Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains

 | 
Raffaele Cattedra
, 
Pascal Garret
, 
Catherine Miller
, 
et al.

Le passage au patrimoine : positions et controverses

Enjeux de la mise en image des objets historiques dans la reconstruction du centre-ville de Beyrouth

Stéphane Loret

Entrées d'index

Mots clés :

patrimoine, urbanisme

Géographique :

Beyrouth, Liban

Note de l’auteur

 (texte 2001)

Texte intégral

  • 1  Société Libanaise pour le Développement et la Reconstruction du Centre-Ville de Beyrouth, créée le (...)
  • 2  Ola Söderström, , « Sélectionner et projeter », Espaces-Temps Les Cahiers, n° 62-63, 1996, pp. 104 (...)
  • 3  Michel Lussault, « La politique territoriale (trans)figurée », Espaces-Temps Les Cahiers, n° 62-63 (...)

1Le projet urbanistique de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth mis en œuvre depuis 1991, et plus sûrement depuis 1994, et l’opérationnalité de la société foncière privée Solidere1, font l’objet d’une production massive de représentations visuelles à visée marketing. Loin d’être un cas particulier ou une spécificité beyrouthine, la mise en images des projets urbains, des opérations urbanistiques, dans l’objectif d’une communication stratégique, participe aujourd’hui des différents processus sociaux de leurs conceptions et de leurs réalisations. En étant consubstantielles à la projection urbaine, c’est-à-dire à la définition socio-politique contextualisée du devenir des espaces urbains, les représentations visuelles des objets spatiaux en production, ou en re-production, sont alors à prendre comme matériau de recherche par lequel nous pouvons tenter de saisir au mieux les logiques et les dynamiques superstructurelles de la conception d’un projet, dans un contexte socio-économique et politique spécifique. En fait, loin d’être un sous-produit à la marge du processus de production de l’espace central beyrouthin, les images du projet, au sens iconographique du terme, sont au cœur même de ce processus et ce par quoi nous avons la possibilité d’aborder les représentations spatiales et urbaines en acte dans la manière de concevoir le centre-ville, la ville, les dimensions de l’organisation socio-spatiale beyrouthine, voire libanaise. En effet, ces images ne se présentent pas comme des aléas d’une mise en relation sociale, des résidus d’un moment de conception ou de décision, mais bien comme le cœur de la relation, le produit explicite de la conception, ce sur quoi il y a décision2, les images devenant parfois même la raison de l’action3.

  • 4  Raymond Ledrut, Les images de la ville, Paris, Anthropos, 1973.

2L’utilisation des images au sein du processus de conception du projet du centre-ville de Beyrouth, mais également – ce qui nous intéresse au premier plan – dans le cadre de la communication sociale de celui-ci, n’est pas à séparer de l’avènement de la communication territoriale d’une manière générale, c’est-à-dire de la mise en place, pour les villes, d’une stratégie d’images objectivées, au sens où l’entend Raymond Ledrut4, dans un contexte économique d’internationalisation des économies et de mondialisation. En ce sens, les villes sont à la recherche d’une reconnaissance et donc, pour ce faire, de l’affirmation d’une identité qui procède de la construction d’un système d’images sur lequel peut s’établir la reconnaissance multiscalaire souhaitée, en vue d’attirer autant les capitaux que les entreprises avec lesquels doit s’amorcer, pour le cas de Beyrouth, la reconstruction du Liban dans sa totalité. En même temps, en se posant comme le moteur de la reconstruction du pays, le projet du centre-ville de Beyrouth, et les images qui le socialisent, possèdent une dimension socio-politique toute particulière dans la mesure où l’opération urbanistique à l’œuvre se veut être également une phase de changement, de construction ou de reconstruction des manières d’appréhender l’espace urbain et la ville, c’est-à-dire une phase qui comporte des principes devant régir de nouveaux comportements et de nouvelles pratiques tant vis-à-vis de l’espace en production que des institutions qui le portent. En ce sens, le projet de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth s’apparente à une sorte de projet de société selon une vision et une définition spécifiques de cette société et de sa dimension spatiale.

  • 5  Au sujet des images marketing au sein des politiques de la ville, voir Muriel Rosemberg, Marketing (...)

3Les images du projet, qu’elles soient plans, schémas, perspectives fouillées ou esquisses, photos montées, etc., telles qu’elles apparaissent dans les différents documents dédiés à la communication externe de l’institution qui les produit, sont autant de moments-clefs, de lieux de médiation – et donc enjeux en tant que tels –, dans lesquels les signes et autres objets en représentation signifient, voire figurent, des idées, des principes, des règles qui participent de la construction du cadre idéel d’action circonscrit, dans un premier temps, à l’ensemble politico-technicien porteur du projet. Les enjeux économiques, sociaux et politiques autour du projet du centre-ville deviennent alors lisibles et visibles à travers la multitude d’images produites depuis 1994 par la société foncière Solidere et dans lesquelles sont présentés autant des objets modernes ou modernisés que des objets que nous qualifierons dans un premier temps d’historiques ou anciens. Si nous considérons les images marketing5 comme étant fondamentales dans ce processus de production d’espace qui tend à donner les moyens économiques nécessaires à l’élargissement national du principe de reconstruction, alors les objets en représentation doivent être stratégiquement sélectionnés pour satisfaire à l’objectif souhaité. Dans cette optique, l’utilisation d’objets anciens dans la mise en image du projet de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth répond à un besoin, une stratégie, et a donc, de ce fait, une signification particulière. Quelles sont les raisons et les enjeux de l’instrumentalisation d’objets historiques dans la mise en image du projet dans le cadre de sa communication ? Quels sens ont ces objets et/ou quelles significations leur donne-t-on pour supporter l’opération, pour signifier les objets modernes ? Quelle patrimonialisation pour quel espace en projection et quelle société ?

La nécessité de communiquer le projet urbain : du statut de l’image et des objets historiques en représentation au sein de la communication urbaine

  • 6  Société Nationale d’Aménagement Communal, Casablanca.

4Comment concevoir le fait que des institutions publiques dans certains cas, telles les municipalités françaises, mais également des entreprises publiques, comme la Sonadac6 au Maroc, ou des sociétés privées, telle la société foncière Solidere au Liban, en charge de l’aménagement d’un bien commun, en viennent à élaborer des stratégies de communication dans lesquelles l’image, au sens de la représentation visuelle, s’avère être un outil fondamental par lequel sont mis en scène un certain nombre d’objets urbains existants et en devenir ? Comment l’image, la communication sont-elles devenues nécessaires pour la ville et le projet urbain ?

5L’avènement de la communication et l’utilisation de l’image pour la promotion de la ville et des projets urbains est directement lié à de profonds changements dans la manière d’appréhender la gestion de la ville dans un certain contexte économique et social. Les gestionnaires de la ville prennent désormais en compte la communication et ses techniques comme un moyen d’action. La communication au cœur de la politique urbaine, de ses projets, résulte de choix politiques qui tendent à faire de l’image communiquée, ou plutôt du système d’images spécifiques objectivées, des outils fondamentaux pour la nécessaire reconnaissance multiscalaire et pluri-qualitative de la ville par rapport à une vision particulière des enjeux économiques, sociaux et politiques à différentes échelles.

6En effet, même si les causes de l’émergence des politiques de communication territoriale des villes sont éminemment complexes et profondes, il s’avère que, d’un point de vue économique, l’internationalisation et la mondialisation, le rôle de plus en plus fondamental des villes au cœur des stratégies économiques à l’échelle nationale, régionale et internationale, leur relative autonomisation quant aux choix en matière de développement ont été déterminants pour que se développent leurs politiques de communication dans l’objectif de produire une image spécifique qui les supporte, elles-mêmes et ce qu’elles comportent d’acteurs économiques, pour la reconnaissance à différentes échelles de ce qu’elles ont de singulier et d’universel à la fois. Sur ce point, l’international apparaît pour certaines villes, bien souvent, non pas comme une opportunité mesurée mais plutôt comme un mythe puissant de la ville maître du monde au fondement de l’action de métropolisation à différentes échelles. Développer l’image de la métropole mondiale, à tout le moins régionale, signifie avant tout proposer une situation virtuelle de développement qui diffère de la situation actuelle de l’état de développement, au moins sur le plan économique.

  • 7 Communication urbaine et stratégies d’images. Urbanisme, 1988, n° spécial 226-227.

7Dans ce contexte économique et de concurrence entre les villes, l’ère est donc à la communication et les responsables politiques épousent les logiques d’entreprise et les comportements du privé : les villes doivent se vendre comme un produit de consommation, s’afficher, mettre en avant leurs atouts, structurer leur « capital image » et en jouer ; la ville se présente alors, à travers les bulletins d’informations et autres documents visuels marketing, comme « ouverte, entreprenante, centrée, compétitive, moderne et high tech, une terre d’accueil pour les entreprises »7.

  • 8  Les exemples sont nombreux, dans la presse notamment, de l’utilisation des termes « libanisation » (...)

8Le cas beyrouthin de la reconstruction du centre-ville est, en matière de « capital image », symptomatique d’une nécessité, dans ce contexte, de construire, d’élaborer, de concevoir une représentation, un système d’images, de valeurs objectivées, à partir desquelles peut être effective une reconnaissance pluri-qualitative externe mais également interne de la ville. En effet, Beyrouth reste, dans l’imaginaire collectif élargi, l’exemple type de la ville de la guerre, du chaos urbain, un modèle du genre8, dominant aujourd’hui, à partir duquel chacun peut qualifier certaines situations dans le reste du monde. Cette image tenace, éminemment négative de la capitale du Liban, même si elle en permet une certaine reconnaissance, n’apparaît pas propre à contribuer, d’un point de vue économique, à la reconstruction et de la ville et du pays, loin s’en faut. À l’image de la ville de la guerre et du chaos, du désordre, de la rupture et de la destruction doit donc impérativement succéder une image de la ville de la paix et du renouveau, d’un certain ordre, de la stabilité et de la reconstruction, et ce dans un contexte géopolitique où la situation au Moyen-Orient est loin d’être stable, où la concurrence régionale est rude si nous considérons que des villes comme Dubaï se positionnent largement comme métropoles régionales, et où Beyrouth, enfin, est loin de faire l’unanimité quant à ses capacités de produire assez de richesses pour un développement à l’échelle du pays tout entier.

  • 9  Thierry Paquot, L'utopie ou l’idéal piégé, Paris, Hatier, Optiques Philosophie, 1996.

9Par ailleurs, si nous comprenons la communication territoriale, d’une manière générale, comme une réponse politique dans ce contexte économique, il s’avère également qu’elle est un moyen, sur le plan interne, pour donner à chacun des habitants le sentiment d’appartenir à une certaine unité socio-spatiale, au moins virtuelle, c’est-à-dire non actuelle9, ou encore de substituer, ou de superposer à un réel trop complexe et contraignant, une ville figurée, une représentation élaguée des bruits du réel, comme point d’appui, nouveau repère dans cette totalité urbaine envahissante et dont l’extension rapide a entamé et les repères traditionnels et la représentation classique de la ville.

  • 10  Lucien Sfez, Critique de la communication, Paris, Seuil, 1990.

10En fait, la communication comme un autre moyen de gérer le groupe urbain est le résultat d’une adaptation du politique à un nouveau mode de relation sociale fondé sur l’image, l’image comme médiation entre les responsables du bien commun et les habitants. L’intérêt de la communication territoriale dans la perspective d’une unification socio-spatiale résulte du fait que la communication et ses techniques, d’une manière générale, émergent aujourd’hui comme mode privilégié des relations entre les individus et les groupes. Comme le souligne Lucien Sfez : « On ne parle jamais autant de communication que dans une société qui ne sait plus communiquer avec elle-même, dont la cohésion est contestée, dont les valeurs se délitent (...) »10. Le développement des techniques de communication et la production de plus en plus massive d’informations sur des supports imagés tentent de recréer de la cohésion et de clarifier certaines valeurs repères.

  • 11  Si nous considérons que la communication territoriale participe du développement de ce mode de rel (...)

11Et la communication territoriale doit également remédier à cette perte des valeurs, au moins urbaines11, dans nos sociétés occidentales et l’on peut, sans nul doute, considérer la « société libanaise » comme largement affectée par les évolutions des sociétés dites « occidentales » – où le procès de personnalisation en cours depuis les théories de la libération de l’individu, les échecs successifs des grandes utopies sociales ainsi que le développement, sur le long terme, des logiques capitalistes font de l’individu, au détriment du groupe, un être à combler par la jouissance de la consommation, et utilisent, pour ce faire, la communication et l’image comme moyen de diffuser des discours sur le bien-être individuel, en partie matérialiste.

  • 12  Le développement des nouvelles technologies de l’information, de l’Internet notamment, est signifi (...)
  • 13  Si les objectifs fixés de la communication territoriale apparaissent relativement clairs, l’évalua (...)

12Dans le cadre de cette complexité de l’évolution des sociétés de consommation, l’individu, en tant qu’il se définit comme une entité totale ayant une capacité intrinsèque de choix, de décision, de mouvement, en arrive à faire l’économie des rapports à l’autre et à l’objet-sujet ville dans la mesure où cet environnement social et urbain se présente comme une contrainte majeure à sa propre réalisation (utopique) « d’individu libéré »12. La communication territoriale émerge donc dans l’optique de faire de la ville un objet à consommer avec l’objectif, par sa représentation, qu’il devienne sujet pour chacun des individus ; et en ce sens, que la représentation de la ville communiquée soit la pierre angulaire d’une nouvelle organisation socio-spatiale, d’une possible société, d’un autre sens collectif13. Ce dernier était une des caractéristiques de l’image de la ville classique, l’imaginaire de la cité, fondée sur une architecture des valeurs telles la liberté, l’égalité et la fraternité, et telle que certains bâtiments, lieux et/ou espaces marquaient profondément la ville dans sa dimension matérielle et sa représentation iconographique métonymique. Ces valeurs-là se délitent et la communication territoriale, supportée par les villes, tente de remédier à ce phénomène soit en réintégrant ces valeurs dans la représentation d’autres objets, soit directement en proposant d’autres valeurs plus proches de celles pour lesquelles l’individu-consommateur trouve, ou retrouve, le sens de sa libération, et qui ont la capacité de générer une autre cohésion sociale définie sur la base d’une appartenance à une population et à des espaces de profit.

13Cette utilisation de la communication et des images sur le plan interne à la ville, est propre, le plus souvent, à des institutions du type municipalité, ce qui n’est certes pas le cas à Beyrouth, puisque la majeure partie des images produites, des documents visuels, sont le fait de la société privée Solidere qui a en charge le seul espace délimité comme étant le centre-ville de la capitale libanaise. Cependant, plusieurs indices nous amènent à penser l’agir communicationnel et représentationnel de cette société foncière comme une action visant la totalité urbaine, l’ensemble du bien collectif ( ?) qu’est la ville de Beyrouth.

  • 14  Sylvia Ostrowetsky, L’imaginaire bâtisseur, Paris, Librairie des Méridiens, 1983.

14D’une part, il s’agit du centre-ville historique de la capitale et, en ce sens, il revêt une dimension socio-politique spécifique au sein de l’organisation socio-spatiale et de son évolution. « Ce centre qui fait la ville », pour reprendre l’expression de Sylvia Ostrowetsky14, apparaît donc comme une pièce maîtresse dans la vision, actuelle, d’une certaine organisation socio-spatiale à l’échelle de la ville, mais également à celle du pays. D’autre part, la société foncière est largement instituée par l’Exécutif libanais, c’est-à-dire par le Parlement qui, par la loi 117/91, l’a créée sur la base d’un actionnariat ; les membres du Conseil d’Administration, en plus d’être hommes d’affaires, avocats ou autres, sont également les représentants des waqf-s et/ou des différentes confessions officielles au Liban. La création de la société foncière Solidere peut être alors entendue par rapport au désir, maintes fois renouvelé dès la fin de la guerre, d’une nécessaire réconciliation nationale, d’une entente, d’une solidarité, sur la base des Accords de Taëf qui définissent les modalités officielles de cette réconciliation.

  • 15  C’est notamment le cas de l’ouvrage Beyrouth reborn d’Angus Gavin, urbaniste et consultant pour Da (...)

15Le nom même de « Solidere » est extrêmement significatif d’une volonté politique de faire de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth, et de surcroît de cette institution, les piliers d’un changement dans la manière de définir les dimensions socio-spatiales à l’échelle de la ville par l’aménagement de son centre. Dans la plupart des cas, le nom d’un organisme d’aménagement urbain, en France par exemple avec les sociétés d’économie mixte, ou au Maroc avec la Sonadac, reprennent, dans leur dénomination, l’aire géographique d’action (communale dans le cas de la Sonadac, la Touraine dans le cas de la Set, Société d’Équipement de la Touraine, par exemple) pour laquelle l’institution est créée. Dans le cas de Solidere, cette caractéristique n’apparaît pas. De plus, Solidere utilise, dans la majeure partie de ses documents visuels destinés à la promotion de son projet, ou dans les documents et ouvrages sur le centre-ville sponsorisés par cette même société15, le nom de « Beyrouth » pour signifier un espace limité au centre-ville de la capitale. D’ailleurs, le logo de Solidere n’est autre que le nom stylisé en arabe de la ville de Beyrouth.

16Enfin, dans la mesure où, d’une part, nous considérons que la société foncière gère un bien public, et où, d’autre part, elle est constituée pour une grande part des capitaux en nature et en numéraire d’origine libanaise, nous pouvons alors estimer que le projet du centre-ville de Beyrouth, projet politique à plus d’un titre, est d’une importance capitale pour l’ensemble de la ville, en ce sens qu’il engage les intérêts de tout ou partie de la population et mobilise une grande part de l’activité économique du pays, ce qui, en conséquence, détermine une lourde responsabilité quant au devenir de la ville et de la société des individus qui la composent.

17Pour ces quelques raisons, nous considérons que l’action de communication menée par la société foncière Solidere dépasse largement la seule promotion d’un projet circonscrit au centre-ville de Beyrouth dans l’optique d’une vente des terrains aménagés à des investisseurs et des promoteurs, mais qu’elle vise l’ensemble des acteurs de la ville, autant les investisseurs locaux que les habitants, ce qui, en définitive, se résume à un agir communicationnel d’ordre public. La société foncière privée Solidere n’a certes pas les prérogatives d’une institution publique, comme une municipalité par exemple, mais cependant, la communication de son action, le marketing élaboré dans l’intérêt du projet et de ceux (politiques) qui le portent, sont très proches de ce que pourrait réaliser, pour l’ensemble de la ville et de la société qui l’habite, une organisation publique.

18La communication de Solidere, qui s’est réellement mise en place à partir de 1994, outre le fait qu’elle est un puissant moyen d’offrir à la vente un centre-ville de nouvelle génération, vise également la population de la ville et du Liban, d’une manière peut-être implicite, par la production d’une autre image de la ville de Beyrouth dans le cadre de la représentation iconographique de son centre en projection.

19Cette sorte de mission politique de la communication de Solidere apparaît comme une nécessité, dans la mesure où il s’agit de répondre à une situation sociale complexe, passée et actuelle, de la capitale. En effet, la quête d’une certaine légitimité de l’action de production de l’espace central passe par la diffusion d’un discours quelque peu iconoclaste, à savoir celui de casser une image trop prégnante de la ville de la guerre, qui a elle-même remplacé ou supplanté une image de Beyrouth perle du Moyen-Orient, pour afficher et ancrer, en quelque sorte, les nouvelles valeurs de la coexistence souhaitée.

20Cette image du chaos repose donc essentiellement sur le conflit libanais, c’est-à-dire, plus généralement, sur la séparation de la ville en deux entités est et ouest, sur l’affirmation, dans la violence, des identités sociales sur la base de l’appartenance communautaire et des logiques miliciennes tout cela d’ailleurs largement amplifié par les médias –, chacun des groupes revendiquant le droit d’être légitimement reconnu par l’ensemble, et à tout le moins celui d’être dans la ville.

  • 16  Le projet de la reconstruction du centre-ville est un thème majeur dès la fin de la guerre. Le gou (...)

21La reconstruction du centre-ville de Beyrouth est apparue très vite16, pour certains, outre comme une opportunité financière et foncière – ce qui a son importance –, mais également comme une nécessité d’engager tout ou partie de la population et les différents groupes sociaux, sur la base d’un investissement financier, dans un projet urbain éminemment symbolique par rapport à la volonté politique d’une certaine réconciliation nationale. Le centre-ville de Beyrouth, détruit dès les premiers temps du conflit libanais, concentrait la majeure partie des repères identitaires (souks, place des Martyrs, etc.) de la ville, mais reste cependant, dans la plupart des discours, le lieu mythique et mythifié de l’intégration et de l’unification, plus supposée que réellement vécue, de la société libanaise.

22Le but de la communication par Solidere du projet de la reconstruction du centre-ville est alors de convaincre, sur le plan interne, d’un certain bien-fondé socio-politique de l’action à entreprendre, et qui engage, du fait qu’il s’agit du centre-ville, sous-entendu la ville, la totalité de l’organisation socio-spatiale, par la création de toutes pièces d’une représentation de Beyrouth qui soit en phase avec les différentes aspirations des multiples groupes dans la ville. Il s’agissait donc d’offrir à l’ensemble des regards légitimes une représentation de la capitale libanaise, focalisée sur son centre-ville, qui satisfasse le plus grand nombre et qui aille de pair avec une certaine idée d’une réconciliation sociale, politique, non pas dans la manière de concevoir le centre-ville, ce qui aurait été politiquement risqué, mais dans la manière de l’investir, c’est-à-dire par une mise en relation sociale, parfois forcée, sur la base d’un engagement financier – socialement risqué – dans le même projet sans tenir compte des appartenances communautaires ou autres. La communication du projet et le projet, en tant que tel, apparaissent ainsi comme les moyens d’atteindre cet objectif de réconciliation, d’une certaine coexistence dans la ville.

23Les raisons d’ordre économique, social et culturel sont le plus souvent invoquées explicitement ou non par le politique pour justifier l’avènement de la communication territoriale et l’utilisation de l’image pour la promotion de la ville et des projets urbains, tels que la reconstruction du centre-ville de Beyrouth. Il s’agit d’une nécessité politique de mise en cohérence du sens de la ville par rapport à une vision idéologique fondée sur une interprétation à différentes échelles des changements sociaux et économiques. En fait, que l’on se place d’un point de vue économique ou social, la communication territoriale et l’utilisation de l’image comme mode privilégié de la relation à l’autre, tentent de générer et de diffuser à travers le corps social élargi un sens de la ville sur lequel peut s’établir un certain consensus, une sorte de contrat, à partir duquel le politique tente de donner à l’organisation socio-spatiale, à un moment donné de son évolution, une plus grande efficacité, un certain idéal, un ordre qui satisfasse, dans le cas beyrouthin, à la reconnaissance de la ville comme une entité économique spécifique participant des logiques infrastructurelles à différentes échelles, sous couvert que cette efficacité supposée se présente comme la solution de la réalisation de soi.

24Dans le cas de Beyrouth et de la reconstruction du centre-ville, le projet et la communication qui lui est liée servent à la construction d’une autre image de la ville, ou système d’images, pour laquelle sont revisités à la lumière de l’idéologie dominante les différents mythes fondateurs de Beyrouth – mythes sur lesquels nous reviendrons ultérieurement. Si, autrefois, la ville générait des projets urbains à la suite de ses possibilités économiques de développement, comme étant l’aboutissement ultime de l’édification et de l’efficacité de la collectivité urbaine – projets sur lesquels d’ailleurs s’appuyait la représentation de la ville –, l’avènement d’une situation concurrentielle oblige à générer et à promouvoir, par l’image, de multiples projets comme solutions à un état problématique de la société, projets urbains multiformes et plurifonctionnels, afin d’insuffler le développement, d’assurer la survie de la ville, de répondre à la diversité des exigences tant locales qu’à d’autres échelles, de crédibiliser une image. Sur ce point, il apparaît évident que le projet urbain et sa communication, la multiplicité des documents visuels qui visent à sa promotion, se fondent sur une certaine représentation de la ville, de ce qu’elle est, a été et devrait (ou doit, c’est selon) être.

  • 17  M. Lussault, « La politique territoriale… », op. cit., p. 103.
  • 18  Gilbert Durand, L’imaginaire. Essai sur les sciences et la philosophie de l’image, Paris, Hatier, (...)
  • 19  Régis Debray, Vie et mort de l’image, Paris, Gallimard, 1992,  p. 492.

25Les images de la ville servent les images et l’image du projet qu’elle porte et, d’une manière dialectique, aident à ce que les premières s’ancrent autant dans les objets générés que dans la manière de les voir et de les concevoir pour tout un chacun. Ceci est encore plus vrai pour la reconstruction du centre-ville de Beyrouth où le projet urbain à l’œuvre a cette double obligation, à savoir autant celle de générer une nouvelle image de la ville que celle de la cristalliser dans les objets en devenir, ou existants, eux-mêmes aidant, lors de leur conception, de leur mise en image, à la rendre plus nette encore. C’est un jeu dialectique dans lequel les images, au sens de la représentation visuelle, jouent un rôle de vecteur et de médiation. Et ce sont ces images qui servent à proposer à tous, aux regards du plus grand nombre, une compréhension quasi totale de la perfection du monde à venir, parce qu’elles sont images et qu’en tant que telle elles offrent « la possibilité de “discuter l’indiscutable” »17, parce que les objets en représentation sont visibles et qu’en cela ils s’affichent dans leur totalité, en pleine lumière. Comme le souligne G. Durand : « Il est banal d’avancer que notre xxe siècle a vu s’édifier une “civilisation de l’image” grâce aux gigantesques progrès techniques de reproductions imagées (...) et des moyens de transmission des images (...). L’on pressent donc qu’une telle inflation d’une imagerie toute prête à la consommation a dû entraîner un total bouleversement dans nos philosophies jusqu’ici dépendantes de ce que certains appellent “la galaxie Gutemberg”, c’est-à-dire la suprématie de l’imprimerie, de la communication écrite (...) sur l’image mentale (image perceptive, image souvenir, fantasme, etc.) ou iconique (c’est-à-dire sur les figurations peintes, dessinées, sculptées, photographiées…) réduites à la portion congrue »18. La production et l’utilisation massive des images dans la relation à l’autre, dans la transmission d’un savoir, d’une idée, celle d’une ville par exemple, est un phénomène social qui exprime une croyance quasi totale dans le visible de la représentation, dans cette sorte de vérité qu’elle met à jour, c’est le « sacre de l’œil » comme le fait remarquer Régis Debray, et le « “je vois” a remplacé “je comprends”. “C’est tout vu”, signifie qu’il n’y a rien à ajouter (...). Une visibilité ne se réfute pas par des arguments. Elle se remplace par une autre »19.

  • 20  L’affichage urbain du projet du centre-ville n’a jamais dépassé les limites de cet espace, se limi (...)
  • 21  Nous pouvons notamment citer l’organisation de foires, d’expositions diverses comme celle de dessi (...)

26Les images de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth, qu’elles relèvent de films publicitaires, de lettres d’information, de l’affichage urbain aux portes du centre-ville20, de la publication d’ouvrages, voire de certaines manifestations21 organisées dans le centre-ville, constituent chacune une action visant à une plus grande performativité du discours. Ces images, pour qu’elles soient compréhensibles, visibles par tous, pour que chacun voie, et donc comprenne jusqu’à l’adhésion, entendue comme principe téléologique de l’action de communication, agencent et articulent sur un même plan assez d’objets reconnus, dans le cas des représentations métonymiques du projet, pour permettre à ceux qui les voient de poser, ou de superposer à une trame de référent abstrait constituée des objets projetés, modernes, un cadre historique référentiel sans lequel toute lecture, par l’ensemble des acteurs sociaux, de l’espace en projection paraît impossible et toute visibilité réduite. Pour répondre aux exigences politiques de l’affirmation d’une certaine identité de la ville, c’est-à-dire la reconnaissance de sa singularité par l’universalité qu’elle souhaite intégrer, dans l’objectif d’une plus grande efficacité socio-spatiale pour laquelle les habitants mais également le reste du monde sont appelés, l’utilisation d’objets historiques pour une symbolique métonymique s’impose aujourd’hui comme une nécessité de la représentation de la ville dans laquelle le local, que ces objets sont à même de figurer, côtoie l’international, figuré quant à lui par les objets modernes, à venir. Du singulier à l’universel, du local au mondial, des objets historiques aux objets modernes, de l’image patrimoniale à l’image technologique, il y a dans la mise en images du projet de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth – notamment – un système d’échelles pour une structuration multiscalaire du sens et de l’action et de l’espace donné.

27Nous n’employons volontairement pas ici l’expression d’objets patrimoniaux mais seulement celle d’objets historiques, c’est-à-dire des objets participant de l’environnement sensible. Ces objets peuvent être définis, dans certains cas, comme historiques dans la mesure où ils possèdent une caractéristique esthétique ou autre qui les détermine comme étant significatifs d’un temps de l’histoire d’une ville, d’un pays, d’une société, d’une culture. Et, dans ce cas, ils prennent dès lors une valeur patrimoniale, c’est-à-dire devant être léguée à la postérité. Cependant, dans le cas du Liban, et plus sûrement de Beyrouth et de son centre-ville, nous pensons que si le débat sur le caractère historique et patrimonial des multiples objets, qu’ils soient architecturaux, urbains ou archéologiques, est encore vif, c’est en partie pour la raison majeure que la réflexion sur l’histoire du pays, c’est-à-dire sur la construction commune d’une histoire collective, d’une reconnaissance des différences qui ont fait le Liban, est encore aujourd’hui problématique. De ce fait, la représentation d’objets historiques, au sein des images du projet du centre-ville de Beyrouth, marque un moment de réflexion dans la mesure où la mise en images – c’est-à-dire la construction d’une certaine vérité par l’image – de ces objets par Solidere, dans le cadre de sa communication, vise, d’une manière plus ou moins implicite, à instituer les objets sélectionnés comme objets historiques ayant une valeur patrimoniale. Ce processus de mise en images des objets historiques est, d’un certain point de vue, une patrimonialisation de ce que Solidere considère comme étant patrimoine, héritage, à Beyrouth. Cette patrimonialisation, par et dans les images promotionnelles du projet de la reconstruction, d’objets historiques stratégiquement sélectionnés ne se limite pas à ces objets, mais, bien plus, donne aux différents objets modernes, en projection, un caractère historique et donc, par le biais de l’image, patrimonial. Il s’agit là d’une patrimonialisation par anticipation des objets modernes en projection sur laquelle nous devons revenir tant les conséquences nous en paraissent grandes sur le plan socio-politique.

28En définitive, la communication territoriale et l’utilisation de l’image, au sens de la représentation visuelle, apparaissent aujourd’hui comme un moyen et un outil au service du politique pour tenter de donner – ou de redonner – du sens, de clarifier une situation socio-spatiale complexe, de proposer, par l’image, l’icône, une ville qui réponde aux exigences du plus grand nombre, tout en étant cadrée par l’idéologie dominante. Dans le cas de Beyrouth, à l’image de la négation de la ville, la communication et les images promotionnelles du projet de la reconstruction du centre-ville par la société Solidere tentent de substituer, de diffuser et d’ancrer une autre image de la ville, d’une stabilité retrouvée, par les représentations de son centre conçu. Ce jeu dialectique des images, entre représentation mentale et collective de la ville et représentations iconographiques du projet de la reconstruction, répond à un besoin avant tout politique face à des changements d’ordre économique et social.

29En ce sens, l’ensemble du processus de la reconstruction du centre-ville est, synchroniquement, toute une action figurale fondamentale pour une reconnaissance multiscalaire et pluri-qualitative de la ville en ses images, de son sens nouveau ou rénové, dont le but, externe, est que la ville participe des logiques infrastructurelles sans lesquelles elle ne peut survivre et se développer, et dans celui, interne, qu’elle génère un sentiment d’appartenance à cette unité socio-spatiale virtuellement stable, sentiment sans lequel il ne peut y avoir d’efficacité urbaine à toutes les échelles et dans tous les domaines de la vie sociale et urbaine. Pour cela, les multiples images du projet de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth, en tant que nous les considérons comme les moteurs d’une abstraction renouvelée et nécessaire de la ville, utilisent des objets historiques comme trame signifiante, aux côtés des objets modernes à signifier que la société foncière Solidere tente d’édifier. Cette imagerie urbaine stratégique, qui montre des objets historiques décontextualisés sur le même plan que les objets conçus, a pour conséquence de les patrimonialiser, c’est-à-dire de les définir comme héritage véritable indiscutable, objets et moments historiques mémorables.

30Ce préalable à la compréhension des logiques profondes de la mise en image des objets, qu’ils soient historiques ou modernes, nous est apparu nécessaire pour mieux appréhender, dans ce qui suit, les méthodes employées et les processus de signification de l’action et de l’espace en projection qui leur sont liés, dans la mesure où la production des images du projet de la reconstruction n’est pas un phénomène isolé, mais participe de logiques générales et profondes. L’utilisation stratégique des objets historiques passe par un choix rigoureux des éléments à représenter. Quels sont ces éléments ? Quelles significations ont-ils, ou leur donne-t-on ? Quelles significations prennent alors les objets modernes conçus et quel est le sens du centre-ville, de la ville et de la société ?

Les images du projet du centre-ville ou la patrimonialisation des objets en représentation : contiguïté dans l’image pour une signification de l’action

  • 22  D’autres projets ont été conçus avant et pendant la guerre, dans les périodes de relative accalmie (...)
  • 23  Henri Edde est architecte-urbaniste. Il fut notamment Ministre des Travaux Publics dans le Cabinet (...)
  • 24  Vu la rapidité avec laquelle le projet de la reconstruction du centre-ville a été adopté par la qu (...)

31Si nous considérons le fait que la communication du projet urbain, notamment à travers une imagerie conséquente dans le cadre de sa promotion, peut se concevoir comme un acte politique majeur, alors le choix des objets historiques en représentation dans le souci d’un support sémantique aux objets modernes conçus contribue au caractère fondamental de l’agir communicationnel au niveau politique. La nécessité d’un projet pour la reconstruction du centre-ville de Beyrouth après-guerre22 apparaît dès le début de l’année 1991. C’est à cette date que le Conseil pour le Développement et la Reconstruction, rétabli dès janvier 1991 – il avait remplacé le Ministère du Plan en 1977 – demande au bureau d’études Dar al-Handasah de concevoir un projet, sous la direction de Henri Edde23, pour la reconstruction du centre-ville de Beyrouth. Ce projet sera discuté au Parlement dès septembre 1991 pour aboutir, au mois de décembre de la même année, au vote de la loi 117/91 portant sur la création d’une société foncière privée, Solidere, ayant la charge de la mise en œuvre du projet24.

32Le projet de reconstruction du centre-ville élaboré par le bureau d’études Dar al-Handasah (Shair and Partners) a fait l’objet d’une communication intense sur des supports divers, tel un calendrier, un des premiers documents de communication datant de 1992, qui présentait des perspectives très détaillées des espaces et des lieux conçus. Or, parmi ces images de promotion du projet urbain, il apparaissait qu’aucun objet historique ne figurait comme support de la ville conçue, ce qui contribua à alimenter une polémique quant au devenir de cet espace et de ses anciens habitants. En fait, il faut attendre 1994, date de l’opérationnalité de la société foncière privée Solidere, pour constater, au sein des documents visuels du projet du centre-ville, une représentation assez conséquente des objets historiques. Avant de voir comment ces objets ont été instrumentalisés dans la communication du projet par la société foncière Solidere, nous devons considérer le contexte du passage de la gestion de la conception du projet, et de sa communication, entre Dar al-Handasah et Solidere.

33A partir du moment où nous considérons que la communication et le choix des objets historiques au sein de l’imagerie du projet urbain de la reconstruction du centre-ville est d’ordre politique, les objets patrimonialisés constituent en eux-mêmes un enjeu politique qu’il nous faut apprécier à différentes échelles. Cette mise en image des objets patrimoniaux participe d’une réidentification du centre-ville pour une identification du projet urbain et pose la question du contenu symbolique donné à l’objet centre-ville modernisé véhiculé par la représentation des objets patrimoniaux. En fait, la question fondamentale reste celle qui tente de comprendre la signification profonde de l’action de production, c’est-à-dire le système de figures par lequel la ville de Beyrouth, dans le cadre de la reconstruction du centre-ville, peut être qualifiée, pour chacune de ses dimensions socio-spatiales.

  • 25  Nous ne pouvons cependant pas parler d’une opposition radicale et constante à la totalité politico (...)

34Le moment de la diffusion publique du projet de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth conçu par le bureau d’études Dar al-Handasah, a également été celui d’une réaction violente25 de la part, notamment, d’une partie de la population, autant les ayants-droit, dans la mesure où ils étaient directement concernés par le projet, que les « intellectuels », c’est-à-dire des personnes qui, selon leurs propres statut et intérêt, situaient le centre-ville et sa reconstruction dans toutes ses dimensions socio-spatiales au sein d’une réflexion plus large sur l’espace et la société beyrouthine et libanaise, jusqu’au niveau politique. En fait, nous constatons que si la création d’une société foncière privée, par l’intermédiaire de la loi 117/91, a fait l’objet de nombreuses réactions de part et d’autre, et de négociations, il n’en reste pas moins que celle-ci a eu l’aval des différents parlementaires libanais ; les réactions les plus virulentes se situèrent, outre sur la dimension strictement privée de la reconstruction, par rapport à l’ensemble des images du projet de Dar al-Handasah. Sur ce point, nous constatons également que s’il y a eu une opposition quasi radicale et large par rapport à cette totalité politico-urbanistique qu’est la reconstruction du centre-ville de Beyrouth, elle peut très certainement se situer au niveau de la représentation de ce que devait être, pour les urbanistes de Dar, le centre-ville futur. D’ailleurs, cette constatation est largement partagée, après coup, par les responsables du bureau d’études eux-mêmes, quand ils avouent que leur erreur fut de proposer à la vue de tous un trop-plein d’images détaillées d’un centre-ville dépourvu de référents spatiaux sur lesquels pouvait s’établir un certain « consensus » socio-politique au niveau local. Les images qui représentaient le centre-ville en devenir ajoutaient à la perte des différents repères spatiaux une « surmodernisation » des lieux et des espaces monumentalisés. Les rues devenaient de larges avenues, les places des nœuds routiers, l’architecture de gratte-ciels quasi uniforme faisait la part belle aux décors pastiches. Aucun objet historique n’apparaissait dans ces différentes perspectives d’espaces. Quelles sont dans ces conditions les logiques profondes qui ont conduit les concepteurs des images du centre-ville à ne pas représenter d’objets anciens ?

  • 26  Notamment par les urbanistes responsables de la société foncière Solidere.

35En fait, cette erreur de communication, comme certains responsables de Dar al-Handasah la nomment aujourd’hui, est, d’une certaine manière, une aubaine pour nous, car elle permet de comprendre, à partir des premières images du projet, les intentions profondes des concepteurs et des décideurs politiques, en ouvrant une large fenêtre sur leurs représentations de cet espace. En effet, les images du projet de la reconstruction du centre-ville, en même temps qu’elles devaient proposer à la vente un objet stable capable de satisfaire les investisseurs potentiels, sur lesquels devaient s’appuyer la reconstruction du centre-ville, suivaient également la logique de l’urbanisme guérisseur. Cet urbanisme transfigurant, largement critiqué26 aujourd’hui puisque inspiré du mouvement moderne fonctionnaliste des années 1950-60, livrait un centre-ville clefs en main, une forme matérielle idéalisée d’une certaine vision de la stabilité socio-spatiale, en rupture totale avec les temps anciens de la ville et de vie dans la ville, sortie de l’esprit rationnel du praticien de l’espace, qui s’érigeait sur une tabula rasa, seule capable de gommer explicitement toutes les traces d’un centre-ville emblématique de la guerre du Liban, figure du problématique chaos urbain. Nous voyons par cela que la communication du projet correspondait à une vision bien spécifique de ce que devait apporter le centre-ville conçu, et qu’elle était politiquement pensée dans la mesure où la communication du projet représentait un enjeu fondamental pour la réalisation de celui-ci.

36L’absence d’objets historiques dans la mise en image du projet de Dar al-Handasah résulte donc des partis pris urbanistiques pour lesquels ces objets signifiaient la ville à ne pas reproduire, mais également d’un choix politique majeur dans la mesure où la présence dans l’image d’objets historiques idéologiquement connotés et/ou appropriés aurait été une résurgence des sens hérités de la ville, ceux-là mêmes qui ont conduit à la destruction de l’espace central de Beyrouth. Si les images du projet de Dar al-Handasah offraient aux regards de tous un centre-ville en rupture totale avec son passé, elles diffusaient également une image ultra-moderniste de la ville, qui suivait d’ailleurs l’image très entrepreneuriale des commanditaires du projet, dont l’homme d’affaires Rafic Hariri, par ailleurs Premier ministre.

  • 27 Lussault, Michel, 1998, « Un monde parfait : des dimensions utopiques du projet urbanistique contem (...)

37La rupture du centre-ville projeté par rapport au centre-ville perçu supposait bien la création d’une autre image qui allait vers un effacement radical de l’image dominante du chaos urbain. Cependant, les urbanistes et les décideurs politiques largement imprégnés des valeurs modernistes en tant qu’elles se présentent comme solution idéale27, utopique, pour un ordre urbain propre à la satisfaction de l’efficacité d’une ville et de son image sur le plan économique – visions très libérales de l’aménagement urbain – proposaient une version paroxystique de l’abstraction urbaine dans son image, allant jusqu’à l’insignifiance, dépouillée de tous référents sans lesquels la visibilité de la ville, son sens, paraît impossible. L’erreur de la communication et des images du projet de Dar al-Handasah était donc de représenter des objets sortis de nulle part, participant de la création d’une image trop moderniste, sans qu’il y ait, au sein des représentations visuelles du projet, d’objets, de représentations métonymiques d’objets locaux susceptibles de contrebalancer le poids énorme de cette vision aseptisée du centre-ville de Beyrouth, centre de nulle part.

  • 28  Cependant, nous ne savons pas exactement à quelles populations ce calendrier a été envoyé.
  • 29  Il s’avérera par la suite que ces images anciennes serviront également à la société foncière Solid (...)
  • 30  S’il est apparu, au début de la diffusion publique du projet de la reconstruction du centre-ville (...)

38Ces différentes logiques politiques et urbanistiques de l’absence d’objets historiques dans la mise en image du projet de Dar al-Handasah ne prenaient en aucun cas en considération les significations de cet espace, ancrées individuellement et socialement, et s’appuyaient, inconsciemment sans doute, sur la fausse idée que le désert qu’était devenu le centre-ville de Beyrouth après la guerre, avait également engagé un processus d’effacement de cet espace du vécu de chacun des habitants. En fait, la communication du projet ne visait en rien, ou que très partiellement, la population de Beyrouth mais bien plus une cible externe. D’ailleurs, le calendrier cité plus haut rappelle étrangement celui de « Pirelli » ou d’autres, de prestige, envoyés, le plus souvent, à la population « clientèle »28. La réponse de ces « habitants », tout du moins d’une partie d’entre eux, relayée par la presse locale et étrangère, fut une réaction très vive de réappropriation de l’espace central de multiples manières. Il s’agissait notamment d’une recherche des images et autres cartes postales de la ville ancienne29 pour retrouver une certaine idée de ce qu’était ou devait être le centre-ville de Beyrouth dans les temps reculés de la ville ; cette idée allait être, par la suite, largement amplifiée voire déformée pour servir de fonds sémantique pour la construction idéologique du modèle conservateur et de la ville, dans sa dimension matérielle, et des place et position de chacun en son sein. Ceci mobilisa et alimenta notamment des associations de sauvegarde du patrimoine, architectural ou autre, créées ou recréées pour la cause, et dont les membres s’affichaient également, pour certains d’entre eux, au sein du Comité de Rassemblement des Ayants-Droit du centre-ville de Beyrouth ou ailleurs dans les organismes publics. Nous remarquons l’imbrication, dès le départ, des différents mouvements qui allaient se créer. Mais chacun d’eux ayant un objectif spécifique à atteindre, selon des intérêts statutaires et/ou financiers, la difficulté d’une certaine unification par une élaboration commune d’un objectif partagé restera problématique jusqu’à aujourd’hui, moment où nous constatons un essoufflement, ou un repositionnement, autant des mouvements que de leurs revendications30. Pour tous ceux-là, le « patrimoine », sans qu’il soit véritablement défini, allait devenir une sorte de cheval de bataille, un leitmotiv pour la défense des intérêts propres ; il s’est agi, au fond, d’une instrumentalisation même du terme pour aboutir à la satisfaction des diverses revendications, que celles-ci soient une représentation au sein de l’appareil de production de l’espace, ou une reconnaissance politique d’une compétence, d’un statut, d’un besoin, d’une légitimité.

  • 31  Notamment dans la presse étrangère, par exemple celle des grands quotidiens français (Le Monde, Li (...)
  • 32  Cette équipe regroupait des architectes et des urbanistes de Dar al-Handasah comme Angus Gavin (co (...)
  • 33  En réponse à cette production d’images sur l’ensemble du projet, les responsables de Dar ont invoq (...)

39Ces différentes positions logiques ou idéologiques allaient-elles évoluer ou varier à partir de la communication du projet révisé par Solidere et du changement du contenu des images, notamment par une représentation massive d’objets historiques, architecturaux ou encore archéologiques ? Ceci reste évidemment difficile à cerner. Certes, les images du centre-ville en projection ne constituaient pas les seules raisons d’une certaine virulence de la part de tout ou partie de la population vis-à-vis de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth. Cependant, comme nous l’avons vu plus haut, c’est à partir de ces images que la contestation s’est plus ou moins structurée par rapport au projet et qu’elle allait devenir plus vive et s’émanciper au-delà des frontières du Liban31. La révision du projet par Solidere, emmenée par l’architecte-urbaniste Louis Sato32, était également celle de la communication du projet. Aux images riches en détails de la surmodernité en acte sur la totalité spatiale du projet se substituaient des représentations visuelles d’espaces partiels préservés qui allaient s’appuyer sur une série d’objets historiques sélectionnés. En fait, la première action de Solidere en matière de communication fut une production massive d’images qui tentaient d’effacer la surmodernité des lieux représentés dans les images du projet de Dar al-Handasah. Tous les espaces en production n’étaient plus représentés comme cela était le cas précédemment33, autant dans les images que sur la maquette du centre-ville futur.

  • 34  Les édifices religieux sont la propriété des différents waqf-s.
  • 35  À ces espaces « réservés » avec lesquels la société allait établir en partie sa communication, il (...)

40La période de révision du projet urbain, en même temps qu’elle était un moment dense et riche d’une construction nouvelle de l’appareil réglementaire de l’urbanisme du centre-ville, lequel allait être le fondement juridique et légal de toutes productions architecturales et urbaines limitées, pour l’instant, à cette zone, et sans qu’elle remette en cause l’intégralité du projet, était également le temps fondamental du choix stratégique des espaces à prendre en charge par la société foncière à partir de la capacité intrinsèque des espaces sélectionnés à marquer fortement la singularité urbaine de Beyrouth. La stratégie de communication de la société foncière s’opérait déjà à ce niveau de planification stratégique de l’opération à mener, c’est-à-dire au niveau du choix des espaces que la société devait prendre totalement en charge dans un premier temps, au sein de son service du Real Estate, dans le but d’en faire des référents singuliers de la ville. Ainsi, de la Place de l’Étoile à la Tour Murr en passant par le quartier de Foch-Allenby, le Grand Sérail, le quartier de Saïfi à l’est et, surtout, les Souks, mais également les édifices religieux34, la société foncière faisait de ces lieux et espaces préservés35 dans le projet de la reconstruction les objets fondamentaux et premiers de sa communication.

  • 36  Et une remise en ordre et en fonction de la Direction Générale des Antiquités.

41Ces images des lieux et des espaces, déjà emblématiques à plusieurs niveaux et sélectionnés comme tels, étaient également alimentées par les objets anciens sortis des fouilles archéologiques entreprises dès la fin de l’année 1993 et, plus sûrement, les deux années suivantes. Patronnées par l’Unesco, financées par le Premier Ministre Rafic Hariri, en accord avec Solidere laquelle reprendra le financement pour un an au début de 1995 et la Direction Générale des Antiquités, les fouilles vont durer presque deux ans et faire l’objet de nombreuses polémiques entre les différents acteurs concernés, surtout par rapport aux objectifs de chacun. Si les archéologues souhaitaient inscrire des recherches sur le long terme dans la mesure où chaque espace prospecté regorgeait de richesses en termes de savoir pour lesquelles il fallait une réflexion36 plus approfondie afin de mieux coordonner le résultat des recherches des diverses équipes employées, la société foncière, quant à elle, suivant sa logique entrepreneuriale et libérale, mais compte tenu également de la fragilité du contexte socio-politique dans lequel le projet s’inscrivait, avait pour objectif d’en finir au plus vite avec les fouilles archéologiques, et surtout avec les archéologues, afin que ces derniers ne puissent s’organiser au mieux pour donner une toute autre dimension locale et internationale à ces fouilles ; il convenait en effet que celles-ci ne remettent pas en cause l’intégralité de l’action de production et les principes fondamentaux de cette action.

  • 37  Il n’est pas rare d’ailleurs de voir dans la presse ou dans la revue de Solidere, Le Trimestriel, (...)

42En fait, la stratégie globale de la communication « soliderienne » qui visait essentiellement à faire ressortir certaines singularités spatiales, urbaines, de la ville de Beyrouth et de son centre-ville, dans un objectif de promotion du projet de la reconstruction, visait également à montrer que la ville de Beyrouth participait aussi de certaines logiques, notamment superstructurelles, dont l’appel fait à l’Unesco pour coordonner les fouilles archéologiques est une preuve. Cet appel est en effet stratégique, c’est-à-dire qu’il procède d’un comportement tactique, généralisé dans la quasi-totalité des secteurs d’activités de l’entreprise, pour la mise en œuvre du projet, qui est une ouverture partielle et contractuelle, finement définie au départ, dans le processus de conception et de réalisation, aux « autorités en la matière », aux références. L’Unesco, mais également certains urbanistes et architectes de renommée locale ou internationale, certains spécialistes de la communication, de la réalisation de films documentaires, des bureaux de consultants financiers, etc., chacun d’eux étant communément reconnu, sur le plan international le plus souvent, comme une autorité, des experts incontestables d’où sort la « vérité à communiquer » sur la chose qu’ils considèrent. Du choix de l’Unesco comme organisme partenaire, ou d’autres acteurs à forte image dans les autres domaines d’activités de la société foncière, toutes ces actions en direction de l’extérieur de la société apparaissent comme une démarche stratégique, contextualisée et opportuniste, visant à la construction d’une image spécifique et superlative tant du projet que de l’institution qui le gère et le met en œuvre pour une reconnaissance multiscalaire de leur exceptionnalité37.

  • 38  Au sein de l’organigramme de la société foncière, le département de la communication de la société (...)

43Outre le fait que les fouilles ont permis à Solidere de se créditer de les avoir financées belle image là encore –, la société foncière avait alors la possibilité et l’opportunité de se servir des objets retrouvés afin d’alimenter, non seulement le corpus d’objets contribuant à la construction du patrimoine mondial selon des critères spécifiques, mais également le matériau à représenter dans sa stratégie de communication. À la différence de la communication de Dar al-Handasah, les images de promotion du projet de Solidere représentaient des objets historiques, en patrimonialisation, à partir desquels pouvait s’opérer une stratégie visant à offrir une plus grande visibilité du projet au plus grand nombre. La sélection des objets dans le cadre de la production des images promotionnelles du projet, c’est-à-dire les documents donnés aux visiteurs d’un jour, la revue Le Trimestriel, les affiches et autres plaquettes, le rapport annuel de la société, réalisée par les responsables de la communication de la société foncière et décidée, en dernier lieu, comme pour tout autre domaine, par le Président Directeur Général38 de Solidere, s’est effectuée, et s’effectue encore, par rapport à deux principes majeurs étroitement liés qui sont, d’une part, la résonance locale et internationale de l’objet à représenter, et, d’autre part, sa valeur sémantique, compte tenu de l’idéologie politico-urbanistique dominante, pour une signification spécifique du projet de la reconstruction du centre-ville. Nous pouvons, pour illustrer cette opération de mise en image, de patrimonialisation par l’image des objets historiques sélectionnés dans l’optique d’une recherche du sens à donner aux objets urbains conçus, prendre le cas d’une plaquette, « Les sentiers de l’Histoire », publiée en juillet 1995 et réalisée en collaboration avec la Direction Générale des Antiquités (ci-après DGA), ainsi que celui d’une brochure, « Archéologie Urbaine Beyrouth ‘94 », également publiée en 1995, toujours avec la collaboration de la DGA ; ces deux documents sont largement diffusés, dans la mesure où ils font partie d’un dossier remis à tout un chacun qui souhaite obtenir des renseignements sur le centre-ville en reconstruction, ou simplement visiter les lieux.

  • 39  Il faut rappeler que si le projet de Dar al-Handasah a fait l’objet d’une révision de la part de S (...)
  • 40  Nous pouvons comprendre cette « donation » comme du mécénat de la part de R. Hariri et de sa Fonda (...)
  • 41  Ces deux documents ont été réalisés par la Direction de la communication de Solidere.

44En premier lieu, quelques mots sur cette collaboration entre Solidere et la DGA nous semblent nécessaires dans la mesure où cette action de communication n’est pas propre à la société foncière Solidere, mais engage également une institution publique ; et parce qu’il ne s’agit pas directement de la communication du projet en tant que tel mais d’une information-communication sur les richesses archéologiques du centre-ville et présentée comme telle. La collaboration entre Solidere et la DGA en matière de communication est directement issue du Règlement et Aménagement du centre-ville de Beyrouth et de ses secteurs, document réalisé par Dar al-Handasah (Shair and Partners) en décembre 199339 et approuvé par le Parlement libanais. Dans ce document (version en langue française), il est spécifié en page 3, article 4, que les fouilles archéologiques entreprises dans le centre-ville étaient placées sous la supervision de la Direction Générale des Antiquités et que la coordination des travaux (p. 4, alinéa d) était assurée par un comité dirigé par le Directeur Général de l’Urbanisme et constitué de membres de la Direction générale de l’Urbanisme (DGU), de la DGA, du Conseil du Développement et de la Reconstruction et de la Société Foncière. Cette collaboration réglementée va se renforcer après que l’UNESCO, financé par Rafic Hariri à hauteur d’1 million de dollars40, eut accepté de coordonner sur le plan scientifique les travaux de fouilles archéologiques. Cependant, si les fouilles archéologiques, d’un point de vue scientifique et technique, étaient réalisées par la DGA avec la collaboration d’équipes scientifiques étrangères, Solidere, outre qu’elle contrôlait que ces travaux ne dépassent ni les limites de temps imparties, ni les lieux sélectionnés pour leur réalisation, se chargeait d’utiliser les objets trouvés pour sa propre communication. En effet, même si les documents cités plus haut ont pour thème l’histoire archéologique de la ville de Beyrouth, ils visent avant tout la promotion du projet, que cela soit le schéma directeur, comme c’est le cas pour la plaquette « Les sentiers de l’Histoire », ou le projet des souks du centre-ville de Beyrouth, dans le cas de la brochure « Archéologie Urbaine à Beyrouth ‘94 »41.

  • 42  L’avenir et le futur apparaissent, d’une manière générale, dans la plupart des slogans des villes. (...)

45Dans le cas du premier document, le schéma directeur du projet du centre-ville est placé au centre de la représentation, entouré des images et autres photographies de bâtiments, de lieux, d’espaces et d’objets stratégiquement sélectionnés ; il sert à localiser autant les divers chantiers archéologiques que les différents temps urbains retrouvés par les fouilles. Il n’est alors plus question de la représentation de l’ancienne trame urbaine, dans la mesure où celle-ci voilait la richesse archéologique du sous-sol, mais il s’agit de poser la nouvelle trame urbaine comme la condition sine qua non de la résurgence et de l’existence des vestiges anciens qui participent dès lors du caractère historique de ces objets et accèdent, par la même occasion, au statut d’espace et de temps mémorables, c’est-à-dire s’instituant comme repères incontestables dans l’évolution historique de la ville de Beyrouth. Ce jeu sur le temps et l’espace, que le slogan « Beyrouth, antique cité tournée vers l’avenir »42 évoque, est aussi remarquable dans le deuxième document qui pose, de la même manière, le projet des souks de Solidere, représentés dans les dernières pages du document, comme la projection cristallisatrice des savoir-faire locaux en matière d’urbanisme, de la richesse culturelle des différentes civilisations successives, décrite et figurée dans les pages précédentes du document, et que le projet, forme modernisée du lieu, synthétise, au moins dans sa représentation.

46Dans ces deux documents, les objets historiques sélectionnés du centre-ville de Beyrouth viennent supporter les objets conçus, les mettre en phase avec des temps urbains, dans le but qu’ils se chargent des significations reconnues, scientifiques ou autres, parfois mythiques, des temps dans lesquels les objets anciens s’inscrivent. Dans ce processus d’attribution d’une signification à l’action et à l’espace d’action, les objets ne sont alors pas choisis par rapport à une quelconque valeur esthétique, mais parce qu’ils ont une capacité de signifier, d’argumenter, d’être dans le discours pour une plus grande performativité au service de la promotion du projet de Solidere. En ce sens, le choix des objets historiques à représenter, à patrimonialiser par l’image, prend toute son importance, dans la mesure où ils doivent répondre à l’exigence d’une multiple reconnaissance locale et internationale, sans qu’aucun d’entre eux n’apparaisse dominant au sein de la représentation des projets.

47Dans la représentation visuelle « Les sentiers de l’Histoire », trois images d’objets historiques, qui participent en tant que projets à la reconstruction, affirment les principes fonctionnels du centre-ville à partir desquels sont sélectionnés les différents autres objets d’ordre architectural et/ou archéologique. Les souks, pour la fonction commerciale et d’échanges, la mosquée de l’Émir Mansour Assaf pour la fonction culturelle et religieuse et le bâtiment de la Municipalité pour la fonction politique, se posent comme les référents fonctionnels originels que les représentations des autres objets, tels que des amphores phéniciennes, les ateliers ottomans de tissage de la soie, la production de verre aux époques romaine et ottomane, les ateliers de fours et de poteries mamelouks, des magasins byzantins, la Cathédrale Saint-Georges des Maronites, la Grande Mosquée Omari, les thermes romains, l’ancien Petit Sérail ottoman, la colline du Sérail, viennent renforcer. Plus que l’objet en tant que tel, il s’agit là d’une mise en scène des usages anciens des espaces, décontextualisés et élevés en citation pour justifier et légitimer l’action de production du centre-ville conçu par Solidere.

48L’affirmation du caractère originel des fonctions propres au centre-ville de Beyrouth par la représentation d’objets historiques, architecturaux ou archéologiques, est doublée d’un choix stratégique des temps urbains dans lesquels apparaissent les différents objets en représentation, et qui ont la caractéristique de marquer fortement l’imaginaire collectif élargi comme des modèles de ville, dont la sélection renforce les rôles politique, économique, social et culturel invoqués dans la représentation visuelle de l’espace central. En effet, de la période phénicienne à celle du Mandat français, en passant par les époques hellénistique, romaine, byzantine, ottomane pour les plus représentées –, c’est une instrumentalisation, par les objets historiques en images, des temps urbains mémorables pour la construction d’une représentation synthétique et mythique en acte de la ville riche et marchande, impériale, à l’urbanisme rationnel, moderne et majestueux, et qui concentre et centralise en son sein autant le pouvoir que les lieux symboliques de l’échange social et culturel, que doivent rendre effectif les objets préservés et modernes du centre-ville conçu. Ce travail de signification, ou de resignification du centre-ville projeté, par les objets et leurs temps historiques, nous offre la possibilité d’entrevoir trois mythes, fortement liés, au fondement même de la construction et de la définition et d’une image patrimoniale et d’une image moderniste, technologique, du centre-ville de Beyrouth, que sont, sur les plans politique, économique, social et culturel, la ville de Beyrouth entre l’Orient et l’Occident, la ville carrefour de toutes les civilisations et des échanges commerciaux, le pluri-communautarisme et la coexistence, bref, le centre-ville au centre du monde, une vision historicisée et projective de « l’urbano-centrisme » de Beyrouth et de son centre-ville. Par cela, l’image patrimoniale et l’image moderniste jouent un jeu dialectique de production de sens autant pour les objets historiques sélectionnés pour supporter le projet que pour les objets modernes conçus, tels les souks revisités, en devenir mais présents par leur représentation. En d’autres termes, le processus représentationnel qui vise à donner du sens au centre-ville en projection tend implicitement à (re-)signifier l’histoire de la ville comme fondamentalement dépendante et partie prenante de l’histoire du monde.

49La mise en image des objets historiques par la société foncière privée Solidere apparaît bien comme un processus de patrimonialisation à partir d’une vision spécifique et idéologique des temps urbains, passé, présent et, surtout, futur, pour un jeu dialectique producteur d’une certaine signification et du projet du centre-ville et, par ce jeu, de l’histoire urbaine de Beyrouth. Si nous entendons la patrimonialisation, dans le cas de cette opération urbanistique, comme l’élévation, au moins et au préalable par l’image, des objets et des temps urbains choisis et portés au statut d’héritage collectif défini sur la base de son utilité sémantique pour l’action dédiée à la postérité, la mise en image d’objets historiques sélectionnés – esprits des temps interprétés dans lesquels ils ont pris forme, parce qu’elle les met en lumière, les dévoile jusqu’à les ériger comme des repères socio-spatiaux véridiques à ancrer – est un acte fondamental de construction d’un cadre historique de référence, une base à partir de laquelle, entre autres, peut prendre appui le débat sur la question du patrimoine, sur l’histoire urbaine de la ville, loin d’être, à notre sens, une cause entendue, voire sur l’histoire du pays. Seulement, comme il s’agit d’une patrimonialisation par une entreprise privée même si certains documents sont réalisés en collaboration avec des institutions publiques, caution obligée pour des objectifs avant tout de rentabilité, dans la mesure où la communication du projet veut attirer sur le produit, la question reste posée des conséquences d’une telle pratique de mise en scène d’objets historiques publics, c’est-à-dire participant, a priori, du bien commun, et dont l’utilisation dans les images est loin d’être un sujet de discussion, s’il fallait qu’il en soit ainsi à Beyrouth et au Liban. Surtout, la mise en scène des différents objets et des temps urbains sélectionnés a pour conséquence la construction et la diffusion large d’un récit historique de sens commun, c’est-à-dire qu’elle rend fonctionnelle, à toutes les échelles, une représentation spécifique de la ville et de son histoire comme position commune au sein des relations interpersonnelles.

  • 43  L’exemple de l'immeuble de l’ESCWA (Economic and Social Commission of West Asia) est très représen (...)

50Ces objets historiques signifiés, patrimonialisés pour la cause de l’action urbanistique, donnent du sens au projet du centre-ville, autant à la nouvelle trame urbaine conçue qu’aux différents objets modernes ou modernisés, et le confortent comme étant une évolution quasi naturelle et véridique de l’espace central beyrouthin. Ces objets modernes synthétisent, se chargent des significations construites à partir des objets patrimonialisés et tentent, dans l’image, de boucler la boucle de la cohérence temporelle et spatiale souhaitée, et à devenir des référents spatiaux d’une identité nouvelle, beyrouthine, voire nationale, par le dépassement des multiples identités sur lesquelles s’est construit le sens de l’action à entreprendre. Le Beirut Trade Center, le Parc du Normandy et le remblai, les souks de Beyrouth, les quartiers résidentiels de Saïfi et de Wadi Abou Jmil, le Grand Sérail, l’ESCWA43, etc., se présentent comme des objets modernes ou modernisés érigés, par l’image, en véritable monuments, c’est-à-dire en marqueurs de l’organisation socio-spatiale désirée. En ce sens, ils représentent un nouveau temps idéalisé de la ville qui veut aller au-delà d’une situation actuelle et passée et s’ancrer, au moins par la force des images, dans tout un chacun, comme un moment de changement, ou d’adaptation forcée, des comportements individuels et sociaux vis-à-vis du centre-ville, de la ville et des institutions qui la gèrent. Le projet de la reconstruction, tel qu’il nous apparaît au travers des images promotionnelles, se veut être, au regard de notre analyse, une intention de centralité par la virtualité effective d’un centre historique, économique, décisionnel et politique, social et culturel, qui redéfinit l’ensemble des dimensions socio-spatiales, c’est-à-dire, au bout du compte, les conditions idéelles et matérielles de la construction d’une certaine société. Dans ce cadre-là, les objets historiques sélectionnés sont patrimonialisés pour fonder une trame de référence justifiant l’action, et, en cela, au sein des images, ils sont loin de se poser comme de simples artifices de la communication moderne, mais répondent à des exigences, des besoins d’ordre politique pour une action politique sur et dans la ville.

Conclusion

  • 44  Serge Moscovici, « Actes du iième Colloque sur la Dialectique de l’histoire et de la géographie », (...)

51La communication et les images, au sens de la représentation visuelle, d’un projet urbanistique tel que celui de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth, véritable projet urbain, sont loin d’apparaître comme anecdotiques, mais constituent un matériau de recherche à part entière du fait de leur utilisation, en tant qu’images, dans des processus sociaux de production d’espace, et en tant, également, qu’ils sont des objets qu’elle peut mettre en scène. Discours au sens plein du terme, les images promotionnelles de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth le sont, et nous permettent d’approcher au mieux des valeurs systémisées, qui s’investissent, explicitement ou non, dans la manière de concevoir l’espace central beyrouthin, tout en servant de cadre référentiel à l’action de production. Comme le soulignait judicieusement Serge Moscovici : « On ne peut rien comprendre aux communications et aux actions collectives si on ne comprend pas pourquoi et comment se forment les représentations (...). Les comprendre, c’est comprendre comment l’esprit façonne les rapports et les institutions, puisque chaque rapport ou institution comporte des images et des notions qui non seulement les expriment, mais jouent le rôle de contraintes sociales, servant à ordonner les gens et à tirer les choses »44. S’attacher à retrouver les valeurs, les représentations, au sein des images de la ville en projection, c’est, avant tout, essayer de comprendre ce que les individus et les groupes sociaux font, comment ils le font et dans quelle ou pour quelle société, entendue comme l’organisation des relations interpersonnelles dans laquelle l’espace, urbain dans notre cas, est une dimension essentielle.

52Le phénomène de la communication territoriale par les images apparaît dans un contexte social, économique et politique, particulier où l’image, la représentation visuelle, semblent être le mode privilégié des relations à l’autre pour promouvoir, vendre, une certaine vision de la ville et du monde, existant ou à venir, dans lequel la dimension économique se montre tout à fait dominante. Aujourd’hui, les villes doivent développer leur image, faire de la représentation de la ville un repère incontestable, lisible et visible, et pour les habitants et pour le reste du monde, c’est-à-dire donner du sens, identifier, être à part et pourtant participer des mêmes logiques pour un développement économique, et, en même temps, substituer à une certaine situation socio-spatiale complexe la pureté d’un idéal en image, véridique et déjà là, presque là, où tout un chacun peut se retrouver ou trouver un signe de sa propre réalisation. Pour cela, le projet urbain dans lequel se développe et se structure une certaine représentation de la ville, est un moyen essentiel pour la construction d’une image en phase avec l’idéologie politique dominante. L’image de la ville de la guerre qui collait à Beyrouth cède peu à peu le pas à une image de la ville qui se reconstruit, moderniste et en même temps patrimoniale. Ce changement de « capital image » est directement lié à la production massive, depuis 1994, de documents visuels sur le projet de la reconstruction du centre-ville par la société foncière privée Solidere. Depuis le début de la mise en œuvre du projet, de nombreux documents mettent en scène des objets historiques, architecturaux ou archéologiques, pour la promotion du projet. Outre le fait que ces documents visuels ont une capacité à patrimonialiser les différents objets sélectionnés, à les transmettre – processus d’ordre cognitif -, comme véritable héritage, pour la ville et pour les différentes institutions internationales, ils permettent, par leur représentation, un jeu dialectique de significations entre ces objets aux fonctions et aux usages spécifiques à des temps urbains définis et des objets modernes ou modernisés qui reprendraient à leur compte le sens retrouvé, originel, des espaces du centre-ville comme étant au cœur des dynamiques économiques, sociales, culturelles et politiques à l’échelle de la ville et du pays, au fondement de la construction de la société.

  • 45  Ce qui a d’ailleurs pour effet une inversion des résultats escomptés. En effet, certains investiss (...)

53Cette mise en image du projet, avec l’aide des objets dits « patrimoniaux », est le fait de la société foncière Solidere qui, outre qu’elle se doit de réagir, par la communication, en véritable entreprise à rentabiliser, construit et diffuse une image du centre-ville qui s’institue comme représentation de la ville. Si le champ d’action de la société est limité à la zone du centre-ville, le champ d’application de l’image construite, métropolitaine, dépasse le seul cadre du centre-ville45 et revient à poser la question du rôle de la société foncière par rapport à d’autres institutions telles que la municipalité ou d’autres encore. L’effacement, en termes de production d’images et de construction d’image, de la plupart des institutions publiques qui, a priori, gèrent la ville, est un indice d’une certaine subordination du domaine public aux logiques du privé qui définissent, dans le cadre de la reconstruction du centre-ville, autant un cadre historique de référence qu’un comportement idéal du Beyrouthin, voire du Libanais, dans ses pratiques de l’espace urbain et des institutions. Si nous considérons que les images produites par la société foncière prétendent poser les lignes de force de la centralité beyrouthine, c’est-à-dire déterminer, par rapport à une certaine vision de l’efficacité socio-spatiale, ce que doit être le centre-ville pour maîtriser, produire et reproduire une certaine organisation socio-spatiale spécifique à différentes échelles, alors nous posons que le centre-ville, en tant qu’il est objet de société, porte en lui une dimension publique qui, au niveau de la capitale du Liban, s’exprime par l’État, entendu comme structure légitime de la gestion collective et nationale des biens publics. Cependant, étant donné que la société foncière Solidere est, d’une certaine manière, issue de l’État, et que cette société, par la représentation au sein des images du projet du centre-ville d’objets représentatifs d’une ville où se centraliseraient les fonctions politiques, économiques et marchandes, culturelles, les patrimonialise, nous ne pouvons, en conséquence, mettre en parallèle ou en confrontation deux logiques, privée et publique (Solidere contre « l’État »), mais nous devons rechercher en quoi le « privé » est une dimension constitutive et fondamentale de l’existence du domaine « public », ou encore en quoi le « public » n’est, au Liban, que l’expression d’aspirations et d’intentions strictement privées. Se pose alors la question de l’État, de sa nature.

54Les représentations visuelles du projet du centre-ville proposent une image métropolitaine de la ville de Beyrouth, c’est-à-dire d’une ville ayant une capacité virtuelle de jouer un rôle décisionnel en matière économique, au moins au niveau régional. Cette image lie une représentation à la fois patrimoniale et moderniste pour une reconnaissance de sa spécificité locale, de son identité en tant qu’elle participe d’un tout. La construction de cette image s’appuie sur une définition politico-urbanistique du centre-ville, de ses fonctions et usages qui prennent un sens très différent pour ceux qui s’opposent à la reconstruction du centre-ville. Bien qu’il apparaisse très difficile de mesurer la résonance sociale locale de l’action de communication de Solidere et de la mise en scène d’objets historiques, aux fonctions et usages contextualisés, nous notons, cependant, deux types de réactions générales : d’une part, une partie de la population pour laquelle le projet du centre-ville n’a que peu d’intérêt en soi, parce qu’il n’est plus le lieu de la centralité beyrouthine, dans la mesure où d’autres espaces se sont, pendant la guerre, constitués comme références spatiales regroupant des signes identitaires propres, dont des objets patrimoniaux ; d’autre part, une réaction violente contre le projet, comme c’est le cas des ayants-droit du centre-ville qui, pour certains d’entre eux, voient en cette action l’imposition d’une légitimité fabriquée de toute pièce sur leur propre patrimoine. Il y a là un conflit entre deux logiques : une logique “politico-soliderienne” qui cherche à définir un usage de l’espace et des objets qui le composent à partir d’une vision métropolitaine de la ville, et une logique localiste, voire nationaliste, qui définit l’usage de l’espace central de Beyrouth, le patrimoine, par rapport à la légitimité du propriétaire, c’est-à-dire par rapport à ce que le centre-ville d’antan était : une composante essentielle de leur position au sein de la société beyrouthine. Le débat sur le patrimoine et les objets historiques dans le cadre de la reconstruction du centre-ville de la capitale libanaise s’est aujourd’hui détendu, se reportant ailleurs, avec d’autres acteurs et d’autres enjeux, ce qui n’empêche pas que le questionnement que ceux-ci suggèrent soit le même.

Notes

1  Société Libanaise pour le Développement et la Reconstruction du Centre-Ville de Beyrouth, créée le 5 mai 1994.

2  Ola Söderström, , « Sélectionner et projeter », Espaces-Temps Les Cahiers, n° 62-63, 1996, pp. 104-113.

3  Michel Lussault, « La politique territoriale (trans)figurée », Espaces-Temps Les Cahiers, n° 62-63, 1996, pp. 92-103.

4  Raymond Ledrut, Les images de la ville, Paris, Anthropos, 1973.

5  Au sujet des images marketing au sein des politiques de la ville, voir Muriel Rosemberg, Marketing urbain et projet de ville : parole et représentations géographiques des acteurs, thèse sous la direction de T. Saint-Julien, Université de Paris I, 1997, où l'auteur montre, à partir de cas d'études, que le marketing urbain accompagne et participe de la transformation volontaire des villes.

6  Société Nationale d’Aménagement Communal, Casablanca.

7 Communication urbaine et stratégies d’images. Urbanisme, 1988, n° spécial 226-227.

8  Les exemples sont nombreux, dans la presse notamment, de l’utilisation des termes « libanisation » et « Beyrouth » pour définir une situation sociale (guerre ou violence urbaines) et/ou spatiale (les destructions urbaines) donnée.

9  Thierry Paquot, L'utopie ou l’idéal piégé, Paris, Hatier, Optiques Philosophie, 1996.

10  Lucien Sfez, Critique de la communication, Paris, Seuil, 1990.

11  Si nous considérons que la communication territoriale participe du développement de ce mode de relation à l’autre en spécifiant la ville comme sujet de la médiation, alors nous pouvons formuler l'hypothèse que la ville est à la fois objet et sujet et que, en ce sens, elle est une condition a priori d’une certaine organisation sociale. Dans ce cadre-là, c’est dans les discours des images, au sens large du terme, à travers ce qu’ils diffusent comme valeurs et représentations que la ville entre en débat, se définit, se conçoit comme sujet de la société.

12  Le développement des nouvelles technologies de l’information, de l’Internet notamment, est significatif d’une part de la position dominante de l’image dans les processus relationnels, et, d’autre part, de la capacité relative des individus à choisir et à maîtriser l’information et ses propres relations avec son environnement. Si la communication et ses techniques sont loin d’aboutir à recréer une certaine « cohésion » sociale – si ce n’est que partiellement et sur du virtuel –, la production massive d’images et d’informations ainsi que le développement des technologies ont obligé, d’une certaine manière, tout un chacun à gérer sa relation au monde dans le souci de son propre dépassement.

13  Si les objectifs fixés de la communication territoriale apparaissent relativement clairs, l’évaluation de la communication, de ses effets sur l’ensemble des acteurs ciblés reste, la plupart du temps, une idée relativement vague comme le souligne Antoine S. Bailly dans son article « Les représentations urbaines : l’imaginaire au service du marketing urbain », in Revue d’Économie Régionale et Urbaine, n° 5, 1993, pp. 863-867.

14  Sylvia Ostrowetsky, L’imaginaire bâtisseur, Paris, Librairie des Méridiens, 1983.

15  C’est notamment le cas de l’ouvrage Beyrouth reborn d’Angus Gavin, urbaniste et consultant pour Dar al-Handasah et Solidere. Il s’agit d’une sorte de « bible » architecturale et urbanistique de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth vue par Solidere. C’est encore le cas pour des documents réalisés en partenariat avec des institutions publiques, que ce soit le Ministère de la Culture et de l’Enseignement Supérieur, la Direction Générale des Antiquités ou les Universités.

16  Le projet de la reconstruction du centre-ville est un thème majeur dès la fin de la guerre. Le gouvernement d’Omar Karame remet en place, dès janvier 1991, c’est-à-dire un mois après sa nomination, le Conseil de Développement et de la Reconstruction (CDR) qui commande dans la foulée un projet au bureau d’études Dar al-Handasah. Ce dernier sera présenté au Parlement en septembre de la même année ; celui-ci, après discussion, votera la loi 117/91 au mois de décembre 1991, entérinant ainsi la création d’une société foncière privée pour la reconstruction du centre-ville de Beyrouth.

17  M. Lussault, « La politique territoriale… », op. cit., p. 103.

18  Gilbert Durand, L’imaginaire. Essai sur les sciences et la philosophie de l’image, Paris, Hatier, 1994 , p. 1.

19  Régis Debray, Vie et mort de l’image, Paris, Gallimard, 1992,  p. 492.

20  L’affichage urbain du projet du centre-ville n’a jamais dépassé les limites de cet espace, se limitant quasi exclusivement aux portes est, ouest et sud de la zone considérée. Ce phénomène peut s’expliquer en partie par le fait que les différents autres espaces de la ville sont déjà forts marqués idéologiquement par un placage sur les murs et autres supports de l’appartenance politique, idéologique ou communautaire du quartier, de l’îlot, d’un espace dans la ville ou l’agglomération (à ce sujet, voir : Michael Davie, « Les marqueurs de territoires idéologiques à Beyrouth (1975-1990) », Dans la ville l’affiche, EIDOS, Tours, Maison des Sciences de la Ville, n° 4, 1993, pp. 38-58). La multiplication des affiches urbaines du projet de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth à travers l’ensemble de la ville, et des territoires, aurait certainement été considérée, par certaines organisations politiques, comme une provocation, une attaque dans un contexte d’après-guerre relativement tendu. Cette attitude de la part des responsables de Solidere confirme le rôle politique majeur de la reconstruction du centre-ville. Elle éclaire également l'hypothèse selon laquelle le centre-ville serait, dans le cadre de l'agglomération, un des seuls espaces à territorialiser.

21  Nous pouvons notamment citer l’organisation de foires, d’expositions diverses comme celle de dessins d’enfants de tout le Liban exprimant leur vision de la reconstruction du centre-ville (cf. L’Orient-Le Jour, 19.02.94 : « Solidere organise un concours de dessin pour les jeunes », p. 2).

22  D’autres projets ont été conçus avant et pendant la guerre, dans les périodes de relative accalmie. Pour les derniers, il s’agit du projet de l’APUR (Atelier Parisien d'Urbanisme) en 1977, de celui d'Oger-Liban en 1985 et enfin celui de l’IAURIF (Institut d'Aménagement et d'Urbanisme de la Région Ile de France) en 1986. Si les deux premiers se focalisaient exclusivement sur la zone considérée aujourd’hui comme étant celle du centre-Ville, le dernier, quant à lui, englobait le centre-ville dans une réflexion à l’échelle de l’agglomération beyrouthine.

23  Henri Edde est architecte-urbaniste. Il fut notamment Ministre des Travaux Publics dans le Cabinet de Saeb Salam, entre octobre 1970 et décembre 1971, date à laquelle il démissionne du gouvernement. Il participa également à la conception du schéma d'aménagement du centre-ville en collaboration avec l'Atelier Parisien d'Urbanisme en 1977.

24  Vu la rapidité avec laquelle le projet de la reconstruction du centre-ville a été adopté par la quasi-totalité des parlementaires libanais, nous pouvons nous demander si ce projet n’était pas seulement une sorte de formalité, un moment privilégié, juste après la fin du conflit libanais, afin d’aboutir à la création de la première société foncière privée, qui ne peut être entendue comme une nouveauté d’un point de vue juridique dans la mesure où la loi de l’Urbanisme de 1962 portait déjà, dans son article 19, les principales caractéristiques de l’existence de tels organismes pour l’aménagement urbain. D’autre part, « l’évidente nécessité », sur tous les plans, de la reconstruction du centre-ville pour Beyrouth et le Liban suppose que cet espace ait été l’objet d’une négociation lors même du processus qui a conduit à la signature des Accords de Taëf. Ceci reste évidemment en suspens et ne peut faire l’objet actuellement que d’une simple hypothèse.

25  Nous ne pouvons cependant pas parler d’une opposition radicale et constante à la totalité politico-urbanistique du projet de la reconstruction, à sa nécessité, qui serait circonscrite à un ensemble de personnes identifiées comme opposantes. La réalité est beaucoup plus complexe. Si des ayants-droit, des intellectuels, des hommes politiques, et autres, qui peuvent d’ailleurs être les trois à la fois, se sont viscéralement opposés à certains principes urbanistiques et/ou politiques de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth, il n’en demeure pas moins que leur position dans le temps par rapport à ce dernier a fortement évolué, au même titre d’ailleurs que certains ayants-droit, intellectuels, hommes politiques pour lesquels il apparaissait à ce moment-là que le projet de la reconstruction du centre-ville devait être mis en œuvre ; cette évolution dépendant souvent de la possibilité qu'ils avaient de s'inscrire ou non dans le processus.

26  Notamment par les urbanistes responsables de la société foncière Solidere.

27 Lussault, Michel, 1998, « Un monde parfait : des dimensions utopiques du projet urbanistique contemporain », in Eveno, E. (dir.), Utopies urbaines, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, pp. 151-176.

28  Cependant, nous ne savons pas exactement à quelles populations ce calendrier a été envoyé.

29  Il s’avérera par la suite que ces images anciennes serviront également à la société foncière Solidere autant pour sa stratégie de communication que dans le cadre de la conception des projets urbanistiques qu'elle a la charge de réaliser et, notamment, celui des souks du centre-ville.

30  S’il est apparu, au début de la diffusion publique du projet de la reconstruction du centre-ville par Dar al-Handasah, une certaine résistance de la part de plusieurs mouvements vis-à-vis de cette totalité politico-urbanistique que représente l’opération, celle-ci s’est relativement vite révélée comme étant très fragmentée aussi bien dans les objectifs à atteindre que dans la manière pour y parvenir. Ainsi, une association comme celle de l’APSAD (Association pour la Préservation et la Sauvegarde des Anciennes Demeures), par exemple, s’est largement retirée du champ contestataire de la reconstruction du centre-ville pour se focaliser quasi exclusivement sur des quartiers péricentraux, notamment à l’est de la ville de Beyrouth.

31  Notamment dans la presse étrangère, par exemple celle des grands quotidiens français (Le Monde, Libération, etc.) ou des revues spécialisées.

32  Cette équipe regroupait des architectes et des urbanistes de Dar al-Handasah comme Angus Gavin (consultant), Bassem Nsouli (actuel directeur du service du Town Planning de Dar) et même Henri Edde jusqu’à sa démission en 1993. Le bureau d’études restait et restera le consultant principal de Solidere jusqu’à aujourd’hui, notamment pour le suivi de la réalisation du réseau d’infrastructures dans le centre-ville. L’équipe se composait également de Louis Sato, de Jean-Paul Lebas – lequel deviendra par la suite un des directeurs de la société foncière jusqu’à son départ en septembre 1997 et d’Oussama Kabbani (directeur du Town Planning à Solidere), entre autres.

33  En réponse à cette production d’images sur l’ensemble du projet, les responsables de Dar ont invoqué une volonté de donner à voir la globalité du centre-ville en volume, mais qu’en fait, ceci avait été interprété comme le projet d’un seul architecte, en l’occurrence Henri Edde, sur l’ensemble de la zone délimitée comme le centre-ville de Beyrouth. Cependant, il est à remarquer que cela participait des pratiques urbanistiques à l’époque des grands ensembles en France notamment. En fait, nous ne souhaitons certainement pas ici remettre en cause la bonne foi de l’urbaniste dans sa pratique, mais bien montrer qu’elle participe d’un cadre référentiel dominant à une certaine époque, et que celle-ci avait survécu au Liban, ce qui montre, de surcroît, que l’urbanisme dans ce pays était « aux mains », depuis longtemps, de ceux qui étaient déjà présents lors des précédents projets pour le centre-ville de Beyrouth et notamment celui de 1964 et 1977. En d’autres termes, le projet de Dar, ou celui de H. Edde, était encore une unique et intrigante présentation pratique d’une discipline qui fait du futur, temps majeur, une présence de l’absence totale de l’effectivité des conceptions passées.

34  Les édifices religieux sont la propriété des différents waqf-s.

35  À ces espaces « réservés » avec lesquels la société allait établir en partie sa communication, il faut ajouter le remblai dans la mesure où cet espace, au nord du centre-ville pris entre la marina et le premier bassin du port, est devenu la propriété intégrale de la société, pour se payer des infrastructures réalisées pour le compte de l’État. Les logiques qui ont menés à la décision du choix de ce site pour en faire la décharge de Beyrouth pendant les années de guerre restent encore peu connues.

36  Et une remise en ordre et en fonction de la Direction Générale des Antiquités.

37  Il n’est pas rare d’ailleurs de voir dans la presse ou dans la revue de Solidere, Le Trimestriel, l’attribution d’un prix lors de sa présentation dans le cadre de foires, de rencontres internationales plus ou moins spécialisées dans l’aménagement urbain. La présence à l’ensemble de ces rencontres était un objectif de la société pour la promotion du projet et de ceux qui le portent. Aujourd’hui, un responsable de la communication de Solidere nous informe que cette présence n’est plus obligatoire, sauf pour certaines rencontres internationales, du fait que le projet et la société se sont « installés ».

38  Au sein de l’organigramme de la société foncière, le département de la communication de la société est directement rattaché au président de Solidere, Nasser Chamaa.

39  Il faut rappeler que si le projet de Dar al-Handasah a fait l’objet d’une révision de la part de Solidere, celle-ci s’est effectuée sous la responsabilité de consultants engagés par cette dernière, tout en bénéficiant de la collaboration des urbanistes et techniciens du bureau d’études Dar al-Handasah.

40  Nous pouvons comprendre cette « donation » comme du mécénat de la part de R. Hariri et de sa Fondation. Cependant, il s’agit là d’un acte communicationnel calculé pour que l’Unesco, organisation mondiale, donne une certaine légitimité à l’action entreprise.

41  Ces deux documents ont été réalisés par la Direction de la communication de Solidere.

42  L’avenir et le futur apparaissent, d’une manière générale, dans la plupart des slogans des villes. Le futur est, particulièrement dans le cas de la reconstruction de Beyrouth, un temps fondamentalement dominant, d’une part parce que sa conjugaison évite, d’une certaine manière, un retour sur un passé proche ou lointain si ce n’est d’une manière « contrôlée » ; d’autre part, parce que le futur est le maître mot du principal commanditaire de la reconstruction du centre-ville, Rafic Hariri, dans la plupart de ses discours, mais également dans la dénomination des ses entreprises à forte production d’images telle que la chaîne de télévision Future, par exemple.

43  L’exemple de l'immeuble de l’ESCWA (Economic and Social Commission of West Asia) est très représentatif de ce que souhaite Solidere en matière d’image. En effet, ce bâtiment, conçu par l’architecte Pierre el-Khoury, qui, à l'origine, devait être le siège social de Solidere, est devenu, à la suite d’une opportunité offerte par les Nations-Unies, le siège, pour le Moyen-Orient, de l’organisation économique et sociale de l’ONU.

44  Serge Moscovici, « Actes du iième Colloque sur la Dialectique de l’histoire et de la géographie », INRP, Paris, 1987. Cité dans Antoine S. Bailly, op. cit., p. 863.

45  Ce qui a d’ailleurs pour effet une inversion des résultats escomptés. En effet, certains investisseurs qui souhaitent investir dans le centre-ville de Beyrouth, attirés, en partie, par les images promotionnelles du projet, en viennent, au bout du compte, à s’établir au-delà des limites du centre, là où les contraintes en matière d’urbanisme sont quasiment inexistantes (Verdun, Corniche, etc.), tout en bénéficiant tout de même de l’image moderniste du centre-ville.

Auteur

Doctorant en Géographie, Université de Tours, URBAMA, UMR 6592 du CNRS, Maison des Sciences de la Ville, UMS 1835 du CNRS

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable