Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement supérieur et marché du travail dans le monde arabe

 | 
Boutros Labaki

Études de cas

La Syrie

Najib Abdel-Wahid

Entrées d'index

Géographique :

Syrie

Note de l’éditeur

Article traduit de l’arabe

Texte intégral

Introduction

1L’adéquation entre le produit de l’enseignement supérieur et les besoins du marché du travail (aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public) est une question universellement préoccupante. Cette question est particulièrement digne d’intérêt en ce qui concerne les pays arabes et ce, dans la mesure où les institutions d’enseignement supérieur s’y sont lancées, depuis quelques dizaines d’années, dans une véritable course à la « production » de diplômés avant de se voir reprocher, en fin de compte, de ne pas former une main d’œuvre suffisamment adaptée aux besoins du marché. Dans la plupart de ces pays, en effet, le système éducatif souffre d’une sérieuse déficience dont on peut attribuer la cause à de nombreux facteurs parmi lesquels, entre autres : la fuite des compétences résultant de l’expatriation des personnes les plus qualifiées, et surtout le manque de formations appliquées qui découle de l’insuffisance en ressources humaines et matérielles nécessaires.

2Cette étude a pour ambition de présenter une analyse complète du problème de l’adéquation entre produit de l’enseignement supérieur et besoins du marché du travail, et ce dans le cas particulier de la République arabe syrienne. Notre but sera, ici, de cerner au mieux l’écart qui existe entre la structure de l’enseignement supérieur et celle du marché du travail en Syrie. A cet effet,  nous analyserons en détail les rapports entre les compétences acquises au sortir du cursus éducatif et les degrés de bénéfice susceptibles d’en être retirés. Nous nous pencherons, ensuite, sur les caractéristiques de l’environnement bénéficiaire (à savoir le marché du travail) et la place du champ académique dans cet environnement. Enfin, nous nous tournerons vers les différentes orientations stratégiques, les politiques et les programmes adoptés en vue de réduire le décalage existant entre ces deux champs, et de renforcer les liens entre eux, pour proposer un enseignement mieux adapté au marché – ce dernier point est particulièrement important dans le cadre de la politique de complémentarité inter-sectorielle voulue par le Dixième plan quinquennal adopté pour la période 2006-2010.

Politique générale de l’enseignement supérieur en Syrie

3La fonction attribuée au système d’enseignement supérieur en Syrie, depuis les années 1960, a consisté à combler les besoins du processus de développement en matière de cadres instruits. La stratégie adoptée en la matière a reposé sur une politique d’enseignement démocratique, gratuit et public, faisant ainsi passer l’enseignement du statut de privilège réservé aux classes aisées à celui d’un droit public et gratuit, dispensé à tous, et qu’il incombe à l’État de garantir et de financer. Une telle politique a vite fait de se traduire, sur le terrain, par une extension quantitative horizontale dont les chiffres ont atteint des pics inédits dans l’histoire moderne de la Syrie. Il est particulièrement important de mentionner ici trois textes de loi : d’abord celui qui prévoit que l’ensemble des bacheliers doit être absorbé par les universités et les instituts intermédiaires, ensuite la loi numéro 35 de l’année 1985 qui rend obligatoire la scolarisation de tout enfant syrien dont l’âge est compris entre 6 et 12 ans, et enfin, le texte qui insiste sur le caractère obligatoire et gratuit de l’enseignement primaire (lequel recoupe ce qu’on appelait précédemment les enseignements préparatoire et élémentaire).

Les caractères généraux du système d’enseignement supérieur en Syrie

4La Syrie a connu, ces quarante dernières années, des succès importants dans le domaine éducatif (tous niveaux confondus), et particulièrement en ce qui concerne le niveau primaire dont la plupart des indices sont à la hausse : hausse du pourcentage d’enfants scolarisés, réduction de l’échec scolaire et de l’analphabétisme, augmentation du nombre d’écoles, d’universités et de facultés ainsi que leur meilleure répartition géographique. Cette démocratisation de l’enseignement est allée de pair avec une augmentation des effectifs du secteur éducatif, et une spécialisation accrue du corps enseignant.

5Malgré ces succès, le secteur a souffert et continue à souffrir d’une foule de problèmes. Une incompétence croissante dans la gestion économique du secteur éducatif est sans doute responsable d’un gaspillage important, mais à ce facteur il faudrait en ajouter d’autres encore, à savoir : la baisse de productivité effective de la force de travail dans l’éducation, la baisse du niveau de compétence et des méthodes de travail qui y sont pratiquées, la bureaucratisation à outrance, le manque de contrôle de la qualité de l’enseignement. Le fond du problème est aussi une question de mentalité dans la mesure où l’enseignement n’est plus perçu, par les enseignants eux-mêmes, que comme un service rendu, et ils en viennent donc à négliger leur devoir de renouvellement, ignorant les méthodes pédagogiques modernes ou le bénéfice qu’ils pourraient tirer de l’évolution des nouvelles technologies et de l’informatique. Ne perdons pas de vue qu’une telle situation est le résultat de l’absence de coordination qui a caractérisé l’action des différentes instances responsables du secteur ; sans doute a-t-on aussi manqué d’une vision stratégique claire pour redresser l’éducation. Voilà pourquoi la nouvelle orientation prise par l’économie (faisant de plus en plus appel à une main d’œuvre diversifiée et très qualifiée) nous presse de mettre en place, en Syrie, une nouvelle stratégie dans le secteur éducatif et ce, à tous les niveaux et cycles – l’éducation n’est-elle pas, justement, l’un des principaux moteurs du changement escompté ?

Figure 1 : Structure de l’enseignement universitaire public

Nom de

l’université

Ville d’établissement

Année de fondation

Nombre d’enseignants

Nombre d’étudiants

Inscrits en enseignement libre

Damas

Damas

1923

2317

110.000

37.012

Alep

Alep

1958

1.150

65.000

26.552

Tichrine

Lattaquié

1971

892

40.000

12.145

Baas

Homs

1979

525

30.000

11.405

Total

4.690

245.000

87.114

6La caractéristique la plus marquante du système d’enseignement supérieur syrien est sans aucun doute la pression grandissante qu’exerce le nombre toujours croissant d’étudiants. Puisque ce phénomène ne s’est pas accompagné de l’ouverture de nouvelles universités publiques, il était inévitable de voir croître de manière exponentielle les quatre universités gouvernementales existantes. La figure 1 nous montre ainsi que la dernière université syrienne à avoir ouvert ses portes l’a fait en 1979 (ce constat ne prend pas en compte l’ouverture des facultés qui font office d’antennes à telle ou telle université dans une autre région). Pourtant, la figure 1 nous révèle aussi l’existence, au sein du système éducatif, d’un foyer particulièrement dynamique qui préfigure le devenir du marché du travail en Syrie, dans le sillage du modèle dominant de développement : le nombre d’étudiants inscrits en cursus libres a atteint 90 000 étudiants au début de 2006. Notons, également, qu’à la même période l’enseignement privé comptait 7 000 étudiants et l’enseignement à distance 1 200 étudiants ; l’enseignement supérieur général, quant à lui, pouvait se prévaloir de compter 245 000 inscrits, auxquels viennent s’ajouter les 55.000 étudiants des instituts intermédiaires dépendant du ministère de l’Éducation ou d’autres ministères. Bien que ces nouvelles formules d’apprentissage soient de facture assez récente (les modes d’enseignement « libre », privé ou à distance n’ont été introduits que depuis 4 ans), elles sont parvenues à capter près de 30 % du nombre total d’étudiants des cursus traditionnels. Avec plusieurs années de recul, force est de constater que l’extraordinaire croissance du nombre de diplômés de l’enseignement supérieur constitue une sorte de flot qui se déverse sur un marché du travail incapable de l’absorber ; c’est bien là la principale contradiction entre la conjoncture économique et le nombre monumental de diplômés du supérieur. Retraçant l’évolution du nombre d’inscrits dans l’enseignement supérieur (en universités et instituts d’études intermédiaires) sur une période de cinq ans, la figure 2 corrobore ce que nous avons dit plus haut à propos des politiques visant à ouvrir les portes du système d’enseignement supérieur au plus grand nombre.

Figure 2 : Évolution du nombre d’inscriptions dans l’enseignement supérieur

Figure 2 : Évolution du nombre d’inscriptions dans l’enseignement supérieur

7Le taux des 18-23 ans accédant à l’enseignement universitaire (tous types d’enseignement confondus) atteint 17,4 %, ce taux étant de 17,8 % pour les garçons et de 17 % pour les filles. Bien que ce chiffre global soit en augmentation, si on le compare au taux moyen calculé entre les années 1970 et 2003 (et qui est de 12,5 %), il reste inférieur aux chiffres réalisés dans certains pays : ce taux est de 20 % si on envisage l’ensemble de la planète et atteint même les 40 % en ce qui concerne les pays développés, il est de 25 % dans les pays arabes et le Moyen-Orient en général (la figure 3 retrace l’évolution de ces taux d’accès des jeunes à l’enseignement supérieur dans le monde).

Figure 3 : Proportion de la population ayant accès à l’université – à l’échelle internationale (source :Banque Mondiale)

Figure 3 : Proportion de la population ayant accès à l’université – à l’échelle internationale (source :Banque Mondiale)

Caractères de l’enseignement et efficience intrinsèque du système

L’enseignement supérieur syrien se caractérise par :

8- Une productivité bien modeste au regard des coûts exorbitants consentis par l’État, dans une situation où aucun programme efficace n’a été adopté pour trouver des revenus propres, soit par la mobilisation des avoirs fixes et circulants des universités, soit par l’adoption de règles de retour sur investissement basées sur des critères sociaux et techniques.

9- L’absence de lien entre l’enseignement secondaire et l’enseignement universitaire.

10- Des méthodes pédagogiques traditionnelles qui n’accordent aucune place à la recherche ou au travail d’équipe susceptibles d’améliorer le processus d’acquisition cognitive, et de développer l’esprit critique chez l’étudiant.

11- Des programmes de niveau relativement faible et de plus en plus désuets.

12- Des administrations universitaires hautement centralisées et l’absence d’universités régionales indépendantes.

13- La diminution du salaire des enseignants. Ainsi, la médiocrité des intéressements qui leur sont proposés, se doublant d’une augmentation de leur charge d’enseignement, portent-ils préjudice à la qualité de leur travail et entraînent une carence dans l’encadrement des étudiants.

14- Les ouvrages de référence en langues étrangères demeurent indisponibles, ceux-ci sont pourtant indispensables, surtout en ce qui concerne les cursus les plus avancés de l’enseignement supérieur. Un tel manque ne peut que réduire l’étendue des connaissances des étudiants syriens et explique en grande part le faible niveau des mémoires qu’ils viennent à soutenir.

15- Une proportion assez importante des enseignants du supérieur ne maîtrise pas ces langues étrangères qui leur donneraient accès aux derniers développements en recherche de pointe. L’utilisation même d’internet leur est ainsi refusée, ce qui limite grandement leurs capacités à mettre à jour leurs connaissances.

16- Les centres de recherche au sein des universités ne jouissent d’aucune indépendance financière et aucune mesure n’a été prise dans ce sens.

17- La contribution par trop insuffisante des enseignants en matière de recherche scientifique et de publication.

18- L’insuffisance des moyens mis à la disposition des professeurs, sachant que seuls de tels moyens encourageraient à l’excellence et à l’innovation.

Particularités de l’efficience extrinsèque (les bénéfices extérieurs engendrés par le système)

19L’enseignement supérieur a réalisé un important bond en avant en se développant de manière notoire depuis quelques dizaines d’années. Nous pouvons résumer les quatre avancées les plus importantes dans le domaine :

  1. 1. Les investissements massifs dans les institutions éducatives.

  2. 2. La mise en place de la gratuité de l’enseignement.

  3. 3. La mise en place d’un enseignement de masse.

  4. 4. Égalité des chances dans l’accès à l’éducation, réduisant les disparités entre les différentes catégories sociales ou entre les hommes et les femmes.

20Le modèle national en matière de développement avait besoin de cadres que le système éducatif a su lui fournir.

21L’enseignement supérieur a pu remplir le cahier des charges qui était le sien d’un point de vue quantitatif. Une telle réalisation était en effet prioritaire en matière de développement, à un stade où l’État central assumait à lui seul le processus de développement.

22Les résultats sont, en revanche, bien moins concluants en matière de qualifications sortantes (le bénéfice que le marché du travail tire de l’enseignement supérieur).

23Du point de vue de la recherche, le système souffre d’insuffisances structurelles, institutionnelles et fonctionnelles graves. Ces insuffisances sont manifestes si on se penche sur deux phénomènes particulièrement significatifs :

  1. 1. La baisse constante de la proportion de diplômés en études longues, magistères et doctorats, ces cursus constituant le dispositif de formation à la recherche scientifique.

  2. 2. L’université est pour ainsi dire saignée des membres les plus brillants de son corps enseignant, qui sont délégués ou prêtés à d’autres universités arabes ou aux universités privées en Syrie même. Dans certains domaines ce phénomène concerne pas moins de 30 % du corps enseignant.

24Cette faiblesse structurelle du domaine de la recherche, au sein de l’université syrienne, tend à dilapider les compétences académiques acquises par l’institution, et à favoriser un modèle de professeurs-mercenaires au détriment de celui des professeurs-chercheurs pour lesquels prédominerait l’inventivité et la créativité. Ce phénomène, qui a un effet immédiat sur l’intérêt que peut tirer le marché du travail du système d’enseignement, est sans doute favorisé par un grand nombre de facteurs interdépendants. Parmi ces facteurs, citons :

  1. La marginalisation de la recherche au bénéfice de l’enseignement, de sorte que les exigences carriéristes qu’implique cette seconde fonction l’emportent sur les exigences de la recherche scientifique et de l’innovation. Une telle tendance contrevient aux critères adoptés par les universités des pays les plus développés.

  2. Les méthodes pédagogiques s’appuient systématiquement sur « le manuel », et ce au détriment des « références bibliographiques » – ces mêmes manuels universitaires n’étant jamais remaniés ou mis à jour.

  3. L’insuffisance des investissements consentis pour la recherche, ceux-ci constituent en effet une part infime des budgets universitaires et ne représentent que 0,18 % du PIB syrien.

  4. L’absence totale du secteur privé dans le domaine de la recherche scientifique. Ce point est sans doute une conséquence du manque d’intérêt (ou de besoin) du secteur en matière de recherche.

25L’enseignement supérieur a connu dans les années 1990 l’émergence d’un phénomène nouveau, celui de la désaffection pour les disciplines scientifiques, de sorte que les étudiants se sont détournés des études scientifiques et techniques pour leur préférer les cursus littéraires. Entre 1990 et 1999, les effectifs en sciences et en sciences de l’ingénieur ont ainsi baissé de 5000 étudiants. Pourtant le paysage universitaire des années 1980 ne laissait présager en rien ce retournement, en effet la Syrie comptait alors le nombre de diplômés le plus important du Moyen-Orient dans les domaines scientifiques – à titre indicatif, rappelons que les étudiants suivant un cursus technique représentaient alors 0,5 % de la population syrienne totale. La Syrie était devenue un pôle régional attractif en matière de formation professionnelle dans les domaines techniques et ceux de l’ingénierie. Au jour d’aujourd’hui ce sont plutôt les sciences humaines et les sciences de l’éducation qui attirent le plus grand nombre d’étudiants syriens.

26Nous nous attarderons quelque peu, ici, sur cette désaffection pour les disciplines scientifiques et ce, dans la mesure où le phénomène est directement lié à l’avenir de notre marché du travail, et qu’il ne laisse pas d’être un indicateur inquiétant si on le met en perspective avec les bouleversements technologiques et scientifiques mondiaux. Sur ce point précis, on peut se référer aux expériences menées dans d’autres pays où le progrès n’a été rendu possible que par une spécialisation scientifique de haut niveau et de masse.

27Pour revenir aux prémisses du phénomène, notons que celui-ci a débuté dans l’enseignement secondaire où les lycéens se sont mis à avoir un penchant prononcé pour les filières littéraires et à délaisser les filières scientifiques. On observe (figure 4) une accentuation de ce phénomène depuis quelques années : si, en effet, le nombre d’élèves inscrits en filières littéraires est à peu près égal à celui des filières scientifiques en l’an 2000, en 2005 par contre, les scientifiques ne représentent plus qu’un tiers des lycéens alors que les deux tiers restants sont des littéraires. Ce renversement rapide et inattendu (en l’espace de cinq ans) signifie que l’économie nationale va se trouver confrontée sur le long terme à un problème bien réel et assez simple, à savoir un manque de diplômés qualifiés en matières scientifiques, qu’ils soient ingénieurs ou techniciens. Autrement dit, il faut s’attendre à manquer de la main d’œuvre capable de gérer un éventuel processus de modernisation industrielle, commerciale ou même du secteur des services.

Figure 4 : Evolution du nombre de bacheliers de l’enseignement secondaire public (la demande en enseignement supérieur)

Figure 4 : Evolution du nombre de bacheliers de l’enseignement secondaire public (la demande en enseignement supérieur)

28Tentons à présent de dégager les causes de cette désaffection pour les disciplines scientifiques :

  1. L’absence d’un secteur économique embrassant et développant de tels domaines de spécialisation a provoqué une baisse de la demande en main d’œuvre scientifique sur le marché du travail. Le cas des entreprises du secteur public en Syrie est exemplaire : quand elles n’accordent aucune place à la recherche ou à la modernisation, ces entreprises transforment leurs employés scientifiques en fonctionnaires bureaucratiques de première classe, semblables en cela à leurs collègues issus des autres filières.

  2. Le secteur industriel privé, quant à lui, est composé principalement d’installations traditionnelles qui dépassent rarement le cadre familial, ce qui explique que le secteur ait un besoin limité en main d’œuvre hautement qualifiée. Comme pour accentuer cette carence, notons que la Syrie est dépourvue de petites et moyennes entreprises axées sur l’activité technologique et qui pourraient faire appel à de hauts niveaux de compétence.

  3. Le gel des grilles des salaires et le manque d’amplitude qui les caractérise n’encouragent en rien des projets d’études longues et complexes. Dans ce cas, on voit mal, par ailleurs, pourquoi un employé qui travaille déjà s’investirait dans une formation ou une remise à niveau qui lui permettrait d’obtenir une compétence technique de pointe.

  4. La déliquescence de l’administration est sans doute le problème majeur auquel sont confrontées les institutions du secteur public en Syrie. L’insuffisance des intéressements, l’absence d’esprit d’initiative et de compétences en matière de gestion moderne entament à leur tour (comme dans un cercle vicieux) les capacités en termes de gestion de ces administrations.

29En conséquence nous pouvons dire que la philosophie quantitative qui a présidé au système d’enseignement supérieur en Syrie ces dernières années (ainsi que les problèmes en découlant au niveau de l’efficience intrinsèque et extrinsèque du système) est le reflet d’une philosophie du développement basée sur l’accumulation extensive voulue par les modèles de planification syriens qui visaient à optimiser les facteurs de production traditionnels (le capital, la force de travail, la terre) dans le but de consolider les infrastructures économiques nationales.

La régulation du marché du travail en Syrie

30L’organisation du marché du travail est d’une importance capitale dans la mesure où elle régule tous les aspects relatifs aux rapports de travail. Ce facteur était déjà déterminant dans les économies de production traditionnelles. Aujourd’hui se pose la question de sa place dans un contexte de développement d’une économie des savoirs moderne ? La régulation du marché du travail devrait parvenir à équilibrer l’offre et la demande, afin de participer au développement (un marché du travail désorganisé, en effet, engendre anarchie et gaspillage, freinant par-là toute croissance).

31Les éléments essentiels constitutifs du marché du travail sont les suivants :

  1. Les politiques de l’emploi.

  2. Le code du travail.

  3. Les entreprises du marché du travail.

  4. L’offre en matière d’emploi.

  5. La demande en main d’œuvre.

  6. Le chômage.

32C’est à l’État que revient la responsabilité de dessiner les grandes lignes des politiques de l’emploi, déterminant ainsi les contours de la force de travail et ses débouchés dans le cadre d’une stratégie économique et sociale du développement. C’est le Ministère du Travail et des Affaires Sociales qui est chargé d’appliquer ces politiques. Or, il se trouve que les politiques de l’emploi ont longtemps été délaissées en Syrie ; ce n’est que depuis quelques années que le Ministère du Travail et des Affaires Sociales remplit pleinement ses fonctions, en se coordonnant avec le Commissariat au plan pour mettre en place un projet de lutte contre le chômage et un projet destiné à encourager la création des petites entreprises. Les politiques de l’emploi adoptées par le Dixième plan quinquennal accordent ainsi une importance particulière à l’assainissement du marché du travail. D’après le Plan, un tel assainissement dépend de la conjonction de trois facteurs essentiels, à savoir :

  1. De bons taux de croissance économique.

  2. Des taux de croissance démographique régulés.

  3. Des programmes de perfectionnement et de formation continue appropriés.

33Les derniers recensements de la population syrienne (fin 2005) font état de 18,2 millions d’habitants (auxquels il faut ajouter 430.000 Palestiniens). 56,8 % de la population totale est en âge de travailler (c’est-à-dire ceux dont l’âge est compris entre 15 et 64 ans), ce qui fait de la Syrie un pays jeune dont le taux de croissance démographique est de 2,45 ‰ – précisons que ce chiffre tend à diminuer en 2005. L’âge légal du travail est fixé à 15 ans ce qui porte à plus d’un demi million de personnes le nombre (annuel) de ceux qui rentrent directement sur le marché du travail, portant ainsi le chiffre des nouveaux demandeurs d’emploi à 260.000 candidats soit 52 %. Ces chiffres attestent, par ailleurs, que le volume de la force de travail a fortement augmenté durant les vingt dernières années, ce taux de croissance est même supérieur au taux de croissance démographique sur la même période (le chiffre en question, passant de 4 millions de personnes en 1994 à près de 5 millions en 2004, est estimé à 2,3 % de croissance annuelle). La proportion des femmes présentes sur le marché du travail est, elle aussi, en augmentation puisqu’elle passe de 12,8 % à 17,3 % sur la même période.

Figure 5 : Composante qualitative de la force de travail (l’offre)

Figure 5 : Composante qualitative de la force de travail (l’offre)

Figure 6 : La force de travail en fonction de l’employeur

Figure 6 : La force de travail en fonction de l’employeur

Figure 7 : Sectorisation de la force de travail

Figure 7 : Sectorisation de la force de travail

Figure 8 : Le phénomène du chômage touche 550 000 personnes

Figure 8 : Le phénomène du chômage touche 550 000 personnes

Figure 9 : Le nombre de demandeurs d’emploi recensés fin 2004 s’élève à 1 250 000 personnes

Figure 9 : Le nombre de demandeurs d’emploi recensés fin 2004 s’élève à 1 250 000 personnes

Figure 10 : Les demandeurs d’emploi en fonction de leur niveau d’étude

Figure 10 : Les demandeurs d’emploi en fonction de leur niveau d’étude

34Les figures 5 à 10 nous fournissent diverses données qui ont trait à l’offre et à la demande de main d’œuvre en Syrie. Ces données nous permettent d’identifier un grand nombre de problèmes et de défis à relever qui sont les suivants :

35- On constate une hausse des chiffres du chômage : estimés en 1999 à environ 8,2 %, ils passent à 12,3 % pour l’année 2004 ; pour la plupart ces chômeurs sont en situation de recherche de premier emploi et ils sont, pour 70 % d’entre eux, des jeunes.

36- Le taux d’analphabétisme au sein de la force de travail reste relativement élevé (il est vrai que ce phénomène est aussi valable pour les tranches de la population qui sont en dehors du marché du travail). Or la persistance de l’analphabétisme, en dépit des efforts constants fournis par l’État pour en venir à bout, représente un danger qui pèse non seulement sur la force de travail et sa productivité, mais davantage encore sur le processus social de modernisation et de progrès. En effet, ce phénomène tient la société syrienne à l’écart des avancées technologiques et scientifiques qui caractérisent un monde moderne en perpétuel changement.

37- En ce qui concerne la distribution de la force de travail entre les différents secteurs de l’économie : nous constatons qu’une proportion importante de la force de travail (soit 26,6 %) est absorbée par l’agriculture. Un taux si élevé témoigne en réalité d’un manque de productivité et d’une sous-qualification évidents. Bien entendu, de tels chiffres ne sont pas dignes d’une économie moderne caractérisée par la primauté du secteur tertiaire.

38- Les femmes ne représentent que 19 % de la force de travail. Près d’un million de femmes, donc, sachant que 65 % d’entre elles sont célibataires et que 58 % d’entre elles ont moins de trente ans (ce qui tend à montrer que le travail des femmes est un phénomène relativement récent).

39- Les personnes qui travaillent à leur compte représentent une part importante de la force de travail, preuve s’il en est de la prédominance des petites entreprises.

40- L’importance considérable du secteur économique informel rend encore plus difficile la possibilité d’influer sur le marché du travail en matière d’emploi et de chômage.

41Les études conduites permettent, par ailleurs, de dégager certaines caractéristiques propres à la main d’œuvre en Syrie :

42- La force de travail syrienne abonde en compétences relativement bonnes dans les secteurs traditionnels comme ceux du bâtiment, de l’industrie textile, de l’agro-alimentaire, de la mécanique automobile, de la métallurgie et dans une certaine mesure en mécanique et en électricité. Notons par ailleurs que la Syrie dispose d’un intéressant potentiel dans le domaine de la programmation informatique (domaine, comme on le sait, où les marges de croissance sont assez importantes).

43- La force de travail syrienne a des capacités de prise d’initiative et de travail en indépendant des plus réduites ; elle ignore, par ailleurs, les méthodes modernes de rationalisation du travail et elle se montre incapable de se recycler ou de mettre à jour ses connaissances en consultant les sources d’information adéquates ou en suivant des stages de remise à niveau. Ce dernier point est à mettre en rapport avec le faible niveau en langue anglaise qui caractérise cette même force de travail, une bonne maîtrise de cette langue étant une condition nécessaire à qui veut aujourd’hui se tenir au courant des derniers développements de la recherche quelqu’en soit le domaine.

44- La culture du travail en Syrie demeure héritière d’une culture traditionnelle de l’assistanat qui ne respecte pas le travail, en général, et en particulier celui des femmes.

45- Les formations dispensées par l’enseignement sont déconnectées du marché du travail, et il ne peut en découler que gaspillage et une foule d’autres conséquences néfastes sur le développement.

46- Les grilles des salaires dans le secteur public n’épousent pas les différences de qualification, ce qui a pour conséquence de ne pas récompenser la compétence et de ne pas encourager à la productivité. Il en va sensiblement de même dans le secteur privé où les salaires sont particulièrement bas et ce, au mépris des salariés les plus compétents ou les mieux qualifiés (les chiffres élevés du chômage permettent au secteur privé de pratiquer une telle politique de bas salaires).

Le décalage entre l’organisation de l’enseignement supérieur et celle du marché du travail

47Le fossé existant entre le niveau de compétence des diplômés de l’enseignement supérieur et les besoins du marché du travail, se manifeste dans une série de phénomènes qui sont les suivants :

48- L’inadéquation entre compétences et expériences acquises par les diplômés de certains domaines de spécialisation et les besoins du marché du travail. L’écart en question est avant tout une disparité du point de vue du contenu, les contenus de l’enseignement demeurent, en effet, inadaptés au marché du travail. Il faudrait aussi parler ici de la désuétude des installations et des machines que les étudiants apprennent à manipuler, au regard du renouvellement constant et nécessaire des installations qui sont utilisées dans certains secteurs économiques particulièrement dynamiques – et même dans les cas où ces machines sont mises à la disposition de l’étudiant, la plupart du temps on ne saura pas en tirer tout le potentiel. Ainsi l’inadéquation entre compétences des diplômés et besoins du marché du travail nous renvoie-t-elle à un autre hiatus, propre à l’enseignement supérieur en tant que tel, je veux parler du fossé entre l’aspect théorique et l’aspect pratique qui est comme inscrit dans la formation même des diplômés syriens. De telles carences aux niveaux pratiques et techniques nuisent au plus haut point à la productivité de ces diplômés et donc à leur compétitivité sur le marché du travail.

49- En raison de ce que nous venons d’évoquer, on peut dire que les structures où sont formés les ingénieurs produisent des ingénieurs dépourvus de toute qualification effective. En outre, la décision de l’État d’abandonner sa politique d’embauche systématique des nouveaux diplômés de l’ingénierie a provoqué une précarisation de l’emploi dans ce secteur de pointe.

50- L’absence de ponts, tout particulièrement, entre les programmes de formation professionnelle et technique et les exigences en matière de développement et d’emploi. En l’occurrence, la Syrie a grand besoin d’un régime sérieux de formation en entreprises, ces stages en entreprises privées ou publiques devant êtres intégrés aux cursus universitaires et intermédiaires, comme des matières obligatoires. C’est seulement ainsi que les chambres de commerce et d’industrie du secteur privé pourront exercer un contrôle permanent sur les compétences des diplômés.

51- Un secteur de l’enseignement intermédiaire tombant littéralement en ruine. Ce secteur pourtant stratégique s’est, en effet, transformé avec le temps en une sorte de refuge où se sont entassées les personnes voulant échapper au service militaire en attendant d’y voir plus clair dans leur avenir. Il est donc peu étonnant que ce secteur soit sinistré et qu’il fournisse très peu de diplômés

52- L’absence de politique du travail et de l’emploi formulant des orientations pour les politiques de l’enseignement et de la formation professionnelle.

53- L’absence de politique économique précisant clairement les orientations prises par la Syrie en la matière, et les secteurs à développer en priorité.

54- L’absence de ligne politique relative au marché du travail a sérieusement freiné la croissance économique et sociale qui aurait pu, à son tour, augmenter et préciser la demande en main d’œuvre.

55- L’absence de politique nationale de formation continue, en particulier en ce qui concerne les employés exerçant déjà soit dans l’appareil d’État, soit dans le secteur public.

56- L’absence de programmes d’embauche choisie, en particulier dans les régions où la croissance est faible et en ce qui concerne les milieux défavorisés.

57- L’absence de programmes clairs destinés à renouveler les installations publiques et privées, à développer et continuer à former la main d’œuvre qui leur est associée afin que ces installations aient en fin de compte un besoin accru en force de travail.

58C’est à partir de tels constats que le Dixième plan quinquennal met en tête des priorités nationales la hausse des indices du développement humain et la nécessaire modification du système éducatif. Par ailleurs, la Syrie s’est engagée au niveau international à réaliser, en temps et en heure, les objectifs du millénaire pour le développement, tout comme elle continue d’être tenue par son engagement de « réaliser l’enseignement pour tous ».

Les politiques en vigueur en Syrie : le Dixième plan quinquennal

59Il demeurera impossible de résoudre la contradiction qui existe entre le produit de l’enseignement supérieur et le marché du travail tant qu’on n’aura pas renouvelé et réformé les structures de production, afin qu’elles puissent accueillir de tels nombres de diplômés. En effet, la croissance et le développement de l’économie permettraient d’absorber un grand nombre de diplômés des universités et des instituts intermédiaires, les faisant entrer de plein pied dans le processus de production, réglant leurs charges sociales et leur garantissant une certaine stabilité matérielle et psychologique. On le voit bien, la réforme totale voulue par le Dixième plan quinquennal constitue une nécessité objective et une réforme des plus urgentes si on veut mettre un terme à la contradiction qu’il y a entre politiques éducatives et politiques économiques.

60Nous évoquerons dans ce qui suit l’essentiel des politiques et stratégies mises en place par le Dixième plan quinquennal en matière de travail et d’enseignement supérieur :

Secteur de l’emploi et du travail

61En matière d’emploi et de travail, le Dixième plan quinquennal prévoit d’étendre le champ des investissements productifs susceptibles de créer des emplois, et ce en développant l’ensemble des facteurs législatifs et institutionnels pouvant favoriser l’investissement. Pour accompagner ce projet général, le plan prévoit la mise en place d’une série de mesures précises : un plan concerté de modernisation des politiques et des institutions d’enseignement professionnel et de formation continue, une réforme du système éducatif et du système fiscal, l’adoption de programmes ciblés pour résoudre le problème du chômage dans les régions les moins favorisées, et enfin un assainissement de la gestion de l’économie nationale par le biais d’une lutte contre la corruption pour optimiser l’action gouvernementale.

Les stratégies

621. La création d’emplois par le biais de l’élargissement de la base des investissements consacrés aux activités économiques et sociales.

632. La promotion des activités et des projets où le volume de travail est important, afin de permettre aux catégories les moins qualifiées de la force de travail d’accéder à l’emploi.

643. L’adoption de programmes ciblés destinés à générer du revenu et de l’emploi au sein des catégories sociales défavorisées et dans les régions les plus pauvres.

654. Augmenter la productivité du travail en ménageant des opportunités en matière de formation professionnelle et de formation continue. Cette mesure visant à améliorer le rendement de la force de travail existante sera accompagnée d’une campagne d’identification des secteurs d’activités et des tâches qui nécessitent le recours à des technologies avancées.

665. Soutenir les pouvoirs économiques et le travail, leur permettre de se développer, dans le cadre de leurs droits et de leurs intérêts particuliers en même temps que de garantir ceux des travailleurs.

676. Accorder les politiques éducatives sur les besoins du marché du travail et les moderniser dans le but de réduire le chômage.

68Nous exposerons à présent les politiques relatives à La Stratégie n° 1 et celles relatives à La Stratégie n° 6 – la première concernant la demande de main d’œuvre, et la seconde ayant trait à l’harmonisation de l’enseignement avec le marché du travail.

Les politiques concernant la Stratégie n° 1 : augmenter l’offre d’emploi

69• Renforcer la modernisation des secteurs économiques qui génèrent de l’emploi et des sources de revenu (agriculture, industrie, tourisme, bâtiment).

70• L’adoption d’une coordination qui introduise de la complémentarité entre les qualifications, le capital et l’entrée sur le marché du travail, dans le but de permettre aux chômeurs (quelque soit leur niveau de compétence) de travailler en tant qu’indépendants. Cette mesure devra s’accompagner d’un renouvellement adapté des objectifs et des actions de la Commission de lutte contre le chômage.

71• L’adoption d’une politique nationale du plein-emploi et de lutte contre le chômage des jeunes, de sorte que toute personne arrivant sur le marché du travail ne reste pas au chômage plus d’un an. Passée cette période, l’État en coordination avec le secteur privé s’engage à reclasser les chômeurs de longue durée, à leur proposer une formation ou à leur permettre d’exercer en indépendants.

72• Donner la priorité aux technologies à fort besoin en main d’œuvre, et ce afin d’augmenter l’offre en emplois sans pour autant porter préjudice à la productivité et à la compétitivité (aussi bien au niveau des coûts qu’au niveau de la qualité du travail). Par ailleurs, on influera sur le volume de l’emploi en investissant plus massivement dans les secteurs des travaux publics et des infrastructures nécessaires au renforcement de la participation du secteur privé à la vie économique.

73• Mise en place au niveau national d’une politique de formation professionnelle épousant la demande qui émane du marché du travail, pour endiguer le chômage. Les politiques de formation professionnelle sont indissociables de la création d’une Agence nationale pour la formation technique et professionnelle où serait représenté l’ensemble des secteurs concernés (secteurs public et privé, société civile et syndicats). Il reviendrait à cette Agence de proposer les lignes politiques à suivre en la matière, et d’assurer le suivi de leur bonne application.

74• Développement de Centres pour l’emploi dans l’ensemble des régions, afin de pouvoir proposer une information claire concernant les offres d’emploi disponibles, l’endroit où elles sont à pourvoir, les conditions qu’elles requièrent. Ces lieux devront aussi être des centres de ressources où l’on pourra recueillir de l’information concernant aussi bien les démarches nécessaires à l’obtention d’un prêt, que les différents types de technologies, leurs coûts, ou encore les manières d’accéder à certains articles scientifiques ou à certaines études.

75• Mise au point de programmes spécifiques pour moderniser le secteur de l’économie informelle, et travailler à l’intégrer dans le cercle de l’économie formelle pour que ce secteur fasse partie intégrante de l’économie nationale et pour mieux lutter contre le phénomène du sous-emploi.

76• Proposer de sérieux programmes de formation aux entrepreneurs ayant pour projet de travailler en indépendants, et accorder particulièrement d’importance aux petites et moyennes entreprises afin d’orienter leur activité et les diriger vers les secteurs à productivité élevée dans le but de créer des emplois.

77• L’adoption de certains critères clairs (comme celui de l’impact sur la création d’emplois et la génération de revenus) lors de la rédaction et de l’évaluation des politiques économiques globales en ce qui concerne le Dixième plan quinquennal et l’ensemble des plans à venir.

Les politiques concernant la Stratégie n° 6 : harmoniser les politiques d’enseignement avec les besoins du marché du travail

78• Réformer les politiques d’admission dans l’enseignement secondaire, universitaire et en instituts intermédiaires. Moderniser certaines filières et en supprimer d’autres en fonction des besoins du marché du travail, de sorte qu’un plus grand nombre d’étudiants puissent être admis en cursus scientifiques ou technologiques et mettre ainsi un terme au disfonctionnement qui veut qu’aujourd’hui la majorité des étudiants suivent des cursus de sciences humaines.

79• Faire évoluer les méthodes d’enseignement afin qu’au sortir du lycée chaque élève possède les connaissances professionnelles lui permettant d’intégrer le marché du travail. Un tel bagage éducatif sera à la fois général et technique : les lycéens devront, en effet, disposer d’une vision claire de l’environnement économique et des opportunités de travail existantes et, partant, devront être capables d’ébaucher un projet professionnel, et en dégager coûts et profits.

80• Maintenir le lien entre les étudiants des lycées professionnels, des instituts et des universités avec leurs institutions après qu’ils les aient quittées et ce, dans le but d’assurer un suivi de leurs compétences et de les orienter dans le monde professionnel, voire même de les aider à trouver un emploi ou les inscrire dans des programmes de stages ou de recyclage, le cas échéant.

81• Favoriser un travail de collaboration et de coordination entre les écoles, qu’elles soient privées ou publiques, et les entreprises. Recourir à des professionnels du monde de l’entreprise pour enseigner en instituts et en lycées professionnels. En la matière, il est également possible de mettre en place un système de stages scolaires, de sorte que l’élève puisse suivre des séances de travaux pratiques en entreprise.

82• Améliorer les conditions d’enseignement et de travail pour réduire le nombre d’élèves qui sont en situation d’échec scolaire et qui entrent donc sur le marché du travail avant d’être professionnellement prêts à cela. Il est nécessaire, d’autre part, d’entourer de soins particuliers les élèves qui rencontrent des difficultés à l’école et qui ont du mal à s’adapter au système scolaire.

83• Modifier les méthodes d’enseignement, en particulier dans l’enseignement supérieur, dans l’enseignement technologique et en lycées professionnels, de sorte que ces cursus dispensent un enseignement qui reflète au mieux les besoins changeants du marché du travail en matière de métiers et de compétences.

84• Assurer un suivi du corps enseignant, à quelque niveau que ce soit, et ne pas cesser d’en renouveler les qualifications professionnelles – en particulier : lutter contre l’analphabétisme informatique dont souffre le corps enseignant actuellement, et le doter de méthodes pédagogiques modernes, basées sur l’enseignement interactif et l’attention ciblée sur les élèves particulièrement doués d’une part et ceux qui ont des difficultés d’apprentissage de l’autre.

85• Généraliser graduellement l’usage de l’informatique aux différents stades de l’enseignement, et moderniser les méthodes pédagogiques en encourageant l’interactivité, en mettant l’élève au centre de tout enseignement. Une importance particulière sera accordée à l’ouverture de l’horizon des savoirs qui devront ainsi excéder les limites strictes du manuel scolaire, pour recouvrir des champs aussi divers et vastes que la culture nationale ou locale, l’héritage mondial ou encore le monde d’informations auquel donne accès internet.

86• Intensifier l’enseignement des langues étrangères et mettre en place des programmes scolaires consacrés à l’apprentissage des vocabulaires techniques et spécifiques. Ce point est indispensable dans la mesure où la maîtrise de tels vocabulaires est l’une des exigences de notre temps et est nécessaire à quiconque souhaite acquérir les savoirs de la modernité et interagir avec eux.

87• Redéfinir les tâches du système d’enseignement pour moderniser les activités économiques et jeter les bases de la culture de marché et du libéralisme dans la société syrienne. Cette nouvelle mission qui incombe au système éducatif devra, en effet, doter les nouvelles générations d’une culture solide en matière d’économie et de gestion, mais aussi de développer une série de compétences et de qualités particulièrement importantes dont nous citerons ici les aspects les plus saillants :

881) Compétences en matière de gestion et de créativité :

  1. Etre au fait des méthodes de résolution des problèmes et savoir mettre en place et évaluer un projet professionnel ou un plan de carrière.

  2. Développer ses capacités d’expression et associer la créativité au travail.

  3. Apprendre à travailler en équipe.

892) Compétences techniques liées à la nature de l’emploi :

  1. Savoir faire des choix professionnels et développer l’esprit d’entreprise.

  2. Savoir comment développer son projet personnel et trouver des crédits.

  3. Une bonne connaissance des marché locaux et internationaux.

  4. Développer la culture du compte rendu et de la circulation de l’information.

903) Qualités personnelles :

  1. Savoir négocier.

  2. Compétences en gestion de conflits.

  3. Compétences en relations publiques.

  4. Compétences en management et en gestion.

914) Qualités civiques :

  1. Associer au travail, dans le secteur public comme dans le secteur privé, un sens de la responsabilité envers la société.

  2. Une bonne connaissance des droits et des devoirs, et savoir identifier et analyser les problèmes sociaux et économiques auxquels est confronté le pays.

  3. Une bonne connaissance des droits civiques.

  4. Développer un esprit de revendication à l’égard de la société.

925) Compétences fonctionnelles :

  1. Etre au fait des législations en vigueur en matière de création d’entreprises.

  2. Une bonne connaissance des règles de l’investissement au niveau local et international.

L’enseignement supérieur

93Parvenir à un système éducatif plus productif, mieux adapté à notre temps et au marché du travail, disposer d’une institution qui crée plus d’emplois et qui dispense un enseignement pratique capable de former une main d’œuvre compétitive au niveau mondial – voilà dans ses grandes lignes l’horizon dessiné par le Dixième plan quinquennal en Syrie. Afin de réaliser un tel projet, le plan insiste tout particulièrement sur la nécessité de renforcer les liens entre université et société, mais aussi d’adopter des dispositions nouvelles favorisant l’enseignement des langues, des sciences, des mathématiques et encourageant l’utilisation d’internet, la modernisation des méthodes pédagogiques et le perfectionnement des enseignants. Du point de vue des institutions, ce plan prévoit de donner la priorité aux instituts intermédiaires, aux universités et aux centres de recherche pour en faire, à long terme, des institutions dédiées à l’excellence.

94Il est donc fort probable que ce plan quinquennal constitue un saut qualitatif dans l’entreprise de réforme du système d’enseignement supérieur et ce, dans la mesure où les stratégies, dont il est question ici, partent du principe qu’un enseignement de haut niveau est le moteur de la transformation de la société voulue par l’enquête prospective « Syrie 2025 ». Dans le cadre de ces stratégies, il ne fait aucun doute que l’université doive assumer un rôle déterminant dans le processus consistant à mettre l’économie nationale sur les rails de la révolution numérique et de l’économie des savoirs, en formant une main d’œuvre dotée de qualifications nouvelles et variées, en inventant de nouvelles formes d’interaction entre la recherche et l’innovation, en faisant respecter le travail (scientifique surtout) et en garantissant les libertés académiques.

95En ce qui concerne l’enseignement supérieur, le Dixième plan quinquennal vise, donc, à moderniser l’institution universitaire afin de garantir à la nation un capital intellectuel et une force de travail hautement qualifiés et compatibles avec les exigences de développement économique et sociale. Les maîtres mots de l’avenir, on le sait, seront ceux de compétitivité et de productivité.

Les stratégies

961. Insister sur la voie de l’enseignement pour tous et ouvert à toutes les tranches de la société.

972. Parvenir à un haut niveau qualitatif en ce qui concerne les projets, les méthodes et programmes pédagogiques, mais aussi en matière d’activités académiques, en vue de resserrer les liens entre les formations dispensées par l’enseignement supérieur et l’économie nationale.

983. Développer les capacités institutionnelles et individuelles et améliorer les niveaux scientifique, technique, linguistique et pédagogique du corps enseignant.

994. Garantir un environnement et des infrastructures favorables et nécessaires aux processus d’apprentissage et de recherche dans leurs aspects les plus modernes.

1005. Accorder la plus grande importance au développement de la recherche scientifique et des études supérieures.

1016. Ouvrir les université sur l’extérieur.

1027. Réformer et développer les instituts d’enseignement intermédiaire.

103Nous exposerons dans ce qui suit les politiques qui découlent des stratégies que nous venons d’évoquer et qui ont directement trait au marché du travail :

104• La modernisation des projets et des méthodes pédagogiques, en se basant sur les principes auxquels sont arrivées les études les plus récentes dans le domaine. Outre accompagner l’avancement de la recherche, une telle réforme est en mesure de répondre aux besoins en matière de développement global, en renforçant les secteurs économiques grâce à une main d’œuvre productive, à la fois qualifiée (hautement et adéquatement qualifiée) mais aussi flexible, capable de s’adapter, d’innover et de prendre ses responsabilités. Une telle réforme contribuera ainsi directement à traiter le problème de l’excédent de main d’œuvre dans le milieu des nouveaux diplômés universitaires.

105• Le développement de programmes concernant les domaines de spécialisation qui répondent aux besoins sociétaux dans les champs suivants : biotechnologie, biochimie, dessin industriel, génie informatique, génie civil, ingénierie des Mines, informatique appliquée et télématique, gestion des ressources humaines et gestion d’entreprise, tourisme et hôtellerie, beaux-arts et conception graphique, psychologie de l’information et sociologie des genres. En ce qui concerne la mise en application de cette politique nouvelle, les priorités en seront déterminées ultérieurement à travers les études du marché actuel et à venir.

106• Réorganiser les cursus et les sections de technologie de l’information et de la communication afin de mettre au point un nouveau cursus reposant sur la complémentarité des formations en systèmes, équipements matériels et techniques, en télécommunications, en management et génie informatique au sein d’une même unité d’enseignement et d’apprentissage.

107• Réaliser une vaste étude dans le but d’analyser, de réorganiser et de mieux orienter la structure actuelle du système académique, en renforçant les cursus qui forment les étudiants à des connaissances plurielles basées à chaque fois sur un enseignement de spécialisation (ce qui nous permettra d’anticiper sur la structure productive syrienne à venir, mais aussi sur les besoins de la société, et ceux du marché).

108• Mettre en place un organisme institutionnel et des procédures nouvelles destinés à revoir, périodiquement et de manière vivante, les méthodes d’enseignement universitaire afin qu’elles soient en accord permanent avec les besoins de la société et qu’elles soient régulièrement revisitées par l’apport des mises à jour les plus récentes au niveau international. Ce point précis reste suspendu à la condition de disposer d’une période préalable de cinq ans afin de permettre à la recherche de préparer le terrain (études, conférences, travaux de commissions).

109• Mettre en place de nouveaux programmes universitaires qui visent à améliorer les niveaux d’étude et de qualification de la force de travail, et ainsi élargir l’éventail des choix de vies qui s’offrent aux Syriens (une importance particulière sera accordée aux disciplines touchant aux secteurs modernes de compétence et au renforcement de l’esprit scientifique, à la dynamisation des acquis à travers des programmes de formation continue, d’enseignement à distance et de diplômes professionnels).

110• Mettre en place un nouveau centre universitaire consacré à la recherche et à l’innovation, et dont les enseignements (aussi bien théoriques que pratiques) viseront à réformer le secteur des affaires et à former des acteurs économiques en accord avec la réorientation de l’économie nationale, d’une économie centralisée et planifiée vers une économie sociale de marché (les politiques et les programmes propres à ce nouveau centre universitaire ne pourront voir le jour qu’en étroite collaboration avec un secteur privé qui devra, par ailleurs, contribuer au financement du projet).

111• Lancer une campagne de communication et de promotion de l’université et encourager la création des amicales d’anciens élèves afin de renforcer les liens entre l’université, la société et l’économie nationale. Il est également prévu d’ouvrir des bureaux d’études dans les différents secteurs névralgiques de l’économie.

112• Encourager une participation réelle du secteur privé et trouver de nouveaux liens organiques entre l’institution universitaire et les sociétés des secteurs de production et de services. Ces sociétés devant prendre une part active à l’enseignement, à la formation et à l’embauche, devront également être décisionnaires en matière de politiques et de programmes d’enseignement.

113• Améliorer le niveau et la qualité des enseignements dispensés par les instituts intermédiaires et ce, en accord avec les dernières évolutions au niveau mondial et de manière à répondre aux besoins qu’impliquent les transformations de l’économie et de la société.

114• Reconsidérer les domaines de spécialisation proposés par les instituts, pour créer de nouvelles filières et, tout particulièrement, étendre à l’ensemble du territoire national la création de nouveaux instituts d’informatique.

115• Moderniser les méthodes et les projets pédagogiques en instituts intermédiaires et renforcer particulièrement l’aspect pratique de l’enseignement dispensé. Le but ici est de doter les diplômés de ces instituts d’un ensemble cohérent de savoirs et de savoir-faire étayés par un bon niveau de langue, mais surtout d’une maîtrise des techniques les plus modernes dans leur domaine. Ainsi mettrons-nous à la disposition de notre stratégie du développement et du marché du travail une main d’œuvre spécialisée et capable de s’adapter.

116• Améliorer le niveau du corps enseignant et des formateurs en instituts à travers un plan d’action prévoyant une réforme moderne de leur enseignement et, localement, la mise en place de stages de formation (aussi bien en ce qui concerne leurs compétences scientifiques et techniques que linguistiques).

117• Développer l’enseignement parallèle au sein des instituts intermédiaires pour leur garantir des sources de revenu propres destinées à la modernisation de leur enseignement et de leurs infrastructures.

118Il n’est pas inutile de préciser ici que l’ensemble des politiques que nous avons évoquées, a débouché sur des programmes et des projets de mise en application qu’il aurait été trop long de développer dans ces pages. Nous renvoyons, par conséquent, toute personne désireuse d’approfondir le sujet aux détails du Dixième plan quinquennal.

Sources documentaires

119- « الخطة الخمسية العاشرة للجمهورية العربية السورية »، 2010-تخطيط الدولة 2006 هيئة

120(« Dixième plan quinquennal de la République arabe syrienne », Commissariat au plan 2006‑2010).

121برنامج الأمم المتحدة الإنمائي، 2005 , « تقرير التنمية السوري »

122(Rapport sur le développement en Syrie », Programme des Nations-Unies pour le Développement – PNUD –, 2005.)

123 المجموعة الإحصائية السورية، المكتب المركزي للإحصاء، دمشق، 2005

124(« Bulletins statistiques », Bureau central des statistiques, Damas, 2005.)

125التي أقامتها وزارة الشؤون « الحماية الإجتماعية وسياسات سوق العمل » ورشة العمل حول « تطوير سوق العمل في سورية » سمير سعيفان شباط 2005 الإجتماعية والعمل بالتعاون مع البنك الدولي ومنظمة العمل الدولية، 22

126(Samir Sa’ifan, « Développer le marché du travail en Syrie » dans « Protection sociale et politiques du marché du travail », atelier organisé par le Ministère du Travail et des Affaires sociales, en coopération avec la Banque Mondiale et l’Organisation internationale du Travail, 22 février 2005.)

127برنامج الأمم المتحدة الإنمائي، 2005 , « التقرير الثاني لأهداف التنمية للألفية في سورية »

128(Second rapport sur les objectifs du millénaire pour le développement en Syrie », Programme des Nations-Unies pour le Développement – PNUD –, 2005.)

129ج الأمم المتحدة الإنمائي، عمانبرنام ، « تقييم الفجوات بين المهارات المكتسبة من خلال التعليم العالي ومتطلبات سوق العمل في الأرد »

130أذار 2006  

131(Rapport d’évaluation de l’écart entre les acquis de l’enseignement supérieur et les besoins du marché du travail en Jordanie », Programme des Nations-Unies pour le Développement – PNUD –, Amman, mars 2006.)

132International Labour Organization, « Entrepreneurship Education – Know about Business for Syria », Project document under the SHABAB Project, Damascus, April 2006.

133، دمشق، 2005 , أحمد الأشقر، “ التعليم وسوق العمل في سورية”، هيئة تخطيط الدولة

134(Ahmad al-Achqar, Enseignement et marché du travail en Syrie », Commissariat au plan, Damas, 2005).

135 ص التنفيذي لدراسة أجرتها منظمة العمل الدولية، وزارةالملخ « انتقال الشباب في سورية من المدرسة إلى سوق العمل »، سفيان العيسى الشؤون الإجتماعية والعمل، دمشق، حزيران 2006

136(Sofian al-Aïssa, « Le passage de l’école au marché du travail chez les jeunes Syriens », Compte rendu d’une étude réalisée par l’Organisation internationale du travail, Ministère du Travail et des Affaires sociales, Damas, juin 2006).

137Abdel-Wahid N., Towards a Reform Strategy of the Syrian Higher Education System, Ministry of Higher Education, Damascus, 2005.

Table des illustrations

Titre Figure 2 : Évolution du nombre d’inscriptions dans l’enseignement supérieur
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/779/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 3 : Proportion de la population ayant accès à l’université – à l’échelle internationale (source :Banque Mondiale)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/779/img-2.png
Fichier image/png, 246k
Titre Figure 4 : Evolution du nombre de bacheliers de l’enseignement secondaire public (la demande en enseignement supérieur)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/779/img-3.png
Fichier image/png, 7,9k
Titre Figure 5 : Composante qualitative de la force de travail (l’offre)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/779/img-4.png
Fichier image/png, 7,7k
Titre Figure 6 : La force de travail en fonction de l’employeur
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/779/img-5.png
Fichier image/png, 5,7k
Titre Figure 7 : Sectorisation de la force de travail
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/779/img-6.png
Fichier image/png, 8,3k
Titre Figure 8 : Le phénomène du chômage touche 550 000 personnes
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/779/img-7.png
Fichier image/png, 4,8k
Titre Figure 9 : Le nombre de demandeurs d’emploi recensés fin 2004 s’élève à 1 250 000 personnes
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/779/img-8.png
Fichier image/png, 5,0k
Titre Figure 10 : Les demandeurs d’emploi en fonction de leur niveau d’étude
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/779/img-9.png
Fichier image/png, 7,3k

Auteur

Secrétaire général du Ministère de l’Enseignement supérieur, Damas, Syrie.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable