Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains

 | 
Raffaele Cattedra
, 
Pascal Garret
, 
Catherine Miller
, 
et al.

Pratiques et enjeux sociaux

La médina de Fès a-t-elle une valeur ?

Naïma Lahbil Tagemouati

Entrées d'index

Mots clés :

patrimoine

Géographique :

Fès, Maroc

Note de l’auteur

Texte écrit en 2001

Texte intégral

1Dépaysement, exotisme, étrangeté, mystère, magie, nostalgie sont quelques notions récurrentes qui font corps désormais avec la médina de Fès. Celle-ci exerce, souvent, une fascination puissante sur les personnes qui s’y attardent et twistent le long de son dédale de ruelles, certaines tranquilles, presque désertes, d’autres au contraire d’une densité telle que le passant ne peut marcher qu’au corps à corps. Cette fascination peut générer aussi, cependant, une certaine perplexité. Là où un visiteur s’extasie, un autre au contraire ne ressent qu’irritation devant les murs lépreux, les maisons lézardées, certaines proches de la ruine, d’autres déjà sous forme de gravats. Les stigmates de la pauvreté, ici plus visibles que dans le reste de l’agglomération, sautent à la gorge et brouillent le regard. Ce sont là deux types d’appréciation éloignés. Ces deux groupes d’opinion archétypes cristallisent les positions extrêmes suscitées par la médina de Fès.

  • 1  D. Achour, Rapport d’expertise : la médina de Fès, Fischer Presses inc, Draft, octobre 1994.

2Complexité habituelle et banale des figures multiples d’une ville, qui permet à chaque individu, visiteur ou résident, de découper et d’explorer le territoire choisi ? Certainement. Et il serait téméraire et réducteur de vouloir identifier la vérité ou l’essence d’une ville. Cet objectif, même au prix d’un découpage, d’une classification et d’une hiérarchisation des différents morceaux de la médina déboucherait sur l’idée que la réalité d’une ville ressemble à un puzzle impossible puisqu’il aurait la particularité de n’être jamais totalement constitué ni achevé. Détacher le patrimoine des autres facettes de la médina est une opération de réduction difficile car toute la médina est considérée comme un patrimoine. Ce dernier est un objet d’étude délicat car l’enchevêtrement des enjeux, des acteurs et des aspects est dense au point qu’il devient extrêmement risqué et artificiel de le disjoindre des autres aspects de la ville. C’est un rude exercice que d’analyser le patrimoine sans en éclairer les connexions avec trois autres facettes majeures de la médina que sont l’habitat, l’artisanat et la production informelle. Ainsi pour D. Achour1, « la médina est victime de son succès comme ville-basique » au point où le dynamisme du commerce, des services, de la production informelle et artisanale met en danger les deux fonctions d’habitat et de patrimoine. Étudier le patrimoine de la médina, c’est évoquer la paupérisation ; c’est présenter les avancées et les reculs de la sauvegarde de la médina...

  • 2  F. Perroux cité par F. Braudel, Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xvexviiie, Pa (...)
  • 3 Un exemple en est donné par les paysages peints par des maîtres, et devenus de ce fait objets de pa (...)

3De plus la réalité de Fès ne s’évalue pas uniquement par son infrastructure matérielle et de services. Ni par la population qui la compose. Non plus que par l’espace qu’elle occupe. L’ensemble des études, des films, des photographies et des autres formes de communication font partie de la réalité de la médina de Fès. Cette dernière se singularise donc aussi par l’ensemble des discours, des images et des représentations qui l’enchâssent dans un flux de communications qui sédimentent et forment progressivement des couches superposées au réel-réel2. Le paradigme classique de l’indépendance du sujet face à l’objet suppose que le réel-réel existe indépendamment du sujet observant. La théorie de la complexité a contribué à réfuter cette hypothèse classique en montrant que le sujet de par son observation, de par sa production scientifique ou artistique, contribuait à la transformation de l’objet observé et étudié3.

À l’intersection de deux tendances internationales

4Ni synthèse ni rapport complet des questions relatives au patrimoine, cet article propose un éclairage particulier de certaines de ses facettes au détriment d’autres. Son objectif est de montrer comment la médina et son patrimoine, objets indissociables, cristallisent deux tendances œuvrant à l’échelle de l’économie-monde, ou plus exactement se situent à leur intersection. Pour les décrire d’un trait, disons que ces tendances figurent deux ordres de société. Le premier est l’ordre économique qui, à l’échelle du monde, tend à imposer sa logique. Cette domination induit une propension à l’homogénéisation des caractéristiques des villes, des modèles de consommer et d’habiter. C’est le macworld. Cet impérialisme de l’ordre économique grignote progressivement des pans de la société, qui se trouvaient jusqu’alors aux marges de sa logique, et enserrent de nouveaux segments dans le règne de l’échange marchand. Bien amorcé pour l’environnement, ce mouvement balbutie cependant pour le patrimoine. La valorisation du patrimoine, pris dans son acception globale au sens économique où on lui fixe une valeur d’échange et où il devient, du moins virtuellement, susceptible d’achat-vente en est à ses premiers pas. La médina de Fès en est un exemple pionnier. Une étude s’est exercée à lui donner une valeur en tant que totalité. Simple remue-méninges, penseront certains avec raison. Mais cette gymnastique intellectuelle n’est peut-être pas si anodine car elle est susceptible d’induire certains effets, voire de préfigurer un mouvement réel. Un objet ne peut être pris en charge dans l’ordre économique s’il ne se plie pas à la règle de la réification-marchandisation. La seconde partie de cet article s’attachera à montrer le sens, l’intérêt et le non-sens d’une telle opération.

  • 4  F. Choay, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992.

5Cet encerclement de la société par l’espace économique renforce et produit des résistances qui sont autant d’obstacles à sa primauté ouverte. Cette deuxième tendance, minoritaire, se joue cependant à l’échelle de l’économie-monde. F. Choay a décrit l’extension thématique, chronologique et géographique de la notion de patrimoine4. La tendance à l’homogénéisation, évoquée en premier lieu, ravive l’attrait pour, et l’attachement à, tout élément qui peut singulariser et spécifier un groupe ou en l’occurrence ici, une ville. Il s’agit en particulier de tout ce qui relève de l’ordre culturel et qui précisément singularise. C’est une des raisons, nombreuses, qui aujourd’hui expliquent l’engouement croissant pour le patrimoine. De ce fait la question du patrimoine de la médina de Fès ne peut être posée en termes locaux seulement, elle doit l’être aussi en termes globaux. L’inscription de la médina comme patrimoine universel suppose de fait la prise en compte, du moins en théorie, du point de vue de l’Unesco en tant que méta-structure regroupant plusieurs États, avant d’entamer des actions touchant au patrimoine. L’attrait pour la médina rend cette disposition encore plus réelle.

  • 5  S. Sassen, « Le complexe urbain et la mondialisation de l’économie », in Sociologie. État des lieu (...)

6Pour parler sans détour, et du point de vue de l’ordre économique, Fès et sa médina sont assurément à la marge de la marge dans le réseau des villes mondiales. Cette périphérisation de la ville date du début du siècle, lorsque Rabat fut choisie comme capitale administrative. Cette dernière sera elle-même déclassée par Casablanca sur le plan économique. Du point de vue de la hiérarchisation mondiale des villes, les villes marocaines, y compris les plus dynamiques sur le plan économique, paraissent bien distantes de cette fièvre du mouvement d’internationalisation du capital dans laquelle New York, Paris, Tokyo... se concurrencent comme espace de production de la valeur, une valeur de plus en plus immatérielle5.

  • 6  A. Chastel, en collaboration avec J.-P. Babelon, La notion de patrimoine, Paris, Liana Levi, 1994.
  • 7  Dans un effort pour distinguer les fonctions qui spécifient chacune des villes marocaines, une cer (...)
  • 8  « Mille ans d’histoire n’avaient ni affecté le tissu urbain, ni entamé l’homogénéité architectural (...)
  • 9  PNUD - Royaume du Maroc, Sauvegarde de la ville de Fès, 1992.

7En revanche, dans l’ordre culturel, du point de vue du patrimoine, la médina de Fès apparaît comme relais significatif de production de valeur, non pas des valeurs d’échange au sens habituel du terme mais des « valeurs symboliques »6, ou des valeurs culturelles7. Fès condense des positions et des enjeux proches de l’exemplarité au sens où les termes dans lesquels les questions de sa sauvegarde, de sa conservation ou de sa réhabilitation sont posés paraissent constituer un cas d’école. Dès le début du siècle, Lyautey, comme un créateur thaumaturge dans sa geste, a cru pouvoir la fixer dans sa torpeur et sa beauté... La ville depuis se distingue par une avalanche rare d’études scientifiques et artistiques : de l’Unesco qui attire l’attention sur « ce joyau en péril »8, du PNUD9 qui commet une étude diagnostic et propositionnelle, demeurée sans effet, de la Banque Mondiale, enfin, qui s’exerce à amarrer et amorcer un projet intégré afin d’assurer le virage vers un xxie siècle où le patrimoine, à Fès, ne se conjuguerait pas avec pauvreté et dégradation.

8Les résidents, quant à eux, - qui apparaissent souvent éloignés de cette mise sur orbite du patrimoine de la médina mais n’en sont pas moins conscients de cette diffraction de l’image de leur ville - vivent et survivent, dans un quotidien qui oblitère et banalise l’acuité vis-à-vis du patrimoine. D’autres acteurs, non-résidents, vivant parfois loin de Fès, s’attellent, avec plus ou moins de succès selon les cas, à restaurer à l’identique certains monuments de la médina. C’est alors le bonheur puissant et ambigu du temps retrouvé.

9Ces différents aspects justifient que la question de la réhabilitation et du patrimoine ne puisse être posée uniquement pour soi mais également pour autrui. Elle représente l’un des points, l’énième, ou l’un des lieux, assez inattendus, où s’expriment les effets de la mondialisation. Le patrimoine, fait spécifiquement local, devient un élément qui lui aussi participe à l’internationalisation de l’économie et des relations mondiales. Tout dépend des flux qui y sont échangés, flux de valeurs d’échange ou de valeurs culturelles. L’organisation de la médina représente le plus souvent pour le visiteur, occidental ou plus généralement résident dans une ville de type occidental, l’altérité absolue.

10Avant d’en arriver à la démarche, au sens et aux limites de la quantification de la valeur de la médina comme élément participant de son ouverture vers la logique de l’économie-monde, puis à la position des résidents vis-à-vis du patrimoine, cet article s’attache à éclairer tout d’abord quelques éléments pouvant expliquer la fascination exercée par la médina de Fès sur ses visiteurs.

Deux ordres de ville : la ville nouvelle versus la médina

  • 10 J. Attali, Chemins de sagesse. Traité du labyrinthe, Paris, Fayard, 1996, p. 134.

11L’attrait ou la fascination exercée par la médina de Fès participe de sentiments qui se jouent sur des registres aussi bien esthétiques, émotifs que cognitifs. Ces sentiments renvoient à des causalités endogènes et exogènes. La médina évoque aujourd’hui le schéma du labyrinthe, à l’opposé des tracés orthogonaux des villes nouvelles. Des avenues et des rues tracées au cordeau deviennent l’expression spatiale et la revendication de la révolution industrielle triomphante en Occident. J. Attali cite Le Corbusier affirmant dans la Charte d’Athènes que « l’angle droit est licite... ; plus, il est obligatoire »10. Cette distance entre la forme de la médina et celle des villes modernes, ou du moins de la plupart d’entre elles, rend possible pour le visiteur un voyage non seulement dans l’espace mais également dans le temps.

12Cette fascination a été exprimée par Lyautey, résident général au Maroc durant le protectorat, dans un style lyrique, flamboyant et baroque. Ses discours et ses écrits sont rythmés par la reconnaissance constante du caractère exceptionnel du patrimoine des médinas du Maroc et de la beauté de ses monuments. S’adressant aux Français métropolitains et à ceux qui n’étaient pas suffisamment convaincus par la qualité du patrimoine et du bâti traditionnel marocains, Lyautey les compare aux plus beaux spécimens des châteaux de la Loire. Cette fascination est étendue au patrimoine immatériel. A propos des Fassis, les frères Tharaud se demandent « Combien faudra-t-il de temps à nos civilisations d’Occident pour créer à leur usage un si universel raffinement dans les mœurs? ».

  • 11  F. Braudel, op. cit., p. 31.

13Cet excès relève-t-il d’un lyrisme convenu, d’un exotisme archaïque, d’un regard colonial, teinté de paternalisme protecteur ? Cette reconnaissance de la valeur du patrimoine marocain est gratifiante pour les Marocains. Et ces immersions dans le temps font rêver non seulement le visiteur ordinaire mais aussi le chercheur averti. F. Braudel évoque, pour d’autres contrées, ces isolats « (...) hors du temps du monde et où l’historien à la recherche d’un passé presque toujours insaisissable a l’impression de plonger comme au cours de pêches sous-marines »11.

  • 12  M. Jolé, A. Khatibi et M. Martenson, « Urbanisme, idéologie et ségrégation : l’exemple de Rabat », (...)
  • 13  Ibidem, p. 36.
  • 14  H. Vacher, Projection coloniale et ville rationalisée - Le rôle de l’espace colonial dans la const (...)

14Il est vrai toutefois que cette inflation dans la reconnaissance peut générer aussi un malaise, surtout lorsqu’elle émane du colonisateur. La revalorisation de l’autre, de sa culture, de ses particularités, lorsqu’elle devient emphatique, est peut-être aussi la marque de la dévalorisation, l’autre versant de la valorisation excessive. Ainsi, selon M. Jolé, A. Khatibi et M. Martenson, l’altérité de la médina comme labyrinthe est posée d’abord comme irréductible à la raison12 qui, cela va sans dire, est un ordre supérieur. La forme de la médina renvoie à ce qui est confus, illogique, « (...) et à la notion d’un temps répétitif, cyclique, opposé au temps linéaire et progressif de l’urbanisme des sociétés industrielles »13. Cette altérité absolue, pour être préservée, doit être mise à distance. La conservation des médinas et la séparation ville nouvelle/ville ancienne sont les deux principes directeurs de l’aménagement colonial au Maroc, tels que nous les rappelle H. Vacher14.

  • 15  « Le plus souvent, les deux villes étaient séparées par un élément naturel ou par un no man’s land (...)

15L’aspect extraordinairement ségrégatif de la mise à distance des médinas a été fréquemment souligné par de nombreux auteurs. En effet, toutes les précautions de style de Lyautey n’ont pu masquer l’aspect racial de cette séparation. La notion d’apartheid pour qualifier cette mise à distance a été utilisée15. Dans cette dichotomisation, la ville nouvelle apparaît comme le signifié du colonisateur et du dominateur et la médina comme le lieu des dominés.

  • 16  S. Mouline, « Architectures métissées », in Espaces urbains, espaces vécus, Temps Présent, Rabat, (...)

16La conservation des médinas par l’urbanisme colonial peut prêter le flanc à des interprétations contradictoires et tranchées. Ainsi l’ambiguïté de l’urbanisme colonial est claire pour M. Jolé, A. Khatibi et alii. Préserver les médinas telles quelles, y toucher le moins possible, c’est les « empêcher de croître » ou à tout le moins ne pas se préoccuper de leur croissance et de leur évolution, qu’il s’agisse de les planifier, ou de les faciliter. Clarté derrière l’ambiguïté pour Said Mouline également qui souligne « toute l’ambiguïté de cette politique urbaine coloniale est dans cette pratique paradoxale de valorisation d’un passé dans un futur exproprié »16

  • 17  S. Dayan Hersbrun, « Littérature et politique : les frères Tharaud au Maroc », in La ville maghréb (...)

17S’appuyant sur le passage suivant des frères Tharaud, S. Dayan Herzbrun souligne ce désir d’une conservation mortifère : « Puissions-nous, longtemps encore, ne pas déranger un seul pli au linceul de chaux vive qui couvre la blanche Rabat, et étendre jusqu’à ses maisons le respect que nous entendons garder pour ses coutumes, ses institutions, son âme ». Par ailleurs, S. Dayan Herzbrun note que cette reconnaissance « ressemble (donc) beaucoup plus à la considération due aux dépouilles mortelles et aux sépultures qu’à la reconnaissance d’un autre autonome et projetée vers l’avenir »17.

  • 18  H. Vacher, op. cit, p. 140
  • 19  E. Pauty cité par H. Vacher, op. cit., p. 170.
  • 20  Ibidem, p. 140.

18H. Vacher présente le caractère singulièrement novateur18 de ce principe de conservation des médinas. Non seulement novateur mais aussi précurseur y compris par rapport à la pratique et au dispositif juridique de protection du patrimoine en métropole. Ainsi les artisans de la restauration des monuments historiques ont « (...) compris que ce n’étaient pas seulement les bâtiments qu’il fallait garder mais, avant tout, les villes elles-mêmes et leurs sites ».19 L’auteur se demande si c’est là « un défi au temps afin de geler à la fois l’évolution de la société colonisée et une civilisation que Lyautey admirait ? »20.

19Lyautey était-il un militaire, un colonialiste, ou bien encore un catholique cultivé ? Son attachement à la culture et au patrimoine marocain était-il sincère ? Etait-il machiavélique ? On peut épiloguer sur ce thème et certains auteurs se sont attachés à examiner ses motivations psychologiques. Mais du point de vue du réel-réel de la médina, spécialement celle de Fès, peu importe sa sincérité ou son absence. La séparation de la médina est de fait une mise à distance extrême. Cette mise à l’écart signifie la reconnaissance de l’existence de deux ordres de villes, deux ordres qui s’opposent du point de vue de la modernité et de la tradition. C’est l’ambiguïté de la reconnaissance d’une différence irréductible.

20Pour Lyautey et son équipe, cette mise à l’écart était une manière de valoriser, sauver, protéger un patrimoine. H. Vacher rappelle qu’il n’est pas suffisamment connu que les colons étaient opposés au principe de la conservation car c’était faire trop de cas des indigènes colonisés. Ils percevaient aussi les villes nouvelles comme trop distantes du centre des affaires, c’est-à-dire de la médina à l’époque. La création des villes européennes a été une opération volontariste par en haut, élaborée par l’urbanisme de Lyautey et de Prost. Les idées de cette équipe étaient claires, tranchées ou même simplificatrices, bien que susceptibles d’interprétations divergentes, et elle s’est accordée les moyens de concrétiser ses options. Actuellement la médina est en grande partie conservée quoique très dégradée. Cependant la fascination ressentie vis-à-vis de la médina est toujours vivace. Une tentative a été faite pour exprimer cet attrait dans des termes quantifiables.

Le patrimoine de la médina a-t-il une valeur ?

21Le patrimoine de la médina a-t-il une valeur d’échange ? Selon le prisme choisi, cette question apparaît soit comme audacieuse, novatrice, déconcertante bien que non dénuée de légitimité théorique. Soit au contraire, elle peut être jugée comme totalement irrecevable et absurde. Cette question a été posée et traitée concernant le patrimoine de la médina de Fès. Cette section précise la problématique dans laquelle elle s’insère et la relie aux fondations méthodologiques qui la justifient, puis déroule l’enquête avant d’examiner le sens et le non-sens des résultats obtenus. Mais auparavant il s’agit de présenter le décor pour lequel cette question a été formulée.

Raccourci des problèmes posés par la médina de Fès

  • 21  Ce chiffre peut varier car le découpage administratif ne recoupe pas exactement le tracé de la vil (...)
  • 22  D. Achour, op. cit.

22La médina de Fès abrite 160 000 individus (32 000 ménages environ21) répartis sur 271 hectares intra muros. Elle regroupe deux parties édifiées à des périodes différentes : Fès El Bali (VIIIe siècle) et Fès J’did (XIIIe siècle). La médina est dans un état de dégradation avancé aussi bien pour son infrastructure (assainissement, éclairage, circulation) que pour le parc immobilier : il est admis que 50 % du cadre bâti est dégradé. Ses problèmes peuvent être développés longuement par disciplines, par thèmes ou par périodes. La médina ploie sous des problèmes de densité, dégradation, crise de l’artisanat, pauvreté... Des études, nombreuses, ont balisé ces différents aspects et ont montré ad nauseam leur caractère holistique pour paraphraser D. Achour22. Le propos ici n’est pas d’y revenir, mais de brosser à grands traits le décor physique dans lequel la question de la valeur d’échange du patrimoine a été formulée. Afin de compresser les différents problèmes de la médina de Fès nombreux et singulièrement enchevêtrés du fait de la taille de la médina et de la multiplicité des acteurs et des enjeux on peut les résumer sous l’angle strict de l’investissement. La médina de Fès est caractérisée par un investissement public et privé défaillant, ou du moins très en deçà des besoins nécessaires à la réhabilitation.

23L’exemple de l’investissement sur le logement explique les réticences de l’investissement privé. La remise en état d’un logement dégradé dans la médina occasionne un surcoût comparativement à la même opération menée hors médina. Le surcoût résulte de la nature du bâti ancien, de celle des matériaux utilisés qui sont souvent plus chers et de la non-accessibilité de la médina (absence de motorisation). De plus, le marché immobilier en médina est atone et il est pratiquement impossible d’espérer récupérer sa mise si l’on désire vendre le logement réhabilité. Dans ces conditions l’investissement sur le logement est économiquement irrationnel.

24Comment activer et dynamiser cet investissement privé ? Comment également justifier un investissement public ? Les aides à fonds perdus se raréfient et il devient nécessaire de justifier le retour de l’investissement. Ainsi, par exemple, les aides pour lutter contre la pauvreté se justifient comme une injection dont la finalité est le développement humain, facteur d’amélioration de la productivité du travail.

Problématique

25Cette opération pour quantifier la valeur de la médina comme patrimoine illustre la tendance de l’ordre économique à phagocyter des aspects de la société qui étaient hors de son rayon d’action. La reconnaissance de la valeur des biens culturels par la logique économique exige le calibrage des biens culturels aux standards économiques. L’existence d’une valeur marchande est un préalable à la justification d’un investissement économique. Toute action doit être formulée en termes de coûts et de bénéfices. On ne peut actionner ou chercher à actionner un investissement financier pour le patrimoine sous une forme autre que celle des dons qu’à la condition que l’on puisse démontrer que ce patrimoine a une valeur d’échange. C’est la règle de base de l’économie de marché.

26Le développement du tourisme et les ressources qu’il peut drainer sont d’ailleurs bien souvent l’argument majeur pour justifier la réhabilitation du patrimoine. Lyautey, pour valider la conservation de la médina, utilisait l’expression de « poule aux œufs d’or ». Le message véhiculé derrière cette image est sans équivoque : conserver dans la médina tout ce qui la rend spécifique et donc attrayante pour les touristes.

  • 23  F. Choay, « Patrimoine urbain et aménagement du territoire : enjeux et nouvelles perspectives », T (...)
  • 24  I. Serrageldin, “Our Past is Our future - Investing in our cultural heritage”, International sympo (...)
  • 25  Les dérives évoquées par I. Serrageldin sont les suivantes : “That those areas of the cultural her (...)

27Mais le lien entre tourisme et justification de l’investissement sur le patrimoine est un prisme étroit et qui peut s’avérer dangereux. F. Choay a attiré l’attention sur le patrimoine urbain car si en apparence « notre patrimoine urbain historique [européen] semble bien se porter, en réalité, sa lente et insidieuse destruction se poursuit ». Cette destruction résulte, selon l’auteur, de l’action de « faux amis » du patrimoine, dont l’industrie culturelle. Pour attirer toujours davantage de touristes, l’industrie culturelle standardise et innerve le patrimoine : « De façon plus générale, est déployée une cosmétologie qui impose les règles d’un pittoresque architectural convenu, souvent réduit d’ailleurs à un façadisme ; reconstitue les sols anciens à la moderne ; distribue une panoplie de mobiliers et d’accessoires, signes internationaux de l’urbain ; assigne aux rues et aux places un même type d’activités, logées selon les mêmes typologies : commerces de souvenirs, de friperies, de restauration. Résultat : homogénéisation et banalisation, un stéréotype du tissu historique qui finit par être le même partout, à travers l’Europe occidentale désormais imitée par l’Europe de l’Est, et même dans le monde entier, comme en témoigne la vieille ville basse de Québec, par exemple »23. Ismaïl Serrageldin, ancien vice-président de la Banque Mondiale, évoque le même risque en soulignant les dérives possibles d’une analyse qui ferait une liaison trop étroite entre tourisme et patrimoine24. Elle pourrait conduire à nier la valeur intrinsèque du patrimoine qui existe indépendamment de l’afflux des touristes. De plus, quoique cet afflux soit intéressant par les ressources qu’il génère, un trop-plein de fréquentation touristique peut gâter le charme d’un site patrimonial. Et enfin dans cette liaison tourisme-patrimoine, s’il s’avère plus attractif de construire un casino sur une plage car il en résultera un accroissement des ressources en dollars pour le pays faudra-t-il alors opter pour le casino au détriment de l’investissement sur le patrimoine25 ?

28La valeur du patrimoine doit donc être recherchée en tant que valeur intrinsèque. Cette détermination de la valeur d’échange du patrimoine est en concordance avec la problématique marginaliste de la science économique. Deux types de biens sont ainsi identifiés selon cette approche : les biens économiques (utiles et rares) et les biens libres (utiles et abondants). Le travail effectué pour intégrer le patrimoine dans la logique monétaire est la conséquence logique du grignotage progressif de pans de la société qui étaient en marge du marché. Cette démarche a été entamée pour les questions de l’environnement. Il est clair désormais que l’environnement écologique n’est plus toujours un bien libre au sens où il serait non seulement utile mais aussi abondant. On admet que les pollueurs doivent (devraient ?) payer pour le maintenir en état.

  • 26  S. Pagiola, “Economic Analysis of Investments in Cultural Heritage : Insights from Environmental E (...)

29Comme il est irrationnel d’injecter des capitaux sur un objet ayant une valeur nulle ou quasi nulle, il faut donc au préalable chercher à évaluer la valeur du site sur lequel on désire investir. « (First] we might be asking what the value of the entire site is, as an asset. Implicitly, we were asking how much worse off we would be if the site vanished tomorrow. This is the question we would ask if we were primarily interested in estimating our ‘wealth’, of which cultural heritage is one component »26

  • 27  Ibidem.

30Cette question, trop large, insuffisamment opératoire, doit être reformulée plus précisément afin d’exprimer les gains et les coûts d’une action sur le patrimoine. La problématique en termes de coûts et de bénéfices permet de mieux cerner l’impact financier de cette action sur le patrimoine. Cependant son application dans ce domaine n’est pas évidente. Car le patrimoine se définit d’abord principalement par le double aspect de la non-reproductibilité et de l’unicité. On peut donc considérer que le patrimoine n’a pas de prix, ce qui justifierait une réhabilitation quel qu’en soit le coût. Dans le cadre de la rationalité contemporaine, cette attitude est considérée soit comme irrationnelle, ou applicable à de rares contextes de disponibilité de ressources financières abondantes, ou bien exigeant une faible surface de capitaux. Préciser la question revient à s’interroger sur les coûts et les bénéfices de l’action menée sur l’objet à réhabiliter : « [Second], we might be asking what the benefits or costs of actions that change the cultural heritage site in specific ways are. This is the question we would ask if we were considering undertaking a project which would improve (or which would damage) the site. In this context, the key issue is not the overall value of the site but the change in that value resulting from the project ».27

Fondations méthodologiques

  • 28  Selon R. Bourlon, P. Maryn et F. Gabèle, Les expertises immobilières, document miméo, Bruxelles, o (...)

31Les transactions autour d’un bien déterminent un prix. C’est, par exemple, le cas du prix du bien foncier. Le foncier est un bien spécifique il n’est ni produit ni reproductible indéfiniment mais il a un prix puisqu’il se vend et s’achète sur un marché. Or le patrimoine architectural et urbain jusqu’à présent - ne se vend pas et ne s’achète pas sur un marché. On va donc lui accorder une valeur et non un prix. Cependant du fait que le patrimoine est un objet complexe avec des caractéristiques économiques, esthétiques, sociales, culturelles... la valeur calculée devra refléter l’ensemble de ces données. La notion de total economic value permet de synthétiser l’ensemble de ces valeurs. Le prix du foncier urbain présente d’ailleurs les mêmes caractéristiques. Certains experts fonciers définissent douze types de valeurs foncières28.

32Bien entendu, la valeur économique totale se décompose en un nombre de valeurs plus ou moins grand en fonction des aspects que l’on veut y intégrer. Elle comprend deux composantes majeures : the use value ou valeur d’usage, et the non-use value ou une non-valeur d’usage. Comme son nom l’indique, la valeur d’usage du patrimoine dérive de l’usage de ce patrimoine. Cette valeur peut résulter des biens extraits du site lui-même (extractive use value) ou être générée par les services que ce site peut fournir (valeur esthétique, valeur récréative notamment). The non-use value ou la non-valeur d’usage ne découle pas de l’usage mais simplement de l’existence du patrimoine. C’est une valeur accordée du simple fait que l’on sache que ce site existe, même si on ne l’a jamais fréquenté, ni projeté de le faire à l’avenir.

  • 29  Je me réfère principalement à une étude intitulée Non-Moroccan values for rehabilitating the Fès M (...)

33La théorie de la préférence révélée et celle du surplus du consommateur sont des outils qui permettent d’appréhender et de quantifier la valeur du patrimoine. Le surplus du consommateur se définit comme la différence entre le prix effectivement payé et celui qu’il pourrait payer. Deux méthodes, Delphi et the contingent valuation, basées sur cette même problématique, ont été utilisées pour évaluer concrètement la valeur accordée au patrimoine de la médina de Fès29. Signalons que la méthode de contingent valuation est utilisée comme instrument de mesure dans de nombreux domaines ; elle a été notamment pratiquée pour évaluer la valeur des biens environnementaux (parc naturel, site...).

Recueil des données et résultats

34Les données de l’enquête, menée au cours de l’été 97 (juin et juillet), ont été recueillies auprès de deux catégories de population : les touristes au Maroc et les non-Marocains à l’étranger. Concernant la première population, 600 touristes (tourisme d’affaires inclus) ont été interrogés à Fès (400 cas), Casablanca (120 cas) et Tanger (80 cas).

35Le questionnaire, complexe, se composait de trois parties :

  1. Le recueil des informations relatives au profil de l’interviewé (sexe, âge, scolarité, position socio-économique...).

  2. La communication à l’interviewé d’une information livrée sous forme de commentaires et de photographies concernant la médina de Fès. Il a été ainsi communiqué au touriste un diagnostic sommaire de la situation de la médina (dégradation et ampleur des moyens financiers nécessaires pour stopper cette tendance). L’interviewé a ainsi été informé de l’existence d’un plan ambitieux de réhabilitation de la médina de Fès élaboré conjointement par le gouvernement marocain et des experts nationaux.

    • 30  Cette question cruciale a été formulée de la manière suivante : « Si vous aviez les choix suivants (...)

    Le sondage de l’enquêté quant à son aptitude à contribuer à cet effort de réhabilitation de la médina30.

36Des valeurs différentes choisies au hasard et variant de 50 à 200 dirhams (dhs) ont été proposées aux enquêtés.

37Pour des raisons de contraintes de budget et de temps, une enquête de même ampleur n’a pu être menée auprès des non-Marocains à l’étranger et plus précisément en Europe. C’est pourquoi la méthode Delphi a été utilisée. Celle-ci consiste à solliciter l’opinion d’experts. Ainsi un échantillon stratifié composé d’une trentaine de cas a été touché au moment de la réunion de l’association européenne des ressources économiques et environnementales à Tilburg (Pays Bas) au cours du mois de juin 1997. Cette réunion a été choisie car il a été supposé que les participants, économistes, étaient familiers de cette méthode de recueil des données.

38Les valeurs dégagées diffèrent pour les trois groupes de personnes enquêtées. Les touristes abordés à Fès ont déclaré être prêts en moyenne à payer une taxe de 695 dirhams (dhs) par adulte et par visite. Pour ceux enquêtés à Tanger et Casablanca, la taxe moyenne est de 309 dhs. Pour les experts interviewés à l’extérieur du Maroc, selon la méthode Delphi, cette valeur s’élève à 215 dhs. On remarque que plus on s’éloigne de Fès, moins on est prêt à contribuer à la réhabilitation de la médina. Est-ce l’attraction opérée par la médina sur ses visiteurs qui explique cette différence des contributions ?

  • 31  I. Serrageldin, op. cit.

39Cette démarche s’inscrit dans la double logique de la recherche appliquée et de l’analyse quantitative. Bien entendu l’applicabilité d’une recherche n’est jamais immédiate ; les propositions résultant des études sont soumises à un processus de négociations et de filtres et sont, en définitive, retenues en partie ou en totalité, ou rejetées. Les commanditaires de cette étude en ont d’ailleurs été avertis: “The purpose of such numbers is not that they would be translated immediately into some added revenue for the maintenance and restoration of the Fez heritage, but rather that there is a large intrinsic value that goes beyond what is actually measured by or measurable by actual tourist revenues”31.

Sens et non-sens de la quantification de la valeur de la médina

40D’abord ces valeurs assignées au patrimoine ne peuvent qu’être relatives. Elles ne prennent tout leur sens que comparées aux valeurs accordées aux autres patrimoines historiques. Cela étant, l’évaluation des résultats de ce type d’approche se décompose méthodologiquement en deux groupes de critiques : interne et externe.

41Ainsi plusieurs biais peuvent entacher, de manière constitutive d’ailleurs, la collecte de l’information au moyen d’un questionnaire composé de questions fermées. La formulation de la question et la manière de la poser par l’enquêteur sont deux moments décisifs. Le premier écueil peut être aplani par un test du questionnaire suivi d’un retour sur la première formulation si nécessaire. Le deuxième écueil peut être contourné par la formation des enquêteurs. En l’occurrence, la session de formation des enquêteurs s’est focalisée autour de deux aspects critiques : tout d’abord standardiser l’abord des enquêtés, puis veiller à administrer les questions, spécialement la question cruciale, de la manière la plus neutre pour éviter d’influencer la réponse de l’enquêté.

42Cependant le biais le plus décisif renvoie à la validité des réponses qui est intimement liée au sérieux accordé au questionnaire. Il s’agit là d’un biais constitutif de ce type d’approche. L’enquêteur peut y remédier plus ou moins significativement en responsabilisant l’enquêté. Ainsi lorsqu’un enquêté déclare être disposé à payer une taxe supplémentaire pour la réhabilitation de la médina de x dhs par exemple, aucun indicateur - en l’absence d’un détecteur de mensonges - ne peut nous assurer de sa sincérité. Bien plus, il peut être sincère lorsqu’il répond et changer d’avis au moment de l’instauration de cette taxe. Afin de prendre en compte ce biais, le plus souvent, on ne retient que les valeurs les plus basses.

43Les touristes à Fès ont déclaré, comme nous l’avons vu, être prêts à payer une taxe équivalant à 695 dhs par adulte et par visite pour contribuer à la réhabilitation de la médina. Pour tester la plausibilité de cette déclaration, on peut la comparer avec le montant des dépenses effectives des touristes durant leur séjour à Fès. Un touriste dépense en moyenne au cours d’un séjour moyen de deux nuitées la somme de 1385 dhs répartis selon quatre principaux postes (cf. tableau).

Poste de dépenses des touristes en moyenne à Fès (dhs)

Postes de dépense

Pourcentages

Hébergement et restauration

36

Bazaristes et artisans

30

Agences (y compris transport et excursions)

16

Guides

10

Divers

12

Total

104 (sic)

Source : M. Couillaud, « Valorisation du patrimoine de Fès », Royaume du Maroc, ADER Fès, World Bank, juin 1997.

44La taxe de 695 dhs représente environ 50 %des dépenses des touristes à Fès, soit un montant sensiblement comparable aux dépenses pour l’achat de biens auprès des bazaristes et des artisans. Cette hypothèse n’est pas totalement irréaliste puisque des enquêtes en Europe ont montré un besoin d’authenticité de plus en plus grand formulé par la demande touristique. Cependant quelle est l’applicabilité du résultat de cette étude ? Sous quelle forme cette taxe sera-t-elle payée ? Et surtout comment faire payer les non-Marocains qui ne sont pas touristes mais qui sont prêts à contribuer ?

45De plus, actuellement, le problème majeur serait plutôt le faible nombre des touristes. Ne risque-t-on pas avec une taxe supplémentaire d’en limiter encore le nombre ? D’autant plus que les touristes comparent les coûts des différents pays avant de sélectionner. De l’avis des professionnels du tourisme, la crise économique de la plupart des pays, notamment européens, génère une concurrence très forte au niveau de l’offre de tourisme avec comme corollaire un abaissement des prix. Or le produit « Fès » est déjà considéré comme une destination relativement chère notamment du fait de la réglementation des transports aériens (charter ou ligne régulière).

46Quelle est la valeur du patrimoine vue du côté des résidents dans la médina ? La section suivante en présente certains aspects.

Le patrimoine du point de vue des résidents

47Le patrimoine de la médina de Fès présente de nombreuses facettes à explorer. Quel est le contenu du patrimoine ? Quelle est sa définition ? Quel type de relation les résidents entretiennent-ils avec le patrimoine ? Existe-t-il une acception commune du patrimoine à l’ensemble des résidents ? Est-elle au contraire fonction de groupes sociaux ? Selon quels critères les identifier alors ? Ces quelques questions sont une partie du territoire de la notion de patrimoine dans la médina de Fès. On en détachera ici quelques fragments pour alimenter l’hypothèse selon laquelle la question du patrimoine à Fès se pose en termes à la fois locaux et globaux. Les enjeux locaux et globaux sont, pour certains aspects, contradictoires et pour d’autres, concordants. La réussite du projet de réhabilitation de la médina dépend fortement de sa capacité à intégrer cet espace dans « (...) le flux de l’histoire en gestation ». Elle est également liée à sa capacité à conserver sa spécificité, non plus comme un bel objet d’art ou d’histoire, mais comme un espace spécifique et ouvert vers le devenir de la société.

48Ces deux limites, du global et du local, seront examinées à partir des positions des résidents en médina. L’ensemble des points de vue ne sont pas exposés mais seulement ceux qui nous sont apparus comme récurrents et se détachant des autres. Quelle en est la représentativité, de quels résidents s’agit-il ? Les assises méthodologiques des modalités de recueil et de traitement des informations récoltées sont discutées dans le premier paragraphe. Deux lignes de force se dégagent des résultats : la question du patrimoine de la médina est fortement liée à la question de son classement comme patrimoine universel. Mais en même temps, pour valorisant qu’il soit, cet aspect est perçu aussi comme une contrainte qui limite l’épanouissement de la vie quotidienne. Une esquisse du contenu du patrimoine vu du côté des résidents sera présentée. Puis la problématique de l’ouverture/fermeture de la médina sera exposée pour souligner la complexité réelle et les enjeux majeurs de cette question pour le devenir de la médina.

Le recueil des données : choix de l’outil le plus approprié

  • 32  Banque Mondiale et Préfecture de Fès Médina, Évaluation Sociale, 1994/1995.

49Le recueil des données auprès des résidents, au moyen d’interviews, pose la double question du statut de la parole des gens et de sa représentativité. On se réfère ici à une cinquantaine d’interviews menées durant le mois de novembre 1997 et aux travaux réalisés dans le cadre de l’Évaluation Sociale32. Des procédés, plus ou moins éprouvés, seuls ou combinés, sont à la disposition du chercheur pour recueillir le point de vue des résidents concernant le contenu et la valeur accordés au patrimoine.

  • 33  J. P. Benzekri, « La place de l’a priori », Encyclopaedia Universalis (volume 17), p. 11-24.

50Tous les chercheurs connaissent les difficultés du choix de l’outil optimal pour recueillir de l’information de qualité. L’idéal de la recherche serait de « distiller de la théorie »33 à partir de la récolte des informations. C’est un rêve inaccessible cependant, par la nature des sciences humaines qui ne peuvent être totalement inductives. Un rêve, parallèle, est la confection d’un instrument qui permette la collecte de l’information à l’état brut avec une perte réduite à zéro. L’analyse des données a enfiévré la communauté des chercheurs en sciences humaines parce que cet instrument démultiplie les capacités de recueil et de traitement de l’information. Mais cette possibilité n’est bien souvent que virtuelle. Les contraintes constantes de budget et de temps qui pèsent en effet sur la plupart des recherches obligent à user de méthodes de collecte plus rapides. S’il est clair désormais que l’outil idéal n’existe pas, spécialement dans les sciences humaines, en revanche certaines méthodes ont, plus que d’autres, auprès du public, une garantie de scientificité notamment du point de vue de la question de la représentativité. C’est le cas notamment de l’enquête quantitative sur la base d’un échantillon représentatif. Il est possible, aujourd’hui, de confectionner un échantillon représentatif pour un grand éventail de variables. Deux puissantes bases de données sont disponibles : le fichier des ménages du Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) et celui des bâtisses du Système d’Information Géographique basé au siège de l’Agence de Dédensification et de Réhabilitation de Fès (ADER Fès).

51En revanche les assises théoriques de l’enquête par questions ouvertes ou semi-ouvertes sont moins bien aguerries et moins bien solidifiées. D’abord la représentativité de l’échantillon interviewé est moins éprouvée parce que l’échantillon traité est souvent d’une taille réduite. Les questions ouvertes ou semi-ouvertes sont administrées à un nombre de cas souvent inférieur à celui de l’enquête par questions fermées. En effet, l’administration du premier type de questionnaire et son traitement sont plus longs et plus délicats que pour le second. De plus la difficulté s’accroît lorsque l’interview se déroule en arabe dialectal et que le traitement se réalise en français.

52Concernant les interviews en profondeur, les méthodes de représentativité sont moins systématisées. Elles n’en sont cependant pas moins rigoureuses. La conduite d’une interview en profondeur peut se mesurer en heures. Disposer d’une centaine d’entrevues pour faire une analyse de contenu est un corpus incontestablement respectable. Il s’agit de deux méthodes différentes et probablement, ce que l’on gagne en profondeur dans l’une est perdu en extensivité dans l’autre.

Le mythe Unesco : un révélateur

  • 34  F. Choay, L’allégorie..., op. cit., chapitre 5 passim sur l’invention du patrimoine urbain.

53Les résidents de la médina de Fès sont conscients de la mise sur orbite internationale de la question du patrimoine de Fès. Cette conscience découle de la notoriété de l’inscription de la médina sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco. Cette inscription est une donnée incontournable puisqu’elle engage la communauté internationale et l’État marocain qui en est membre. Dans cette optique, la médina toute entière est un patrimoine. En conséquence, isoler un monument est une démarche inacceptable car c’est le dépouiller de son contexte qui lui donne sens. Les abords, les derbs, en somme l’intégralité du tissu urbain représentent l’écrin nécessaire, « l’ambiance »34 qui rehausse et donne toute la signification au monument. De ce fait toute intervention sur le site, comme l’ouverture des accès, par exemple, suppose au préalable un déclassement de ce site.

  • 35  La restauration du foundouk Nejjarine, entièrement prise en charge par un mécène marocain, était a (...)

54Le fait que la médina soit classée comme un patrimoine universel est perçu de manière extraordinairement positive par la plupart des personnes interrogées. La popularité de l’Unesco, son omniprésence au sein des entretiens, quelle que soit la position socio-économique ou le degré d’instruction de l’interviewé, en sont des indicateurs certains. Cette organisation est perçue comme le médiateur grâce à qui la valeur de la médina s’est imposée mondialement. On lui en sait tellement gré que l’on peut évoquer un mythe ou une légende Unesco35 au sens où ses actions sont amplifiées et quelque peu déformées dans l’imagination publique. La connaissance du statut de cette organisation et de son rôle exact dans la médina sont souvent assez fantaisistes mais le regard est presque toujours bienveillant. Les propos suivants d’une femme du troisième âge, analphabète, illustrent cette représentation de l’institution Unesco comme un État puissant, ayant non seulement une vision juste et prophétique concernant la valeur du patrimoine de la médina, mais aussi pourvu des moyens de faire respecter les décisions qu’il prend. « L’Unesco est un « état » (sic) qui empêche la destruction du patrimoine. C’est très bien ce qu’il fait. Par exemple j’ai entendu dire que la maison de Ba Mohamed a failli être vendue et reconstruite sous forme d’appartements ! La vente a été interdite par l’Unesco. Il a imposé à l’acheteur de garder le cachet traditionnel de cette maison. La maison de Ba Mohamed est une merveille ».

55Cette popularité de l’institution Unesco révèle l’attachement au patrimoine de ceux qui l’expriment. Mais elle dévoile du même coup le sentiment d’une insuffisance de l’attention accordée au patrimoine de la part des Marocains.

  • 36  J.-C. David, « Pratique quotidienne et contemplation : la perception du patrimoine dans une sociét (...)

56La valorisation de l’Unesco fait-elle l’objet d’un consensus ? Il semble bien. A Fès comme dans d’autres villes marocaines, nulle trace de réprobation significative comme cela est noté pour la Syrie par exemple : « Certains, en Syrie comme ailleurs, considèrent une telle intervention comme une ingérence comparable aux pratiques tellement à la mode actuellement dans les relations internationales36 ».

57Cependant si le classement de la médina est une donnée incontournable, il n’est pas indiscutable. La totalisation du patrimoine apparaît comme excessive et incompréhensible. L’intérêt de conserver telles quelles certaines ruelles si étroites qu’on ne peut y introduire un réfrigérateur est, par exemple, mal compris ! Dans le même sens, on voit se dégager une vision restrictive du patrimoine, considérant que la conservation de la médina en totalité comme patrimoine devrait être abandonnée. Certains pensent qu’il faudrait sélectionner des monuments isolés, quel qu’en soit le nombre, qui seraient identifiés comme patrimoine. Dans cette perspective, on passe ainsi du patrimoine urbain au patrimoine architectural. Ce point de vue est porté par des individus résidant ou non en médina, qui le plus souvent remettent en cause la valeur patrimoniale de certaines parties du site urbain au nom de la modernité : « Je peux montrer aux générations futures avec beaucoup de fierté la medersa Bounania, la mosquée Moulay Idriss, la kissaria... mais je n’aurai aucune fierté à conserver et à montrer certaines maisons si ordinaires, si sombres et humides, certains derbs tellement étroits que l’on ne peut avancer que de côté, où l’on ne peut introduire certains meubles compacts ni ensortirune dépouille mortelle sans contorsions ! » Ceux qui subissent dans leur vécu les limites imposées par certains aspects du site de la médina sont perplexes face à l’idée qu’ils puissent représenter une valeur patrimoniale.

  • 37  Ibidem.

58Le classement génère des contraintes pour les propriétaires qui apparaissent comme des limitations au droit de propriété. La réglementation imposée en cas de projet d’intervention sur le bâti apparaît souvent comme trop coûteuse. De fait, dans la pratique, l’application n’en est pas très stricte : on constate l’intégration de matériaux modernes prohibés par la réglementation, notamment le ciment armé pour la réfection des terrasses. Une situation analogue se retrouve à Alep et Damas : « À Alep et à Damas, l’ensemble de la ville ancienne intra-muros et une partie des faubourgs anciens, classés monuments historiques, sont soumis à des règlements précis, en ce qui concerne l’aspect extérieur, les matériaux visibles ou non... Une telle réglementation, perçue comme une atteinte intolérable au droit de propriété, semble difficile à appliquer. Dans la pratique, les compromis sont possibles, soit du fait de la carence des contrôles, soit grâce à des assouplissements ponctuels diversement motivés »37. À Fès également la réglementation apparaît comme excessive d’autant plus que manifestement l’État marocain n’a pas les moyens financiers de sa politique. Le classement ne génère pas d’aides pour la réhabilitation. Alors qu’en France par exemple, la réhabilitation d’un édifice protégé peut être subventionnée à hauteur de 75 % si l’on cumule les exemptions fiscales, l’aide des communes, celle des régions et celle de l’État. En définitive, seul l’aspect répressif de la réglementation est perçu dans la médina de Fès, non sans raisons.

Le patrimoine immatériel : « Le patrimoine, c’est nous »

  • 38  Propos d’un artisan, tailleur traditionnel, résidant en médina depuis 1973.

59La valorisation de l’aspect immatériel du patrimoine est une constante chez les personnes interviewées. Incontestablement, le mode de vie, le savoir-vivre, l’ensemble des coutumes urbaines fassis sont perçus comme un patrimoine. La médina apparaît, à travers les discours des résidents interrogés, comme le réceptacle qui perpétue ce savoir-vivre et ce savoir-être. « Le patrimoine de Fès pour moi c’est d’abord l’habitant de Fès, avec sa culture et son mode de vie. Il est facile de remarquer que les manières de vivre et de penser du Fassi vivant à l’intérieur des remparts sont visiblement différentes de celles des habitants extra-muros. On peut citer le mois du ramadan. Ce mois sacré est vécu différemment en médina où certains rites et traditions sont encore conservés ».38 De plus, la proximité cimente la convivialité. A l’opposé, en ville nouvelle, on est toujours dépendant des transports en commun, ce qui contribue à distendre les relations sociales.

60« L’homme de Fès est aussi un patrimoine », cette conscience de la centralité de l’individu dans la question du patrimoine engendre un sentiment de rivalité chez certains résidents vis-à-vis des monuments. C’est là une idée à la fois inconvenante et forte. Inconvenante car elle signifierait que les Marocains disqualifient le patrimoine. Forte en ce qu’elle reflète le sentiment, exprimé par certains interviewés, d’être délaissés, en tant qu’individus, au profit des monuments. Soulignons que ce sentiment de rivalité est toujours doublé d’une grande fierté vis-à-vis de ce qui est considéré comme patrimoine matériel. La preuve manifeste de cette fierté réside dans la popularité et la perception hautement positive de l’Unesco pour la majorité des résidents. Comme nous venons de le voir, cette organisation est vue comme le médiateur grâce à qui la valeur de la médina s’est imposée mondialement. En conséquence cette idée ne doit pas être entendue comme un vœu de délaisser les monuments au profit des hommes. Elle doit au contraire être décodée comme une demande de traitement à égalité ; les interviewés souhaitent être traités comme ils s’imaginent que les monuments le sont.

61Observons tout d’abord que cette demande est parfaitement compréhensible lorsque l’on se remémore les données de base de la médina d’aujourd’hui : une grande partie des résidents sont confrontés à des problèmes de chômage, de niveau de vie, de difficultés résidentielles (insalubrité, densité...). L’attachement au patrimoine de la part des résidents s’exprime plutôt en creux que de manière offensive. « Les habitants de la médina de Fès connaissent et reconnaissent la valeur de ce patrimoine, mais ils ne peuvent rien faire pour en arrêter la dégradation à cause de leurs bas niveaux de vie ».Sont exclus ici les travaux de réhabilitation qui sont effectués au sein des demeures privées. Tous les petits travaux (chaulage régulier, plâtrage même superficiel des brèches dans les murs et autres travaux de même nature), menés par des petits moyens, sont souvent insuffisamment connus.

  • 39  Au cours d’un atelier de travail mené dans le cadre de l’Évaluation Sociale, Monsieur le Gouverneu (...)

62Cependant ce sentiment de rivalité doit être nuancé car il relève plus de l’imaginaire des résidents que de la réalité de la médina. En effet les monuments qui sont actuellement restaurés ou en cours de restauration sont extrêmement peu nombreux. De plus, leur financement est d’origine privée, mécénat marocain et étranger. Cette représentation sociale s’éclaire en partie par le mythe Unesco, dans l’imaginaire de beaucoup de résidents, selon lequel l’inscription de la médina par cette institution internationale a dû nécessairement s’accompagner d’une manne d’argent qui, au mieux, est utilisée à mauvais escient, au pire est détournée !39 Cependant même si ce point de vue relève plus de l’imaginaire que de la réalité, il ne peut cependant être simplement écarté. D’abord parce que les représentations sociales ont la vie dure, et surtout, parce qu’elles comptent autant sinon plus que les réalités tangibles au sein de l’opinion.

  • 40  J. C. David, op. cit.
  • 41  M. Couillaud, Valorisation du patrimoine de Fès, Royaume du Maroc, ADER Fès, World Bank, juin 1997

63Le sentiment d’appartenir à une communauté singulière génère également un positionnement particulier vis-à-vis du patrimoine. Ce dernier est un objet quotidien et non un « objet de contemplation, exposé dans des musées, transformé en folklore ».40 Cette perception et cette pratique du patrimoine différent de celle prévalant en Occident. Certains interviewés ont défini le patrimoine par une formule saisissante : « le patrimoine, c’est ce que visitent les touristes ». D’ailleurs il existe six lieux payants (relevant du ministère de la Culture) : quatre médersas et deux musées qui sont fréquentés à 95 % par des étrangers41 !

64Si la valorisation du patrimoine est incontestable, en revanche, l’expression de l’attachement au patrimoine varie selon que l’on est résident ou non. Cette différence dans l’expression de l’intérêt porté au patrimoine est exprimée en filigrane dans les propos suivants. En effet les visiteurs, surtout étrangers, expriment et manifestent leur admiration : « La valeur du patrimoine est en général reconnue par tous les visiteurs étrangers, les Européens surtout. Ils sont impressionnés par le site, à commencer par les remparts et portes de la médina, je les ai vus à maintes reprises ébahis devant les décors et les ornements des portes des maisons et des mosquées... ».

65Les interviewés déplorent, toujours chez les autres, une banalisation du patrimoine, alors que « les pyramides représentent la civilisation pharaonique et les médinas marocaines l’art arabo-musulman »,ou que « Fès est unique en son genre ».Le regard s’émousserait-il forcément lorsque l’on vit au milieu du patrimoine, sa valeur culturelle venant dès lors au second rang après sa valeur d’usage ? « Pour nous, le patrimoine c’est notre quotidien, nous le côtoyons tous les jours ».Ainsi les mosquées fréquemment citées, synthétisent la convergence de plusieurs sens attribués au patrimoine ; elles sont appréciées pour leur usage mais aussi pour leur beauté intrinsèque.

Le patrimoine matériel

66Le patrimoine matériel bâti est valorisé essentiellement pour son architecture dont la solidité et la beauté sont souvent mises en relief. Ce patrimoine est intimement lié à l’espace de la médina même lorsque l’on a conscience de l’exportation de ce modèle vers les maisons construites en ville nouvelle. Mais la médina garde, malgré tout, sa particularité. « Le patrimoine architectural n’est plus l’apanage de la médina ; les anciens Fassis qui ont quitté cette cité ont reproduit dans leurs nouvelles habitations et villas les mêmes décors et traditions architecturales anciennes. Mais la médina est plus ancienne et elle est caractérisée par ses derbs et métiers. Et c’est ce qui en fait un patrimoine ».

67Le patrimoine est ainsi défini soit par une liste d’objets, soit sous forme d’une classification. Le contenu du patrimoine, classé ou donné en vrac, regroupe trois aspects majeurs : les monuments religieux, les maisons et les autres éléments du patrimoine : muraille, foundouk, fontaines...« Le patrimoine c’est la Mesbahia de Ras Charratine, c’est la mosquée Hassania à Talaa S’ghira, c’est la Bounania, c’est Jamâa Andalous, El Anza, Al Sibous, Mechatine, c’est la mosquée El Beida.... C’est aussi J’anane S’bil, Dar S’lah, Dar D’mana... »Cette énumération est effectuée par une femme du troisième âge analphabète. Le patrimoine religieux quant à lui est représenté essentiellement par les mosquées, les zaouias (sanctuaires) et les darihs (tombes) : les plus importants d’entre eux sont systématiquement cités, dont la Karayouine et Moulay Idriss. Les autres mosquées, plus ou moins monumentales, sont perçues comme un élément structurant de la médina. Les mosquées sont un élément récurrent de tout discours sur le patrimoine en médina. Leur présence en assez grand nombre incite à la pratique religieuse et permet également une socialisation : on y va ensemble, on s’y retrouve. Cependant tel interviewé regrette que leur nombre ait diminué. Ainsi il déplore la fermeture de nombreuses mosquées, en raison de leur état de dégradation ou de ruine. Sans doute n’est-il pas indifférent qu’une partie des entrevues se soient déroulées pendant le mois de ramadan, période durant laquelle la fréquentation des mosquées est plus assidue. Les maisons, ou du moins certaines d’entre elles, sont considérées également comme patrimoine. On déplore que plusieurs soient fermées et, de ce fait, tombent en ruine. Les autres monuments : remparts, foundouks, fontaines... ont été également cités.

68Les interférences entre le patrimoine et les autres aspects de la médina sont constantes. C’est ainsi que la question de la faible accessibilité de la médina est fréquemment évoquée.

Ouvrir la médina à la circulation automobile ?

  • 42  Tableau Proportion des ménages pauvres en médina.
  • 43  Tableau. Estimation de la pauvreté 1984-85, 1990-91.
  • 44  La médina se rapproche plutôt du taux mondial de la pauvreté (1995) puisque l’on a identifié qu’un (...)
  • 45 Un exemple pour illustrer la petite guerre des nerfs entre résidents du densifié et du non-densifié (...)

69Ouvrir la médina à la circulation automobile apparaît comme un élément décisif de son avenir. Ceinte de murailles, la médina de Fès, l’un des plus vastes espaces piétonniers au monde, demeure inaccessible à la voiture, excepté pour les abords proches des murailles et des portes. C’est une des particularités majeures de cet espace. L’absence de circulation automobile, jointe à la construction enchevêtrée et labyrinthique des ruelles créent ce sentiment de singularité. Mais cette absence de voies carrossables explique en partie le départ des couches solvables. La médina est un espace proportionnellement plus pauvre que le milieu urbain marocain : 37 %42 des ménages y vivent au-dessous du seuil de pauvreté, contre 7,6 % en 1991 dans le monde urbain au Maroc43. Probablement ce pourcentage aurait été minimisé si l’univers étudié couvrait l’ensemble de l’agglomération de Fès qui se compose de groupes sociaux plus diversifiés44. Si l’on écarte l’effet de la conjoncture (la sécheresse), comment expliquer alors ce taux élevé de pauvreté ? Il reflète la tendance à l’homogénéisation de la composition sociale de la médina. La pyramide sociale, large à la base, s’amenuise au sommet. L’exode des ménages aisés, au début des années 1960, vers les logements des Européens laissés vacants par le départ des colons, s’explique à la fois par des motifs répulsifs et attractifs. Historiquement, la prise du pouvoir s’accompagne d’une prise de la ville. Puis progressivement habiter en ville nouvelle est devenu un signe de prestige, de pouvoir et de réussite. En revanche résider en médina est un signe d’échec social. La question de l’accessibilité par la voiture est considérée comme un handicap par les ménages aisés disposant d’une automobile. Cette représentation, ajoutée aux différences de confort entre l’habitat traditionnel et moderne, a graduellement poussé les ménages solvables hors de la médina. Ainsi le pauvre chasse le solvable car à plus ou moins long terme dès lors qu’une proportion significative de pauvres emménage dans un quartier, les solvables finissent par déguerpir. Ce phénomène urbanistique courant se justifie sociologiquement par le besoin des groupes sociaux de se retrouver entre eux. Ce comportement s’argumente également par des éléments matériels objectifs : l’arrivée des pauvres s’accompagne d’une fragmentation des logements et donc d’une hausse de la densité dans la maison et dans la ruelle. Or il existe une ségrégation sociale plus ou moins marquée entre les résidents des maisons densifiées et les autres45. L’histoire contemporaine de la médina de Fès montre que l’irruption de la densification opère suivant le phénomène de la tache d’huile. Selon un terme plus ou moins long, les autres maisons se densifient. Or la médina n’est pas un quartier mais une ville. Cette tendance à la paupérisation de la fonction résidentielle de la médina forme une des contraintes lourdes de la réhabilitation. Symétriquement, ralentir puis retourner ce mouvement représente un moyen et un objectif de la réhabilitation.

70La représentation négative de l’espace résidentiel est le handicap de la vieille ville. La médina, espace valorisé pour les activités, est au contraire grandement dévalorisé comme espace résidentiel comme les autres médinas du Maroc, ou de l’ensemble du monde arabe du moins de la part des solvables. Pour la fonction résidentielle, la médina apparaît aujourd’hui comme un espace où ne vivent que les laissés pour compte, les marginaux et autres catégories d’exclus sociaux. Le vocabulaire lui-même, utilisé pour exprimer cette exclusion, reproduit la topographie de la ville. Les pauvres parlent de haut et de bas, de monter et de descendre, du clair et de l’obscur, de la lumière et de l’humidité. Dans cette opposition, la médina est toujours affublée de la partie sombre, basse, humide, obscure. De fait la médina, de forme relativement concentrique, s’étale sur une cuvette à l’inverse de la ville nouvelle, qui est établie sur un terrain à une altitude supérieure. Historiquement jusqu’à la fin du xixe et au début du xxe siècles, les logements les plus valorisés s’implantaient au cœur de la ville. L’ascension sociale consistait en un mouvement centripète, où l’on déménageait des abords (où s’installaient les nouveaux venus) pour emménager au centre c’est-à-dire à proximité de la Karayouine. Actuellement l’ascension sociale épouse exactement le mouvement inverse. La réussite sociale se mesure à l’aune de l’éloignement du centre de la médina, de la Karayouine, pour se diriger vers les abords près des voies carrossables, puis en ville nouvelle.

71Bien entendu la voiture n’est pas l’unique élément d’arbitrage entre résider dans la médina ou en ville nouvelle. Les couches sociales solvables, en quittant la médina, ont bien souvent reproduit dans leurs demeures en ville nouvelle certains éléments d’architecture et de décoration existant en médina. Cette importation des arabisances dans les maisons en ville nouvelle est bien l’expression de l’attachement au patrimoine, même s’il est ou peut-être à condition qu’il soit décontextualisé.

72L’accroissement du standing social des quartiers de la médina est à la fois une condition et un moyen de réhabilitation de la médina. Car seuls des ménages aisés peuvent réhabiliter et entretenir des demeures assez vastes. En effet, tous les logements spacieux ne peuvent être transformés en bazars, restaurants et autres usages de commerce ou de services, au risque de rompre l’équilibre entre les différentes fonctions de la ville.

  • 46  Hausse du niveau social des couches de la population.

73Afin de stimuler et d’accélérer la gentrification46 de la médina, faut-il alors l’ouvrir à l’automobile, du moins s’agissant de certains de ses quartiers ?

74Les questions relatives au patrimoine ont forcément un contenu passionnel et donc non objectif. Si on laisse de côté tout parti pris, les arguments pour et contre l’ouverture des accès à l’automobile apparaissent aussi décisifs les uns que les autres. En définitive ils s’équivalent et, de ce fait, laissent place à l’incertitude. La question de l’accessibilité de la médina au moyen de la voiture ressemble alors à un pari. L’enclavement ou au contraire l’irrigation par des voies et des moyens de communication sont les marqueurs des villes contemporaines. Celles qui sont en développement et en compétition au sein du réseau mondial des villes se distinguent par une grande accessibilité, alors qu’a contrario l’enclavement constitue la marque des villes en marge du développement, et le demeurera pour les médinas, à moins que le progrès technique permette l’amélioration de l’accessibilité par d’autres outils que la voiture.

75Les points de vue sur l’ouverture de la médina à l’automobile s’organisent autour d’arguments matériels, symboliques et psychologiques. Celle-ci serait une défiguration de la médina. Ce serait toucher à son intégrité. La médina en perdrait son essence. Il est d’ailleurs peu étonnant que les professions liées au tourisme soient opposées à toute action qui aboutirait à en transformer le cachet traditionnel. Il serait irrationnel de vouloir introduire, à grands frais de démolition, l’automobile alors que d’autres pays développés, au contraire, redécouvrent l’intérêt et le charme des espaces piétonniers. En outre l’ouverture d’accès à l’automobile risque d’induire une hausse des valeurs immobilières et foncières et d’entraîner une flambée des loyers. De ce fait, les ménages pauvres seraient à terme condamnés à partir. Certains invoquent des problèmes de sécurité consécutifs à une augmentation du flux des passants et des étrangers alors que les espaces résidentiels restent pratiquement réservés aux résidents. D’autres redoutent les risques encourus par le parc immobilier du fait de la pollution.

76Quelques-uns de ces mêmes arguments peuvent être lus autrement et interprétés comme favorables à l’ouverture des accès aux voitures. Pouvoir disposer des mêmes commodités que les résidents de la ville nouvelle peut être considéré comme attractif. Lorsque l’on réside loin des abords de la médina, il est difficile de recevoir ou de sortir le soir car les logements sont plus ou moins éloignés des moyens de transport (bus, taxis, voitures). Le transport des marchandises à dos d’âne au sein des ruelles étroites de la médina est perçu par la plupart des interviewés comme un moyen archaïque, symbole douloureux du retard vis-à-vis de la modernité. L’ouverture des accès revient à ouvrir des poumons, ce sont des respirations vers l’extérieur.

77Pour ceux-là, incontestablement, la modernité, c’est la voiture. Ainsi certaines ruelles, trop étroites, ne permettent pas l’acheminement du matériel électroménager ni de certains meubles. Ceux-ci doivent être introduits via les terrasses des maisons voisines. La question des urgences est également évoquée (accouchements, accidents...). De plus il a été signalé que le non-accès de la voiture induit des surcoûts pour l’acheminement des matériaux et donc augmente d’autant les coûts de la réhabilitation.

78Face à cette impossibilité de trancher de manière scientifique, irréfutable ou du moins en réduisant les possibilités d’erreur, la question va alors se poser autrement : qui est habilité à émettre une opinion, qui est habilité à trancher ? Est-ce les résidents ? Mais la résidence n’est pas toujours permanente. Est-ce les non-résidents, seulement ceux de l’agglomération, l’ensemble des Marocains ? Est-ce les touristes ? Ici non plus nous n’avons pas affaire à une catégorie stable. Est-ce l’ensemble des citoyens du monde puisque la médina est classée comme patrimoine universel ? Ayant signé la convention de l’Unesco, l’État marocain est en effet comptable des contraintes imposées par cette classification. Demander et accepter la classification comme patrimoine universel, implique d’accepter de se plier à la règle du jeu imposée. L’inscription de la médina de Fès comme patrimoine universel par l’Unesco est une donnée incontournable certes, mais est-elle indiscutable ? De fait la question n’a pas fait l’objet d’un débat ouvert au public. Un interviewé résume bien, en des termes simples, la problématique de ce débat : « ma tête veut la construction de routes, mon cœur la refuse ». La tête signifie la modernité avec ses contraintes et atouts (voitures, routes larges...) ; le cœur renvoie aux racines, à la nostalgie d’un monde passé, à un modèle de vie, de circulation et de consommation autre.

79Cependant si le principe de la transformation de la médina est accepté, selon quels critères doit-elle s’opérer ? Où arrêter ces transformations : l’ouverture de fenêtres sur la rue est demandée, le remplacement des matériaux anciens par les modernes...

Conclusion

80La signification de la quantification de la valeur de la médina est double. Elle donne une indication de la valeur accordée par les non-Marocains au patrimoine et donc en conséquence leur aptitude virtuelle à contribuer à la réhabilitation (« the willingness to pay for the rehabilitation »). Elle signifie également que le patrimoine ne peut être pris en charge par le capital si sa valeur n’est pas exprimée en termes de valeur d’échange. Le patrimoine y compris dans son acception globalisante doit se plier aux règles de l’économie de marché où chaque échangiste est porteur d’une marchandise à échanger dotée d’un prix. Ainsi historiquement, la force de travail et la terre sont devenues marchandises, puis les biens de l’environnement, et enfin, derniers en date, les biens culturels.

81Cependant cette dynamique de valorisation porte en elle les ferments de sa propre destruction. Le tourisme de masse ou l’industrie culturelle tend à banaliser et à pervertir le patrimoine. La spécificité recherchée débouche sur son contraire ! Un deuxième risque, aussi rédhibitoire, guette le patrimoine : c’est sa folklorisation, qui représente aussi une tendance à privilégier les aspects du patrimoine de la médina pour autrui au détriment de la médina pour soi. Bien entendu les intérêts et les objectifs de ces deux prismes ne sont pas systématiquement opposés. L’exemple suivant est une illustration de cet antagonisme. Le transport des marchandises par dos d’âne symbolise, bien au-delà de l’anecdote, cette problématique. Du côté des résidents, cette forme de transport est perçue souvent par des résidents jeunes, excédés par la pauvreté, le chômage, la densité, excédés par tout ce qui rétrécit une vie sociale digne comme la marque visible et douloureuse, comme un raccourci et un concentré de la marginalisation de la médina et de ses résidents. Du côté des touristes, ce moyen de transport est au contraire ce qui permet de remonter encore plus facilement la bobine du temps. On est plongé, à quelques encablures du xxie siècle, dans une cité médiévale qui exhale l’authenticité. Derrière cet exemple, se profile la décisive question de l’enclavement de la médina. En effet, une bonne desserte et une bonne accessibilité sont des éléments clef dans le processus de développement d’une ville. En définitive la question ultime concerne l’objectif de la réhabilitation de la médina et le type de ville envisagé. Souhaite-t-on conserver une cité médiévale isolée par des remparts quasi-étanches ? Ou l’ouvrir et multiplier les points de contact avec le reste de l’agglomération ? Est-il encore légitime ou souhaitable de vouloir lui accorder une fonction centrale dans l’agglomération, telle que l’avait planifiée le schéma directeur de 1980 ?

82La conservation globale de la médina commencée durant le protectorat a montré ses limites. Depuis lors, la problématique de la réhabilitation des centres historiques a progressé et a gagné en clarté. Le succès d’une réhabilitation dépend de sa capacité à réussir l’articulation entre le passé et le futur. Le dépassement de la fonction muséale du patrimoine est une avancée incontestable dans la théorie. Son remplacement par une vision intégrative trace le cadre d’une problématique contemporaine des centres historiques. Cependant, la traduction de cette philosophie, qui semble faire consensus, est autrement plus délicate à concrétiser.

83La question de l’accessibilité de la médina en est un exemple. L’ouverture de certaines parties de la vieille ville à l’accès par l’automobile est-elle une destruction de l’âme et de l’ambiance de la médina nécessaire pour l’amarrer au futur en gestation ? Est-elle au contraire nécessaire pour arrêter le mouvement de paupérisation ? Ou bien est-ce un pillage irresponsable du legs des anciens ?

  • 47  Ce monument, d’une superficie vaste, construit sur trois étages, est remarquable par bien des aspe (...)
  • 48  Nous sommes loin des travaux de rénovation titanesques réalisés dans d’autres contrées. La reconst (...)

84La question de la nature de la réhabilitation en est une autre. Comment réhabiliter et pour quel usage ? La réhabilitation à l’identique est une tâche séduisante et ambiguë. Celle-ci paraît hors de portée à supposer qu’elle soit souhaitable et possible du moins à court et moyen terme, à quelques exceptions près (tel ou tel monument). C’est le cas du Foundouk Nejjarine, qui est une opération unique puisque c’est le seul monument d’envergure dont la réhabilitation soit achevée. Les visiteurs de ce foundouk47 rénové parlent d’émerveillement, d’éblouissement, de ravissement... Incontestablement la visite de ce lieu procure une émotion et un plaisir rares, intenses et durables. Nous sommes loin, ici, de la luxuriance et du foisonnement des décorations en zellige, stuc, marbre et bois rencontrés dans certaines mosquées ou demeures privées. Cette bâtisse, construite au début du xviiie siècle, d’emblée destinée au commerce, explique probablement la sobriété de la décoration intérieure. L’émerveillement, l’éblouissement, le ravissement relatés par les visiteurs proviennent en grande partie d’ailleurs. Ce foundouk remis à neuf procure un sentiment de fierté devant la qualité et l’ampleur des travaux de rénovation effectués48, parce que l’on peut d’emblée mesurer le travail réalisé. Il suffit de comparer, malheureusement, avec les bâtiments à l’extérieur, qui sont encore en mauvais état. Habituellement il est d’usage de mettre des photographies pour comparer l’avant et l’après des monuments restaurés. Ici, nul besoin de cet artifice. L’état de dégradation des bâtiments aux alentours de Nejjarine souligne l’écart entre le dehors de Nejjarine et le dedans et marquent avec un effet saisissant l’avant et l’après.

85Le plaisir de la visite de Nejjarine rénové est probablement bien plus puissant que celui d’un bâtiment nouvellement construit. La remise à neuf d’un bâtiment est une opération de gommage et d’effacement des marques du temps. C’est une action qui possède quelque chose de miraculeux, comme si l’on rembobinait le film du temps. Au fil des entretiens avec des résidents, une même complainte, sous une formule forte revenait de manière récurrente « comment est-ce possible, comment notre civilisation autrefois si prospère, capable de produire et d’édifier des chefs-d’œuvre, comment en est-elle rendue à faire souffrir non seulement les hommes mais également les murs ? Nous les hommes souffrons, nous sommes réduits à la survie, mais nous faisons aussi souffrir notre environnement ».

86Dit autrement, comment la médina peut-elle s’insérer dans le flux de l’histoire en devenir sans y perdre son âme ? Il est clair aujourd’hui que sa conservation en l’état est une mission impossible. Si elle a conservé son cachet, elle est en revanche fortement dégradée. Est-il souhaitable, réalisable, d’imaginer restaurer la médina en tant que centre principal de l’agglomération comme on le préconisait en 1980 ? Comme si la réparation digne de l’affront, de la mise à distance décrétée durant la période coloniale, était de la rétablir dans sa position centrale. Le désir de maintenir séparés deux ordres de ville : l’un tourné vers l’histoire, l’autre gelé, a montré ses limites. La conservation de la médina est en partie réalisée, mais elle est dans un état avancé de dégradation. La question de son avenir reste posée.

Notes

1  D. Achour, Rapport d’expertise : la médina de Fès, Fischer Presses inc, Draft, octobre 1994.

2  F. Perroux cité par F. Braudel, Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, xvexviiie, Paris, A. Colin, 1979, tome III, p. 34.

3 Un exemple en est donné par les paysages peints par des maîtres, et devenus de ce fait objets de patrimoine. C’est le cas de la Sainte-Victoire ou d’Auvers-sur-Oise en France : « ainsi en est-il du site de la Sainte-Victoire, immortalisé par Cézanne, dont les adversaires du TGV réclament la préservation, ou encore d’Auvers-sur-Oise, sujet des ultimes toiles de Van Gogh. L’on pourra toujours arguer, dans ce dernier cas, que le village, l’auberge, la maison du docteur Gauchet, les champs de blé qui figurent sur les tableaux du maître n’ont pas grand chose de commun avec les lieux d’aujourd’hui... Qu’importe, plus que la réalité, le paysage devient symbole ! ».

4  F. Choay, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992.

5  S. Sassen, « Le complexe urbain et la mondialisation de l’économie », in Sociologie. État des lieux, revue internationale des sciences sociales, ERES, Unesco, février 1994.

6  A. Chastel, en collaboration avec J.-P. Babelon, La notion de patrimoine, Paris, Liana Levi, 1994.

7  Dans un effort pour distinguer les fonctions qui spécifient chacune des villes marocaines, une certaine habitude - proche de la langue de bois - assigne à Fès le rôle de capitale culturelle et réserve à Casablanca et Rabat celui respectivement de capitales économique et politique. Rayonnement culturel par le passé, incontestablement. Potentialités culturelles, probablement. Mais la misère de l’infrastructure culturelle présente (absence de théâtre, de bibliothèques, de galeries d’art, bref de tous ces lieux qui servent d’écrin à la culture) rehausse le pathétique de ce titre (auto)proclamé. Mon hypothèse se situe sur un autre registre.

8  « Mille ans d’histoire n’avaient ni affecté le tissu urbain, ni entamé l’homogénéité architecturale, ni même troublé l’activité artistique et artisanale de la ville de Fès. Il n’en va plus de même aujourd’hui. (...) Leschangements sont devenus si importants au cours des dernières décennies que Fès risque, sous la pression de contraintes démographiques, sociales et économiques sans équivalent dans son histoire, de perdre l’originalitéprofonde qui en fait un des joyaux les plus purs de la culture islamique. (...) Fès doit être sauvée. Elle doit l’être pour ses populations (...). Elle doit l’être pour le Maroc (...). Elle doit l’être pour le monde islamique (...). Elle doit l’être, enfin, pour l’ensemble de la communauté internationale, car, héritage précieux pour tous les hommes, elle appartient désormais au patrimoine commun de l’humanité ». Pour la sauvegarde de la ville de Fès : Appel de M. Amadou Mokhtar M’bow, Directeur général de l’Unesco, 9 avril 1980.

9  PNUD - Royaume du Maroc, Sauvegarde de la ville de Fès, 1992.

10 J. Attali, Chemins de sagesse. Traité du labyrinthe, Paris, Fayard, 1996, p. 134.

11  F. Braudel, op. cit., p. 31.

12  M. Jolé, A. Khatibi et M. Martenson, « Urbanisme, idéologie et ségrégation : l’exemple de Rabat », Annales marocaines de sociologie, 1970, Rabat.

13  Ibidem, p. 36.

14  H. Vacher, Projection coloniale et ville rationalisée - Le rôle de l’espace colonial dans la constitution de l’urbanisme en France, 1900-1931, Aalborg, Aalborg University Press, 1997.

15  « Le plus souvent, les deux villes étaient séparées par un élément naturel ou par un no man’s land qui assurait entre elles ce qu’il faut bien appeler une manière d’apartheid3, cf. P. Fougeyrollas, « Le méditerranéen et l’islamique dans la ville maghrébine », in La ville maghrébine, Revue de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, n° spécial, 1994.

16  S. Mouline, « Architectures métissées », in Espaces urbains, espaces vécus, Temps Présent, Rabat, n° 3, 1988.

17  S. Dayan Hersbrun, « Littérature et politique : les frères Tharaud au Maroc », in La ville maghrébine, Revue de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, n° spécial, 1994.

18  H. Vacher, op. cit, p. 140

19  E. Pauty cité par H. Vacher, op. cit., p. 170.

20  Ibidem, p. 140.

21  Ce chiffre peut varier car le découpage administratif ne recoupe pas exactement le tracé de la ville ancienne.

22  D. Achour, op. cit.

23  F. Choay, « Patrimoine urbain et aménagement du territoire : enjeux et nouvelles perspectives », Trames, Revue de l’Aménagement n° 8, 1993, Montréal, pp. 12-21.

24  I. Serrageldin, “Our Past is Our future - Investing in our cultural heritage”, International symposium and workshops on Historic cities in Islamic societies, Yogyakarta, Indonesia, April, 21-23, 1998.

25  Les dérives évoquées par I. Serrageldin sont les suivantes : “That those areas of the cultural heritage where one could not generate a sufficiently large tourist stream are not worth investing in. This is a denial of the intrinsic worth of the cultural heritage, both for the people there and for the enrichment that it brings to the world at large by its very existence. After all, many of us will not visit any of the sites on the World Heritage list, but we would feel impoverished to know of the loss of such sites, and feel enriched by their continued existence, even if we never visit them.
That maximization of the number of tourists visiting the place and the amount that they spend will be desirable, since it increases the benefit stream. In fact, in many cases, such a development would destroy the charm of the place and denature the activities that are endogenous to the cultural setting.
That if another and mutually exclusive investment - say a casino on the beach - resulted in increased tourist dollars for the country, we should leave the old city without restoration and build the casino.”

26  S. Pagiola, “Economic Analysis of Investments in Cultural Heritage : Insights from Environmental Economics”, draft, june 1996.

27  Ibidem.

28  Selon R. Bourlon, P. Maryn et F. Gabèle, Les expertises immobilières, document miméo, Bruxelles, octobre 1981. Outre la valeur intrinsèque (du bâti) ou statistique (d’un terrain nu), la valeur d’usage introduit la notion supplémentaire des possibilités autorisées par le terrain. La valeur affective est totalement subjective : le prix payé pour entrer en possession d’un terrain ayant appartenu à ses ancêtres, par exemple, peut être très élevé par rapport au prix prévisible. La valeur de convenance peut être supérieure à la valeur réelle dans le cas, par exemple, de l’extension d’une activité déjà existante, ou pour évincer un concurrent... C’est surtout la rentabilité future qui est visée et non l’argent placé, etc.

29  Je me réfère principalement à une étude intitulée Non-Moroccan values for rehabilitating the Fès Medina.

30  Cette question cruciale a été formulée de la manière suivante : « Si vous aviez les choix suivants pour votre séjour actuel au Maroc, qu’est-ce que vous auriez choisi ? 1) Un choix possible serait de visiter Fès même si la redevance pour la réhabilitation ajouterait un coût supplémentaire de ____dirhams au coût du voyage pour chaque adulte. Ou 2) L’autre choix serait de ne pas inclure Fès dans votre itinéraire et ainsi d’épargner votre argent. »

31  I. Serrageldin, op. cit.

32  Banque Mondiale et Préfecture de Fès Médina, Évaluation Sociale, 1994/1995.

33  J. P. Benzekri, « La place de l’a priori », Encyclopaedia Universalis (volume 17), p. 11-24.

34  F. Choay, L’allégorie..., op. cit., chapitre 5 passim sur l’invention du patrimoine urbain.

35  La restauration du foundouk Nejjarine, entièrement prise en charge par un mécène marocain, était annoncée par un immense panneau accroché à l’entrée du chantier. Pourtant certaines personnes interrogées par nos enquêteurs, au hasard de leurs passages près du chantier, ont affirmé que cette action était financée par l’Unesco !

36  J.-C. David, « Pratique quotidienne et contemplation : la perception du patrimoine dans une société urbaine moyen-orientale », Bibliothèque iranienne, Institut français de recherche en Iran, Téhéran, 2000, vol. 2, n° 53, pp. 143-160.

37  Ibidem.

38  Propos d’un artisan, tailleur traditionnel, résidant en médina depuis 1973.

39  Au cours d’un atelier de travail mené dans le cadre de l’Évaluation Sociale, Monsieur le Gouverneur de la médina de Fès a été apostrophé par un jeune résident à propos des milliards donnés par l’Unesco pour la sauvegarde de la médina.

40  J. C. David, op. cit.

41  M. Couillaud, Valorisation du patrimoine de Fès, Royaume du Maroc, ADER Fès, World Bank, juin 1997.

42  Tableau Proportion des ménages pauvres en médina.

Seuil de pauvretéEl BaliJ’didMédinaSeuil bas203724Seuil élevé141113Total344837

43  Tableau. Estimation de la pauvreté 1984-85, 1990-91.

Indice numérique (%)1984-851990-91UrbainRuralTotalUrbainRuralTotalTrès pauvre12,322,216,52,810,77Pauvres17,532,6267,61813,1
Source : Royaume du Maroc - Banque Mondiale, Pauvreté, ajustement et croissance, Rapport principal, septembre 93.
La variation du volume des pauvres entre ces deux dates s’explique probablement en grande partie par les dates du déroulement des deux enquêtes. En effet 1985 correspond à un creux sur le plan de la production agricole (cf. les années de sécheresses de la première moitié des années 80). De plus au cycle de la sécheresse des années 80 se sont ajoutées les restrictions consécutives à la mise en place du programme d’ajustement structurel. En revanche, l’année 1991 correspond à un pic de la production agricole (entre 1987 et 1991 les récoltes ont été bonnes).

44  La médina se rapproche plutôt du taux mondial de la pauvreté (1995) puisque l’on a identifié qu’un habitant sur trois de la planète est pauvre. Les comparaisons doivent être prudentes car le volume de la pauvreté est très certainement fortement dépendant de la période durant laquelle se déroule l’enquête (lien organique avec la sécheresse). Or l’enquête « Profil des revenus et de la pauvreté » menée auprès de 1300 ménages s’est déroulée au cours d’une période de crise économique. De plus les méthodes diffèrent : l’enquête nationale s’est basée sur l’optique dépenses mais cette optique a été écartée à Fès pour des raisons de budget et de calendrier. L’optique revenus a été retenue malgré ses limites constitutives. Pour sa défense, des études sur la pauvreté ont montré que le volant de pauvres est significativement le même, quelle que soit l’optique retenue.

45 Un exemple pour illustrer la petite guerre des nerfs entre résidents du densifié et du non-densifié. Dans un quartier de la médina, Derb el Miter, deux ou trois chefs de famille, anciens résidents dans des maisons non densifiées, se sont occupés de la réparation des problèmes classiques de l’assainissement dans le derb puis sont passés récupérer les quotes-parts auprès de toutes les maisons riveraines mais en excluant les familles de la maison densifiée. Du point de vue de ces derniers, cette omission peut-être simple pudeur à l’égard des pauvres ou réelle mesure de discrimination sociale a été interprétée comme la plus haute des exclusions : « Ils nous ont laissés là, ‘plantés’ avec nos pauvres dirhams dans la main ». Cette interprétation marque le climat de tension plus ou moins ouvert puisque le même geste aurait pu être compris comme une obole vis-à-vis des plus pauvres du quartier.

46  Hausse du niveau social des couches de la population.

47  Ce monument, d’une superficie vaste, construit sur trois étages, est remarquable par bien des aspects. D’abord dès l’extérieur. La porte du foundouk Nejjarine, monumentale, est surplombée par des corbeaux en bois sculptés. De plus cette entrée est singulièrement valorisée par le fait qu’elle donne sur une place. En effet, la place Nejjarine sur laquelle s’ouvre le foundouk, est un espace qui aère la médina et permet au visiteur d’admirer la monumentalité de la porte du monument lorsqu’il débouche d’une des deux ruelles lui faisant face. Peu de monuments de la médina de Fès ont le privilège d’être rehaussés par cette mise en perspective. La médina de Fès est plutôt caractérisée à la fois par l’enchevêtrement des bâtisses et des monuments et par la rareté des places ou placettes. Si l’extérieur annonce une grande richesse, l’intérieur du foundouk est pourtant remarquable essentiellement par la sobriété des matériaux et de la décoration.

48  Nous sommes loin des travaux de rénovation titanesques réalisés dans d’autres contrées. La reconstruction du site de Borobodur fait partie des grands travaux réalisés sous l’égide de l’Unesco. Cependant à l’échelle de la médina de Fès, jusqu’à présent, et probablement à l’échelle des autres médinas marocaines, cette réalisation est exemplaire. D’abord parce qu’elle a été menée à son terme après des travaux qui ont duré 4 à 5 ans. Ensuite, car le coût total appréciable de la restauration, estimé entre 15 et 18 millions de Dhs, a été pris en charge en totalité par un mécène privé. Le citoyen a ainsi la fierté de constater que des artisans possèdent encore le savoir-faire apte à remettre en état le legs du passé. Fierté de constater qu’une équipe d’artisans, de techniciens, d’architectes, d’anthropologues ont coordonné leur travail et ont pu le mener à son terme.

Auteur

Économiste, professeur à la faculté des Sciences juridiques, économiques et sociales de l’Université de Fès

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable