Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liban, espaces partagés et pratiques de rencontre

 | 
Franck Mermier

Liminaire1

Franck Mermier

Texte intégral

  • 1 Les textes rassemblés dans ce premier Cahiers de l’IFPO sont issus pour partie de la table ronde or (...)
  • 2 Élizabeth Picard, « Les habits neufs du communautarisme libanais », Cultures et conflits,no 15/16, (...)

1Cette première édition des Cahiers de l’IFPO s’ouvre sur un thème qui n’est pas sans rappeler celui qui avait traversé un précédent Cahiers du CERMOC publié en 1999, Reconstruction et réconciliation au Liban : négociation, lieux publics et renouement du lien social, comme si cet héritage éditorial clairement assumé se redoublait d’une succession thématique que l’on aurait volontiers souhaitée moins prégnante. Le communautarisme libanais n’en finit pas de revêtir de nouveaux habits2. La recherche sur ses différents avatars depuis la fin de la guerre civile en 1990 a tenté de scruter ses actualisations dans les différents domaines du politique, sans vraiment prendre en compte ses conséquences au niveau des relations sociales, si ce n’est par le recours aux notions générales de « polarisations », « crispations » ou « replis » communautaires.

2Cette livraison des Cahiers de l’IFPO est donc consacrée aux espaces partagés et pratiques de rencontre, sans que prédomine, à nos yeux, dans les notions de partage et de rencontre, le caractère positif ou neutre de l’un, la valeur de mise en commun ou de division pour l’autre. À travers ce recours à une métaphore idéelle qui relie espace et pratique, ce sont différentes formes de relations et de liens sociaux qui sont ici présentées, selon des échelles variées mais au plus près des situations de sociabilité, depuis l’usage du téléphone portable et les visites de condoléances jusqu’aux relations « intercommunautaires » au sein d’une entreprise ou dans la Montagne libanaise.

3Ces différents contextes sont cependant rattachés à une phase historique particulière et ne peuvent être dissociés de la crise politique qui secoue le pays. Depuis l’assassinat de Rafic Hariri, le 14 février 2005, mais surtout depuis la fin de la guerre des 33 jours après le 14 août 2006, la tension politique est allée croissante jusqu’à empêcher l’élection d’un nouveau président de la République en septembre 2007. Le retrait de l’armée syrienne, en avril 2005, aura libéré l’expression publique des appartenances partisanes, tant au niveau des médias écrits et audiovisuels que sur le plan de la signalétique spatiale et publicitaire. Cette saturation de l’espace public, dans son sens le plus concret, n’a fait que s’amplifier au fur et à mesure que la crise politique s’aggravait et que la distance entre les camps politiques en présence s’accentuait. Les références à la guerre civile dans les discours politiques se sont amplifiées, de même que le spectre d’une nouvelle confrontation entre Libanais sur fond de tensions régionales exacerbées qui se répercutent dans le pays et accentuent les clivages inter-libanais. Les signes des appartenances partisanes marquent les territoires, les qualifient, notamment à Beyrouth, comme autant d’improbables bastions défendus par une jeunesse prompte à jouer aux vigiles du quartier, et donc de la communauté, et à parader en vélomoteur pour en délimiter les frontières ou pour faire des incursions en territoire adverse. La défense du ‘ird, de l’honneur, est mise en avant par des jeunes qui s’adossent à ces nouvelles frontières de la ville comme si le corps communautaire se projetait dans les portions de territoire à défendre.

  • 3 Élizabeth Picard, « Beyrouth : la gestion nationale d’enjeux locaux », in Agnès Favier (dir.), Muni (...)

4La territorialisation des appartenances combine un registre complexe où se mêlent la symbolique des lieux, leurs liens à l’histoire communautaire et nationale, leurs formes d’appropriation, parfois violentes, et les réalités sociologiques par essence fluctuantes. Tel quartier de la capitale qualifié de « sunnite » ou de « chrétien » est en proie à des enjeux d’autant plus redoublés que le « socle » communautaire sur lequel se sont construites leurs affiliations politiques et leurs représentations symboliques s’est largement effrité depuis ces trente dernières années. Le système électoral en vigueur qui maintient le lien politique et symbolique à la localité d’« origine » entretient cette fixation « communautaire » tout en lui faisant subir des distorsions du fait des évolutions démographiques qui concourent à rendre plus homogènes ou hétérogènes leurs populations, ce qui entraîne « la discordance entre la “ville légale” (les électeurs souvent absents) et la “ville réelle” (cette population urbaine dans laquelle sont nombreux les migrants et les déplacés de la guerre)3 ».

5Durant les années de guerre, entre 1975 et 1990, la violence extrême des combats, mais aussi la politique de « purification » communautaire ou idéologique des différentes milices ont provoqué l’exil forcé de milliers de Libanais, à l’intérieur ou à l’extérieur du pays. La volonté hégémonique des principales forces miliciennes s’est aussi traduite sur le plan économique par la création de nouvelles centralités commerciales qui ont renforcé ce processus de territorialisation communautaire. Une mobilité réduite, confinée aux enclaves, a contribué à tracer de nouvelles cartes mentales du Liban et à établir une géographie de la peur et de l’évitement dont les effets ont perduré après la fin de la guerre en 1990. Pour toute une génération grandie durant ces années où de multiples barrages fractionnaient les territoires, la pratique des lieux, contrainte par les rythmes de la guerre et restreinte par l’exiguïté des territoires, a suscité une sociabilité et une mémoire spécifiques des espaces oblitérant en partie la symbolique des anciens espaces de rencontre.

6Le démantèlement des lignes de démarcation n’a pas coïncidé pour autant avec la neutralisation totale des « territoires politiques » qui sont soit à l’état de latence soit fermement établis. Leur franchissement reste donc toujours d’actualité, ce que signalent par exemple, et à différents niveaux liés aux pratiques spatiales, les parcours des taxis dans Beyrouth, la différenciation des repères spatiaux et toponymiques pour les mêmes lieux selon l’arrière-plan géographique ou confessionnel, mais aussi le maintien d’une culture de l’enclave pour une fraction importante de la population, la génération de la guerre « civile » et celle qui lui succède.

  • 4 Theodor Hanf, Coexistence in Wartime Lebanon. Decline of a State and Rise of a Nation, Londres, The (...)
  • 5 Fawaz Traboulsi, Identités et solidarités croisées dans les conflits du Liban contemporain, Thèse d (...)
  • 6 Joseph Bahout, « Du pacte de 1943 à l’Accord de Taëf. La réconciliation nationale en question au Li (...)

7Si on a pu discerner la naissance d’une nation libanaise au sortir du conflit, arguant que « le nouveau pacte de coexistence, cette partie de l’accord de Taëf qui concerne la politique intérieure, correspond de manière remarquable aux souhaits de la population… » et que ce consensus résulte de la guerre4, un constat moins optimiste a aussi été porté sur le fait que la guerre avait « produit les confessions autant qu’elle a été leur produit »5. En raccourci, ce constat lapidaire pourrait résumer la nature de ce « consensus » de fin de conflit : « les communautés aiment chacune son Liban plus qu’elles ne s’aiment mutuellement6 ».

  • 7 Voir l’analyse de Jean-François Gossiaux, Pouvoirs ethniques dans les Balkans, Paris, PUF, 2002, p. (...)
  • 8 Georg Simmel, Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, 1999, p. 263-270 ( (...)
  • 9 Husâm ‘Îtânî, Huwiyyât kathîra wa hayra wâhida. Sîra lubnâniyya (Identités multiples et même désarr (...)

8Selon la théorie gellnerienne, la nation serait un effet du nationalisme et non l’inverse et ce dernier serait « fondamentalement lié à l’État, conditionné par l’existence de celui-ci »7. Au Liban, un nationalisme hétérogène aux positionnements contradictoires portés par des forces antagonistes et un État faible, traversé par des courants centrifuges, s’ajoutent au communautarisme politique pour empêcher de dépasser cette simple « communauté de sentiment » qui serait bien le seul résultat positif de la guerre, si l’on suivait le sociologue Georg Simmel8 dans son analyse du conflit comme processus de socialisation tendant vers l’unité. L’autre conséquence est que la délégation identitaire aux leaders politiques est toujours aussi prégnante dans les différentes communautés confessionnelles. L’image de celles-ci comme autant de porcs-épics dans une nuit froide qui ne peuvent trop se rapprocher, pour ne pas se blesser, ni trop s’éloigner, pour ne pas mourir de froid, relève certes des tenants d’un fédéralisme au Liban9, mais n’est-elle pas aussi la métaphore ultime de cette notion de « coexistence » (ta‘âyuch) ou « vie en commun » (‘aych muchtarak) mentionnée dans le préambule de la nouvelle Constitution de l’après-Taëf ?

9Les études de Aïda Kanafani-Zahar, « Ni mémoire dite ni présent rasséréné : le vivre-ensemble à l’épreuve de la guerre » et de Dima de Clerck, « La Montagne : un espace de partage et de ruptures », traitent de cette notion à travers des contextes bien localisés, le village de Hsoun et le sud du Mont-Liban. Les deux débordent ces cas précis pour s’étendre sur les questions de la mémoire et de la réconciliation, ce dernier thème choisi par Lokman Slim, « La paix à la libanaise ou l’art de la réconciliation sans modération », qui en débusque diverses actualisations où se donne à lire un certain état du rapport entre les différents pouvoirs locaux, nationaux et étatiques. En traitant du rituel du deuil, « Échange social, liens et solidarité. Sociographie de la pratique des condoléances à Zahlé », Melhem Chaoul analyse les espaces et le temps du rituel en liaison avec l’expression des liens sociaux et des relations de domination. À ce rite de sociabilité inscrit dans un moment « extraordinaire » semble s’opposer, par sa fréquence quotidienne et son caractère banalisé, le mode de communication induit par l’usage du téléphone portable. Jean-Charles Depaule nous invite à pénétrer « au royaume des appels en absence » pour en questionner les effets sur la vie de tous les jours, les relations interpersonnelles, mais aussi sur le rapport au temps et aux espaces. Mikhaïl Marshak, en étudiant les « Représentations sociolinguistiques des variétés de l’arabe parlé à Beyrouth », montre comment se projettent, au niveau linguistique, des clivages porteurs d’altérité dont une grande partie du contenu relève de l’illusoire, ce qui n’enlève rien de leur efficacité pour l’auto-définition identitaire. Le conflit sur la dénomination d’une place publique à Tripoli représente autant des orientations politiques différentes que des conceptions divergentes quant à la question de la modernité, ainsi que le décrit Khaled Ziadeh dans « Place Abdul Hamid Karamé ou place de la Lumière à Tripoli : conflit de dénominations ». Mohamed Abi Samra nous plonge au cœur d’une entreprise où se déroule « le petit théâtre des rancoeurs communautaires : entre la fièvre des alliances et la froide amertume de l’individualité ». Son regard acéré restitue les « petites guerres » vécues au quotidien dans une « ville captive » de la gangue des origines.

10La dualité des nuits de Beyrouth, entre banlieue sud et centre-ville de Solidere, dont Bilal Khbeiz, dans « La mort des lieux, ou Beyrouth aux nuits dédoublées », fait un symptôme des réalités apparentes et cachées d’une ville aux enclaves multiples et aux territoires disputés, est une des réfractions nocturnes de tout un ensemble de représentations, souvent stéréotypées, qui concourent à ancrer les assignations identitaires dans des pratiques réelles ou fantasmées. Dans les « terrains vagues » du centre-ville de Beyrouth, Rania Stephan déambule, une caméra à la main, et témoigne d’un film en train de se faire, de rencontres et de paroles inattendues, faisant ainsi surgir les qualités d’un lieu, entre sa face révélée, ses interstices et ses coulisses. Mounzer Jaber propose, pour finir, des « mémoires impersonnels » où l’histoire d’une famille, la sienne, originaire de Bint Jbeil au Liban-Sud, sert de trame aux diverses « rencontres » qui, depuis l’adoption par le père de l’idéologie communiste, ont transformé l’univers familial.

11Les Cahiers de l’IFPO sont destinés à accueillir des études en cours, des documents ainsi que des témoignages. Ils sont conçus pour devenir un support des recherches en cours au sein de notre institut afin d’en refléter les différentes orientations, les pistes empruntées et les dynamiques exploratoires. Cette nouvelle collection a l’ambition de devenir un véritable espace en partage où se liront les pratiques de rencontre liant les chercheurs de l’institut aux scènes culturelles et intellectuelles du Proche-Orient.

Notes

1 Les textes rassemblés dans ce premier Cahiers de l’IFPO sont issus pour partie de la table ronde organisée par Barbara Drieskens, Sabrina Mervin et Franck Mermier au théâtre du Tournesol (Beyrouth) sur le thème Liban : espaces partagés et pratiques de rencontre, le 19 novembre 2005. Outre les présentations de Liliane Germanos Ghazaly, Mohamed Abi Samra, Mounzer Jaber et Lokman Slim, deux films documentaires, l’un réalisé par Pascale Féghali, l’autre par Rania Stephan, ont été projetés. Mona Fayad et Abbas Beydoun avaient été invités à « modérer » les débats.

2 Élizabeth Picard, « Les habits neufs du communautarisme libanais », Cultures et conflits,no 15/16, automne-hiver 1994, p. 49-70.

3 Élizabeth Picard, « Beyrouth : la gestion nationale d’enjeux locaux », in Agnès Favier (dir.), Municipalités et pouvoirs locaux au Liban, Beyrouth, Les Cahiers du CERMOC, no 24, 2001, p. 289.

4 Theodor Hanf, Coexistence in Wartime Lebanon. Decline of a State and Rise of a Nation, Londres, The Centre for Lebanese Studies/I. B. Tauris, 1993, p. 641.

5 Fawaz Traboulsi, Identités et solidarités croisées dans les conflits du Liban contemporain, Thèse de Doctorat d’histoire, Université Paris VIII, 1993, t. 2, p. 622.

6 Joseph Bahout, « Du pacte de 1943 à l’Accord de Taëf. La réconciliation nationale en question au Liban », in Jean Hannoyer (dir.), Guerres civiles. Économies de la violence, dimensions de la civilité, Paris-Beyrouth, Karthala/Cermoc, 1999, p. 313.

7 Voir l’analyse de Jean-François Gossiaux, Pouvoirs ethniques dans les Balkans, Paris, PUF, 2002, p. 52, revisitant les thèses d’Ernest Gellner publiées dans Nations et nationalisme, Paris, Payot, 1989 (1re éd. en anglais, 1983).

8 Georg Simmel, Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, 1999, p. 263-270 (1re éd. 1908).

9 Husâm ‘Îtânî, Huwiyyât kathîra wa hayra wâhida. Sîra lubnâniyya (Identités multiples et même désarroi. Un itinéraire libanais), Beyrouth, Dâr al-Sâqî, 2007, p. 78.

Auteur

Directeur scientifique à l’Institut français du Proche-Orient (IFPO) et chargé de recherche au CNRS.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable