Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains

 | 
Raffaele Cattedra
, 
Pascal Garret
, 
Catherine Miller
, 
et al.

Pratiques et enjeux sociaux

La construction du fait patrimonial : exemple de l’héritage portugais au Maroc

Romeo Carabelli

Entrées d'index

Mots clés :

patrimoine

Géographique :

Maroc, Portugal

Note de l’auteur

(Texte 2001)

Texte intégral

1Nous allons aborder dans ce texte le cadre des mutations patrimoniales de l’héritage bâti par les Portugais tout au long de la côte atlantique du Maroc, la particularité de cet héritage architectural étant que ses références culturelles sont absolument hétérocentrées, tout à fait étrangères aux lieux, et ce, pas seulement en raison de leur vétusté mais surtout pour les références liées à la culture, à la tradition, à la religion ainsi que pour les références typologiques, ces dernières étant extrêmement significatives à cause de leurs origines militaires.

2Cette altérité presque absolue place l’héritage architectural lusitanien dans un espace mental autonome qui possède une indépendance spécifique et n’interfère en aucune façon avec celui de la colonisation moderne du Maroc, qu’elle soit française ou espagnole.

3L’autre caractéristique de l’héritage maroco-lusitanien est le fait qu’il soit « antique ». Il ne s’agit pas ici de se référer à une antiquité classique – gréco-romaine pour notre culture de référence – mais à un espace mental qui indiquerait quand même un « passé du passé », caractérisé par l’absence de références directes, tangibles et liées d’une façon ou d’une autre à l’expérience possible d’un sujet contemporain. Un tel espace, s’il n’est pas maintenu en vie par un mythe - passéiste ? - se mêle à d’autres passés désormais déconnectés du savoir contemporain, qui semble évoluer vers la perte de beaucoup de ses particularités et se tarir.

  • 1  Patrimoine dérive du latin patrimonium, composé de pater qui fournit la référence à l’hérédité gén (...)

4Ce patrimoine d’origine portugaise se présente aussi comme un patrimoine sans « pater »1 : si ces fortifications portugaises sont en effet en train de devenir une mémoire patrimoniale pour la population lusitanienne, qui la connaît et la reconnaît, il n’en est encore rien pour la population maghrébine locale pour laquelle l’histoire de cet héritage paraît bien abstraite bien qu’elle le côtoie au quotidien.

Carte n° 1 : Maroc lusitanien

Carte n° 1 : Maroc lusitanien

L’épopée, la construction de l’héritage actuel

  • 2  Carlos Selvagem, Portugal Militar : compêndio de história militar e naval de Portugal, Lisbonne, I (...)

5L’intérêt des Portugais pour l’Afrique du Nord, entre le xive et le xvie siècle, était dû aux nécessités militaires de bloquer l’expansion espagnole et de mieux défendre le territoire métropolitain vis-à-vis de la pression exercée par les royaumes musulmans. À la différence de l’Espagne, la stratégie fondamentale de la couronne portugaise était déterminée par la volonté de protéger les routes commerciales reliant l’Atlantique et la Méditerranée d’une part, les ports portugais et les côtes d’Afrique subsaharienne – et donc les routes pour l’Inde – d’autre part2.

6Les Portugais ont donc structuré une armature de bases militaires et commerciales côtières qui, depuis la prise de Ceuta en 1415, s’est progressivement étendue vers le Sud parallèlement au développement de la puissance économique et maritime portugaise ; seul le port de Salé, au Maroc, a toujours été capable de demeurer indépendant.

  • 3  Il faut « descendre » jusqu'à Arguim, dans l'actuelle Mauritanie, à la limite entre l'Afrique blan (...)
  • 4  Littéralement : au-delà de la mer; ce terme était utilisé pour désigner les terres se trouvant imm (...)
  • 5  Nous entendons par là le territoire du Maroc jusqu'aux confins de l'ancien  Sahara espagnol (l'ex- (...)

7Les places-fortes s’élèvent sur la côte atlantique à partir de Ceuta, limite méditerranéenne, jusqu’à Agadir, port un peu au-delà duquel, en direction du sud, le désert saharien vient border l’Océan Atlantique3. Dans la terminologie, nous remarquons cette spécificité géographique avec l’utilisation du terme além do mar4, qui désigne les territoires appartenant à la Couronne portugaise, mais qui ne sont situés ni en Europe ni en Afrique noire : ce sont des espaces qui ne sont pas encore en Afrique, mais qui ne sont plus l’Europe5.

  • 6  A la différence de ce qui fut organisé pour la plupart des possessions portugaises d'outre-mer (In (...)

8Pour le Portugal, le Maroc est un territoire réellement proche, et la couronne lusitanienne eut une certaine tendance à le considérer comme une sorte d’extension du territoire métropolitain. Le titre même de roi du Portugal était, traditionnellement, celui de roi du Portugal et de l’Algarve ; après la prise de Ceuta, il fut complété de telle sorte que le Roi fut désormais dénommé « Rei de Portugal e dos Algarves daqué e d’alèm do mar em Africa ». Cette dénomination fut utilisée pour la première fois par Dom Alfonso V (surnommé « le Roi africain »). Ce titre s’allongera encore ultérieurement par l’adjonction de la formule : « e dos territórios ultramarinos », suite aux conquêtes plus méridionales, de l’autre côté de l’Atlantique - au Brésil - et dans l’Océan indien. Mais cette dernière adjonction constitue finalement la preuve explicite que, pour la couronne portugaise, la conception territoriale attribue bien au Maroc un statut particulier, de relative assimilation à la métropole6.

  • 7  Rafael Moreira, “A época manuelina”, in : Portugal no mundo : historia das fortificações portugues (...)

9Les positions marocaines jouèrent un rôle de « cobayes » dans l’expérimentation des moyens qui permirent l’expansion lusitanienne, comme le souligne avec pertinence l’historien lisbonnais Rafael Moreira : « C’est justement cette internationalisation du problème qui fit du Maroc, dans les premières décades du xvie siècle, le champ d’expérimentation de l’architecture militaire extra-européenne le plus intéressant, véritable laboratoire d’expérimentations et de solutions pour adapter l’art de la guerre de la Méditerranée à d’autres latitudes, où seront testées, retenues et perfectionnées les futures formes destinées à dominer le monde »7.

  • 8  On peut retrouver quelques vestiges de cette période dans la cathédrale de Safi, dans la tour de m (...)

10Durant la période d’occupation portugaise, nous avons relevé deux politiques d’intervention différentes. La première (jusqu’en 1541) correspond à un véritable protectorat, protectorat au cours duquel il y eut tentative de constitution d’entités territoriales mixtes, c’est-à-dire dirigées par des représentants du royaume du Portugal en concertation avec des notables locaux. Quelques-uns des pouvoirs civils furent transférés sur place et il y eut une série de contrats d’assujettissement de princes et de cheikhs locaux au Roi du Portugal qui se trouva en quelque sorte, de ce fait, légitimé dans ses interventions en territoire marocain8.

11L’armature côtière des enclaves portugaises n’en demeure pas moins, à partir de ces dates, essentiellement liée à la mer et en relation directe avec la mère-patrie. Les villes étaient des morceaux de mer sur terre, et non l’inverse, et l’» arrière-pays » de ces comptoirs était, en vérité, un « avant-pays », à savoir l’océan. Cette seconde forme d’occupation portugaise (de 1541 à 1769) s’apparente donc plutôt à un « enrochement » des places-fortes déjà conquises.

Une exception portugaise

12L’actuelle politique d’intervention sur l’héritage lusitanien au Maroc est l’une des composantes des relations internationales entre Lisbonne et Rabat, le Portugal et le Maroc ayant signé une série d’accords politico-institutionnels concernant les héritages culturels croisés dans leurs pays respectifs.

13Pourtant, cet héritage est souvent mal connu, tant par les populations marocaines et portugaises que par le corps des scientifiques : la connaissance que chacun en a est très floue et, si quelques personnes habitant près d’un site d’origine portugaise en ont une certaine conscience, cette connaissance reste très souvent lacunaire.

14C’est surtout la temporalité de la présence portugaise qui échappe à tous : on cite les xve et xvie siècles comme étant la principale période d’occupation, oubliant que la présence portugaise à Mazagão ou à Tanger fut de bien plus longue durée, et qu’elle s’est prolongée jusqu’au xviiie siècle. Source majeure d’information pour la population, la télévision n’arrange d’ailleurs en rien cette vision, préférant diffuser l’idée que cette occupation fut brève et ponctuelle plutôt que de longue durée, ce qui pourrait être ressenti comme une honte pour le Maroc.

  • 9  Je me permets d'appeller « re-production naïve » l'opération de pseudo-restauration qui a été effe (...)

15Si donc la plupart des « objets » portugais sont de fait entrés dans une sphère patrimoniale « effective », c’est souvent de manière un peu « naïve »9, comme ce fut le cas, par exemple, lors des projets de réhabilitation concernant la ville d’El Jadida.

16Si nous observons les interventions qui se sont succédées au cours des années 80 et 90, nous pouvons constater qu’une théâtralisation du patrimoine s’est opérée, véritable synthèse d’une vision romantique et d’une interprétation digne de Walt Disney, sans aucune lecture historique et philologique, ni prise en considération de la population locale.

17Cette approche « théâtrale » impose une démarche uniforme qui est appliquée de manière identique dans tous les cas du même type, comme on peut le constater aussi bien pour la tour d’Asilah que pour les projets concernant Azemmour.

  • 10  Françoise Choay, L'allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992, note 7, p. 236. Le problème de la (...)

18Cette vision n’est cependant pas propre au Maroc, comme le souligne F. Choay : « “Notre patrimoine doit se vendre et se promouvoir avec les mêmes arguments et les mêmes techniques que ceux qui ont fait le succès des parcs d’attraction”, déclare ainsi dans un discours le ministre français du Tourisme le 9 septembre 1986, faisant écho à l’un de ses collaborateurs qui affirme qu’il faut “passer du centre ancien comme prétexte au centre ancien comme produit” »10.

19Le thème principal est que, dans ce cas, les biens culturels permettent de soutenir la politique extérieure – et plus particulièrement le rapport avec l’Union Européenne – clé fondamentale pour le développement économique du Maroc, représentée par la métaphore de l’arbre proposée par le roi du Maroc et reprise depuis par ses représentants ou les responsables de l’administration.

  • 11 Abdessalam Zenigned, “Opening address”, in Morocco and Europe, London, Middle Eastern Studies, 1989 (...)

20Parmi les différentes versions de la métaphore, que l’on peut lire ou entendre, l’une d’elles est précédée d’une intervention explicative intéressante : « J’aimerais aborder quelques aspects de cette conférence en rappelant des faits historiques bien connus de la plupart d’entre vous. Le Maroc est au carrefour de l’Europe et de l’Afrique. Ceci a été illustré avec précision et poésie par Sa Majesté le Roi Hassan II dans The challenge. Je cite : “Le Maroc est comme un arbre nourri par de profondes racines dans la terre de l’Afrique, qui respire à travers les feuillages bruissants dans les vents d’Europe”. »11

21Ce discours sur l’arbre nous a été systématiquement proposé par tous ceux qui représentent en quelque sorte l’État : à Safi par Rahal Fouzi, Directeur du Service de Documentation de la Province de Safi ; à El Jadida par le Pacha, qui n’a pas été disposé à nous concéder une entrevue, mais qui n’a pas manqué de nous présenter l’image du Maroc ayant ses racines en Afrique et sa crinière flottant au vent de l’Europe.

  • 12 « Au trou n° 17, une halte s'impose pour admirer les murailles blanches d'El Jadida. » (texte du dé (...)

22Les volontés de construction d’un espace imaginaire dans lequel sont véhiculés des messages commerciaux sont aisément repérables dans les activités touristiques. Nous remarquons aussi le renforcement de certains mythes par le truchement de la « falsification » d’autres mythes. Le dépliant distribué par les agences de voyage sur le Club Méditerranée d’El Jadida conseille ainsi une étape au dix-septième trou du terrain de golf pour admirer les murailles blanches d’El Jadida12, manière évidente d’utiliser le mythe des villes blanches méditerranéennes/islamiques pour développer l’activité golfique, divertissement favori des riches et des étrangers, mais oubliant, au passage, qu’il n’y a pas de murailles blanches à El Jadida…

  • 13  « Maroc-Portugal : deux peuples amis et deux pays complémentaires. (…) Le Maroc compte aussi sur l (...)

23Cette interface sur le littoral atlantique, aux marges du monde méditerranéen, est, de plus, particulièrement intéressante pour le Maroc qui, à travers sa coopération avec le Portugal, accroît ses relations avec l’Union Européenne13.

  • 14  Association Ribat al Fath, Rabat, 1ère rencontre maroco-portugaise de coopération, 10 au 13 févrie (...)
  • 15  Ce que nous avons constaté en lisant les textes relatifs aux travaux des commissions qui se sont r (...)

24Lors du déroulement de la Première rencontre maroco-portugaise de coopération14, nous avons pu ainsi saisir les intentions qui lient le projet de coopération entre les deux États ; celles-ci utilisent la dimension culturelle et patrimoniale par intérêt partagé, mais aussi, et peut-être surtout, par une sorte de « souci de correction » par rapport aux thèmes culturels et patrimoniaux, thèmes populaires et médiatisables15.

25On a également fait valoir, lors de cette rencontre, la position que le Maroc peut avoir, en tant que partie de l’Union du Maghreb Arabe, face aux marchés de l’Union Européenne. Cela apparaît d’ailleurs de manière plus qu’évidente dans le rapport de la Commission des questions économiques et financières, dans lequel on peut lire qu’» enfin, au-delà de la coopération économique et financière entre le Maroc et le Portugal, il serait souhaitable que chacun des deux pays contribue à ouvrir à son partenaire ses marchés traditionnels. C’est ainsi que le Maroc pourrait être un tremplin pour les opérations économiques portugaises en direction des marchés des pays de l’Union du Maghreb Arabe d’Afrique. »

26L’« utilisation » de l’héritage portugais en tant que medium des relations entre les deux pays date des années 80, à la suite d’une première action, privée, celle de la reconstruction partielle de la tour de Menagem à Asilah. A la demande de M. Mohamed Ben Aïssa (maire de la ville, ancien ministre de la Culture puis des Affaires étrangères), la Fondation Gulbenkian, forte puissance culturelle et économique portugaise, a conçu le projet et financé les travaux, cette fondation ayant pour but de restaurer les vestiges portugais dans le monde (avant son intervention à Asilah, elle avait déjà réalisé au Maroc un monument commémorant l’arrivée de la marine portugaise en ce lieu en 1434 au Cap Bojador).

27Le patrimoine lusitanien étant physiquement et morphologiquement différent de celui d’origine locale, cette différence se retrouve dans la façon même dans laquelle sont choisies les finalités de sa récupération actuelle.

28La relation patrimoine ancien/structures économiques actuelles est renforcée par les discours officiels, évidemment motivés par cette volonté d’améliorer les rapports de coopération maroco-portugais en cours. Il est donc efficace de considérer les relations établies au cours de l’histoire comme une possibilité de créer un substrat susceptible d’être alimenté par l’imaginaire d’aujourd’hui - imaginaire qui, désormais éloigné de la mémoire vivante, pourrait, mais surtout devrait, prendre la forme de l’amitié, que celle-ci soit ou non « vraiment » historique.

  • 16  Fondação Calouste Gulbenkian, 1995.

29Dans l’introduction du texte présentant la restauration la tour d’Asilah, nous retrouvons directement ce thème : Mario Soares, ex-Président de la République portugaise, y écrit en particulier que « le Maroc et le Portugal sont liés par une amitié multiséculaire, elle-même construite par un voisinage géographique, une relation historique et un dialogue culturel »16.

  • 17  Ibid.

30Deux pages plus loin, Hassan II lui fait écho en soutenant qu’« en effet, ce sont surtout nos villes situées au bord de l’Océan, comme Qsar es-Sghir, Assilah, Larache, Safi, El Jadida, Azemmour et Essaouira, qui portent la marque de ces échanges et qui distinguent, si on sait méditer, l’esprit de tolérance, d’espérance et d’amitié »17.

  • 18  Nous pouvons retrouver ce mode de re-lecture « intéressée et pilotée » de l'histoire dans l'articl (...)

31On peut immédiatement constater que ces deux textes tendent - pour des raisons différentes mais parfaitement complémentaires – à formuler l’idée d’une collaboration pacifique et durable entre les deux États. Ils avalisent de fait une erreur historique criante pour respecter le mythe actuel et la nécessité de générer l’image de rapports historiques toujours amicaux et souriants18.

  • 19  Nous faisons abstraction du fait que, dans le texte, la citation historique n'est pas tout à fait (...)

32Historiquement19, les rapports entre le Portugal et le Maroc ont en effet toujours relevé de la guerre, militaire et idéologique, depuis la prise de Ceuta jusqu’à la fin de l’occupation de Mazagão.

Mazagão/El Jadida : là où l’héritage portugais est majeur

33A El Jadida, nous pouvons repérer deux stratégies concernant l’héritage d’origine lusitanienne. La première, élaborée au cours des années 80, est l’intervention du gouverneur local, ce représentant du gouvernement central ayant utilisé tout son pouvoir pour la mettre en œuvre ; la seconde, toujours en cours, a pour acteur principal le Centre d’Études Maroco-Lusitanien.

34La première de ces stratégies participe d’une conception plutôt générale, de « spectacularisation » de cet héritage : l’intention, plus ou moins déclarée, consistant à favoriser une mise en scène patrimoniale pour amorcer d’autres développements de type touristique. Dans ce but, une série de travaux a été entreprise, modifiant fortement l’impact visuel de la citadelle portugaise, particulièrement en s’efforçant de donner l’illusion d’une plus grande ancienneté de certaines parties de sa structure interne.

  • 20  Nous utilisons l'expression « cône optique principal » parce que l'axe de celui-ci est constitué d (...)

35Les actions les plus significatives en rapport avec ce patrimoine lusitanien furent la démolition des restes du bastion du Gouverneur (portugais celui-ci) ; la construction d’une tour, destinée à loger un poste de police, à l’angle de la citerne ; l’arasement des restes de quelques petits édifices situés à côté de la citerne et de celui du passage aérien (vétuste, il est vrai) qui, construit pendant le protectorat français, reliait l’ancienne église au bâtiment correspondant à l’ancien presbytère. L’élargissement de certaines ruelles latérales et le crépissage des murs de la rue principale furent également réalisés20. On peut considérer cela comme une double erreur, d’abord parce que cette opération a été effectuée en utilisant un enduit à base de ciment, ce qui ne correspond à rien, historiquement parlant, et, ensuite, parce que ce type d’enduit prend très mal sur les matériaux de construction anciens, ce qui est techniquement absurde : aujourd’hui l’enduit en question est très écaillé, il ne protége pas les murs et il donne à l’ensemble un aspect très dégradé. En outre, le crépi qui a été utilisé est de couleur ocre, comme ce fut le cas pour la restauration des parties les plus en vue des murailles extérieures, alors que l’on sait que les Portugais utilisaient, pour les remparts comme pour les bâtiments civils, de l’enduit de couleur blanche.

36Il y a eu beaucoup de critiques – émanant surtout des archéologues du Ministère des Affaires Culturelles et notamment de Mme Bujibar, qui deviendra ultérieurement la responsable du Centre d’Études Maroco-Lusitanien – au sujet de ces opérations qui, suivies d’un bétonnage des espaces restés en quelque sorte vides à l’intérieur de la cité, rendent désormais impossible toute tentative de poursuivre les fouilles archéologiques. Ces membres du Ministère des Affaires Culturelles se sont toutefois inutilement exprimés en ce sens, l’initiative du Gouverneur n’ayant aucune chance d’être bloquée par ces interventions.

  • 21  Nous considérons ici comme « correcte » et « restrictive » l'archéologie appliquée selon les direc (...)

371994 voit l’apparition d’un nouvel acteur patrimonial : le Centre d’Études Maroco-Lusitanien. Il s’agit d’une institution créée en collaboration avec le Portugal mais qui dépend du Ministère (marocain) des Affaires Culturelles (tout son personnel étant donc local), avec pour but de centraliser les études sur l’héritage portugais au Maroc. Ce centre se trouve à El Jadida – en dehors du quartier portugais, ce qui est étonnant – et il comprend une directrice (archéologue, spécialiste des musées et responsable culturelle et politique) ; un second archéologue (qui avait déjà eu la charge de responsable de la Délégation du Ministère des Affaires Culturelles à El Jadida) est aujourd’hui responsable du fonctionnement quotidien du centre ; et un troisième archéologue suit actuellement directement les travaux sur le terrain (les deux derniers étant tous deux d’anciens étudiants de la responsable, qui fut professeur d’Archéologie à Rabat). Précisons que cette structure ne dispose pas de réel pouvoir d’action et que ses fonctions sont limitées à un rôle exclusif de consultant. Sa structure est fortement orientée vers une « archéologie correcte » autant que « restrictive »21, visant quasi exclusivement la condition morphologique et physique de l’héritage bâti, loin de toutes relations avec l’environnement social du patrimoine. Le « terrain » de ce centre est ce qui est classé : l’unité, la spatialité du quartier environnant, lorsque celui-ci n’est pas classé, ne sont jamais prises en considération comme valeur et le centre est impuissant ou inactif face à des démolitions considérables. À titre d’exemple, l’église espagnole qui se trouve dans la cité portugaise d’El Jadida – qui n’est ni classée, ni portugaise – ne représente pas pour le centre une valeur considérable.

38L’inauguration de ce centre, le 13 juillet 1994, s’est effectuée en grande pompe, en présence du Ministre des Affaires Culturelles, du Gouverneur de la province d’El Jadida, de l’Ambassadeur portugais à Rabat et, pour la composante scientifique, des responsables du Centre d’Études de Mertola (ville portugaise où se trouvent les plus importantes marques arabes au Portugal), de la directrice du Palais National de la ville de Sintra (ville jumelée avec El Jadida et site culturel significatif) ainsi que du Directeur du département d’archéologie du Ministère marocain de la culture.

  • 22  Visite officielle de Sa Majesté le Roi Hassan ii au Portugal, 21-24 septembre 1993, Royaume du Mar (...)

39Ce centre est juridiquement institué par le protocole maroco-portugais de coopération culturelle, signé à Lisbonne le 24 septembre 1993, qui prévoit la création à El Jadida d’« un bureau chargé des études afférentes à la sauvegarde des monuments patrimoniaux portugais au Maroc »22, destiné à encourager et à suivre les études et les recherches relatives à la restauration et à la sauvegarde des sites et monuments historiques maroco-portugais. Son activité est supervisée par une commission mixte qui se réunit une fois par an, alternativement dans chacun des deux pays.

  • 23  Jean-Michel Zurfluh, « Le Centre du Patrimoine Maroco-lusitanien à El Jadida : pour une meilleure (...)

40Dans l’entrevue que Mme Bujibar El Khatib - Directrice du centre - a donnée à M. Zurfluh, journaliste au Matin Magazine23, un large espace est consacré à la collaboration internationale, base de l’activité culturelle du centre.

  • 24  Ibid.

41Le Maroc s’engage à fournir le personnel alors que le Portugal se charge de l’équipement, en plus de la possibilité d’envoyer des spécialistes sur le terrain. La première tâche a consisté à faire l’inventaire, commun aux deux Nations, du patrimoine immobilier ou mobilier pour mettre définitivement au clair ce qui existe. Cet inventaire est destiné à la réalisation d’archives exhaustives et, bien sûr, à servir de base à la rédaction de dossiers ciblés sur quelques monuments, à leur restauration, à leur réhabilitation entendue comme nouvelle vie pour les monuments « car il ne suffit pas de restaurer, il faut aussi réhabiliter ces monuments, les faire revivre »24.

42Contrairement aux activités précédentes de restauration – dont la « naïveté » était le fait d’acteurs institutionnels qui n’ont pas les compétences requises pour effectuer de tels travaux, et dont les plus « beaux » exemples sont la théâtralisation de la cité portugaise d’El Jadida, le « bricolage » des remparts d’Azemmour et le début de la restauration de la petite forteresse d’Aguz (Essaouira Kedima) –, la conception opérationnelle du centre a sensiblement élevé la qualité des travaux et assure une intégration maximale avec les acteurs institutionnels locaux.

43Les interventions du Centre d’Études Maroco-Lusitanien ont concerné plusieurs « composantes » du patrimoine portugais d’El Jadida : la citerne, l’église, les murs et l’ex-église de saint Sébastien.

  • 25  La partie supérieure de la citerne fut occupée par des habitations de 1825 jusqu'en 1985, lorsque (...)

44Ces interventions se différencient immédiatement, « à l’œil » pourrait-on dire, de celles qui procèdent de la période antérieure. Le premier travail a consisté à dégager de ses décombres le toit de la citerne. Les travaux effectués, l’accès au toit a été interdit, cette mesure ayant pour objet d’empêcher de futures dégradations25.

45Par la suite, entre 1995 et 1996, des travaux ont été entrepris sur les murs de l’enceinte et sur l’ex-église dédiée à Saint-Sébastien – église devenue ultérieurement une synagogue, et qui est aujourd’hui désaffectée. Ce bâtiment se distingue nettement, avec son nouvel enduit d’un blanc immaculé, des restaurations antérieures. Désormais, ce patrimoine (l’ex-église de saint Sébastien) est surveillé par une personne payée par la municipalité.

La question de l’accès au chemin de ronde

46En mai 1993, la porte du bastion de Saint-Antoine était fermée alors que les battants de celle qui, au-dessus de la Porte de la Mer, communiquait avec le chemin de ronde, étaient, au contraire, forcés et ouverts. Ce chemin de ronde était donc de facto de libre accès et des groupes de jeunes et d’enfants y déambulaient tranquillement. Le 12 mai 1994, la porte qui en permettait l’accès facile fut fermée et cet espace de passage - moins soumis au contrôle social que les autres espaces « libres » de la ville - fut interdit à toute utilisation. Le jour suivant, un groupe d’enfants âgés de 10 à 11 ans ouvrit, avec des pioches, un passage dans le mur nouvellement construit, rétablissant ainsi leur parcours de jeux. Les adultes assistèrent à la scène sans rien dire : après l’affront que représentait la fermeture de la porte, ils acceptèrent tranquillement la démolition partielle de ce mur fragile.

47La porte fut néanmoins murée une nouvelle fois sous le contrôle du Centre d’Études Maroco-Lusitanien, sous prétexte de « salubrité publique » – c’est, du moins, ce que nous a affirmé Mme Bujibar, à l’occasion de l’entrevue qu’elle nous a accordée le 15 mai 1996 dans son bureau de Casablanca – parce que le chemin de ronde aurait été un lieu de délinquance, où même des décès se seraient produits. Ce discours a sans doute une part de réalité, même si l’on peut penser que l’allusion faite aux stupéfiants et à l’alcool – qui serait utilisés ou consommés sur les remparts – procède d’une certaine amplification des faits.

Carte n° 2 : La Cité Portugaise d’El Jadida

Carte n° 2 : La Cité Portugaise d’El Jadida

48Dans tous les cas, la politique générale du Centre d’Études Maroco-Lusitanien consiste à fermer systématiquement les espaces classés, sans chercher à évaluer la signification de ces espaces pour les habitants ni l’usage social qui en est fait. Le fait de pouvoir désormais accéder à l’église comme à un espace patrimonial a modifié son statut « officiel », du moins pour ce qui est des responsables de la sauvegarde des monuments et pour les visiteurs-touristes ; mais il ne l’a pas modifié du tout pour la population qui considère toujours l’église comme un bien et un lieu inappropriable et, surtout, incompréhensible, tout comme lui semblent incompréhensibles les travaux en cours.

49Alors que la stratégie imposée par le Gouverneur au cours des années 80 visait principalement à attirer une clientèle touristique relativement aisée, celle pratiquée aujourd’hui par le Centre d’Études Maroco-Lusitanien a défini des objectifs plus larges et se pose comme une référence beaucoup plus vaste.

50La philosophie qui sous-tend les activités du centre n’est évidemment pas élaborée localement : elle exprime des choix effectués ailleurs, principalement à Rabat. En principe, les responsables marocains établirent cette politique en prenant en considération l’intérêt des relations avec le Portugal, c’est-à-dire en les inscrivant dans un champ international. La création puis la définition des domaines d’activité de ce centre répondent donc tout à fait aux besoins opérationnels du Maroc : le centre réalise des restaurations à « haut degré de culture » qui s’insèrent dans la dialectique mondiale (celle du Patrimoine de l’Humanité) auquel le Maroc a choisi de participer activement.

51En même temps, il serait naïf de ne pas relever combien ce centre est éloigné des réalités sociales. Cela s’explique par le fait que son champ d’action est limité au point qu’il ne peut intervenir sur le tissu urbain de la ville intra-muros, alors que ce tissu est de toute évidence d’origine portugaise. Son action, pourtant concertée aux échelles nationale et internationale, s’apparente plus, au niveau local, à une juxtaposition d’opérations disparates qu’à la mise en œuvre d’une stratégie cohérente et efficace.

Conclusions

52L’héritage lusitanien trouve ses origines dans un passé lointain qui ne prend, aujourd’hui, de valeur que de par son ancienneté. Or, cette attribution ne peut résulter que d’une recherche scientifique de qualité, laquelle n’est pas particulièrement développée à propos des sites portugais au Maroc. Par ailleurs, cette recherche est parfois masquée par la volonté d’attribuer à ces lieux une valeur d’usage culturel, ce qui pousse à rechercher pour eux une fonction souvent fantasmatique.

53Le problème de la compréhension des possibilités d’usage – culturels ou non – est donc posé : combien d’entre elles sont réalisables, quelles sont celles qui sont compatibles avec l’expérience sémantique et technique de l’objet en question ?

54La « touristisation » de cette fin de siècle comporte des propositions de fonctions culturelles apparemment primaires, et, à cette nécessité de transfiguration, s’ajoute le problème de la réponse à l’usage touristique qui, n’étant pas constructif, tend à démolir la structure patrimoniale. L’utilisation touristique transforme l’héritage en en utilisant la plus-value pour obtenir un revenu économique, qui, pour l’essentiel, s’adresse ailleurs, « consommant » de fait la patrimonialité des biens en question.

55L’utilisation simple et radicale d’un bien patrimonial valorise en premier lieu sa valeur d’anciennetésans aucune élaboration critique. Elle a une grande emprise sur l’imaginaire parce qu’elle ne nécessite pas de formation particulière pour être reconnue. Elle devient numériquement et économiquement gagnante, étant donné l’énorme quantité de personnes qui la reconnaissent et qui peuvent en jouir.

56Cette apparente facilité de compréhension de la valeur d’ancienneté devient la référence principale, conduisant à la banalisation d’objets qui rentrent dans une ancienneté homogène, en une sorte d’espace mythique unifié de l’ancienneté.

Notes

1  Patrimoine dérive du latin patrimonium, composé de pater qui fournit la référence à l’hérédité générationnelle et moenia qui fournit la référence à la valeur de cette hérédité.

2  Carlos Selvagem, Portugal Militar : compêndio de história militar e naval de Portugal, Lisbonne, Imprensa Nacional, Casa da Moeda, 1994 (première édition en 1926), 708 p.

3  Il faut « descendre » jusqu'à Arguim, dans l'actuelle Mauritanie, à la limite entre l'Afrique blanche et l'Afrique noire, pour trouver la place suivante utilisée par les Portugais pour servir de point d'appui à leur influence.

4  Littéralement : au-delà de la mer; ce terme était utilisé pour désigner les terres se trouvant immédiatement au sud du Détroit de Gibraltar.

5  Nous entendons par là le territoire du Maroc jusqu'aux confins de l'ancien  Sahara espagnol (l'ex-Rio de Ouro, nom donné au fleuve en raison de l'or qui aurait été versé par les habitants du lieu pour le rachat de quelques-uns des membres de leurs familles qui avaient été capturés et réduits en esclavage par les Portugais lors de leur arrivée en ces lieux en 1442).

6  A la différence de ce qui fut organisé pour la plupart des possessions portugaises d'outre-mer (Indes, Brésil, etc.), jamais un Vice-Roi n'eut la charge de diriger et d'administrer les territoires sous contrôle portugais au Maroc ; ceux-ci dépendaient, juridiquement et logistiquement, de l'évêque de Crato. Pendant la période de co-régence hispano-portugaise (1580-1640), ils dépendirent du Duc de Médina Sidonia.

7  Rafael Moreira, “A época manuelina”, in : Portugal no mundo : historia das fortificações portuguesas no mundo, Lisbonne, Publicações Alfa, 1992, pp. 91-142.

8  On peut retrouver quelques vestiges de cette période dans la cathédrale de Safi, dans la tour de menagem à Asilah et également dans le palais du Gouverneur d'Azemmour, exemples de constructions qui peuvent être considérées comme présentant les caractères – tant dans leur conformation bâtie que dans leurs « compétences » qui renvoient à la représentation du pouvoir – liés aux nécessités qu’imposait la complexité d’une gestion territoriale locale.

9  Je me permets d'appeller « re-production naïve » l'opération de pseudo-restauration qui a été effectuée dans la cité portugaise d'El Jadida dans les années 80.

10  Françoise Choay, L'allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992, note 7, p. 236. Le problème de la surcharge touristique dans l'espace patrimonial devient un souci dans les années 90. Dans sa conférence de presse du 3 janvier 1997, Walter Veltroni, Ministre italien des Biens Culturels et Vice-président du Conseil des Ministres, déclare son intérêt pour l'animation et l'utilisation du patrimoine historique italien comme source de revenus et de culture, mais il propose pourtant d'établir une distinction entre les « vacances culturelles » et les « vacances de masse », ces dernières étant identifiées, en cette occasion, par l'île Maurice.

11 Abdessalam Zenigned, “Opening address”, in Morocco and Europe, London, Middle Eastern Studies, 1989, pp. 1-4.

12 « Au trou n° 17, une halte s'impose pour admirer les murailles blanches d'El Jadida. » (texte du dépliant).

13  « Maroc-Portugal : deux peuples amis et deux pays complémentaires. (…) Le Maroc compte aussi sur le Portugal pour appuyer son dossier auprès de la Commission Européenne et, ce, avec d'autant plus d'efficacité que les deux pays ne sont pas concurrents, mais complémentaires. » In Le Matin du Sahara du 22/9/93.

14  Association Ribat al Fath, Rabat, 1ère rencontre maroco-portugaise de coopération, 10 au 13 février 1993.

15  Ce que nous avons constaté en lisant les textes relatifs aux travaux des commissions qui se sont réunies pendant la rencontre et qui nous a été confirmé lors d'une entrevue que nous a accordée en septembre 1995 Mme Lucilla Caetano, Professeur à l'Université de Coimbra, qui y était présente en tant que membre du comité d'organisation.

16  Fondação Calouste Gulbenkian, 1995.

17  Ibid.

18  Nous pouvons retrouver ce mode de re-lecture « intéressée et pilotée » de l'histoire dans l'article :  « Une impulsion nouvelle est donnée aux relations maroco-portugaises » publiée dans L'événement du 15 mai 1998, à l'occasion du voyage du nouveau président du Portugal – M. Sampaio – au Maroc : « En libérant en 1769 Mazagan(El Jadida), alors place forte portugaise sur la côte atlantique marocaine, le Sultan Mohammed iii avait du même coup rendu service aux deux pays ». Combien est étrange le service rendu au Portugal...

19  Nous faisons abstraction du fait que, dans le texte, la citation historique n'est pas tout à fait correcte : dans la liste des sites ex-portugais, il manque en effet Tanger et Agadir, alors que la présence portugaise à Larache est un peu exagérée (la mission portugaise à Graçiosa - le nom que les Portugais auraient donné à leur implantation près de Larache – fut de l'ordre de quelques semaines et immédiatement repoussée par les Marocains – et la présence européenne en ce site fut surtout celle des Gênois – République Maritime de Gênes – et ensuite des Espagnols ; enfin, à Essaouira, il n'y a pas de traces portugaises.

20  Nous utilisons l'expression « cône optique principal » parce que l'axe de celui-ci est constitué de la rue principale héritée de l'époque portugaise et que cet axe ouvre, physiquement mais surtout visuellement, sur la porte ouverte dans les remparts pendant le Protectorat français.

21  Nous considérons ici comme « correcte » et « restrictive » l'archéologie appliquée selon les directives de l'ICOMOS.

22  Visite officielle de Sa Majesté le Roi Hassan ii au Portugal, 21-24 septembre 1993, Royaume du Maroc, Ministère de l'Information, Rabat, novembre 1993, 59 p.

23  Jean-Michel Zurfluh, « Le Centre du Patrimoine Maroco-lusitanien à El Jadida : pour une meilleure connaissance des liens historiques entre le Maroc et le Portugal », in Le Matin Magazine, 7-14 Août 1994, pp. 12-13.

24  Ibid.

25  La partie supérieure de la citerne fut occupée par des habitations de 1825 jusqu'en 1985, lorsque les habitants ont été expulsés (sauf une famille qui a une entrée privée au rez-de-chaussée). Le toit a été accessible jusqu'en 1994.

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Maroc lusitanien
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Carte n° 2 : La Cité Portugaise d’El Jadida
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/903/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 325k

Auteur

Architecte et géographe, ingénieur de recherche à URBAMA (CNRS, Tours)

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable