Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement supérieur et marché du travail dans le monde arabe

 | 
Boutros Labaki

Études de cas

La Tunisie

Saïd Ben Sedrine

Entrées d'index

Géographique :

Tunisie

Texte intégral

Introduction

1La Tunisie a accordé une attention particulière et constante à la problématique du chômage depuis le début des années soixante. Durant les décennies soixante et soixante-dix, le traitement adopté était surtout basé sur l’emploi dans le secteur public pour la population urbaine, sur le recours à des chantiers d’aménagement du territoire pour la population rurale, et sur l’émigration vers Europe qui avait alors besoin de main d’œuvre et qui encourageait cette émigration.

2A partir du milieu des années soixante-dix, l’investissement dans l’industrie manufacturière a été encouragé en tant que solution pour la création d’emplois. En contrepartie de cette création d’emplois, les entreprises produisant pour le marché local dans un objectif d’import-substitution ont bénéficié d’une protection tarifaire élevée et celles dont la production était entièrement vouée à l’exportation ont bénéficié d’avantages fiscaux. L’économie tunisienne était fortement administrée. En plus d’une forte présence du secteur public dans la production industrielle, agricole et de services, le secteur privé était soumis à un contrôle serré que l’administration exerçait principalement par le biais des autorisations, de la politique des prix et des licences d’importation et d’exportation.

3Cette politique de forte administration de l’économie a donné des résultats au milieu des années quatre-vingt. Libéralisation de l’économie et réhabilitation des mécanismes du marché devenaient des impératifs dont la prise en compte rendait inévitable un ajustement structurel en profondeur de l’économie et des politiques économiques. L’ajustement structurel a été décidé en 1986. Il a donné lieu à un train de réformes lancé de façon effective à partir de fin 1987 pour désengager l’administration du secteur de la production. La totalité des entreprises publiques, opérant dans la production industrielle et de services, a été graduellement privatisées. L’investissement a été libéralisé et la création de nouvelles entreprises de production de biens et de services est devenue le fait du secteur privé. Le recrutement dans la fonction publique est surveillé de très près et centralisé – sauf dans certains secteurs comme l’éducation où les recrutements concernent en priorité les enseignants.

4Les réformes engagées depuis le début des années quatre-vingt-dix ont permis l’émergence d’une économie de marché intégrée à l’économie mondiale. L’adhésion au GATT avant la création de l’OMC puis l’instauration de la zone de libre échange euro-méditerranéenne ont concrétisé cette ouverture sur l’économie mondiale. Un programme de mise à niveau de l’économie a été adopté depuis 1996. Ce programme avait pour objectif l’amélioration de la compétitivité des entreprises tunisiennes.

5En matière de développement des ressources humaines, le système de formation professionnelle, qui cible la qualification de la main d’œuvre et du personnel d’encadrement intermédiaire, a subi, dès le milieu des années quatre-vingt-dix, une réforme en profondeur pour le mettre en harmonie avec les exigences du nouveau contexte économique de mise à niveau de l’économie, en raison de l’instauration d’une zone de libre échange avec l’UE. Cette réforme, basée sur le pilotage de la formation professionnelle par les besoins en qualification de l’économie et sur la formation en alternance avec l’entreprise, a commencé à produire des effets positifs en matière qualitative. Elle a cependant connu quelques lenteurs dans sa mise en œuvre. Par ailleurs, la recherche de modalités appropriées d’articulation entre la formation professionnelle et l’enseignement scolaire, sur une base de complémentarité, comme cela était prévu dans les réformes de 1991 et de 2002, a tardé à se réaliser en raison de l’absence, au sein des établissements scolaires, d’un système d’information et de conseil qui aurait facilité l’orientation volontaire des jeunes vers les filières professionnelles en même temps, au même titre et dans les mêmes conditions que les filières scolaires.

6L’orientation massive des flux de réussite scolaire de l’enseignement de base vers le cycle secondaire puis de ce cycle vers l’enseignement supérieur a produit la massification de ce dernier cycle. Dans le contexte d’une faible croissance de l’emploi hautement qualifié, la forte croissance du nombre des diplômés pose un problème d’insertion professionnelle. Le décalage qualitatif et quantitatif entre les besoins de l’économie et les formations supérieures s’est manifesté dès le milieu des années quatre-vingt-dix ; mais il a commencé à prendre de l’ampleur dès la fin de la décennie, faisant ainsi de l’emploi des diplômés de l’enseignement supérieur un fait d’actualité et une priorité politique.

La régulation des flux scolaires : une voie unique de réussite conduit à la massification de l’enseignement supérieur

7Plusieurs problématiques sont aujourd’hui posées de manière plus ou moins explicite au niveau du système d’éducation et de formation. Elles touchent à la régulation des flux, à l’issue de l’enseignement de base en particulier et dans le système éducatif en général, à la diversification des filières, à la ré-ingénierie des programmes, et à l’emploi des diplômés et des non-diplômés de l’enseignement supérieur. Elles se posent alors que l’enseignement secondaire n’a pas connu de véritable réforme depuis au moins une trentaine d’années. Les réformes qui l’ont touché ont consisté en une succession de fusion-séparation de filières et de raccourcissement-rallongement d’un tronc commun sans lignes directrices claires, sans capitalisation des erreurs passées et surtout sans action sur le volet pédagogique.

8Or, du fait de la complexité et de la dimension des systèmes éducatifs, la réussite des actions de réforme dépend d’un grand nombre de circonstances et de facteurs en interaction. Toute action isolée risque d’être sans effet  ou d’être contre-productive, malgré le potentiel d’innovation qu’elle pourrait porter et les espoirs qu’elle pourrait susciter. La grille de lecture commune à l’ensemble des problèmes pédagogiques et de régulation des flux scolaires pourrait être l’analyse de leur effet escompté sur la manière avec laquelle se ventileraient les flux des jeunes in fine, au moment de leur présentation sur le marché de l’emploi.

La structure du système d’éducation  et de formation  en Tunisie

9Suite aux réformes introduites au début des années quatre-vingt-dix, le système d’éducation et de formation se présente actuellement comme suit :

  1. Un enseignement de base obligatoire de 9 ans constitué d’un premier cycle primaire de 6 ans et d’un second cycle ou cycle préparatoire, dispensé dans des collèges ;

  2. Un cycle de 4 ans d’enseignement secondaire général sanctionné par un diplôme national, le baccalauréat. Ce cycle prépare à l’enseignement supérieur. Il se subdivise en un tronc commun de deux ans et un cycle de pré-spécialisation de deux ans ;

  3. Un système de formation professionnelle à plusieurs niveaux de qualification (Certificat d’Aptitude Professionnelle, Brevet de Technicien Professionnel, Brevet de Technicien supérieur,etc.) ;

  4. Un enseignement supérieur subdivisé en deux types d’établissements : des établissements  universitaires et des Instituts d’enseignement supérieur technologique (ISET) qui ont un statut spécifique .

10La mise en œuvre en 1996 du programme de mise à niveau de la formation professionnelle « MANFORME » a réalisé un saut qualitatif. La stratégie adoptée vise à piloter la formation sur la  base de la satisfaction des besoins de l’économie en qualifications. Elle implique des changements structurels dans la manière de concevoir, de gérer et de sanctionner les formations. Ce nouveau mode de pilotage est matérialisé par les mécanismes suivants :

  1. élaboration d’un répertoire national des compétences, co-piloté par les branches professionnelles, permettant entre autre la définition des profils nécessaires aux différentes branches. Ce répertoire est actuellement en cours d’élaboration ;

  2. ingénierie pédagogique utilisant l’approche par compétences et permettant la conception de programmes de formation adaptés aux profils de formation visés ;

  3. partenariats avec les branches professionnelles à toutes les étapes de formation, garantissant le lien entre la demande en qualification et l’offre de formation ;

  4. co-pilotage des centres de formation avec les organisations professionnelles et adoption du mode de formation avec l’entreprise pour maintenir un lien étroit entre ces centres et les entreprises de leur environnement ;

  5. adoption de la démarche qualité à toutes les étapes de la formation et dans tout le dispositif. Cette démarche devait favoriser l’amplification de la réforme en servant d’outil de formalisation et en mettant en valeur le lien et la cohérence entre les différentes facettes de la réforme. Elle a été choisie parce qu’elle permet l’implication de tous les acteurs, surtout ceux à la base du dispositif car c’est au niveau de la base, produisant les compétences, et en contact direct avec les entreprises, que se joue la réforme de la formation.

11La logique de fonctionnement de la formation professionnelle est ainsi totalement différente de la logique scolaire. Mais, comme nous allons le montrer, l’absence d’articulation entre l’éducation et la formation professionnelle pose un problème de régulation qui a un effet négatif sur l’efficacité de l’investissement dans le capital humain.

La régulation des flux en amont de l’enseignement supérieur

12La massification du 2e cycle de l’enseignement de base produit automatiquement une massification du secondaire.

13L’enseignement secondaire a enregistré au cours du Xe plan (2002-2006) une forte croissance de ses effectifs du fait de l’articulation univoque qui lie ce cycle au 2e cycle de l’enseignement de base. En effet la quasi-totalité des admis en 9e année de l’enseignement de base accède au cycle secondaire. L’évolution de l’effectif du 2e cycle de l’EB et celui du cycle secondaire traduit bien leur forte intégration (voir graphique ci-dessous). La voie de la formation professionnelle n’est pas encore attractive pour les flux de  « bons élèves » car elle ne conduit pas au sommet des qualifications ; le niveau le plus élevé des diplômes est le Brevet de Technicien Supérieur.

14Cette orientation univoque des flux de  « bons élèves » de l’enseignement de base vers le cycle secondaire a un impact négatif sur le rendement interne du cycle secondaire : en témoigne le taux moyen de redoublement de 18 % au cours de l’année scolaire 2004-2005 (MEF2006). La forte déperdition scolaire de ce cycle et l’accès des élèves à la formation professionnelle après un parcours d’échec scolaire produit évidemment un surcoût de l’investissement public et familial dans le capital humain.

15Dans le contexte de l’édification d’une économie du savoir, la croissance de l’effectif post-enseignement de base n’est pas un problème en soi. Ce qui pose problème c’est la structure de qualification des flux de sortie du système d’éducation et de formation, qui est marquée par la pénurie relative des qualifications intermédiaires sur le marché du travail, et le surnombre des demandeurs d’emploi issus de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur, comme le montre bien l’évolution du taux de chômage de ces derniers.

16L’un des problèmes structurels du système d’éducation et de formation est sa fermeture car on ne peut y accéder que par la base et on ne peut le quitter qu’à titre définitif. La possibilité de quitter le système avec la perspective de pouvoir évoluer vers le sommet de la pyramide des qualifications, en alliant accès à l’emploi et poursuite de la formation, est encore un parcours difficile à construire. La seule voie qui offre la perspective d’évoluer dans ce sens est celle de l’enseignement général. Les élèves tentent leur chance dans cette voie jusqu’au seuil de l’échec puisqu’ils ne bénéficient pas d’une éducation à l’orientation et ne voient pas d’autres alternatives pour satisfaire leur ambition légitime. « L’échec n’arrive qu’aux autres » est l’idée dominante chez les élèves et leurs parents pour trouver le courage d’affronter la sélection scolaire.

La massification du secondaire se transmet automatiquement au supérieur via le « baccalauréat »

17Le bachelier a le droit d’accéder automatiquement au supérieur. Avant 1976, l’inscription aux établissements d’enseignement supérieur était libre dans le sens que chaque bachelier avait l’entière liberté de choisir les études qu’il voulait entreprendre. Le nombre des nouveaux inscrits à l’université étant limité, les autorités n’avaient nullement senti le besoin de mettre en place des systèmes contraignants (Zghal, 1986). Depuis 1997, le taux de réussite au baccalauréat a commencé à progresser parallèlement à l’augmentation du nombre de candidats (voir graphique ci-dessous). « Un banc à l’université pour chaque bachelier » est un des mots d’ordre de la Tunisie (MES, 2002) : il signifie que tous les bacheliers ont le droit de s’inscrire à l’enseignement supérieur. Mais ils n’ont pas la liberté absolue de choisir leur filière.

18Le ministère  a mis en place un mécanisme qui combine l’accès de tous les bacheliers à l’enseignement supérieur, tout en régulant la répartition entre les filières et les établissements et en tenant compte des conditions fixées par ces derniers. C’est un système de répartition par ordinateur qui repose sur quatre éléments (Ben Sedrine, 1998) :

  1. i) Pour chaque bachelier est enregistré le classement de ses choix et de ses résultats scolaires ;

    • 1  Un guide distribué à tous les bacheliers fournit l’information sur les critères d’accès aux filièr (...)

    ii) Chaque établissement fait connaître ses conditions d’admission et le nombre de places 1 ;

  2. iii) L’ordinateur fait le reste selon la règle du classement au mérite ;

  3. iv) Une série d’itérations permet de compléter la répartition qui s’effectue en quatre tours d’orientation.

  • 2  Cette part est passée de 83% à 60 % entre 1997 et 2005.

19Suite à la forte croissance du nombre des bacheliers, on est passé d’un système élitiste, où 3,6 % de la tranche 20-24 ans seulement fréquentaient l’enseignement supérieur, à un système de masse : aujourd’hui, 33.3 % de cette classe d’âge entrent à l’université. Le taux de scolarisation à l’université devrait dépasser 49 % à l’horizon 2010. L’effectif étudiant s’est multiplié par un coefficient de 3,5 entre 1997 et 2005. L’importance de la part des effectifs orientés vers les filières moyennes (BAC+4) 2 et les redoublements dans les facultés ont amplifié la massification de l’enseignement supérieur.

20Ce changement s’effectue dans un contexte où la Tunisie ne peut pas se contenter de reprendre des solutions qui ont permis à certains pays européens, il y a 30 ou 40 ans, de passer d’un enseignement supérieur élitiste à un enseignement supérieur de masse. La Tunisie doit organiser la transformation de son système d’enseignement supérieur en faisant face simultanément à trois problèmes :

  1. tenir compte des attentes et des possibilités offertes par le marché du travail, dans la perspective du développement de l’économie du savoir et l’ouverture à l’économie mondiale, largement engagée depuis la création d’une zone de libre échange avec l’Union européenne ;

    • 3  Le cursus dominant de 4 ans (bac+4), associé au phénomène de redoublement, explique cet allongemen (...)

    répondre à l’accroissement de la demande de formation supérieure, liée à l’accélération des flux d’entrée à l’université et à l’allongement de la durée des études supérieures 3 ;

  2. construire un enseignement supérieur capable d’atteindre ces objectifs et de remplir la mission de recherche inséparable du contexte économique et scientifique international.

21La stratégie adoptée par le ministère de l’enseignement supérieur est basée sur les objectifs suivants (MES, 2002) :

  1. accorder la priorité à l’employabilité  des diplômés ;

  2. s’engager dans un partenariat efficient avec le monde professionnel local et les universités étrangères ;

  3. favoriser la réussite des étudiants ;

  4. veiller à la rénovation pédagogique en s’appuyant sur les possibilités offertes par les techniques de l’information et de la communication ;

  5. cibler la production scientifique selon les priorités de l’économie et les attentes de la société ;

  6. assurer la pérennité du financement.

22Plusieurs défis sont en conséquence à relever.

Les défis à relever

Le défi d’articuler l’éducation, la formation professionnelle initiale et la formation continue pour diversifier les voies de réussite professionnelle

23L’articulation entre les éléments du système d’éducation et de formation doit offrir trois grandes voies d’orientation professionnelle de même valeur ; c’est-à-dire conduisant les trois au sommet de la pyramide de qualification, selon des parcours qui peuvent varier en fonction des contraintes socioéconomiques des individus :

  1. la voie de l’enseignement général ;

  2. la voie de la formation professionnelle initiale ;

  3. la voie de la formation continue pour ceux qui se sont insérés dans le monde du travail.

24L’enjeu est de réduire l’ampleur de la reproduction des inégalités de chance. Pour permettre aux élèves de faire un choix de carrière efficace, le système d’éducation et de formation doit nécessairement leur offrir plusieurs voies de réussite puis les aider par l’information et le conseil à faire le choix le plus adapté à leurs aptitudes (Ben Sedrine, 2004).  A cet égard, le soutien en matière d’information vise à :

  1. fournir à l’élève des occasions de se découvrir lui-même et de découvrir les divers types de formations  et de parcours scolaires possibles, afin qu’il puisse se situer et élargir ses visées professionnelles ;

  2. permettre à l’élève de connaître le profil et les exigences des métiers ;

  3. accompagner l’élève tout au long du processus éducatif pour l’aider à faire son choix qui est nécessairement le résultat d’un compromis entre la formation, la carrière idéale et la réalité des choix qui s’offrent à lui.

  • 4  La théorie du développement vocationnel explique que les choix suivent des phases successives : il (...)

25Il s’agit donc de dispenser une éducation à l’orientation en tant que matière distincte, pour laquelle un volume horaire est formellement prévu dans l’emploi du temps des programmes du 2e cycle de l’enseignement de base et du cycle secondaire 4.

  • 5  Dans le contexte de la libéralisation économique, l’enjeu est de passer d’un modèle de stabilisati (...)

26L’étude de l’Union européenne sur les politiques d’orientation des pays de l’Union, montre la priorité croissante accordée à l’éducation à l’orientation dans les programmes scolaires (Sultana, 2004). Apprendre à s’informer, à choisir et à construire son parcours scolaire prépare à le faire aussi pour son parcours professionnel sur le marché du travail 5. En Tunisie, comme dans les pays de l’OCDE, les responsables des services d’orientation professionnelle sont aujourd’hui confrontés à deux grands défis. Dans le cadre de la politique de formation tout au long de la vie et des politiques actives du marché du travail, ils doivent :

  1. assurer des services qui apprennent aux personnes à gérer leur parcours professionnel au lieu de seulement les aider à prendre des décisions  immédiates ; et

  2. élargir considérablement l’accès des citoyens à l’orientation professionnelle en rendant ces services accessibles d’un bout à l’autre de la vie (OCDE, 2003).

Le passage d’un enseignement élitiste à un enseignement de masse : le défi de pérennisation du financement

27Pour faire face à l’augmentation explosive des effectifs, l’effort financier de l’État a été considérable. La part du budget de l’enseignement supérieur dans le PIB a presque doublé entre 1990 et 2004, passant de 1,2 à 1,98%. Les dépenses en pourcentage du budget de l’État ont évolué selon trois sous-périodes : elles se situaient entre 5 et 6 % au cours de la sous-période 1990-1995, autour de 3,5 % durant la sous-période 1996-2000 pour atteindre 5.5 % en 2004. Cette fluctuation est déterminée en partie par le rythme de construction et d’équipement des établissements d’enseignement supérieur.

28La croissance de l’effectif étudiant doit se poursuivre au cours de la prochaine période du 11e plan (2006-2011), ce qui pose alors le problème de la pérennisation du financement de l’enseignement supérieur. Le financement quasi exclusif par l’État ne peut être accru dans les proportions requises par cette forte croissance. Le durcissement de la contrainte budgétaire, entraîné à la fois par la crise économique et par l’évolution de la philosophie économique dans le sens d’un désengagement général de l’État, a amené les autorités publiques à prendre des mesures pour encourager le secteur privé à investir dans les domaines de la formation et dans la construction de foyers et de restaurants universitaires. Les avantages accordés aux établissements privés sont les suivants :

  1. une subvention de l’investissement qui ne dépasse pas 25 % du coût du projet de création ;

  2. la prise en charge par l’État de 25 % du salaire des enseignants permanents de l’établissement privé durant dix ans ;

  3. la prise en charge par l’État durant cinq ans de la contribution patronale au régime de sécurité sociale, au titre des salaires des enseignants ;

  4. la mise à disposition de terrains pour des investisseurs privés.

29Le partenariat entre les établissements publics et privés est encouragé et les filières homologuées du secteur privé sont présentées dans le guide d’orientation universitaire. Les résultats de la politique de promotion du secteur privé n’ont pas encore atteint l’objectif recherché aussi bien dans le domaine de la formation que dans celui des œuvres universitaires. L’effectif étudiant inscrit dans les établissements privés est encore réduit, au point de ne pas apparaître dans la publication statistique sur les indicateurs de l’enseignement supérieur (MES, 2005). Les foyers privés représentent 17 % de la capacité d’accueil totale de l’ensemble des foyers. Toutefois, une part importante des étudiants réside dans des logements privés.

Le défi de maîtrise de la massification : le développement des filières courtes

30Pour la création de nouvelles filières, le choix s’est souvent porté sur les filières courtes, censées être à forte employabilité, ce qui devrait contribuer à la maîtrise de la massification de l’enseignement supérieur. Ces filières sont développées dans les Instituts Supérieurs d’Enseignement Technologique (ISET) et dans les universités. Entre 1997 et 2005, leur part est passée de 11 à 30 % de l’effectif total des étudiants et de 17 à 39 % de l’effectif des nouveaux inscrits. L’adoption récente en Tunisie du modèle européen « LMD » réduira probablement la durée des études supérieures pour une part importante des étudiants dans la mesure où le cycle de quatre ans (Bac+4) qui correspond au diplôme de la maîtrise sera remplacé par le cycle de trois ans sanctionné par la licence (Bac+3).

La massification de l’enseignement supérieur et le défi de l’employabilité

31Depuis les années quatre-vingt-dix, la croissance des diplômés de l’enseignement supérieur a commencé à poser un problème d’insertion professionnelle (Plassard et Ben Sedrine, 1998 ; Ben Sedrine et Geisser, 2001 ; Ben Sedrine et Gobe, 2004). La taille d’une cohorte de diplômés est passée de sept mille à quarante-huit mille entre 1991 et 2005. De ce fait la question de l’employabilité de ces diplômés est devenue une préoccupation centrale de la politique de l’enseignement supérieur et de la politique active du marché du travail.

32Le développement de formations universitaires professionnelles constitue actuellement une thématique de transformation de l’université, même s’il ne s’agit pas d’une question nouvelle. Elle renvoie à la fois à une préoccupation récurrente du ministère depuis le début des années 1990 : celle de préparer les diplômés de l’université à la vie professionnelle. Cette préoccupation s’est traduite par la création des Instituts Supérieurs d’Enseignement Technologique (ISET). Puis, dans un contexte marqué par l’augmentation du taux de chômage des diplômés, au cours de la période du 10e plan (2002-2006), la question de la professionnalisation de l’enseignement supérieur est devenue l’objectif de plusieurs segments de l’enseignement supérieur.

33Sans faire abstraction de ses fonctions sociales et culturelles, les étudiants ont conscience du rôle économique de l’enseignement supérieur, notamment de sa fonction de préparation à la vie active. Une enquête nationale auprès des étudiants révèle sans ambiguïté que les attentes des étudiants concernent principalement la formation professionnelle ; 65% des étudiants ont la vision d’un enseignement supérieur à orientation professionnelle (Belajouza et Romdhane, 1999). La préparation à une profession et la promotion sociale occupent respectivement la première et la seconde position dans le classement des objectifs de la poursuite d’études dans l’enseignement supérieur, tandis que  la recherche scientifique et l’acquisition du savoir théorique y occupent la troisième position.

Tableau 1 : Pourcentages des étudiants ayant situé le but de la formation au 1er ou au 2e rang

Buts de la formation

Préparation à la profession

Promotion sociale

Recherche scientifique

Savoir théorique

Culture générale

Épanouissement personnel

65

36

29

29

25.5

18

Source : M. Belajouza et M.N. Romdhane, Les étudiants, leurs études et leur vie, Ministère de l’enseignement supérieur, Édition C.P.U, 1999, p. 27.

34Par contre, la question de la professionnalisation de l’enseignement supérieur provoque la réticence du corps enseignant, comme c’est le cas dans tous les pays. Cette attitude est renforcée par le fonctionnement actuel des établissements : l’établissement qui ne satisfait pas la demande de formation des étudiants et la demande de qualification des employeurs n’est pas sanctionnée, comme il pourrait l’être dans le cas où le pilotage de l’enseignement supérieur se ferait par la demande économique. Il importe de souligner que pour certains enseignants, cette réticence traduit la peur que la professionnalisation de l’enseignement supérieur empêche le développement de la liberté de penser.

  • 6  Ils dépendent de la Direction Générale de l’Enseignement Technologique.

35La construction d’un contenu de filière centré sur la préparation à un métier, le renforcement des filières courtes (pour ajuster la pyramide de qualification de l’offre à celle de la demande de compétences) et le développement de la recherche-développement sont les trois objectifs de la politique de professionnalisation de l’enseignement supérieur adoptée en Tunisie. A cet égard, il importe de distinguer deux segments de l’enseignement supérieur professionnel : le premier est formé par les Instituts supérieurs d’enseignement technologique qui sont sous la tutelle du ministère de l’enseignement supérieur mais qui ne dépendent pas des universités 6, et le second segment regroupe des établissements universitaires. Certains instituts de ce dernier segment, récemment créés, ont une vocation professionnelle fortement prononcée au niveau de l’objectif annoncé. L’entrée dans les deux segments se fait par le biais du système d’orientation universitaire évoqué plus haut.

  • 7  Voir le décret n°1939 du 14 décembre 1989, le décret n° 1182 du 22 mai 2001 et le décret n°23 du 8 (...)
  • 8  Convention du 6 avril 2005.

36La diversification des filières dans l’enseignement supérieur a eu tendance à accélérer au cours de ces dernières années, particulièrement dans les filières courtes. Mais ce mouvement de diversification des cursus ne paraît pas s’appuyer sur une approche fondée sur les besoins du marché. La littérature du ministère est en effet muette sur la démarche suivie dans ce domaine et le sens donné au concept de « filière ». En fait, la démarche suivie pour la construction des programmes reste fondée sur une logique disciplinaire. Toutefois, sur le plan institutionnel, un lien formel est établi entre les établissements et le marché du travail 7 : présence des représentants du monde professionnel dans les conseils des établissements et des universités et recours aux professionnels dans la mission de formation, d’une part ; signature récente d’une convention entre le ministère et l’organisation patronale pour développer leur partenariat, d’autre part 8.

37Dans les faits ces mesures institutionnelles ont très peu d’effet. L’absence de liens structurels entre les établissements d’enseignement supérieur et le marché du travail reste une caractéristique importante du fonctionnement de l’enseignement supérieur, si on se réfère aux bonnes pratiques internationales dans ce domaine. La professionnalisation de l’enseignement supérieur en Tunisie est encore une mission à construire.

38Une nouvelle étape du développement de l’enseignement supérieur a été franchie avec l’adoption de l’architecture de l’enseignement supérieur européen « LMD » en 2005. Les offres de formation du nouveau programme de réforme doivent favoriser l’orientation des deux-tiers (2/3)des étudiants vers les parcours appliqués, professionnalisant, et d’un tiers (1/3) des étudiantsvers les parcours fondamentaux, pour relever le défi de l’employabilité des diplômés (MES, 2006). A cet égard, le développement d’un partenariat avec les branches professionnelles est un axe stratégique de la mise en œuvre de cette réforme. La convention signée le 6 avril 2005 entre le ministère et l’organisation patronale prévoit de développer ce partenariat dans les domaines suivants :

  1. La co-construction des licences professionnelles ;

  2. L’identification des besoins des entreprises en compétences ;

  3. L’augmentation du rythme de création d’entreprises et du travail indépendant ;

  4. L’organisation de rencontres et de journées ouvertes entre les diplômés et les chefs d’entreprises ;

  5. Le développement de l’offre de stages pour les étudiants ;

  6. Le développement de la recherche-développement avec les entreprises ;

  7. L’organisation de session de formation complémentaire en entreprise pour améliorer l’employabilité des diplômés ;

  8. La création des laboratoires spécialisés et des pépinières d’entreprises ;

  9. L’encouragement de l’investissement privé dans l’enseignement supérieur.

Tableau 2 : Répartition des étudiants par filière

Nomenclature  CITE

2003-2004

2004-2005

Formation des maîtres

1%

0%

Sciences de l’éducation

1%

1%

Arts et métiers

3%

4%

Lettres

10%

9%

Art et humanités appliquées

8%

8%

Sciences sociales et du comportement

4%

3%

Sciences économiques et économie quantitative

10%

8%

Journalisme et information

1%

1%

Commerce et administration

14%

16%

Droit

8%

7%

Sciences de la vie

4%

4%

Sciences physiques

5%

4%

Mathématiques et statistiques

4%

3%

Sciences informatiques et télécommunications

10%

11%

Ingénierie et techniques apparentées

7%

8%

Industries de transformation et de traitement

1%

1%

Architecture et bâtiment

2%

2%

Agriculture, sylviculture et halieutique

2%

2%

Sciences vétérinaires

0%

0%

Médecine et paramédical

5%

6%

Tourisme, loisir, sport et service

1%

3%

100%

100%

Source : Ministère de l’enseignement supérieur, 50 indicateurs sur l’enseignement supérieur et la recherche.

L’insuffisance de la croissance des secteurs à haut niveau de qualification et le déséquilibre sur le marché du travail des diplômés de l’enseignement supérieur

39Suite à la massification de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur, l’entrée est de plus en plus tardive sur le marché de l’emploi et le niveau d’instruction de la population active suit une tendance à la hausse. En 1966, 8,6% seulement de cette population avait achevé le cycle secondaire. En 2004, près de la moitié de cette population (47,2%) a achevé le cycle secondaire ou un cycle supérieur. Le phénomène le plus important qui marque la configuration du marché du travail est la part croissante de ces diplômés dans le flux annuel de demande additionnelle d’emploi. Elle serait passée de 35 à 70 % entre 2002 et 2006 (MES, 2005).

Malgré une forte croissance économique, le chômage des diplômés de l’enseignement supérieur suit une tendance à la hausse

40Grâce à un rythme régulier de réformes structurelles et à une gestion macroéconomique, la Tunisie a enregistré une croissance rapide et soutenue. Le PIB a augmenté en moyenne de 4,3 % au cours de la décennie qui a suivi le début de la mise en œuvre du programme d’ajustement structurel du milieu des années quatre-vingt, et la croissance est passée à 5,2 % au cours de la période 1997-2001. La diversification des activités économiques a contribué à surmonter les sécheresses qui affligent régulièrement l’agriculture tunisienne. En dépit de ce progrès, les schémas de la croissance et de la création d’emplois se caractérisent par l’insuffisance du développement des secteurs à haut niveau de qualification.

41Au cours des deux dernières décennies, les caractéristiques éducatives des chômeurs ont connu un changement continu. Les deux phénomènes les plus importants à signaler en 2004 sont la persistance d’un nombre élevé de chômeurs n’ayant pas dépassé le niveau de l’éducation primaire d’une part, et la montée rapide de l’effectif des chômeurs diplômés de l’enseignement supérieur d’autre part.

Tableau 3 : Distribution des chômeurs par niveau d’éducation

1984

1994

2004

Effectif

en milliers

Effectif

en milliers

Effectif

en milliers

Analphabète

85,0

92,1

52,4

Primaire

111,2

180,4

179,6

Second cycle de l’enseignement de base et secondaire

47,0

98,9

159,3

Supérieur

1,7

6,3

40,7

ND

0,7

0,9

Total

245,0

378,4

432,9

Source : INS, Recensement de la population et des logements, 1994, 2004.

42L’émergence du problème du chômage des diplômés de l’enseignement supérieur est visible aussi bien dans les effectifs absolus des chômeurs que dans l’évolution du taux de chômage. Ce taux est passé de 3,8% en 1994 à 10,2% en 2004 (voir graphique ci-dessous). Le phénomène genre, présent dans le chômage en général, est plus important dans le chômage des diplômés de l’enseignement supérieur puisque le taux de chômage des hommes diplômés du supérieur est inférieur de 5 points par rapport à celui des femmes, 9% pour les hommes et 14% pour les femmes.

43En moyenne, dans les pays de l’OCDE, les diplômés de l’enseignement supérieur connaissent un taux de chômage inférieur à 4% et les femmes diplômées du supérieur connaissent un taux de chômage inférieur à celui des hommes (3,3% pour les hommes et 3,6% pour les femmes). La comparaison avec le Maroc montre que la situation en Tunisie est relativement meilleure, aussi bien pour les sortants du cycle supérieur que pour les sortants du secondaire. En 2004, le taux de chômage des sortants de l’enseignement supérieur est de 28,5 % au Maroc, contre 10.2 % en Tunisie. L’écart entre les taux de chômage est également important dans le cas des sortants de l’enseignement secondaire (voir graphique ci-dessous).

44La comparaison de certains résultats des modèles de développement économique et social en Tunisie et au Maroc montre que dans les deux pays la croissance économique est pauvre en emplois hautement qualifiés. Mais la situation économique et sociale est plus grave au Maroc au regard des indicateurs sur le développement humain, la compétitivité des entreprises, la dynamique d’adhésion des entreprises au programme de mise à niveau, la part de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté et le niveau du taux de chômage des diplômés du supérieur. La part sectorielle de l’emploi industriel et des services est plus élevée en Tunisie qu’au Maroc ; signe d’une économie plus diversifiée et moins dépendante des aléas du secteur agricole. Le taux élevé de la pauvreté absolue au Maroc est en partie l’effet de la prépondérance de l’emploi agricole. Par ailleurs, la régulation du marché du travail par la création d’emplois dans les services publics est en Tunisie plus prononcée qu’au Maroc (voir tableaux ci-dessous).

Tableau 4 : Comparaison des résultats du développement économique et social tunisien et marocain

Maroc

Tunisie

Classement selon l’indicateur IDH 2004 (1)

125e rang sur

177 pays

92e rang sur

177 pays

Classement selon l’indicateur de compétitivité économique (2)

61e sur

102 pays

36e sur

102 pays

Dynamique d’adhésion des entreprises au programme de mise à niveau  (nombre d’entreprises en 2004)

363

2950

Performance à l’exportation : exportation en dollars 1998-2002 (3)

-1,9 %

+ 4 ,3 %

% de la population en dessous

du seuil de pauvreté (3)

20 %

4.1 %

Taux de chômage en 2004 (4)

niveau secondaire

niveau supérieur

23,5 %

28,5 %

14,1 %

10, 2 %

Sources : (1) Rapport sur le Développement Humain, 2004.  (2) Rapport du Forum économique mondial, 2003. (3) AFD, Les programmes de mise à niveau : Tunisie, Maroc, Sénégal, Paris, 2005. (4) Tunisie, Institut National de la Statistique – Maroc, Direction de la statistique, Rabat.

Tableau 5 : Distribution sectorielle de la population active occupée,  2004

Maroc (1)

Tunisie (2)

Agriculture

45.8

16.3

Industrie y compris BTP

19.4

34.3

Service

(dont services publics)

(dont services privés)

34.8

(9.3)

(25.5)

49.4

(19.3)

(30.1)

Total

100.0

100.0

Sources : (1) Maroc, Direction statistique, Rabat, cité par Mehdi Lahlou, Chômage et politique de l’emploi au Maroc, 2005, publication interne de la GTZ ; (2) Tunisie, INS Recensement 2004.

Une part du chômage est liée à l’imperfection de l’information professionnelle des diplômés

45Le chômage en Tunisie a deux aspects. Le premier est structurel en raison du petit nombre d’emplois hautement qualifiés générés par la croissance économique. Le second aspect est frictionnel. Il s’explique par l’information imparfaite sur le marché du travail qui est liée à la fois à :

  1. une articulation insuffisante entre le système d’éducation et le système productif,

  2. l’absence d’un système d’orientation professionnelle dans le système éducatif, et à

  3. l’efficacité limitée du système d’orientation professionnelle sur le marché du travail.

46Mal informés sur les conditions du marché du travail, les diplômés formulent alors  des exigences incompatibles avec la réalité de ce marché ; ce qui prolonge la durée de leur chômage. Il s’agit d’un emploi de réserve dont les caractéristiques se réfèrent au modèle de l’emploi stable et au niveau des salaires dans le secteur public (Plassard et Ben Sedrine, 1998). Le caractère frictionnel du chômage concerne les tranches d’âge 20-24 et 25-29 ans ; c’est pourquoi le taux de chômage de cette catégorie est croissant selon le niveau éducatif. Le même phénomène est observé au Maroc.

47Avec la libéralisation économique, la réalité du marché du travail a changé en Tunisie. Les privatisations des entreprises publiques et la contrainte budgétaire qu’a subi la fonction publique ont réduit le rôle du secteur public dans la régulation du marché du travail. Le niveau du salaire offert par le secteur privé est aujourd’hui inférieur à celui du secteur public et l’emploi offert est devenu précaire. Les licenciements collectifs, notamment dans les branches économiques les plus touchées par la concurrence internationale, ont pris de l’ampleur. C’est le cas, par exemple, dans le secteur textile-habillement qui occupe une place très importante dans le tissu industriel tunisien (BIT-UGTT, 2005). Les réseaux sociaux ont vu leur rôle se développer dans l’orientation professionnelle et le placement. Par conséquent la nouvelle configuration du marché du travail pose, avec plus d’acuité que dans le passé, le problème de l’imperfection de l’information sur le marché du travail.

Typologie des demandeurs d’emploi issus de l’enseignement supérieur

48Les demandeurs d’emploi issus de l’enseignement supérieur, inscrits auprès des services de l’emploi au cours de l’année 2001, étaient au nombre de 48 000. Pour définir la typologie du chômage, on a eu recours aux données de l’Agence nationale de l’emploi et du travail indépendant qui met en œuvre, sous la tutelle du ministère de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des jeunes, la politique publique relative à la promotion de l’emploi.

49Ces données permettent le suivi d’une cohorte de demandeurs d’emploi classés selon plusieurs paramètres tels que l’année d’obtention du diplôme, l’année d’inscription au fichier des bureaux d’emploi, la spécialité de la formation, l’établissement où a lieu la formation et la région. Elles permettent également de connaître l’itinéraire de ces demandeurs d’emploi en termes de tentative de placement, de stages, jusqu’à leur sortie du fichier de l’Agence. Ces demandeurs ont été classés en 4 catégories :

50Catégorie 1 : le noyau dur du chômage. Ce sont des demandeurs d’emploi qui sont inscrits de manière continue comme demandeurs d’emploi et qui n’ont bénéficié d’aucun stage ni d’aucun placement. Ils ont connu au moins 4 années de chômage continu.

51Catégorie 2 : il s’agit d’une catégorie voisine de la première. Ce sont des demandeurs d’emploi qui sont encore à la recherche d’emploi quatre ans après l’obtention du diplôme, mais qui, contrairement aux premiers, ont pu effectuer des stages ou bénéficier de placement, sans que cela leur permette de s’insérer de manière durable.

52Catégorie 3 : elle est constituée de demandeurs d’emploi qui ont pu s’insérer de manière durable avec plus ou moins de retard mais sans retour au chômage.

53Catégorie 4 : elle est constituée de demandeurs insérés mais qui ont connu une période d’instabilité au cours de laquelle insertion et chômage se sont succédés de manière répétitive.

54L’intérêt de ce fichier réside dans le fait que l’immense majorité des diplômés de l’enseignement supérieur s’adresse aux services de l’emploi. Ainsi, à titre d’exemple, plus de 85% des diplômés de l’année 2001 (vingt cinq mille diplômés) se sont inscrits à ces services. Les autres 15% peuvent aussi bien être des diplômés qui n’éprouvent pas de difficulté d’insertion et se placent par leurs propres moyens que des diplômés non insérés mais qui visent un secteur spécifique du marché du travail dont l’accès n’est pas conditionné par une inscription aux services de l’emploi, tels que le secteur de l’éducation.

55La cohorte des diplômés de 2001 a été choisie parce qu’elle permet un suivi sur une longue période de recherche d’emploi, jusqu’à fin 2004. Comment se classent alors les diplômés de l’enseignement supérieur de la promotion 2001 dans les 4 catégories indiquées plus haut ?

56On observe que 4 ans après leur entrée sur le marché du travail, 49% des diplômés du supérieur inscrits auprès des bureaux de l’emploi sont encore chômeurs. Les autres 51% ont réussi à s’insérer après des durées plus ou moins courtes.

Tableau 6 : Ventilation de la cohorte 2001 suivie sur 4 ans

Fréquence

Pourcentage

Catégorie 1 (noyau dur du chômage)

8174

39,2

Catégorie 2 (catégorie voisine de la première)

2131

10,2

Catégorie 3

9369

44,9

Catégorie 4

1180

5,7

Total

20854

100,0

Effectif des diplômés de l’année 2001

25000

Source : Saïd Ben Sedrine et Abdelaziz Halleb, Politique de formation et de l’emploi en Tunisie, 2005, Étude GTZ .

Différenciation du processus d’insertion professionnelle des demandeurs d’emploi issus de l’enseignement supérieur

57Vue de plus près, la situation de ces demandeurs d’emploi varie selon le type de diplôme obtenu. Les ingénieurs et les diplômés dans les métiers de la santé ne figurent dans les catégories 1 et 2 (encore demandeurs) que pour 30% au maximum, alors que ces deux catégories englobent 53 à 60% de titulaires d’une maîtrise ou d’une thèse.

58D’autre part, à l’intérieur de la catégorie « maîtrise », globalement en difficulté, la situation varie fortement d’une spécialité de formation à une autre, les diplômés en sciences humaines, en économie, en gestion et en droit éprouvant plus de difficulté d’insertion que les autres.

Tableau 7 : Part des insérés et des non-insérés par diplôme

Catégories 1&2

Non insérés

Catégories 3&4

Insérés

Total

Diplôme médical

26

74

100

Diplôme d’ingénieur

30

70

100

Diplômes de filière courte

46

54

100

Diplôme de maîtrise

53

47

100

Thèses de doctorat

61

39

100

Moyenne

49

51

100

Source : Saïd Ben Sedrine et Abdelaziz Halleb, Politique de formation et de l’emploi en Tunisie, 2005, Étude GTZ.

Tableau 8 : Part des non-insérés par spécialité du diplôme de maîtrise (Bac+4)

Spécialités de la maîtrise

Part dans les Catégories 1& 2

Philosophie

75%

Langue arabe

69%

Géographie

68%

Histoire

67%

Sciences économiques

65%

Droit

63%

Comptabilité et Finances

61%

Gestion

54%

Source : Saïd Ben Sedrine et Abdelaziz Halleb, Politique de formation et de l’emploi en Tunisie, 2005, Étude GTZ.

59La corrélation est forte entre la difficulté d’insertion d’une part, le type de diplôme et la spécialité de formation d’autre part. Il existe cependant une autre corrélation qui mérite d’être soulignée, celle qui existe entre la difficulté d’insertion et la région de recherche d’emploi. En effet, à titre d’exemple, les diplômés à la recherche d’un emploi dans le Centre-Est et dans le Grand Tunis souffrent moins du chômage que ceux du Sud-Ouest, et ce indépendamment du diplôme obtenu.

Tableau 9 : Part des non-insérés et des insérés par région

Catégories 1&2

Non insérés

Catégories 3&4

insérés

Total

Centre- Est

43%

47%

100

Grand Tunis

46%

54%

100

Nord-Est

50%

50%

100

Centre-Ouest

53%

47%

100

Sud-Est

54%

46%

100

Nord-Ouest

57%

43%

100

Sud-Ouest

62%

38%

100

Moyenne

49%

51%

100

Source : Saïd Ben Sedrine et Abdelaziz Halleb, Politique de formation et de l’emploi en Tunisie, 2005, Étude GTZ.

Durée de recherche d’emploi pour les diplômés de l’enseignement supérieur

60Pour les demandeurs d’emploi qui ont réussi une insertion professionnelle, soit à peu près la moitié de la cohorte de 2001, la durée de recherche est variable. Près de 40% ont réussi à s’insérer au cours de la première année de recherche d’emploi, 35% n’ont pu le faire qu’au cours de la deuxième année alors que les 25% restants ont dû attendre 3 à 4 ans avant de réussir une insertion durable. La durée moyenne de recherche est de 2,25 années.

Tableau 10 : Distribution des insérés selon la vitesse d’insertion

Effectif

Part

Insérés au cours de la 1re année

4083

38%

Insérés au cours de la 2e année

3665

35%

Insérés au cours de la 3e année

2175

21%

Insérés au cours de la 4e année

617

6%

Total

10540

100 %

Source : Saïd Ben Sedrine et Abdelaziz Halleb, Politique de formation et de l’emploi en Tunisie, 2005,  Étude GTZ.

Qui recrute les diplômés de l’enseignement supérieur ?

61Nous proposons de répondre à cette question à partir des données sur le placement des diplômés de l’enseignement supérieur fournies par l’Agence tunisienne de l’emploi pour la période 2000-2004. Les réponses seront examinées selon le niveau du diplôme et la spécialité de formation, pour mettre en évidence la différenciation du processus de placement de ces diplômés.  

62La notion de placement implique deux personnes (le diplômé en quête d’emploi et un employeur ayant un poste à pourvoir), une mise en relation (découlant de l’intervention d’un intermédiaire, les bureaux d’emploi), un processus (l’opération de placement considérée sous l’angle de sa matérialité), et la relation d’emploi pouvant en résulter (contrat de travail typique ou atypique).

Des branches plus ouvertes que d’autres aux diplômés de l’enseignement supérieur

63Au cours de la période 2000-2004, le placement de chaque catégorie de diplômés de l’enseignement supérieur se distribue en plusieurs branches d’activités économiques industrielles et plus particulièrement en plusieurs branches de services publics et privés. En moyenne, toutes catégories confondues, 70% sont placés dans les services et 28 % dans l’industrie. L’accès à un emploi dans l’industrie est plus fréquent que la moyenne pour les ingénieurs et les titulaires d’un diplôme de 1er cycle tandis que l’accès à un emploi dans le secteur des services est plus fréquent pour les titulaires d’une maîtrise.

Tableau 11 : Distribution des diplômés placés par secteur d’activité selon le niveau du diplôme

Diplôme 1er cycle

Maîtrise

Ingénieur

Diplôme 3e cycle

Diplôme de médecine et de pharmacie

Total

Agriculture et pêche

2,8%

1,4%

6,9%

2,4%

2,2%

2,3%

Industrie

36,3%

21,8%

40,2%

19,0%

17,7%

28,2%

Service

60,9%

76,8%

53,0%

78,6%

80,1%

69,5%

Total

100,0%

100,0%

100,0%

100,0%

100,0%

100,0%

Source : Saïd Ben Sedrine et Abdelaziz Halleb, Politique de formation et de l’emploi en Tunisie, 2005, Étude GTZ.

64La distribution du placement des diplômés par branche révèle que certaines branches leurs sont ouvertes plus que d’autres, jouant de ce fait le rôle de débouché professionnel particulier au cours de la période 2000-2004. Dans le secteur des services, l’administration publique, les bureaux d’études et de conseils, le commerce, l’éducation et la santé sont les principaux débouchés des diplômés, situation assez courante depuis longtemps. Inversement, les branches des transports, des télécommunications, des banques et du tourisme expriment encore une faible demande de diplômés de l’enseignement supérieur.

65Dans le secteur de l’industrie, on constate le recrutement de diplômés dans trois branches : l’industrie du textile et de l’habillement, l’IMME et le BTP. On peut dire que les diplômés en sciences techniques sont relativement les plus demandés par le secteur industriel puisque 55 % y ont trouvé un poste. Enfin, le secteur agricole joue un rôle marginal dans la demande de diplômés du supérieur de toutes catégories.

Tableau 12 : Distribution des diplômés placés par secteur d’activité selon la spécialité du diplôme

Sciences agronomiques

Sciences fondamentales

Sciences techniques

Sciences sociales

Sciences humaines

Médecine, pharmacie, biologie et paramédical

Agriculture et pêche

23,8%

1,6%

1,2%

1,6%

,7%

,4%

2,3%

 Industrie

26,8%

25,7%

55,0%

24,8%

14,2%

10,9%

28,4%

Service

49,4%

72,7%

43,8%

73,5%

85,1%

88,8%

69,3%

Total

100,0%

100,0%

100,0%

100,0%

100,0%

100,0%

100,0%

Source : Saïd Ben Sedrine et Abdelaziz Halleb, Politique de formation et de l’emploi en Tunisie, 2005. Étude GTZ.

66En termes de taille des établissements, trois pôles de recrutement apparaissent pour toutes les catégories de diplômés. Les établissements de taille inférieure ou égale à dix salariés et ceux dont la taille est supérieure à 50 salariés constituent, en moyenne, deux pôles de placement de même importance, chacun ayant accueilli environ 38 % des personnes placées par les bureaux d’emploi.

Tableau 13 : Distribution des diplômés placés par taille d’entreprise selon le niveau du diplôme

Taille de l’entreprise

Diplôme de 1er cycle

Maîtrise

Ingénieur

Diplôme de 3e cycle

Diplôme de médecine et de pharmacie

Ensemble

<= 10 salariés

38,9

39,0

31,6

38,6

39,1

38,4

Taille de l’entreprise

Diplôme de 1er cycle

Maîtrise

Ingénieur

Diplôme de 3e cycle

Diplôme de médecine et de pharmacie

Ensemble

11-50 salariés

22,2

23,5

21,6

21,6

16,2

22,7

>= 51 salariés

38,9

37,5

46,8

39,7

44,7

38,8

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Source : Saïd Ben Sedrine et Abdelaziz Halleb, Politique de formation et de l’emploi en Tunisie, 2005. Étude GTZ.

Durée de recherche d’emploi avant l’accès à l’emploi 

67Le calcul de la durée moyenne entre la date de placement et celle de l’obtention du diplôme révèle des différences de situation entre les différentes catégories de diplômés. Pour ceux qui accèdent à l’emploi, directement ou sans le passage par un stage « SIVP », la durée de séjour sur le marché du travail est en moyenne supérieure à deux ans. Elle est particulièrement élevée pour les titulaires d’une maîtrise ; inversement la vitesse d’insertion est relativement meilleure pour les diplômés du 1er cycle dans la mesure où la durée de recherche de l’emploi occupé est inférieure à la moyenne (voir tableau ci-dessous).

Tableau 14 : Durée moyenne entre l’année de placement et l’année d’obtention du diplôme par type de placement selon le niveau du diplôme

Type de placement

Niveau du diplôme

Moyenne

N

Ecart-type

Insertion suite à un stage « SIVP »

Diplôme 1er cycle

2,10

5674

1,47

Maîtrise

2,85

8677

1,65

Ingénieur

2,23

970

1,61

Diplôme de 3e cycle

2,30

203

1,70

Diplôme de médecine et de pharmacie

2,55

245

1,71

Total

2,53

15769

1,63

Placement direct en emploi

Diplôme 1er cycle

2,05

7702

2,49

Maîtrise

2,98

11689

2,47

Ingénieur

2,36

1748

3,37

Diplôme 3e cycle

2,59

190

3,34

Diplôme de médecine et de pharmacie

2,22

196

2,38

Total

2,59

21525

2,61

68Pour ceux qui ont encore le statut de stagiaire, la durée d’attente pour l’accès à ce statut est en moyenne d’un an après l’obtention du diplôme. Elle est inférieure à cette moyenne pour les ingénieurs et les diplômés du 1er cycle ; inversement, elle est supérieure pour les titulaires de la maîtrise (voir graphique ci-dessous). Ces derniers représentent toujours la catégorie qui a le plus de difficultés sur le marché du travail, quel que soit le type d’intervention des bureaux d’emploi, sachant qu’elle représente la part la plus importante dans le flux de diplômés de l’enseignement supérieur.

La gestion du déséquilibre du marché du travail des diplômés de l’enseignement supérieur

69La Tunisie n’a pas de régime national d’indemnité de chômage. De ce fait, sa politique de gestion du marché du travail est exclusivement active, par opposition au caractère « passif » associé à l’existence d’un  régime national d’indemnisation du chômage. Pour maîtriser le déséquilibre entre l’offre et la demande d’emploi engendré par cette mutation, les pouvoirs publics ont entrepris des changements en profondeur de leurs modes d’intervention pour s’orienter vers une « politique active de l’emploi » basée sur la mise en œuvre d’une batterie très étendue d’instruments d’appui à l’insertion, d’adaptation professionnelle et d’incitation/préparation à la création de micro-entreprises.

70Les dépenses globales liées aux politiques actives de l’emploi sont passées d’environ 1 716 à environ 2 350 millions de dinars tunisiens entre le 9e et le 10e plan : autrement dit une augmentation de 37 %. En 2002, ces dépenses représentaient 1,5 % du PIB, ce qui était un niveau supérieur à celui de nombreux pays de l’OCDE où ce ratio variait entre 0,1 et 0,8 %. Les micro-crédits et les mesures ciblées concernant les jeunes ont absorbé respectivement 42 et 37 % des dépenses liées aux politiques actives au cours de la période 2002-2006 (Banque mondiale, 2003).

71Les diplômés de l’enseignement supérieur bénéficient d’un traitement assez privilégié. Des bureaux d’emplois spécifiques ont été créés dans les grands centres urbains et des programmes d’emplois sont élaborés pour les aider à s’insérer dans un emploi salarié ou à s’installer à leur compte.  

Les objectifs des programmes d’emploi témoignent d’une démarche plurifactorielle dans la politique active de l’emploi

72Le dispositif d’aide à l’insertion professionnelle des jeunes met d’abord l’accent sur le manque de « pratique » des formés. Dans le cas des diplômés de l’enseignement supérieur qui représentent aujourd’hui une part importante des bénéficiaires de ce dispositif, cela revient à traiter en aval, de manière indirecte, la professionnalisation du supérieur. Ne pouvant le faire en amont, on reporte sur la sortie et sur les entreprises la fonction d’adaptation de la formation formelle à l’emploi. Certaines entreprises considèrent que le diplôme n’est pas toujours un signal prédicteur de compétences acquises et d’une productivité potentielle. Le dispositif leur offre alors la possibilité de minimiser le risque de recruter un diplômé non productif.

  • 9  Du côté de l’offre de travail, le chercheur d’emploi mal informé fixe un objectif de recherche  (« (...)

73L’aspect informatif du dispositif est important. L’imperfection de l’information sur le marché du travail contribue à la co-existence de chômage et d’offres d’emplois non satisfaites. On considère que les diplômés ignorent le monde du travail, ses possibilités et ses contraintes. Le dispositif leur offre l’opportunité de découvrir ce monde et de définir au terme de leur stage une stratégie d’insertion professionnelle qui prend en considération la réalité du marché du travail. Simultanément, le dispositif offre à l’entreprise l’opportunité de connaître les compétences et le comportement des demandeurs d’emploi pour fixer des exigences de recrutement proches de la réalité du marché du travail. L’information doit contribuer à réduire le temps d’ajustement entre l’offre et la demande et par voie de conséquence elle réduit le chômage lié à l’imperfection de l’information 9.

  • 10  Le droit social regroupe le droit du travail, le droit de la sécurité sociale et le droit conventi (...)

74Le dispositif compense ou réduit le coût lié à l’embauche et aux contraintes du droit social. Les contrats « SIVP » et « CEF » sont des contrats atypiques qui offrent effectivement cette possibilité dans la mesure où ils assurent un coût de la main d’œuvre nettement inférieur à celui prévu par le droit social. Dans le cas particulier des diplômés de l’enseignement supérieur, le dispositif de stage « SIVP » et les subventions salariales  accordées au moment de leur recrutement constituent les instruments d’une nouvelle forme de régulation du marché du travail incitant le secteur privé à se substituer au secteur public, débouché traditionnel de cette catégorie de diplômés. Ce changement vise simultanément trois objectifs : aider à l’insertion professionnelle des diplômés du supérieur, encourager les entreprises privées à améliorer leur compétitivité par la mobilisation d’une main d’œuvre hautement qualifiée pour le développement d’une économie du savoir et, à long terme, maîtriser la masse salariale dans la fonction publique en  évitant le recrutement de diplômés du supérieur dont le nombre est en forte croissance. Compte tenu de l’effectif concerné par cette nouvelle régulation, ces contrats de travail atypiques devraient développer un segment du marché du travail en dehors des contraintes du coût de la main-d’œuvre liées au droit social 10.

75Le dispositif relève aussi de l’ambition de lutter contre la discrimination sur le marché du travail. Certains demandeurs d’emploi n’accèdent pas à l’emploi en raison de leur sexe, de leur origine sociale modeste ou d’autres critères de discrimination. L’intervention des programmes d’emploi peut exercer une discrimination positive par l’octroi d’une subvention salariale favorisant leur insertion professionnelle. Certains programmes en milieu urbain ou rural visent à lutter contre la pauvreté et la discrimination sociale.

76Le dispositif témoigne enfin d’une grande ambition d’accompagnement des transformations économiques en cours, pour édifier une économie du savoir et dynamiser la création des entreprises. Les programmes de promotion de la micro-entreprise ciblant des personnes qualifiées de niveau intermédiaire ou supérieur agissent sur deux volets pour dynamiser la création des petites entreprises : faciliter l’accès aux micro-crédits pour une population large, notamment d’origine sociale modeste et donner une formation adaptée à la gestion d’une micro-entreprise. Dans le cadre des pépinières d’entreprises et des pôles technologiques qui seront développés au cours de la période 2005-2009,  la promotion de la micro-entreprise doit contribuer principalement au développement de l’économie du savoir.

Évolution et poids relatif des bénéficiaires des programmes d’emploi

77En 1999, les diplômés du supérieur représentaient 24% de l’effectif total des bénéficiaires de la politique active de l’emploi alors qu’ils ne représentaient que 4,5% de l’effectif total des chômeurs ; soit un écart de distorsion de 19,5 points. Depuis 2000, cet écart a suivi une tendance à la baisse pour devenir égal à 5 points en 2004 ce qui traduit une amélioration relative du ciblage de la politique active en fonction de la structure éducative des chômeurs.

78L’accès au statut de salarié est le principal débouché de l’aide à l’insertion professionnelle des  diplômés de l’enseignement. Le programme « Stage d’initiation à la vie professionnelle » (SIVP1), premier dispositif créé spécifiquement pour ces diplômés, demeure l’instrument le plus important de la régulation de leur marché du travail. Le jeune perçoit au cours du stage une bourse variant entre 100 et 250 DT, selon la spécialité. L’employeur peut lui donner un complément, sans que cela soit obligatoire. D’autres mesures sont prises pour subventionner l’emploi des diplômés recrutés sous un contrat de travail typique : prise en charge de la contribution patronale à la sécurité sociale et subvention de 50 % du salaire durant une période de sept ans.

79La Banque Tunisienne de Solidarité, le Fonds National pour l’Emploi (Fons21-21) et d’autres sources de financement accordent des crédits avantageux pour aider les diplômés à  créer leur propre entreprise, notamment dans les activités à haute valeur ajoutée. La stratégie de promotion de la micro-entreprise vise deux objectifs : mobiliser les diplômés de l’enseignement supérieur au développement des secteurs à haute valeur ajoutée et faire de l’emploi une alternative d’insertion professionnelle pour ces diplômés.

L’efficacité et l’équité des programmes d’emploi sont inconnues

80On peut distinguer deux types de fonction des dispositifs mis en place : la fonction affichée qui renvoie à l’objectif officiel tel qu’il est annoncé explicitement ou implicitement par les pouvoirs publics et la fonction effective qui désigne la contribution réelle d’une mesure au fonctionnement du marché du travail, et renvoie donc à ses effets recherchés et pervers.

81Les évaluations des programmes d’emploi en Europe et aux États-Unis ont suivi des approches très exigeantes au plan méthodologique. Elles font état le plus souvent de nombreux effets, certains étant recherchés alors que d’autres sont indésirables car ils limitent la portée voire la légitimité des programmes qui régulent le marché par la subvention à l’emploi.

82Alors que des programmes d’emploi ont été très tôt massivement déployés en Tunisie, il n’en existe pas d’évaluation rigoureuse. Fautes de données pertinentes, notre analyse se limitera à formuler des hypothèses sur la nature de leurs effets. Aujourd’hui, les subventions à l’embauche bénéficient à toutes les entreprises. Il convient donc de prendre en considération  l’hétérogénéité des politiques de l’emploi telles qu’elles se dessinent dans l’action des entreprises, en tant que résultat du calcul économique auquel elles se livrent.

83On peut distinguer trois types d’employeurs selon le comportement d’embauche et de gestion des diplômés de l’enseignement supérieur :  

  1. les entreprises privées adoptant un modèle de compétitivité qui exige le recours à ces diplômés, sous condition que leur qualification réelle réponde à leurs exigences ;

  2. les entreprises privées dont le modèle de compétitivité est fondé principalement sur la maîtrise du coût des facteurs de production, et dont la position sur la chaîne des valeurs  implique un faible recours aux diplômés de l’enseignement supérieur ;

  3. le secteur public, débouché traditionnel des diplômés de l’enseignement supérieur mais qui ne peut plus, comme par le passé, jouer un rôle de régulateur du marché ; le nouveau contexte se caractérise désormais par l’impératif de compression maximale des dépenses publiques en même temps que par l’amélioration de l’efficacité administrative et managériale des services publics.

Hypothèses sur les effets des programmes dans le secteur privé

84La politique économique de la Tunisie cherche à encourager le développement du premier type d’entreprises pour améliorer la compétitivité de l’économie et enrichir le contenu en emploi qualifié de la croissance économique. Dans ce segment particulier, les mesures de la politique active de l’emploi pourraient avoir plusieurs effets.

  • 11  La théorie « insiders/outsiders » ou théorie de la négociation salariale, explique des situations (...)

85L’effet le plus recherché est un effet de substitution du travail au capital selon la logique traditionnelle de la demande de facteurs. L’entreprise recrute davantage de diplômés du supérieur dont le prix a baissé relativement au capital. L’effet formation est recherché par plusieurs dispositifs ; les salariés recrutés grâce aux subventions acquièrent de l’expérience, actualisent leurs connaissances, et accroissent leurs chances d’occuper un emploi durable. Dans le cas des entreprises où les syndicats ont un pouvoir de négociation excessif, les salariés déjà embauchés sont difficiles à remplacer. La subvention à l’emploi peut alors réduire le coût de remplacement d’un « insider » ou affaiblir le pouvoir de négociation du syndicat, et ainsi contribuer à baisser les salaires et accroître l’emploi ; c’est l’effet d’affaiblissement des insiders 11. La subvention à l’emploi offre à l’entreprise l’opportunité de limiter les horaires des salariés non subventionnés afin de bénéficier de postes de travail subventionnés. Ou encore l’entreprise peut substituer des régimes d’emplois subventionnés à ceux qui ne le sont pas (exemple des temps pleins face à des temps partiels) ; c’est l’effet de substitution horaire. Sous la contrainte budgétaire, la subvention à l’emploi est rationnée. De ce fait un effet de déplacement apparaît. Les entreprises subventionnées, jouissant d’un avantage compétitif, supplantent leurs concurrentes ou étendent leurs parts de marché à leurs dépens : il y a donc substitution du travail subventionné à du travail non subventionné à travers cette distorsion de la concurrence.

86Cet ensemble d’effets incite les entreprises à recruter les diplômés de l’enseignement supérieur et donne de l’efficacité à la politique active de l’emploi. Par contre d’autres effets sont pervers car ils réduisent son efficacité et son équité. Il s’agit des effets suivants :

  1. Effet d’aubaine : l’entreprise touche une subvention pour des embauches qu’elle aurait de toutes façons réalisées ;

  2. Effet d’écrémage : les entreprises trient parmi les salariés susceptibles d’être embauchés dans le cadre de la subvention et ne recrutent que les catégories qu’elles auraient spontanément embauchées. Autrement dit la population en difficulté et qui est la cible de la subvention se trouve ainsi exclue.  

  3. Effet de rotation : les entreprises remplacent une personne subventionnée pendant une période donnée par une autre subventionnée pour la période suivante.

  • 12  Ce comportement apparaît clairement dans les trajectoires d’insertion professionnelle.

87Enfin il existe un effet qui concerne le comportement des travailleurs plutôt que celui des entreprises. Les subventions à l’emploi incitent certaines personnes à passer de l’inactivité à l’activité c’est l’effet « travailleur additionnel » ou effet d’appel. Ceci concerne particulièrement les femmes diplômées de l’enseignement supérieur 12.

88Les entreprises privées tunisiennes dont le modèle de compétitivité est fondé principalement sur la baisse du coût des facteurs sont encore dominantes, comme le révèle le faible contenu en emplois qualifiés de la croissance économique. Leur besoin en diplômés de l’enseignement supérieur est donc très limité. Toutefois, les subventions à l’emploi peuvent inciter à dépasser ce besoin en créant un effet de déplacement catégoriel : l’entreprise substitue les diplômés de l’enseignement supérieur à une autre catégorie de salariés moins qualifiée, afin de bénéficier de la subvention. Cet effet apparaît au travers de la hausse du niveau d’éducation de la population active occupée, qu’accompagne la déqualification des diplômés du supérieur.

Hypothèses sur les effets des programmes dans le secteur public

89Les orientations libérales imposent aujourd’hui au secteur public de maîtriser sa masse salariale. De ce fait, la régulation du marché du travail ne se fait plus par le recours exclusif du secteur public au recrutement dans le cadre réglementaire du statut de la fonction publique ou dans celui des établissements publics : il se fait de plus en plus sous un statut atypique créé par le recours aux programmes d’emploi.

90Du point de vue de la politique budgétaire, les programmes d’emploi donnent un effet de maîtrise de la croissance de la masse salariale régie par les règles en vigueur du statut du personnel dans le secteur public (promotion, augmentation de salaires, etc.) Du point de vue de la politique active de l’emploi, on obtient un effet de régulation du marché. Du point de vue du diplômé, l’effet obtenu est une insertion temporaire qui pourrait faciliter une stabilisation dans la fonction publique à moyen terme si cette expérience professionnelle favorise la réussite à un concours. Dans le cas contraire, l’effet formation de l’insertion temporaire pourrait faciliter l’accès à un emploi salarié dans le secteur privé. Les effets des programmes d’emploi sont donc complexes et il est difficile de mesurer leur efficacité et leur équité à partir des données disponibles.

91Il importe de souligner que l’effet « expérience » ou « formation » affiché par la politique active de l’emploi pose deux problèmes. D’abord, le progrès enregistré par plusieurs pays dans leur politique d’amélioration de l’enseignement supérieur est le fait d’un pilotage de plus en plus marqué par la demande économique. L’ingénierie de la formation et l’organisation du système assurent une formation qui répond aux besoins des entreprises. Cette action en amont est de nature à ramener à un niveau raisonnable le poids excessif donné aux programmes d’emploi. Le deuxième problème qui se pose est relatif à la qualité de l’effet formation des programmes d’emploi. L’absence d’ingénierie de la formation réduit l’efficacité de ces programmes.

92On peut supposer que sous l’effet croissant du chômage des diplômés, la nouvelle réforme de l’enseignement supérieur et l’impulsion donnée à la création des entreprises dans les activités à haute valeur ajoutée contribueront à atténuer l’ampleur des problèmes. C’est le défi à relever au cours de la prochaine décennie.

Bibliographie

- AFD, « Les programmes de mise à niveau : Tunisie, Maroc, Sénégal », Paris, 2005.

- Banque Mondiale, « République tunisienne, Stratégie de l’emploi », vol. I, Rapport principal, 2003.

- Belajouza M. et Romdhane M.N., Les étudiants, leurs études et leur vie, ministère de l’Enseignement supérieur, Édition C.P.U, 1999.

- Ben Sedrine S., « Rendement interne de l’enseignement supérieur et mécanismes d’orientation universitaire », dans Plassard J.M. et Ben Sedrine S., Enseignement supérieur et insertion professionnelle en Tunisie, Université des sciences sociales de Toulouse, 1998, p. 91-104.

- Ben Sedrine S. et Geisser V., « Le retour des diplômés tunisiens, Enquête sur les étudiants tunisiens formés à l’étranger, Europe, Amérique et Monde arabe », Édition Centre de publication universitaire, Tunis, 2001.

- Ben Sedrine S., « L’articulation entre éducation et formation professionnelle par l’orientation », dans Actes de la rencontre franco-tunisienne autour de l’orientation scolaire et professionnelle des jeunes, Rades, 17-18 juin 2004, Édition Ministère de l’Éducation et de la Formation, novembre, 2004, p. 39-51.

- Ben Sedrine S. et Gobe E., Les ingénieurs tunisiens. Dynamiques récentes d’un groupe professionnel, Édition L’Harmattan, Paris, 2004.

- Ben Sedrine S. et Halleb A., Politique de formation et de l’emploi en Tunisie, Étude GTZ, 2005.

- BIT-UGTT, « Le secteur textile et habillement en Tunisie et le pari de la réinsertion professionnelle  des travailleurs », Tunis, 2005.

- Institut National de la Statistique (INS), Recensements de la population tunisienne, 2004.

- Lahlou M., « Chômage et politique de l’emploi au Maroc », publication interne de la GTZ, 2005.

- Ministère de l’éducation et de la formation (MEF), 2006, Statistiques scolaires, 2005-2006, p. 38, p. 49, p. 54.

- Ministère de l’enseignement supérieur (MES), 2002, « Stratégie de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ». www.mes.tn

- Ministère de l’enseignement supérieur (MES), 2005, « 50 indicateurs sur l’enseignement supérieur et la recherche scientifique et technologique ». www.mes.tn

- OCDE, 2003, « Analyse des politiques de l’éducation », chap. 2, « Orientation professionnelle ».

- Plassard J.M. et Ben Sedrine S., Enseignement supérieur et insertion professionnelle en Tunisie, Presses de l’université des sciences sociales de Toulouse, 1998.

- Sultana R.G., « Politiques d’orientation dans la société de la connaissance, Tendance, défis et réponses en Europe », Rapport de synthèse du Cedefop, Édition CEDEFOP, collection Panorama, 2004.

- Zghal M., « L’orientation universitaire et le marché de l’emploi », dans Revue tunisienne des sciences du travail, n° 8, 1986, p. 17-43.

Notes

1  Un guide distribué à tous les bacheliers fournit l’information sur les critères d’accès aux filières de l’enseignement supérieur et leur capacité d’accueil. Ces critères sont intégrés dans des formules qui permettent aux bacheliers de calculer le score indiquant leur performance scolaire. Le guide indique aussi la valeur du score du dernier bachelier orienté dans chaque filière, au cours des deux dernières années, pour aider les candidats à évaluer l’intensité de la concurrence dans la filière et leur chance d’y accéder. Sur la base de ces informations et de l’expérience des amis appartenant aux générations précédentes, le bachelier classe par ordre de préférence dix choix dans les domaines qui correspondent à la section de son baccalauréat.

2  Cette part est passée de 83% à 60 % entre 1997 et 2005.

3  Le cursus dominant de 4 ans (bac+4), associé au phénomène de redoublement, explique cet allongement de la durée des études.

4  La théorie du développement vocationnel explique que les choix suivent des phases successives : ils sont d’abord fantaisistes et découlent de multiples influences, de personnages réels ou fictifs. Puis les choix commencent à prendre en compte les intérêts, les capacités et éventuellement les valeurs. Enfin, sont considérés les facteurs de réalité et les moyens disponibles. Cette théorie nous dit que dans toute prise de décision, nous retrouvons quatre opérations : explorer les multiples possibilités, cristalliser en identifiant un domaine général, spécifier en identifiant un choix et réaliser en faisant basculer les intentions dans la réalité. L’aide à la décision devrait de ce fait s’inscrire dans la durée et être intégrée au processus éducatif. C’est pourquoi il faut dégager un nombre d’heures suffisant dans l’emploi du temps scolaire pour permettre sa mise en œuvre.

5  Dans le contexte de la libéralisation économique, l’enjeu est de passer d’un modèle de stabilisation du processus d’insertion dans « l’emploi à vie » à une stabilisation dans « une chaîne d’emplois » avec des séquences d’ajustement des compétences et de recherche d’emploi dont la durée devrait être minimisée grâce à l’accompagnement des services d’orientation professionnelle.

6  Ils dépendent de la Direction Générale de l’Enseignement Technologique.

7  Voir le décret n°1939 du 14 décembre 1989, le décret n° 1182 du 22 mai 2001 et le décret n°23 du 8 janvier 2002.

8  Convention du 6 avril 2005.

9  Du côté de l’offre de travail, le chercheur d’emploi mal informé fixe un objectif de recherche  (« salaire de réserve » ou « emploi de réserve ») éloigné des possibilités offertes par le marché. Il sera conduit à ajuster à la baisse, ou à la hausse, cet objectif après une période de chômage au cours de laquelle il obtient l’information pertinente ; c’est le chômage dit volontaire. Du côté de la demande de travail, l’employeur mal informé fixe des exigences de recrutement éloignées des possibilités offertes par le marché. De ce fait, il garde des postes vacants durant la période de recherche du candidat dont le profil correspond à ses exigences. Une information imparfaite contribue ainsi à expliquer la coexistence du chômage volontaire et de la vacance de postes d’emploi.

10  Le droit social regroupe le droit du travail, le droit de la sécurité sociale et le droit conventionnel.

11  La théorie « insiders/outsiders » ou théorie de la négociation salariale, explique des situations de chômage par un fort pouvoir de négociation des salariés en place, soit sous la forme de rente, soit sous la forme de monopole syndical.

12  Ce comportement apparaît clairement dans les trajectoires d’insertion professionnelle.

Auteur

Saïd Ben Sedrine

Ancien professeur à l’Université de Tunis.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable