réinvention, n’est guère différent, en termes de processus, à celui engagé par les pouvoirs publics et les élites. On reviendra ainsi sur la manière dont les intentions d’action et les interventions menées ou planifiées dénient, parfois jusqu’à l’absurde, les compétences sociales, individuelles comme collectives, des habitants à « transmettre en relisant », donc en réadaptant par la praxis comme par le discours, le modèle hérité dans un contexte socio-économique donné. Enfin, on indiquera brièvement, comme pistes de réflexion, quelques hypothèses sur les effets possibles de ce déni : sur les rares actions entamées, sur le caractère peu réaliste, et donc sur la faisabilité douteuse, de projets pourtant annoncés comme novateurs, et, enfin (surtout ?), sur la difficulté, dans ce contexte, de la mise en œuvre de programmes de réhabilitation globale et sur l’aggravation corollaire d’une situation, celle-là même qui est aujourd’hui désignée comme critique.

Des dénis de légitimité

  • 16  Cette brève contribution ne permet pas de beaucoup nuancer. Si le déni de légitimité domine, d'aut (...)

15Les dénis de légitimité au patrimoine des habitants sont fréquents et assez convergents, qu’on considère les discours d’intellectuels ou d’acteurs, les articles de journaux, les travaux de chercheurs, ou encore les documents préparatoires aux interventions d’opérateurs. Ils peuvent être plus ou moins explicites, et fonctionner tantôt dans des registres d’accusation directe (accusant les habitants de détruire le patrimoine historique), tantôt plus simplement par omission ou absence totale de prise en considération (ignorant totalement le « travail » d’appropriation pratique auquel se livrent ces derniers). Plus révélatrices sont encore les réactions à des discours, textes ou études qui marquent leur intérêt pour ce dernier, et on évoquera, pour mieux les illustrer, quelques échanges ou débats significatifs16.

  • 17  Dans le cadre des travaux de la cellule de recherche « Modèles d'habiter, Modèles urbains » co-ani (...)

16À la fin des années 80, à l’occasion d’une enquête sur les modalités et les références mobilisées lors de la conception de projets architecturaux et urbanistiques, un assez large échantillon de professionnels de Rabat et Casablanca furent notamment interrogés sur leurs rapports avec le patrimoine et sur la manière dont ils y puisaient éventuellement leur inspiration17. La majorité de ces visions, par ailleurs relativement stéréotypées, se limitait à des éléments matériels, avec une prédominance du vocabulaire architectural. Quelques réflexions sur l’organisation spatiale, sur les ambiances, sur les jeux d’ombre et de lumière faisaient figure d’exception. Mais le fait plus remarquable, c’était la convergence, quelle que soit par ailleurs la vision, de l’absence totale d’intérêt ou de considération pour le patrimoine vécu au quotidien par l’habitant. Ou, pour le dire plus précisément, pour les ajustements matériels et symboliques divers opérés entre espace hérité et habitants « ordinaires ». Bien plus, le questionnement direct auquel ils étaient invités à répondre sur cet aspect précis entraînait des réactions surprises, parfois même négatives, et témoignait ainsi du caractère incongru d’une vision du patrimoine qui s’appuierait, même de loin, sur les usagers actuels de la médina. L’absence de pertinence qu’aurait une telle démarche semblait une évidence et ne soulevait de débat qu’à la marge.

17Cette incongruité prit des allures de quasi-irrecevabilité lors d’un colloque organisé par l’Ordre des Architectes en 1989, à Marrakech, colloque où furent, entre autres, présentés les résultats de cette enquête. Toutefois, des débats houleux qui opposèrent les quelques minoritaires qui partageaient cette critique d’une absence de prise en compte des habitants à ceux qui la réfutaient violemment pour son absence de pertinence, il ressortit clairement que même les premiers n’étaient prêts à avaliser ce « patrimoine vécu » que dans un contexte précis : celui de la constitution d’une matière, d’un corpus de référence pour la conception par eux, en tant qu’architectes, de nouveaux logements.Sur ce qui pouvait en advenir pour et dans un travail de « sauvegarde », le silence fut par contre impressionnant.

18Ceci mérite d’être relevé et analysé à plusieurs niveaux. Concernant les références elles-mêmes, le travail opéré par les habitants dans les tissus anciens apparaît, dans le meilleur des cas, comme inutile et non pertinent. Les références auxquelles les professionnels font allusion paraissent suffisamment « données », connues, historiquement transcendantes, et donc ne devant faire l’objet d’aucune recherche enracinée à partir du vécu. Concernant les négociations et adaptations « bricolées » par les habitants, force est de constater que ce travail ne renvoie qu’à des images négatives, où le maître-mot – « dégradation » – ne semble trouver aucune compensation d’aucune sorte, quelle que soit la variété des appropriations montrées par l’enquête sur le terrain. Précisons encore une fois le point de vue : il ne s’agit ici nullement de mettre en valeur, de manière béate et sans considération pour leurs effets parfois négatifs sur le bâti, les diverses actions déployées par ces habitants. Il s’agit seulement de rechercher, au-delà de la matérialité actuelle des actions engagées, le sens de ces dernières, les dynamiques qui les génèrent et les expliquent et ce qu’elles opèrent comme « tri » sur les différents éléments hérités. Ainsi s’en vont pareillement aux oubliettes les nombreuses preuves de conservation, réparation ou réhabilitation relevées, l’ingéniosité à trouver des solutions, même provisoires, de fonctionnement au niveau du logement ou de l’espace urbain et ce, dans une situation de carence en équipements et services publics de base, la capacité à maintenir l’animation, l’attraction et la centralité urbaines dans une forme plurielle, mixte, intégrée…

  • 18  Bien sûr, ces résultats étaient quelque peu surprenants, du moins par rapport aux attendus des éli (...)

19Une deuxième illustration concerne l’évaluation sociale du projet de sauvegarde de Fès, déjà évoquée (cf. note 10), évaluation qui s’était appuyée entre autres sur des ateliers réunissant les différents acteurs de la sauvegarde. La présentation publique des résultats des enquêtes sur lepatrimoine vécu donna lieu à des réactions plutôt négatives ainsi qu’à des débats houleux. Ces réactions exprimaient en fait, de manière parfois implicite mais le plus souvent explicite, un sentiment de légitimité exclusive de la notion de patrimoine national, voire universel, ressenti par les acteurs publics, suivis en cela par les élites intellectuelles. Les résultats étaient pourtant riches en nuances et faisaient apparaître, entre population et cadre bâti, un lien certes complexe mais souvent intense. Ces résultats d’enquête firent l’objet de vives critiques lors de leur présentation officielle, en janvier 1995, au « Panel », sorte de comité d’orientation composé des responsables publics, d’élus et d’élites locales. Or, à bien l’écouter, cette critique portait en priorité sur la démarche même de l’étude :c’est l’absence de pertinence d’une démarche d’étude sur le patrimoine s’adressant à des gens « ordinaires » qui était surtout visée18.

20Par ailleurs, certainspropos négatifs des habitants marquèrent l’assistance de manière quelque peu disproportionnée à leur importance, car ils les conduisirent ensuite à occulter d’autres propos, tout à fait positifs. Mais, désignés comme révélateurs de l’ignorance voire de l’hostilité des habitants à l’égard de la « valeur patrimoniale », c’est surtout l’idée qu’ils puissent être diffusés à l’extérieur – c’est-à-dire en fait à l’étranger – et être confondus avec « la » représentation nationale du Patrimoine, qui apparaissait ainsi gênante, voire intolérable, à ces élites. On voit par-là le lien très profond que la problématique du patrimoine entretient avec celle de l’identité et du contrôle de la représentation de soi à l’usage de l’Autre. On peut d’autant mieux le comprendre si on tient compte du contexte de définition, voire de compétition, du patrimoine mondial et les effets qu’il peut avoir dans une société où la grandeur de la civilisation est intériorisée comme un legs de l’Histoire, alors que la réalité présente est plutôt vécue comme en déclin par rapport à cette grandeur passée.

  • 19  Qui, comme tels, n'ont plus vraiment cours ailleurs dans la ville, puisqu'ils ont eux-mêmes été tr (...)

21Enfin, une dernière illustration permet d’ajouter un paramètre indispensable à la compréhension de ces dénis de légitimité parce qu’il sert de justification à la posture d’exclusivité revendiquée par les élites intellectuelles ou administratives. La référence aux origines – rurales – de la population actuellement résidente en médina est ainsi fréquemment mobilisée pour expliquer la « dégradation » de cette dernière. Le déni de légitimité aux modalités d’appropriation de l’espace par ses habitants trouve ici un terrain très favorable : jouissant d’une audience sociétale très large, le vieil antagonisme culturel rural/citadin continue de marquer les représentations des élites comme des couches moyennes. Ces populations sont ainsi « estampillées » d’office comme ignorantes, irrespectueuses, inorganisées, etc. C’est donc au nom d’une « étrangéité » à un modèle d’habiter et à une citadinité emblématique19 que le déni de compétence est instruit.

  • 20  Cf. Mohamed Megzari, La dédensification de la médina de Fès : cadres et moyens juridiques, Mémoire (...)
  • 21  L'analyse des interviews collectées en médina de Fès pour l'étude déjà citée fit l'objet d'une sév (...)
  • 22  « De Fès » ou « citadine ». Toutefois, une autre forme de réaction semble émerger. Lors des atelie (...)

22Cette explication par l’origine s’offre comme une évidence si commune à nombre de non-résidents qu’aucun démenti empirique, de quelque nature qu’il soit, ne semble à même de la contrecarrer. Par exemple, la démonstration du « sauvetage » de parties du tissu urbain opéré par des résidents d’origine rurale qui ont racheté de nombreuses petites maisons, avec ou sans valeur architecturale, n’arrive pas à contrebalancer durablement l’impact des images « classiques » de grandes maisons sur-densifiées, habitées par des pauvres, citadins autant que ruraux20. Fréquente dans la presse, dans la bouche de responsables administratifs ou techniques, comme dans celle des anciennes élites de la médina, qui ont elles-mêmes « amorcé la pompe » de leur remplacement par leurs stratégies résidentielles ascensionnelles, cette explication parasite également le discours de nombreux étudiants, chercheurs ou experts21. Paradoxalement, par souci de distinction, les habitants, citadins et « ruraux » anciennement installés en médina confondus, sont assez enclins à relayer ce discours dominant alors même que leurs propres appréciations personnalisées, sur tel ou tel voisin, le démentent souvent. Ils ne sont évidemment pas conscients du fait que les représentations extérieures les englobent eux-mêmes dans cette vision dépréciative globale. Enfin, à Fès, comme à Salé, Rabat ou Meknès, ceux qui ne relayent pas directement ce mythe, lui donnent une consistance indirecte en revendiquant, par opposition aux nouveaux-venus, une éducation « fassia » ou « mdinia »22.

  • 23  Et alors même que la critique des effets de la politique différentielle menée par Lyautey est par (...)

23Cette convergence n’est pas sans rappeler la fonction que joue la stigmatisation de l’Autre dans les sociétés multiethniques : une explication facile aux difficiles changements du monde auquel on croyait pouvoir encore se référer s’offre là au discours dominant. Ainsi, entre les « attaques » perpétrées contre la citadinité par les ruraux et celles qui découlent des changements introduits avec la pénétration du modèle occidental, on peut expliquer, aux autres comme à soi-même, la difficile transformation du monde ancien et de ses valeurs. Mais, plus prosaïquement, déni et justification permettent aussi d’éluder la recherche d’explications plus immédiates : l’incompétence ou l’incurie urbanistique et/ou gestionnaire qui ont conduit à une telle iniquité de la répartition de biens et services publics à l’intérieur de l’agglomération23, les effets de la pauvreté sur l’évolution des formes et localisations urbaines… sont ainsi largement occultées.

  • 24  Ce qui reste quand même une exception, constat qui permet de relativiser le renouveau d'affection (...)

24Toutefois, l’exposé de ces illustrations n’a pas pour objectif de déboucher sur un exercice de psychanalyse facile de l’idéologie dominante en matière de patrimoine, mais bien de s’intéresser aux effets des actions qui s’appuient sur cette idéologie et à la manière dont, une fois de plus, des éléments formant un tout socio-spatial sont dissociés, avec toutes les conséquences que cela peut avoir en termes d’orientation ou de justification de l’action. Car comment nier que les flux de personnes et de produits, la densité de l’offre, la diversité des produits offerts, le prix et l’accessibilité des produits et services spécifiques à la médina, font partie intégrante d’une urbanité de quotidienneté et de proximité encore très fortement vécue ?Comment ignorer que l’attraction et la centralité urbaines – encore vivaces à l’échelle de l’agglomération toute entière – reposent en partie sur le maintien, dans ou à proximité du tissu, d’une population pauvre, à la recherche d’opportunités et capable de gérer la ressource spatiale « à l’économie » ? En l’absence de processus de gentrification nationale inspirée par une démarche culturellement « éclairée »24, ne peut-on faire l’hypothèse, certes quelque peu cynique, que la conservation des maisons dans leur état actuel de dégradation, mais sans destruction violente ni dénaturation du tissu, offre aujourd’hui à tous les « inventeurs » de patrimoine des possibilités d’action remarquables, et que cette opportunité résulte justement de l’importance de ces mécanismes de micro-appropriation menée par des particuliers « ordinaires » ? De nombreux cas connus de disparition de centres anciens dans d’autres villes du monde – substitution précoce par la promotion immobilière résidentielle, reconquête du centre-ville comme vitrine des ambitions modernistes ou de « mise à niveau » internationale... – devraient conduire à s’interroger sur ce qu’il resterait du tissu médinal aujourd’hui si les couches aisées qui sont allées, dès les années 60, satisfaire leurs désirs de modernité dans les nouveaux quartiers, l’avaient fait sur place…

De la construction du patrimoine chez les habitants

25Surprenants pour tout observateur critique, ces dénis le sont encore davantage pour le sociologue. En effet, les ajustements que ce dernier peut observer, en termes de pratiques comme de représentations, chez les habitants de la médina renvoient à bien des égards au « travail » sur le passé, aux négociations avec le présent et aux constructions formelles et symboliques auxquelles procèdent élites et acteurs publics, tant dans leur vie privée que dans leurs pratiques publiques.

Relecture et « tris »

  • 25  Cf. Habiter la ville marocaine (op. cit.) qui contient, en bibliographie, une liste de travaux emp (...)

26Que font, en effet, les élites et les couches aisées ? À partir du présent, toutes contraintes intégrées, et dans un contexte d’hétérogénéité relative des références patrimoniales où des « tris » à forte dimension collective sont opérés, elles se relient, en les relisant, à un certain nombre d’éléments du « passé » proche, lointain ou intemporel voire mythique et elles arbitrent, en ajustant cette relecture aux visions d’avenir qu’elles s’autorisent à rêver. Dans leur sphère privée, la démonstration en est partiellement faite pour l’habitat25. Elle reste à faire pour la cuisine, l’habillement, mais aussi les échanges sociaux, la célébration des fêtes etc. C’est donc une construction sociale, très enracinée dans le présent, face à laquelle un « jugement » selon des critères d’authenticité ou d’identité, « héritées » et virginales, n’aurait pas grande pertinence.

27Un même travail de relecture et de « construction » constitue la base du discours et de l’action patrimoniale publiques. Le caractère dynamique de ce travail, le jeu constant entre formes du présent et objets pointés dans le passé et la nature éminemment sélective de ce processus apparaissent d’ailleurs plus nettement encore dans ce cas. Plusieurs exemples, à différentes échelles, peuvent illustrer ce propos. On peut par exemple évoquer l’intégration progressive – avec des rythmes d’ailleurs très différents pour l’intégration pratique et pour sa reconnaissance dans le discours – de certains éléments du patrimoine dit colonial. Ou encore l’implantation d’éléments représentatifs du patrimoine – mobilier urbain, vocabulaire architectural – dans des types et formes d’espaces publics nouveaux et très explicitement référenciés « ville occidentale », voire « haussmannienne », choix qui relève plus du « signe » d’héritage plus que de l’héritage lui-même. On pourrait également évoquer les choix opérés par les actions de « sauvegarde » tant en terme d’objets d’intervention – lieu du culte ou du savoir plutôt que manufacture ou bain public – qu’en termes de modalités pratiques – restauration de l’habillage d’une fontaine mais suppression de l’eau, ou, dans des cas de restauration domestique, restauration « à l’identique » sur les matériaux et décors mais rationalisation du « plan », notamment en matière d’espaces de service. On retiendra que ces « choix » de sauvegarde ne rencontrent pas nécessairement l’assentiment des habitants vivant dans la médina, quel que soit leur couche, leur citadinité « estampillée » ou revendiquée, et leur niveau socio-économique. Ils rencontrent même dans certains cas une critique appuyée sur une revendication patrimoniale : c’est le cas notamment de la suppression de l’eau des fontaines ou de la rationalisation de l’espace intérieur dans les habitations restaurées par les pouvoirs publics.

28Par quel processus, si radicalement différent, agiraient donc les habitants sur le patrimoine ordinaire bâti ? En dépit du fait que les pratiques, représentations et positions des habitants restent insuffisamment connues et mériteraient, à ce titre, d’être explicitées, on ne pourra prendre ici que quelques exemples choisis pour les divergences et conflits potentiels qu’ils expriment face à la conception dominante du patrimoine.

29C’est de toute évidence le modèle d’habiter et de vie urbaine qui constituent, pour les habitants, le cœur de la problématique du patrimoine. Pour les habitants,la médina est avant tout un patrimoine vécu et un patrimoine pour soi. Dans l’énoncé de ce vécu, l’immatériel – valeurs, culture, éducation, relations sociales – fait bon ménage avec le matériel et notamment la maison comme construction, comme propriété, autant que comme lieu d’ancrage du groupe domestique. Ce sont, tantôt le modèle d’habiter ou le modèle de ville et d’urbanité, tantôt les deux étroitement mêlés qui priment dans l’appréciation. Le modèle d’habiter valorisé est celui d’un habitat individuel ou individualisé, dans un tissu où une urbanité dense et polymorphe est compatible avec une protection de l’espace de résidence. Le modèle de ville est celui d’une ville compacte, où tout est proche et disponible, où les opportunités d’occupation et/ou petits travaux sont plus grandes qu’ailleurs, où la densité d’équipements, de services, de commerces, d’artisans est grande, et enfin, où le pauvre, comme le riche, peut trouver ce qu’il cherche. Loin d’être regretté comme quelque chose qui appartiendrait au passé, ce modèle est perçu comme encore vivant.

30Ceci n’empêche évidemment pas les critiques, les regrets nostalgiques, ou les déceptions : certains habitants jugent le modèle altéré, notamment en raison de l’envahissement, par les activités économiques, de certains espaces de résidence ; ils regrettent aussi la disparition de certains équipements « traditionnels » ou de substituts à ces derniers. Mais les habitants déplorent en même temps l’absence d’évolution et de modernisation de certains autres aspects, et en particulier, tout ce qui est relié à l’insuffisance de confort, aux défaillances en matière d’articulation avec le reste de la ville et à l’inaccessibilité à des services et équipements « modernes » auxquels les autres urbains ont accès.

31Pour l’habitant, surtout s’il est propriétaire ou s’il espère le devenir, le patrimoine s’entend d’abord au sens le plus privé du terme : c’est d’abord un logement, hérité ou acquis. Outre sa fonction d’hébergement du groupe domestique, ce dernier joue un rôle capital dans l’ancrage social, car il assure en même temps l’ancrage à la ville. Or, dans le Maroc actuel, le progrès et le développement ont été présentés comme objectifs, martelés depuis l’indépendance tantôt comme une promesse tantôt comme une injonction. Dans ce contexte, la ville apparaît bien comme l’expression la plus achevée de l’amélioration des conditions de vie, quand elle ne se présente pas comme la seule planche de salut face à l’impossibilité de survivre dans les anciennes « niches écologiques ».

32On n’a probablement pas fini de décliner tous les aspects, ainsi que le caractère polyvalent de ce désir de propriété comme des pratiques déployées pour l’assouvir dans un contexte où l’activité économique ne pouvant garantir une « place » dans la ville, c’est autour de l’habitat que se construit l’ancrage. L’état de dégradation de certaines constructions permet d’accéder à la propriété comme à la location à un coût plus accessible qu’ailleurs. L’achat de maisons dégradées ou en ruines qui feront petit à petit l’objet d’investissements à la portée et au rythme de l’habitant est ainsi une stratégie comme une autre pour devenir propriétaire d’un bien qui représente tout à la fois une valeur d’usage, une valeur d’échange, une « capitalisation » à transmettre mais aussi une « base » à partir de laquelle s’organiser et une légitimation de la présence en ville. L’investissement destiné à « sauvegarder », à faire tenir le plus longtemps possible ce bien, à l’améliorer quand les conditions le permettent, est largement présent et il participe, aux yeux de celui qui les réalise, de l’acte le plus instinctif et le plus élémentaire de préservation de son « patrimoine ». Certes, cet investissement s’exprime de manière souvent modeste, voire insignifiante. Mais le calcul de sommes mises bout à bout dans la réparation et l’entretien des systèmes d’assainissement, souvent en pure perte ou pour un effet très provisoire, mériterait de faire l’objet d’une enquête détaillée. Il est vrai aussi que ces interventions ne se font pas nécessairement dans le respect de règles constructives qui garantiraient la survie du bâti ou de son environnement immédiat. Mais ces comportements témoignent de l’importance et de la force du désir de conservation et d’amélioration, lesquels pourraient constituer le meilleur support des politiques de rénovation/réhabilitation.

  • 26  Naima Lahbil-Tagemouati montre bien comment, à côté de stratégies résidentielles marquées par la m (...)
  • 27  Dans les constructions densifiées, interdiction d'utiliser les pilons, de lessiver sur la terrasse (...)

33Toutefois on aurait tort de ne s’intéresser qu’aux seuls propriétaires : certaines « locations » anciennes à prix symboliques sont devenues avec le temps des quasi-propriétés26. On peut même parler dans certains cas de « patrimonialisation » du droit de location puisqu’il passe à la génération suivante et qu’on y investit souvent des ressources matérielles non négligeables. Les locataires, quoique moins fréquemment enclins à de véritables rénovations ou réhabilitations, tentent également d’assurer une survie pour le bâtiment : de la réparation mille fois répétées des réseaux à l’institution de « codes » de comportements plus ou moins consensuels visant à restreindre les pratiques de nature à précipiter la ruine du bâti27, les degrés d’investissement varient.

34Plus souvent liés aux contraintes matérielles – techniques, coût – qui conduisent à des arbitrages parfois discutables aux yeux des spécialistes qu’aux autres raisons souvent mises en avant par ces derniers – ignorance, absence de culture, entêtement… – les choix opérés ne devraient logiquement pas occulter la force de l’intention. Et pourtant, premier paradoxe, la conservation du patrimoine individuel n’est pas reconnue comme ressort de la conservation du patrimoine national, constat qui conduit à se demander par quel mécanisme, politique ou idéologique, cette sorte de dépossession semble si naturelle.

  • 28  La « masrya » (littéralement l'égyptienne) est une grande pièce avec accès indépendant sur rue qui (...)

35Par ailleurs, il faut revenir sur l’« arbitrage » et le « tri » opérés dans les modèles en présence. Dans la décision de rester en médina que prennent certains ménages solvables, il faut rappeler l’importance que revêt le caractère individuel de l’habitat. Les habitants connaissent les différentes possibilités offertes par les autres quartiers de la ville et ils établissent des comparaisons. À valeur égale, et à condition que l’environnement actuel ne soit pas trop dégradé, un appartement dans un immeuble moderne fera rarement le poids face à une petite maison individuelle en médina. La relativisation de la notion d’individualisation est évidemment nécessaire. La recherche de certaines parties de vastes maisons autonomisées, plus favorables à la protection de l’intimité, trait culturel profond sur lequel convergent toutes couches et tous types d’habitat confondus, s’exprime ainsi, y compris parfois à une échelle microscopique : la valorisation attachée à l’acquisition ou à l’occupation de pièces individualisées, « masrya » ou autres, et à celle des « dwira »28 est à cet égard particulièrement révélatrice. N’est-ce pas là un ressort anthropologique profond de tout ce qui gère le rapport socio-spatial dans la ville marocaine, soutenu et exacerbé comme il a pu l’être par des politiques publiques soutenues d’accès à la propriété individuelle ? N’est-ce pas en effet ce même ressort qui contribue à expliquer l’évolution de la forme urbaine, des lotissements économiques aux douars clandestins en passant par les lotissements de villas et les bidonvilles ?

Déploration du passé et négociation avec la modernité

  • 29  Walter Lanchet, La ville entre concepteurs et usagers : problématique de la sauvegarde à la lumièr (...)

36Toutefois, démontrer l’évidence d’une « construction » du patrimoine chez les habitants ne conduit pas à une opposition primaire entre une vision homogène du dedans opposée à une vision du dehors. Rien n’autorise à postuler une convergence interne sans faille de la construction patrimoniale par les habitants. Des observations récentes29 conduisent au même constat d’hétérogénéité interne des positions que celui qui avait été dressé par l’évaluation sociale. Cette construction, par les habitants, met en effet également en jeu d’autres ingrédients, d’autres positionnements qui rendent les choses bien plus complexes. Satisfaisante au regard de l’anthropologie de l’habiter, cette première approche reste insuffisante pour comprendre les dimensions socio-politiques plus larges qui sont en jeu.

37D’autres éléments sont donc à prendre en considération, qui conduisent à saisir les caractéristiques de la construction sociale du patrimoine par les habitants. Ils viennent compliquer un peu plus l’application d’une façon de situer la médina, ou l’espace de manière plus générale, dans cette « négociation ». Ces aspects seront développés brièvement et sur un mode plus hypothétique car les données collectées sont ici moins riches que celles qui permettent une approche anthropologique de l’habiter.

38- La déploration du passé : quelques éléments permettent d’en définir les contours et les modalités de fonctionnement. Elle est liée de manière intime au sentiment de « perte » qui s’exprime autant à propos d’éléments matériels qu’immatériels. Ainsi, à Fès, on a pu noter que l’eau, courante et jaillissante, ainsi que les modalités d’assainissement traditionnel occupaient une large place dans le discours des habitants, avec l’expression d’une valeur tout à la fois symbolique, fonctionnelle, esthétique. Un sentiment de perte assez intense est ressenti et exprimé et la souffrance touche à la fois au paysage, à l’esthétique, à l’image de la ville au sens strict mais aussi au fonctionnement quotidien de cette dernière.  

  • 30  D'autres habitants l'attribuent au contraire à l'intrusion de nouveaux venus qui ne partagent pas (...)

39Cette perte peut être vécue et exprimée sur le mode personnel. Plus souvent, toutefois, elle réfère à une situation qui n’est et n’a jamais été personnellement vécue par le locuteur : on est ici renvoyé à une « souffrance sociétale », qui est en résonance avec des thèmes également traités hors médina. Paradoxalement, la déploration peut entrer en contradiction directe avec l’énoncé du vécu et des pratiques personnelles ; c’est en particulier le cas des relations de voisinage où la déploration peut coexister avec la description de relations de cohabitation correctes et des échanges matériels et symboliques forts. La peur d’un monde qui se défait, jointe ou mêlée à l’amplification d’un discours global de la société sur elle-même, sont peut-être les hypothèses explicatives à explorer pour surmonter ce paradoxe. Ainsi, la perte d’une partie de la richesse des relations sociales et des codes précis qui les géraient est assez régulièrement associée à l’évolution du mode de vie, au fait qu’on n’ait plus de temps à consacrer aux relations : c’est donc un problème de changement social général, ce n’est pas une spécificité de la médina30. Mais certains habitants y voient malgré tout une spécificité de la médina : ils relient ces pertes au manque de sécurité, à la dégradation consécutive des conditions nécessaires aux échanges sociaux de base et à la peur qui entraîne le repli sur l’espace privé.

40Enfin, dernier trait qui offre une similitude avec les mécanismes de construction observés chez les élites, la déploration s’accompagne de la désignation de responsables, voire de boucs émissaires : les ruraux et les nouveaux venus, chez ceux qui s’autoproclament héritiers ou ayants droit ; ceux qui sont partis, plus souvent évoqués non sans rancœur, par les descendants des vieilles familles fassies ou assimilées restés sur place ; les autorités, jugées responsables de l’affaiblissement, de la marginalisation voire de la destruction des institutions traditionnelles de gestion urbaine, tout en s’étant révélées incapable d’assurer la relève.

41- La négociation avec la « modernité »,ou, pour être plus précis, avec les représentations de la modernité et les ressources matérielles ou symboliques qu’elle offre. Il ne s’agit pas ici de démontrer la modernité pratique (ou des pratiques) observable(s) en médina, mais plutôt d’éclairer les aspects de la négociation, des ajustements, des concessions faites : le processus, là aussi, éminemment sélectif et circonstancié, par lequel des changements passent, sont appropriés ou, au contraire, font crise.

  • 31  Dans un contexte où le critère dominant de choix du « bon candidat » était, jusque là, d’« avoir d (...)

42On évoquait ci-dessus la disparition des institutions de gestion urbaine. Au-delà de leur rôle sur l’espace et son équipement, elles concernent également les modes de régulation sociale qui, traditionnellement, permettaient une mise en œuvre satisfaisante du modèle urbain. La disparition des notables locaux, qui a privé les habitants d’un système d’intermédiation sociale avec le pouvoir, est assez communément exprimée comme un manque « en creux », lequel contribuerait à inhiber les innovations en matière de régulation et d’intermédiation sociales. Pourtant, cet « attentisme » socio-politique de la majorité ne doit pas occulter les tentatives de substitution, d’innovation ou d’appropriation de formes sociales qui ont émergé ailleurs dans la société : les tentatives d’association, empruntant ou non au vocabulaire traditionnel, religieux ou autre, comme le travail collectif sur la définition des caractéristiques désormais nécessaires pour faire un « bon candidat » aux élections31 en sont deux bons exemples. Ces tentatives cohabitent et s’imbriquent avec un transfert des pratiques d’intermédiation traditionnelles vers de nouveaux profils, jugés plus adaptés.

43Dans le domaine de l’activité économique, d’autres formes de négociation et d’arbitrage apparaissent. L’introduction de moyens de production destinés à rationaliser et/ou augmenter la productivité a largement transformé certains artisanats et services. L’évolution de la demande se lit également bien dans les changements de contenu, de présentation et de localisation du commerce.

44Les termes de la « négociation » sont en réalité multiples et ils varient selon les activités et les personnes. Ainsi, les nuisances provoquées par les activités - altération du modèle de séparation spatiale entre activités et résidence, pollution, bruit… - sont bien connues et désignées comme telles, mais leurs retombées économiques et l’offre de ressources qu’elles constituent relativisent non seulement la critique exprimée à qui veut l’entendre, mais elles freinent, tout aussi clairement, les actions (réclamations, pétitions, etc.) qui pourraient être entamées par les riverains contre les installations les plus « gênantes ».

45Tout aussi complexe est la relation au tourisme. L’évaluation sociale a par exemple montré comment la restauration du Fondouk Nejjarine avait entraîné de la part des artisans un regard critique sur la préférence accordée par la restauration à la « mise en scène » de ce fondouk au détriment de certains « détails » fonctionnels, plus adaptés au mode de production et de fonctionnement actuels. À côté de cette argumentation critique, fondée me semble-t-il sur un « réalisme modernisant », en apparaît une autre, partagée par les artisans et les riverains, et qui est d’ordre esthétique ; elle se fonde sur la définition de l’apparence qu’il faudrait laisser aux bâtiments pour plaire aux touristes, à savoir leur aspect un peu « abîmé », un peu « dégradé », plus « authentique ». C’est à ce même titre d’ailleurs que certains revendiquent le maintien des artisans au travail dans la médina(versus le seul maintien de points de vente, le travail s’effectuant ailleurs) avec leurs inconvénients et leurs nuisances, parce qu’ils font partie de ce que viennent voir les touristes. L’argument économique est implicitement au cœur du débat, quand il n’est pas clairement explicité que ces apparences plus proches de l’authentique sont une « ressource » pour la médina et ses habitants.

  • 32  Des interviews auprès de guides touristiques, de bénéficiaires de la restauration et de certains r (...)
  • 33  Conclusion qui évoque des critiques faites, sous d'autres cieux, à la standardisation/réification (...)

46Paradoxalement, l’interprétation de la demande touristique des habitants s’écarterait ainsi, sur ce point du moins, d’une vision assimilée à Disney-World32 dont seraient ainsi créditées certaines autorités. Cette interprétation revendiquerait donc une « authenticité » supérieure et exprime, certes de manière quelque peu implicite, une mise en cause directe de l’interprétation patrimoniale des autorités (et donc de leur légitimité ?) mais au nom d’un « réalisme » économique qui est quelque peu étonnant33. Le refus, par ailleurs parfois explicite, de la mise en valeur touristique conçue d’un point de vue officiel, ou encore de la muséification d’un édifice public, est lié au fait que cette mise en valeur peut générer une perte d’usage pour les habitants. En effet, la restauration et la muséification d’un édifice public le retirent de facto de l’usage, régulier ou informel, qui en était fait, situation poussée à son comble lorsque le bâtiment devient objet de visites avec entrée payante.

47Mais d’autres raisons peuvent alimenter une certaine animosité à l’égard de la restauration de certains édifices. Alors que les habitants ressentent de manière dominante l’abandon par l’État de ce qui fait la qualité de leur cadre de vie urbaine, ils notent avec amertume que ces édifices sont l’objet de prise en charge, ou au moins d’intérêt par l’État et par les organisations internationales. Ce constat favorise l’émergence, notamment chez les habitants les plus affectés par la pauvreté ou par l’impossibilité de réaliser leur stratégie résidentielle, d’une forme de rivalité, voire de rancœur, à l’égard des « vieilles et belles pierres » qui semblent ainsi focaliser l’attention du monde extérieur au détriment de ce qui leur paraît plus urgent à prendre en charge. L’expression la plus achevée de ce ressentiment transparaît dans la requête entendue à plusieurs reprises lors de l’évaluation sociale à Fès : « Considérez-nous comme le patrimoine ».

Les différences de conception du patrimoine : simple détail ou contradictions récurrentes ?

48Si de telles similitudes s’expriment quant aux processus qui caractérisent la construction du patrimoine chez les différents acteurs en présence, faut-il conclure que les différences de contenu sont relatives, voire marginales ? Peut-on penser par exemple que l’absence de reconnaissance d’une légitimité habitante relève d’une ignorance, d’un grand malentendu, ou de simples « maladresses » opérationnelles ou gestionnaires qui pourraient être évitées ?

49L’examen de certaines de ces différences de contenu semble suggérer une réponse ouverte et conduit à l’hypothèse pratique qu’un minimum d’attention aux aspects sociaux des projets (par exemple en diminuant les effets négatifs sur la quotidienneté des habitants), un plus grand souci d’équité mais aussi d’affichage de cette dernière dans les interventions ainsi que dans la gestion urbaine quotidienne sont autant d’efforts qui pourraient déboucher sur un renversement durable de perspective. Par contre, l’examen des questions de fond qui sous-tendent ces différences de contenu conduisent à des réflexions plus réservées à cet égard. En effet, elles mettent en évidence des contradictions plus fondamentales, de nature à obérer toute hypothèse pratique de « mise en convergence ».

De possibles convergences ?

  • 34  Un des résultats de l'évaluation sociale qui devrait retenir le plus l'attention est la demande d' (...)

50Quelques exemples de résistance et de griefs des habitants contre des actions patrimoniales initiées dans le tissu médinal peuvent alimenter l’hypothèse d’une possible réduction des « maladresses » et de rétablissement d’une gestion urbaine plus équitable. Des relectures exogènes, publiques ou privées, et quelque peu réifiantes du passé ont conduit, dans certaines opérations, à évacuer des usages qui étaient intimement associés à la forme architecturale ou urbaine avant intervention, comme le montre le cas déjà évoqué des fontaines ou des toilettes attachées aux mosquées, ou encore les aménagements d’espace public qui éliminent les commerces ambulants sans aucun état d’âme pour les effets individuels et collectifs que cela entraîne. D’autres opérations ont conduit à substituer aux usages initiaux des usages qui n’ont pas ou peu de possibilité d’appropriation riveraine, locale, « endogène » et cela, sans même essayer de « préparer » cette substitution comme cela aurait pu être le cas pour l’installation de musées.Enfin, en distinguant et en isolant un objet, un fragment spatial ou un symbole, en le traitant de manière emphatique, par l’attention sélective qu’on lui réserve – soin matériel, finances, déploiement institutionnel34 – on tend à rendre encore plus visible la marginalisation du milieu dont est littéralement extrait ce fragment « patrimonialisé ».

  • 35  Ni moins ni plus justifiables en termes de gestion que le maintien voire la création de bornes-fon (...)

51Dans cette perspective, on peut faire le pari que des mises en compatibilité d’action pourraient réduire l’écart entre ces contenus différents. Ces dernières pourraient concerner par exemple le maintien d’un débit d’eau dans des fontaines restaurées35, des aménagements pratiques destinés à réduire les nuisances de chantiers prestigieux, souvent très longs, ainsi qu’une implication des riverains dans la mise en œuvre du projet. Mais elles pourraient aussi se traduire en projets complémentaires, destinés à réduire ou compenser les impacts négatifs de certaines actions, par exemple la réintroduction d’usages locaux des bâtiments réhabilités ou l’installation d’un nouvel équipement remplaçant une disparition jugée inévitable par ailleurs, comme celle des toilettes publiques suite à la restauration de la médersa Bouanania à Fès, par exemple. Des actions pensées aussi en fonction du milieu où elles se déploient pourraient effectivement rendre moins irréconciliables les pratiques et représentations des uns et des autres.

52Il est évidemment facile d’objecter le caractère marginal ou symbolique de ce type d’action. Mais dans les termes où sont actuellement posés les problèmes, force est de constater le poids des symboles, culturels comme politiques : les enquêtes auprès des habitants nous y renvoient systématiquement. Par ailleurs, n’y voir que symbole équivaudrait aussi à un refus de voir les effets matériels incontestables qui pèsent sur le vécu des habitants. Certes, au regard des élites, voire même des classes moyennes, ces effets semblent se déployer à une échelle microscopique, et concerner des faits de dimension négligeable. Mais ramenées du point de vue des habitants, dimension et échelle prennent évidemment un tout autre poids.

  • 36  PNUD/Ministère de l'Intérieur, Sauvegarde de la ville de Fès, volet Activités, 1992.

53D’autres exemples font apparaître des contradictions plus lourdes, notamment dans le domaine économique. Elles seraient néanmoins réductibles si se faisait jour une prise en compte des contingences affectant les transformations qui ont un impact direct sur les activités économiques. Par exemple, si les impératifs de protection de l’environnement se déployaient en tenant davantage compte des contraintes de la survie des habitants plutôt qu’en faisant comme si elles n’existaient pas, ou comme si un futur imminent et radieux pouvait les faire disparaître comme par enchantement. Un bon exemple est ici fourni par les opérations visant les activités polluantes de la médina de Fès36. En les déplaçant vers des lieux bénéficiant d’un assainissement adapté, mais sophistiqué et cher, en négligeant de prendre en compte le lien avéré entre structure micro-entrepreneuriale, mode pyramidal de sous-traitance informelle en chaîne et espace médinal, ces opérations portent en germe l’altération, voire la mise en péril, des modalités d’adaptation déployées par les artisans, comme l’a bien montré l’évaluation sociale. On comprend bien que d’autres montages, plus imaginatifs, auraient pu éviter cet écueil.

Impasses et apories

54Par contre, d’autres indices poussent à une analyse moins favorable de cet antagonisme des points de vue. Ils conduisent à faire l’hypothèse d’une irréductibilité foncière, voire à pointer l’aporie à laquelle conduirait nécessairement tout concept de projet tentant de rendre compatibles les différents vécus du patrimoine médinal.

  • 37  Sans tomber dans le piège de « l'ailleurs nécessairement meilleur », on se doit de renvoyer aux ac (...)

55Le premier indice est lié au type de sélection et d’interprétation patrimoniales opéré dans les deux approches. Le logement, patrimoine ou lieu d’ancrage, est aussi, comme ailleurs dans la ville et dans le monde, un lieu d’identité sociale, de représentation de la culture à laquelle on se réfère et de mise en scène de l’appartenance à cette socio-culture de référence. C’est probablement au niveau de cette lecture sélective du patrimoine que les conflits sont les plus clairs. Un bon exemple est fourni par le travail autour du seuil du logement. Nombre de constructions réparées, aménagées ou améliorées se caractérisent par un travail esthétique ayant pour objectif de mettre le seuil du logement en valeur. Relecture directe du marquage et de la valorisation du seuil dans un contexte où l’extraversion en façade compense l’anonymat et le brassage social tout en favorisant une nouvelle forme d’individuation, ce travail emprunte à des registres extrêmement variés qui jettent l’effroi chez les élites et choquent la recherche « d’authenticité » des intellectuels : encadrement par des carrelages de salle de bains, enduit ou peinture jaune sur les linteaux et montants en pierre, élargissement démesuré et couleur « criarde » de l’encadrement de la porte. Force est pourtant de reconnaître, dans ces bricolages, une grande partie des ingrédients sociaux, culturels, techniques et esthétiques – au sens large – qui sont à la base de toute construction patrimoniale. Mais le produit concret qui en résulte est évidemment inacceptable au regard des constructions plus savantes et il enclenche un processus bien connu, et assez universel, de jugement normatif. Ce n’est toutefois pas l’existence de ce jugement qui est porteuse de blocage : c’est sa prétention à l’exclusivité et le fait qu’il se traduise par diverses tentatives de mise à la norme, cette dernière devenant condition sine qua non de l’action. Dans ce cas, la légitimation ne se situe plus dans le registre « patrimoine » contre « non-patrimoine », mais ailleurs : dans un simple rapport de pouvoir, habillé d’une légitimité « scientifique » et s’adossant à une conception du monde où seuls certains « savent » et peuvent imposer aux autres leur propre vision. La réalité qui « résiste » ne peut donc être que rejetée, ou délaissée37.

56Un deuxième élément tient à une différence d’importance fondamentale, entre habitants et élites, dans le dosage entre patrimoine pour soi et patrimoine pour les autres,ou entre le « vécu » et le « montré », pour le dire en termes simples, certes un peu réducteurs. Chez les habitants, le vécu domine, même si le montré est loin d’être une dimension absente. On le retrouve par exemple pour signifier à ceux qui n’habitent pas la médina qu’on est, au moins autant qu’eux, héritiers du passé et parties prenantes de la modernité, bref, au même titre qu’eux, partie prenante dans la société. Mais on le trouvera aussi par rapport aux étrangers, à qui il ne faut montrer que les « bons » côtés du Maroc, pour leur édification, pour la valorisation de ce que l’on est, mais aussi pour « attirer le touriste », ressource économique de nombre de résidents.

57De la même manière, on ne peut nier que les élites et les acteurs publics ne connaissent pas cette dimension vécue pour soide la construction patrimoniale, puisque des réinterprétations nombreuses trouvent une large place dans leur propre quotidien. Mais dans le rapport à la médina, le besoin matériel et symbolique d’une construction patrimoniale semble s’organiser prioritairement autour de deux impératifs prioritaires et durablement déliés du vécu : l’affirmation face au regard dévalorisant (ou supposé tel) de l’Occident et l’injonction de participation à la construction du patrimoine universel. On pressent bien comment cet équilibre différent et ces profils divergents de destinataires de la construction patrimoniale sont de nature à modifier tant les relectures du passé que les sélections d’éléments à amplifier, reproduire et transmettre.

  • 38  La référence au langage urbanistique n'étant pas ici innocente.
  • 39  En fait quand des accommodements ou concessions apparaissent, elles résultent plus d'une attitude (...)

58Un troisième élément paraît encore plus fondamental. Il se lit, en particulier, dans l’absence de projet, chez les élites comme chez les pouvoirs publics, à propos des nombreuses « scories » laissées par les priorités dominant la construction patrimoniale. À Fès, derrière le succès du slogan qui s’est imposé – « toute la médina est patrimoine » – un malaise évident entoure tout débat qui mobilise ce slogan. L’absence d’une stratégie globale d’intervention qui traduirait ce dernier en dispositifs et effets concrets en est une illustration, comme d’ailleurs le fait que peu d’acteurs publics l’aient intériorisé comme une vraie priorité. L’ébauche de discussion sur l’absence de « valeur patrimoniale » des maisons dans certains quartiers de la ville constitue peut-être la seule étape franchie dans l’analyse des termes du problème. Ce qui se lit toutefois en creux, derrière cette lenteur à formuler un projet possible pour ce qui apparaît comme des « zones » de moindre intérêt38, peut renvoyer à des explications fort différentes. Elles ne sont d’ailleurs pas nécessairement identiques pour les divers acteurs concernés. L’impossibilité de « faire le deuil » de ces fragments de ville, parce qu’on n’a pas trouvé comment le faire ou parce qu’on a pas trouvé les moyens financiers de le faire, peut expliquer les blocages actuels. Mais on comprend mal, dès lors, pourquoi une forme de « libération » du patrimoine domestique, sous conditions de respect et/ou d’accommodements avec le « tissu », tarde tant à émerger39.

  • 40   Il ne faut pas sous-estimer l'effet négatif, voire contre-productif, par rapport aux objectifs af (...)
  • 41  Ce divorce, sans être nommé, est d'ailleurs tellement ressenti qu'il a conduit des intellectuels d (...)

59Faut-il penser que cette lenteur renvoie à quelque chose de beaucoup plus profond ? La définition du patrimoine urbain heurte à l’évidence de plein fouet des contradictions non résolues entre le modèle médinal, dans son essence comme dans son évolution, d’une part, et l’urbanisme et la gestion modernes, auxquelles aspirent sans partage nombre de représentants des pouvoirs, d’autre part40. Ainsi, si une convergence relative a pu se faire, en matière de définition, de perception ou, à tout le moins, d’acquiescement à ce qu’est le patrimoine architectural, monumental (et ce qui lui est assimilable) chez les différents types d’élite et chez les acteurs et responsables publics, elle est en revanche tout, sauf évidente, en ce qui concerne le tissu urbain lui-même. Sur ce dernier, un divorce latent – mais jamais réellement débattu et de toute évidence non consommé – oppose ceux qui sont attachés à la protection du patrimoine urbain au sens large – activités et ambiance urbaines comprises - et ceux qui, tenaillés, voire obsédés, par l’injonction de modernisation, de mise en ordre urbaine, de mise à la norme (urbanistique, technique, socio-économique, sécuritaire…) n’acceptent, qu’en raison de l’impossibilité pratique de faire autrement, le maintien de ce tissu qui leur paraît aux antipodes du modèle à atteindre aujourd’hui41.

  • 42  L'une appelant l'autre, dans une sorte de surenchère quasi hystérique. Un bon exemple de cette rad (...)
  • 43  Chez les défenseurs des percées, par utilisation très sélective des arguments ; chez les opposants (...)
  • 44  Cf. M.Idrissi Janati, « Des citadins… », art. cit.

60Qu’on ne s’y trompe toutefois pas : il n’est pas seulement question, dans cette affaire, de morphologie ou d’hygiénisme et les oppositions actuelles ne sont pas un simple « remake » d’oppositions connues dans le passé, y compris pendant la période coloniale. Plusieurs illustrations peuvent soutenir cette idée. La première qui s’impose pourrait en effet accréditer l’idée d’une « simple opposition » entre modèles d’urbanisme : le débat sur les « percées » à Fès, qui met en scène, de part et d’autre, des positions caricaturales et radicalisées42 continue à rendre impossible toute tentative sérieuse de mise à plat du vécu de l’enclavement ou des effets de dégradation de la qualité de vie que le statu quo conduit à accumuler. Cette dernière risque en effet d’être totalement instrumentalisée avant même d’arriver au terme de sa formulation43. Ce débat caricatural jette également le doute sur le caractère représentatif, ou au contraire éminemment manipulatoire, d’associations de défense du patrimoine conduites par des intellectuels mais qui prennent soin de mettre les habitants en avant : par un jeu d’amalgame ou de glissement subtil entre définition privée et publique du patrimoine, ils convoquent en effet, pour leur lutte anti-percées, des fragments du vécu des habitants, en feignant d’ignorer la complexité de ce dernier44.

61Mais ces positions ne peuvent évidemment se comprendre sans tenir compte du contexte socio-économique et politique d’ensemble. Cette urbanité encore vécue, dans ses aspects les plus valorisés, ou simplement comme ressource,par les habitants (ville dense et offrant des opportunités, hétérogène, à « plusieurs vitesses »…) s’accompagne forcément d’une informalité et d’un « désordre » urbain. Ces derniers sont jugés incompatibles avec les nécessités de la mise à la norme urbaine, administrative, économique, sécuritaire… « dignes » d’un État moderne.

  • 45  Acceptation forcée de l'existant, rejet foncier du futur et conditionnalités constamment négociées (...)

62Comment, par ailleurs, concilier l’acceptation de cette situation (« anachronique », donc indigne de l’image de modernisation ; « calamiteuse », donc indigne de l’image du développement promis) avec une politique plus ferme face aux nouvelles formes socio-spatiales, « spontanément » produites en réponse à la crise urbaine et socio-économique ? Ces formes présentent en effet des caractéristiques d’informalité, de sous-normativité, de « désordre » urbain assez proches de celles observées en médina45. L’effet de miroir pourrait être vertigineux…

63Enfin, ceux qui affichent des objectifs de modernisation mais tentent de composer avec la diversité urbaine courent le risque d’être accusés d’une gestion à deux ou plusieurs vitesses. La reconnaissance explicite que conférerait la mise en place de modes de régulation adaptés aux différents cas de figure peut en effet être soupçonnée de générer des inégalités graves entre habitants d’une même ville, voire même de la fragmentation spatiale et sociale. 

64Pour nous résumer, deux ordres de considérations ont permis d’éclairer la question du déni de légitimité. Le premier est d’ordre socio-culturel et permet de montrer, au-delà d’une convergence remarquable dans les processus de sélection de la mémoire, le fossé qui sépare les représentations symboliques, identitaires et esthétiques des intervenants et non-résidents de celles des habitants. Ces deux catégories ne sont évidemment pas homogènes et peuvent offrir des différences, dues au mélange complexe entre quête d’identité pour soi et recherche spectaculaire de démonstration pour l’Autre, en l’occurrence l’Occident. Des variations importantes peuvent également apparaître au sein des responsables publics et des élites, en raison du degré d’auto-missionnement qu’ils s’arrogent dans la transmission, aux générations futures, de leur propre sélection patrimoniale. Quant aux habitants, ils jouent d’accommodements et d’arbitrages dont ils se satisfont : au regard de leurs contraintes, ils procèdent, à travers leur appropriation de l’espace, à des choix hiérarchisés à partir de ce qui leur paraît essentiel, comportement amplement décrit par l’anthropologie.

65Le deuxième ordre de considération force à sortir du champ socio-culturel pour mettre en scène le politique ainsi que le rapport usuel de pouvoir qui se noue entre décideurs et habitants dans l’aménagement de l’espace, comme dans le projet de développement et de modernisation de la société. La dépossession des compétences habitantes à l’œuvre dans le champ du patrimoine ne serait alors qu’une des expressions de la dépossession de compétences sur l’espace public d’abord, mais privé également, qu’ont introduite l’urbanisme et l’aménagement de l’espace, dans un contexte d’injonction au développement et à la modernité. Si sous d’autres cieux, le retour du patrimoine a accompagné des courants post-modernistes, aurait-on ainsi une « exception marocaine », faite d’une étrange cohabitation entre retour du patrimoine et idéaux modernistes, restés très présents ? La définition péremptoire de légitimité sur l’espace de « ceux qui savent » sur « ceux qui vivent », comme la croyance inflexible dans l’impact d’une pédagogie de l’habiter et dans une forme de « rédemption » des seconds par les premiers permettent au moins de se poser la question.

66Chemin faisant, on a mis en évidence quelques contradictions et conséquences pratiques de cette situation singulière, lesquelles ont un impact social et spatial dont on ne mesure peut-être pas assez les effets à terme. La mise en évidence de ces contradictions ne découle pas d’une attitude d’advocacy. Si elle conduit à mettre en cause la philosophie des politiques publiques, elle le fait avant tout à partir d’une critique de la pseudo-rationalité d’interventions assez largement vouées à l’échec par rapport à leurs propres objectifs. En effet, tant le volontarisme sourd et aveugle des intentions, que cet étrange mélange d’immobilisme et de laisser-aller gestionnaire dans l’action peuvent avoir des effets directs et indirects lourds, même si ces derniers ne se voient qu’à moyen et long terme. Le retard mis à apporter des éléments de confort et des aménagements qui auraient permis aux habitants des médinas d’entrer dans un processus de « rattrapage » urbain, réclamé par eux de longue date, influe ainsi de manière directe sur les stratégies résidentielles des ménages solvables. Ralliant d’autres quartiers de la ville, ces derniers privent la médina des capacités d’investissement qu’ils auraient pu y déployer. Mais voilà bien un de ces effets qui ne se mesurent qu’avec le temps et qui, avec bien d’autres pratiques, comportements et stratégies habitantes, ne sont toujours pas pris au sérieux par les politiques publiques.

Notes

1  Cette contribution s'appuie sur les résultats de différentes enquêtes sur la conception et l'appropriation de l'espace, réalisées au Maroc entre 1978 et 1995, et plus particulièrement sur l'évaluation sociale du projet de sauvegarde de la médina de Fès, mené sous la direction de l'auteur, en collaboration avec A. Fejjal et N. Lahbil-Tagemouati.

2  Amos Rapoport, Pour une anthropologie de la maison, Paris, Dunod, 1972, 209 p.

3  L'absence de « sensibilité » au patrimoine est un reproche récurrent qui guette l'approche sociologique ou anthropologique de la question. En ce sens, l'accueil réservé à l'évaluation sociale du projet de Fès par nombre d'architectes et spécialistes du patrimoine bâti n'a pas fait exception.

4  Selon l'expression de Jean-Pierre Darré, in La production de connaissances pour l'action, Arguments contre le racisme de l'intelligence, Paris, MSH/INRA, 1999, p. 87 et suivantes.

5  Raymond Boudon, La logique du social, Paris, Hachette, Collection Pluriel, 1997, 309 p.

6  Cf. Françoise Navez-Bouchanine, Habiter la ville marocaine, Casablanca, Paris, Gaetan-Morin, L'Harmattan, 1997, 315 p.

7  Par exemple, le rapport entre formes familiales (en l'espèce, forme patriarcale ou conjugale) et espace domestique et leurs interactions en contexte de changement trouve, en médina, des illustrations anciennes, au cœur même des maisons prises aujourd'hui comme références « traditionnelles ». Il suffit de comparer par exemple l'organisation socio-spatiale des maisons de la fin du xixe siècle à celle de maisons construites en 1930 pour réaliser les changements qui s'y amorcent.   

8  Les constats faits par Richard Hoggart sur les couches populaires anglaises (Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Editions de Minuit, 1970, 423 p. Cf. notamment p. 223 et suiv.) trouvent un écho dans les observations faites au Maroc. Cela met en doute les affirmations d'une plus grande « authenticité » qu'aurait une catégorie sociale – peuple ou élites, selon le point de vue – dans le travail de réappropriation réciproque qui opère dans l'habiter (cf. F. Navez-Bouchanine, op. cit., p. xxvi et suiv.)

9  Un état de la recherche urbaine au Maroc faisait déjà allusion à cette difficulté d'autonomisation du point de vue de la recherche par rapport au discours gouvernemental sur l'urbain (Abdelghani Abouhani et alii, « La recherche urbaine au Maroc, un état de la question », in Pratiques Urbaines, n° 6, Paris, CNRS-ORSTOM, 1987, 98 p.). Certes, la situation n'est plus aujourd'hui tout à fait celle décrite en 1987, mais la distance, notamment entre chercheurs et acteurs, reste faible ; quelques oppositions apparentes portent plus sur les modes de faire ou sur des choix ponctuels que sur les objectifs et les valeurs qui sous-tendent l'action.

10  Cf. Françoise Navez-Bouchanine, « Y a‑t‑il un mode d'habiter spécifique à la Médina? », in K. Mechta (dir.), Patrimoine, Tradition, Modernité, Paris, Publisud ; idem, « Patrimoine des élites nationales et patrimoine des habitants : paradoxes, non-dits et blocages dans la sauvegarde de la médina », in Annales de la recherche urbaine, n 72, Septembre 1996, pp. 14-22 ; Françoise Navez-Bouchanine, Ali Fejjal et Naima Lahbil-Tagemouati, Évaluation sociale du projet de sauvegarde de la médina de Fès, Rapport de synthèse, Rabat/Washington, Ministère de l'Intérieur/Banque Mondiale, 1995, 175 p.

11  Mais sans « spécifisme » : les interventions sur les tissus décrétés patrimoniaux ne sont pas plus propices que d'autres à créer un porte-à-faux entre initiateur et « bénéficiaires » des projets. On est en présence, dans nombre d'interventions urbaines, d'une même posture « experte » qui ignore, presque par définition, voire par principe, les composantes sociales et les modes d'ancrage à l'espace des populations. Il y a peu de différences à cet égard entre les projets qui se contentent de les désigner comme « cibles » et ceux qui témoignent d'une réelle sincérité à vouloir faire leur bonheur - mais souvent malgré elles !

12  Mais fécond tout au long de l'histoire (même s'il est aussi marqué d'errances), sauf à dénier à l'humanité d'aujourd'hui une quelconque parenté de compétence avec l'humanité passée. On note effectivement que les idées de progrès et de développement se sont souvent déployées en dépossédant les populations de leur intelligence du milieu. Cf. FrançoisPartant, La ligne d'horizon. Essais sur l'après-développement , Paris, La Découverte, 1988, 234 p. ; Jean-Pierre Darré, op. cit.

13  Ce n'est pas le cas pour toutes les composantes de cette expertise, laquelle a par exemple eu des effets, limités mais réels, sur la reconnaissance des problèmes liés à la pauvreté.

14  Le mot peut apparaître fort pour désigner des frémissements d'action, des micro-interventions, des traces humbles et obscures d'appropriation, lesquels sont toutefois, quand on veut bien les voir, hautement significatifs de ce qui est en jeu.

15  Réfutons par avance l'argument qui voudrait réduire le fond de cette question aux seuls jeu politique, rapports de force, ou mise en œuvre d'intérêts particuliers : le machiavélisme est certes bien vivant mais il ne peut constituer la seule explication « valable ». De plus, même sous cette hypothèse, l'unicité de la décision qu'il exigerait est contredite par la multiplicité des acteurs impliqués et la complexité de leurs jeux et stratégies. Il est par ailleurs clair que dans de nombreux projets dits « de développement », le manque de prise en compte des pratiques et dynamiques d'ancrage propres aux populations se retournent contre les objectifs les plus directement recherchés par les acteurs eux-mêmes, lesquels apparaissent ainsi pris en « flagrant délit » d'absence de calcul stratégique…

16  Cette brève contribution ne permet pas de beaucoup nuancer. Si le déni de légitimité domine, d'autres comportements, même minoritaires, sont observés. Il arrive par exemple que des acteurs proches des préoccupations des habitants – notamment des élus mais éventuellement d'autres acteurs publics – fassent preuve d'une plus grande clairvoyance et soient ouverts à des actions plus attentives à ce travail des habitants.

17  Dans le cadre des travaux de la cellule de recherche « Modèles d'habiter, Modèles urbains » co-animée par l'auteur et F. Zniber. Cf. Françoise Navez-Bouchanine, « Conception architecturale et urbanistique et référence au patrimoine », in P. Pellegrino (dir.), Culture architecturale, culture urbaine, Paris, Économica, 1993, pp. 605-613.

18  Bien sûr, ces résultats étaient quelque peu surprenants, du moins par rapport aux attendus des élites essentiellement non résidentes, faut-il préciser. Les revendications d'intégration les surprirent d'ailleurs autant que le rejet violent de la préférence quasi-exclusive pour les « vieilles pierres » marquée par les interventions publiques. Quoique les enquêtes et entretiens menés en médina n'aient exclu aucune des catégories y vivant et que, hors médina, d'autres enquêtes et entretiens aient été menés auprès de catégories typologiquement différenciées, le terme de « faute professionnelle » des consultants fut même brandi par un haut responsable local du Ministère de la Culture. Pour lui, comme pour d'autres responsables présents, « une bonne enquête sur le patrimoine » n'aurait dû, de toute évidence, s'adresser qu'aux seules élites intellectuelles et administratives…

19  Qui, comme tels, n'ont plus vraiment cours ailleurs dans la ville, puisqu'ils ont eux-mêmes été transformés, entre autres, par ceux-là même qui stigmatisent aujourd'hui leur perte.

20  Cf. Mohamed Megzari, La dédensification de la médina de Fès : cadres et moyens juridiques, Mémoire de DESA, Rabat, INAU, 1984, 195  p.

21  L'analyse des interviews collectées en médina de Fès pour l'étude déjà citée fit l'objet d'une sévère controverse interne à l'équipe des chercheurs, notamment à propos de la description d'une posture, spécifique aux habitants d'origine rurale – et bien sûr particulièrement négative – à l'égard du patrimoine. Cette controverse ne prit fin qu'au prix d'un retour systématique aux retranscriptions originales d'interviews pour en faire une lecture moins partielle et moins partiale…

22  « De Fès » ou « citadine ». Toutefois, une autre forme de réaction semble émerger. Lors des ateliers publics menés dans le cadre de cette même évaluation sociale de Fès, des échanges très vifs ont éclaté entre habitants, montrant que l'argumentation des ruraux mis en cause mobilisait aussi d'autres registres que celui de l'assimilation, puisqu'ils recouraient à la contre-attaque.Ainsi, à l'insistance sur l'origine rurale des habitants tenus pour responsables des pratiques décriées (dégradation des maisons, rejet d'ordures sur l'espace public etc…), répondait désormais le récit de cas vécus où ces mêmes pratiques étaient le fait non seulement de citadins mais d'habitants appartenant à des familles aux « noms » évocateurs de la « grandeur citadine fassie ».  

23  Et alors même que la critique des effets de la politique différentielle menée par Lyautey est par ailleurs un thème récurrent des débats intellectuels.

24  Ce qui reste quand même une exception, constat qui permet de relativiser le renouveau d'affection des élites pour « leur » patrimoine.

25  Cf. Habiter la ville marocaine (op. cit.) qui contient, en bibliographie, une liste de travaux empiriques menés entre 1970 et 1990 sur l'appropriation de l'habitat dans les villes marocaines.

26  Naima Lahbil-Tagemouati montre bien comment, à côté de stratégies résidentielles marquées par la mobilité, le choix des couches les plus pauvres est souvent, au contraire, celui de ne pas bouger. Cf. Naima Lahbil-Tagemouati, « La stabilité résidentielle : une réponse à la crise du logement », in Francine Dansereau et Françoise Navez-Bouchanine, Gestion du développement urbain et stratégies résidentielles des habitants, Paris, L'Harmattan, Villes et Entreprises, 2002, pp. 85-110.

27  Dans les constructions densifiées, interdiction d'utiliser les pilons, de lessiver sur la terrasse, de traîner ou de laisser de lourdes charges aux endroits névralgiques, de laisser jouer les enfants dans les couloirs ou sur la terrasse... Il ne s'agit pas ici de tomber dans l'angélisme et d'affirmer que ce sont là les seuls comportements : il existe aussi des constructions densifiées où le laisser-aller et l'indifférence aux effets de ces comportements accélèrent la dégradation.

28  La « masrya » (littéralement l'égyptienne) est une grande pièce avec accès indépendant sur rue qui, traditionnellement, était utilisée dans les grandes maisons comme lieu de réception des amis et relations du seul chef de famille. La « dwira » (maisonnette) est un corps de bâtiment de service articulé autour d'un patio et souvent situé à l'arrière de la maison principale. Comme il est fréquent qu'une porte de service propre le desserve, l'autonomisation en est rendue aisée.

29  Walter Lanchet, La ville entre concepteurs et usagers : problématique de la sauvegarde à la lumière des initiatives populaires. Cas de la médina de Fès. Mémoire de maîtrise en géographie, Tours, Université François-Rabelais, 1996, 173 p. ; Mohamed Idrissi Janati, « Des citadins ordinaires face à un projet de percée routière dans la médiana de Fès », communication faite lors d'un colloque qui s'est tenu à l'IRMC-Tunis en 1997, in Agnès Deboulet et Isabelle Berry (dirs), Les compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris, IRMC-Karthala-Urbama, 2000, pp. 289-311.

30  D'autres habitants l'attribuent au contraire à l'intrusion de nouveaux venus qui ne partagent pas les mêmes codes et n'en ont pas le même respect que les « anciens ».

31  Dans un contexte où le critère dominant de choix du « bon candidat » était, jusque là, d’« avoir de l'épaule » (plus ou moins équivalent à « avoir le bras long »), on doit noter l'importance et la signification de nouveaux critères, apparus dans la décennie 90 : être « un enfant du quartier », donc faire partie du milieu et être apte à le « représenter ». La résonance et l'actualité, en médina de Fès, de nouveaux critères apparus au niveau national semblent bien réelles (cf. W. Lanchet, La ville entre concepteurs et usagers, op. cit.).

32  Des interviews auprès de guides touristiques, de bénéficiaires de la restauration et de certains riverains du souk Nejjarine dénoncent le peu de « crédibilité » de la restauration effectuée pour le touriste en quête d'authenticité. Les pouvoirs publics et notables qui sont à l'origine de cette restauration sont ainsi littéralement renvoyés à la posture de l'arroseur arrosé.

33  Conclusion qui évoque des critiques faites, sous d'autres cieux, à la standardisation/réification du patrimoine. Cf. par exemple Philippe Genestier , « Ville culturelle et espace public touristique : sur quelques logiques de réification à l'œuvre dans l'économie », in Actes du colloque L'espace public méditerranéen, Montpellier, 1996.

34  Un des résultats de l'évaluation sociale qui devrait retenir le plus l'attention est la demande d'investissement public, institutionnel comme matériel, en médina. Il semble d'ailleurs que certains conseils municipaux aient compris que c'était là l'abcde toute intervention. Les actions de mise à niveau entreprises en médina de Rabat constitueraient ainsi une réponse au moins partielle à cette attente.

35  Ni moins ni plus justifiables en termes de gestion que le maintien voire la création de bornes-fontaines dans des quartiers où vivent des populations à niveau socio-économique sensiblement équivalent. Ni moins ni plus problématiques, techniquement parlant, que partout où on veut économiser l'eau et rationaliser son évacuation.

36  PNUD/Ministère de l'Intérieur, Sauvegarde de la ville de Fès, volet Activités, 1992.

37  Sans tomber dans le piège de « l'ailleurs nécessairement meilleur », on se doit de renvoyer aux actions, assez hétérogènes dans leur inspiration, entreprises dans le vieux Lisbonne. La tolérance adoptée par exemple à Al Fama pour les relectures patrimoniales par les habitants (versus une attitude plus « gentrifiante » au quartier du Château) mérite réflexion tant du point de vue culturel que politique.

38  La référence au langage urbanistique n'étant pas ici innocente.

39  En fait quand des accommodements ou concessions apparaissent, elles résultent plus d'une attitude par défaut et elles constituent autant de pratiques concédées au coup par coup sous la pression des habitants et/ou des pouvoirs locaux. Comme toute action larvée, concédée dans ces conditions, elle ne dit jamais son nom, elle est totalement réversible et incertaine et, donc, soumise à tous les arbitraires.

40   Il ne faut pas sous-estimer l'effet négatif, voire contre-productif, par rapport aux objectifs affichés de l'urbanisme dominant, qu'aurait, au regard de la modernité, la reconnaissance explicite de l'acceptabilité d'un tel modèle, sachant que ce dernier s'est très visiblement reproduit dans de nombreuses formes périurbaines des grandes villes, qualifiées de « clandestines ».

41  Ce divorce, sans être nommé, est d'ailleurs tellement ressenti qu'il a conduit des intellectuels d'origine citadine à évoquer un véritable « complot » des élites administratives d'origine rurale comme explication à la stagnation des projets en médina. Sans réfuter complètement tout fondement à cette hypothèse, il me semble qu'elle s'inscrit davantage dans un contexte plus général de quête de la modernité, ou d'une certaine représentation de cette dernière en tous cas. L'admiration de l'ancien ministre de l'Intérieur pour le modèle haussmannien était, par exemple, de notoriété publique.

42  L'une appelant l'autre, dans une sorte de surenchère quasi hystérique. Un bon exemple de cette radicalisation du débat restera sans doute le colloque – et ses coulisses ! – « Patrimoine et Urbanisme », organisé en janvier 1995 à Fès, par le ministère de la Culture et l'Unesco.

43  Chez les défenseurs des percées, par utilisation très sélective des arguments ; chez les opposants, par disqualification, au prétexte d'analyse partisane.

44  Cf. M.Idrissi Janati, « Des citadins… », art. cit.

45  Acceptation forcée de l'existant, rejet foncier du futur et conditionnalités constamment négociées.

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable