Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains

 | 
Raffaele Cattedra
, 
Pascal Garret
, 
Catherine Miller
, 
et al.

Le passage au patrimoine : positions et controverses

La « fabrication » du patrimoine comme construction de l’identité urbaine

L’exemple de Casablanca

Raffaele Cattedra

Entrées d'index

Mots clés :

identité, patrimoine, urbanisme

Géographique :

Casablanca, Maroc

Texte intégral

  • 1  L. Sfèz, La politique symbolique, Paris, PUF, 1993 (1ère édition 1978), p. 427.

C’est à l’aide d’images produites par les savants imagiers que les décisions urbaines sont prises, et les utopies réalisées, c’est à dire traduites. Recherche, plan et programmes s’enchaînent. Dans les programmes, le montage d’images est totalement hétérogène, fait de briques et de poutres. N’y trouve-t-on pas mêlés les villes du Moyen Âge et de la Méditerranée, Babylone et Jérusalem, le bonheur de vivre à l’antique et tout le confort, les petites rues et les grands axes de circulation ?1

La ville face au patrimoine : de quelques enjeux du projet urbain

1En ne posant d’emblée que la simple question « qu’est-ce que conserver ? », qui assoit les choix de l’aménagement urbain et dont les fondements règlent les normes du métabolisme permanent et la mémoire organique de la ville, on se rend bien compte de l’inévitable émergence d’un problème : un problème (relativement ancien) qui est celui du rapport entre l’« action urbanistique » et l’« héritage urbain ». Dans l’optique de nos préoccupations, cette confrontation pourrait correspondre aux enjeux posés par l’articulation entre le « projet urbain » et le « patrimoine » – ces deux dernières dénominations ne recouvrant pas, évidemment, la signification des premières. Car, une action urbanistique ponctuelle, ne comporte pas nécessairement l’élaboration formalisée d’un projet urbain préalable (concernant l’ensemble de la ville) ; néanmoins, le passage de la simple inertie de la conservation à un programme de sauvegarde d’un héritage (bâti) implique un glissement signifiant : ne serait-ce qu’une (prise de) conscience et la mise en place de dispositifs qui légitiment le bien fondé de la préservation. On s’accordera, par ailleurs, sur le fait que dans l’assise urbanistique, la légitimité de l’action émane des lieux où, de fait, se représentent, se confrontent, se négocient, se justifient et donc s’imposent les choix de la « politique (urbaine) du patrimoine ».

2D’autre part, si aujourd’hui on reconnaît que le « patrimoine » est une idée complexe et hétérogène, dont l’idiome ne paraît consensuel quen surface, il convient de constater que cette idée n’atteste sans doute pas, sur le fond, du même sens et des mêmes systèmes de valeurs, dans le temps et dans l’espace.Le patrimoine est manifestement une construction idéelle, comme bien d’autres, qui traduit une certaine structuration de faits sociaux et souvre sur des domaines d’intervention multiples. Toutefois, assez souvent, soit dans le discours, soit dans l’action concernant la ville, le patrimoine semble être pris comme un mode de lecture du monde ou un domaine de la science et de la civilisation qui existerait en soi, écartant de la sorte des questionnements essentiels : comment un héritage devient-il patrimoine ? De quelle nature sont les enjeux qui se focalisent autour du sens qu’on attribue au patrimoine, dans un moment donné ? Comment se déploient les processus de patrimonialisation, dans des contextes spécifiques ?

  • 2  Cf. G. Dematteis, « La geografia dei culturali come sapere progettuale », Rivista Geografica Itali (...)
  • 3  Cf. en ce sens : A. Bourdin, Le patrimoine réinventé, Paris, PUF, 1984 ; H.P. Jeudy (ed.) Patrimoi (...)
  • 4  Voir l'article de O. Söderström, « Mondes pluriels et controverses. Entrer dans la fabrique du pat (...)
  • 5  Cf. O. Söderström, Les métamorphoses du patrimoine. Formes de conservation du construit et urbanit (...)

3Par une analyse quelque peu approfondie, peuvent apparaître, d’un trait, les différentes stratégies d’acteurs qui y font référence, et n’inscrivent pas – bien au contraire – des visées ou des postures convergentes2. Pourtant la « notion », ou mieux son énonciation, sous les formes des innombrables interprétations qu’elle supporte, est en train de s’imposer, drainant au passage toute l’ambiguïté du rapport au passé, à l’histoire et à l’héritage, aussi bien matériel que symbolique et spirituel3; ce qui dans la transformation matérielle de la ville (construction, reconstruction, restructuration..., voire « rénovation » ou, encore, abandon, destruction), expose le bâti urbain préexistant (des fragments de celui-ci jusqu’aux paysages urbains) à une série de sollicitations d’intérêts et d’attentions, quant à son sort matériel et symbolique, qui le chargent d’enjeux et l’instituent comme l’objet de conflits, de « controverses »4 et négociations multiples et contradictoires. Et ces enjeux, face au sens de lurbs (la cité matérielle), deviennent, par conséquent, civiques5, se déplaçant significativement dans une sphère de la discussion publique et politique, bien qu’il puisse s’agir, à l’occasion, d’intérêts touchant directement au « patrimoine privé ».

  • 6  Cf. D. Harvey, The conditions of Postmodernity, Basil Balkwel, 1990 (trad. italienne, La crisi del (...)

4Condensant – au présent – une polyvalence sémantique et de registres (mémoire, témoignage, repère, transmission, sacralisation, identité, universalité…), le patrimoine entretient, en même temps, un rapport privilégié, soit avec les paradigmes esthético-culturalistes, soit avec ceux qu’on pourrait qualifier de post-modernistes. Plus explicitement, dans cette logique les tenants de la première posture auraient tendance à inscrire le patrimoine sous une visée de l’authenticité (et) de la tradition, tandis que dans les postures post-modernistes, il s’affirmerait, comme le suggère David Harvey, dans une perspective de "l’esthétique de la diversité", qui assumerait au fur et à mesure son sens par le truchement d’une écologie urbaine axée sur l’» éclectisme », le « collage » ou le « pastiche »6.

5À partir de là se développe le questionnement central de notre propos : comment une métropole contemporaine, une ville dont les traces du passé ne s’inscrivent pas, apparemment, dans une histoire ancienne – et dont on dit souvent que l’essence et l’identité se sont construites sur ce qu’on appelle couramment la modernité – atteste-t-elle une dimension patrimoniale ?

6Or, dans les villes contemporaines, à savoir celles qui ont vécu dans leur parcours urbain une rupture ou une sorte de « refondation » d’origine coloniale – comme c’est le cas dans notre propos –, touchées par l’urbanisation galopante, et devenues ainsi métropoles, la confrontation entre l’histoire et la patrimonialité identitaire des valeurs, d’un côté, et les aspirations universalistes à la modernité, de l’autre, semblent constituer un enjeu capital, dont les répercussions interviennent directement dans les modes d’objectivation du présent.

  • 7  Sur ce point : Ph. Genestier, « Ville culturelle et espace public touristique : sur quelques logiq (...)

7La praxis du projet urbanistique – non seulement celle-ci, d’ailleurs, mais l’ensemble des savoirs (techniques, opérationnels, savants, ordinaires...), des pratiques et des ordres de gestion sociale qui la supportent et la construisent – contient une tension entre un projet de « ville nouvelle » et la « ville ancienne », c’est-à-dire qu’elle exprime une confrontation entre la ville du futur et la ville du passé ; tension qui est à lorigine de certaines des procédures de « mise en image » de la ville, liées aux stratégies économiques, comme par exemple celles du tourisme7, ou à la construction volontariste de son identité (politique).

  • 8  A. Bourdin, « Sur quoi fonder les politiques du patrimoine urbain ? », Les Annales de la Recherche (...)
  • 9  Selon la formulation suggérée par M. Lussault d'une « transcription spatiale » des représentations (...)

8Au-delà des aspects strictement normatifs, juridiques et techniques qui constituent la toile de fond de la légitimation patrimoniale, on essayera de saisir comment certains espaces ou « objets » (que l’on peut identifier comme monuments, demeures, places, îlots, quartiers, etc.) dégagent, assument ou produisent une valeur patrimoniale, c’est-à-dire, appréhender les modalités par lesquelles des objets sont investis et acquièrent, dans un moment et un contexte donnés, une plus-value par rapport à d’autres objets urbains ou à d’autres parties de la ville.Cela signifie évaluer la manière par laquelle s’opère et se construit leur sélection, et s’interroger, au fond, sur comment « est socialement produit le patrimoine »8. C’est autour de l’émergence discontinue de valeurs patrimoniales, attribuées – ou attribuables – à des espaces par voie de connotation différenciée, que se focalise notre réflexion. Nous retiendrons à cette fin les effets produits par des représentations paradigmatiques de la ville, façonnées dans le cadre de supports privilégiés instituant une configuration apte à « territorialiser l’image » urbaine9. Ces images sont contenues à la fois dans les contextes, ou les prétextes, du projet urbain : les documents d’urbanisme ou les discours qui en traitent, et dans les récits englobant des visions fondatrices et inspiratrices de la représentation de la ville, tel les guides de voyage et les brochures de tourisme.

9On développera ce propos autour d’un exemple où, bien que dans leur hétérogénéité d’origine, des ensembles urbains représentent des lieux privilégiés d’attention, d’évocation ou d’intervention patrimoniale. Il s’agit de la ville de Casablanca (une ville nouvelle du xxe siècle, qui s’est étendue sur un site d’origine assez ancien), où l’on s’attachera à retracer la trajectoire instable de la mise en représentation de quelques parties urbaines susceptibles d’attester une valeur (historique, architecturale, idéologique, mémoriale…) se manifestant, à l’heure actuelle, sur le registre d’une évidence patrimoniale présupposée, autour de quatre objets particuliers : a) l’Ancienne médina, le noyau historique de la ville ; b) le centre-ville d’héritage colonial (avec son bâti art-déco, néo-mauresque et moderniste) ; c) le quartier néo-traditionnel dit des Habous (lui aussi d’origine coloniale, qui prend le nom de « Nouvelle médina ») ; c) la nouvelle Mosquée Hassan II, monument contemporain bâti sur l’Océan.

10Par la complexité et la richesse des statuts de l’héritage bâti, par la particularité et la relative ancienneté des questions que l’on nomme aujourd’hui patrimoniales (apparues précocement au Maroc dans le cadre colonial, comme on le verra ci-après), par les postures des acteurs qui y sont engagés, formellement ou non, et aussi par les systèmes de représentation qui en découlent, cet exemple se prête à notre sens à expliciter les ressorts, les décalages et les apories d’un processusde fabrication patrimoniale, apte à asseoir des figures controversées de l’identité urbaine.

De l’absence d’une évidence patrimoniale à l’émergence d’objets patrimoniaux

11Les héritages de l’histoire et de la « tradition » (le turâth), qui se manifestent avec récurrence dans les aires culturelles arabes et musulmanes, se positionnent souvent dans un champ d’enjeux identitaires. Deux dynamiques convergentes sont de manière générale pertinentes pour interroger et baliser le terrain de ces références patrimoniales.

  • 1 0 F. Choay, op. cit., le paragraphe « La figure mémoriale », pp. 134-142.

12D’une part, il faudra considérer leur affirmation par rapport à un héritage dun passé réputé « originel ». Un passé latent qui peut assumer facilement des contours nostalgiques et, au demeurant, mythologiques. Axé sur une représentation de ville antique, ce passé se « mémorialise »10 en récurrence par le truchement d’une hypostase métahistorique, configurée par le primat d’un modèle communautaire « musulman », transposé lui-même dans les traces repérées au présent de formes architecturales anciennes qui subsisteraient.

  • 1 1 A. Arrif, « Le paradoxe de la construction du fait patrimonial en situation coloniale. Le cas du (...)
  • 1 2 Préface de Marcel Monmarché, Directeur des Guides Bleus, l'édition du Guide du Maroc de 1921 (Par (...)
  • 1 3 Titres symptomatiques d'ouvrages publiés en France entre les années 1920-1930 : P. Ricard, Les me (...)

13D’autre part, il serait utile d’inscrire ces références dans le contexte de ce qui a été considéré, notamment au Maghreb, comme le processus « paradoxal » de la « construction du fait patrimonial » dans le cadre du système colonial. Par l’hégémonie culturelle de l’Occident, on a assisté à l’instauration d’un phénomène apparemment contradictoire : celui de « la prise en charge de la mémoire de l’autre »11. Exemplaire est dans ce sens, le rôle de la France qui s’engageait au Maroc, par la transposition de savoirs (une certaine idée nomméeaujourd’hui patrimoine) ainsi que par l’expérimentation de dispositifs juridiques et techniques, dans la préservation et la mise en valeur d’un héritage et d’une mémoire locale, appartenant à un territoire autre. « Avec le souci de laisser intactes les traditions antiques et séculaires, en considérant comme intangibles tous les legs du passé »12, ces territoires devenaient de la sorte « les merveilles de l’autre France » ou, encore, « le visage français du Maroc »13 !

14Ces dynamiques s’articulent pourtant avec d’autres facteurs, intervenant directement dans la représentation, la mise en représentation de la ville et dans l’action urbanistique sur celle-ci, tandis que le « paradoxe » ci-dessus se cristallise de nos jours, par exemple, dans lopération complexe de l’intégration du dit « patrimoine colonial » au sein du « patrimoine national ».

  • 1 4 À la liste ont été inscrites, d'après les définitions officielles de l'Unesco, les médinas de Fès (...)
  • 1 5 Sur ce thème voir les travaux de Mohammed Naciri, notamment : « Regards sur la citadinité au Maro (...)

15Dans cette perspective, la confrontation d’une ville telle que Casablanca avec la dimension patrimoniale détenue par les cités impériales du Maroc : Fès, Marrakech, Meknès, ou encore d’autres villes comme Tétouan, Rabat et Salé, Essaouira, etc., où la présence de médinas et monuments historiques se laisse aujourd’hui saisir sur le mode d’une évidence patrimoniale, de teneur élevée est certesdifficile à soutenir. Par ailleurs, plusieurs d’entre elles peuvent se parer du label de l’Unesco, par leur inscription à l’inventaire des Villes Patrimoine de l’Humanité14. Cet héritage architectural et urbanistique de « valeur exceptionnelle », qui prend les formes du patrimoine, se confond là avec une tradition qui reconnaît ces agglomérations, soit comme cités hadariyya, pour avoir exprimé une culture urbaine et un modèle d’urbanité15, soit comme cités du pouvoir, pour avoir abrité les sièges itinérants du makhzen des siècles durant.

  • 1 6 A. Adam, Casablanca. Essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l’Occident(...)
  • 1 7 Cf. M. Dernouny,  G. Leonard, Casablanca. La parole & la trace, Casablanca, Afrique-Orient, 1987.
  • 1 8 A. Adam, op. cit.

16Par contre, Casablanca, qui est passée dans le bref courant de ce siècle de vingt-cinq mille à environ cinq millions d’habitants, a souvent été représentée comme une ville sans culture et « sans citadin »16 ; une ville sans âme, une ville d’émeutes à l’occasion, qui s’est faite par l’argent et les métiers de l’industrie, sans toutefois oublier le poids croissant des nouvelles pauvretés urbaines qu’elle a accueillies. C’est la capitale économique, où tout se passe en vitesse et laisse peu de traces. Témoin d’un présent rude et instable, cette cité, après avoir constitué sous le nom d’Anfa la capitale du royaume « hérétique » et « rebelle » des berbères Berghwata au Moyen Âge17, a été détruite maintes fois, par les Portugais au xve siècle, ébranlée plus tard, comme le veut la tradition, par un tremblement de terre…, et reconstruite par le sultan alawite Si Mohammed Ben Abdallah vers 1780. Elle renaît « pour la troisième fois »18, selon les mots d’André Adam, au début du vingtième siècle, ouvrant les portes du Maroc à l’emprise coloniale.

  • 1 9 Cf. S. Ossman, Picturing Casablanca, Portraits of Power in a Modern City, Berkeley, University of (...)
  • 2 0 Sur ce thème : J.-C. Depaule, C. Topalov, « La ville à travers ses mots », Enquête, n°4, 1996, pp (...)
  • 2 1 D. Chraïbi, Le passé simple, Paris, Ed. Denoël, 1954.
  • 2 2C'est le propos qui anime l'ouvrage Casablanca. Fragments d’imaginaire. Textes et photographies, C (...)

17La citadinité casablancaise ne puiserait donc pas son modèle, si modèle existe, dans une sédimentation de culture urbaine révélée par l’authenticité d’une architecture qui matérialise la « cité musulmane ». Dans cette vision, elle n’aurait donc pas de citadinité. Étonnante contradiction, vu que cette nouvelle métropole représente de nos jours l’essence urbaine du Maroc et qu’elle exprimerait de la sorte les paradigmes des citadinités contemporaines du pays19. Tandis que dans ses périphéries apparaissent les premiers "bidonvilles" de l’histoire (ce nom est né à Casablanca), ses architectures deviennent de plus en plus vertigineuses, lui prêtant ainsi une allure "américaine" ; ce qui inaugure, encore, et instaure dans les deux cas - tant par l’aventure du toponyme "bidonville" qui se généralise20, que par les exemples d’avant-garde de son architecture - le paradigme d’une tradition de modernité, qui devient la façon d’être de Casablanca. Souffrant d’un manque de racines et de légitimation historique, cette ville qui se lit dans les potentialités que le futur lui offrirait, a besoin, alors, de se refabriquer un profil au passé. Et on connaît bien le drame et les lacérations que comporte le regard existentiel tourné vers le passé, ne serait-ce qu’un « passé simple », selon la formule tranchante que l’on emprunte à Driss Chraïbi21. Dépourvue de monuments et de vestiges, elle est une ville coloniale, une ville nouvelle du xxe siècle. Quelle part d’imaginaire cette ville nécessite-t-elle pour être dite, représentée et même vécue22

18C’est vers la fin des années 1970, qu’une attention commence à être portée au sort d’ensembles ou d’éléments urbains de Casablanca ; cette sollicitude s’est développée au courant de la décennie suivante dans une phase de reprise en main d’ordre sécuritaire, urbanistique et gestionnaire de la ville, suite aux émeutes urbaines de 1981. De manière plus pragmatique, au milieu des années 1990, s’est ensuite amorcé un processus de mise en valeur de parties de la ville, processus qui prend progressivement un caractère à teneur plus précisément patrimoniale, prenant de l’ampleur dans un contexte où plusieurs dynamiques ont convergé. Au premier degré, et indépendamment des aspects propres de l’action planifiée, nous pouvons considérer le rôle joué, comme ailleurs, par des pratiques liées au commerce, aux loisirs ou au tourisme. Mais, ici, les soucis de valorisation patrimoniale sont vraisemblablement liés aux valeurs affectives et historiales émanant de « lieux de mémoire » et trouvent, par ailleurs, des vecteurs privilégiés d’expression et de communication publique au sein de mouvances associatives, par des actions communautaires, par des supports de médiatisation de la presse ou, encore, grâce à la publication de quelques ouvragessur la ville.

  • 2 3Cf. à ce propos l'article d’A. Roussillon dans cet ouvrage.
  • 2 4 Par exemple l'ancien Hôtel Lincoln, situé au cœur de la ville sur le boulevard Mohammed V, ou la (...)
  • 2 5 La démolition de l'Hôtel d'Anfa, qui a accueilli la Conférence de Casablanca de 1942, celle du th (...)
  • 2 6 La reconstruction de la Tour de l'Horloge et d'un pan de remparts de l'Ancienne Médina, au début (...)

19À l’origine de ces dynamiques, entraînant à l’occasion des phénomènes de véritable effervescence patrimoniale23, il convient aussi de signaler : une condition assez manifeste de dégradation du bâti affectant l’ensemble du centre de Casablanca (médina comprise), et notamment les immeubles de valeur symbolique de la ville24 ; des actions publiques de "rénovation" urbaine sous la forme de réaménagement urbanistique ou de requalification architecturale (surtout privée) comportant de fait la démolition de plusieurs bâtiments ou de larges parties du tissu urbain25 ; enfin, des opérations municipales, émanant à l’occasion de la volonté royale, visant la reconstruction en l’état mais aussi la fabrication ex novo d’éléments ou de véritables monuments à vocation patrimoniale26.

  • 2 7 L'Association qui entretient des échanges avec l'ICOMOS, après avoir rencontré une période de dif (...)
  • 2 8 Cf. l'article de Rima Fadili dans l’ouvrage.
  • 2 9 Voir à ce propos P. Garret, « Façonner la ville de demain : entre modernité et authenticité, la m (...)

20Mais d’autres conjonctures externes ont eu de même un impact local important. Parmi celles-ci on rappellera l’affirmation déjà évoquée de l’Unesco au Maroc : c’est sur ce sillon que se place par exemple la naissance en 1995 de l’association Casa-Mémoire, vouée à la « sauvegarde du patrimoine architectural de Casablanca », dont quelques membres sont allés jusqu’à invoquer l’inscription de la ville (ou de son centre) dans la liste du patrimoine mondial, sur la base de la valeur exceptionnelle de son héritage bâti (i.e. « exemple unique de l’architecture du xxe siècle »)27. Il faudra, de même, citer la promulgation d’une loi concernant « la conservation des monuments historiques et des sites… »28, et surtout les discours tenus par l’ancien souverain Hassan II sur le thème de la ville, l’urbanisme et l’architecture : notamment son allocution du 14 janvier 1986 prononcée au palais royal de Marrakech devant le corps des architectes29.

21C’est au sein de ce processus de mise en perspective et de valorisation de l’héritage urbain que re-émerge également une dimension patrimoniale propre au champ urbanistique, en principe sur le mode de vagues incursions dans les terrains projectuels, normatifs et opérationnels. Sous-jacent aux logiques de l’aménagement de la ville contemporaine, dans la contrainte du rapport avec le bâti préexistant, le discours patrimonial arrive du coup à émerger en surface, mais trop souvent il reste emprisonné dans un remarquable exercice de style célébrant, dans les pages des documents d’urbanisme, les vertus de ce qu’on pourrait nommer l’aménagement du patrimoine, où sont inventoriés par un lexique ad hoc les mots séduisants de : sauvegarde, réhabilitation, restauration, héritage, authenticité… (du patrimoine).

  • 3 0 Cf. L. Mondada, Verbalisation de l’espace et fabrication du savoir. Approche linguistique de la c (...)
  • 3 1On se réfère en particulier au n°22 de Genèse, mars 1996, introduction de C. Topalov « La ville : (...)
  • 3 2Nous nous permettons de renvoyer à deux travaux dans lesquels nous avons essayé de baliser la ques (...)

22Le recours à quelques exemples pourra mieux expliciter cette disposition actuelle à la relativisation de la charge idéologique d’objets urbains susceptibles de devenir patrimoine. On considérera quelques textes extraits de trois corpus parallèles concernant des guides de voyage, des brochures de tourisme et des documents d’urbanisme par lesquels s’énonce et se postule l’apparition, la disparition (réelle ou virtuelle) ou parfois la résurrection de lieux urbains. Sur le mode de parcours suggérés, de lieux à visiter, de recommandations et directives destinées à aménager des quartiers urbains, ou d’épures de la ville « en projet », dans ces discours sont suggérés le sort, l’existence et, l’essence presque, de parties entières de la ville. Ces dispositifs de « verbalisation de l’espace », comme le démontre Lorenza Mondada, leur finalité intrinsèque mise à part - visant ici la description touristique ou le traitement urbanistique – peuvent être saisis en tant que modalités de « fabrication du savoir »30. Ces sources constituent des révélateurs emblématiques de visions et de savoirs sur la ville et de la ville. Devançant la présence matérielle, visuelle et effective des objets mêmes, l’analyse diachronique des descriptifs contenus dans ces sources permet de saisir une dynamique topologique de la représentation urbaine, qui interfère d’une manière ou d’une autre avec la transformation concrète des paysages urbains. Les récits, produit de « postures, regards et savoirs », comme le souligne Christian Topalov à propos notamment des descriptions savantes des villes, légitiment l’existence (i.e. : font exister) des objets, des lieux et des quartiers de celles-ci31. Ils permettent ainsi d’apprécier les procédés ambigus de leur valorisation, abandon ou fabrication, et de les mettre en rapport avec les figures génératrices de l’identité urbaine32.

« L’installation des objets »33 dans les itinéraires de la ville

  • 3 3Cette formulation s'inspire du titre de l'article de L. Mondada et O. Söderström, « Lorsque les ob (...)

23Analysons de prime abord un corpus constitué par une série d’éditions du « Guide Bleu » du Maroc (Paris, Hachette, de 1921 à 1996) : un exercice qui permet de suivre de manière synoptique la relative instabilité de quelques objets, sur une durée de presque un siècle.

  • 3 4 (G.B., 1921, p. 93), formulation qui continuera à être reprise en l’état dans les éditions suivan (...)

24Dans sa deuxième édition de 1921 le Guide Bleu (G.B.), rédigé par Prosper Ricard et présenté par une note autographe de Lyautey (se félicitant avec l’éditeur de « la chance inappréciable » de cette publication consacrée à « un pays destiné à un tel avenir touristique »), propose en six rubriques la visite de Casablanca. Parmi ces premières descriptions de la ville–1) Place de France ou Place de l’Horloge ; 2) La ville indigène ; 3) Le tour des remparts et du port ; 4) Le boulevard en front de mer. Les Roches noires ; 5) Le tour de la ville ; 6) Environs de Casablanca – figurent deux passages très instructifs. Le premier, à défaut de repères historiques et d’héritages manifestes de la ville atlantique, débute en exaltant les vertus de son climat : « Si elle n’a pas, comme les autres villes du Maroc, de monuments anciens, elle jouit d’un climat agréable »34. Le deuxième, par contre, s’attache plus particulièrement au statut esthétique de la « ville indigène » : « Les constructions de l’ancienne Casablanca ont peu de caractère. Quelques vieilles portes de maisons d’habitation, en pierre de taille et sculptées, ont cependant quelque attrait » (G.B., 1921, p. 96).

  • 3 5 « Le développement subit de Casablanca appela dans la ville, dès les débuts du protectorat, une i (...)

25On ne retrouve plus que quatre rubriques dans le Guide de 1930. La première (Place de France ou Place de l’Horloge) n’a pas varié, tandis que la seconde a subi une reformulation. Abrogée emblématiquement, la précédente désignation de « Ville indigène », est maintenant nommée « Ancienne médina ». Les autres rubriques, quant à elles, présentent 3) Le port et 4) La ville moderne. Cette dernière s’oppose, évidemment, sur un registre temporel à la différente spatialité de l’ancienne médina (moderne vs ancien), tandis que la ville « moderne » aurait, dans cette vision, enfanté d’emblée – à l’extérieur de son espace d’ailleurs – « une nouvelle ville indigène ». Localisée à quelques kilomètres du centre, à proximité du Palais du Sultan, cette autre ville en gestation, « indigène » encore quant à son contenu social, est idéologiquement dénommée nouvelle et non moderne comme la première35 : la modernité n’appartenant à l’époque, dans la posture idéologique du protectorat français, qu’aux paradigmes de l’Occident.

  • 3 6 G. Léonard, « Deux Places historiques. Casablanca capitale économique du Maroc », Peuples méditer (...)
  • 3 7 Assez efficacement la dénomination « nouvelle médina » constitue la seule variante d'un paragraph (...)
  • 3 8 « Principales curiosités - La ville européenne nouvelle a l'originalité d'une 'ville champignon'. (...)

26Passons ensuite à la huitième édition de 1954 qui, publiée en plein ferment nationaliste à la veille de l’Indépendance, se compose encore de quatre descriptifs. Seulement la dénomination de la première rubrique a quelque peu changé. Il s’agit maintenant de « La place de France », qui a donc entre temps perdu sa dénomination courante de « Place de l’Horloge », car la Tour qui lui donnait son nom, le symbole du « nouvel ordre du temps »36, bâtie en 1910 par les colons sur les remparts de la Médina a été en effet démolie. Histoire qui aura une suite. Dénommée encore « Ancienne médina », la deuxième rubrique continue de proposer les mêmes arguments quant à l’absence d’intérêt historique et artistique du noyau originel de la ville : « Les constructions (…) ont peu de caractère, mais le fourmillement de la population très mêlée est à certaines heures du plus haut pittoresque » (G.B., 1954, p. 101). C’est finalement le pittoresque du peuplement local qui aura ostensiblement pris le pas sur la matérialité des portes sculptées constituant le seul intérêt esthétique de cet espace dans les précédentes descriptions. Par contre, l’indigénité du quartier des Habous – déjà « nouvelle ville indigène » en 1930 – n’est qu’apparemment écartée à l’avantage d’une autre désignation qui s’affirmera depuis avec un remarquable succès : celle de « Nouvelle Médina »37. Mais il s’agit d’une réforme apparente, car dans les mêmes pages on retrouve encore, au demeurant, soit l’énoncé « ville indigène nouvelle »38, soit une autre désignation qui explicite efficacement le contenu social et ethnique de ses résidents : la « ville arabe nouvelle » (G.B. 1954, p. 96).

  • 3 9 Le seul passage qui pourrait s'y référer est le suivant : « L'ancienne médina et les autres quart (...)

27Mais une dizaine d’années après, dans la vision du Guide de 1966, comme si son essor s’était estompé juste après l’indépendance, Casablanca est présentée seulement en quelques pages : les éditeurs ont opté pour une réduction du sujet à traiter et, chemin faisant, perdu tout intérêt à un catalogage topologique de l’espace urbain par un ordonnancement en rubriques. Il ne reste qu’un passage introductif qui annonce une altération (physique ou sociale ? ) de quelques quartiers, en raison de l’appropriation du centre-ville par la population marocaine : « Depuis la proclamation de l’indépendance, en 1956, et en particulier depuis le départ de nombreux éléments de la population étrangère ou israélite, l’aspect de cette ville, qui tend à se ‘maroquiniser’, a été profondément altéré dans certains de ses quartiers, ceux qui précisément étaient surtout habités ou fréquentés par les ‘apatriés’ » (G.B., 1966 p. 216). Entre-temps la « Place de France » a été rebaptisée du nom de Mohammed V, le père de la Patrie indépendante. La visite de la ville se résume en ces quelques mots : « Outre une incursion dans l’ancienne médina, la seule promenade que l’on puisse recommander à Casablanca consiste à longer la belle corniche le long de la côte à l’Ouest du port » (G.B., 1966, p. 222). Si alors l’ancien noyau de l’agglomération se réduit à un succinct descriptif, cette édition du Guide décrète symboliquement la disparition intégrale du quartier des Habous39. Celui-ci ne réapparaîtra, sous le nom de « nouvelle médina », que 20 ans après, par quelques éphémères citations dans l’édition de 1987 : il semblerait que dans ce délai le « quartier musulman aux ruelles étroites (…) a pris (...) le visage d’une médina traditionnelle » (G.B. 1987, p. 173).

28C’est une toute autre démarche qu’offre la dernière édition de 1996. Casablanca est devenue maintenant « surtout remarquable pour son architecture coloniale et sa vie nocturne très occidentale. Mais il ne faudra pas manquer la visite de la toute récente et incroyable mosquée Hassan II » (G.B., 1996, p. 15). Sous le titre Découvrir Casablanca, le Guide Bleu de fin de siècle fait apparaître trois rubriques principales : 1) Le centre-ville ; 2) La corniche ; 3) Vers le quartier des Habous. Une grande attention est en effet attribuée à la Mosquée Hassan II, qui a droit à une entrée triomphale dans le Guide en tant que « chef-d’œuvre de l’art musulman ».

  • 4 0  Avec ses « rues et places que bordent et chevauchent des arcades de pierre, il a pris, avec ses (...)

29La Mosquée, « la plus imposante du monde arabe, après celle de La Mecque », avec son minaret qui dépasse les 200 mètres, constitue une visite « à ne pas manquer » (G.B., 1996, pp. 290), étant donné le fait, d’ailleurs, qu’elle est la seule ouverte aux non musulmans dans tout le Maroc. Avec celle-ci, l’élément de majeur intérêt est devenu le centre-ville, auquel est consacré un encadré sous le titre séduisant « les folles années de Casablanca ». Le centre surprend à l’heure actuelle par sa « remarquable unité architecturale (…). Pas vraiment d’immeubles qui se détachent du lot, mais une succession de bâtisses qui font de Casablanca l’un des ensembles Art déco les mieux conservés au Monde » (G.B., 1996, p. 286). Pour ce qui est de l’Ancienne médina, les voyageurs ne sont pas vraiment sollicités pour une visite approfondie, car « pour qui a déjà vu d’autres médinas, celle-ci n’est pas la plus intéressante (…) » (G.B., 1996, p. 287). Depuis 1996, donc, le dépaysement casablancais est offert au touriste par le « quartier des Habbous ». Porté disparu depuis les années 1960, il resurgit à présent en grande pompe, ayant – semblerait-il – acquis en définitive le statut d’une véritable médina : on avertit carrément le visiteur que cette « médina (…) passionnera les férus d’urbanisme » car « elle est beaucoup plus charmante que l’ancienne médina », en lui suggérant qu’à partir de 1923 « elle fut très vite occupée par les musulmans aisés qui la considérèrent comme une authentique médina »40.

30Cette dernière édition du Guide Bleu réunit finalement les quatre espaces de l’évidence patrimoniale d’aujourd’hui, hiérarchisés de la manière suivante par les critères d’intérêt de ses fameuses étoiles : Mosquée Hassan II***, Centre-ville**, « Casablanca Art déco »**, quartier des Habous* et Ancienne Médina (qui en est dépourvue). Dans cette visée, à défaut d’histoire et en vertu des critères esthético-touristiques exaltant les valeurs architecturales, à Casablanca est attribuée une seule étoile par rapport aux villes historiques comme Marrakech, Fès ou Rabat qui en comptent trois.

  • 4 1 « En face du port, un rempart qui atteste qu'ici, jadis, une place forte, les canons face à la me (...)

31On constate une évolution assez significative de cette hiérarchie se manifestant dans un genre de textes analogues à ceux que l’on vient de considérer ci-dessus : les brochures publiées par l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT). À la différence des guides de voyage, il s’agit d’une vision endogène de la ville, bien qu’adressée également à un public de l’ailleurs. Dans un dépliant publié au début des années 1980, seulement deux des quatre éléments urbains sont évoqués : le centre-ville et l’ancienne médina, avec ses quelques vestiges qui en assurent « l’authenticité »41, qui, de là, ont l’air de l’étendre à l’agglomération entière. En réalité cet aperçu, tout en n’étant pas en mesure de mentionner la Grande Mosquée dont les travaux seront lancés seulement quelques années après (1986), ignore littéralement le quartier des Habous, bien que celui-ci soit affiché dans le plan de la ville et apparaisse sans commentaire en photo, avec la Place de la mosquée Mohammédiyya.

  • 4 2 F. Choay considère que l'illumination artificielle des monuments est un « artifice dont le défaut (...)

32Quelques années plus tard, une publication de l’Office du Tourisme (s.d., 1990-1991 ?) va enfin permettre la résurrection des quatre objets. Bien que ce soit un simple récit exaltant les nombreuses opportunités de shopping du centre-ville et de la médina, ce texte exhume la nouvelle médina (ses mosquées et la Mahkama, le palais du tribunal musulman bâti sous le protectorat, où « sont concentrées les principales formes de l’expression artistique marocaine traditionnelle ») et il invite à la prochaine découverte de la Mosquée Hassan II. Un commentaire, accompagné d’une photographie, montre l’édifice presque achevé dans son gros œuvre et illuminé dans la nuit42 : il avertit que la Mosquée « parmi les plus belles du monde » sera inaugurée en 1992 (elle ne le sera effectivement qu’une année après).

  • 4 3 Commentaire du Ministre marocain du Commerce Extérieur et du Tourisme à Jeune Afrique, 22-28 avri (...)
  • 4 4 Office National Marocain du Tourisme, Casablanca, 1994, p. 2 (ONMT, 1994).

33De toute autre teneur est la maquette éditée par le même Office en 1994, lors de la campagne de publicité lancée pour le compte du Maroc par une des plus importantes agences françaises du secteur, afin de pallier au « déficit d’image » dont souffrait le pays43. Par la devise qui promet « l’éblouissement des sens » – ou « "l’infinito incanto » dans la version italienne – Casablanca est devenue entre-temps « la plus grande métropole du Maghreb [qui] surprend par sa beauté architecturale ». C’est pour cela qu’elle « a été choisie pour accueillir le monument de ce siècle, le rêve de toute une nation, la Mosquée Hassan II »44. Son identité et son « style » se résument dans sa capacité d’avoir « toujours été une ville d’avant-garde. Utiliser progrès, technologie, modernisme et les enrichir des trésors de la tradition marocaine pour créer son propre style, voilà la force de Casablanca » (ONMT, 1994, p. 4). Dans cette visée célébrant l’éclectisme post-moderniste, ce sont désormais ses atouts esthétisants, juxtaposés dans les exemples composites de ses architectures, qui fabriquent la représentation urbaine. D’un côté, à part la Grande Mosquée « où l’architecture traditionnelle marocaine, alliée à une technologie ultra-sophistiquée, y atteint son paroxysme » (sic) (ONMT, 1994, p. 5), c’est le « mariage admirable » entre « l’Art Déco et l’Art Néo-Mauresque » où « rivalisent coupoles, belvédères colonnes, balcons en bois de cèdre, lanternons » (ONMT, 1994, p. 4) qui semble s’affirmer comme la véritable donne patrimoniale ; de l’autre, délaissant presque l’ancienne médina, c’est encore la néo-médina des Habous qui jaillit, tel le modèle métahistorique de la cité antique : « Quelle réussite ! Construit au début du siècle, le quartier des Habous semble animé depuis l’éternité (…). En comparaison, l’ancienne médina apparaît comme un extravagant labyrinthe heureusement contenu dans ses remparts. » (ONMT, 1994, pp. 6-7).

34Tout en soulignant la métaphore du labyrinthe protégé par la fausse muraille de la Médina (que l’on retrouvera en chemin), cette nouvelle perspective de mise en valeur d’un héritage architectural attribue, à partir de la fin des années 1980, une place éminente à la richesse et à l’originalité des architectures des années 1930 (comme on peut aussi l’apprécier dans l’édition du Guide Gallimard de 1993), et marque un tournant important dans l’évolution de la mise en représentation d’une ville prétendant désormais à une évidence patrimoniale. Toutefois – et paradoxalement, encore une fois - dans l’économie de l’ensemble de ces textes, il nous faut remarquer l’absence éloquente d’un mot, et pas n’importe lequel : le mot « patrimoine »…

Les mots de l’aménagement patrimonial

  • 4 5 M. Lussault, « Un monde parfait : des dimensions utopiques du projet urbanistique contemporain », (...)

35Le mot « patrimoine » apparaîtra dans un autre contexte de fabrication de l’image de la ville, lui aussi privilégié : celui des documents d’urbanisme, au sein desquels se révèlent, comme on le disait en amont, les « ingrédients » qui mettent en jeu une confrontation entre la ville du futur (à fabriquer) et la ville du passé. A l’instar des récits contenus dans les guides de voyage, dont il est possible de développer l’analyse sur plusieurs autres plans, dans le traitement de cet autre corpus, nous nous limiterons à aborder quelques aspects concernant le rapport entre le projet urbain et ce qui est susceptible de devenir patrimoine. L’analyse de la manière dont ce rapport a été pensé, travaillé, façonné dans les passages entre savoirs, compétences et actions (techniques, gestionnaires, politiques) sur la ville, mériterait une étude en soi. Ce que l’on essaye d’explorer ici c’est la déconstruction d’un processus de patrimonialisation, où l’apparente évidence d’une légitimité patrimoniale de certaines parties de la ville, d’une part, passe nécessairement par son traitement au sein du projet urbain et de l’action urbanistique, et se fabrique, d’autre part, dans les discontinuités de l’identité urbaine – elle-même « subsumée » et nourrie par l’utopie dont le projet urbanistique est porteur45. Et cela reconduirait le discours sur la gestion politique et les logiques de gouvernement (ou de gouvernance ?) de cette identité dans la durée, chose que nous évoquons seulement sur le fond des questionnements.

36L’analyse d’un vocabulaire et de son usage dans l’articulation entre le projet urbain et le patrimoine – à lire dans ses nombreuses acceptions : aménagement urbain et sauvegarde/restauration/ rénovation/valorisation… – devient ainsi un outil efficace pour en saisir l’évolution. Par ailleurs, dans le cas des documents d’urbanisme, à la différence de la description des parcours de la ville contenus dans les guides de voyage, il s’agit de saisir la description de l’action à mener sur la ville. C’est la spatialité effective des objets urbains qui est au cœur de l’aménagement, à travers le sens de la patrimonialité qui leur est attribué par le biais de catégories proprement spatiales : localisation, centralité, formes, géométries, volumes, mesures… Tout de même, là aussi, à l’égard des questions posées, les objets urbains peuvent apparaître et disparaître, bien au-delà de leur effective présence matérielle et de leur disposition sur le terrain et la scène urbaine. C’est encore la manière de les identifier, de les donner à voir et de les reconnaître qui en assure et en assume l’existence.

  • 4 6Sur ce point, voir les articles de H. Vacher et de A. Roussillon dans cet ouvrage ; cf. aussi : P. (...)
  • 4 7 H. Prost, « Le plan de Casablanca », France-Maroc, août 1917, pp. 7-12. « À Casablanca, la dispar (...)
  • 4 8 M. Ecochard, Casablanca. Le roman d’une ville, Paris, Éditions de Paris, s.d. (1955), p. 16
  • 4 9 M. Courtois, « Casablanca », L’Architecture d’Aujourd’hui, n°3, 1945, p. 65.

37Suivons brièvement en ce sens les grands moments de l’urbanisme casablancais pour en illustrer quelques exemples. Aussi bien Henri Prost que Michel Ecochard (les urbanistes qui à deux époques différentes ont joué un rôle remarquable au Maroc), chacun avec son approche et ses propres motivations, avaient retenu le site d’origine de Casablanca, l’ancienne médina, comme une sorte d’obstacle à l’expansion de la ville moderne. H. Prost, dès la deuxième décennie de ce siècle, presque à contre-courant par rapport au traitement destiné aux médinas historiques mis en œuvre par les politiques culturalistes, conservatrices et séparatrices de Lyautey46, la condamnait à la disparition, justifiant son propos par la logique de « l’extension » de la « ville nouvelle »47. M. Ecochard, quant à lui, dans sa visée moderniste d’après-guerre, issue directement des principesglorieux de la Charte d’Athènes, ne fait que constater les démolitions successives des remparts de cette « petite agglomération sans caractère particulier, sans histoire, donc sans monuments », auxquelles s’ajoutera, comme il l’imagine, la disparition du mellah (le quartier juif) « sans qu’on puisse le regretter »48. L’urbaniste M. Courtois, quelques années seulement auparavant, avait été d’un tout autre avis sur la question. Dans son « Nouveau plan d’aménagement et extension de Casablanca », qui ne restera qu’à l’état d’étude et de dessin sur papier, il proposait en 1944 un « aménagement » de l’ancienne médina afin de « conserver dans des promenades ou des ensembles architecturaux (…) [ses] quelques rares vestiges », qu’il serait « dommage de voir disparaître »49. Très actuelle par nombre d’aspects, sa démarche suggérait une « médina rénovée », « transformée, curetée », avec de grands souks, des musées, des écoles artisanales et « des habitations de notables » : une véritable gentrification avant l’heure !

  • 5 0 M. Ecochard, op. cit., p. 18.
  • 5 1 Ibidem, p. 61.
  • 5 2 La construction du quartier sera accompagnée par l'aménagement de ce fameux quartier réservé (auj (...)
  • 5 3 M. Ecochard, op. cit., pp. 52-54.
  • 5 4 Ibidem p. 31, le titre du Chap. III. Les remèdes d’Ecochard, s'opposant à la précédente approche (...)
  • 5 5 A propos des conflits sur la sauvegarde entre Ecochard et H. Terrasse (directeur de l'inspection (...)

38Mais revenons à Ecochard. L’urbaniste ne ménage pas son opinion sur la place administrative de l’actuel centre-ville, créé par les architectes qui ont travaillé pour Lyautey et Prost, où sont encore localisés les grands bâtiments publics et administratifs (la poste, le tribunal, la banque du Maroc, le théâtre, l’hôtel de ville, la préfecture…). Il affirme sans ambages que ces « monuments [sont] peut-être à mon goût trop inspirés d’architecture locale », même s’il ajoute « mais non dépourvus de noblesse... »50. Sa vision de l’urbanisme, une « géographie volontaire »51 qui permet un aménagement rationnel, fonctionnel et démocratique de la ville, un urbanisme qui se doit de lutter ici contre la spéculation et le fléau des bidonvilles, le porte aussi à prononcer un jugement tranchant et critique sur l’expérience des Habous. Celle-ci est stigmatisée en deux mots comme une « opération désastreuse ». Le quartier des architectes Laprade, Cadet et Brion, qui prétendaient matérialiser, au-delà de l’impact visuel local, un modèle d’urbanité musulmane, une référence presque unique en son genre, se déclinant par des effets d’images, d’ambiances et une pratique touristique consciente et volontariste du protectorat52, est devenu à l’époque d’Ecochard le cœur d’une expansion immense et incontrôlée, « où les gens vivent dans les conditions les plus favorables à la prolifération de la tuberculose », et où le problème serait « peut-être plus grave encore que celui des bidonvilles »53. Face à la vision d’« une ville champignon sans urbanisme »54, le patrimoine est donc bien loin des préoccupations modernistes d’un Ecochard55.

  • 5 6 Royaume du Maroc, Ministère de l'Intérieur, M. Pinseau urbaniste, SDAU, 1984, § 41.2.1 et 41.4.1.
  • 5 7 Il s'agit d'entreprendre une opération « délicate » de « dédensification », comportant à la fois (...)
  • 5 8 On emprunte l’expression à M. Lussault, « Un monde parfait », art. cit., p. 158.
  • 5 9 SDAU, 1984, op. cit., § 44.5 :« Il s'agira pour certains cas du maintenir en l'état, de transform (...)

39Le mot patrimoine, finalement, apparaîtra dans le Schéma Directeur d’Aménagement Urbain (SDAU) du Grand Casablanca, élaboré par l’équipe de Michel Pinseau et ratifié en 1984. Ici la dimension patrimoniale émerge de manière relativement explicite par les attentions portées à deux espaces : l’ancienne médina et le centre-ville. Si à ce moment la Grande Mosquée n’existe pas, et même pas au niveau de projet – et c’est bien le mot « mosquée » tout court qui n’apparaît dans aucune page du document –, la nouvelle médina, quant à elle, est mentionnée seulement pour sa « vocation commerciale » et pour son rôle fonctionnel de « centre secondaire »56. Sur les douze actions à entreprendre dans la ville, la deuxième postule comme impérative la « conservation » de l’Ancienne Médina « témoin de l’architecture traditionnelle marocaine à Casablanca », et en recommande une « réhabilitation progressive »57. Mais dans ce contexte façonné par un urbanisme guérisseur58 qui s’attache à reconnaître les symptômes d’une agglomération malade, aux plaies ouvertes et dangereusement contagieuses, et à lui imposer drastiquement des remèdes, ce n’est que le secteur central de la ville qui a droit à l’étiquette « patrimoine ». D’après ce texte, celui-ci est retenu pour « son architecture (…) d’une qualité et d’une homogénéité exceptionnelles. C’est avec Rabat un des meilleurs exemples d’[une] architecture (...) alliant ce qu’avait de plus vivant le mouvement moderne à une vision spécifiquement marocaine des formes, des matériaux, de la lumière... », et que« ce patrimoine, comme son histoire, appartient au Maroc, et il se doit d’enconserver l’intégrité »59. C’est alors l’ordre prétendu équitable et universel de l’esthétique qui neutralise la charge idéologique de l’histoire et qui permet de faire le deuil du qualificatif « colonial », sous-jacent à la connotation stigmatisée de cet héritage bâti produit sous le protectorat français.

40Mais quelques années après, oubliant presque les immeubles arts déco marqués du sceau de « ce patrimoine… qui appartient au Maroc », d’autres récits d’urbanisme vont s’attacher à décrire les directives d’aménagement pour d’autres parties de la ville, et, bien que dans une démarche vouée à leur attribuer – selon les contextes particuliers – une dimension patrimoniale, ils en confirment néanmoins une instabilité latente. L’ambiguïté réside dans le mode de catégorisation du dispositif patrimonial, qui reste pris au piège de ses propres performances, dévoyé entre la valeur à assigner à l’ensemble du tissu urbain et celle à attribuer à ses éléments les plus significatifs, impliquant, en conséquence, et dans les deux cas de figure, le recours à tout un inventaire d’actions et de dispositifs (techniques et juridiques) à mettre en place.

  • 6 0 Agence Urbaine de Casablanca, Casablanca à l’horizon 2000, juillet 1989 (Casa 2000), p. 23.
  • 6 1 « La sauvegarde des monuments historiques et des bâtiments ayant une valeur esthétique affirmée. (...)
  • 6 2 Casa, 2000, p. 23.

41Concernant par exemple la « Réhabilitation de l’Ancienne Médina » annoncée en 1989 comme une opération d’envergure, bien que, d’une part, il soit affirmé qu’elle « fera l’objet d’une vaste intervention de restauration visant à améliorer la qualité des constructions, à sauvegarder les bâtiments et les éléments d’architecture du Patrimoine National… »60, de l’autre, il apparaît que dans cette nouvelle récurrence du mot patrimoine (qui prend de surcroît une majuscule et auquel on ajoute le qualificatif catégoriel de « National »)ce sont bien les éléments particuliers, décomposés et isolés, qui constituent les véritables objets de la « sauvegarde »61. Dans cette idée, la même brochure produite par l’Agence Urbaine en 1989, annonce que « la muraille de l’ancienne Médina sera restaurée avec une légère modification du tracé… », prévoyant de la sorte « l’aménagement » de la Grande Porte (Bâb el K’bir) et d’une tour d’angle, pour laquelle « il est suggéré… que l’architecture de cette tour soit conçue dans l’objectif de restituer l’ancienne horloge de la Place des Nations Unies »62.

  • 6 3L. Mondada, op. cit., p. 501 et 474.

42Les textes que l’on vient de considérer permettent d’apprécier, face à un héritage ancien, les déclinaisons du vocabulaire de l’aménagement patrimonial. En les saisissant comme une espèce de catalogue, et empruntant les formulations de Lorenza Mondada à propos des principes qui ordonnent les objets de discours, on peut considérer que « chaque dispositif déploie (…) un principe d’intelligibilité qui lui est propre » et qui assume une signification et donc une efficacité par sa capacité à « s’ajuster plastiquement aux contraintes spécifiques de la construction des objets plutôt que sur [sa] propriété générale »63. Ainsi, au sein des marqueurs patrimoniaux de ce catalogue, nous pouvons suivre une véritable évolution en trois phases : on passe d’une prétendue conservation et réhabilitation progressive de l’ensemble, établies par le texte qui fait référence (le SDAU de 1984), à une première filiation patrimoniale sous forme de restauration et de sauvegarde concernant des éléments identifiés par leur valeur esthétique, pour terminer, enfin, avec une restauration des remparts (les limites légitimes de la ville ancienne) et la restitution d’un élément symbolique qui avait disparu (la Tour de l’Horloge).

  • 6 4 Les études, qui ont produit entre autres trois volumes de photos, n'ont mené ni à l'inscription n (...)
  • 6 5 Le passage d'une disposition visant l'ensemble de la Médina (comme prévu par le SDAU) vers un tra (...)

43Parmi les actions énoncées, certaines seront mises en œuvre et interviendront effectivement dans la transformation du paysage : tandis que la sauvegarde restera à l’état d’inventaire64, ce sont les interventions ayant une nature d’efficacité symbolique qui seront réalisées. Une partie des remparts sera effectivement démolie et reconstruite (ce qui, dans le langage officiel de l’aménagement patrimonial, était appelée restauration !) ; et, dans cette même visée, on assistera à la refabrication de la Tour de l’Horloge (dont il était prévu une restitution). Les apories que l’on constate dans l’idiome adopté dans les récits des aménageurs, outre qu’ils illustrent les contradictions flagrantes d’une certaine praxis de l’action patrimoniale, nous montrent que dans les ajustements plastiques de cette même praxis politique face au patrimoine, ce qui constitue le véritable objet de l’aménagement ce sont les parties du tissu ancien qui se trouvent en contiguïté avec la ville moderne65.

  • 6 6 Agence Urbaine de Casablanca, Grand Casablanca. Actions majeures, op. cit., p. 15.
  • 6 7 Dans le Justificatif du Plan d'Aménagement de la Commune d'Al-Fida (où se trouve le Palais royal) (...)

44Les logiques des dispositifs de traitement des Habous sont pour certains aspects analogues. Le quartier, négligé par le SDAU en 1984, et absent de l’agenda de « Casablanca à l’horizon 2000 », réapparaît dans le document concernant « Les actions majeures d’aménagement urbain »66, au sein d’une opération dénommée « Aménagement des abords du Palais Royal ». Les mesures sécuritaires et de mise en image du Palais qui mènent à l’élargissement de son esplanade et à la « restructuration » (il s’agit bel et bien d’une démolition) du quartier environnant, supposent que les Habous soient « l’objet d’un plan de sauvegarde et de mise en valeur »67. Cette option sera reprise encore par d’autres documents où, une fois encore, les marqueurs patrimoniaux se présentent sur un registre de translation. Il s’agit d’un glissement qui s’opère en fonction d’une « extension du méchouar » (le quartier royal), opération à forte teneur symbolique, externe au tissu néo-colonial, pour laquelle il est proposé une procédure de prise en charge et de valorisation, par la sauvegarde du quartier.

  • 6 8 A.U.C., Grand Casablanca, Actions majeures, op. cit., p. 6.

45Et c’est dans cet environnement d’exaltation thaumaturgique de l’aménagement, plaçant la ville, selon les mots des responsables de l’Agence Urbaine, « aujourd’hui sous le signe de la Maîtrise de l’urbanisme, de la réhabilitation et de la restructuration d’un tissu urbain demeuré longtemps mal agencé et inachevé », et qui « grâce à une planification urbaine (…) permet d’envisager l’avenir avec plus de sérénité et de confiance »68, que s’inscrit l’opération clé de l’aménagement patrimonial. Une opération démiurgique qui nous interpelle surtout parce qu’elle permet de saisir une dimension essentielle et courante – bien qu’absorbée ici dans le registre de l’exceptionnel – de la tension qui s’instaure entre l’aménagement et le patrimoine. Il s’agit de la fabrication d’un élément architectural connoté par des qualités monumentales fonctionnelles, mais aussi esthétiques et symboliques, à partir duquel se développent des opérations urbanistiques complexes et volontaristes de rénovation du tissu urbain. Et, dans une dynamique de reconfiguration de l’identité urbaine, c’est la jonction entre les dimensions architecturale et urbanistique qui en constitue un enjeu majeur.

  • 6 9 Casa 2000, op. cit., p. 29.
  • 7 0 Par référence à l'architecture d'époque almohade et, en particulier, aux grands minarets tels ceu (...)
  • 7 1 L'usage du béton armé, le toit ouvrable, un rayon laser orienté vers La Mecque…
  • 7 2 Royaume du Maroc, Ministère de la Communication, Mosquée Hassan II, Casablanca, Données socio-éco (...)

46Définie en principe en tant que « monument unique dans son genre »69, la Grande Mosquée Hassan II est voulue comme expression de l’art et de la tradition architecturale du Maroc70, tout en constituant un lieu qui condense et conserve, presque comme un musée, l’art et les savoir-faire « ancestraux » des corps de métiers du pays (plusieurs milliers d’artisansont travaillé à son décor). L’option patrimoniale est illustrée par plusieurs textes d’origine institutionnelle, et nous instruit sur le fait que cette production monumentale est soumise à une nécessité d’ordre technique : cette œuvre d’art est légitimée par la somme des valeurs patrimoniales qu’elle condense au sens large (valeurs dynastiques, religieuses, artistiques, historiques, idéologiques...), ainsi que par le fait qu’elle est le produit de technologies et d’outils fonctionnalistes performants, propres à la modernité. De cette manière, la Mosquée bâtie sur la mer mettrait en dialectique valeurs héritées et « expérimentations » de valeurs et de techniques sophistiquées71, susceptibles de représenter la synthèse de « l’identité culturelle marocaine ». Une fois acquise la dimension monumentale (que l’on a pu également apprécier dans les topos des guides de voyage et des plaquettes de tourisme), la Mosquée « permet à cet effet de déclencher un processus de rénovation du tissu urbain environnant (…), dont les retombées vont jaillir sur toute l’activité et l’Esthétique de (la) métropole… »72.

  • 7 3 L'Avenue Royale, le réaménagement de la Corniche et de la Cité Nassim, ville nouvelle en périphér (...)
  • 7 4 Cf. A.-B. Kadiri, « La Mosquée Hassan II : consolidation de la dimension religieuse et culturelle (...)

47De fait, une vaste opération concernant l’ouverture d’une voie royale d’accès à la Mosquée a été entamée, comportant le réaménagement du quartier environnant et la démolition d’un secteur de 50 hectares, considéré comme vétuste, insalubre et surdensifié, où résident plus de 100 000 habitants.Le glissement de l’ordre monumental et architectural (du nouveau symbole patrimonial) à un ordre urbanistique (sous la forme de trois nouveaux projets73) interagit directement avec l’héritage bâti ancien (correspondant en partie aux faubourgs de la médina extra-muros) ; d’autre part, il intervient explicitement dans la reconfiguration de la centralité et de l’image de la ville. Mais de quelle centralité s’agit-il ? D’une centralité topologique et géographique excentrée par la localisation du nouveau pôle d’attraction sur la mer ?D’une centralité symbolique, religieuse, dynastique condensée par les valeurs patrimoniales du monument ? Il y aurait là matière à une analyse intéressante sur le rapport entre le Monument sacré, le projet urbanistique et le traitement de la place centrale de Casablanca. Pour le moment, il nous semble que la centralité patrimoniale en gestation de la Grande Mosquée agirait dans le sens d’une repolarisation de la ville, tant au niveau symbolique qu’au niveau urbanistique. C’est encore une fois l’ordre de la réhabilitation esthétique (de l’agglomération), contenu comme on l’a vu dans le vocabulaire de l’aménagement, et dans les discours qui mettent en dialectique « authenticité et modernité »74, qui en assurerait, en surface, la légitimité patrimoniale. Une légitimité qui renvoie contradictoirement aux options du SDAU, d’où la Mosquée était absolument absente.

L’alibi moderne de l’authenticité, ou le hasard du classement

  • 7 5 A. Bourdin, « Sur quoi fonder les politiques du patrimoine urbain ? », op. cit., p. 10.

48C’est ainsi que, tout en étant focalisée sur des intérêts et des finalités confluant généralement sur des objets urbains séparés (l’Ancienne médina, le centre-ville, le quartier des Habous, la Grande Mosquée), la combinaison d’intervenants, de discours et d’actions en convergeant sur la scène locale produit un phénomène qui donne à voir aujourd’hui, par juxtaposition et emphase, une évidence patrimoniale concernant l’ensemble de la cité. Il s’agit d’un processus qui aurait tendance à dépasser le cadre contextuel des parties urbaines ou des quelques monuments concernés, pour investir de la sorte et requalifier symboliquement l’image de la ville, et de là, celle de la Nation. Mise à part la valeur esthétique attribuée à chaque élément singulier, l’énonciation d’une étiquette patrimoniale se voudrait en apparence déchargée de connotations idéologiques, sur le mode d’une « sensibilité présente au patrimoine qui permet d’associer facilement certaines classes d’objets à certaines classes de signification », comme le suggère A. Bourdin75.

49Et cette sensibilité (ancienne ou plus récente) interfère avec l’identité urbaine, la supportant malgré elle, ou à l’inverse, visant explicitement sa réformulation. Dans le dernier cas de figure, le processus peut s’acheminer jusqu’à la manipulation volontaire des objets, en les instruisant, par le biais de procédures de mise en image de la ville, qui puisent ressources, références et imaginaires, à la fois dans le projet urbain et dans les décompositions spatio-temporelles du patrimoine.Cette configuration donnerait schématiquement lieu aux correspondances élémentaires suivantes :Ancienne Médina = Ville ancienne ; Centre-ville colonial = Modernité urbaine et Architectures art déco ; Quartier Habous / Nouvelle Médina = Idéal-type d’habitat communautaire ; Grande Mosquée = Monument sacré contemporain. La somme de ces correspondances (Ville ancienne + Idéal type d’habitat communautaire + Modernité urbaine + Monument) donnerait finalement comme résultat : Casablanca = Ville patrimoniale.

50Mais cette évidence contemporaine, fruit manifeste d’une sensibilité patrimoniale du présent, comme on l’a vu, n’est que le produit d’une instabilité latente. Si la médina, le lieu de fondation et d’origine de la cité, a dû attendre presque cent ans pour être reconnue objet d’attention patrimoniale en surmontant, avec un apparent succès, une stigmatisation qui la vouait à la destruction au courant de ce siècle, à l’inverse, la Grande Mosquée, avant même son inauguration, a été investie du sceau monumental du patrimoine. Dans cette visée d’instabilité des processus de valorisation, la patrimonialité intentionnelle et constitutive des Habous, le nouveau « quartier indigène », bâti en contemporanéité avec les quartiers modernes de l’ancienne ville-neuve, s’apparente plutôt à l’esprit monumental et à la charge symbolique de la Grande Mosquée (avec toute la portée du ressort touristique induit), qu’aux conceptions (pourtant proches pour nombre d’aspects) propres à l’ex-ville-neuve, l’actuel centre-ville, qui ne reçoit une considération patrimoniale que depuis quelques années.

  • 7 6On emprunte les deux formules en italique àF. Béguin, Arabisances, Paris, Dunod, 1983.
  • 7 7 Bien que le SDAU de 1994 (op. cit., § 41.2.1.), avec tous les ressorts que cela assume dans la lo (...)

51Hormis la valeur esthétique plus ou moins manifeste et accréditée, c’est le projet social et normatif présidant à la construction des deux derniers espaces en question qui nous semble constituer (encore) le hiatus et le différentiel entre les deux expériences. L’une se veut d’avant-garde, traduite par un paradigme d’ordre urbanistique et fonctionnel (la ville pour les Européens), l’autre est vouée à réinterpréter la tradition, formalisée par un ordre architectural et symbolique (la cité pour les musulmans)76. Les deux, à leur manière, sont expérimentales. Si, aujourd’hui, il est sans doute plus commode et convenable de reconnaître comme turâth le quartier des Habous qui représente malgré tout un idéal-type d’habitat communautaire musulman, il est certes plus laborieux de reconnaître et d’attribuer la notion de « tradition-patrimoine » à un espace ayant acquis pour la société marocaine une marque idéologique "coloniale". Ce qui n’exclut pas, par ailleurs, que ces lieux de la centralité urbaine puissent être appréciés quant à l’originalité des architectures, ou s’attester/ être attesté(s) comme lieux privilégiés de pratiques et de fréquentation du quotidien77.

  • 7 8 Comme le rappelle L. Sfèz dans le passage en exergue de notre propos.

52Si l’on considère de ce point de vue l’ancienne et la nouvelle médina, il apparaît que le dénominateur commun n’est certes pas le vecteur historique ou celui de l’authenticité (de leurs pierres) : il serait plutôt le fait que les deux entités urbaines ne constituent que des pseudo-médinas. Car ce qui a matériellement résisté au passé lointain de l’ancienne médina sont les quelques rares vestiges que l’on a rappelés ; et le quartier des Habous, quant à lui, en tant que néo-médina, ne constitue pas vraisemblablement un exemple manifeste d’authenticité, sinon à vouloir le reconnaître, apparemment par un exercice assez complexe, comme la reproduction ou la réactivation moderniste (savante, fonctionnelle et hygiéniste) d’un modèle prétendu authentique. Néanmoins les choses peuvent être plus simples : le derb Habous a été encore récemment connoté par une lecture traditionaliste, qui continue de le proposer, tout de même comme quartier modèle (et pas seulement à l’échelle de la ville). En voici deux exemples. Quand, en 1997, les marques les plus renommées de lessive au Maroc, Tide et Omo, se sont livré bataille par le biais de spots télévisés (en langue marocaine) pour apprivoiser leurs clients, l’une après l’autre ont eu recours au derb Habous pour tourner en concurrence leurs images de publicité – d’ailleurs assez appréciées par le public. Devenant de la sorte un véritable set de production d’images exposant le bien-être et la joie de vivre au quotidien de la famille marocaine typique et traditionnelle, ce quartier représente donc dans l’imaginaire collectif – bien que soumis à la manipulation médiatique78 – une sorte d’archétype de la cité idéelle.

  • 7 9 N. Berrada, « Lecture d'un patrimoine. Quartier des Habous à Casablanca », La Gazette de l’urbani (...)

53Pareillement, bien que sur un plan plus proche d’un savoir « scientifique » et opérationnel, le quartier des Habous représente, comme l’a écrit, il y a quelque temps, un architecte dans un hebdomadaire de référence, La Gazette de l’urbanisme et de l’immobilier79, un « des points de référence incontournables » pour le débat sur l’habitat social et le « programme des 200 000 logements » (vaste opération lancée au Maroc par l’ancien souverain Hassan II au début des années 1990). Emblématiquement, et ménagé par les apories de son authenticité, le sens patrimonial subsumé et reproduit par les espaces du quartier des Habous renvoie à un modèle d’urbanité. Il traduit sur le fond l’essence d’un mode de vie, d’un mode d’habiter, dont les invariants restent façonnés à l’échelle de la dimension communautaire, transposés par les agencements des espaces vécus et les géométries variables des espaces publics et privés, devenant à cet égard un référent éminent d’une représentation sociale et ordinaire du patrimoine. Ce même référent pourrait fonctionner de la sorte pour l’Ancienne Médina, sauf que celle-ci reste chargée d’une historicité qui ne laisse finalement survivre que des traces d’une urbanité locale, encombrée comme elle est par le poids de la densification et de la dégradation écologique de son tissu.

  • 8 0 Et à regarder plus en profondeur dans les origines d'un processus virtuel de patrimonialisation d (...)
  • 8 1 L. Sfèz, op. cit., p. 432.

54Par contre, en dépit de leur caractère et de leur valeur intrinsèque d’hétérogénéité, les objets que l’on peut retrouver aujourd’hui étalés et homologués dans la vitrine patrimoniale de la ville n’attestent ni de la même origine ni du même sens : bien distincts du point de vue des temporalités évolutives de leur propre processus de mise en valeur, ils s’opposent derrière l’apparente neutralité idéologique et politique qui permet de les rassembler, l’un avec l’autre, dans les enjeux d’une réconciliation patrimoniale80. Comme l’affirme Lucien Sfèz, « la politique symbolique échange donc la mémoire mythologique contre des images diffusables. Ceci n’est possible que si un travail commun a fait coïncider les deux »81. S’agirait-il d’une espèce de consensus très en vogue en ce moment qui supporte une vision de la ville, une identité urbaine apte à stabiliser, à réconcilier l’histoire, les valeurs, les traditions, la modernité, l’Islam, l’Occident, la Dynastie… dans le pastiche incantatoire d’une vague triomphante de la post-modernité ?

  • 8 2 F. Choay, op. cit., p. 153.
  • 8 3 Entre guillemets respectivement les définitions du Robert des mots sauvegarde, réhabilitation,  f (...)
  • 8 4 F. Choay, op. cit., p. 181.

55Le discours qui assoit ce consensus semblerait vouloir dissimuler - à forcer le trait - la confrontation pourtant manifeste entre, d’une part, un registre qui se réfère à un ordre fondé sur la cité antique (le modèle idéel et cureté de ville arabo-musulmane) et, de l’autre, l’utopie fonctionnelle de la ville du futur, transposée – au présent – dans l’épure du projet, donnant à voir la ville de demain. Ainsi, par le biais de la sauvegarde (qui ne correspond d’ailleurs qu’à la mise « sous tutelle » de l’existant et, donc, d’une valeur esthétique sous couvert de sens mémorial et muséal), au travers de la réhabilitation (à la lettre « rendre ses droits et l’estime publique » à un héritage du passé qu’il avait entre-temps perdu), et en passant par la création de nouveaux monuments (qui transposent « le culte en industrie »82), la fabrication du patrimoine ne produit finalement qu’un exercice de teneur alchimique : elle ne fait que « transformer des matières en objets »83. Ayant dérogé à sa dimension dynamique, « au profit d’une fonction défensive (…) – le patrimoine, selon les mots de Françoise Choay – ne sert plus qu’à conserver l’image statique d’une identité »84.

  • 8 5 J. Baudrillard, Le système des objets, Gallimard, 1968, pp. 108-109.
  • 8 6 Clôture, asymétrie, différenciation, articulation des échelles…Cf. F. Choay, op. cit. , p. 138.

56C’est pourquoi, par la recherche de signes du passé, les anachronismes d’une surmythologisation surviennent dans l’ordre éminemment symbolique de la référence patrimoniale. Alors, par la réactivation ou la pure fabrication contemporaine de symboles placés sur un profil identitaire, « la recherche de l’authenticité (être-fondé-sur-soi) – comme l’affirme Baudrillard – est donc exactement la recherche d’un alibi (être ailleurs) »85. Le consensus sur l’authenticité du patrimoine semblerait escamoter le présent, en essayant d’en évacuer les problèmes du vécu et du quotidien, d’en anesthésier les contraintes idéologiques et politiques. Reste que l’aménagement du patrimoine, tout en servant d’alibi au présent, a besoin de limites légitimes pour être ratifié. Émanant d’un nouveau monument intentionnel (la Grande Mosquée), la clarté médiatique du dessin urbanistique ne fait que se substituer, par son ordre axé sur la rationalité hygiéniste, à l’anarchie organique du tissu ancien préexistant (la médina), pour en exhumer l’intemporalité des principes d’ordonnancement spatial propres à la ville antique86, et les reporter, comme on l’a vu, dans les limites légitimes : c’est-à-dire à l’intérieur des remparts.

Notes

1  L. Sfèz, La politique symbolique, Paris, PUF, 1993 (1ère édition 1978), p. 427.

2  Cf. G. Dematteis, « La geografia dei culturali come sapere progettuale », Rivista Geografica Italiana, n°105, 1998, pp. 23-35, à propos de la "nature relationnelle" du patrimoine.

3  Cf. en ce sens : A. Bourdin, Le patrimoine réinventé, Paris, PUF, 1984 ; H.P. Jeudy (ed.) Patrimoine en folie, Paris Ed. de la maison des sciences de l'homme, 1990 ; F. Choay, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992 (réédité en 1996 et 1999) ; D. Poulot (ed.), Patrimoine et modernité, Paris, L'Harmattan, 1998.

4  Voir l'article de O. Söderström, « Mondes pluriels et controverses. Entrer dans la fabrique du patrimoine » dans cet ouvrage.

5  Cf. O. Söderström, Les métamorphoses du patrimoine. Formes de conservation du construit et urbanité, Lausanne, Publication de l'Université de Lausanne, 1993.

6  Cf. D. Harvey, The conditions of Postmodernity, Basil Balkwel, 1990 (trad. italienne, La crisi della modernita. Alle origini dei mutamenti culturali, Milan, EST/IL saggiatore, 1997, pp.98-100, qui reprend à propos la critique anti-moderniste de Jane Jacobs : The death of great American cities, New York, 1961).

7  Sur ce point : Ph. Genestier, « Ville culturelle et espace public touristique : sur quelques logiques de réification à l'œuvre dans l'économie postindustrielle » in L’espace public méditerranéen, Actes du colloque de l’École d'Architecture Languedoc-Roussillon, 14, 15 et 16 mars 1996, Éd. de l’Espérou-EALR, Montpellier, 1997.

8  A. Bourdin, « Sur quoi fonder les politiques du patrimoine urbain ? », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 72, 1996, p. 8 (sur le thème « Patrimoine et modernité »).

9  Selon la formulation suggérée par M. Lussault d'une « transcription spatiale » des représentations comme « territorialisation de l'image » (Tours : Images de la ville et politique urbaine, Collection Science de la ville, n°3, Tours, Maison des Sciences de la Ville, 1993, p. 15 et chap. III. B).

1 0 F. Choay, op. cit., le paragraphe « La figure mémoriale », pp. 134-142.

1 1 A. Arrif, « Le paradoxe de la construction du fait patrimonial en situation coloniale. Le cas du Maroc », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, n°73-74, 1996, pp. 153-166, (n° monographique « Figures de l'Orientalisme en architecture », sous la direction de C. Bruant, S. Leprun, M. Volait).

1 2 Préface de Marcel Monmarché, Directeur des Guides Bleus, l'édition du Guide du Maroc de 1921 (Paris, Hachette), pp. VII-VIII.

1 3 Titres symptomatiques d'ouvrages publiés en France entre les années 1920-1930 : P. Ricard, Les merveilles de l’autre France. Algérie, Tunisie, Maroc. Les pays, les monuments, les habitants, Paris, Hachette, 1924 ; L. de Vaillat, Le visage français du Maroc, Paris, Horizons de France, 1931.

1 4 À la liste ont été inscrites, d'après les définitions officielles de l'Unesco, les médinas de Fès (1981), Marrakech (1985), plus récemment celle de Tétouan (1997) et la « ville historique » de Meknès (1996). En effet, les limites géographiques de l'inscription, correspondant généralement comme ailleurs aux périmètres du « tissu ancien », donnent lieu à un débat assez polémique sur les zones à inclure, qui bute sur une complexification de la question en termes de sauvegarde, valorisation, aménagement, financement, contrôle social, etc. Le cas de Fès est actuellement exemplaire à cet égard. Le danger de cette approche restrictive, comme le soulignait il y a plus de dix ans Pierre Signoles dans une analyse sur la « Place de médinas dans le fonctionnement et l'aménagement des villes au Maghreb » (in J.-F. Troin dir., Éléments sur les centres-villes dans le Monde Arabe, Tours, Urbama, Fascicule de Recherches n°19, 1988, pp. 231-271, 243), est « que les politiques de sauvegarde procèdent trop souvent d'une démarche qui considère les médinas comme des entités, des espaces clos, fermés, isolés du reste de l'agglomération ».

1 5 Sur ce thème voir les travaux de Mohammed Naciri, notamment : « Regards sur la citadinité au Maroc », in Citadins, villes, urbanisation dans le Monde arabe aujourd’hui, Urbama, Tours, 1985 (n° hors série), pp. 37-59 ; « Le rôle de la citadinité dans l'évolution des villes arabo-islamiques », in M. Naciri, A. Raymond (éds) Sciences sociales et phénomènes urbains dans le monde arabe, op. cit., pp. 131-148 ; voir aussi de F. Navez-Bouchanine, "Citadinité et urbanité : le cas des villes marocaines", in M. Lussault, P. Signoles (eds), La citadinité, op. cit, pp. 103-112 ; Id., Habiter la ville marocaine, Casablanca-Paris, Gaëtan Morin-L'Harmattan, 1997.

1 6 A. Adam, Casablanca. Essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l’Occident, 2 T., Paris, CNRS, 1968.

1 7 Cf. M. Dernouny,  G. Leonard, Casablanca. La parole & la trace, Casablanca, Afrique-Orient, 1987.

1 8 A. Adam, op. cit.

1 9 Cf. S. Ossman, Picturing Casablanca, Portraits of Power in a Modern City, Berkeley, University of California Press, en particulier le premier chapitre : “Urbanity as a way to move”. À propos de l'émergence du modèle urbain casablancais comme référence des « nouveaux territoires symboliques » pour les habitants de la ville « traditionnnelle » de Fès :voir M. Idrissi Janati, « Les images identitaires à Fès : divisions de la société, divisions de la ville », communication au xiie Congrès de l'Afemam, atelier « La ville comme objet de représentation », Lyon, 2 juillet 1998.

2 0 Sur ce thème : J.-C. Depaule, C. Topalov, « La ville à travers ses mots », Enquête, n°4, 1996, pp. 247-266, et R. Cattedra, « De Bidonville aux bidonvilles. Quand les baraques rentrent dans la ville », in J.-C. Depaule (éd.), Les mots de la stigmatisation urbaine, Paris, Éditions Unesco (Programme MOST), Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2006, pp. 123-163.

2 1 D. Chraïbi, Le passé simple, Paris, Ed. Denoël, 1954.

2 2C'est le propos qui anime l'ouvrage Casablanca. Fragments d’imaginaire. Textes et photographies, Casablanca, Institut Français de Casablanca - Eddif 1997, accueillant les visions de dix écrivains et d’autant de photographes marocains et étrangers sur la ville.

2 3Cf. à ce propos l'article d’A. Roussillon dans cet ouvrage.

2 4 Par exemple l'ancien Hôtel Lincoln, situé au cœur de la ville sur le boulevard Mohammed V, ou la « Cathédrale » près du Parc de la Ligue Arabe.

2 5 La démolition de l'Hôtel d'Anfa, qui a accueilli la Conférence de Casablanca de 1942, celle du théâtre Mohammed V, ou de cinémas, cafés, stations services... ; la destruction plus récente de la Villa Mokri sur la colline d'Anfa, jusqu'à la disparition entière d’îlots d'immeubles de rapport ou de villas d'époque coloniale, remplacées par des résidences de haut et moyen standing de plusieurs étages. Sur les architectures des années 1910-1960, cf. les travaux de Jean-Louis Cohen et Monique Eleb, Casablanca, Mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Ed. Hazan, 1998 ; J.-L. Cohen « Casablanca : de la cité de l'énergie à la ville fonctionnelle » in Maurice Culot, Jean-Marie Thiveaud (dirs), Architectures françaises d’outre-mer, Paris, Liège, Institut français d’architecture, Pierre Mardaga, 1992, pp. 108-145 ; M. Eleb « Casablanca : de l'immeuble de rapport à l'unité d'habitation », in M. Culot, J.V. Thiveaud (éds), ibidem, pp. 120-143. Voir aussi l’article pionnier de N. de Chaisemartin, « Perspective de recherche sur le décor des façades des habitations privées dans le centre de Casablanca 1880-1930 », in Actes du colloque de Casablanca, 26-27 novembre 1982, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Casablanca, n°1, 1983, pp. 15-33.

2 6 La reconstruction de la Tour de l'Horloge et d'un pan de remparts de l'Ancienne Médina, au début des années 1990, sur laquelle on reviendra, et surtout l'édification de la Mosquée Hassan II.

2 7 L'Association qui entretient des échanges avec l'ICOMOS, après avoir rencontré une période de difficultés, attendait la sortie de l'ouvrage de Jean-Louis Cohen et Monique Eleb (Casablanca, op. cit.,1998), pour relancer à cette occasion son action.

2 8 Cf. l'article de Rima Fadili dans l’ouvrage.

2 9 Voir à ce propos P. Garret, « Façonner la ville de demain : entre modernité et authenticité, la marocanité », communication au xiie Congrès de l'Afemam, atelier « La ville comme objet de représentation », Lyon, 2 juillet 1998.

3 0 Cf. L. Mondada, Verbalisation de l’espace et fabrication du savoir. Approche linguistique de la construction de discours, Université de Lausanne, Lausanne, 1994, p. 251.

3 1On se réfère en particulier au n°22 de Genèse, mars 1996, introduction de C. Topalov « La ville : postures, regards, savoirs », et à la conférence que l'auteur a présentée au Colloque « Dire, écrire et figurer l'espace », Tours 4-5 décembre 1998, session « Disputes, désaccords, conflits : une scène de l'image en action ».

3 2Nous nous permettons de renvoyer à deux travaux dans lesquels nous avons essayé de baliser la question et auxquels nous nous référons notamment concernant la question du traitement urbanistique de deux objets urbains (la médina et la Grande Mosquée) : R. Cattedra (avec la collaboration de H. Bennani), « L'invention patrimoniale de la médina de Casablanca : de la 'ville indigène' au centre historique », in J. Dakhlia (textes rassemblés par), Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit, Paris, Sindbad, pp. 322-355, 1998 ; R. Cattedra, « Il paradosso orientalista : mitologie e patrimonialità della città 'arabo-islamica' nella lettura della Grande Moschea di Casablanca », in E. Casti, A. Turco (éds), Culture dell’alterità. Il territorio africano e le sue rappresentazioni, Milan, Unicopli, 1998, pp. 467-492.

3 3Cette formulation s'inspire du titre de l'article de L. Mondada et O. Söderström, « Lorsque les objets sont instables : les faits culturels comme processus », Géographie et Culture, n°9, mars 1994, pp. 83-100.

3 4 (G.B., 1921, p. 93), formulation qui continuera à être reprise en l’état dans les éditions suivantes jusqu'à 1954. Elle sera modifiée dans l'édition de 1966 : « En raison même de son développement précipité, Casablanca n'offrira pas de grandes curiosités aux touristes (... ). Ajoutons que la ville jouit d'un climat agréable » (G.B, 1966, p. 216).

3 5 « Le développement subit de Casablanca appela dans la ville, dès les débuts du protectorat, une importante population indigène d'ouvriers, de domestiques et d'artisans. Faute de locaux, ceux-ci s'entassèrent dans des maisonnettes aux abords de Bab Marrakech, puis durent s'abriter sous des noualas et des tentes plutôt sordides sur la route de Médiouna. La santé publique était constamment menacée. Le service des Habous entreprit dès lors la construction de tout un quartier nouveau éloigné du centre (1923) avec 150 maisons et 65 boutiques. Le succès de l'entreprise fut tel que pour répondre aux besoins, on construisit encore 50 maisons et 20 autres boutiques, une kissaria, une mosquée ainsi qu'un quartier réservé très original (sic) » (G.B., 1930, p. 104). Cf. note 59 sur le « quartier réservé ».

3 6 G. Léonard, « Deux Places historiques. Casablanca capitale économique du Maroc », Peuples méditerranéens, n°37, 1986, pp. 119-127.

3 7 Assez efficacement la dénomination « nouvelle médina » constitue la seule variante d'un paragraphe du Guide de 1930, reporté en entier dans l'édition de 1954 (ici la note 36 : « nouvelle médina » à la place de « tout un quartier nouveau »).

3 8 « Principales curiosités - La ville européenne nouvelle a l'originalité d'une 'ville champignon'. Son développement rapide et inattendu, comme celui de son port, mérite l'attention du visiteur qui peut ainsi assister à l'éclosion d'une grande cité moderne. Les quartiers indigènes anciens n'ont pas de caractère particulier, mais une vie intense s'y déroule, curieuse et intéressante à voir. La ville indigène nouvelle offre enfin le spectacle rare, même unique, d'une cité déjà importante, bien qu'elle soit postérieure à 1920 » (G. B., 1954, p. 97, les italiques sont de l'auteur).

3 9 Le seul passage qui pourrait s'y référer est le suivant : « L'ancienne médina et les autres quartiers musulmans (…) restent immuables et offrent toujours la même animation, très pittoresque, surtout aux heures des marchés »(G.B., 1968, p. 216).

4 0  Avec ses « rues et places que bordent et chevauchent des arcades de pierre, il a pris, avec ses souks, ses boutiques d'artisans et magasins, le visage d'une médina traditionnelle » (G.B., 1996, p. 293 ; voir aussi l'éd. de 1954).

4 1 « En face du port, un rempart qui atteste qu'ici, jadis, une place forte, les canons face à la mer. Voilà pour l'authenticité » (sic), (« Casablanca », dépliant édité par l'Office National Marocain du Tourisme, s.d.).

4 2 F. Choay considère que l'illumination artificielle des monuments est un « artifice dont le défaut, non négligeable, est de supprimer la pesanteur de l'architecture, il en révèle une autre dimension, poétique ou transcendante » (op. cit. p. 160). Voir aussi D. Harvey, op. cit.

4 3 Commentaire du Ministre marocain du Commerce Extérieur et du Tourisme à Jeune Afrique, 22-28 avril 1993, p. 13.

4 4 Office National Marocain du Tourisme, Casablanca, 1994, p. 2 (ONMT, 1994).

4 5 M. Lussault, « Un monde parfait : des dimensions utopiques du projet urbanistique contemporain », in E. Eveno (ed.), Utopies urbaines, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1998, pp. 150-176.

4 6Sur ce point, voir les articles de H. Vacher et de A. Roussillon dans cet ouvrage ; cf. aussi : P. Rabinow, French Modern : Norms and Formes of the Social Environment, Cambridge, MIT Press, 1989 ; J. Abu-Lughod, Rabat. Urban Apartheid in Morocco, Princeton, Princeton University Press, 1980 ; R. Cattedra, « Nascita e primi sviluppi di una città coloniale: Casablanca 1907-1930 », Storia Urbana, n°53, 1990, pp. 127-179.

4 7 H. Prost, « Le plan de Casablanca », France-Maroc, août 1917, pp. 7-12. « À Casablanca, la disparition de la ville indigène était déjà à demi consommée, sans grand dommage, car il n'y avait là qu'une agglomération récente, sans intérêt d'art », affirmera Lyautey, quand il avait déjà quitté le pays, intervenant à Paris en 1926, lors d'une conférence tenue par J. Gallotti (alors inspecteurs des Beaux-Arts au Maroc), à l'Université des Annales sur le thème « Comment on sauve l'art d'un pays » (H. Lyautey, Paroles d’action, présenté par J.-L. Miège, Ed. La porte, Rabat, 1995, p. 497).

4 8 M. Ecochard, Casablanca. Le roman d’une ville, Paris, Éditions de Paris, s.d. (1955), p. 16

4 9 M. Courtois, « Casablanca », L’Architecture d’Aujourd’hui, n°3, 1945, p. 65.

5 0 M. Ecochard, op. cit., p. 18.

5 1 Ibidem, p. 61.

5 2 La construction du quartier sera accompagnée par l'aménagement de ce fameux quartier réservé (aujourd'hui préservé dans les plans d'aménagement) qui fera la renommée de Casablanca, dont J. Berque dira « c'est parfois une réussite architecturale, tel Bousbir à Casablanca, première, et longtemps seule entreprise d'habitat indigène ! » J. Berque, Le Maghreb entre deux guerres,  Paris, Seuil, (1ère éd. 1962), 1978, pp. 338-342. Sur ce thème voir : C. Taraud, « Urbanisme, hygiénisme et prostitution à Casablanca dans les années 20 », communication au XII Congrès de l'Afemam, atelier « La ville comme objet de représentation », Lyon, 2 juillet 1998.

5 3 M. Ecochard, op. cit., pp. 52-54.

5 4 Ibidem p. 31, le titre du Chap. III. Les remèdes d’Ecochard, s'opposant à la précédente approche culturaliste de Lyautey et Prost, consistent dans « l'extension » contrôlée des quartiers européens et de ceux « d'habitat musulman » (la fameuse trame Ecochard, pour « l’Habitat du plus grand nombre »), lesquels nécessitent une  méthode préalable de « décongestion » Ibid. p. 72.

5 5 A propos des conflits sur la sauvegarde entre Ecochard et H. Terrasse (directeur de l'inspection des monuments historiques au Maroc) voir A. Arrif, op. cit. et l'article de R. Fadili dans cet ouvrage.

5 6 Royaume du Maroc, Ministère de l'Intérieur, M. Pinseau urbaniste, SDAU, 1984, § 41.2.1 et 41.4.1.

5 7 Il s'agit d'entreprendre une opération « délicate » de « dédensification », comportant à la fois l'expropriation d'immeubles en vue de les revendre ou de les louer après leur remise en état, grâce à d'éventuelles subventions aux propriétaires et à un traitement des espaces public (SDAU, 1984, § 44.5).

5 8 On emprunte l’expression à M. Lussault, « Un monde parfait », art. cit., p. 158.

5 9 SDAU, 1984, op. cit., § 44.5 :« Il s'agira pour certains cas du maintenir en l'état, de transformation ou de reconstruction, voire de démolition pour d'autres, s'ils sont considérés comme susceptibles de dénaturer la valeur d'ensemble. »

6 0 Agence Urbaine de Casablanca, Casablanca à l’horizon 2000, juillet 1989 (Casa 2000), p. 23.

6 1 « La sauvegarde des monuments historiques et des bâtiments ayant une valeur esthétique affirmée. Aussi 90 bâtiments de bonne qualité architecturale, 151 portails et 7 porches du patrimoine national à sauvegarder, ont-ils été répertoriés et inscrits au plan réglementaire » (Royaume du Maroc, Ministère de l'Intérieur, Agence Urbaine de Casablanca, Réhabilitation de l’Ancienne Médina, décembre 1988, AUC, ronéo). Assez significativement, les édifices cultuels, mosquées, zaouias, marabouts, ne sont pas mentionnés.

6 2 Casa, 2000, p. 23.

6 3L. Mondada, op. cit., p. 501 et 474.

6 4 Les études, qui ont produit entre autres trois volumes de photos, n'ont mené ni à l'inscription ni au classement des objets inventoriés, comme prévu dans la procédure du dahir n°2.81.25 (du 22 octobre 1981), relatif à la conservation des monuments historiques et des sites, des inscriptions et des objets d'art. Une troisième étude est actuellement en cours auprès de l'Agence Urbaine de Casablanca.

6 5 Le passage d'une disposition visant l'ensemble de la Médina (comme prévu par le SDAU) vers un traitement de ses éléments symboliques en rapport avec la spatialité du tissu externe est très explicite dans l'évolution de la dénomination des interventions : de celle énoncée sous le titre « Réhabilitation de l’Ancienne Médina » (Casa 2000, 1989, op. cit.), on passe à des intitulés tels que « Aménagement de la Place des Nations Unies et de ses abords » ou « Restauration de la muraille » (Agence Urbaine de Casablanca, Grand Casablanca. Actions Majeures d’Aménagement Urbain, d’Assainissement et de Transport, s.d. [après 1989], pp. 12-13).

6 6 Agence Urbaine de Casablanca, Grand Casablanca. Actions majeures, op. cit., p. 15.

6 7 Dans le Justificatif du Plan d'Aménagement de la Commune d'Al-Fida (où se trouve le Palais royal), ratifié en 1989,  il est affirmé que le « Quartier Grégoire fait l'objet d'une réglementation spéciale assurant sa protection architecturale en respectant les intentions du SDAU ».

6 8 A.U.C., Grand Casablanca, Actions majeures, op. cit., p. 6.

6 9 Casa 2000, op. cit., p. 29.

7 0 Par référence à l'architecture d'époque almohade et, en particulier, aux grands minarets tels ceux de la Koutoubiyya de Marrakech, de la Tour Hassan de Rabat et de la Giralda de Séville. Sur ce point, et sur les enjeux posés par la Mosquée en tant qu'archétype d'une authenticité qui se transfigure dans la « ville arabo-musulmane », cf. R. Cattedra, « Il paradosso orientalista », art. cit.

7 1 L'usage du béton armé, le toit ouvrable, un rayon laser orienté vers La Mecque…

7 2 Royaume du Maroc, Ministère de la Communication, Mosquée Hassan II, Casablanca, Données socio-économiques, 1993, édité à l'occasion de l'inauguration de la Mosquée, p. 27-28.

7 3 L'Avenue Royale, le réaménagement de la Corniche et de la Cité Nassim, ville nouvelle en périphérie ouest de Casablanca, qui devra accueillir une partie des 20.000 ménages déplacés par la première opération.

7 4 Cf. A.-B. Kadiri, « La Mosquée Hassan II : consolidation de la dimension religieuse et culturelle de la ville de Casablanca », in D. Basri, A-b. Kadiri, M. Pinseau (eds), Mosquée Hassan II, Milan, Editions Lak International, Collection « Édification d'un État Moderne », 1993, pp. 9-10.

7 5 A. Bourdin, « Sur quoi fonder les politiques du patrimoine urbain ? », op. cit., p. 10.

7 6On emprunte les deux formules en italique àF. Béguin, Arabisances, Paris, Dunod, 1983.

7 7 Bien que le SDAU de 1994 (op. cit., § 41.2.1.), avec tous les ressorts que cela assume dans la logique du projet urbain, suppose texto que « Dans la centralité, valeur symbolique liée à la modernité, au développement des activités économiques et aux échanges culturels, ne se reconnaît qu'une partie de la population. Les catégories les moins favorisées souvent d'origine rurale encore récente, où les échanges sont réduits aux biens et aux services les plus nécessaires, concrétisés par le four et le hammam que l'on retrouve dans tous les plans d'aménagement ».

7 8 Comme le rappelle L. Sfèz dans le passage en exergue de notre propos.

7 9 N. Berrada, « Lecture d'un patrimoine. Quartier des Habous à Casablanca », La Gazette de l’urbanisme et de l’immobilier, n°27, juin 1996.

8 0 Et à regarder plus en profondeur dans les origines d'un processus virtuel de patrimonialisation de la ville, on pourrait peut-être interroger le sens et la portée d'une campagne de défense patrimoniale ante-litteram : celle de l'insurrection de Casablanca de 1907, quand les « tribus rebelles » de la Chaouia se révoltent en armes contre la violation coloniale du cimetière de Sidi Belyouth. Dans cette perspective et à s'en tenir encore aux textes, à la norme juridique et légitime du classement, il y aurait le hasard de tomber sur un nouveau paradoxe patrimonial : dans cette métropole moderne et sans histoire, le seul objet classé par un arrêté viziriel de 1951 (B.O. n°215, 8 juin 1951) est le site préhistorique de la Carrière de Sidi Abderrahmane, où ont été découvertes des traces de « l'Homo Erectus », remontant à plus de 400 000 ans…

8 1 L. Sfèz, op. cit., p. 432.

8 2 F. Choay, op. cit., p. 153.

8 3 Entre guillemets respectivement les définitions du Robert des mots sauvegarde, réhabilitation,  fabriquer.

8 4 F. Choay, op. cit., p. 181.

8 5 J. Baudrillard, Le système des objets, Gallimard, 1968, pp. 108-109.

8 6 Clôture, asymétrie, différenciation, articulation des échelles…Cf. F. Choay, op. cit. , p. 138.

Auteur

Maître de conférence en géographie, Université Paul Valéry, Montpellier III.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable