Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement supérieur et marché du travail dans le monde arabe

 | 
Boutros Labaki

Études de cas

La Jordanie

Mounzer Al-Charaa

Entrées d'index

Géographique :

Jordanie

Note de l’éditeur

Article traduit de l’arabe

Texte intégral

L’université n’a pas pour seule vocation de former des savants, elle se doit aussi de façonner l’homme cultivé et civilisé, l’homme qui ne se contente pas d’être cultivé mais qui prétend être source de culture, qui ne se contente pas d’être civilisé mais aspire à promouvoir la civilisation. Toute institution en défaut sur l’un de ces deux plans ne mérite pas le nom d’université, il faut la tenir pour une simple et modeste école – et comme ces écoles sont nombreuses.

  • 1  Hussein, Taha, 1938, p. 9.

Taha Hussein (1938) 1

1L’enseignement en général et l’enseignement universitaire en particulier jouent un rôle important, voire fondamental, dans le développement des sociétés humaines. De nos jours, l’enseignement est même en passe de devenir le facteur majeur de développement social et économique, surtout depuis que de nouveaux horizons nous sont promis par une économie devenue « économie des savoirs » (Knowledge Economy).

2Lorsqu’elles apparaissent, les universités se donnent avant tout le but d’instruire les générations, de diffuser l’esprit des Lumières, d’élargir l’horizon des connaissances dans une société donnée et de faire progresser l’esprit humain, de l’enrichir. Historiquement, elles sont donc d’abord destinées à enseigner et à former des cadres aptes à intégrer les différents secteurs du monde du travail. Parallèlement à cette tâche, on exige assez vite des universités qu’elles trouvent des réponses aux problèmes rencontrés par les sociétés humaines ; pour ce faire, elles se retrouvent à la pointe de la recherche scientifique, aussi bien théorique que pratique. À partir d’un tel niveau d’exigence, il devient évident que toute université offre un service à la société dans laquelle elle s’inscrit.

3Cette triple orientation (enseignement, recherche scientifique, service social) a permis aux universités d’être à l’origine d’un grand nombre de découvertes, de théories scientifiques et de systèmes que l’on utilise encore aujourd’hui, et ce dans des domaines aussi variés que la gravitation, l’électricité, la physique ou l’atome. Une telle contribution a, sans doute, été l’un des facteurs essentiels de la révolution industrielle en Europe.

4Avec le temps, la mission des universités s’est développée, se concentrant tout particulièrement sur les domaines de la recherche appliquée et industrielle. Un tel changement de cap devait emboîter le pas aux bouleversements intervenus dans la demande en main d’œuvre qualifiée et technique au cours du vingtième siècle. En effet, la structuration du monde du travail ne pouvait que profondément changer sous l’effet des exigences nouvelles d’un secteur industriel en plein essor, en particulier en ce qui concerne la métallurgie, l’industrie chimique, les transports et les communications, l’énergie, l’armement, l’aéronautique, l’industrie spatiale, la pharmacie et les télécommunications.

5À la fin du vingtième siècle, les universités, en proie à une crise budgétaire, se sont tournées vers des activités de production et ont investi dans la technologie de pointe. En coopérant avec des pôles de production (souvent même en devenant des associés à part entière dans de tels pôles), elles ont pu affermir leurs ressources propres, allant parfois jusqu’à réaliser des bénéfices nets. Il est d’usage de qualifier cette nouvelle orientation de « quatrième dimension » de l’université (en référence aux trois autres que nous venons de mentionner).

6Ainsi sont apparus les « bureaux de coordination industrielle » (Industrial Liaison Offices), les « technopôles » (Science Parks) et autres « incubateurs » (Incubators) ; de nouveaux vocables ont vu le jour et il n’est plus rare d’entendre parler d’ « université productive » ou encore d’ « université entrepreneuriale » (Enterpreneurial University). Ce qui a contribué à la réussite de cette quatrième dimension universitaire, dans les pays industrialisés, ce sont bien sûr les restructurations de l’enseignement, mais l’adoption de techniques de management optimales (TQM) y est aussi pour beaucoup. Un tel succès a donné un nouveau souffle aux universités, leur permettant de jouer un rôle important dans la recherche et l’innovation et partant, de créer des emplois d’une nouvelle nature, exigeant un grand nombre de compétences de pointe.

7Si le rythme avec lequel l’université se développe s’est incontestablement accéléré, il faut pourtant bien reconnaître qu’au sein de nos universités l’enseignement continue à accaparer l’essentiel des efforts du corps enseignant, ne laissant que très peu de place à la recherche appliquée. Comme si le projet universitaire était exclusivement éducatif, les universités arabes concentrent la quasi-totalité de leurs efforts sur l’enseignement, ne consacrant que très peu de moyens à la recherche scientifique et au développement des services dus à la société. Il n’est pas même question de songer ici à un éventuel accès à la quatrième dimension que nous avons évoquée plus haut.

8Cette étude traite du cas particulier de la Jordanie. Nous commencerons par étudier et analyser le secteur de l’enseignement supérieur dans le royaume. Ensuite, nous nous pencherons sur le marché du travail, ses particularités, les problèmes qu’il pose. Nous tenterons de brosser le portrait de la force de travail en Jordanie, en décrivant les caractéristiques de l’emploi et du chômage dans ce pays, et surtout l’influence du niveau d’étude sur ces deux phénomènes. Pour finir nous accorderons une attention toute particulière à la question des débouchés, et tenterons de mesurer le degré de compatibilité qu’il peut y avoir entre l’enseignement supérieur et les besoins du marché du travail.

Le secteur de l’enseignement supérieur

9Les institutions d’enseignement jordaniennes occupent une place à part dans le monde arabe. Universités et instituts commencent à voir le jour il y a une cinquantaine d’années et ce, en dépit du manque de moyens et de ressources, et malgré de sérieux handicaps de départ au niveau national. Le rapport de la Commission de l’Enseignement Supérieur en Jordanie, rédigé en 1986, a permis aux responsables pédagogiques du plan de doter cet enseignement des fondements essentiels qui lui manquaient encore, s’inspirant pour ce faire aussi bien de notre patrimoine musulman et national, de l’esprit de la Grande Révolte Arabe (1916), que de la Constitution ou de l’expérience nationale politique, économique et sociale.

10Les particularités ou les problèmes que pose l’enseignement supérieur en Jordanie ne sont pas des questions complètement à part : on les retrouve en effet à tous les niveaux de l’enseignement – primaire, secondaire ou professionnel. D’une manière générale, disons que des problèmes d’un nouveau genre surgissent à chaque fois qu’un pas en avant est fait dans le domaine de l’enseignement ; ces problèmes nouveaux exigent un effort d’ajustement des orientations générales passant par la prise en compte méthodique du degré d’évolution de la situation. L’originalité du cas jordanien ne doit pas nous empêcher de nous associer aux questionnements importants qui apparaissent au niveau mondial, de participer activement à des conférences et à des colloques internationaux, d’échanger avec d’autres opinions et documents.

  • 2  Al-Tall, Ahmad Youssef, 1998, p. 5.

11L’enseignement post-secondaire était inexistant en Jordanie avant 1951. Les prétendants à un enseignement supérieur devaient alors poursuivre leurs études en dehors du royaume. On sait par exemple que 223 étudiants jordaniens poursuivaient des études dans des universités arabes ou étrangères en 1948 2.

12En 1951, une classe de formation des maîtres est ouverte au sein de l’» Institut al-Hussein » à Amman, premier pas franchi vers l’établissement d’institutions d’enseignement supérieur en Jordanie, après la réunification des deux rives du Jourdain. La même année, le ministère de l’Éducation fonde un établissement de formation des institutrices dans la ville de Ramallah en Cisjordanie. Entre 1951 et 1962 (année de l’inauguration de la première université – l’Université jordanienne), trois instituts de formation des institutrices et huit instituts de formation des maîtres sont créés. En 1980, ces instituts sont transformés en « Kulliyât al-mujtamaa » (Community Colleges ou instituts universitaires techniques de premier cycle), dont le but est de former les professionnels requis dans différents secteurs d’activité et ce, en leur dispensant une formation de deux ans (validée par un diplôme) après leurs études secondaires. Ces institutions couvrent des secteurs aussi variés que ceux de l’enseignement, de l’ingénierie, du commerce, de l’aide aux soins médicaux, de l’agriculture et de l’assistance sociale. Elles proposent également des programmes de formation continue, afin de répondre aux besoins en cadres qualifiés des différents projets de développement économique et social. Le nombre de ces « Kulliyât al-mujtamaa » a augmenté de manière significative jusqu’en 1985 (cette année-là, on en compte 58, disséminés sur l’ensemble du royaume) ; leur nombre a ensuite diminué suite à l’apparition des universités privées.

Création des universités publiques

13Première université nationale et publique, l’Université jordanienne a vu le jour en 1962. 167 étudiants s’y sont inscrits en faculté de lettres la première année et elle compte aujourd’hui (année universitaire 2005/2006) 33 411 étudiants au niveau licence (« baccalorious »), dont 61,4 % sont des filles, soit 20 644 étudiantes. Quant aux niveaux d’étude plus avancés, on estime leurs effectifs à 4 416 étudiants et 1 960 étudiantes.

14La deuxième université publique du royaume, l’Université de Yarmouk, a ouvert ses portes en 1976, accueillant d’abord 670 étudiants. Ses effectifs s’élèvent actuellement à 22 354 étudiants, dont 3 625 suivent des études avancées.

151981 fut l’année de la création de la troisième université publique, l’Université Mu’tah, qui accueillit très peu d’étudiants la première année et qui en comprend aujourd’hui 16 289, dont 1 526 en études avancées. Soulignons ici que l’ouverture de ces trois universités reflète la volonté de couvrir l’ensemble du territoire national, en s’implantant successivement dans les trois régions principales du royaume, le Centre, le Nord, le Sud.

16En 1986, l’Université de Yarmouk s’est scindée en deux. Des deux institutions issues de cette division l’une a continué à porter ce nom, pendant que l’autre, baptisée Université jordanienne des sciences et de la technologie, est devenue autonome et s’est spécialisée dans les domaines scientifiques et techniques (médecine, sciences de l’ingénieur, odontologie, pharmacie, aide médicale et science de la nature). Cette dernière structure comprend aujourd’hui 18 706 étudiants, dont 1 439 en études avancées.

17La création d’universités s’est poursuivie, avec successivement celle de l’Université Âl al-Bayt en 1994, l’Université hachémite en 1995 et l’Université pratique d’al-Balqa en 1997. Cette dernière s’est vue assigner la charge de remplacer et de reprendre en main les « Kulliyât al-Mujtamaa » et d’optimiser leurs programmes, au sein d’un enseignement public dispensant un diplôme de fin de cycle (« baccalorious » ou licence) comme toutes les autres universités. Par ailleurs, on a commencé à voir certaines filières proposer des diplômes en quatre ans, ce fut le cas de la faculté de Amman pour l’ingénierie technologique en 1989 et de la faculté de prédication et de théologie en 1990. La même année l’Université Hussein ben-Talal voit le jour en se séparant de l’université Mu’tah, sise dans la ville de Ma’an au Sud du royaume.

18Les deux universités publiques les plus récentes sont l’Université technologique d’al-Tufayla, fondée en 2005 (à Tufayla dans le Sud du pays) et l’Université germano-jordanienne qui accueillera en 2006/2007 ses premiers étudiants dans la région Centre – Mâdabâ.

« Community Colleges » et universités privées

  • 3  Tous les chiffres sont directement empruntés ou calculés en fonction des données de l’Annexe 1.

19Ce qui distingue la Jordanie d’un bon nombre d’autres pays, c’est qu’elle a permis au secteur privé de créer ses propres « Kulliyât al-mujtamaa » (« Community Colleges » ou instituts universitaires techniques), appartenant à des entreprises privées et gérés par elles dans le but de générer des profits. La première institution de ce type a vu le jour en 1967 ; leur nombre n’a cessé de croître depuis, au point qu’en 1990 on en comptait 22, et qu’on estime à 25 743 le nombre d’étudiants qui sont inscrits dans ces structures en 2005/2006. Dans cet ordre d’idées, l’année 1990 constitue une étape importante dans l’évolution de l’enseignement universitaire en Jordanie, c’est en effet cette année-là que le premier permis autorisant la création d’une université privée a été délivré. L’Université Ahliya de Amman a ainsi ouvert ses portes à l’occasion de l’année universitaire 1990/1991. Le nombre d’universités privées n’a cessé de croître par la suite ; on en compte 15 aujourd’hui. Soulignons que trois d’entre elles seulement offrent des études avancées ou de troisième cycle. Les universités privées comptent 53 101 étudiants dans le cycle de licence en 2005/2006, et 2 643 étudiants pour les niveaux d’enseignement plus élevés 3.

Le corps enseignant

  • 4  Voir Annexe 2.

20Les effectifs du corps enseignant dans les universités jordaniennes sont passés de 4 214 enseignants en 1997/1998 à 6 542 en 2005/2006. Une telle augmentation représente une croissance annuelle de 5 %, alors que celle du nombre d’étudiants est de 9 % sur la même période. Le rapport du nombre d’élèves par enseignant passe de 1/21 à 1/29 ; et même si les chiffres indiquent que de telles proportions penchent plutôt en faveur des universités privées (1/24 contre 1/29 dans le secteur public), il faut reconnaitre que la qualité de l’enseignement public reste supérieure à celle du privé. C’est ce qu’on peut en effet déduire des résultats de l’examen des compétences universitaires qui indiquent clairement la supériorité des diplômés de l’enseignement public. Cette différence de niveau s’explique sans doute par la nature différente des corps enseignants qui constituent ces deux genres de structures : en effet, si les enseignants pouvant se prévaloir du titre de professeur constituent 19 % de l’ensemble des enseignants des universités publiques, ils ne forment que 8 % du corps enseignant des universités privées. Ceci sans compter que les universités publiques attirent des enseignants de haut niveau, issus la plupart du temps d’universités reconnues internationalement. Quoi qu’il en soit, l’accroissement du rapport du nombre d’élèves par enseignant témoigne d’une baisse de la qualité de l’enseignement dispensé 4.

Tableau n° 1 : Membres du corps enseignant dans les universités publiques et privées (2005/2006).

Titre académique

Universités publiques

Universités privées

Quantité

Proportion ( %)

Quantité

Proportion ( %)

Total

Professeur

829

19

172

8

1 001

Professeur associé

824

19

348

16

1 172

Professeur assistant

1 554

36

1 018

47

2 572

Chargé de cours

354

8

456

21

810

Intervenant

432

10

62

3

494

Assistant de recherche ou d’enseignement

362

8

131

6

493

Total

4 355

100

2 187

100

6 542

Source : estimations du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, « Résumé statistique relatif à l’enseignement supérieur », direction des technologies de l’information, section des statistiques et de l’informatique, Amman (2006).

  • 5  Al-Charaa, Mounzer et al., 2002.

21Les universités jordaniennes ne proposent pas moins de 135 domaines de spécialisation en licence, dont 65 en filières scientifiques comme la médecine, le génie, l’architecture, les sciences dures ou l’agronomie. Le reste, soit 70 domaines de spécialisation, concerne les facultés de lettres, de sciences humaines ou de sciences de l’éducation 5.

  • 6  Voir Annexe 3.

22Le système universitaire jordanien accueille un nombre croissant d’étudiants venant de pays arabes ou d’autres pays. Leur nombre est en effet passé de 11 376 en 1997/1998 à 23 053 en 2005/2006, dont 53 % dans le système universitaire privé et 47 % dans le public. Il est frappant de constater à ce propos que les étudiants immigrés représentent 23 % des étudiants du secteur privé et que ce chiffre tombe à 8 % en ce qui concerne le secteur public de l’enseignement. Un tel phénomène s’explique avant tout par la sévérité des conditions d’admission en vigueur dans les universités publiques – conditions que l’on ne retrouve pas toujours dans les universités privées 6.

L’enseignement supérieur en Jordanie – défis à relever, difficultés à surmonter

23La réalité de l’enseignement supérieur en Jordanie, telle que nous venons de la décrire, connaît un ensemble de difficultés et de défis que ce secteur se doit d’affronter, et qui exigent un intérêt particuliersi l’on veut que le secteur continue à réaliser ses objectifs. Une telle ambition implique un changement dynamique et global du système d’enseignement et ce, aussi bien du point de vue de ses institutions que de celui de ses modes de fonctionnement. On résumera ces difficultés en quatre points :

Les difficultés relatives au nombre d’étudiants et à la demande sociale en enseignement supérieur

  • 7  Voir ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche : « Résumé statistique relatif à l’e (...)

24Après des débuts modestes dans les années cinquante, l’enseignement supérieur a connu, nous l’avons vu, une augmentation spectaculaire du nombre des étudiants. Aujourd’hui, les universités publiques sont même incapables de répondre à la demande sans cesse croissante de la société en matière d’enseignement. C’est pour pallier cette carence qu’on a ouvert ce secteur à l’investissement privé, permettant en 1990 la création de la première université privée, laquelle n’est pas longtemps restée unique en son genre puisqu’on en compte aujourd’hui quinze, qui accueillent 28 % de l’ensemble des étudiants du royaume. Ajoutons que les « Community Colleges » jordaniens comptent 25 743 étudiants en cours d’année 2005/2006 7.

  • 8  Khassaouneh, Saleh et al., 1986, p 4.
  • 9  Voir ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche : « Enquête statistique relative aux (...)

25À l’époque où les capacités d’accueil des universités étaient insuffisantes, un nombre assez important d’étudiants étaient contraints de suivre leurs études à l’étranger. Ces derniers, dont le nombre a pu dépasser 45 000, se sont d’abord dirigés vers les pays arabes, puis vers l’Europe, l’Amérique du Nord, l’Asie et enfin l’Australie 8. Dès que les premières universités privées ont vu le jour, ces chiffres ont baissé et on ne compte plus aujourd’hui qu’environ 25 000 étudiants jordaniens à l’étranger 9. On pourrait donc en déduire que l’enseignement universitaire privé est la solution au problème de l’émigration estudiantine, mais il n’en est rien. En effet, les capacités d’accueil des universités privées sont strictement déterminées par les règles et les directives du Conseil d’homologation des institutions d’enseignement supérieur, dont les normes sont sensées garantir la qualité et les bons résultats de l’enseignement supérieur tant public que privé. De plus, les universités privées exigent des frais d’inscription élevés, qui ont trop tendance à réduire et à limiter la demande en enseignement aux seuls étudiants appartenant aux couches les plus favorisées de la société ; ce qui revient en fin de compte à instaurer une sorte de différence de classe dans l’enseignement supérieur.

Standardisation des systèmes de validation et des démarches d’admission

  • 10  Je me permets de forger cet exemple de toutes pièces, en m’inspirant toutefois de mon expérience d (...)

26Les différentes techniques d’enseignement et les différents programmes restaient relativement proches les uns des autres tant que l’enseignement supérieur reposait en Jordanie sur le même système de « crédits » (ou « d’heures », si l’on préfère). Quelle que soit l’université à laquelle on appartenait, il fallait valider un certain nombre de crédits – toujours le même – pour obtenir tel ou tel diplôme. En sciences de l’ingénieur par exemple, pour obtenir son diplôme, on devait valider entre 150 et 160 heures – réparties entre crédits optionnels et crédits obligatoires, que ceux-ci soient exigés par l’université, la faculté ou enfin par la filière à laquelle on appartenait. Or, lorsque certaines universités ont voulu s’écarter de ces modes de fonctionnement pour harmoniser leurs pratiques avec les normes internationales (ne serait-ce que du point de vue des heures à valider), les syndicats professionnels concernés se sont opposés à de telles réformes pourtant avalisées par « Le Conseil de l’enseignement supérieur 10. »

27Les règlements en vigueur dans l’enseignement supérieur exigent par ailleurs une assiduité des plus strictes, et ce tout au long de la durée des études. De ce point de vue on peut dire que l’enseignement dispensé en Jordanie est surtout du type « cours du jour », par opposition aux « cours du soir » qui, même s’ils ont été autorisés par certains règlements, exigent eux aussi des étudiants une assiduité draconienne… Quand les étudiants inscrits à ces cours étaient trop peu nombreux (mettant par là en doute la pertinence d’une telle formule), certaines universités n’ont pas hésité à intégrer ces rares étudiants aux cours diurnes, contrevenant par là d’une manière criante aux règles de l’enseignement supérieur et aux critères d’homologation en vigueur.

  • 11  al-Rachadane, Mahmoud, 2002, p. 162-204.

28La plupart des étudiants admis en université publique passent au préalable par une sélection assurée par la « Commission d’harmonisation des admissions ». Cet organisme, répertoriant les étudiants dans une base de données, garantit qu’aucun d’entre eux n’est admis dans plus d’une université ou plus d’une filière en même temps. Par ailleurs, l’admission et l’orientation vers les différentes filières dépendent d’un critère de sélection unique, celui des résultats obtenus par chacun lors de ses études secondaires générales. La plupart du temps, les meilleurs sont orientés en filières scientifiques (médecine, sciences de l’ingénieur, pharmacie, odontologie, informatique et sciences de la nature), ceux qui ont obtenu de moins bonnes moyennes sont, quant à eux, dirigés vers les autres facultés (sciences humaines et sociales, sciences de l’éducation, etc.). Sans doute y a-t-il un lien entre les notes qu’un étudiant a obtenues au cours de ses études secondaires et ses moyennes cumulées à l’université. Pourtant, une étude passionnante de Mahmoud al-Rachadane 11 révèle que si 52,7 % des élèves du secondaire ont des moyennes comprises entre 80 et 90, seuls 12 % d’entre eux conservent ce niveau une fois à l’université. Ces chiffres posent impérieusement la question de « l’enseigner » (Teaching) pratiqué par des universités qui délaissent complètement la dimension, pourtant indispensable, de « l’apprendre » (Learning) – nous aurons à revenir sur cette question en conclusion.

Absence de coordination entre les institutions d’enseignement et le marché du travail

  • 12  Pour en savoir plus à propos du thème de l’investissement dans le capital humain, voir al-Khatib, (...)

29Les analyses qui précèdent concernant les modes d’admission montrent bien l’absence totale de correspondance entre les débouchés des cursus d’enseignement et les besoins du marché du travail. En fait, les politiques d’admission dépendent beaucoup plus d’une certaine demande sociale et des valeurs qui sont associées par la société aux différentes filières – ce qui explique sans doute l’importance du chômage des diplômés. Si l’enseignement supérieur est une manière d’investissement dans le capital humain, l’absence de coordination avec le marché du travail constitue à n’en pas douter non seulement un gaspillage des rares ressources disponibles dans ce pays, mais aussi un indicateur de la baisse du niveau de compétence au sortir des institutions d’enseignement supérieur 12.

Problème du financement et des coûts de l’enseignement supérieur

30Le financement des activités des universités provient de différentes sources qui sont :

  1. I. Les droits d’inscription versés par les étudiants.

  2. II. La part des droits de douane qui revient aux universités conformément à la loi (règlement n° 13 de l’année 1984), et qui représente 4 % de la valeur des marchandises importées. Cette source conséquente de financement a perdu de son poids suite à l’adhésion de la Jordanie à l’Organisation Mondiale du Commerce et aux programmes de réforme économique et de restructuration, qui ont provoqué des baisses successives des droits de douane, réduisant par là même la part de ces droits revenant aux universités.

  3. III. La part des surtaxes qui revient aux universités en vertu de la loi n° 4 de l’année 1985. Les sommes ainsi perçues sont distribuées en fonction des critères adoptés par le Conseil de l’enseignement supérieur. Il va de soi que les sommes perçues par chaque université sont en baisse puisque celles-ci n’étaient que quatre l’année de l’adoption de la loi et qu’elles sont dix à présent.

  4. IV. Une subvention publique annuelle accordée à chaque université.

  5. V. Les legs et les dons.

    • 13  Pour plus de détails en ce qui concerne les sources de financement des universités et les crises q (...)

    VI. Les ressources propres 13.

  • 14  Ce qui revient à amputer encore un peu le financement des universités de l’une de ses sources, à s (...)

31Les sources de financements nécessaires étant de plus en plus difficiles à trouver, et l’État assumant une part de moins en moins importante dans les budgets des universités, c’est à une augmentation continue des droits d’inscription qu’on a eu recours pour rétablir l’équilibre budgétaire des universités. La charge de financer l’enseignement n’étant plus du ressort de l’État mais de celui des foyers, ceux-ci ont vu s’accroître la pression économique exercée sur leur budget. Le ministère de l’enseignement supérieur s’efforce en ce moment de régler cette question, en mettant en place une « Caisse de l’étudiant » qui devrait proposer un soutien financier individualisé et basé sur des critères de sélection clairs et précis. En guise de financements, cette caisse se verra attribuer une partie des droits de douane revenant aux universités ainsi qu’une partie des sommes versées à chacune d’elles par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche ou venant des dons ou des legs qui leur seront faits 14.

Le marché du travail jordanien

Réalité démographique

  • 15  Al-Saïd, Anouar et al., 2005 : « Harmoniser les produits du régime d’enseignement avec les besoins (...)
  • 16  « Rapport statistique annuel 2005 », Département des statistiques publiques, Amman.
  • 17  « Recensement des actifs et des chômeurs, enquête de mai 2004 », Département des statistiques publ (...)

32Le service central du recensement estime à 4,082 millions les habitants du royaume en 1993. Compte tenu d’une force de travail totale de 1,029 millions de travailleurs, on estime la même année à 25,2 % le taux brut de participation à la force de travail (Crude Labor Force Participation Rate15. En 2005 le nombre d’habitants est passé à 5,473 millions, ce qui équivaut à un taux de croissance annuelle de 2,58 % sur la période. Le taux de participation a, pour sa part, baissé à 21,9 %. Le gouvernorat de Amman (la capitale) concentre à lui seul 38 % de la population du pays ; viennent ensuite le gouvernorat d’Irbid (17,8 %), ceux d’Al-Zarqa (15,7 %) et d’Al-Balqa (6,6 %). Les quelques 21,9 % de la population restants sont répartis sur les huit autres gouvernorats 16. Le recensement de la main d’œuvre et des chômeurs pour la période mai 2004 indique, dans ses conclusions relatives aux inactifs, que la société jordanienne est une société jeune où les 0-15 ans représentent 37,2 % de la population, alors que les actifs (15-59 ans) représentent 56,5 % et que les personnes âgées (60 ans et plus) représentent 6,3 % 17.

Le marché du travail jordanien et les différentes phases de son évolution

33Ce qui fait la particularité du marché du travail jordanien, c’est qu’il est à la fois exportateur et importateur de main d’œuvre. Sur ce point, la Jordanie est un cas quasiment unique en son genre, exportant une main d’œuvre de haut niveau de qualification et d’étude, alors qu’elle importe une main d’œuvre la plupart du temps destinée à des domaines ne nécessitant pas de compétences particulières ou vouée à accomplir des tâches que les Jordaniens répugnent à faire. Le marché du travail jordanien souffre, par ailleurs, d’une répartition inégale de la main d’œuvre, le secteur tertiaire accaparant à lui seul 70 % de l’ensemble des travailleurs du royaume. Une autre particularité originale du marché du travail jordanien consiste dans le fait qu’il a été fortement déterminé par des circonstances exceptionnelles et par des bouleversements économiques, sociaux, démographiques et politiques directement liés à des événements historiques hors du commun. En l’occurrence, il faudrait surtout insister sur les nombreuses vagues de migration forcée que la région a connues et qui ont plus que doublé la population du royaume, donnant par-là même naissance à un excédent de main d’œuvre, et conduisant donc à augmenter les chiffres du chômage. Nous résumerons dans ce qui suit l’évolution du marché du travail jordanien en quatre périodes :

  • 18  Consultez à ce propos : Chraïha, Wadi’, 1991, p. 45.

34Première période (1948-1973) : le marché du travail jordanien a fortement été affecté par les déplacements de population qui ont résulté de la guerre israélo-arabe de 1948. C’est l’afflux des réfugiés, et en particulier celui des demandeurs d’emploi, qui fait apparaître le problème du chômage qu’on estime au début des années cinquante du siècle dernier à 20 % 18.

  • 19  Mazur, Michael, 1979, p. 27-32

35Etant donné les pressions (d’abord démographiques mais très vite d’ordre économique) qui en résultent, la main d’œuvre jordanienne commence à s’expatrier dès le début des années cinquante, se rendant tout particulièrement dans les pays arabes du Golfe où l’on compte près de 32 000 Jordaniens en 1961. Cette émigration économique a pour effet de faire baisser le taux de chômage qu’on estime toujours en 1961 à 7 % 19.

36Une deuxième vague de réfugiés (en provenance de Cisjordanie cette fois) se retrouve en Jordanie suite à la troisième guerre israélo-arabe (1967), ce qui provoque une aggravation du problème du chômage qui va alors retrouver ses niveaux de 1948. En 1967, la Jordanie commence tout juste à s’engager sur la voie de la croissance, quand la guerre vient interrompre le « plan septennal 1964-1970 ». Le plan ainsi interrompu ne pourra pas créer les emplois susceptibles d’absorber les nouveaux arrivants.

  • 20  « Plan de développement triennal 1973-1975 », ministère du Plan, Amman.

37Deuxième période (1974-1982) :cette période est une phase de prospérité économique pour le royaume qui met alors en pratique « le plan de développement économique triennal 1973-1975 ». Ce plan a pour but essentiel de relancer la dynamique économique après une période d’instabilité, de récession et de prudence qui s’est étendue de la fin de la guerre de 1967 jusqu’en 1972. Notons, pour ce qui nous intéresse, que ce plan avait l’ambition de créer 70 000 emplois 20. Sa mise en œuvre a coïncidé avec une hausse des prix du pétrole, et ces deux facteurs réunis ont conduit à une hausse de la demande en main d’œuvre aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’étranger, faisant entrer le marché du travail jordanien dans une phase de plein emploi. Pour la première fois, le royaume a même dû faire appel à de la main d’œuvre étrangère, et ce pour pallier le manque provoqué par l’émigration massive de Jordaniens vers les pays du Golfe et d’Europe suite aux deux hausses des prix du pétrole de 1973 et de 1979.

  • 21  Al-Ahmad, Ahmad Qasim,1991a, p. 243-246. Voir aussi du même auteur 1991b, p. 133-148.
  • 22  Umayra, Muhammad, 1991, p. 101-103.

38Troisième période (1983-1988) : cette période est marquée par une baisse des prix du pétrole qui se répercute négativement sur les excédents commerciaux des pays du Golfe (exportateurs de pétrole). La demande en main d’œuvre a en conséquence tendance à baisser dans ces pays, affectant entre autres la main d’œuvre jordanienne. Autre conséquence de la baisse des prix du pétrole, les pays du Golfe réduisent les aides qu’ils attribuaient auparavant à la Jordanie. Les années 1987 et 1988 voient donc les prémisses d’un retour des travailleurs émigrés jordaniens et, pour la première fois, le nombre de ceux qui quittent le pays pour aller travailler à l’étranger commence à baisser 21. La main d’œuvre étrangère ne cesse pas pour autant d’affluer. C’est la coïncidence de ces deux phénomènes qui remet le problème du chômage sur le devant de la scène, et en fait le problème par excellence du marché du travail jordanien. Entre 1982 et 1988, les taux du chômage passent de 4,3 % à 8,9 % 22.

  • 23  Al-Charaa, Mounzer, 2005, p. 26-29.

39Quatrième période (1989-2006) : sous l’effet de l’augmentation de la dette extérieure, de l’épuisement des fonds de réserve et de la baisse importante de la valeur du dinar jordanien, une grave crise économique s’abat sur la Jordanie en 1989 – c’est le début de notre quatrième et dernière période. Cette crise contraint le gouvernement à faire appel à la Banque Mondiale et au FMI, et donc à se lancer dans un plan d’austérité afin de réformer et de restructurer l’économie 23. La baisse considérable des dépenses publiques a pour conséquence, entre autres choses, de réduire les capacités d’embauche de l’État qui est, de ce point de vue, le secteur économique le plus touché par le plan de réforme.

40Les événements les plus marquants de cette période sont sans doute la crise du Golfe et l’invasion du Koweït en 1990. A cette occasion, déferle sur le pays une troisième vague de retours forcés de travailleurs émigrés jordaniens (plus particulièrement ceux travaillant au Koweït). Ainsi, près de 300 000 Jordaniens reviennent d’une manière soudaine, provoquant un important déséquilibre dans le marché du travail et causant une hausse conséquente du nombre de demandeurs d’emploi, dont le taux atteint les 19 % en 1992.

41Par la suite, le volume total de la main d’œuvre en Jordanie a augmenté, passant de 1 029 000 travailleurs en 1993 à 1 199 420 en 2005, ce qui équivaut à un taux de croissance annuel de 1,4 %. Ces cinq dernières années, ce chiffre a même égalé les niveaux du taux de croissance démographique, atteignant les 2,7 %. Sans doute est-ce l’amélioration du PIB qui a conduit à la création d’emplois durant cette période (tableau n° 2).

Tableau n° 2 : Volume de la force de travail sur le marché du travail jordanien 2001-2005

Force de travail

2001

2002

2003

2004

2005

Les actifs

920 458

951 694

968 994

1 012 544

1 022 484

Les chômeurs

158 702

171 436

164 442

144 222

176 936

Total

1 079 160

1 123 130

1 133 436

1 156 766

1 199 420

Taux de chômage ( %)

14,7

15,3

14,5

12,5

14,7

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Particularités de la force de travail – les actifs

42On étudiera ici les particularités des actifs en Jordanie en fonction des variables suivantes : le sexe, l’âge, le niveau d’études, le domaine d’études, la profession, l’activité économique pratiquée, le revenu, la localisation géographique.

Répartition des actifs en fonction du sexe

43De ce point de vue, la structure de la force de travail penche sérieusement en faveur des hommes, qui représentent la grande majorité des actifs – aux alentours de 86 %. Le tableau n° 3 distingue les actifs du royaume selon le sexe auquel ils appartiennent.

Tableau n° 3 : Les actifs en fonction de leur sexe (2001-2005)

Le sexe

2001

2005

Nombre d’actifs

 %

Nombre d’actifs

 %

Féminin

128 532

14

134 644

13

Masculin

791 926

86

887 840

87

Total

920 458

100

1.022 484

100

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Répartition des actifs en fonction de l’âge

44Le tableau n° 4 nous permet de constater que les actifs qui appartiennent à la tranche des 15-19 ans ne représentent guère plus de 5 % du total. Ce chiffre est dû au fait que la plupart des personnes appartenant à cette tranche sont en âge d’étudier. Les deux tiers des actifs appartiennent à la tranche des 20-39 ans, chose bien compréhensible puisque c’est dans cette fourchette que se situent les âges les plus vigoureux de la vie, ce qu’on est en droit d’appeler « la fleur de l’âge » (Prime Age).

Tableau n° 4 : Répartition des actifs par tranches d’âge (2001-2005)

Tranches d’âge

2001

2005

Nombre d’actifs

 %

Nombre d’actifs

 %

15-19

44 998

5

44 120

4

20-24

165 343

18

166 923

16

25-29

173 155

19

191 089

19

30-34

154 141

17

169 807

17

35-39

125 164

14

148 806

15

40-44

82 561

9

114 827

11

45-49

63 711

7

75 490

7

50-54

44 674

5

45 850

4

55 et plus

66 711

7

65 772

6

Total

920 458

100

1 022 484

100

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Répartition des actifs en fonction du niveau d’études

45Le tableau n° 5 montre bien que la proportion des actifs analphabètes est minime et qu’elle est en baisse constante. On peut lire dans ce phénomène une conséquence du développement rapide de l’enseignement dans notre pays. Par contre, ce sont encore les personnes qui ont un niveau secondaire, ou inférieur au secondaire, qui sont les plus nombreuses : leur proportion atteint les 69,4 % de l’ensemble des actifs en 2001 et 68 % en 2005. Notons tout de même et pour finir sur ce point que la proportion de diplômés de l’enseignement supérieur a augmenté sur cette même période, passant de 30,6 % à 32 % des actifs.

Tableau n° 5 : Les actifs en fonction du niveau d’études (2001-2005)

Niveau d’études

2001

2005

Nombre d’actifs

 %

Nombre d’actifs

 %

Analphabète

28 128

3

22 001

2

Alphabétisé (sait lire et écrire)

41 611

5

32 018

3

Préparatoire

133 409

14

116 144

11

Elémentaire

182 137

20

194 110

19

Collège

107 440

12

157 998

15

Niveau d’études

2001

2005

Nombre d’actifs

 %

Nombre d’actifs

 %

Écoles d’apprentissage professionnel

20 541

2

13 863

1

Enseignement secondaire

125 191

14

157 605

15

Diplôme intermédiaire

114 536

12

125 630

12

Licence (« Baccalorious »)

144 772

16

175 513

17

Diplôme supérieur

4 834

1

3 436

0

Magister

13 194

1

17 937

2

Doctorat

4 665

1

6 229

1

Total

920 458

100

1 022 484

100

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Répartition des actifs par domaines de spécialisation

46Le tableau n° 6 rend compte de la répartition des actifs dans les différents domaines de spécialisation universitaire. Les actifs disposant de qualifications d’ordre scientifique représentent près de 42 % de l’ensemble des actifs, alors qu’ils sont 55 % à être spécialisés dans les sciences de l’éducation, les sciences humaines ou religieuses, les beaux-arts et les arts appliqués, les sciences sociales et administratives ou le droit. Les 3 % restants travaillent dans le domaine des services et ont d’autres spécialités qui échappent aux catégories précédentes.

47Attirons l’attention sur le fait que la structure même de la force de travail a progressivement changé de visage pour être de plus en plus marquée par les spécialités scientifiques. Un tel changement reflète les récents développements intervenus sur les marchés internationaux du travail : des connaissances en informatique de plus en plus poussées sont exigées, voire une spécialisation dans les nouvelles technologies. Les chiffres que nous venons d’évoquer témoignent en fin de compte de la capacité d’adaptation de la main d’œuvre jordanienne, qui a su emboîter le pas aux évolutions en cours au niveau mondial.

Tableau n° 6 : Les actifs selon les filières de spécialisation (2001-2005)

  • 24  Id. p. 46.

Domaines de spécialité

2001

2005

Nombre d’actifs

 %

Nombre d’actifs

 %

Sciences de l’éducation et formation des maîtres

25 478

9

25 034

8

Métiers de service

10 422

4

10 612

3

Sciences humaines et religieuses

41 938

15

47 658

14

Domaines de spécialité

2001

2005

Nombre d’actifs

 %

Nombre d’actifs

 %

Beaux-arts et arts appliqués

4 351

2

4 709

1

Agronomie et études de vétérinaire

3 367

1

6 391

2

Sciences médicales et métiers de la santé

24 650

11

33 844

10

Sciences sociales et administratives

74 956

27

90 239

27

Sciences juridiques et judiciaires

12 194

4

13 261

4

Sciences, mathématiques et informatique

31 378

11

43 814

13

Génie, architecture et industrie

41 213

15

53 155

16

Non homologué

6 054

2

28

0

Total

282 001

100

328 745

100

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Répartition des actifs en fonction des métiers

  • 25  Khassaouneh, Saleh et al., 1986, p. 7.

48Tout développement socio-économique s’accompagne de changements dans la structure de l’économie nationale et donc dans celle de la force de travail et de ses différents domaines d’exercice. Le tableau n° 7 confirme bien cette loi générale dans le cas précis de la Jordanie où la proportion de techniciens et d’auxiliaires atteint les 29 % de l’ensemble des actifs, alors qu’en 1984 elle ne dépassait pas les 14 % 25.

Tableau n° 7 : Les actifs par catégories professionnelles (tous niveaux d’études confondus) 2001-2005

Catégorie professionnelle

2001

2005

Nombre d’actifs

 %

Nombre d’actifs

 %

Juristes et hauts fonctionnaires

5 771

1

727

0

Techniciens

147 158

16

185 658

18

Techniciens auxiliaires

109 324

12

116 752

11

Clercs

73 174

8

67 069

7

Catégorie professionnelle

2001

2005

Nombre d’actifs

 %

Nombre d’actifs

 %

Métiers du tertiaire et de la vente

142 750

16

154 611

15

Ouvriers qualifiés dans l’agriculture et la pêche

23 051

3

19 617

2

Artisans

159 044

17

165 128

16

Ouvriers OS et apprentis

123 477

13

134 857

13

Métiers non qualifiés

136 709

15

178 065

17

Total

920 458

100

1 022 484

100

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Répartition des actifs en fonction des activités économiques

49Le tableau n° 8 indique que la plupart des actifs (76 %) sont concentrés dans le secteur des services et que le secteur de production de marchandises n’emploie que 24 % de la main d’œuvre. À vrai dire, ces chiffres reflètent fidèlement la nature et la structure de l’économie jordanienne.

Tableau n° 8 : Les actifs par secteur d’activité économique 2001-2005

Secteur d’activité

2001

2005

Nombre d’actifs

 %

Nombre d’actifs

 %

Agriculture, sylviculture et chasse

37 268

4

17 576

2

Pêche

280

0

72

0

Santé et assistance sociale

41 682

5

49 786

5

Métallurgie et industrie de transformation

124 748

14

146 869

14

Approvisionnement en électricité, gaz et eau

14 195

2

17 534

2

Bâtiment

62 140

7

64 638

6

Commerce de gros et de détail, maintenance des automobiles et autres marchandises privées

165 431

18

183 315

18

Hôtellerie et restauration

23 264

3

24 224

2

Transport, stockage et communications

91 859

10

100 650

10

Intermédiation financière

19 113

2

17 104

2

Activités immobilières et projets commerciaux

34 342

4

37 080

4

Fonction publique, défense et assurance sociale

146 091

16

184 611

18

Secteur d’activité

2001

2005

Nombre d’actifs

 %

Nombre d’actifs

 %

Enseignement

104 817

11

115 633

11

Activités sociétales, sociales et autres activités personnelles

50 291

5

57 119

6

Travail ménager (actifs nationaux)

2 984

0

2 658

0

Organisations et instances internationales

1 953

0

3 615

0

Total

920 458

100

1 022 484

100

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Répartition des actifs en fonction des revenus

50Le tableau n° 9 nous permet d’observer que les différentes tranches de revenus se sont améliorées durant les cinq dernières années. La tranche des revenus inférieurs à 100 dinars (142 dollars) et qui représentait 18 % des salaires en 2001 ne constitue plus que 10 % de ceux-ci en 2005. En l’espace de trois ans, c’est le nombre même de ces salaires qui a diminué, ce qui constitue en soi une réussite. Un tel progrès est sans doute le fruit de la décision de relever le salaire minimum de 80 à 90 dinars. Par ailleurs, la proportion des personnes dont les revenus sont compris entre 200 et 299 dinars est plus importante en 2005 (26 %) qu’en 2001 (18 %) – une telle augmentation est appréciable, surtout sur une période si courte. Les autres tranches salariales ont elles aussi connu certaines améliorations, mais dans des proportions beaucoup plus modestes.

Tableau n° 9 : Les actifs par tranche de revenus 2001-2005

Revenus (dinars)

2001

2005

Nombre des actifs

 %

Nombre des actifs

 %

Moins de 100

169 654

18

105 461

10

100-199

464 181

50

509 512

50

200-299

165 075

18

262 434

26

300-399

67 326

7

88 574

9

500 et plus

36 406

4

48 382

5

Non précisé

17 816

2

8 121

1

Total

920 458

100

1 022 484

100

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Répartition géographique des actifs

  • 26  Voir Annexe 4.

5142 % des actifs sont concentrés dans le gouvernorat de la capitale, Amman ; viennent ensuite les gouvernorats d’Irbid avec 17 % et d’al-Zarqa (15 %). Quant aux autres régions, elles se répartissent de manière inégale les 26 % d’actifs restants. Notons que cette répartition ne fait que refléter la distribution de population à travers le pays 26.

Particularités de la force de travail – les chômeurs

52Depuis les années quatre-vingt du siècle passé, le chômage constitue un trait essentiel du marché du travail jordanien et n’a cessé de s’aggraver jusqu’à nos jours. Cette partie de notre étude s’efforcera de faire toute la lumière sur ce phénomène, ses propriétés, ses particularités essentielles et le profil de ceux qu’il touche.

  • 27  Al-Saïd, Anouar. et al., 2005, p. 17.

53Partant d’un niveau de 15,1 % en 1987, le chômage a connu deux hausses successives, et atteint le taux de 17,1 % en 1991, puis celui de 18,85 en 1993 27. Certains n’hésiteront pas à attribuer de tels accroissements des chiffres du chômage à un défaut de structure dans l’économie jordanienne ; pour notre part, nous pensons que la cause en est surtout l’absence de corrélation entre la production universitaire d’une part et les besoins du marché du travail de l’autre. Un tel déphasage tend à installer durablement un excès d’offre en main d’œuvre par rapport à la demande du marché en la matière. Notons par ailleurs que l’économie nationale se montre incapable d’absorber le nombre croissant de personnes entrant sur le marché du travail, et ce quel que soit leur domaine de spécialité ou leur niveau d’études.

Le chômage en fonction du sexe

  • 28  Khassaouneh, Saleh et al., 1986, p. 8.

54La proportion des femmes en âge de travailler qui entrent effectivement dans la composition de la force de travail a tendance à augmenter : elle est passée de 6,7 % en 1979 à 9 % en 1985 28. Bien que ces chiffres partent d’un niveau particulièrement bas, il faut bien avouer que l’augmentation en question n’est pas vraiment significative : en 2001 11 % seulement des femmes en âge de travailler sont sur le marché du travail et on constate une hausse infime à 11,9 % pour l’année 2005.

55Plus inquiétant encore, les chiffres que l’on trouvera dans le tableau n° 10 indiquent que la proportion des chômeurs femmes a sérieusement augmenté entre 2001 et 2005, passant de 21 à 30 %. Pour se faire une image plus claire du problème du chômage des femmes, il est indispensable de comparer les taux de chômage de la main d’œuvre masculine et féminine. En effet, si 14,1 % de la force de travail masculine est au chômage en 2001, ce chiffre baisse en 2005, pour n’être plus que de 13,1 %. De l’autre côté, le taux de chômage des femmes est, lui, en augmentation sur la même période, passant de 21 % à 26,6 %. Il faudrait, en plus, ajouter que ces chiffres ne prennent pas en compte le faible taux de présence initiale des femmes sur le marché du travail. Tous ces indicateurs montrent bien que la condition de la femme est de plus en plus précaire sur le marché du travail jordanien.

Tableau n° 10 : Les chômeurs en fonction du sexe 2001-2005

Sexe

2001

2005

Nombre des chômeurs

 %

Nombre des chômeurs

 %

Femmes

34 037

21

48 725

30

Hommes

129 914

79

133 579

73

Total

163 951

100

182 304

100

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Le chômage en fonction de l’âge

56Le tableau n° 11 indique clairement que le chômage est un phénomène qui concerne surtout la tranche des 15-29 ans (les trois premières tranches d’âge dans le tableau). Sans doute ces chiffres s’expliquent-ils en partie par des échecs scolaires ou universitaires, mais ils sont trop importants pour que l’on s’en tienne à ces seuls cas de figure. Dans cette tranche d’âge se trouvent par ailleurs un grand nombre de jeunes diplômés des universités ou des différents instituts de formation, qui sont donc, eux aussi, touchés par le chômage. Rappelons au passage que la question du chômage des jeunes présente des perspectives inquiétantes tant du point de vue économique et social que du point de vue politique. C’est pourquoi il faut lui faire face avec le plus grand sérieux et lui accorder une importance de tout premier rang.

Tableau n° 11 : Les chômeurs en fonction de l’âge 2001-2005

Tranches d’âge

2001

2005

Nombre de chômeurs

 %

Nombre de chômeurs

 %

15-19

27 448

17

27 924

16

20-24

61 463

39

67 150

38

25-29

30 196

19

38 474

22

30-34

14 202

9

15 190

9

35-39

10 714

7

13 003

7

40-44

6 322

4

7 077

4

45-49

3 794

2

3 524

2

50-54

2 770

2

2 116

1

55 et plus

1 793

1

2 478

1

Total

158 702

100

176 936

100

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Le chômage en fonction du niveau d’études

57Il semble que les cas les moins inquiétants soient ceux des analphabètes et des personnes qui savent tout juste lire et écrire. Le taux de chômage des personnes issues des écoles d’apprentissage professionnel est aussi très bas, alors qu’une grande proportion de personnes ayant un niveau élémentaire sont au chômage : 26 % en 2005. Ce qui est surtout frappant c’est de voir que la proportion des chômeurs ayant un niveau de licence (« Baccalorious ») est de 14 % en 2001 et que ce chiffre augmente en 2005, pour atteindre les 24 %. L’étude comparée des taux de chômage en fonction des niveaux d’études, pour l’année 2005, montre que ces chiffres sont les plus bas pour les détenteurs de doctorats et de magisters (respectivement 3 % et 6 %), alors que les taux de chômage les plus élevés concernent les personnes titulaires d’un diplôme de premier cycle universitaire (19 %) et celles ayant un niveau de scolarité élémentaire (19 % également).

Tableau n° 12 : Les chômeurs en fonction du niveau d’études 2001-2005

Niveau d’études

2001

2005

Nombre de chômeurs

 %

Nombre de chômeurs

 %

La force de travail

Taux de chômage %

Analphabète

3 523

2

2 232

1

24 233

9

Alphabétisé (sait lire et écrire)

5 224

3

4 031

2

36 049

11

Niveau d’études

2001

2005

Nombre de chômeurs

 %

Nombre de chômeurs

 %

La force de travail

Taux de chômage %

Préparatoire

22 636

14

16 543

9

132 687

12

Élémentaire

39 222

25

46 141

26

240 251

19

Collège

21 931

14

21 470

12

179 468

12

Écoles d’apprentissage professionnel

4 350

3

2 111

1

15 974

13

Enseignement secondaire

20 092

13

19 771

11

177 376

11

Diplôme intermédiaire

18 409

12

21 097

12

146 727

14

Baccalorious (licence)

22 159

14

41 657

24

217 170

19

Diplôme supérieur

166

0

437

0

3 873

11

Magister

880

1

1 230

1

19 167

6

Doctorat

110

0

216

0

6 445

3

Total

158 702

100

176 936

100

1 199 420

14,7

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Le chômage en fonction des domaines de spécialisation

58Le tableau n° 13 montre que la proportion de chômeurs issus des cursus de sciences humaines ou sociales est plus élevée que celle des anciens étudiants des filières scientifiques et technologiques. Un tel phénomène est directement lié au processus de restructuration du marché du travail et de ses besoins. Il pourrait disparaître grâce à un effort d’orientation des étudiants qui, à travers des programmes de sensibilisation conçus spécialement à cet effet, apprendront à être plus attentifs aux signes du marché.

Tableau n° 13 : Les chômeurs en fonction des filières de spécialisation 2001-2005

Domaines de spécialité

2001

2005

Nombre d’actifs

 %

Nombre d’actifs

 %

Sciences de l’éducation et formation des maîtres

3 958

9

9 251

14

Sciences des métiers de service

1 279

3

1 662

3

Sciences humaines et religieuses

7 703

18

13 804

21

Beaux-arts et arts appliqués

863

2

890

1

Agronomie et études de vétérinaire

1 106

3

1 584

2

Sciences médicales et métiers de la santé

3 443

8

3 005

5

Sciences sociales et administratives

11 652

27

15 726

24

Domaines de spécialité

2001

2005

Nombre d’actifs

 %

Nombre d’actifs

 %

Sciences juridiques et judiciaires

1 741

4

1 830

3

Sciences, mathématiques et informatique

5 095

12

10 882

17

Génie, architecture et industrie

4 433

10

5 975

9

Non homologué

1 314

3

28

0

Total

42 587

100

64 637

100

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Le chômage en fonction de la période d’inactivité

59Les personnes au chômage sur des durées excédant les 38 mois sont peu nombreuses et ne constituent guère plus de 3 % de l’ensemble de la masse des chômeurs (comme on peut le voir à travers le tableau n° 14). Il semble également que le marché du travail parvienne mieux que par le passé à intégrer les personnes dont la période d’inactivité ne dépasse pas douze mois, sans doute les programmes de reconversion ont-ils joué un rôle appréciable dans ce sens. Cette amélioration semble toutefois avoir eu lieu aux dépens des chômeurs dont les périodes d’inactivité sont comprises entre 25 et 36 mois : en effet il est de moins en moins facile de retrouver un emploi pour cette catégorie de personnes, d’ailleurs de plus en plus nombreuses, puisqu’elles représentent en 2005 15 % des chômeurs contre 11 % en 2001.

Tableau n° 14 : Les chômeurs en fonction de la période d’inactivité 2001-2005

Période d’inactivité (mois)

2001

2005

Nombre de chômeurs

 %

Nombre de chômeurs

 %

0-12

131 859

83

140 037

79

13-24

17 306

11

25 936

15

25-36

5 042

3

6 245

4

36 et plus

4 495

3

4 718

3

Total

158 702

100

176 936

100

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Les différentes modalités de recherche d’emploi

60Le marché de l’emploi connaît actuellement un progrès notable en raison des efforts fournis par les demandeurs d’emploi. La proportion des demandeurs d’emploi qui recourent aux différents média d’information est en nette croissance (et il va de soi que cette catégorie de personnes peut se prévaloir des compétences qui leur donnent accès à de tels média). Notons en revanche que la part des personnes qui présentent leur candidature auprès du Diwan du service civil (instance responsable de l’embauche dans la fonction publique) est en recul ; ce qui s’explique, sans doute, par le manque notoire d’emplois à pourvoir dans le secteur public depuis que le royaume s’est avancé sur la voie des privatisations. Par ailleurs, une part toujours significative de demandeurs d’emploi s’abaisse à quémander un travail en ayant recours à la wasta (« piston » ; ex. : visites rendues aux responsables). Cette manière de faire est peut-être appelée à disparaître, peu à peu, surtout suite à la toute récente adoption de la « loi de lutte contre la corruption » qui considère que le « piston » est une forme de corruption punie par la loi.

Tableau n° 15 : Les chômeurs par mode de recherche d’emploi

Manières de chercher un emploi

2001

2005

Nombre de chômeurs

 %

Nombre de chômeurs

 %

Candidature auprès du Diwan du service civil

3 987

3

16 107

9

Candidature auprès du ministère du travail

3 644

2

4 899

3

Candidatures spontanées auprès des entreprises et sur les lieux de travail

116 123

73

78 816

45

Visites rendues aux responsables actuels ou auprès d’anciens responsables

13 552

9

22 519

13

Consultations et réponses aux annonces parues dans la presse et la T.V.

18 192

11

50 292

28

Autre

3 204

2

4 303

2

Total

158 702

100

176 936

100

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Les chômeurs en fonction de leur situation antérieure

61Les chiffres du tableau n° 16 révèlent une baisse de la proportion des chômeurs ayant déjà travaillé ; inversement, celle des chômeurs qui n’ont jamais travaillé est, bien entendu, en augmentation. Cette dernière catégorie comprend les nouveaux arrivants sur le marché du travail, qu’ils soient jeunes diplômés ou en situation d’échec scolaire (School Leavers). Il est impératif de se pencher sur le cas de ces jeunes gens en situation d’échec scolaire ou universitaire et ce, en les dotant des compétences susceptibles de leur permettre d’intégrer le marché du travail. En ce qui concerne la catégorie de ceux qui ont déjà travaillé, ce sont des personnes qui sont au chômage soit avec la volonté de changer de travail, soit parce que la fonction qu’ils remplissaient n’est plus nécessaire dans le contexte d’une restructuration moderne des services et conformément à de nouvelles exigences techniques ou théoriques. Or cette forme particulière de chômage est susceptible d’être enrayée par des systèmes efficaces de reconversion et de formation.

Tableau n° 16 : Les chômeurs en fonction de leur situation antérieure 2001-2005

Situation antérieure

2001

2005

Nombre de chômeurs

 %

Nombre de chômeurs

 %

Ayant déjà travaillé

30 041

72

38 782

60

N’ayant jamais travaillé

11 683

28

25 855

40

Total

41 724

100

64 837

100

Source : d’après les communications du programme « al-Manar », Centre de développement des ressources humaines, http://www.almanar.jo.

Les causes du chômage sur le marché du travail jordanien

62L’instabilité économique, la situation dans la région et dans le monde, les déplacements de populations sont autant de facteurs qui ont eu de grandes répercussions sur le marché du travail en Jordanie, et en particulier sur les fluctuations des taux de chômage dans ce pays. Il faut tout de même bien avouer que la raison principale du chômage est à chercher ailleurs. Ces facteurs externes ne font tout au plus que s’ajouter à d’autres – les facteurs internes – qui contribuent à leur tour à nourrir la cause essentielle de chômage, à savoir l’inertie du marché du travail, surtout du point de vue de la demande, qui demeure en effet incapable d’absorber les surplus d’offre de main d’œuvre.

63Nous résumons dans ce qui suit la série des facteurs internes et externes responsables de cette inertie :

Les facteurs internes

641) Les programmes de réforme économique ont à chaque fois exigé des politiques budgétaires qu’elles aillent dans le sens d’une baisse des subventions publiques.

652) La hausse de la croissance démographique a conduit à faire entrer sur le marché du travail des quantités de candidats au travail si élevées que la demande en main d’œuvre n’a pas pu les absorber.

663) La plupart des cursus d’études supérieures restent déconnectés des besoins réels du marché du travail.

674) L’adoption du modèle de « réforme économique », en favorisant le rôle du secteur privé dans le processus de développement, a contribué à diminuer considérablement les capacités du secteur public en matière d’embauche et de création d’emploi.

  • 29  Les différentes sources ne donnent pas les mêmes chiffres, mais les estimations les plus prudentes (...)

685) Certaines tranches de la population, les jeunes en particulier, répugnent à exercer certains emplois qui leur sont proposés. Dans ce cas on peut parler d’une certaine forme de « chômage comportemental » en Jordanie, d’un chômage qui n’est pas vraiment lié à l’impuissance de l’économie du pays à proposer des emplois. Il y a en effet des pans entiers de l’économie jordanienne qui sont occupés par la main d’œuvre étrangère : le volume de cette dernière dépasse même le nombre de chômeurs 29.

696) L’exode rural a éloigné un nombre considérable de Jordaniens des travaux de la terre, pour les diriger vers d’autres activités économiques, de nature plus citadines.

707) La main d’œuvre étrangère, travaillant à des conditions et en échange de rémunérations inacceptables pour un travailleur jordanien, a introduit un système de compétition qui désavantage la main d’œuvre locale.

Les facteurs externes

711) Le problème du chômage a été aggravé par l’incapacité du marché du travail à absorber – suite à la crise de 1990 – la vague de retours forcés massifs de travailleurs qui avaient émigré dans les pays du Golfe.

722) Suite à la baisse des prix du pétrole intervenue à la fin des années quatre-vingt, les pays du Golfe ont ajusté leurs stratégies d’investissement, se détournant de la monnaie jordanienne, ce qui a conduit à réduire le nombre d’opportunités d’emploi et donc à réduire le taux d’émigration de Jordaniens vers ces pays.

733) La baisse des aides arabes et internationales destinées à la Jordanie a eu un effet négatif sur l’activité économique, ce qui a provoqué une baisse des investissements locaux, laquelle a entraîné, à son tour, une baisse de la demande en main d’œuvre.

744) La possibilité de créer des emplois a été grandement compromise par l’instabilité de la région. Piétinement du processus de paix d’un côté, et invasion de l’Irak de l’autre, ont eu un impact considérable sur les investissements aussi bien étrangers que locaux en Jordanie.

Les politiques de l’emploi

75Étant donné le caractère limité des ressources naturelles dont dispose la Jordanie, l’État a investi tous ses efforts dans le développement des ressources humaines sur lesquelles devait reposer l’édifice économique national. Partant de là, on ne pouvait qu’accorder une importance particulière à la formation des forces de travail, au développement de leurs compétences et à leur fréquent perfectionnement – témoins d’un tel investissement : les divers succès réalisés dans les secteurs de l’enseignement général et supérieur (nous avons abordé ce point au tout début de notre étude) mais aussi en matière de formation professionnelle. En effet, depuis sa création en 1976, l’Institut de formation professionnelle a assumé la tâche de dispenser des programmes de formation et de formation continue, destinés respectivement aux forces de travail qui s’apprêtent à entrer sur le marché du travail et à celles qui travaillent déjà.

76Il ne fait aucun doute que les systèmes d’enseignement et les efforts de reconversion nous ont permis de nous adapter aux fluctuations du marché du travail. Une telle souplesse semble toutefois insuffisante pour faire reculer le problème du chômage d’une part, et celui de la pénurie chronique de main d’œuvre dans certains secteurs d’autre part (on en veut pour preuve le continuel afflux de travailleurs immigrés en direction de certains métiers).

L’embauche dans le secteur public

  • 30  « Étude de l’état du chômage », Projet al-Manar, Centre national de développement des ressources h (...)

77Bien qu’aucune loi n’ait astreint l’État à garantir un emploi pour chaque nouveau diplômé, le secteur public a longtemps été l’employeur de main d’œuvre le plus important du royaume, et ce jusqu’à une date assez récente. L’État a toutefois commencé à se désengager du marché du travail avec l’entrée en vigueur des plans de réformes économiques, cédant peu à peu le rôle de moteur de l’emploi au secteur privé. La baisse des subventions publiques et la privatisation de nombreuses sociétés de production expliquent sans doute que la proportion des employés du secteur public soit passée de 49 % de l’ensemble des actifs en 1990 à 36 % en 2005 30. Il va de soi que le faible taux de l’embauche publique n’empêche en rien les demandeurs d’emploi de soumettre leurs candidatures à l’instance compétente et responsable en la matière, le Diwan du service civil. Le Diwan enregistre les candidatures, les informatise et les classe en fonction des critères de sélection dictés par le « règlement du service civil » (n° 55 de l’année 2002) et les différents amendements qui ont affecté ce texte. Après ce travail de classement, le Diwan publie des listes où figurent les candidats, leurs classements respectifs et les postes vacants auxquels ils peuvent prétendre (à condition qu’ils passent le concours destiné à cet effet). Bien que la complexité de telles démarches soit connue de tous et qu’il soit de notoriété publique que le nombre de postes disponibles est dérisoire, le nombre de candidatures enregistrées par ces services n’est pas en baisse. Au contraire, le nombre de candidatures déposées auprès du Diwan est passé de 77 625 en 1992 à 168 133 en 2003. Notons par ailleurs que 64 % de ces candidats sont des femmes. Les femmes préfèrent, en effet, travailler dans la fonction publique même si pour une même tâche le secteur privé propose une meilleure rémunération ; c’est que le secteur public offre d’autres avantages : une plus grande stabilité, une meilleure garantie de l’emploi et des emplois du temps plus légers. Pour finir sur ce point, ajoutons que les deux domaines d’activité qui font le plus appel aux femmes sont aussi les recruteurs les plus importants du secteur public, à savoir le ministère de l’éducation et de l’enseignement (60 % des emplois du secteur), et le ministère de la santé (30 %). Ces deux institutions sont, d’autre part, les seules à continuer à proposer des postes, année après année, et ce en raison de la nature des services qu’elles dispensent 30.

Les agences pour l’emploi

  • 31  Id. p. 32.

78Un des services assumés par le ministère du travail est celui d’aider à l’embauche dans le secteur privé et ce, en confrontant les souhaits des demandeurs d’emploi avec les besoins des entreprises. Ces agences pour l’emploi couvrent l’ensemble du royaume, de sorte que tout demandeur d’emploi ou tout employeur éventuel puisse s’y inscrire. En fin de compte ces agences jouent un rôle d’intermédiaire entre les deux parties. Il n’est pas inutile de préciser ici que la plupart des demandeurs d’emploi inscrits dans ces structures sont des travailleurs sous-qualifiés ou aux qualifications limitées, ayant un faible niveau d’études. Ces agences jouent leur rôle avec une efficacité indéniable : en 2002 par exemple 10 310 demandeurs d’emploi s’y sont inscrits et 5 159 d’entre eux ont pu trouver un emploi 31.

79En ce qui concerne les demandeurs d’emploi plus qualifiés, un site internet a récemment été mis en service par le Centre national pour l’emploi. Ce site joue approximativement le même rôle que les Agences pour l’emploi, à cette différence près qu’il s’adresse aux demandeurs d’emploi jouissant de niveaux d’études leur permettant de présenter leur candidature « en ligne ».

Autres moyens de recherche

80Les éventuels employeurs diffusent leurs annonces à travers les différents medias : presse écrite, radiophonique, télévisuelle. De telles annonces représentent une certaine proportion de la demande totale en main d’œuvre ; or cette proportion dépend du degré d’évolution du marché du travail, de celui des medias existants, mais plus encore peut-être du degré d’éveil du public et de la place qu’il accorde à ces medias. Signalons d’autre part que la diffusion des postes disponibles est un devoir légal dans le cas du service public et qu’elle est facultative en ce qui concerne le secteur privé.

81On sait qu’il est impossible d’arriver à une estimation fiable du volume total de la demande du marché de l’emploi à partir des seuls chiffres des offres d’emploi diffusées à travers les différents medias. Les responsables du « Projet al-Manar » (dépendant du Centre national de développement des ressources humaines) ont tout de même mené une étude novatrice dans ce domaine. Nous nous contenterons d’exposer ici quelques-uns des résultats auxquels cette étude est parvenue, particulièrement en ce qui concerne le recensement des offres d’emploi parues dans al-Ra’iy (journal quotidien le plus pourvu en petites annonces) : pour le premier semestre 2006, il apparaît que ce journal a publié 17 672 offres d’emploi, dont 15 228 proposaient des emplois à l’intérieur du Royaume et 2 444 à l’étranger.

La question des débouchés (quelques expériences de terrain)

82La coïncidence entre les connaissances ou les compétences acquises par les diplômés de l’enseignement supérieur et les besoins du marché du travail est une question qui a fait l’objet de beaucoup d’attention en Jordanie, d’autant que le chômage est un phénomène extrêmement répandu dans le milieu des jeunes diplômés alors que pourtant les emplois existent. Un tel paradoxe montre à n’en pas douter que le chômage est un phénomène structurel qui nécessite à court terme des programmes de reconversion et, à moyen et long terme, une révision du contenu des programmes et des méthodes d’enseignement universitaire. Nous évoquerons dans ce qui suit les différentes expériences et tentatives qui tentent d’apporter des réponses de terrain à cette question des débouchés.

Le ministère du travail

83En plus d’être responsable de l’Institut de Formation Professionnelle et d’en superviser les travaux, le ministère fournit un effort incessant dans le domaine de la formation pratique de la force de travail. Nous évoquerons ici deux expériences intéressantes dans ce domaine :

841) Le programme « formation et aide à l’emploi » : ce projet a pour but de mettre en place des programmes et des sessions de formation professionnelle qui répondent précisément aux besoins du marché du travail. Ce programme s’adresse prioritairement aux jeunes chômeurs, jeunes gens et jeunes filles, surtout issus de milieux défavorisés, mais aussi aux diplômés des universités et des Kulliyyât mujtamaa (Community College). Le projet consiste à faciliter, pour les candidats à ce programme, l’accès aux entreprises privées et ce, en leur proposant un stage de six mois dans ces entreprises. Durant cette période, le stagiaire perçoit une rémunération symbolique, en plus d’une formation pratique puisqu’il acquiert, en travaillant, des compétences bien précises. Entre juillet 1998 et mars 2002, ce programme a permis de former 7 000 jeunes, qui ont la plupart du temps trouvé un emploi sur le site même où s’est déroulé leur stage. Le coût de ce programme s’est élevé à six millions de dollars américains, financés grâce à un prêt de la Banque Mondiale.

  • 32  Nous renvoyons ici au rapport final du projet sur l’enseignement supérieur mené par « Maktab al-Da (...)

852) Le programme du « stage national » : ce programme a pour ambition de dispenser une formation professionnelle à 12 000 candidats et candidates. Ce projet s’articule en deux étapes : durant les trois premiers mois, les participants suivent un entraînement militaire sur les sites des forces armées jordaniennes ; dans un second temps ils suivent un stage, soit en centre de formation professionnelle, soit au sein d’un atelier des forces armées, soit encore en entreprise. Durant l’entraînement militaire, le stagiaire perçoit une somme mensuelle de 50 dinars ; lors du stage de formation professionnelle sa rémunération passe à 80 dinars. À ce jour, 7 096 jeunes ont suivi ce programme 32.

La formation syndicale

  • 33  Id. p. 17.

86On ne saurait passer sous silence d’autres initiatives importantes dont celle des syndicats professionnels qui proposent souvent des formations à leurs adhérents. Le syndicat des ingénieurs, pour sa part, ouvre aux candidats des stages en entreprise de six mois, période durant laquelle le stagiaire perçoit une certaine indemnité financière. Le syndicat des avocats, quant à lui, organise des stages pour les jeunes diplômés des filières de droit, stages à l’issue desquels les participants sont en mesure d’exercer 33.

Le ministère du logement et des travaux publics

87Ce ministère dispense un programme analogue à celui du syndicat des ingénieurs ; ce programme s’adresse le plus souvent aux diplômés des facultés d’architecture.

Le Centre national de développement des ressources humaines

  • 34  Renvoyons à ce propos au site électronique : http://www.almanar.jo.

88Le « projet al-Manar 34 » est l’avant-garde d’un effort national destiné à doter notre pays de l’expérience et des compétences propres au domaine de l’orientation professionnelle (Career Counseling). Le public ciblé par le projet est aussi bien celui des écoles et des universités, que celui qu’on trouve directement sur le marché du travail. A travers ses activités, al-Manar aspire avant tout à orienter les étudiants dans le choix de spécialités qui conviennent à leurs penchants et à leurs capacités et ce, tout en les sensibilisant aux besoins nouveaux du marché du travail. Une telle approche revient en fin de compte à jeter des ponts entre l’enseignement et le marché de l’emploi.

89Le « projet al-Manar » contribue par ailleurs à améliorer les services d’embauche sur le marché de l’emploi jordanien. Dans ce but, le projet a mis au point sur Internet un système de courtage en ligne, sorte d’intermédiaire entre les deux bords du marché de l’emploi. D’un côté, n’importe quel demandeur d’emploi peut postuler sur ce site, à n’importe quelle heure, et où qu’il soit ; de l’autre côté, tout employeur peut gratuitement communiquer ses besoins en main d’œuvre. Ce système compare rapidement et simplement les demandes d’emploi et les offres de postes disponibles, pour ensuite soumettre les résultats aux deux parties. Ainsi le demandeur est informé des offres auxquelles il peut postuler et l’employeur éventuel est, quant à lui, mis au courant des compétences et des qualifications des différents candidats.

90Le « projet al-Manar » agit en partenariat avec les ministères et les départements chargés de produire les données concernant les ressources humaines. Citons à titre d’exemple : le département des statistiques publiques, le ministère de l’enseignement supérieur, le ministère du travail, l’Institut de formation professionnelle, la Caisse publique d’assurance maladie et le Diwan du service civil. Grâce à un soutien de la « Caisse du roi Abdallah II pour le développement », le projet gère et supervise l’action de 20 centres d’orientation professionnelle dans les différentes universités jordaniennes, dans le but d’améliorer les chances des diplômés dans la recherche d’un emploi.

Quelques points en guise de conclusion

911. La Jordanie est arrivée à des résultats appréciables dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle. En revanche, il est évident que l’essor quantitatif de l’enseignement n’a pas été accompagné d’une amélioration qualitative. La Jordanie a encore un bon nombre de défis à relever si elle veut persévérer sur la voie du développement exigé par la mondialisation et l’ère informatique moderne. Il est à présent indispensable de passer à l’étape supérieure et de faire porter l’effort sur la qualité de l’enseignement supérieur.

922. Enseignement supérieur et secondaire continuent à reposer pour l’essentiel sur « l’enseigner », délaissant tout à fait la dimension de « l’apprendre ». La différence entre ces deux notions est essentielle : il faut à tout prix se débarrasser des méthodes pédagogiques consistant à communiquer aux étudiants de simples contenus, pour commencer à les rendre aptes à « apprendre », à chercher, à approfondir leurs savoirs. Le passage à cette phase pédagogique a pour but de faire que la pensée devienne un état d’esprit permanent et créatif pour les étudiants, susceptible de les aider à prendre des décisions autonomes, à résoudre les problèmes et à travailler en équipe. Il s’agit en fin de compte de leur permettre d’affronter les difficultés qui se présenteront à eux lors de leur vie universitaire ou professionnelle et ce, avec lucidité, en s’appuyant sur la raison et sur un esprit analytique logiquement irréprochable. De telles compétences font pour le moment cruellement défaut à bon nombre de diplômés, ce qui explique le décalage énorme entre le « contenu » de leurs savoirs et les « compétences » exigées par le marché du travail.

933. Bien qu’il réalise une certaine « justice par le chiffre », le système des « admissions harmonisées » prive un grand nombre d’étudiants des filières qu’ils auraient aimé choisir, et en oriente d’autres vers des études qui ne leur conviennent pas du tout. Au final, un tel système, qui fait peu de cas des aptitudes propres des élèves, tue dans l’œuf tout esprit d’originalité et de singularisation.

944. L’interaction entre les universités et les entreprises demeure négligeable et leur relation est le plus souvent teintée d’appréhension et de méfiance réciproque. Idéalement ces deux instances devraient entretenir d’étroites relations de partenariat, étant donné surtout que le produit de l’enseignement est sensé entrer dans les entreprises en tant que facteur de production.

955. Les chiffres de la croissance démographique du royaume annoncent la pression qui s’exercera sur le marché du travail quand il devra faire face à l’affluence de personnes auxquelles l’économie nationale ne pourra pas offrir d’emplois.

966. L’économie jordanienne (et par-là même le marché du travail) subit l’influence de l’environnement régional et international qui est le sien. Les bouleversements économiques et politiques dans la région ont eu pour effet de développer le marché du travail jordanien dans une certaine voie, celui-ci devenant à la fois exportateur et importateur de main d’œuvre. Même si cette situation unique en son genre a des aspects positifs (les expatriés jordaniens envoient des devises au pays et trouvent à se perfectionner à l’extérieur), cette situation de dépendance a aussi de nombreuses répercussions négatives : par exemple un manque cruel de main d’œuvre dans certains domaines, ou l’entrée d’une main d’œuvre étrangère qui vient concurrencer la main d’œuvre locale et envoie une partie de ses revenus vers d’autres pays.

977. En comparaison avec des pays dont la croissance et les niveaux de revenus ou de production sont similaires, la Jordanie a un taux de participation des inactifs à la force de travail qui est encore trop bas. La participation de la femme à l’activité économique est, elle aussi, anormalement basse.

988. Le marché du travail a connu une nette amélioration du niveau d’études de la force de travail – résultat de l’essor quantitatif de l’enseignement auquel nous avons fait allusion. Il est urgent à présent de tirer parti de cet essor en améliorant les compétences de cette nouvelle force de travail pour la mettre au service des besoins du marché.

Bibliographie

al-Ahmad, Ahmad Qasim, « Reflux d’émigration en Jordanie », dans Le Marché du travail en Jordanie : développement, particularités, politiques et perspectives d’avenir, Abou-Jâber K. (éd.), Dâr al-Bachir, (en arabe) Amman, 1991a.

al-Ahmad, Ahmad Qasim, » Répercussions économiques et sociales des reflux migratoires en Jordanie », dans Structures démographiques sur le marché du travail jordanien, Khoury N. et al-Ahmad A. Q. (éd.), Al-Jami’a al-Ilmiyya al-Malakiyya et l’Organisation Mondiale du Travail, (en arabe) Amman, 1991b.

Bader, Majid Farhan, « La crise du financement dans l’enseignement universitaire en Jordanie », Majallat Ittihâd al-jâmi’ât al-arabiyya, , n° 36, juillet, Amman, 1999, p. 249-203.

al-Charaa Mounzer, « L’économie jordanienne : réalités et perspectives », dans Bases et perspectives de la modernisation en Jordanie, Fondation Abdel-Hamid Schoman et al-Mu’asasa al-’arabiyya lil-dirâsât wa-l-nachr, (en arabe) Amman, 2005.

al-Charaa, Mounzer et al., « Les politiques publiques de l’enseignement dans le royaume », Rapport commandé et présenté au Conseil de l’enseignement supérieur, 9 avril, Amman, 2002.

al-Charaa, Mounzer, « Investir dans le capital humain – dépenses et bénéfices », dans L’Enseignement et le Monde arabe, défis du troisième millénaire, Markaz al-Imarat li-l-dirâsât wa-l-buhûth al-istrâtjjiyya, (en arabe) Abu-Dhabi, 2000.

Chraïha, Wadi’, « Structures démographiques et besoins du développement en main d’œuvre en Jordanie », dans Structures démographiques sur le marché du travail jordanien, Khoury N. et al-Ahmad A. Q. (éd.), Al-Jami’a al-Ilmiyya al-Malakiyya et l’Organisation Mondiale du Travail, (en arabe) Amman, 1991.

Hussein, Taha, L’avenir de la culture en Égypte, Dar al-Maaref, (en arabe) Le Caire, 1938.

Khassaouneh, Saleh et al., « Réalités de la force de travail et de ses politiques en Jordanie », dans Actes du deuxième colloque sur l’émigration, 14-17 juillet, ministère du Travail et du Développement social, Amman, 1986.

al-Khatib, Hussein, « Focaliser sur la planification en ressources humaines en Jordanie : actualité et perspectives », dans Démographie et développement des ressources humaines en Jordanie, dir. Khoury N. et Chrayha W., Université Jordanienne et Organisation Mondiale du Travail, (en arabe) Amman, 1994.

Mazur, Michael, Economic Growth and Development in Jordan, Croom Helm Ltd., Londres, 1979.

al-Rachadane, Mahmoud, « Le rapport entre les moyennes générales obtenues dans les universités jordaniennes et les moyennes obtenues dans le secondaire », Majalla Ittihâd al-jâmi’ât al-arabiyya, n ° 40, juillet 2002, p. 162-204.

al-Saïd, Anouar et al., « Harmoniser les produits du régime d’enseignement avec les besoins du marché », ministère du Plan et Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD), avril, Amman, 2005.

Al-Tall, Ahmad Youssef, « L’Enseignement supérieur en Jordanie », Manchûrât Lajnat târikh al-Urdun, n° 75, Amman, 1998.

Umayra, Muhammad, « Le marché du travail et le chômage en Jordanie », dans Structures démographiques sur le marché du travail jordanien, Khoury N. et al-Ahmad A. Q. (éd.), Al-Jami’a al-Ilmiyya al-Malakiyya et l’Organisation Mondiale du Travail, (en arabe), Amman, 1991.

Notes

Annexe 1 : Évolution du nombre d’étudiants inscrits en Licence (Baccalaurious) dans les universités jordaniennes 1997-2006

Universités publiques

1997/1998

1998/1999

1999/2000

2000/2001

T

F

T

F

T

F

T

F

Université jordanienne

18.523

10.811

18.392

11.079

19.068

11.812

19.988

12.544

Université al-Yarmouk

12.481

6.707

14.124

7.600

15.847

8.586

17.478

9.555

Université de Mu’tah

9.993

5.290

10.975

5.950

12.418

7.017

15.054

8.915

Université jordanienne des sciences et de la technologie

7.521

3.064

8.979

3.660

10.538

4.194

11.211

4.653

Université Âl al-Bayt

3.358

1.719

3.869

2.105

4.613

2.656

6.034

3.637

Université hachémite

1.804

1.109

2.733

1.674

4.384

2.640

6.531

3.858

Université pratique d’al-Balqa

1.736

259

2.679

497

3.245

789

4.214

1.075

Université al-Hussein bin Tallâl

0

0

0

0

1.058

742

1.475

1.025

Université technologique de Toufaïla

0

0

0

0

0

0

0

0

Université germano-jordanienne

0

0

0

0

0

0

0

0

Total

55.416

28.959

61.751

32.565

71.171

38.436

81.985

45.262

Universités privées

Université al-Ahliyya de Amman

4.480

1.473

4.735

1.624

4.372

1.524

4.222

1.489

Université Philadelphie

3.249

769

3.354

780

3.850

843

4.711

1.025

Université al-Isrâa

2.550

555

2.732

639

2.412

612

2.457

713

Université des Sciences appliquées

7.998

2.192

8.002

2.390

7.762

2.423

7.610

2.386

Université de Pétra

1.346

1.346

1.351

1.351

1.562

1.312

2.026

1.284

Université al-Zeitouna

2.475

809

3.034

1.024

3.203

1.072

3546

1.188

Université al-Ahliyya d’Irbid

2.465

778

2.919

921

2.962

1.021

3.244

1.341

Université al-Ahliyya de Jérash

3.957

1.004

4.189

1.416

3.834

1.467

3.929

1.587

Université al-Ahliyya de Zarqa

2.311

830

2.775

1.111

2.812

1.173

3.272

1.339

Université de la princesse Soumaya

981

204

1.022

215

1.024

237

1.023

270

Académie de musique

43

14

49

19

62

25

43

19

Institut des sciences de l’éducation

996

509

1.036

661

787

570

589

482

Total

32.851

10.483

35.198

12.152

34.642

12.279

36.672

13.123

Total global

88.267

39.442

96.949

44.717

105.813

50.715

118.657

58.385

Source : Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Rapport statistique annuel relatif à l’enseignement supérieur, et Résumés statistiques concernant les différentes années traitées, Amman.

Annexe 1 (suite) : Évolution du nombre d’étudiants inscrits en Licence (Baccalaurious) dans les universités jordaniennes 1997-2006

Universités publiques

2001/2002

2002/2003

2003/2004

2004/2005

2005/2006

T

F

T

F

T

F

T

F

T

F

Université jordanienne

20.236

12.965

23.768

14.605

28.249

17.153

30.955

18.911

33.411

20.644

Université al-Yarmouk

18.797

10.651

17.150

9.918

16.889

9.952

17.290

10.488

18.729

11.333

Université de Mu’tah

15.646

9.626

16.267

9.970

16.181

9.878

14.839

8.595

14.727

8.361

Université jordanienne des sciences et de technologie

12.688

5.424

13.618

6.158

14.420

6.577

15.772

7.186

17.267

7.911

Université Âl al-Bayt

9.078

5.362

11.051

6.482

12.890

7.302

13.346

7.373

16.575

9.600

Université hachémite

9.068

5.365

11.627

6.982

13.800

8.029

14.986

8.664

12.678

6.935

Université pratique d’al-Balqa

6.438

2.651

8.977

4.091

12.758

6.881

15.722

9.117

18.026

11.105

Université al-Hussein bin Tallâl

2.031

1.451

2.716

1.871

3.499

2.294

4.911

3.012

6.118

3.551

Université technologique de Toufaïla

0

0

0

0

0

0

0

0

1.307

646

Université germano-jordanienne

0

0

0

0

0

0

0

0

103

25

Total

93.982

53.395

105.174

60.077

118.686

68.066

127.821

73.346

138.941

80.110

Universités privées

Université al-Ahliyya de Amman

4.430

1.491

4.781

1.449

5.131

1.455

5.456

1.514

5.524

1.438

Université Philadelphie

6.191

1.297

6.495

1.318

7.307

1.448

7.541

1.446

7.341

1.908

Université al-Isrâa

3.102

961

4.559

1.338

5.314

1.586

5.649

1.713

7.465

1.417

Université des sciences appliquées

6.850

1.985

6.633

1.988

6.173

1.757

6.326

1.725

6.300

1.886

Université de Pétra

2.409

1.313

2.858

1.343

3.172

1.395

3.926

1.563

4.451

1.701

Université al-Zeitouna

4.811

1.433

5.944

1.636

7.012

1.866

7.723

2.108

7.991

2.371

Université al-Ahliyya d’Irbid

3.758

1.323

3.877

1.444

3.918

1.353

3.749

1.432

4.405

2.241

Université al-Ahliyya de Jérash

4.238

1.781

4.142

1.730

4.242

1.741

4.690

1.955

3.503

1.591

Université al-Ahliyya de Zarqa

3.867

1.696

4.149

1.869

4.222

2.040

4.380

2.078

4.770

1.939

Université de la princesse Soumaya

989

283

951

266

889

242

785

193

760

157

Académie de musique

55

24

37

19

31

15

34

15

25

9

Institut des sciences de l’éducation

408

318

439

296

501

357

539

371

566

410

Total

41.108

13.905

44.865

14.696

47.912

15.255

50.798

16.113

53.101

17.068

Total global

135.090

67.300

150.039

74.773

166.598

83.321

178.619

89.459

192.042

97.178

Source : Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Rapports statistiques annuels relatifs à l’enseignement supérieur, et Résumés statistiques concernant les années 1997 à 2006, Amman.

Annexe 2 : Évolution du corps enseignant dans les universités jordaniennes 1997-2006

Universités publiques

1997/98

1998/99

1999/00

2000/01

2001/02

2002/03

2003/04

2004/05

2005/06

T

F

T

F

T

F

T

F

T

F

T

F

T

F

T

F

T

F

Université jordanienne

887

123

911

137

919

144

918

143

904

144

973

163

1008

173

1061

200

1129

220

Université al-Yarmouk

664

70

657

70

668

74

623

65

634

68

681

74

721

87

732

90

770

109

Université de Mu’ta

311

15

358

20

376

20

421

27

446

29

504

59

580

65

540

54

538

54

Université jordanienne des sciences et de la technologie

441

62

471

65

517

65

555

74

574

90

592

93

626

106

637

100

688

111

Université Âl al-Bayt

180

20

204

18

174

20

174

20

171

23

164

11

187

19

213

26

445

104

Université hachémite

100

13

118

14

172

33

226

43

270

56

338

71

357

82

395

86

229

33

Université pratique d’al-Balqa

76

3

127

5

173

13

182

17

198

23

211

19

258

25

270

27

302

36

Université al-Hussein bin Tallâl

0

0

0

0

34

5

58

5

42

0

60

6

78

8

110

9

118

10

Université technologique de Toufaïla

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

118

8

Université germano-jordanienne

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

18

9

Total

2639

306

2846

329

3033

374

3157

394

3239

433

3523

496

3815

565

3958

592

4355

694

Universités privées

Université al-Ahliyya de Amman

165

20

176

26

184

27

178

29

171

29

190

31

189

29

204

32

296

74

Université Philadelphie

167

26

173

32

192

36

188

38

227

39

294

53

319

63

359

83

368

95

Université al-Isrâa

183

25

135

15

136

15

119

11

128

14

166

23

195

34

225

39

256

49

Université des Sciences appliquées

355

50

338

51

326

46

309

39

301

46

278

41

273

40

217

40

304

654

Université de Pétra

123

55

120

57

132

63

142

61

171

68

187

70

191

72

204

84

186

72

Université al-Zeitouna

132

26

102

19

129

20

131

25

154

28

209

46

217

51

255

65

267

77

Université al-Ahliyya d’Irbid

99

6

106

9

107

6

117

13

128

9

148

13

99

15

129

14

121

17

Université al-Ahliyya de Jérash

128

5

137

10

131

9

116

6

139

12

151

17

160

16

166

19

162

21

Université al-Ahliyya de Zarqa

115

10

115

11

112

12

109

13

119

13

146

17

150

17

153

17

149

17

Université de la princesse Soumaya

60

2

48

1

68

7

50

2

44

1

73

10

50

2

43

4

41

3

Académie de musique

19

4

20

4

18

3

16

3

17

5

17

3

17

3

6

2

13

4

Institut des sciences de l’éducation

29

4

29

4

34

3

23

3

20

2

20

2

21

5

23

7

24

8

Total

1575

233

1499

239

1569

247

1498

243

1619

266

1879

326

1881

347

1984

406

2187

502

Total global

4214

539

4345

568

4602

621

4655

637

4858

699

5402

822

5696

912

5942

998

6542

1196

Source : Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Rapports statistiques des années 1997 à 2006, Amman.

Annexe 3 : Les étudiants immigrés (arabes et étrangers) inscrits dans les universités jordaniennes 1997-2006

Universités publiques

1997/98

1998/99

1999/00

2000/01

2001/02

2002/03

2003/04

2004/05

2005/06

T

F

T

F

T

F

T

F

T

T

F

T

F

T

F

T

F

T

Université jordanienne

1781

720

1935

803

2169

874

2580

1023

2738

1099

2801

1147

3386

1421

3090

1173

3068

3215

Université al-Yarmouk

1233

443

1348

502

1366

503

1421

501

1441

479

1402

482

1556

587

1281

439

1371

427

Université de Mu’tah

784

266

825

306

773

293

929

316

957

307

890

278

1089

455

1002

305

907

279

Université jordanienne des sciences et de la technologie

688

214

879

251

1167

312

1518

388

1962

562

2236

645

2408

713

3171

894

3651

1057

Université Âl al-Bayt

1035

401

1032

441

961

348

793

343

598

238

457

172

353

137

378

150

393

164

Université hachémite

124

57

205

92

263

116

381

177

530

234

589

282

690

314

706

338

736

330

Université pratique d’al-Balqa

157

11

175

6

170

17

226

17

275

20

345

52

317

80

447

115

506

162

Université al-Hussein bin Tallâl

0

0

0

0

4

3

13

11

24

18

27

17

44

28

69

25

74

38

Université technologique de Toufaïla

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

11

2

Université germano-jordanienne

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

3

1

Total

5782

2112

6399

2401

6873

2466

7861

2776

8525

2957

8747

3075

9843

3735

10144

3439

10720

3675

Universités privées

Université al-Ahliyya de Amman

1182

255

1245

273

1265

287

1232

277

1422

325

1733

370

1957

404

2271

506

2479

577

Université Philadelphie

277

61

258

55

270

55

376

52

560

58

911

77

1525

157

1806

219

1992

258

Université al-Isrâa

803

40

839

104

711

108

709

103

938

116

1237

131

1342

150

1272

164

1327

195

Université des Sciences appliquées

2150

307

1920

305

1834

306

1833

282

1783

239

2087

282

2206

318

2442

400

3084

561

Université de Pétra

418

418

374

374

394

340

458

279

568

275

700

274

808

294

974

337

929

276

Université al-Zeitouna

294

75

358

84

404

85

425

78

603

128

771

191

961

241

1024

250

1115

307

Université al-Ahliyya d’Irbid

67

14

80

10

51

4

102

13

99

15

108

9

90

16

88

12

116

14

Université al-Ahliyya de Jérash

73

28

109

28

85

29

91

22

105

25

121

35

152

41

176

42

256

47

Université al-Ahliyya de Zarqa

207

52

251

69

332

75

395

64

387

82

417

103

405

125

393

144

422

168

Université de la princesse Soumaya

34

5

26

4

34

5

39

4

42

6

53

7

59

7

48

9

58

12

Académie de musique

4

1

7

2

5

2

5

3

3

1

6

3

4

2

3

1

4

1

Institut des sciences de l’éducation

85

56

116

77

70

56

73

59

76

61

65

41

65

41

72

40

63

50

Université arabe de Amman

0

0