Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains

 | 
Raffaele Cattedra
, 
Pascal Garret
, 
Catherine Miller
, 
et al.

Introduction

Mercedes Volait

Entrées d'index

Mots clés :

patrimoine

Note de l’auteur

(Texte de 2001)

Texte intégral

1La formation des quartiers historiques et leur place dans le fonctionnement des agglomérations contemporaines, l’architecture domestique des médinas et des centres précoloniaux, leurs réalités sociales, ainsi que les problèmes posés par leur sauvegarde, ont longtemps constitué l’essentiel des recherches menées sur le patrimoine bâti au Maghreb et au Moyen-Orient. Celles-ci s’ouvrent désormais à d’autres approches et d’autres terrains, directement liés aux perspectives offertes par les travaux qui ont entrepris depuis deux décennies de questionner, dans une optique philosophique, anthropologique ou politique, la notion même de patrimoine, depuis son émergence dans les sociétés européennes jusqu’à sa diffusion planétaire au cours du second xxe siècle.

  • 1  André Chastel, en collaboration avec Jean-Pierre Babelon, « La notion de patrimoine », Revue de l’ (...)
  • 2  Paris, Le Seuil, réédité en 1996 et 1999.
  • 3  Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984-93, 7 vols ; Eric Hobsbawm et Ter (...)

2Dans le sillage des réflexions pionnières proposées par André Chastel dès 19801 ou de l’influent Allégorie du patrimoine publié par Françoise Choay en 19922, l’attention accordée au legs architectural du passé s’est en effet transformée : de la seule matérialité des objets (supposément) patrimoniaux, elle en est venue à scruter la construction culturelle, historique, politique, sociale, juridique etc. de l’idée de "patrimoine", à s’intéresser à ses significations, fonctions et usages. Ce déplacement épistémologique n’est bien entendu nullement spécifique au domaine d’étude considéré ici – il n’est que de songer à la fortune historiographique de l’entreprise des Lieux de mémoire, ou bien encore au succès du paradigme des « traditions inventées » et des « communautés imaginées » pour s’en convaincre3.

  • 4  Tous édités à Paris, Fayard/Éditions du patrimoine.
  • 5  Sous le titre de « Le regard de l’histoire : l’émergence et l’évolution de la notion de patrimoine (...)
  • 6  On pourra aisément s’en rendre compte en consultant les Choix bibliographiques proposés à la fin d (...)
  • 7 Peter Larkhman, A Consolidated Conservation/Heritage Bibliography for the Built Environment, Birmin (...)
  • 8  Au Japon, en particulier, cf. Nicolas Fiévé, « Architecture et patrimoine au Japon : les mots du m (...)
  • 9  Pour une discussion stimulante, cf. Henri Moniot, « Faire du Nora sous les tropiques ? », in Jean- (...)

3Le tournant n’en est pas moins net : les travaux et publications qui en attestent sont en effet légion. Les seuls actes des Entretiens du Patrimoine, larges rencontres organisées annuellement en France par le ministère de la Culture depuis 1988, montrent bien le foisonnement de la réflexion dans ce domaine, et en particulier ceux dirigés par Pierre Nora (Science et conscience du patrimoine, 1997) et Régis Debray (L’abus monumental, 1999)4. Les derniers Entretiens (2001) portaient de fait sur la notion même de patrimoine5. Depuis quelques années, il n’est même presque pas de mois qui ne livre un nouveau titre français sur la question6. La production anglo-saxonne est tout aussi fournie7. Significativement, l’investigation tend en outre à s’étendre au-delà de son territoire de prédilection ; si l’Europe, sphère d’origine de la notion, et lieu, aujourd’hui encore, de sa plus large application, fournit toujours l’essentiel des situations étudiées, les configurations observables dans d’autres continents font l’objet d’un intérêt croissant8 – même si la pertinence de tels exercices de déconstruction sous des latitudes non européennes ne va pas nécessairement de soi9.

  • 10  Le terme est emprunté à Michel Camau, rapporteur de l’atelier « Les voies et les moyens de la bana (...)
  • 11  Numéro thématique de la Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, n° 73/74, sous la direction (...)
  • 12  Cahiers de recherche du GREMMO n° 6, sous la direction de Nabil Beyhum et al., Lyon.
  • 13  Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie (18 (...)
  • 14  Voir les études réunies par Z. Akl et M. Davie (dir.), Questions..., op. cit.
  • 15  Sur l’activité patrimoniale très controversée de cette communauté de chiites ismaéliens, originair (...)

4Le monde arabe lui-même a donné lieu à différentes incursions s’inscrivant dans cette perspective réflexive, qui est aussi celle de la « banalisation »10 des questionnements appliqués à cet ensemble géographique – au sens de n’être plus construits à partir des seules et inépuisables spécificités locales, mais aussi au prisme des regards disciplinaires et thématiques. L’étude des dynamiques européennes de connaissance, recréation et protection des « traditions » monumentales ou vernaculaires d’Égypte, d’Algérie ou du Maroc tout au long de l’ère coloniale, proposée par Figures de l’orientalisme en architecture (1996)11, les textes réunis dans Patrimoine, Identité, Enjeux politiques (1998)12 à propos des déterminants politiques et économiques du rapport au passé dans le Moyen-Orient contemporain, la somme consacrée par Nabila Oulebsir à La construction du patrimoine en Algérie, de la conquête au centenaire (1830-1930)13, les travaux en cours sur le Liban14, ou encore l’enquête menée sur l’appropriation actuelle des monuments fatimides du Caire par la diaspora des Bohara15 en sont autant d’exemples.

5C’est dans ce même esprit que fut organisé en décembre 1997 à Rabat le colloque Les patrimoines dans la ville : de la construction des savoirs aux politiques de sauvegarde au Maroc et dans le Monde arabe. Cette rencontre ambitionnait de dégager quelques pistes de réflexion sur la construction et les cheminements des représentations et des politiques du patrimoine bâti dans ce pays, au miroir du passé et du présent, et à la lumière d’analyses conduites sur d’autres pays de la région, voire sur des cas européens. Qu’ils traversent successivement ou simultanément les textes réunis ici, trois grands champs de questionnement se dessinent en fin de compte assez nettement.

  • 16  En parallèle au mouvement de ratification de la « Convention pour la protection du patrimoine mond (...)

6Le premier concerne l’acclimatation de l’idée de « patrimoine » – au sens commun de « bien culturel » (mobilier et immobilier) ou « naturel » (sites et paysages) protégé ou méritant protection, que lui a donné la vulgate internationale depuis les années 197016 – dans le contexte marocain. Plusieurs éclairages historiques en sont proposés, à commencer par la pratique de destruction matérielle des lieux du pouvoir et de réemploi de leurs matériaux lors des changements dynastiques aux xive et xve siècles , qui pose d’emblée la question de la diversité des formes possibles de « transmission », et leurs ambiguïtés (Jocelyne Dakhlia). Le processus peut difficilement s’apprécier sans faire également retour sur l’épisode colonial, tant les « années Lyautey » apparaissent doublement fondatrices, par les logiques institutionnelles de conservation qu’elles ont imposées dans la durée, comme par l’idée, alors balbutiante en Europe, de patrimoine urbain, « indéniablement innovante au plan institutionnel, spectaculaire au plan morphologique » qu’elles ont introduite et mise en œuvre (Hélène Vacher). Peut-on pour autant essentialiser la patrimonialisation coloniale ? La polémique, emblématique, entre l’archéologue Henri Terrasse et l’urbaniste Michel Ecochard montre que l’étroite relation qui s’instaure, dès 1912, entre le droit de protection des monuments historiques et le droit de l’urbanisme n’alla pas sans conflits au sein même de l’administration coloniale (Rima Fadili-Toutain).

7Si elle fait resurgir en creux l’encombrant « héritage » lyautéen, l’analyse du discours patrimonial contemporain – dans sa profusion présente, succédant à « l’éclatant silence des années 1960 et 1970 » – invite plus encore, une fois soulignée « la difficulté de nommer inhérente à la visée patrimoniale », à questionner ses paradoxes et ses impensés, qu’il s’agisse de l’improbable articulation entre « patrimoine » et turâth (son équivalent officiel dans la langue arabe) ou des stratégies équivoques de reconnaissance internationale ; ce faisant, elle conduit à s’interroger sur le « caractère inabouti du processus d’émergence et de structuration du souci patrimonial » au Maroc (Alain Roussillon). L’examen des retouches apportées en 1980 au dispositif juridique régissant le patrimoine, qualifié de dominé par un « droit reçu » en rupture avec les « modes de régulation autochtones », confirme le sentiment d’une patrimonialisation en gestation et conforte, en cela même, la question.

  • 17  Du titre de la conférence donnée par Saïd Mouline à La Source (Rabat) le 13 janvier 1997 concernan (...)

8Les usages du « patrimoine », par le verbe et par l’image, constituent une seconde sphère de réflexion. La gamme des rhétoriques apparaît sans limites (exemplarité, représentativité, exceptionnalité, authenticité, identité, devoir de mémoire, « patrimoine partagé »17, multiculturalité, patrimoine-ressource...) ; les finalités s’avèrent variées, voire radicalement différentes, et parfois très éloignées du seul souci conservatoire. Englober ou exclure les pans a priori potentiellement conflictuels de l’héritage, les écarts par rapport à la norme identitaire, les particularismes régionaux – legs antique, identité berbère, culture judéo-marocaine, architectures coloniales... (Alain Roussillon, Simon Lévy), fonder ou refonder une identité urbaine (Raffaele Cattedra), justifier des interventions spatiales (Françoise Navez-Bouchanine), asseoir des distinctions sociales ou commercialiser une opération urbanistique, sont quelques-uns des enjeux, parfois explicites, le plus souvent implicites, identifiés dans les pages qui viennent... Le cas échéant, la gamme des enjeux possibles est passablement enchevêtrée : l’inflation discursive et visuelle accompagnant la reconstruction du centre-ville de Beyrouth constitue à cet égard un cas particulièrement éclairant (Stéphane Loret). L’instrumentalisation économique de la ressource patrimoniale représente un autre exemple d’autant plus intéressant que celle-ci bute sur la difficulté à quantifier sa valeur marchande (Naïma Lahbil Tagemouati). L’observateur en conclurait volontiers qu’il n’est de patrimoine que dûment instrumentalisé (les professionnels de la conservation sont les premiers à devoir l’apprendre, et à savoir en jouer) ; et de se prendre à songer ce que pourrait être d’ailleurs un « patrimoine » sans usages – matériels certes, mais aussi symboliques ? A l’inverse, faut-il en déduire que les objets considérés comme patrimoniaux mais tenus dans un état d’abandon, de déchéance, de désaffection, d’oubli ou de désintérêt, telle l’architecture militaire lusitanienne au Maroc, souffriraient en priorité d’un déficit d’instrumentalisation de la part des acteurs concernés (Romeo Carabelli) ?

  • 18  D. Poulot, « Le patrimoine et les aventures de la modernité », in id. (éd.), Patrimoine et moderni (...)

9Le registre, pluriel, des représentations du « patrimoine » construit un dernier ensemble d’interrogations. Le mouvement actuel de réappropriation symbolique du Caire dit islamique ou fatimide illustre à merveille la polysémie des perceptions, et plus encore leurs fluctuations (Anna Madœuf). Les clivages peuvent mettre en scène différents groupes sociaux, ou les traverser, opposer idées savantes et sens commun, intentions institutionnelles et raisons populaires : la question ici posée est en premier lieu celle de la légitimité des conceptions en jeu (Françoise Navez-Bouchanine). Elle incite par là-même à s’interroger sur les instances décrétant le patrimoine et sur ses modalités de sélection ; elle engage in fine à questionner le caractère "public" des processus de tri, de l’objet lui-même et des valeurs qu’il incarne, à l’heure où le débat tend à se focaliser sur la démocratisation du "dessein de partage" du patrimoine, en Europe en particulier18.

10Un texte invitant à « entrer dans la fabrique du patrimoine », dans le détail des processus de qualification, à propos d’un édifice genevois et des polémiques, puis des compromis, qu’il a générés, clôt la collection d’études réunies dans cet ouvrage : il a été choisi, en guise de conclusion, pour les perspectives méthodologiques prometteuses qu’il ouvre. Si le rapport au passé, à la mémoire et à l’histoire, à leur écriture et à leurs pierres n’occupe manifestement pas dans le monde arabe contemporain la place centrale qui est la sienne dans d’autres sociétés – pas plus sans doute qu’il n’y conditionne fondamentalement les sentiments d’appartenance –, l’analyse proposée par Ola Söderström montre que les expressions patrimoniales les plus modestes ou relatives aux objets les plus ordinaires peuvent néanmoins constituer un domaine d’investigation fécond, en tant qu’éléments particulièrement révélateurs des postures sociales en jeu et des enjeux de tous ordres à l’œuvre dans les rapports au temps comme à l’espace.

11Différents chantiers se dégagent ainsi des matériaux rassemblés dans les pages qui suivent. Il était dès lors tentant d’en préciser, a posteriori, les possibles contours et d’en faire une première esquisse.

  • 19  Significativement, il n’existe pas à proprement parler de dictionnaire historique de la langue ara (...)

12Les premiers se situent sans doute au niveau des mots. Si l’on admet que le patrimoine est une construction et que nommer, c’est peut-être déjà patrimonialiser, identifier et déconstruire les termes de la rhétorique patrimoniale s’avère une tâche prioritaire. Équivalents officiels d’antiquités/monument historique et de patrimoine, âthâr et turâth se signalent d’emblée à l’attention. Dans leurs acceptions passées et présentes, leurs variations géographiques, leurs usages courants et savants, légaux et communs, ces vocables pourraient en effet offrir la matière d’enquêtes décisives, même si celles-ci ne sont pas sans poser des problèmes de méthode, en raison tout d’abord des faiblesses des outils lexicographiques disponibles19. Si les investigations systématiques paraissent prématurées, une attention accrue à l’emploi de tels termes, et à leurs significations, peut néanmoins permettre de poser de premiers jalons, en attendant que le développement de la numérisation des textes en arabe autorise des projets plus ambitieux.

  • 20  Cf. Janet Abu-Lughod, “The Islamic City - Historic Myth, Islamic Essence and Contemporary Relevanc (...)
  • 21  Sur l’émergence (nordique ?) de la notion de ville historique en Europe, voir l’enquête en cours d (...)

13Un souci similaire pourrait être appliqué aux désignations apparentées que représentent les qualifications données, par la science comme par l’action, aux espaces considérés comme patrimoniaux ou en voie d’acquérir ce statut. On songe en premier lieu bien sûr aux expressions « ville islamique » ou « ville traditionnelle », par exemple, déjà questionnées et néanmoins toujours très usitées, cette récurrence constituant en elle-même un objet de réflexion à part entière20. Bien d’autres locutions ou formules, employées le plus souvent sans guère de précautions, viennent également à l’esprit : « ville historique », « centre ancien », « médina », « ville coloniale », architecture « arabo-musulmane » ou « vernaculaire », etc. dans les principales langues dans lesquelles ces dénominations sont énoncées (français, anglais, arabe)21. L’analyse ne peut certes pas se passer de catégories discursives, fussent-elles insatisfaisantes – et a fortiori l’intervention opérationnelle de schématisations – ; l’on objectera qu’il suffit de généraliser les guillemets. S’intéresser aux registres de sens de telles qualifications, à leurs productions (et producteurs) et à leurs utilisations (et utilisateurs) est dans tous les cas un préalable méthodologique dont il n’est plus possible aujourd’hui de faire l’économie.

  • 22  F. Schouten, “Heritage as historical reality”, in Herbert D. (ed.), Heritage, tourim and society, (...)

14Dans le même ordre d’idées, il importe aussi bien de distinguer d’entrée de jeu le(s) type(s) de construction patrimoniale que l’on se propose d’éclairer. Selon qu’on entend le « patrimoine » au sens de norme juridique régulant, au nom de l’intérêt général, les atteintes légales au droit de propriété privée (limitation des droits à construire ou des usages autorisés), ou au sens de construction symbolique ou identitaire promue par tel ou tel groupe social, ou encore dans une optique plus économiste de « transformation de l’histoire en produit, par le biais de la mythologie, l’idéologie, le nationalisme, la fierté locale, les idées romantiques, ou par pure stratégie commerciale »22, les questions soulevées varient en effet considérablement, même si l’on peut faire l’hypothèse que ces différentes acceptions entretiennent nécessairement quelques liens entre elles. Les remarques qui suivent s’intéressent tout d’abord au patrimoine en tant que qualification juridique, avant de l’envisager en tant que construction sociale.

  • 23  Cf. « Patrie, patrimoine », Genèses, 11, Paris, Éditions Belin, mars 1993.
  • 24  Cf. M. Volait, « Colonisation, mondialisation et patrimonialisation… », op. cit. et la bibliograph (...)
  • 25  Sur le rôle majeur de cette institution dans l’organisation de la vie et de l’espace urbains avant (...)

15De ce premier point de vue, c’est tout d’abord l’émergence et la structuration des politiques de conservation patrimoniale dans les villes du Monde arabe qui mériteraient d’être creusées plus avant. Si l’on considère la question à l’échelle de la région (option certes discutable tant patrimoine et nation ont partie liée23, mais en l’occurrence utile en première approche), deux phénomènes transversaux s’offrent, en l’état actuel des connaissances, comme points de départ de la réflexion24. Le premier concerne les origines exogènes, et le plus souvent coloniales, des dispositifs de définition et de protection du patrimoine bâti actuellement en vigueur dans la plupart des pays de la région, et en particulier au Maghreb et sur le pourtour oriental de la Méditerranée. Le second a trait à la préexistence, à travers l’institution du habous ou du waqf, de systèmes de « perpétuation » de fait du bâti, conçus dans un tout autre esprit (l’inaliénabilité d’un bien-fonds) et avec une autre finalité (le financement d’œuvres pieuses) que les logiques conservatoires européennes, mais cependant proches dans leurs effets : la fixation de nombreux bâtiments anciens dans ces villes, et ce, de longue date – étant entendu que la « pérennisation » s’appliquait prioritairement à l’action de bienfaisance, et pouvait s’accommoder, dans le cas des procédures d’istibdâl (échange), par exemple, de la destruction de l’édifice initialement construit pour permettre son accomplissement25. Or dans le cas de l’Égypte ou de la Tunisie, par exemple, c’est précisément sur ce substrat local, sur les instances en charge de la gestion des biens fondés,que se sont greffées les entreprises conservatoires d’initiative européenne appliquées aux « patrimoines » vivants. Qu’en fut-il ailleurs ? Quelles transactions, négociations, compromis, résistances ont suscité, dans la durée, de telles greffes ? Qu’en est-il aujourd’hui alors que les administrations publiques gérant les habous ou les waqf – même s’il ne s’en crée plus – restent d’importants propriétaires fonciers et immobiliers dans les plus anciennes portions des villes ?

  • 26  On peut signaler, pour ce qui est de l’Égypte, la thèse en cours de Alaa el-Habashi, From athar to (...)

16Il y a là un premier pan de l’histoire des politiques patrimoniales dans le Monde arabe qui est entièrement à écrire26. Il s’avère primordial car cette superposition déjà ancienne (parfois depuis les années 1880), à l’occasion conflictuelle, entre les logiques de gestion des biens de main morte et celles de leur protection au titre de « monuments historiques », a constitué certainement – voire constitue toujours – un déterminant majeur des processus de patrimonialisation que l’on peut y observer, si ce n’est leur principale singularité. S’en tenir dès lors à la seule allogénéité culturelle du concept de "patrimoine", du fait de son origine européenne et de son introduction à la faveur de la colonisation, serait ainsi manquer l’essentiel : la relation dialectique qui s’est établie de gré ou de force entre ces différentes logiques, et leurs effets croisés – en somme, la naturalisation de la notion, en ses (diverses) formes d’appropriation, selon le cadre national considéré.

  • 27  Cf. Pierre Nora (dir), Science et conscience du patrimoine, Paris, Fayard, 1997.

17Un autre aspect important, plus immédiatement lié au temps présent, concerne l’histoire des droits et des institutions du patrimoine depuis les Indépendances, celles-ci ayant vu tout à la fois l’abolition de l’institution du habous ou du waqf, et de façon générale, la survivance des procédures de protection instaurées par le pouvoir colonial. Là encore, il s’agit d’un domaine à peu près inexploré, alors même que requalification monumentale ou urbaine, développement des fouilles archéologiques, et expansion de l’offre muséale tendent depuis deux décennies à représenter dans bien des pays, de la Tunisie à la plupart des États du Golfe, des enjeux non négligeables, et des secteurs d’activité non moins conséquents. Le statut de la connaissance historique, archéologique, anthropologique, etc. dans ces dynamiques gagnerait en outre à être mieux cerné. Sachant que les disciplines des sciences humaines et sociales ont, de la géographie à l’histoire de l’art, joué en France, par exemple, un rôle notable dans l’élargissement du domaine et de l’activité du patrimoine27, qu’en est-il concrètement dans le Monde arabe ? Peut-on établir un lien, et de quelle nature, entre connaissance et reconnaissance du patrimoine ? Et quelles sont désormais, à l’ère dite post-coloniale, les modalités d’identification et de sélection des nouveaux objets voués à intégrer les patrimoines nationaux ?

  • 28  Sur la notion de patrimoine dissonant, cf. J. Turnbridge et G. J. Ashworth, Dissonant Heritage : T (...)

18Un phénomène frappant à cet égard est l’émotion croissante que suscite depuis peu dans l’opinion la disparition progressive des traces architecturales et urbanistiques héritées de l’hégémonie culturelle européenne du siècle passé, voire de la domination coloniale, et les voix toujours plus nombreuses qui en demandent la préservation, qu’il s’agisse du Caire dit « Belle Époque », défendu désormais à grand bruit par la presse égyptienne, du Tunis Art Nouveau et Art Déco, dont la protection a démarré, ou encore du Casablanca lyautéen que l’association marocaine Casamémoire voudrait voir inscrite au Patrimoine mondial; d’autres exemples pourraient être cités sur le pourtour méditerranéen. Entreprendre de décrypter l’engouement actuel pour ces patrimoines a priori « dissonants »28, dans la multiplicité de ses dimensions (de l’émergence de nouvelles sociabilités au décrochage entre patrimoine et identité qu’il manifeste), pourrait s’avérer un chantier non moins passionnant.

Notes

1  André Chastel, en collaboration avec Jean-Pierre Babelon, « La notion de patrimoine », Revue de l’art, n° 49, pp. 5-32.

2  Paris, Le Seuil, réédité en 1996 et 1999.

3  Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984-93, 7 vols ; Eric Hobsbawm et Terence Ranger (éd.), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983 ; Benedict Anderson, L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996 (initialement publié en 1983 sous le titre Imagined Communities).

4  Tous édités à Paris, Fayard/Éditions du patrimoine.

5  Sous le titre de « Le regard de l’histoire : l’émergence et l’évolution de la notion de patrimoine au cours du xxe siècle en France ».

6  On pourra aisément s’en rendre compte en consultant les Choix bibliographiques proposés à la fin de cet ouvrage. Signalons toutefois, parmi les parutions récentes : Yvon Lamy (dir.), L’alchimie du patrimoine, discours et politiques, Talence, 1996 ; Jean-Yves Andrieux (dir.), Patrimoine et histoire, Paris, Belin, 1997 ;Dominique Poulot (éd.), Patrimoine et modernité, Paris, L’Harmattan, 1998 ; Maryvonne de Saint Pulgent, Le gouvernement de la culture, Paris, Gallimard, 1999 ; Françoise Bercé, Des monuments historiques au patrimoine, du xviiie siècle à nos jours ou "Les égarements du cœur et de l’esprit", Paris, Flammarion, 2000 ; Jean-Michel Leniaud, Les archipels du passé. Le patrimoine et son histoire, Paris, Fayard, 2002.

7 Peter Larkhman, A Consolidated Conservation/Heritage Bibliography for the Built Environment, Birmingham School of Planning, 1999.

8  Au Japon, en particulier, cf. Nicolas Fiévé, « Architecture et patrimoine au Japon : les mots du monument historique », in L’abus monumental, op. cit., pp. 323-343 et la bibliographie incluse. Pour des approches centrées sur les mondes non-européens, cf. Brian J. Shaw and Roy Jones (ed.), Urban Heritage Contested, Voices from the Periphery, Londres, Ashgate, 1997 ; Conservation outside the Industrialized West, n° spécial de Built Environment, vol. 25, n° 3, 1999.

9  Pour une discussion stimulante, cf. Henri Moniot, « Faire du Nora sous les tropiques ? », in Jean-Pierre Chrétien et Jean-Louis Triaud (éd.), Histoire d’Afrique : les enjeux de mémoire, Paris, Khartala, 1999.

10  Le terme est emprunté à Michel Camau, rapporteur de l’atelier « Les voies et les moyens de la banalisation d’une aire culturelle », Ve congrès de l’Association française de science politique, Aix-en-Provence, 1996.

11  Numéro thématique de la Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, n° 73/74, sous la direction de Catherine Bruant, Sylviane Leprun, Mercedes Volait ; cf. également M. Volait, « Colonisation, mondialisation et patrimonialisation de l’espace bâti dans les villes du Monde arabe », in Ziad Akl et Michael Davie (dir.), Questions sur le patrimoine architectural et urbain au Liban, Beyrouth, URBAMA/ALBA, 1999, pp. 29-50.

12  Cahiers de recherche du GREMMO n° 6, sous la direction de Nabil Beyhum et al., Lyon.

13  Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830-1930), Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2003.

14  Voir les études réunies par Z. Akl et M. Davie (dir.), Questions..., op. cit.

15  Sur l’activité patrimoniale très controversée de cette communauté de chiites ismaéliens, originaires d’Inde et du Yémen, revendiquant un lignage spirituel avec les Fatimides, cf. Paula Sanders, « Bohra Architecture and the Restauration of Fatimid Culture », in Marianne Barrucand (dir.), L’Égypte fatimide : son art et son histoire, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, pp. 159-165. Parmi les travaux consacrés en nombre croissant à l’Égypte, cf. également Irène Bierman, « Urban Memory and the Preservation of Monuments », in Jere Bacharach (ed.), The Restoration and Conservation of Islamic Monuments in Egypt, Le Caire, 1995, pp. 1-12 et Alaa el-Habashi et Nicholas Warner, « Recording the monuments of Cairo : an introduction and overview », Les Annales islamologiques, 32, 1998, pp. 81-99.

16  En parallèle au mouvement de ratification de la « Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel » adoptée le 16 novembre 1972 par la Conférence générale de l’Unesco réunie à Paris. Au 12 mai 2000, le texte était ratifié par 160 Etats dans le monde ; les trois derniers pays à l’avoir signé sont Israël (6 octobre 1999), la Namibie (6 avril 2000) et le Kiribati (12 mai 2000) (source : http ://www.unesco.org).

17  Du titre de la conférence donnée par Saïd Mouline à La Source (Rabat) le 13 janvier 1997 concernant les architectures coloniales.

18  D. Poulot, « Le patrimoine et les aventures de la modernité », in id. (éd.), Patrimoine et modernité, op. cit., pp. 7-67 (p. 66).

19  Significativement, il n’existe pas à proprement parler de dictionnaire historique de la langue arabe.

20  Cf. Janet Abu-Lughod, “The Islamic City - Historic Myth, Islamic Essence and Contemporary Relevance”, International Journal of Middle East Studies, 19, 1987, pp. 155-176 et pour un point de vue plus polémique, Shirine Hamadeh, “Creating the Traditional City: A French Project” in Forms of Dominance: on the Architecture and Urbanism of the Colonial Enterprise, Nezar al-Sayyad (ed.), 1992, pp. 241-259.

21  Sur l’émergence (nordique ?) de la notion de ville historique en Europe, voir l’enquête en cours d’Hélène Vacher à partir des matériaux du concours international ouvert en 1908 pour l’aménagement des extensions de Copenhague (Danish Research Council). Sur la problématique plus générale des « mots de la ville », cf. Jean-Charles Depaule et Christian Topalov, « La ville à travers les mots », Enquête, n° 4, 1996, pp. 247-256, et Genèses, n° 33, décembre 1998.

22  F. Schouten, “Heritage as historical reality”, in Herbert D. (ed.), Heritage, tourim and society, Londres, Mansell, 1995.

23  Cf. « Patrie, patrimoine », Genèses, 11, Paris, Éditions Belin, mars 1993.

24  Cf. M. Volait, « Colonisation, mondialisation et patrimonialisation… », op. cit. et la bibliographie citée en introduction.

25  Sur le rôle majeur de cette institution dans l’organisation de la vie et de l’espace urbains avant l’époque moderne, cf. A. Raymond, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985, pp. 220-226 ; sur la pratique de l’istibdâl, dite encore mu’âwada, cf. Tal Shuval, « La pratique de la mu’âwada (échange de biens habûs contre propriété privée) à Alger au xviiie siècle », in Biens communs, patrimoines collectifs et gestion communautaire dans les sociétés musulmanes, Sylvie Denoix (dir.), Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 79-80, 1998, pp. 55-72.

26  On peut signaler, pour ce qui est de l’Égypte, la thèse en cours de Alaa el-Habashi, From athar to monuments : the intervention of the Comité in Cairo (Université de Pennsylvania).

27  Cf. Pierre Nora (dir), Science et conscience du patrimoine, Paris, Fayard, 1997.

28  Sur la notion de patrimoine dissonant, cf. J. Turnbridge et G. J. Ashworth, Dissonant Heritage : The Management of the Past as a Resource in Conflict, John Wiley & Sons, 1996, 314 p.

Auteur

Architecte et historienne, directrice de recherche au CNRS (EMAM/CITERES, Université de Tours). Ce texte écrit en 2001 a été suivi d’articles plus récents sur le thème du patrimoine : Mercedes Volait, « Colonisation, mondialisation et patrimonialisation de l’espace bâti dans le Monde Arabe », in Questions sur le patrimoine architectural et urbain au Liban, Ziad Akl and Michael Davie (dirs), Beyrouth/Tours : Académie libanaise des Beaux-Arts/URBAMA, 1999, p. 29-50 et Mercedes Volait, « La "Belle Époque" en Égypte : registres, rhétoriques et ressorts d’une invention patrimoniale » in Égypte/Monde arabe, 5-6 (2008) : Fabriques et pratiques du patrimoine (sous presse).

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable