Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (volume 1 : synthèse)

 | 
Justine Gaborit

Préface

François Villeneuve

Texte intégral

1En juin 2011, Justine Gaborit, mandatée par la Direction Générale des Antiquités et Musées de Syrie (DGAMS) — admirable institution qui s’est pour une bonne part construite en quarante ans de campagnes archéologiques préventives syriennes et internationales sur l’Euphrate —, fouillait en urgence à Halabiya, magnifique ville forte byzantine en rive droite du fleuve. L’urgence était due à la proche perspective de mise en eau du barrage de la Khanouqa, qui allait submerger les parties basses de la ville. Ce fut l’une des toutes dernières fouilles légales sur l’Euphrate syrien, jusqu’à ce jour. Elle fut bien fouille de sauvetage, mais non contre les eaux de l’Euphrate, la guerre civile ayant arrêté la construction du barrage : contre un péril pire, le pillage destructif qui règne depuis lors, là comme dans beaucoup de zones syriennes et irakiennes. Ce livre savant est écrit par une actrice majeure des projets archéologiques turcs et syriens, à qui les responsables du patrimoine de ces deux pays portent estime et confiance.

2La vallée engloutie, al-Wâdi al-maghmûr : ce titre sonne tristement en cette fin d’année 2014. Doublement engloutie. J. Gaborit dénombre — 70 sur 188 — les sites de l’Antiquité classique et paléochrétienne qui ont été entièrement ou partiellement noyés par les quatre barrages construits et mis en eau de 1968 à 2000 (Birecik, Karkemish, Tishrîn, Tabqa) ; plus au nord l’immense barrage Atatürk a submergé notamment Samosate, et plus au sud-est celui de Haditha a noyé bien des localités irakiennes. Mais engloutie encore, depuis le printemps 2011 dans la guerre, l’anarchie et le pillage, comme, auparavant déjà, sa continuation immédiate, le Bas-Euphrate. Faut-il se consoler en jugeant que les lacs de barrage ont, d’une certaine façon, sauvé des pillards les sites engloutis ? ou au contraire en observant que le passage de la vallée aux mains de l’insurrection a reporté sine die l’achèvement de la construction du barrage de la Khanouqa, sauvant des eaux Halabiya ? ce sont de minces réconforts, comme aussi le constat que les pillages systématiques n’avaient, bien entendu, nullement attendu la guerre civile pour sévir : une vue zénithale de la forteresse romano-byzantine de Tabouz prise en 2000 par Yves Guichard et reproduite ici la montrait déjà criblée de trous de pillards.

3Nous tenons entre nos mains un livre de géographie historique, d’Alexandre à Muhammad, mais non pas limitée à la variante étroite de la discipline qui établit les frontières décennie après décennie ou identifie les localités modernes ou les ruines avec les établissements anciens : une géographie plus globale qui restitue l’irrigation, la densité ou l’isolement de la vie sociale et les vicissitudes de la défense, les traversées du fleuve (ponts et gués), la navigabilité fort problématique, les itinéraires terrestres le long du fleuve.

4C’est déjà aux routes plutôt qu’à la géographie administrative que s’intéressait, J. Gaborit le rappelle, pour l’ensemble de la Syrie dans ses frontières du xxe siècle, la fameuse Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, publiée en 1927 par R. Dussaud, 4e tome de cette Bibliothèque Archéologique et Historique (BAH) dont le présent ouvrage porte le numéro 199. La vallée engloutie s’inscrit au demeurant dans une belle cohorte de livres consacrés par l’Ifpo ou ses prédécesseurs à l’archéologie et l’histoire de l’Euphrate — mentionnons Une mission de reconnaissance de l’Euphrate en 1922 (Ière partie, 1988, par Ch. Héraud, PIFD 132 et IIe partie, 1995, par B. Geyer et al., PIFD 133), Peuplement rural et aménagements hydro-agricoles dans la moyenne vallée de l’Euphrate, fin viie siècle  xixe siècles (PIFD 191), dirigé par S. Berthier, en 2001, ou encore La Basse vallée de l’Euphrate syrien du néolithique à l’avènement de l’Islam, 2 vol., (BAH 166/1-2), sous la plume de B. Geyer et J.-Y. Monchambert, en 2003. Depuis la reconnaissance en 1922 par les navigateurs du Mandat français et la somme de Dussaud, la vallée a connu d’immenses mutations qui, à elles seules justifiaient la publication de la présente synthèse : en une trentaine d’années, de 1968 à 2000, les lacs des barrages de Birecik, Karkemish, Tishrin et Tabqa ont noyé de considérables portions de la vallée, et un autre, celui de la Khanouqa, aurait dû les suivre au tout début des années 2010. Ces grands travaux hydrauliques ont provoqué plusieurs vagues de recherches archéologiques préventives, de si grande ampleur et sur une durée telle qu’elles en devenaient aussi programmées — et quelques opérations de sauvetage patrimonial —, qui ont profondément transformé le degré de précision des connaissances sur le passé de la vallée. L’auteur rend compte de cette révolution du savoir sur l’Euphrate par une belle cartographie à grande échelle, une documentation photographique ancienne et récente très riche, et un texte d’une grande variété, qui introduit à la géographie physique, mais aussi à la documentation textuelle antique, à quatre siècles d’exploration depuis le xvie siècle, à l’histoire de cent ans de fouilles (1910-2011), et donne enfin un solide constat historico-archéologique, période par période. Outre l’Antiquité — dont on apprend au passage à connaître les grands écrits dans ce qu’ils disent de la région, de Strabon à Procope, et les grands travaux cartographiques, de Ptolémée à la Table de Peutinger —, ce sont donc aussi les époques moderne et contemporaine qui sont éclairées ici, de façon érudite et passionnante : ce livre est, et de façon non accessoire, une histoire de l’exploration et une histoire, critique mais assez admirative, de la géographie historique qui fleurit à partir des années 1850.

5C’est d’abord deux grandes questions, un peu générales, que nous approchons ici dans leur épaisseur historique. Celle de l’unité. L’unification actuelle de la vallée syrienne et irakienne sous la coupe d’une seule force est une rareté historique : dans le millénaire traité par ce livre, elle n’existe qu’à l’époque séleucide de la fin du ive siècle au milieu du iie siècle av. J.-C., puis de façon excessivement éphémère lors des conquêtes impériales romaines de la Mésopotamie (Trajan, Septime Sévère). Il faut certes ajouter l’époque achéménide et les périodes omeyyade et abbasside. Cependant, dans le long temps de l’histoire c’est bien plutôt la division, mais non le morcellement, qui prédomine, mais sans fixité des frontières.

6Ensuite, cette idée générale souvent émise : trait d’union entre Anatolie et Mésopotamie, entre Méditerranée et Golfe ? voire entre Europe et Asie comme voulait le montrer le Britannique Chesney, testant dès 1829 la navigabilité de l’Euphrate et du Tigre ? ou plutôt série de cantons, de carrefours, et de frontières ? Vue du sol, et au ras de l’eau, grâce à J. Gaborit, cette vallée, unique si l’on veut, est surtout duelle : deux rives. Toujours dissymétriques, dans l’occupation humaine par exemple, et presque toujours séparées plutôt qu’unies, par le fleuve : la traversée est toujours un problème, quelle que soit l’échelle géographique et l’époque, quand elle n’est pas impossible. L’on comprend donc qu’elle revête toujours le caractère d’un passage, comme le soulignent quelques beaux textes anciens produits ici : au ive siècle, c’est « au nom de Dieu » que la pèlerine gauloise Égérie, traversant le fleuve quelque part entre Hiérapolis et Édesse après avoir longtemps attendu le bac, pénètre en « Mésopotamie de Syrie ». C’est une vallée, ce n’est pas un pays, et ce n’est pas une route, car elle n’a qu’un sens : les « caravanes qui vont par l’eau », comme dit joliment un texte du xviie siècle, ne peuvent au mieux que descendre de fleuve. Celles qui vont par terre, le long de la vallée, sont confrontées à la nécessité, donc la difficulté, de le traverser.

7L’Euphrate, ici comme dans ses autres tronçons, n’est donc pas le Nil. Mais la Syrie ne serait-elle pas, cependant, « un don de l’Euphrate », comme l’écrivit Hérodote de l’Égypte vis-à-vis du Nil ? s’il n’y a pas d’Euphrate, la Jezireh et la Palmyrène ne sont ni plus ni moins que la poursuite, sans solution de continuité aucune, de la péninsule arabique. Son rôle est donc essentiel. Mais contrairement au Nil pour l’Égypte, sa vallée n’est pas structurante pour le Proche-Orient : elle n’est pas droite, le fleuve n’est pas régulier, n’est guère navigable. Il est obstacle sérieux partout, mais jamais bonne frontière.

8L’auteur est une grande familière de tout ce terrain, ayant longuement fouillé d’un bout à l’autre du Moyen-Euphrate : de Séleucie-Zeugma à Doura-Europos en passant par Hiérapolis (à quelques heures de marche à peine de la vallée) et Halabiyeh. Mais familière aussi de tout le Proche-Orient, ayant également œuvré à Samra dans la steppe jordanienne, Nisibe en Haute-Mésopotamie et Cyrrhus non loin d’Antioche, un grand triangle qui lui permet de restituer pour nous la vallée dans son contexte le plus large. Grâce à ce vaste horizon, nous constatons que le Moyen-Euphrate a connu une évolution de peuplement (mesurée en nombre de sites) très comparable à l’ensemble levantin plus à l’ouest : la phase romano-parthe l’emporte de loin de la période hellénistique, et la phase byzantino-sassanide sur la romano-parthe.

9De même, si J. Gaborit concentre son attention sur la période qui va de la fin de l’empire achéménide à la fin de l’empire sassanide et celle de l’empire byzantin en Syrie, en raison de l’ampleur de la matière et du besoin d’accéder aux sources écrites, en revanche, familière aussi des périodes allant de l’âge Bronze au Moyen Âge, elle éclaire cette époque « classique » par les trois millénaires qui la précèdent et par le millénaire et demi qui la suit. Cette culture du long terme est importante pour mettre les données à leur juste place : l’époque « classique » n’est pas une époque d’apogée, car aucune ville n’y dépasse les 100 hectares, alors que les périodes amorrite, hittite ou abbasside y ont bâti des villes atteignant jusqu’à 150-200 hectares. De fait, le public qui a suivi, comme ma tranche d’âge me l’a personnellement permis, pendant trente ans, les immenses travaux des chantiers archéologiques de sauvetage sur l’Euphrate, a bien perçu que les données les plus éclatantes, comme aussi l’intérêt le plus manifeste des autorités régionales, concernaient le Néolithique et l’âge du Bronze d’un côté, la période abbasside de l’autre. Avec quelque inattention et de la paresse intellectuelle, on pouvait encore penser, au milieu des années 2000, que du passage d’Alexandre à la défaite du Byzantin Héraclius et la chute du Sassanide Yazdgard III, le Moyen Euphrate ne comptait guère que deux sites hellénistico-romano-parthes majeurs, Doura-Europos et Séleucie-Zeugma, les deux grands centres autour desquels, de fait, s’organisait le peuplement à l’époque macédonienne et séleucide. Pourtant le dernier tiers du xxe siècle était déjà passé, imposant (ou permettant, selon la perspective pessimiste ou optimiste que l’on veut avoir) la fouille de 52 sites d’époque classique, sur l’emprise des quatre lacs de barrage : 52, soit les trois quarts d’un total de 70 sites classiques fouillés depuis le début du xxe siècle.

10Le présent livre, qui tire, enfin, tout le parti de ce prodigieux renouvellement, fait justice de ce dédain des archéologues classiques pour l’Euphrate. Sa rédaction a accompagné un passage (hélas avorté, par l’effet de la guerre civile en cours en Syrie) des fouilles préventives à des fouilles désormais programmées, syriennes en particulier, sur des sites nouveaux et importants de l’époque « classique », comme Tell al-Sinn, Soura ou Kasra. Il utilise, enfin ! à sa pleine importance, un site urbain aussi important qu’Europos (Karkemish — Jerablous), le tout premier site fouillé de toute la vallée, en 1911. J. Gaborit ne tombe pas pour autant dans l’erreur d’une « réhabilitation », pas plus qu’elle ne cherche à ériger la vallée du Moyen-Euphrate en zone culturelle autonome et essentielle. Les diversités sont fortes — pour la clarté de l’exposé, l’auteur la subdivise en huit sections, compte tenu de deux rives toujours fortement séparées —, et ce cours moyen est long, 700 kilomètres. Cependant, il présente des caractères propres, qui le distinguent du Haut-Euphrate encaissé dans la montagne anatolienne, et du Bas-Euphrate avec sa plaine commune au Tigre, puis ses marais : ici le lit est large, il y a des îles, et le fleuve s’écoule entre les deux rives d’un plateau infertile. L’auteur connaît son terrain dans le moindre détail, a lu les sources écrites et a le sens des réalités : la « zone de contacts et d’échanges » — caractérisation bien vague des savants de la fin du xxe siècle — apparaît plutôt au fil de la lecture de ce livre comme un secteur militaire. La situation géographique l’y condamne en effet, que le pouvoir soit unique, double ou multiple. Ce livre vient à point pour rappeler que les violences et les malheurs de 2011-2014 ont des précédents sans nombre : ainsi, au ier siècle, le harem du roi parthe Phraate Ier est massacré sur une île de l’Euphrate ; au milieu du iiie siècle, l’offensive du Perse Shapûr Ier s’accompagne de destructions innombrables, pour certaines définitives (Doura), et de pillages. Entre le milieu du iiie et celui du ive siècle, la route de l’Euphrate à l’aval de Soura ne présente plus aucune sécurité. Et ainsi de suite. Même abstraction faite des drames historiques, l’instabilité, très forte, est la règle : J. Gaborit établit que sur la double centaine de sites étudiés dans son livre, seuls 33 sont occupés durant la totalité de ces neuf siècles.

11Cette vallée est en outre dépourvue de ressources naturelles autres qu’agricoles, et les terres les plus fertiles y sont en zone aride. Elle doit donc être irriguée. Mais l’Euphrate, instable et menaçant, détruit occasionnellement les sites de bord de rive et les prises d’eau. Irrégulier, avec un long étiage d’août à novembre, il n’offre qu’une mauvaise navigabilité. la vallée existe néanmoins, localement bien sûr, parfois aussi expérimentée en longue distance, mais ni en basses eaux, ni en période de crue, et presque uniquement à la descente du fleuve. Occasionnellement c’est donc, en effet, un axe pour les échanges, mais fort incommode.

12Ces caractères essentiels, qui ressortent à la lecture, ne sont pas pour autant des invariants indépendants du cours des temps : le viiie siècle, par exemple, J. Gaborit le montre bien, est doublement période de rupture : changement de domination et réunification de la vallée, mais aussi apparition de nouvelles cultures — riz, coton, sorgho — et donc fin d’un cycle agité qui avait débuté à la fin de l’époque achéménide.

13Cet ouvrage nous donne encore de belles leçons de méthode. Comment homogénéiser, sur la base de recherches fort anciennes ou toutes récentes, de simples repérages, des données tirées de photos d’archives, de prospections géophysiques, de sondages, ou de fouilles durables ? Le catalogue tient compte de ces degrés de savoir, en recourant à la notion de « fortune critique » d’un site. C’est aussi un ouvrage complet : J. Gaborit y présente ses recherches propres, prospections et fouilles mais aussi tous les autres travaux, en se fondant sur des informations et archives remontant jusqu’à la mission Chesney ou encore aux explorations pénétrantes de Gertrude Bell dans les années 1910. C’est donc un répertoire exhaustif d’informations historiques, sur des sites parfois disparus à 100%, comme Barbalissos. La production de matériaux est ici remise à l’honneur, loin d’un goût certain de notre époque pour les récits bien lissés dont raffolent les sciences humaines anglo-saxonnes : nous sentons l’auteur proche et admirative de l’infatigable et fin collecteur d’informations que fut Eduard Sachau à la fin du xixe siècle, plutôt que d’un Victor Chapot incapable de s’intéresser aux résultats de ses propres prospections dès lors qu’elles décevaient l’historien de la chose militaire qu’il était. Mais ce n’est pas tout : notre livre est encore une mine de découvertes archéologiques ou artistiques majeures, telles la stèle d’Antiochos Ier de Commagène en dexiôsis avec un Apollon-Mithra-Hélios-Hermès, à Belkıs Tepe (possible sanctuaire royal comparable au Nimrud Dagh ?), les mosaïques et les chapiteaux toscans de Zeugma, les étranges processions rupestres de la « tombe » de Shash Hamdân, les mosaïques de ‘Amarnah, le relief au Zeus dolichénien sur un taureau à Hammâm Kabîr, ou encore et surtout la ville hellénistique de Jebel Khaled, passée inaperçue jusqu’au milieu des années 1990 quoique fortifiée et vaste de 60 hectares, l’Amphipolis antique peut-être.

14Le livre de J. Gaborit a valeur patrimoniale, valeur de publication « de sauvetage ». Sauvetage, non plus seulement, ou non plus principalement, en Syrie du moins, de la disparition des sites sous les eaux et la vase : mais du pillage le plus systématique qu’ait jamais connu le patrimoine archéologique proche-oriental. Que reste-t-il de Doura ou de Soura après quatre ans de guerre et d’illégalité ? bien peu de choses assurément, et ce livre contribue à sa façon à en sauver quelque chose. Dans la lutte contre le trafic d’antiquités, dans l’évaluation des dégâts de guerre, l’établissement des priorités de la réparation ou de la remise en état, une fois la guerre terminée, cette Vallée engloutie rendra de grands services.

15« De la région dont nous nous occupons, nul renseignement ne nous parvient plus depuis près de trois ans ; à cet égard, nous vivons isolés, à peu près comme durant le Haut Moyen-Âge, quand toute communication était coupée entre le monde latin et l’empire des khalifes », écrivait Cumont en 1917 dans sa préface aux Études syriennes, en partie reproduite par J. Gaborit. C’est plus ou moins la situation d’aujourd’hui, quant à la coupure, à ceci près que les renseignements, quand ils existent, sont horribles. Travaillons à un proche avenir bien meilleur et sachons gré à Justine Gaborit d’avoir, comme Cumont dans cette autre période d’épreuves, su apporter un bon nombre de pierres à la connaissance du grand patrimoine proche-oriental.

Auteur

Professeur à l’Université Paris I et à l’Institut Universitaire de France. Président du conseil scientifique de l’Ifpo. Jérusalem-Est occupée, Ramadan 1435 Hg — Toulouse, décembre 2014 pC

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540