Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains

 | 
Raffaele Cattedra
, 
Pascal Garret
, 
Catherine Miller
, 
et al.

Production étatique de la norme

La planification de la sauvegarde et le détour marocain (1912-1925)

Hélène Vacher

Entrées d'index

Géographique :

Maroc

Note de l’auteur

(Texte 2001)

Texte intégral

  • 1  Voir notamment J. A. Lughod, Rabat, Urban Apartheid in Morocco, Princeton, Princeton University Pr (...)
  • 2  Après la Charte de Venise de 1964 qui avait avancé la notion de site urbain, en 1987, la Charte in (...)

1La sauvegarde des médinas du Maroc, sous la houlette du résident général Lyautey (1912-1925), relève de la politique d’aménagement qui engloba les cités du « vieux Maroc » dans la révolution spatiale induite par l’occupation coloniale. Dès sa mise en place, l’administration du Protectorat assigna une dimension symbolique à la conservation des monuments et des cités du Maroc. Innovante sur le plan institutionnel, spectaculaire au plan de son impact sur la forme urbaine, la politique de sauvegarde est à apprécier au regard des modalités spécifiques de la mise sous tutelle de l’Empire chérifien et des réformes conduites par les artisans de la « Renaissance marocaine » pour donner une cohérence spatiale, politique et culturelle au « Maroc utile ». La séparation des ordres urbains, ou la discontinuité planifiée, opérée par les autorités du Protectorat au Maroc, a fait l’objet de nombreux travaux depuis les années 1970. Toutefois, la mise en perspective de cette expérience dans l’histoire des discours et des disciplines de l’aménagement urbain demeure un objet de controverse1, tandis que la politique de sauvegarde est à considérer à l’aune de l’invention du patrimoine urbain2.

2L’article examine le cadre d’émergence des opérations de protection des cités marocaines dans la perspective du mouvement international en faveur de l’urbanisme au début du xxe siècle. En considérant le dispositif d’intervention élaboré à cette fin et des exemples de mise en oeuvre, cette contribution questionne la cohérence d’un modèle urbanistiquequi aurait désigné un patrimoine urbain et intégré sa conservation à la planification urbaine.

Fondements conceptuels de la sauvegarde

Le mouvement international pour l’aménagement et la ville historique

  • 3  G. E. Cherry, “Planning history: Recent developments in Britain”, Planning Perspective, 1991, n° 6 (...)
  • 4 Voir A. D. King, Colonial Urban Development, Culture, Social power and Environment, Londres, Routle (...)
  • 5  R. F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France – modernisation et dirigisme au xxe siècle ? (tra (...)
  • 6  La section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social est créée en 1908 et la Société française d (...)

3Discutant des influences réciproques des idées, des conceptions, des législations et des réalisations en Europe, Gordon Cherry et Anthony Sutcliffe ont montré l’importance de la dimension internationale pour la compréhension de l’histoire du Town planning3. D’autres travaux ont davantage considéré la diffusion des techniques et des modèles d’aménagement dans les espaces coloniaux et les périphéries4. La plupartdes outils d’intervention ont émergé dans la seconde partie du xixe siècle avec les extensions de nombreuses villes européennes, souvent liées à l’abandon des fortifications militaires (Vienne en 1857 ou l’annexion de communes périphériques de Paris en 1860), qui ont renouvelé pour les contemporains les conditions de compréhension des phénomènes urbains et, partant, les aménagements des quartiers neufs avec les restructurations éventuelles des centres. Ces connaissances et savoir-faire se sont consolidés en s’agrégeant aux nouvelles formes d’organisation et de spécialisation du savoir, notamment celles qui sont regroupées sous le terme générique de sciences de l’homme. En France, ils se sont construits et cristallisés en constituant une discipline, baptisée urbanisme à la veille de la Première Guerre mondiale, en conjonction avec le développement demodèles de rationalisation économique visant également à accompagner la seconde industrialisation5. La multiplication des concours de plans d’aménagement, la tenue d’expositions et de congrès internationaux ou encore la création d’associations et de lieux de recherchesur l’urbanisme sont autant de manifestations de l’essor d’un large mouvement dans plusieurs pays6. La plupart des États européens se sont dotés de législations ou de règlements durant les premières décennies du XXe siècle. Ainsi en Suède et en Angleterre, les dispositifs juridiques sont en place en 1907 et 1909, tandis que les Parlements en France ou au Danemark ont approuvé des mesures similaires en 1919 et en 1925.

  • 7  Voir S. Muthesius, “The Origins of the German Conservation Movement” et P. Breitling, “The Origins (...)

4Il reste que d’autres dimensions sociales et culturelles ont pesé sur les nouvelles techniques de l’aménagement prenant le pas sur les principes résiduels de l’art urbain, au rang desquelles la construction des identités nationales et les courants nationalistes. Les « urbanistes », confrontés à l’inertie du bâti traditionnel, ont adopté des positions contrastées suivant deux oscillations, selon que ce bâtireprésentait des valeurs historiques et nationales ou, au contraire, des archaïsmes contraires aux conceptions de l’hygiène ou de la salubrité. Le bâti a ainsi pu être mobilisé par les débats et les discours sur l’aménagement au nom d’une nouvelle esthétique, comme cela fut le cas dans des États allemands où l’intérêt savant pour le Volkkunst s’est conjugué aux courants romantiques à la quête d’un génie du peuple en faisant émerger des patrimoines nationaux ruraux et urbains7.

  • 8  Pour une approche comparative, voir J. Jokilehto, A History of Architectural Conservation, Oxford, (...)
  • 9  À propos de la grandeur architecturale en Italie et en France, John Ruskin écrivit: « To this day, (...)

5Évoquer aussi rapidement le poids des configurations culturelles, sociales et politiques souligne seulement la complexité des logiques qui l’ont parcouru et qui ont oeuvré dans des situations localisées, en relation avec la problématique des monuments historiques, des paysages naturels, du bâti vernaculaire et de leur conservation8. Aussi bien dans le cas du Maroc, l’inscription de l’aménagement urbain dans une stratégie de conquête et d’occupation aura-t-elle permis de déplacer les termes du débat propre au champ européen sur les questions de conservation, en planifiant une juxtaposition pacifiée des « ordres de villes ». En Europe, la reconnaissance de deux ordres urbains distincts et potentiellement conflictuels s’est établie selon des modalités discontinues. Les formes anciennes, désormais dépourvues de leur dynamisme propre, semblaient promises à devenir des espaces résiduels ou à disparaître inexorablement. La relecture par les praticiens de l’aménagement de ces tissus hérités, au-delà de la seule question du monument – édifice, aura suivi un long parcours. Ce cheminement n’est d’ailleurs pas réductible à la seule construction juridique, interprétation quitendrait à présenter une évolution logique, selon laquelle la notion de monument historique aurait connu une extension continue, en tache d’huile. Dans la première moitié du xixe siècle, les écrivains voyageurs ont décrit dans leurs narrations les changements qui affectaient les limites de la ville ; des écrits, tels ceux de John Ruskin, ont avancé l’idée d’une ville -monument9. Plus généralement, les tenants des arts ont oeuvré, dans nombre de pays européens, à des commissions chargées de l’inventaire, du classement, de l’inspection et, éventuellement, de la réfection des édifices. Les dispositifs législatifs de protection des monuments et des sites ne sont apparus qu’aux alentours de la Première Guerre mondiale avec des chronologies et des conceptions variant très sensiblement selon les États.

  • 10  P. Geddes, City Development, A report to the Carnegie Dunfermline Trust, Shannon, Irish University (...)
  • 11  Pour le plan d’extension de Munich en 1891, il s’agit en particulier des propositions de Karl Henr (...)

6Outre-Manche, la question de l’héritage du bâti ordinaire a été abordée en particulier par Patrick Geddes en 1904 dans une perspective aménagiste10. Renvoyant dos à dos « l’anecdotisme » cher aux collectionneurs antiquaires et aux touristes, et les destructions des hygiénistes utilitaristes, P. Geddes déplore la mode de « l’haussmannisme » dans les municipalités d’Europe. Invoquant ses initiatives pour la ville d’Edimbourg, il propose les bases d’une pratique du curetage, fondée sur les techniques d’enquête d’inspiration leplaysienne. L’articulation de la conservation au dispositif de l’urbanisme naissant est posée en ouvrant sur une approche méthodologique, avec pour objectif « d’améliorer l’ancien et de construire des nouveaux quartiers au delà ». Une telle tentative d’objectivation de la sauvegarde urbaine se distingue de la vigoureuse critique de l’aménagement moderne, conduite par Camillo Sitte à partir de l’analyse approfondie des formes urbaines héritées. Pour le praticien autrichien, la défense de cet héritage est quasiment implicite, comme allant de soi ; il constitue également une matrice de formes à intégrer dans un nouvel « art urbain », ce que ses émules allemands ont ambitionné d’appliquer, notamment pour le redéploiement de la ville de Munich11.

  • 12  Cela n’exclut pas l’approche méthodique du bourgmestre de Bruxelles ; voir pour exemple C. Buls, L (...)

7Le patrimoine urbain, qu’il soit objet de mesures d’exception dans une perspective post-haussmannienne, cerclé d’un anneau vert assurant le différentiel circulatoire comme souvent en Europe du nord, ou encore érigé en référent pour guider une renaissance de l’art urbain, demeure généralement périphérique aux études ou aux projets qui ont participé de la constitution de l’urbanisme. Les tentatives de recomposition patrimoniale, comme celles de Charles Buls qui, durant sa magistrature de Bruxelles, conduisit des opérations de restauration et de restitution de la Grand Place à la fin du xixe siècle, ont privilégié une « esthétique des villes », sans toutefois parvenir à instaurer une démarche du projet d’aménagement faisant de la sauvegarde urbaine une composante intégrée12. Les développements ultérieurs de l’urbanisme, marqués par le mouvement fonctionnaliste, ont repoussé à l’arrière-plan ces différents apports.

Les principes de« l’école marocaine »

  • 13  Édouard Joyant, Traité d’Urbanisme, 2 vol. , Paris, Éditions Eyrolles, 1923.
  • 14 M. Jadda, Bibliographie analytique des publications de l’Institut des Hautes Études Marocaines, 191 (...)
  • 15  M. Tranchant de Lunel, Maroc, Pays du paradoxe, Paris, Charpentier et E. Fasquelle, 1924, p. 121.

8La portée et la signification urbanistiques de « l’école marocaine » ne peuvent s’analyser à partir de manifestes théoriques quien exposeraient les principes en matière de transformation urbaine et de conservation. Édouard Joyant, ingénieur des ponts et chaussées directeur adjoint des Travaux publics du Protectorat en 1913-1919, puis en charge de cette direction en 1928-1932, a laissé un Traité d’urbanisme qui consacre de larges passages aux mesures conservatoires pour en décrire surtout les modalités d’application13. Par contre, Henri Prost, à qui fut attribué le contrôle du service d’Architecture et des Plans de villes en 1914-1924, ne réalisa pas son projet d’ouvrage sur l’urbanisme et, dans ses écrits, les références à la mise en place d’une politique de sauvegarde sont éparses et souvent allusives. D’autre part, la contribution spécifique de ces protagonistes de l’urbanisme du Protectorat s’inscrit par rapport à des axes déjà tracés avant leur arrivée. Ainsi, les directives de la mission scientifique créée en 1903 par Charles Jonnart, gouverneur généralde l’Algérie, devaient préparer la mise en œuvre d’une politique d’association au Maroc14. Maurice Tranchant de Lunel, nommédirecteur du service des Beaux-Arts en novembre 1912, s’était déjà adonné à l’étude du Maroc durant plusieurs années ; il rappelle avoir été pressenti par E. Régnault : « On me confiait dans cette organisation nouvelle la conservation des monuments historiques et des antiquités, et la mission de créer des centres à l’usage des Européens, afin d’éviter de renouveler des erreurs commises en Algérie et en Tunisie où les anciennes villes indigènes n’ont été que fort peu respectées »15.

  • 16  Pour le détail de ces tractations, voir H. Vacher, Projection coloniale..., op. cit., pp. 154 -155
  • 17  Archives de l’Académie d’Architecture, Paris, Fonds Prost, B2 74/75, « Paris 1900 ».
  • 18  Conférence de Charles Buls à Rome en janvier 1902. Cf. G. Zucconi, « Le destin de la Rome antique (...)

9Il demeure qu’Henri Prost fut appelé en mission au Maroc comme urbaniste, au fait des questions et des pratiques en France et à l’étranger. Son projet, intitulé « anneau d’or », lauréat du concours d’Anvers en 1910, avait donné une large place à la mise en contexte historique du paysage urbain ; une distinction qui le recommanda auprès du résident général Lyautey16. Cet intérêt, il l’avait partagé avec d’autres jeunes architectes prix de Rome qui entendaient élargir le domaine de l’art de la composition. Durant son séjour à la villa Médicis dans les années 1902-1907, il avait cherché dans ses travaux sur Sainte-Sophie à retrouver « les lignes essentielles de l’ex-capitale d’Orient »17. Il est probable qu’il se soit alors intéressé aux travaux d’aménagement de la zone du Forum et aux débats sur le plan régulateur de la capitale romaine durant ces mêmes années ; autant d’ouvertures sur les questions et les cadres théoriquesde l’urbanisme, posant tout particulièrement l’héritage urbain au premier plan et attirant les tenants de l’esthétique urbaine et de son patrimoine, comme Charles Buls. Dans la « ville des villes », archéologie, architecture et aménagement se compénétraient de manière exemplaire18. Toutefois, H. Prost a laissé dans l’ombre la plupart desdétails de cette phase préparatoire à sa carrière d’urbaniste. À l’inverse, d’autres « Marocains » ont été diserts sur les rapports de l’aménagement urbain à la conservation et à la protection des villes.

  • 19  E. Pauty, « Rapport sur la défense des villes et la restauration des monuments historiques », Hesp (...)

10Pour éclairer ces rapports, on a retenu principalement trois textes émanant respectivement d’Edmond Pauty, d’Hubert Lyautey et de Jules Borély, chacun ayant eu une fonction dans l’appareil du Protectorat19. Ces écrits ont pour caractères communs de se présenter explicitement comme des synthèses de la problématique posée par la conservation urbaine et de dresser successivement un bilan de l’administration du Protectorat en matière de sauvegarde des villes, en 1922, 1926 et 1933. L’analyse proposée ici de chacun des textes distingue quatre aspects susceptibles d’organiser un cadre d’ensemble de la sauvegarde :

  • A. La protection comme devoir d’État et comme facteur de renaissance.

  • B. La recherche de l’authenticité conditionnant la maîtrise de l’acculturation.

  • C. La distinction des ordres de villes et la défense de l’intégrité physique des médinas.

  • D. L’élaboration d’un modèle spatial multipolaire.

  • 20  Voir la préface au Rapport Général sur la situation du Protectorat du Maroc au 31 juillet 1914, da (...)

11Dans le texte, reprenant la conférence prononcée en 1926, H. Lyautey développe des conceptions qu’il avait auparavant formulées dans sa préface au Rapport Général sur la situation du Protectorat du Maroc du 31 juillet 1914, en particulier le principe de la séparation des ordres de ville20. On peut ainsi faire l’hypothèse que les orientations urbanistiques développées sous le Protectorat n’ont pas toutes été lancées au coup par coup, mais davantage envisagées comme un système d’interventions coordonnées. À son retour en métropole, Lyautey s’est posé en défenseur des « beautés artistiques » du patrimoine marocain et en concepteur d’un Maroc moderne. Selon lui les nouveaux bâtiments administratifs « qu’il fallait cependant bien édifier » sont adaptés « au style du pays ». Le patrimoine marocain est exalté : les complexes palatiaux du Makhzen avec leurs appartements grandioses n’égalent-ils pas « nos plus beaux châteaux de la Loire » ? Le Maroc représente un bloc de civilisation comparable, sinon égal, à la civilisation métropolitaine. Mais, la dissymétrie entre les deux ensembles est soulignée, car ces merveilles marocaines, dignes des palais des « mille et une nuits », ne furent créées qu’à l’aide « de procédés archaïques et rudimentaires », « sans plan » et « grâce à des indications verbales ». Ce patrimoine devait être défendu contre le mouvement propre de la colonisation et contre les ambitions mercanti, mais aussi, et peut-être surtout, contre une « élite indigène », « formée à cette conviction que son art national était suranné, qu’ils étaient retardataires... ». Le Protectorat aurait donc conduit une œuvre de réhabilitation des créations d’une société naufragée : le devoir de protection est affirmé devoir d’État, lui-même support d’une véritable « Renaissance ». Un devoir qui participe de la légitimation d’une colonisation « fécondante », anticipant sur la formation d’une mémoire « nationale », et s’instituant tutrice d’une élite subjuguée par la puissance scientifique et technique émanant de la modernité. C’est cette obligation qui fonde alors la patrimonialisation des cités du Maroc.

  • 21  CARAN, Paris, Fonds Laprade, AP/403/10bis, article pour la revue France Maroc, dactyl., 1917.
  • 22  M. Tranchant de Lunel, Maroc..., op. cit., p. 160.
  • 23  Ibid., p. 201.

12Par ailleurs, il est posé que la conservation n’infère pas seulement la préservation du bâti ancien, mais qu’elle implique aussi le respect de certaines règles quant à la production du cadre bâti engendré par la colonisation. L’œuvre de sauvegarde s’effectuerait dans une tension constante entre la stricte conservation et l’adaptation du nouveau à l’ancien, car il est aussi question selon Lyautey de rendre « l’art traditionnel » compatible avec la vie et les « besoins contemporains » ; cela implique donc une démarche pragmatique. La politique du moindre mal est souvent invoquée, par exemple lorsqu’il s’agit de masquer des bâtiments utilitaires indispensables, comme les casernes « habillées à l’arabe » de façon à les « rendre supportables ». Toutefois, l’horizon des « Marocains » porte au-delà. On sait que Lyautey était depuis son premier service en Algérie sensible aux tendances néo-mauresques du « style Jonnart ». Mais, averti par « ses as », architectes et urbanistes, des limites du mimétisme orientalisant, il s’est rallié à des formules plus sobres rompant avec les « mièvreries de la période de mauvais goût romantique ». De la recherche d’authenticité dans les restaurations découle le rejet du pastiche. L’attention aux mécanismes de l’acculturation architecturale renvoie à la recherche d’une « Renaissance marocaine » qui doit être tangible. Albert Laprade a ainsi rêvé de faire jouer à un Maroc « très cubiste », le rôle de l’Italie au xvie siècle21. Mais il n’y eut pas d’unité de vue sur « l’art marocain », et la villa du Résident a été l’un des points de friction entre les architectes créateurs et l’inspecteur des Beaux-Arts. Tranchant de Lunel, chef du service pendant plus d’une décennie, a raillé sans pitié les résultats d’une « formule néo-barbaresque de l’architecture de transition (…), grands projets et vastes réalisations d’État sous les pergolas de ciment armé que les printemps de l’avenir fleuriront »22. À ses yeux, la conservation et la sauvegarde présupposent une étude approfondie des principes de « l’art indigène », alors que « l’art vivant » est aussi un art assoupi ; il importe de renouer les fils rompus de la tradition du fait de la décadence du Makhzen, et l’architecte doit se faire « ravaudeur » en s’appliquant dans la restauration à retrouver les cheminements effacés. Tranchant de Lunel dénonce les raccourcis trompeurs de ceux qui veulent « fourrer du fer » et « rafistoler », il se passionne pour les savoir-faire traditionnels qu’il convient de ranimer, il s’emploie à ce que les « réparations indispensables ne soient point pires que l’injure des temps révolus »23. Une optique minimaliste aux accents ruskiniens. Objet d’études approfondies et de soins, le patrimoine urbain, source de connaissance et témoignage, devient ici le référent et l’appui d’une architecture susceptible de déboucher sur une acculturation réussie.

  • 24  CARAN, Paris, Fonds Laprade, 475 AP/169, Comité du Vieil Alger, 25 avril 1913. Sur l’action de ce (...)

13Dans son rapport de janvier 1916, le résident général avait fondé la légitimité de la sauvegarde des « villes indigènes, impropres à la vie moderne », sur la défense de leur « indépendance morale » et de leur « pittoresque physique ». Dix ans plus tard, il étendit la nécessité de la sauvegarde à des considérations sociales, culturelles et économiques, en soulignant en particulier l’importance du tourisme qu’il jugeait promis à un « développement intense ». Pour préserver l’atmosphère de la ville indigène, il fallait éviter que n’y pénètrent « les installations européennes modernes » qui bouleversent les cadres physiques et sociaux. Nous avons déjà fait mention du concept d’ordre de ville, clef de voûte de la politique urbaine du Protectorat. Une telle notion peut être entendue dans le sens d’une mise en ordre social ségrégatif ; elle peut également renvoyer à l’organisation physique du cadre bâti. De « l’association » de deux « civilisations comparables » dérive la rencontre de deux ordres urbains dont celui qui forme à la fois le moule et l’expression du mode de vie indigène. Avec la confusion des deux « ordres de ville », l’indigène perdrait alors toute sa vie, son indépendance, ses coutumes, ses habitudes, tandis que l’Européen ne pourrait pas concrétiser ses aspirations au confort, à l’aisance, à l’espace et à l’hygiène à mois de faire disparaître l’organisation physique de la ville existante. En bref, le musulman serait « jaloux de l’intégrité de sa vie privée », face à ceux promouvant « de larges rues, des boulevards, de hautes façades pour magasins et logements, des canalisations d’eau et d’électricité ». Cette symétrie exaltée nourrit une série de couples d’opposition dont la tradition versus la modernité, la vie spirituelle versus la vie matérielle ; une symétrie qui fonde la séparation, censée garantir un équilibre relatif entre deux ordres à partir d’une politique urbanistique évitant que la ville indigène ne soit « polluée », « sabotée » et qu’elle perde son élite qui en emporterait « tout le charme ». Un tel processus précipiterait un irrémédiable déclin en amorçant la densification et la taudification, et Lyautey de conclure par cette formule ironique, à l’intention des critiques venant des milieux coloniaux : « Il était donc bien plus simple, puisque l’on devait en sortir, de commencer par se mettre dehors ». Cette politique du Protectorat s’est aussi voulue un manifeste face à l’exemple de la colonisation de l’Algérie et le comité du Vieil Alger ne manqua pas d’adresser ses félicitations au nouveau résident général au Maroc pour ses mesures de protection24.

  • 25  J. Galloti, « La beauté des villes marocaines », L’Art Vivant, n° 140, 1930, p. 808.
  • 26  Ibid., p. 807

14Du principe d’ordre de ville découle celui de la sauvegarde de l’ensemble spatial de la ville marocaine. Non seulement le système archaïque de la percée, ou traverse, est à proscrire – toute pénétration ayant un effet d’entraînement indésirable -, mais la cohérence de la ville dans son site est à respecter sans compromis. De là au glacis et à la muséification des villes, il n’y a qu’un pas que les protagonistes de la sauvegarde ont refusé de franchir. L’inspecteur des Beaux-Arts du Protectorat et ses proches collaborateurs, Pauty et Borély,s’en sont expliqués. D’un côté, explique Pauty, les Marocains accueillent favorablement nos « habitudes esthétiques et nos procédés d’existence », de l’autre de nombreux Européens se sont installés dans les médinas et les apprécient. En conséquence, le gel des formes du bâti n’est ni possible, ni souhaitable. À partir de plusieurs systèmes de servitudes, la réglementation joue comme une règle génératrice, à la fois souple et détaillée, tout en évitant les codifications tracassières, du moins dans l’esprit de ses concepteurs : les servitudes d’aspect ne doivent « point gêner l’indigène dans ses habitudes ou aspirations ». De fait, les médinas sont saisies par un ensemble de règlements qui complètent les éléments du zonage différentiel introduit dans les municipalités des villes nouvelles, montage permettant en théorie des ajustements successifs entre les deux ordres urbains. En 1930, Jean Galloti espère voir se développer au Maroc, non des « villes-musées mais des musées de vie »25. L’enjeu se situerait alors au-delà d’une conception du pittoresque ou de l’historicisme morphologique. La « sauvegarde des médinas » apparaît comme un outil de protection d’un ordre urbain en déclin, mais susceptible par cette protection même de résister à terme à la confusion qui prévaut en Europe entre les échelles d’ordre. Ainsi, convient-il de freiner l’entrée de la technique industrielle dans la « vieille ville » : ce serait, selon Jean Gallotti, « la différence qui sépare une ville faite pour nous-mêmes d’une ville faite pour nos machines »26. Les ordres de ville recouvrant également des différences d’échelles, il échoie aux urbanistes de les ajuster en intégrant le principe de conservation dans leur panoplie d’outils pour la défense de l’intégrité physique des médinas.

15À lire Lyautey, Henri Prost, avec ses connaissances de l’urbanisme en Allemagne, aux États-Unis et en Belgique, a apporté au Protectorat la « science de l’urbanisme ». Notant que « si le mot est récent, la chose est ancienne », il précise que cet urbanisme-là dépasse les préoccupations traditionnelles de l’art urbain pour embrasser « les besoins d’une usinerie et d’une circulation qui ne connaissent plus de limites et qu’il faut satisfaire ». Citant l’exemple de Nancy, il retient la carence urbanistique dans la création de nouveaux quartiers, de même que l’absence de protection des sites urbains.

16À la « sauvegarde intégrale », axe central de la politique urbaine du Protectorat, est associé un modèle multipolaire de l’aménagement urbain, régulé par le zonage. Quartiers de commerces et d’industries, centres administratifs, quartiers de plaisance et de villas, quartiers militaires – ces derniers fonctionnant éventuellement comme réserves foncières – constituent autant d’unités d’un système urbain. Ce dispositif ménage, entre ses constituants très hétérogènes, la mise en spectacle des ensembles anciens et des sites pour renforcer la cohérence d’un aménagementassignant fonctions et caractères à chacune des entités. Ce schéma d’organisation spatiale est lisible dans les villes de l’intérieur du Maroc, où les médinas perdent leur centralité ; il se distingue nettement des extensions radioconcentriques qui exercent leur pression sur les villes anciennes en les promettant à une transformation inexorable. Entre la médina ou ville « historique » et la ville « européenne », entités elles-mêmes fractionnées en sous-ensembles, les connexions sont réduites au minimum. Elles s’effectuent généralement au moyen du réseau primaire. La discontinuité et le manque d’intégration urbaine, perceptibles jusqu’à ce jour, sont compensés par le soin apporté aux articulations, notamment au moyen d’ensembles paysagers, étudiés par Jean-Claude Nicolas Forestier dès 1913, puis par Henri Prost.

  • 27  H. Prost, « Le développement de l’urbanisme dans le protectorat du Maroc de 1914 à 1923 », J. Roye (...)

17Ce système d’aménagement a reposé sur la forte coordination des services impliqués dans la planification : les ingénieurs des Ponts et Chaussées de la direction générale des Travaux publics, les architectes du service des Plans de ville et du service spécial d’Architecture – chargés du complexe de la Résidence et des bâtiments publics et placés sous la tutelle d’H Prost – et le service des Beaux-Arts dont les prérogatives n’ont cessé de s’étendre au cours des années 1910-1920. Quant aux directives des plans directeurs, elles ont émané d’un comité à la fois réduit et centralisé : H. Prost a fait référence aux « véritables conseils politiques et techniques réunis sous la présidence du Résident »27.

18Qu’il s’agisse de la « défense des villes » selon Pauty, de la « sauvegarde des beautés artistiques, des monuments et des sites et de l’art vivant » selon Tranchant de Lunel, ou de la « préservation d’un patrimoine » prônée par Prost, la conservation et la sauvegarde ont épousé la logique d’une planification de type différentiel articulant des pôles urbains, conçus comme des entités autonomes, reliés par une voirie primaire, et en ménageant des transitions entre ces polarités par une approche paysagée théâtralisant les « ordres de ville ».

La sauvegarde, résultante d’un compromis territorial

Les contraintes de « l’association »

  • 28  Une note de Lyautey demande, en 1920, la conservation de trois baraques et d’un arbre « contre leq (...)
  • 29  H. Sieberg, Eugene Étienne und die französische Kolonialpolitik, 1887-1904, Köln,Westdeutscher Ver (...)
  • 30  C’est à dire : « la proportion nécessaire d’hommes d’action pratique et d’affaires dans la directi (...)

19La stratégie d’organisation spatiale du protectorat français au Maroc et la politique de sauvegarde des médinas est inséparable de la politique d’association qu’a promue le résident général et commandant en chef au Maroc de 1912 à 1925. L’» œuf » déposé par les généraux Drude et d’Amade en 1907 à Casablanca28 fut un tard venu de la colonisation,fruit des efforts incessants du parti colonial pour asseoir la domination française sur l’ensemble du Maghreb29. Lyautey entendait mener les « affaires » du Maroc ainsi qu’il l’avait rêvé pour la France en 1897, « comme celles de la maison Rothschild ou du Creusot »30. À ses yeux, l’action coloniale ne vaut plus désormais que parce qu’elle se situe à la pointe de ce que peut entreprendre une élite dotée des techniques et des méthodes les plus « modernes », au nombre desquelles figure l’urbanisme.

  • 31  P. Lyautey, Lyautey l’Africain..., op. cit., p. 36.
  • 32  Lyautey écrit en mai 1912 : « Il importe de reconstituer au plus vite l’autorité indigène, car il (...)

20Investi de pouvoirs quasi discrétionnaires, le commissaire résident général a cependant dû dégager une sphère d’autonomie relative, sous la forme d’un compromis territorial, et cela à partir de plusieurs contraintes : les obligations internationales attachées au Protectorat en 1906 par les accords d’Algésiras, le contrôle parlementaire de la République française et la fragilité de la tutelle française dans un pays largement insoumis. Ne disposant que d’une « mince et fragile pellicule d’occupation »31, essentiellement dans les plaines, les autorités du Protectorat ont composé avec les représentants officiels du mahkzen et les notables urbains, ne serait-ce que pour entretenir « une façade » que Lyautey s’est appliqué à « reconstituer »32.

  • 33  « Maroc maritime qui, de Kénitra à Agadir, se prépare à une vie intense et active (...). Les nouve (...)
  • 34  H. Lyautey, Paroles d’Actions..., op. cit., p. 93.

21Le déclenchement de la Première Guerre mondiale liquida l’hypothèque du contrôle international sur le Protectorat, mais il entraîna aussi l’envoi en métropole des deux tiers des troupes se trouvant sur le sol marocain. Pour garder le contour de l’occupation qui délimitait le « pays utile », il fallut s’arc-bouter à la côte, cette tête de pont de la colonisation. Le bouleversement de la trame viaire du « vieux Maroc » en fut intensifié. Lyautey a évoqué ce « retournement de l’espace » en œuvre sur une plus longue durée à travers toute l’Afrique du Nord, en constatant que la rationalité géographique et économique l’emportait désormais sur la tradition historique33. Aux hiérarchies urbaines qui plaçaient Fès et Marrakechloin devant Rabat, Salé et Meknès, et plus loin encore des bourgades côtières anémiques, dont Mogador, seule, se détachait, s’est surimposé un nouveau maillage dont Casablanca devenait le point nodal. Le choix de Rabat pour siège des services administratifs (on renonça alors à parler de capitale) accentua la polarisation du Maroc vers l’Atlantique, même si Marrakech et Fès longtemps demeurèrent les plus peuplées. À ceux qui soulignaient l’importance historique et la charge symbolique de la cité fassie, Lyautey pointait la vitalité de sa bourgeoisie entrepreneuriale déployant ses antennes à Casablanca avant de ponctuer qu’il n’était venu « à l’idée de personne de décapitaliser les villes impériales »34. À mi-chemin du « vieux Maroc » et de Casablanca, la ruche coloniale volontiers frondeuse, Rabat, ville hadra,devait incarner la collaboration avec la tutelle protectrice, l’alliance d’une civilisation « traditionnelle » et d’une modernité maîtrisée. Ainsi, la séparation de l’ordre urbain chérifien de celui en gestation et la « patrimonialisation » des cités sont consubstantielles au mode d’instauration du Protectorat. D’un côté, « l’usine administrative » de la résidence, centre nerveux de l’ » entreprise France » gérant les flux d’un « Maroc utile » musclé par le déploiement des infrastructures, est plantée en éminence. De l’autre, de « vieilles cités » et des territoires périphériques dans lesquels l’organisation du Protectorat ne devait pas s’embourber. Témoins d’un passé révolu, dont l’on n’hésitait pas à vanter les charmes, voire à chanter la gloire, ces villes devenaient la preuve tangible de la pérennité du makhzen sous un tutorat bienveillant.

  • 35  Étude des sites (NDLÉ).

22Deux formes d’organisation spatiale ont visé à ajuster les ruptures d’échelles et de temporalités. La « distanciation » accompagne les fonctions de contrôle et de dominance sur l’ordre ancien au moyen de plusieurs techniques dont celle du zonage. Par contre, l’» adaptation » module le dualisme affirmé par la projection du cadre bâti de type colonial. Un tel cadre, implant radicalement autre, se veut pérenne et non transitoire. Ainsi, aux côtés d’instruments comme la sitologie35, aujourd’hui « l’urbanisme végétal », la conservation des monuments et la sauvegarde des ensembles urbains anciens se présentent comme un instrument régulateur, prolongeant les principes de l’aménagement du territoire, pour tenir la coexistence de deux espaces-temps.

Le dispositif d’intervention

  • 36  P. Lyautey, Lyautey l’Africain..., op. cit., T. I, pp. 172-173.

23Au rythme de la progression et de l’installation des forces d’occupation, « l’organisation est jetée sur le sol »36 etdeux Maroc se dessinent : le premier que Lyautey a décrit comme dénué de ressort guerrier avec un gouvernement exsangue ; le second qui a basculé dans l’insurrection. L’investissement durable du « territoire utile », objectif prioritaire, nécessitait une organisation fine et précise d’actions et de mesures à mettre en oeuvre dans différents domaines, de l’établissement des (petits) colons au « problème des villes ».

  • 37  CARAN, Paris, Fonds Lyautey, 475 AP/169, Firman chérifien du 1er novembre 1912. Servitudes s’exerç (...)
  • 38  G. de Tarde, « La législation de l’urbanisme au Maroc », in H. Pujet, P. de Fontréaux, et C. Celie (...)
  • 39  Dahir chérifien et arrêté du 26 novembre 1912, B.O. n° 5, 29 novembre 1912, pp. 25-26.
  • 40  P. Lyautey, Lyautey l’Africain..., op. cit., T. I, p. 264. Une décision résidentielle du 16 avril (...)
  • 41 Dahir du 13 février 1914, cf. B.O., n° 70, 27 février 1914, p. 126.
  • 42 Direction Générale de l’Instruction Publique, des Beaux-Arts et des Antiquités Historiques (1912-19 (...)

24Un dahir protégea en novembre 1912 les enceintes des villes et l’ensemble de leurs ouvrages militaires portant servitude non aedificandi sur les zones connexes37. Relevant de la sécurité militaire, les limites des médinas étaient intangibles, scellantle périmètre de leur conservation, un démantèlement, partiel ou global, étant d’emblée exclu. L’accrétion d’un bâti extra muros, comme à Casablanca depuis le bombardement de 1907, représentait ce qu’il fallait éviter : ce « pourrissement » que Guillaume de Tarde attribua aux colons, comparable à « aucune des horreurs de la banlieue parisienne, en flétrissantla tendance à se greffer en parasites de l’agglomération indigène (...) à se coller à elle, à la pénétrer si possible, à la ronger »38. Avant d’être intégrée au dispositif général du système d’aménagement, progressivement modélisé par l’agence Prost, la délimitation des médinas a représenté une affectation de territoiredonnant forme au compromis spatial dont le Protectorat s’est portée garant. La sauvegarde a pris forme dans un cadre qui conjugue l’importance accordée tant au compromis spatial qu’aux formes liées à la représentation du makhzen et l’efficacité reposant sur la structuration rapide des services néo-chérifiens. Chargé de la conservation, le service des Antiquités, des Beaux-Arts et Monuments historiques, créé par l’arrêté du 26 novembre 1912 et le dahir qui l’accompagne, porte en germe le développement d’une législation de la sauvegarde globale. « Les décrets de classement pourront, s’il y a lieu, déterminer autour des édifices, une zone de protection où tous travaux nuisibles à la conservation ou au caractère des monuments seraient interdits », précise le dahir. L’arrêté prévoit des fonctions d’architecte conseil de la Résidence pour le chef du service, en particulier des « missions spéciales touchant l’allotissement des nouveaux centres et l’étude des projets de construction et d’aménagement de bâtiments »39. Cette disposition vise à faire coïncider des formations historiques, à faire glisser l’un sur l’autre des espaces-temps pour éviter les confrontations. Un basculement conceptuel des notions de « monument » et de « vieilles ville » s’accomplit ainsi. En 1913, une note de la Résidence explicite la dynamique qui est liée à la reconnaissance de l’intégrité des enveloppes matérielles et du site des villes précoloniales. En effet, « la beauté et l’intérêt historique » ne résident pas simplement dans les grands monuments mais « surtout dans l’ensemble des constructions qui forment les centres et dans leur perspective générale ». Il s’ensuit une liste des interventions devant être visées par le service des Beaux-Arts, qu’il s’agisse de travaux à l’intérieur ou à l’extérieur des enceintes, quand bien même ils présenteraient « un caractère de nécessité immédiat »40. C’est dans cette optique que le dahir du 13 février 1914, sur la conservation des monuments historiques, des inscriptions, des objets d’art et d’antiquité, renforce la « protection des lieux entourant ces monuments ainsi que les sites (…) qui présentent un intérêt d’art ». L’article 15 concerne le classement des lieux entourant les monuments historiques « dont il est nécessaire de ne pas modifier l’aspect pour conserver à ces monuments leurs caractères » et l’article suivant introduit la notion de « zone de protection »41. Les textes de 1912-1914 ont favorisé la sauvegarde des enveloppesurbaines soumises à l’assaut de la première vague de colonisation. Dans les années qui suivirent, des arrêtés viziriels portant protection d’ensembles spécifiés et basés sur les nouvelles lois d’urbanisme, en particulier le dahir du 16 avril 1914,permirent d’assurer la sauvegarde du bâti ordinaire, « de ces vastes monuments vivants que sont les vieilles villes »42.

  • 43  CARAN, Paris, Fonds Lyautey, 475 AP/169, Travaux exécutés par le service des Beaux-Arts de décembr (...)
  • 44  La Direction générale de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Antiquités fut instituée pa (...)
  • 45  Ce service est renommé, avec le Dahir du 1er avril 1924, « Service des Beaux-Arts et Monuments His (...)
  • 46  Dahir du 1er avril 1924, op. cit., p. 778.
  • 47  CARAN, Paris, Fonds Lyautey, 475 AP/169, Beaux-Arts et Monuments Historiques, circulaire du 23 jui (...)

25L’identification des zones de protection, le classement des bâtiments (medersas, tours, palais, etc.) et les premières campagnes de travaux (dont les restaurations d’enceintes) étaient commencés en 191643. À partir de 1920, plusieurs remaniements ont renforcé les services impliqués. Le service des Monuments historiques, des Palais impériaux et des Résidences, avec le service des Antiquités et celui des Arts indigènes, est placé sous une nouvelle direction générale44. Le dahir du 1er avril 1924 marque la dernière phase du dispositif mis en place sous la résidence de Lyautey. Il élargit les compétences du service des Beaux-Arts, toute demande d’autorisation de bâtirdevant être préalablement visée par le chef du service en question45. Est également soumise à contrôle toute construction « à édifier le long des voies ou places publiques dont il paraît nécessaire d’assurer l’unité d’ordonnance architecturale »46. La circulaire résidentielle du 23 juillet de la même année entérine les attributions dévolues au service des Beaux-Arts et les étend aux villes neuves indigènes47.

26Le renforcement du cadre juridique de la sauvegarde et de son « usinerie administrative » mérite une attention particulière, car il traduit le choix manifeste de donner aux Beaux-Arts une parité de statut avec les directions techniques néo-chérifiennes. Dotée de dimensions symboliques et d’éléments matériels devant garantir les bases minimums du régime, la politique patrimoniale du Protectorat a élaboré, en quelques années, un outil de contrôle et de régulation des contradictions spatiales, sociales et culturelles découlant du recouvrement de l’espace du « vieux Maroc » par celui du Protectorat.

Impact sur les formes urbaines

27Au Maroc, la plupart des macroformes urbaines façonnées dans les premières décennies de la colonisation évoquent la tripartition classique de la colonisation britannique : une « ville indigène », une ville coloniale et un complexe de camps militaires. Ces camps, dont les emprises sont, proportionnellement aux autres unités, gigantesques, ont, comme l’explique Joyant, une fonction de surveillance et de contrôle de la première, de protection de la seconde. Ils joueront par la suite le rôle de réserve foncière. La conservation et la sauvegarde, instruments de la politique d’association, orientent le développement urbain dans la durée, dans une grande diversité de situations.

  • 48  Nous traitons ici de la « séparation » spatiale sans aborder la question de la ségrégation qui a f (...)
  • 49  C. A. A. / I. F.A., Paris, Fonds Forestier, J. C. N. Forestier, Rapport ; Des réserves à constitue (...)
  • 50  H. Prost, « Le développement... », art. cit., p. 76.
  • 51  Ibidem.
  • 52  E. Pauty, « Rapport sur la... », art. cit., p. 453.

28Dans les villes de l’intérieur, le principe de séparation s’est appliqué en toute rigueur48. À Fès, près de deux kilomètres séparent les limites de la ville nouvelle dessinée par H. Prost de celles de Fès El Bali et trois à quatre kilomètres les centres respectifs. Contrairement à l’avant-projet dessiné par Forestier en marge de son rapport de 191349,qui prévoyait de mettre les deux villes en relation symbolique au moyen d’une composition axiale faisant correspondre les portes du complexe palatial de Fès Jdid avec une gare monumentale, point focal de la ville nouvelle, le plan finalement retenu a généré une macroforme linéaire éloignant les deux ensembles urbains. La topologie différente de Meknès, nœud ferroviaire et « capitale militaire » du Protectorat, a conduit à d’autres choix. Ici, les deux villes sont séparées par un profond ravin favorisant la « mise en spectacle » des remparts de la médina. À Marrakech, les confins de l’agglomération européenne approchent Bab Knob en respectant une zone non aedificandi de 250 m, et une artère centrale conduit à laplace Jema’a El Fna. La séparation s’affirme cependant puisque de très vastes espaces libres séparent le cœur de la médina de ses remparts, les deux villes restant distantes de plus d’un kilomètre et demi de centre à centre. Prost nota « l’énorme inconvénient » d’un tel éloignement50. Le plan a ménagé une seconde voie d’accès courbe rejoignant un axe traversant la muraille pour venir longer les jardins du minaret géant de la Koutoubia. Dans cette capitale du sud, la friction entre les ordres urbains se situe sur la place Jema’a El Fna, lieu d’une grande part des ruptures de charge entre les deux entités. Il est d’autant plus intéressant d’observer les mesures conservatoires prises pour cette place qui ne comportait pas de monuments notables, mais de « pittoresques masures, dont la pouillerie sous l’éclat du soleil est l’élément principal »51. Prost y appliqua un schéma bipolaire de répartition des circulations pédestre et automobile. Bien que la place fût classée non aedificandi, Pauty rapporte qu’on n’imposa aux immeubles qu’une servitude d’aspect assez souple pour éviter de geler « la puissance de vie et d’évolution »52. Une autre disposition est particulière à Marrakech : la création d’une « presqu’île à l’européenne », disposée sur des terrains domaniaux jouxtant d’un côté le palais, de l’autre la place. Cette enclave, au tracé rectiligne, était destinée à l’implantation d’équipements publics tels que postes, banques, etc. Le règlement de voirie de ce quartier pédonculé complétait celui de la ville nouvelle par des servitudes tenant compte de l’environnementdes îlots.

29En général, pour ce qui concerne les villes de l’intérieur, on observe que les liaisons entre les nouveaux centres et les médinas sont réduites au strict minimum. Ce choix, renforçant les mesures conservatoires internes à la médina, tourne le dos au développement radioconcentrique européen. En Europe, dans les rares cas où les fortifications de villes importantes étaient conservées, les brèches connectantes étaient multipliées en gardant quelques portes monumentales. Au Maroc, la rigueur des mesures de sauvegarde ne laisse généralement aux médinas que leurs accès existants, le système de voirie mis en place pour articuler les unités urbaines étantaussi tracé de façon à ce que les terminaux routiers et ferroviaires desservent uniquement les villes nouvelles. Préoccupations stratégiques et sociales, mesures de sauvegarde et, à partir de 1913, projets touristiques s’appuyant sur la mise en valeur visuelle des médinas perçues comme des villes-objets homogènes, s’enchevêtrent. Mais, qu’en est-il dans les villes côtières, ces têtes de pont de la mise en valeur utile ?

  • 53  C. A. A. / I.F.A., Paris, Fonds Forestier, J. C. N. Forestier, Rapport ; Des réserves..., op. cit.(...)
  • 54  A. Laprade, « Souvenir du temps de la guerre, contribution à la future histoire de Casablanca et d (...)

30J. C. N. Forestier loue dans son rapport de 1913 les mesures de protection qui ont sauvé « la ville arabe » de Rabat, mais il déplore que la situation ait été « trop engagée » pour que l’ont ait pu sauver les jardins et plantations qui entourent la ville53. Il reste que si les urbanistes ont dû renoncer à créer une zone non aedificandi de 250 m sur l’entier pourtour de la médina, la politique de sauvegarde occupe le centre de leurs préoccupations. Malgré de nombreuses pressions, l’intégrité de l’enceinte est préservée, les aménageurs appliquant une politique systématique de mise en valeur de la médina et des principaux monuments situés extra muros. Ici triomphe la politique d’association, dont la représentation urbaine se concentre autour de l’avenue Dar al Makhzen. Les portes de la médina répondent au complexe de la Résidence dominant la ville et le protectorat modernisateur se mire dans la grandeur intacte du Makhzen. Rabat-Salé instaure un « paysage urbain » de type « pittoresque » décrit par A. Laprade comme une « frise adorable, une aquarelle merveilleusement mise en page avec les premiers plans verdoyants, la muraille fauve, les villes sœurs toutes blanches, l’océan et le ciel »54.

  • 55  Éd. Joyant, Les travaux au Maroc pendant la Guerre, Casablanca, G. Mercié & Cie, 1918, p. 20.
  • 56  A. A. A., Paris, Fonds Prost, A5 271-299, Projet d’article pour l’Illustration financière, 29/1/19 (...)
  • 57 A. A. A., Paris, Fonds Prost, chemise 5, notes manuscrites en vue de la rédaction d’un ouvrage (s.d (...)
  • 58  A. A. A., Paris, Fonds Prost, « Esquisse pour le projet d’élargissement et de prolongement du boul (...)
  • 59  P. Lyautey, Lyautey l’Africain..., op. cit., T. IV, p. 192.
  • 60  E. Joyant, Traité..., op. cit., T. I, p. 82.
  • 61  CARAN, Fonds Lyautey, 475 AP/133, Boulevard du IVe Zouave, au 0.004 pm : aménagement d’une Kissari (...)

31Casablanca, enfin, fait généralement figure de contre-exemple pour les urbanistes, même s’il permet éventuellement de démontrer la validité de certaines techniques correctives de l’urbanisme, telles que le zonage, potentiellement applicables à la métropole. Mais la question de la sauvegarde devient ici un nœudde contradictions. L’ingénieur Joyant, pourtant favorable aux principes deconservation,fonde son dédain pour la « vieille ville » sur l’opinion qu’auraient les Marocains eux-mêmes pour « un simple comptoir commercial, souillé par les Européens »55. Prost renchérit sur une ville « sans intérêt artistique, saccagée avant 1912 », en prévoyant néanmoins de conserver l’enceinte56. Dans ses notes manuscrites consacrées à l’étude de « cinq éléments principaux de première urgence »57, la question du futur de la ville indigène n’est pas abordée, mais une esquisse de 1914, relative au « projet d’élargissement du boulevard du IVe Zouave », précise la « démolition du mur d’enceinte »58. Ce projet n’est toujours pas réalisé au début des années vingt malgré l’insistance de Lyautey voyant dans ce « goulet étroit » conduisant au port la ruine potentielle de l’aménagement du centre-ville59. La disparition d’une section des remparts est de nouveau évoquée par Joyant en 1923, qui réitèreson jugement négatif sur une ville arabe« sillonnée de ruelles étroites et tortueuses et ne présentant aucun caractère d’art ni de pittoresque » et annonce « qu’une grosse opération de voirie jettera par terre les remparts de la vieille ville, sans valeur historique ni artistique... »60. Undessin provenant du fonds Lyautey, daté de 1921, propose un aménagement provisoire du même boulevard. La silhouette de l’enceinte y est remplacée par une longue et élégante colonnade, sobrement historisante, devant abriter une kissaria. Le profil de la « vieille ville » y est respecté de même que l’esprit d’une clôture spatiale de la médina61.

  • 62 En témoigne cet étrange aveu de Joseph Marrast en 1960 : « Le respect de l’intégralité artistique e (...)

32Rhétorique et intervention de sauvegarde paraissent s’enrayer à Casablanca. Un malaise diffus face aux marques du bombardement de 1907 ? Ou davantage une inflexion pragmatique des urbanistes voyant piétiner l’aménagement central de la ville et constatant leur impuissance devant certains milieux coloniaux ? Ou bien l’abandon d’une ville « sans qualité », conjugué au sentiment de « trop tard » et de gâchis ? Toutes ces raisons semblent avoir joué. Casablanca résume, en quelque sorte, la situation de l’occupation coloniale, le territoire "France" écrasant le réduit indigène contraint à la densification. Toutefois, le règlement différentiel, l’un des fleurons de l’urbanisme marocain, y joue là aussi son rôle régulateur. Des prescriptions détaillées assurent le maintien des proportions et des canevas ornementaux du bâti traditionnel local. Mais plusieurs membres de l’équipe marocaine ont nourri l’espoir d’une « digestion progressive » de la médina, ouvrant la place libre au centre de la ville économique du Maroc sur l’océan62. Pourtant, là encore, les mécanismes de la sauvegarde l’auront emporté pour partie sur les forces de dissolution.

Épilogue

  • 63  Le Congrès d’urbanisme se tint du 10 au 15 octobre 1931. Le dix-huitième vœu du congrès porte sur (...)
  • 64  J. Royer, op. cit., p. 23.

33L’examen des dispositifs et des conditions opératoires de la conservation et de la sauvegarde au Maroc incite à considérer une vision cohérente de « l’école marocaine » dans l’invention du patrimoine urbain. La conservation fut l’un des thèmes dominants du congrès de l’urbanisme aux colonies et dans les pays tropicaux qui s’est tenu à l’occasion de l’Exposition coloniale de Vincennes de 193163. La sauvegarde y a été présentée comme l’un des caractères spécifiques de l’urbanisme français. Tout en justifiant la « séparation spatiale », la conservation a été abordée sous l’angle de l’expérimentation d’une politique pour la protection du patrimoine embrassant l’ensemble des sites urbains. Ainsi, la communication de Prost insiste sur une approche globale de la conservation des paysages, des monuments historiques et des cités anciennes pour préserver « le patrimoine d’une civilisation ». Les conclusions du congrès soulignent, bien entendu, l’apport de « l’urbanisme colonial », retenant en particulier la mise en contexte du monument, au plan conceptuel, législatif et dans ses applications, qui était sans doute plus élaborée qu’en métropole. Le dix-septième vœu demande que les monuments historiques et les différents vestiges du passé soient « conservés et préservés d’un contact trop direct avec les édifices modernes » grâce à la fermeté dans l’application des mesures prescrites64. La sauvegarde des villes marocaines a répondu à plusieurs objectifs. Elle a participé de la légitimation d’une forme nouvelle de mise sous tutelle territoriale en témoignant du respect de la puissance tutélaire envers la civilisation marocaine ; elle a aussi manifesté que les espaces coloniaux pouvaient en remontrer à la métropole en matière d’innovations et de dialectique entre tradition et modernité. Le congrès a souhaité diffuser cette ligne d’action à l’ensemble de l’empire français, à la veille du ivème congrès international d’Architecture moderne en 1933. Par contre, les principes énoncés par le congrès d’urbanisme aux colonies rencontrent, en métropole, ceux des projets émanant de la section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social et de la Société française des urbanistes, qui consistaient à transformer les zones de fortifications en espaces libres pour articuler les villes et leurs extensions en sauvegardant l’homogénéité des centres anciens.

34Au Maroc, la politique patrimoniale a certes été favorisée par une affectation de territoire issue des impératifs de l’occupation. Elle a néanmoins intégré une recherche urbanistique explicite, associant les problématiques de sauvegarde à celles de la planification urbaine. Sans dimension proprement théorique, la démarche méthodique et l’ampleur du champ d’expérimentation de « l’école marocaine » ont cependant construit un corpus suffisant pour lui assurer une posture doctrinale en urbanisme. Ce faisant, elle a évité deux écueils : la nostalgie conservatrice et l’utopie instauratrice. La force de cette position tient à la combinaison de trois dimensions.

35En premier lieu, le patrimoine urbain a été objectivé à partir de la reconnaissance et de l’analyse des caractères qui produisent son identité, tels que la complexité des espaces et des volumes, la répartition des ombres et des lumières, le jeu des couleurs et des motifs, les systèmes d’agencement des matériaux et des techniques traditionnelles, le repérage des trames et des parcellaires, la recherche des ancrages historiques et culturels. Autant d’éléments, dont la liste n’est pas ici exhaustive, qui ont contribué à fonder le devoir de sauvegarde dans la politique officielle du Protectorat. Par ailleurs, un modus operandi a été élaboré qui décline les impératifs de la protection à tous les niveaux de l’aménagement urbain, ceux des sites et du paysage, des enveloppes de la ville, du tissu urbain, et du bâti monumental et vernaculaire. Les systèmes de servitude sont adaptés aux échelles spécifiques du patrimoine et visent à réguler l’évolution du bâti. Protection et conservation ne peuvent donc être réduits à une seule volonté de geler des territoires urbains du « vieux Maroc ». Ces mesures constituent davantage un dispositif de contrôle de la production spatiale et un outil pour contenir une modernité, celle de la colonisation, qui doit, aussi, être pacifiée. En dernier lieu, on voit se dessiner l’ébauche d’une démarche prospective qui affleure dans la plupart des écrits des acteurs de la sauvegarde. Les villes anciennes offrent des réservoirs de formes, génératrices de création. Le terme de « renaissance » revient souvent sous la plume des architectes à la recherche d’un appui pour se dégager de l’éclectisme historisant dont l’académisme est devenu la proie. Quel que soit le jugement esthétique que l’on puisse porter sur cette seconde manière d’» arabisance », l’extension du contrôle des Beaux-Arts sur les villes nouvelles et l’étude des formes traditionnelles comme source d’inspiration indiquent une tentative d’articuler la conservation à la modernité architecturale.

  • 65  G. Giovannoni, Vecchie citta ed edilizia nuova, Torino, Utet, 1931.

36Une politique de conservation et de sauvegarde a été effectivement mise en œuvre, dès avant la Première Guerre mondiale dans le cadre du protectorat français sur le Maroc. Le bilan fait par le congrès de 1931 peut être apprécié comme une tentative d’élargir ce mouvement, non seulement à l’ensemble des colonies, mais aussi à la métropole. La cohérence de sa mise en œuvre, la recherche authentique de qualité dans ses réalisations et les exemples qu’elle a donnés à ses collaborateurs directs dans la poursuite de leur carrière, ainsi qu’à d’autres plus éloignés, situent cette « expérience » à l’avant-garde de réflexions et de pratiques visant à créer un système de planification de la sauvegarde. Elle pourrait ainsi être comparée aux conceptions de Gustavo Giovannoni qui proposait en 1913 en Italie d’envisager deux échelles spatiales de l’aménagement, locale et territoriale, dans leur complémentarité65. Bien qu’empêtrée dans un tissu de contradictions inhérentes à l’entreprise coloniale et indéniablement pétrie de présupposés socioculturels, il reste à cette expérience d’avoir tenté de fonder, en grand, une politique d’aménagement du patrimoine urbain.

Notes

1  Voir notamment J. A. Lughod, Rabat, Urban Apartheid in Morocco, Princeton, Princeton University Press, 1980 ; B. Taylor, « Discontinuité planifiée, villes coloniales modernes au Maroc », Cahiers de la Recherche Architecturale, 1982, n° 9, pp. 45-61 ; F. Beguin, Arabisances – décor architectural et tracé urbain en Afrique du Nord -, 1830-1950, Paris, Dunod, 1983 ; D. Rivet, Lyautey et l’institution du Protectorat français au Maroc, 1912-1925, Paris, L’Harmattan, vol. 1, 1988, pp. 147-159 ; P. Rabinow, French Modern – Norms and Forms of the Social Environment -, Cambridge, The MIT Press, 1989 ; G. Wright, The Politics of Design in French Colonial Urbanism, Chicago, University of Chicago Press, 1991.

2  Après la Charte de Venise de 1964 qui avait avancé la notion de site urbain, en 1987, la Charte internationale pour la sauvegarde des villes historiques posa la notion de patrimoine urbain. Françoise Choay a évoqué l’apport de « l’expérience coloniale » dans L’Allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992, pp. 149-150.

3  G. E. Cherry, “Planning history: Recent developments in Britain”, Planning Perspective, 1991, n° 6, pp. 33-45.

4 Voir A. D. King, Colonial Urban Development, Culture, Social power and Environment, Londres, Routledge and Kegan, 1976; A. D. King, Urbanism, Colonialism, and the World-Economy, Cultural and Spatial Foundations of the World Urban System, Londres, Routledge, 1990; R. Ross and G. J. Telkamp (ed.), Colonial cities – Essays on Urbanism in a Colonial Context , Leiden, Martinus Nijhoff Publ., 1985. À propos du Maroc en particulier, voir H. Vacher, Projection coloniale et ville rationalisée, le rôle de l’espace colonial dans la constitution de l’urbanisme en France, 1900-1931, Aalborg, Aalborg University Press, 1997.

5  R. F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France – modernisation et dirigisme au xxe siècle ? (trad. franç.), Paris, Gallimard, 1984.

6  La section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social est créée en 1908 et la Société française des architectes urbanistes en 1911, renommée Société française des urbanistes après la guerre.

7  Voir S. Muthesius, “The Origins of the German Conservation Movement” et P. Breitling, “The Origins and Development of a Conservation Philosophy in Austria”, inF. Kain (éd.), Planning for Conservation, London, Mansell, 1981; R. Koshar “Against the ‘Frightful Leveler’, Historic Preservation and German Cities, 1890-1914”, Journal of Urban History, vol. 19, n° 3, 1992, pp. 7-29. Voir également C. Meckseper & H. Siebenmorgen (ed.), Die alte Stadt : Denkmal oder Lebensraum ? Die Sicht der mittelalterlichen Stadtarchitektur im 19. und 20. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1985.

8  Pour une approche comparative, voir J. Jokilehto, A History of Architectural Conservation, Oxford, Butterworth & Heinemann, 1998.

9  À propos de la grandeur architecturale en Italie et en France, John Ruskin écrivit: « To this day, the interest of their fairest cities depends, not on the isolated richness of palaces, but on the cherished and exquisite decoration of even the smallest tenements of their proud periods », J. Ruskin, The Seven Lamps of Architecture, New York, Dover Publications, 1989 (1e édition 1857), p. 182.

10  P. Geddes, City Development, A report to the Carnegie Dunfermline Trust, Shannon, Irish University Press, 1973 (1e édition 1904), p. 11.

11  Pour le plan d’extension de Munich en 1891, il s’agit en particulier des propositions de Karl Henrici et de celles de Theodor Fisher excluant l’application d’un zonage rigide. Voir D. Wieczorek, Camillo Sitte et les débuts de l’urbanisme moderne, Bruxelles, Mardaga, 1981 et W. Nerdinger, Theodor Fischer. Architekt und Städtebauer 1862-1938, Berlin, Wilhelm Ernst & Sohn Verlag für Architektur und Technische Wissenschaften, 1988.

12  Cela n’exclut pas l’approche méthodique du bourgmestre de Bruxelles ; voir pour exemple C. Buls, Le vieux Bruxelles – travaux élaborés par le comité institué sous le patronage de la ville de Bruxelles -, Bruxelles, G. Van Oest et Cie, 1908, et C. Buls, L’isolement des vieilles églises, Bruxelles, G. Van Oest et Cie, 1910. Sur les conceptions de C. Buls, voir M. Smets, Charles Buls et les principes de l’art urbain, Bruxelles, Mardaga, 1995.

13  Édouard Joyant, Traité d’Urbanisme, 2 vol. , Paris, Éditions Eyrolles, 1923.

14 M. Jadda, Bibliographie analytique des publications de l’Institut des Hautes Études Marocaines, 1915-1959, Rabat, Publications de la faculté des lettres et des sciences humaines, Série : Thèses et mémoires, 1994, p. 16.

15  M. Tranchant de Lunel, Maroc, Pays du paradoxe, Paris, Charpentier et E. Fasquelle, 1924, p. 121.

16  Pour le détail de ces tractations, voir H. Vacher, Projection coloniale..., op. cit., pp. 154 -155.

17  Archives de l’Académie d’Architecture, Paris, Fonds Prost, B2 74/75, « Paris 1900 ».

18  Conférence de Charles Buls à Rome en janvier 1902. Cf. G. Zucconi, « Le destin de la Rome antique au début du siècle » in Y. Lamy (s.l.d.), L’Alchimie du patrimoine, discours et politiques, Talence, Éditions de la maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 1996, pp. 287-303.

19  E. Pauty, « Rapport sur la défense des villes et la restauration des monuments historiques », Hespéris, T. II, 1922, pp. 449-462 ; H. Lyautey, « Comment on sauve l’art d’un pays », conférence donnée à l’Université des Annales le 10 décembre 1926, dans Idem, Paroles d’Actions : Madagascar, Sud Oranais, Oran, Maroc (1900-1926), Paris, A. Colin, 1927, pp. 444-457 ; J. Borély, Notes sur Rabat, Paris, Au Portique, 1933.

20  Voir la préface au Rapport Général sur la situation du Protectorat du Maroc au 31 juillet 1914, dans A. Scham, Lyautey in Morocco, Protectorate Administration 1912-1925, Berkeley, University of California Press, 1970, pp. 214-233. Dans les paragraphes suivants, les courtes expressions citées et non annotées sont toutes extraites du texte choisi d’H. Lyautey, Paroles d’Actions..., op. cit., pp. 444-457.

21  CARAN, Paris, Fonds Laprade, AP/403/10bis, article pour la revue France Maroc, dactyl., 1917.

22  M. Tranchant de Lunel, Maroc..., op. cit., p. 160.

23  Ibid., p. 201.

24  CARAN, Paris, Fonds Laprade, 475 AP/169, Comité du Vieil Alger, 25 avril 1913. Sur l’action de ce comité voir Nabila Oulebsir, « Discours patrimonial et création architecturale. Le Comité du Vieil Alger » dans Naget Khadda et Paul Siblot (éd.), Alger, une ville et ses discours, Actes du colloque de Montpellier, 6-8 avril 1996, Montpellier, Praxiling – Université Paul Valéry, 1996, pp. 131-154.

25  J. Galloti, « La beauté des villes marocaines », L’Art Vivant, n° 140, 1930, p. 808.

26  Ibid., p. 807

27  H. Prost, « Le développement de l’urbanisme dans le protectorat du Maroc de 1914 à 1923 », J. Royer (éd.), L’Urbanisme aux colonies et dans les pays tropicaux, T. I, La Charité sur Loire, Delayance Éditeur, 1932, p. 63.

28  Une note de Lyautey demande, en 1920, la conservation de trois baraques et d’un arbre « contre lequel était établie la tente du général Drude à son débarquement ». Le poste de commandement et ses logements, noyés dans une ville de quelque 100 000 habitants, représentaient pour le résident général « l’œuf dont est sorti le Maroc français » : P. Lyautey (présenté par), Lyautey l’Africain, textes et lettres du Maréchal Lyautey, T. IV, 1919-1925, Paris, Plon, 1957, pp. 70-71.

29  H. Sieberg, Eugene Étienne und die französische Kolonialpolitik, 1887-1904, Köln,Westdeutscher Verlag, 1968.

30  C’est à dire : « la proportion nécessaire d’hommes d’action pratique et d’affaires dans la direction d’un pays, dans son aristocratie intellectuelle » : cité par P. Heidseck, Rayonnement de Lyautey, Paris, Gallimard, 1941, p. 152.

31  P. Lyautey, Lyautey l’Africain..., op. cit., p. 36.

32  Lyautey écrit en mai 1912 : « Il importe de reconstituer au plus vite l’autorité indigène, car il n’en existe plus trace. C’est ce dont je viens de me rendre compte (...) j’ai donc pris dès aujourd’hui, de concert avec M. Gaillard et le général Moinier, des mesures pour essayer de reconstituer une façade Maghzen... » : P. Lyautey, Lyautey l’Africain..., op. cit., T. I, 1912-1913, 1953, p. 9.

33  « Maroc maritime qui, de Kénitra à Agadir, se prépare à une vie intense et active (...). Les nouvelles capitales doivent être recherchées sur la mer, parce que la mer est la grande route du monde », Ibid., p. 150.

34  H. Lyautey, Paroles d’Actions..., op. cit., p. 93.

35  Étude des sites (NDLÉ).

36  P. Lyautey, Lyautey l’Africain..., op. cit., T. I, pp. 172-173.

37  CARAN, Paris, Fonds Lyautey, 475 AP/169, Firman chérifien du 1er novembre 1912. Servitudes s’exerçant sur 250 m à l’extérieur des fortifications et ouvrages de défense.

38  G. de Tarde, « La législation de l’urbanisme au Maroc », in H. Pujet, P. de Fontréaux, et C. Celier, (dir.), Les Projets d’aménagement des villes et des régions, problèmes juridiques, administratifs et financiers. Compte-rendu des travaux du Congrès de Paris de 1937, Melun, Imprimerie Administrative, 1937, p. 153.

39  Dahir chérifien et arrêté du 26 novembre 1912, B.O. n° 5, 29 novembre 1912, pp. 25-26.

40  P. Lyautey, Lyautey l’Africain..., op. cit., T. I, p. 264. Une décision résidentielle du 16 avril 1914 rattache directement ce service au cabinet du résident général.

41 Dahir du 13 février 1914, cf. B.O., n° 70, 27 février 1914, p. 126.

42 Direction Générale de l’Instruction Publique, des Beaux-Arts et des Antiquités Historiques (1912-1930), publié à l’occasion de l’Exposition coloniale internationale de Paris de 1931, (Introduction de J. Gotteland), Rabat, Élèves indigènes de l’école du livre, 1931, p. 114. On trouve les principaux textes des lois d’urbanisme reproduits en annexe par A. Grillet, Les alignements en droit marocain, Rabat, I.H.E.M., T. XII, 1936, pp. 177-270.

43  CARAN, Paris, Fonds Lyautey, 475 AP/169, Travaux exécutés par le service des Beaux-Arts de décembre à mars 1916.

44  La Direction générale de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Antiquités fut instituée par le dahir du 28 février 1921. Cf. A. Scham, Lyautey in …, op. cit., p. 68. Pour une esquisse de ce service, voir E. Pauty, « Le Service des Monuments historiques & des Beaux-Arts, son domaine, son programme », Bulletin de l’Enseignement Public au Maroc, mai 1922, N° 41, pp. 94-99.

45  Ce service est renommé, avec le Dahir du 1er avril 1924, « Service des Beaux-Arts et Monuments Historiques », B.O., N° 603, 13 mai 1924.

46  Dahir du 1er avril 1924, op. cit., p. 778.

47  CARAN, Paris, Fonds Lyautey, 475 AP/169, Beaux-Arts et Monuments Historiques, circulaire du 23 juillet 1924.

48  Nous traitons ici de la « séparation » spatiale sans aborder la question de la ségrégation qui a fait l’objet d’amples développements dans les différents ouvrages récents cités. On sait que la confusion entre les deux fut l’objet d’âpres polémiques lors du Congrès de 1931. Les recherches récentes tendent à montrer pour les villes de l’intérieur un courant d’investissement important de l’élite indigène en direction de villes nouvelles surdimensionnées. D’un autre côté on connaît l’attachement des connaisseurs du « vieux Maroc » pour la « vie en Médina » qui est relativement bien documenté.   

49  C. A. A. / I. F.A., Paris, Fonds Forestier, J. C. N. Forestier, Rapport ; Des réserves à constituer au-dedans et aux abords des villes capitales du Maroc ; Remarques sur les jardins arabes et de l’utilité qu’il y aurait a en conserver les principaux caractères ; Résidence, décembre 1913, (n. p.).

50  H. Prost, « Le développement... », art. cit., p. 76.

51  Ibidem.

52  E. Pauty, « Rapport sur la... », art. cit., p. 453.

53  C. A. A. / I.F.A., Paris, Fonds Forestier, J. C. N. Forestier, Rapport ; Des réserves..., op. cit., (s.p.). En outre, Prost précise « qu’isoler la ville indigène de l’agglomération européenne française par un large berceau de verdure était notre programme théorique, la réalisation fut entravée par les nécessités financières » : A. A. A., Paris, Fonds Prost, A 5271-299, minutes pour l’Illustration financière, « L’urbanisme au Maroc », dactyl., (s.p.)

54  A. Laprade, « Souvenir du temps de la guerre, contribution à la future histoire de Casablanca et de Rabat », Le Maroc Catholique, n° 11, 1928, Évêché-Rabat, publié par les Pères franciscains du Vicariat, p. 599.

55  Éd. Joyant, Les travaux au Maroc pendant la Guerre, Casablanca, G. Mercié & Cie, 1918, p. 20.

56  A. A. A., Paris, Fonds Prost, A5 271-299, Projet d’article pour l’Illustration financière, 29/1/1925.

Soulignons les hésitations sur le sort de la médina de Casablanca, comme en témoignent les minutes des « Communications de Prost et de Joyant sur le plan d’aménagement et d’extension des villes du Maroc », Archives du Musée Social, Carton Urbanisme/P.V. 23 juin 1922. Ainsi, Delanney s’enquiert du « caractère de la médina » et Joyant répond : « elle n’en a pas ». Le cours de cette discussion confinée au cadre du Musée Social trahit qu’il est bel et bien question de « mettre par terre » la médina dans l’esprit de Prost et de Joyant. Pour une analyse de ce document, Cf. H. Vacher, Projection..., op. cit., pp. 236-237. E. Pauty signale que la médina de Casablanca est « cernée et grignotée » sans indiquer de projet de destruction délibérée. Il note toutefois que « les ravins protégent mieux les villes », en rappelant l’importance des facteurs topographiques. Cf. E. Pauty, « Urbanisme : Le problème des interférences dans les villes marocaines », Bulletin de l’Enseignement Public du Maroc, N° 179, janvier-mars 1944, pp. 16-26.

57 A. A. A., Paris, Fonds Prost, chemise 5, notes manuscrites en vue de la rédaction d’un ouvrage (s.d.s.l).

58  A. A. A., Paris, Fonds Prost, « Esquisse pour le projet d’élargissement et de prolongement du boulevard du ive Zouave par la démolition du mur d’enceinte – Casablanca 1914 », crayon sur papier quadrillé, 94 x 66 cm.

59  P. Lyautey, Lyautey l’Africain..., op. cit., T. IV, p. 192.

60  E. Joyant, Traité..., op. cit., T. I, p. 82.

61  CARAN, Fonds Lyautey, 475 AP/133, Boulevard du IVe Zouave, au 0.004 pm : aménagement d’une Kissaria provisoire, Rabat, 29 déc. 1921, (Verso, au crayon : Aménagement du Bd du IVe Zouave).

62 En témoigne cet étrange aveu de Joseph Marrast en 1960 : « Le respect de l’intégralité artistique et sociale des vieilles médinas ne pouvant s’appliquer à Casablanca, heureusement sans monument et sans passé, l’ancienne ville indigène, enserrée comme elle l’était, devait tôt ou tard disparaître » : J. Marrast, « Maroc », L’Œuvre de Prost, Paris, Académie d’Architecture, 1960. Voir également l’analyse de J. L. Cohen et M. Eleb qui remarquent le faible ménagement qu’Henri Prost réserva aux tissus anciens dans ses travaux ultérieurs, en particulier dans le cadre du plan d’Istanbul (1936-57). Les auteurs soulignent aussi le rôle déterminant de Lyautey en relation à la sauvegarde. Cf., J. L. Cohen, M. Eleb, Casablanca, Mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Hazan, 1998.

63  Le Congrès d’urbanisme se tint du 10 au 15 octobre 1931. Le dix-huitième vœu du congrès porte sur « la découverte et la conservation de tous les vestiges de l’Antiquité ». La théorie de la séparation n’est pas reprise en tant que telle dans les vœux, au vu de l’hostilité d’une large fraction des milieux coloniaux. Néanmoins le deuxième vœu indique la « préoccupation de respecter les croyances, les mœurs et traditions des races composant ces agglomérations », tandis que le troisième vise à moduler les conséquences de la séparation en envisageant la création de cités satellites, isolées par des écrans de verdure, à l’exclusion cependant de toutes dispositions pouvant s’opposer « au contact et à la séparation des races ». Notons que les vœux neuf et dix prolongent cet équilibre en rejetant le pastiche des architectures indigènes et en prônant l’emploi des arts indigènes autant que faire se peut. Cf. H. Prost, « Rapport Général », J. Royer, L’urbanisme..., op. cit., T. I, p. 23.

64  J. Royer, op. cit., p. 23.

65  G. Giovannoni, Vecchie citta ed edilizia nuova, Torino, Utet, 1931.

Auteur

Enseignant-chercheur à l’Université d’Aalborg (Danemark)

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable