Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les quartiers irréguliers de Beyrouth

 | 
Valérie Clerc-Huybrechts

III. Stratégies de propriétaires face à l’occupation illégale

Chapitre VI - Faire face à la pression de l’occupation illégale

Entrées d'index

Mots clés :

banlieue, droit, urbanisme

Géographique :

Beyrouth, Liban

Texte intégral

1Après les effets des plans et réglementations d’urbanisme et les conséquences des conflits fonciers non réglés, une troisième grille de lecture, qui se superpose aux deux autres, permet d’éclairer les raisons pour lesquelles les quartiers irréguliers se développent sur certains terrains plutôt que sur d’autres. Il s’agit du rapport que les propriétaires entretiennent avec leurs terrains au regard d’un certain nombre de critères – nous verrons en particulier ici leur constructibilité et la façon dont ils sont détenus, notamment en indivision – qui déterminent leurs attitudes vis-à-vis de leurs biens fonciers. Cette grille de lecture recoupe les deux précédentes et les explique en partie : constructibilité et détention en indivision des terrains, par exemple, sont étroitement liées à l’histoire foncière et urbanistique. Elle permet de lier cette histoire à des stratégies d’acteurs. Car la structure de la propriété et la constructibilité d’un terrain influent directement sur les stratégies individuelles des propriétaires.

2L’implantation des quartiers illégaux respecte parfois les limites cadastrales de façon très précise. Cette anecdote rapportée par un propriétaire en témoigne. Pendant la guerre, des miliciens organisaient l’occupation d’un très grand terrain. Un des propriétaires des parcelles voisines a construit un mur pour protéger ses propres terrains de l’occupation. Or, ce mur était bâti trois mètres au-delà de la limite des terrains qu’il devait protéger. Les miliciens voulaient que ce propriétaire, qui empiétait sur le terrain illégalement occupé, respecte exactement les limites cadastrales. Ils ont obtenu du propriétaire que le mur soit déplacé de trois mètres.

3Le rôle des propriétaires est accru lors de l’affaiblissement de la puissance publique. Or, le développement de l’occupation illégale a principalement eu lieu, en banlieue sud, pendant les périodes d’instabilité politique. Cette occupation a démarré significativement pendant la crise politique et le soulèvement armé de 1958, a continué pendant la période qui commence avec la guerre de 1967 et se poursuit par les accords du Caire en 1969 et par les événements de la première moitié des années 1970. Elle s’est ensuite largement développée pendant toute la durée de la guerre entre 1975 et 1990, pendant laquelle il y a eu des périodes d’intensification particulière des installations illégales, notamment après 1984. Enfin, elle s’est poursuivie au début des années 1990, avant que la puissance publique n’ait repris le contrôle de la situation sur l’ensemble de la banlieue sud.

4Dans un cadre à trois pôles – la puissance publique, les propriétaires et les organisateurs de l’occupation –, les protagonistes interagissent les uns sur les autres, appartenant parfois à plusieurs sphères en même temps. Les périodes de développement des quartiers illégaux correspondent aux périodes où l’État, affaibli, n’a pas pu protéger la propriété privée dont il est en principe le garant. Dans ce cas, les propriétaires ont généralement cherché par eux-mêmes à défendre ou à faire défendre leurs biens contre les convoitises d’autrui. Mais dans certains cas, ils ne l’ont pas fait, ouvrant une brèche à l’installation illégale. Les raisons pour lesquelles ils n’ont pas pu ou pas voulu le faire sont elles-mêmes le résultat de la combinaison d’un grand nombre de facteurs qui ont rendu la pression sur leurs terrains trop forte et/ ou leur défense trop faible pour qu’ils y résistent.

5Afin de comprendre les raisons pour lesquelles des terrains ont été défendus et d’autres non, il ne suffit pas de s’interroger sur ceux qui ont été occupés. Il faut également porter un regard sur des parcelles préservées alors qu’elles étaient soumises à la même pression de l’occupation illégale que d’autres qui ont été occupées. Il n’y a pas de règles, mais plutôt un équilibre, lequel est différent pour chaque terrain. Cet équilibre dépend du degré d’intensité de la pression de l’occupation illégale sur les terrains et de la stratégie et des ressources du (des) propriétaire(s) pour y faire face.

6Certains terrains sont plus exposés à la pression de l’occupation illégale et sont donc susceptibles d’être plus difficiles à défendre que d’autres. Les propriétaires, dans ces cas, ont dû déployer une défense plus importante, mais, le plus souvent, n’ont pu y résister. La question de la pression de l’occupation est liée à celle de la « demande » de terrain par l’occupation. Cette dernière mobilise des réseaux sociaux et politiques analysés ici seulement à travers le prisme des stratégies des propriétaires.

Le développement autour de noyaux existants d’occupation

7La pression de l’occupation illégale est forte en particulier sur les terrains comprenant ou situés à proximité d’un noyau existant d’occupation illégale ou devenu tel. Le phénomène se traduit spatialement. Les parties de terrain les plus proches d’un noyau illégal sont généralement occupées les premières. Cela est manifeste, par exemple, dans la façon dont le quartier de Horch al-Qatil s’est développé vers l’est, puis vers le sud à partir du noyau initial de Bir Hassan (dans la partie boisée du triangle ouest, des terrains avaient été loués pour la construction de bâtisses provisoires, cf. chapitre ii). Le quartier de Hay el-Zahra s’est également développé en direction de l’intérieur des terres à partir du petit quartier ancien situé le long de la route du bord de mer (voir fig. 3-18, chapitre viii).

Ouzaï et Raml

8Les quartiers irréguliers d’Ouzaï et Raml, dont l’histoire plus ancienne est évoquée dans les chapitres précédents, se sont aussi développés après 1955 autour de noyaux existants. Ces quartiers initiaux sont situés aux deux extrémités est et ouest de la Zone des sables, l’un autour du noyau des maisons d’estivage au bord de la mer et l’autre à proximité de Bourj el-Barajneh, et non de façon uniforme et simultanée sur l’ensemble des terrains litigieux revendiqués par la municipalité comme anciens terrains mouchaa (voir fig. 3‑1).

Figure 3-1. Le développement illégal dans l’ancienne Zone des sables autour des noyaux initiaux d’Ouzaï et Raml.

Figure 3-1. Le développement illégal dans l’ancienne Zone des sables autour des noyaux initiaux d’Ouzaï et Raml.

Les quartiers illégaux d’Ouzaï et Raml se sont étendus à partir de deux noyaux existants, respectivement en bord de mer et à proximité du village de Bourj el-Barajneh. On voit ici leur emprise en 1964 (fond de plan) et aujourd’hui (en grisé). Le quartier d’Ouzaï s’est étendu vers le sud-est jusqu’à l’aéroport et, à partir de 1983, le long de la route vers l’est. La partie de la parcelle 3908 laissée en blanc correspond aux espaces occupés par le cimetière, le Golf et les terrains clôturés illégalement. Le quartier de Raml s’est étendu sur la totalité de la surface des anciennes parcelles 1244, 1252, 1264, 1266 et 1263, jusqu’au boulevard de l’Aéroport, et autour du camp palestinien au nord. Les parcelles reportées sur le fond de plan de 1964 sont définies par le jugement de 1955 (seuls les numéros des parcelles les plus importantes sont indiqués).

Sources : Cadastre de Baabda, circonscription foncière de Bourj el-Barajneh et Tahouita el-Ghadir, carte associée au jugement de 1955 ; circonscription foncière de Chiah, feuille numéro 26. Fond de plan : ministère de la Défense nationale, État-major de l’armée, Direction des affaires géographiques de Beyrouth, Aéroport international, 1964, d’après couverture aérienne de 1962, original 1/10 000.

9La présence de noyaux initiaux a rendu particulièrement forte la pression de l’occupation sur ces terrains. Liés par l’existence d’une occupation antérieure imposée et non résolue par la puissance publique, les propriétaires se sont trouvés impuissants à agir.

10Les noyaux d’Ouzaï et de Raml existaient avant d’être définitivement jugés illégaux en 1955. À partir de cette date, les parcelles auraient pu être loties, car elles étaient nouvellement inscrites au cadastre et ses propriétaires étaient désormais légalement déterminés. Mais il aurait fallu, pour commencer, décider du sort des habitants des noyaux initiaux, ce que le jugement de l’affaire des sables n’avait pas fait. C’est justement le moment où l’occupation a recommencé à se développer. Les propriétaires, restés en indivision, n’ont pas pu lutter contre ce regain d’occupation. Après 1958, la puissance publique a tenté d’intervenir. Il a parfois été question de reloger ces habitants dans des immeubles neufs, construits pour l’occasion. En 1964, par exemple, le ministère des Travaux publics, dirigé à l’époque par Pierre Gemayel, a mis en place un projet – 1 000 logements à construire sur un terrain de l’État à Tahouita el-Ghadir – pour le relogement des habitants de cette « cité des bicoques de Ouzaï», soit précisément « 853 bicoques, une mosquée, une église, 10 cafés, 40 magasins et des cimetières » (L’Orient, 16 janvier 1964). Le ministère avait évoqué, à l’époque, la situation difficile des propriétaires qui, « en dépit des jugements rendus en leur faveur par les tribunaux, n’arrivent pas à rentrer en possession de leurs biens, les occupants actuels des lieux refusant, par la force, de les évacuer » (idem). Ces projets n’ont jamais abouti et les occupants sont restés sur les lieux, la puissance publique pas plus que les propriétaires n’arrivant à trouver une solution au problème que leur présence posait.

11De surcroît, après 1958, cette présence a continué d’être soutenue par la municipalité de Bourj el-Barajneh qui poursuivait son action, décrite ci-dessus, en faveur des occupants devenus illégaux, et de ceux qui s’étaient mis en infraction depuis, plutôt qu’en faveur des propriétaires, auxquels elle s’était opposée durant le procès. Craignant de ne pas voir ses droits reconnus, elle s’était appuyée sur l’existence de ces noyaux pendant le procès. Elle les renforçait maintenant en louant des emplacements et en attribuant des autorisations d’installation, encourageant ainsi le développement de ces quartiers. Toujours fondées sur l’argumentaire de l’histoire foncière, les occupations illégales se sont poursuivies autour du premier groupe de bâtisses à partir de 1958 et plus intensément après l’arrivée à la tête de la municipalité de Hussein Ali Nasser, habitant de la parcelle 3908 illégalement occupée à Ouzaï. Celui-ci a utilisé sa position de président du Conseil municipal pour mettre la main sur la plus grande partie du terrain encore libre de constructions (Charafeddine 1985 : 101). Les stratégies de la municipalité étaient alors totalement liées à celles des habitants

  • 1 Décret 12954 du 09/01/1969. Celui-ci sera modifié par le décret 1107 du 26/10/1983.

12Les grandes parcelles sur lesquelles étaient situés les noyaux d’occupation antérieurs se sont alors trouvées quasi impossibles à lotir, aucun propriétaire ne voulant se voir attribuer, lors de la répartition des lots, des terrains déjà occupés. Les occupants ont certes acheté eux-mêmes des parts de terrain, mais insuffisamment pour que cela corresponde à la surface occupée, laquelle augmentait rapidement. Par ailleurs, les propriétaires de la parcelle 3908 ne furent pas encouragés à lotir en raison du sort réservé à cette zone par les politiques publiques : la partie sud du terrain, déjà grevée par les servitudes de hauteur liées à la présence de l’aéroport, est devenue non ædificandi suite à la décision de réserver des terrains pour son extension en 19641. Les co-indivisaires de ce terrain auraient finalement, mais sans succès, essayé de contenir le développement illégal en tendant un grillage, entre le Golf et la parcelle 3907 (on en voit le tracé sur des cartes de l’époque). L’État n’a pas résolu la question de l’occupation antérieure au jugement des sables d’Ouzaï et Raml et les propriétaires n’ont pu faire face, même en dehors des périodes d’instabilité, à l’extension de ces noyaux sur leurs terrains.

13Durant la guerre, l’État affaibli, seuls quelques propriétaires ont pu faire face à l’occupation illégale et ont réussi à défendre leur bien. Ils ont pour cela agi à leur tour de façon illégale, en construisant un mur autour d’une emprise qu’ils estimaient correspondre à leurs parts, sur les parties non construites de la Zone des sables situées entre Raml et Ouzaï, dans la plupart des cas sur la parcelle 3908. Ces détenteurs de parts – le Golf Club, le Conseil supérieur chiite, mais également d’autres ayant un moins grand nombre de parts – sont plus récents et ne sont pas impliqués dans le procès des sables. Ils ont acheté des parts pendant la guerre, ou juste avant, et se sont mis dans une situation à la fois de propriétaires et d’occupants illégaux. Ce cas sera repris plus loin.

La proximité des camps palestiniens à Horch Tabet, Raml et Chatila

14La proximité des camps palestiniens entraîne également une importante pression s’exerçant dans le sens de l’occupation illégale de terrains.

15L’occupation des quartiers de Horch Tabet, d’une part, et de Raml, d’autre part, dont les deux emplacements ont été décrits ci-avant comme fortement déterminés par leur histoire urbanistique et foncière, est également liée à la proximité des camps. Ces quartiers sont situés respectivement au sud des camps de Chatila et de Bourj el-Barajneh. Leur formation est entièrement liée à l’importance grandissante de ces camps au plan politique après la guerre de 1967 (Osseiran 1982 : 97 et Charafeddine 1985 : 125) et surtout après la signature des accords du Caire en 1969 (Charafeddine 1987 : 136), accords qui ont renforcé le pouvoir des Palestiniens à l’intérieur – et en l’occurrence autour – des camps, au détriment de celui de la puissance publique libanaise.

16L’influence de la proximité d’un camp palestinien s’est fait sentir tout particulièrement sur les terrains sur lesquels s’est développé Hay Gharbeh. Hay Gharbeh signifie « quartier ouest » en arabe. Il s’est développé à l’ouest du camp de Chatila, dont il formait la principale extension, et était considéré par beaucoup comme une partie du camp palestinien.

Hay Gharbeh à Chatila

17Le quartier de Hay Gharbeh à Chatila est situé sur les pentes qui se trouvent en contrebas de l’actuelle Cité sportive, à l’ouest de la rue de Sabra et du camp palestinien de Chatila et au sud du lotissement Daouq. L’occupation de ces parcelles est fortement dépendante de cette proximité du camp de Chatila, mais également conditionnée par l’histoire foncière de la banlieue sud et l’histoire urbanistique de cette zone sablonneuse nord. Ces trois facteurs sont, ici, intrinsèquement mêlés : les terrains ont été occupés par l’extension du camp palestinien de Chatila dès les années 1950, en même temps qu’ils faisaient l’objet d’une procédure de remembrement – cette procédure n’a été terminée que presque trente ans après –, sur des grands terrains détenus en indivision par des propriétaires souvent engagés dans des procès les uns contre les autres.

Figure 3-2. Les pentes sous la Cité sportive aujourd’hui occupées par des constructions précaires.

Figure 3-2. Les pentes sous la Cité sportive aujourd’hui occupées par des constructions précaires.

Les pentes situées entre la Cité sportive et le camp palestinien de Chatila ne sont plus aujourd’hui occupées que par des constructions précaires qui ne couvrent pas la totalité de la surface des terrains. Ces constructions étaient entièrement bâties avant la guerre, comme on le voit sur la fig. 1-11. Elles sont vues ici depuis le haut de la pente, du pied de la Cité sportive. On voit au fond la silhouette des bâtiments du camp palestinien.

Photo V. Clerc 2001.

18Les terrains sur ces pentes sont les reliquats, après l’expropriation de 1936 pour l’aérodrome, des grands terrains qui allaient de la route longeant la mer jusqu’à l’ancienne route de Saïda au bas de ces pentes. Ce sont cinq grands terrains : la parcelle 1824 issue, avec le lotissement Daouq, de la parcelle 185 ; la parcelle 187 et la parcelle 1922 qui en est issue ; la parcelle 1986, issue du terrain mouchaa 188 (voir plus loin le chapitre viii sur Hay el-Zahra) ; et l’extrémité de la très grande parcelle 189 (voir fig. 3-3). Situé sur le bord ouest de l’ancienne route de Saïda, cet ensemble de terrains appartient à la plaine d’Ouzaï dont l’histoire a été décrite dans le chapitre précédent.

Figure 3-3. Inscription des pentes occupées illégalement sous la Cité sportive dans le parcellaire des années 1930.

Figure 3-3. Inscription des pentes occupées illégalement sous la Cité sportive dans le parcellaire des années 1930.

Les cinq terrains occupés sur ces pentes sont les reliquats, après expropriation pour l’aérodrome en 1936, de grands terrains de la plaine d’Ouzaï, en bordure de l’ancienne route de Saïda, dont le terrain mouchaa de Jnah.

Source : Cadastre de Baabda. Fond de plan : La banlieue sud, plan photogrammétrique, Oger 1991.

19Dans les années 1930, les propriétaires des trois terrains au nord (1824, 187 et 1922) sont les descendants de M. Tabet et de M. Rifaï (la propriété de ces terrains dans les années 1930 est indiquée dans la fig. 2-17, dans le chapitre précédent). Ils sont alors détenus en indivision, et notamment, pour deux d’entre eux (187 et 1922), à la fois par des descendants des deux familles, lesquels ont été engagés dans des conflits fonciers dans cette région au moins jusque dans les années 1950. La parcelle 1986 est indivise entre les municipalités de Haret Hreik et de Chiah (puis de Ghobeiry). Quant à la parcelle 189, détenue jusque dans les années 1930 ou 1940 par la Société égyptienne d’études et travaux, qui l’avait achetée dans la perspective de la réalisation du projet de ville nouvelle de Chakkour Pacha, elle était trop grande pour être construite sans être lotie.

  • 2 Aucun contrat de location en faveur de l’armée française n’apparaît au cadastre, mais les baraques (...)

20Le camp palestinien de Chatila est installé en 1949 ou 1950, sur simple autorisation d’un voisin, M. Chatila, sur un terrain précédemment occupé par des installations militaires françaises2 (parcelle 287). Par rapport aux parcelles décrites plus haut, il se situe de l’autre côté de ce chemin mal tracé, appelé sur les procès-verbaux de délimitation du cadastre, dans les années 1930, « ancienne route de Saïda », voie dont la trace a longtemps été perdue et qui n’apparaît notamment plus sur la carte du Service géographique des Forces françaises du Levant de 1945 qui mentionne les installations militaires françaises (pas plus que sur la version provisoire de 1939, qui ne les mentionne pas).

  • 3 Source : Carte « Beyrouth ville », Service géographique des FFL, mai 1945, révisée en avril 1957.
  • 4 Source : photo aérienne non datée, mais probablement issue de la campagne de 1968 ou de 1973.

21Il semble que le camp ait dépassé les limites de la parcelle 287, « pas plus grande qu’un champ de deux cents mètres par quatre cents »(Sayigh 1994 : 36), dès les années 1950. Le camp a commencé à déborder sur la route mal tracée de Saïda – laquelle, sur un plan du début des années 1960, apparaît comme une rue interne au camp –, puis au-delà. Une carte de 19573 montre que des maisons du camp étaient déjà implantées de l’autre coté du chemin à cette date, sur la frange des terrains pentus 187 et 1824 détenus en indivision. Ces deux parcelles nord forment le quartier Hay Gharbeh à proprement parler(Sayigh 1994). Au début des années 1960, il y avait plus de 3 000 personnes dans le camp et une extension plus importante sur les parcelles 187 et 1824 de Hay Gharbeh s’était déjà produite (Sayigh 1994 : 65) (voir fig. 3-5). Avant le début de la guerre, les trois autres terrains étaient également occupés en partie4. En 1982, l’ensemble des cinq terrains était totalement construit, donc avant la fin, en 1987, de la procédure de remembrement entamée en 1959. La destruction ultérieure, dans la seconde moitié des années 1980, du quartier de Hay Gharbeh, situé sur les deux premières parcelles occupées, n’a pas changé la situation foncière : les terrains sont restés partiellement occupés.

  • 5 Décret 8792 du 21/03/1955. Il est possible que les expropriations n’aient été terminées que dans le (...)

22Nous avons vu que les années 1950 sont celles de la planification de la banlieue sud : plans d’urbanisme, expropriations, lotissements, remembrements… En raison de leur taille et de la structure de leur propriété, les terrains situés sur lesdites pentes en furent également l’objet. Dans un premier temps, les parties ouest des cinq parcelles sont expropriées en 1955 pour la réalisation de la Cité sportive5. Puis, en 1959, plusieurs procédures se superposent sur ces parcelles. Premièrement, le 4 juin 1959, un remembrement est décrété (numéro 1851) pour ces cinq parcelles et l’îlot triangulaire loti dans les années 1930 (îlot situé à l’est du Palais Solh et qui reprend le tracé des parcelles du plan de 1953).

  • 6 Décret 8792 du 21/03/1955.
  • 7 Entretien avec le directeur des études de la Direction générale de l’urbanisme. Dans tous les cas, (...)

23Ce remembrement ajuste les parcelles au plan de 1953 et aux décrets de modification de tracés routiers liée à la réalisation de la Cité sportive6. Deuxièmement, un lotissement est décidé le 11 mars 1959 pour les parcelles mouchaa 188 et 215 situées de l’autre coté de l’emprise de l’ancien aérodrome et pour la parcelle 1986 détenue en indivision par les municipalités de Chiah, Haret Hreik et Ghobeiry. Troisièmement, le lotissement de Bir Hassan est lancé le 31 octobre 1959 sur la parcelle 189 (voir fig. 3-4). Ces deux dernières procédures de lotissements seront abandonnées pour les terrains ou parties de terrains situés sur ces pentes au profit de la procédure de remembrement dont ceux-ci font l’objet la même année. Mais, cette dernière procédure n’aboutira que dans la seconde moitié des années 1980, vraisemblablement en 19877. Entre 1959 et environ 1987, les propriétaires se sont donc trouvés dans une situation « temporaire » pendant que leurs terrains étaient en cours de remembrement.

Figure 3-4. Plusieurs procédures d’urbanisme se superposent sur les pentes sous la Cité sportive.

Figure 3-4. Plusieurs procédures d’urbanisme se superposent sur les pentes sous la Cité sportive.

Les pentes aujourd’hui occupées illégalement entre la Cité sportive et le camp palestinien de Chatila ont fait l’objet de quatre procédures d’urbanisme dans la seconde moitié des années 1950. Certaines se superposent. Les lotissements ne seront pas réalisés là où ils se chevauchent avec la procédure de remembrement.

Fond de plan : plan parcellaire réalisé par Élyssar (extrait).

Figure 3-5. L’extension ouest du camp de Chatila dans les années 1960.

Figure 3-5. L’extension ouest du camp de Chatila dans les années 1960.

Lors de la réalisation du cadastre de 1966, aucune procédure d’urbanisme commencée quelques années auparavant n’était encore terminée ; à l’ouest de l’ancienne route de Saïda, les parcelles indiquées sur le plan sont encore les mêmes qu’à la fin des années 1930. En revanche, le camp de Chatila s’est déjà étendu à l’ouest, de l’autre côté de cette route, sur les pentes situées sous la Cité sportive, occupant des terrains dont les propriétaires ne connaissent pas encore les futures limites (indiquées sur la figure précédente). La parcelle 287 est lotie depuis 1946, la 288 depuis 1960. La partie entourée de tirets était déjà construite en 1957, d’après la carte « Beyrouth ville », 1945, révisée en mars 1957.

Source : cadastre de Baabda. Fond de plan, cadastre : Beyrouth, feuille D3, 1966, original au 1/2 000, d’après campagne aérienne de 1962.

Conjonction de la pression de l’occupation et des contraintes urbanistiques et foncières

  • 8 Le terrain n’a pas été racheté depuis 1946 et aujourd’hui, il est détenu par environ trois cents de (...)

24La conjonction des effets de la longue procédure de remembrement (28 ans) et de la proximité du camp palestinien aurait favorisé le développement de ce quartier. Ces deux facteurs se sont mutuellement renforcés. Spatialement, le rôle de l’histoire foncière et urbanistique apparaît dans le fait que c’est principalement sur ces terrains que le camp de Chatila s’est étendu, et non sur d’autres. La pression du camp se manifeste par le développement spatial à partir du camp sur les terrains nord de cet ensemble (1824 et 187). On ne connaît pas directement l’attitude des propriétaires des terrains occupés, mis à part la tentative infructueuse du propriétaire du terrain du camp lui-même de reprendre possession de son bien au début des années 1960 (Sayigh 1994 : 37)8. Les habitants craignaient cependant leurs réactions et celle de l’État, mais ils continuèrent à s’étendre sur leurs terrains jusqu’à ce qu’ils réagissent. « Ils étaient conscients de ce que la vue du camp de Chatila depuis leboulevard de l’aéroport contrariait les autorités et craignaient que l’expansion du camp hors de ses limites d’origine ne suscite des réactions hostiles de la part des propriétaires et de l’État. Néanmoins, Abu Kamal [le responsable du camp] encouragea les Palestiniens à s’établir en dehors des limites du camp jusqu’à ce que, au début des années 1960, les autorités intervinssent » (Sayigh 1994 : 65).

25Contrairement à ce qui s’est passé pour les autres terrains autour du camp, les propriétaires n’ont pas résisté, sur ces terrains-là, au développement de l’occupation illégale. Tout se passe comme si la conjonction de la proximité du camp et de la situation foncière et urbanistique avait créé les conditions de l’occupation.

26Lorsqu’il débordera de sa parcelle d’origine, le camp de Chatila s’étendra presque uniquement sur ces cinq terrains sous la Cité sportive. Au moment des premiers débordements, ceux-ci ne font pas encore l’objet d’une procédure de remembrement puisqu’une frange des deux premiers terrains investis était déjà occupée en 1957. Mais les premiers terrains occupés, comme les trois autres, sont de grande taille et ne sont pas encore construits. En revanche, d’après le cadastre de 1966, presque tous les autres terrains autour du camp étaient déjà construits, même faiblement. Et s’ils ne l’étaient pas encore à la fin des années 1950, ils étaient manifestement déjà lotis, c’est-à-dire qu’ils étaient d’une taille permettant qu’ils soient détenus par un unique propriétaire ou bien un faible nombre de propriétaires, situation rendant plus simple la défense du terrain contre une occupation illégale. À l’inverse, ces cinq terrains sont, selon toute vraisemblance, détenus en indivision (au moins quatre d’entre eux le sont : trois étaient déjà détenus en indivision dans les années 1930 et le quatrième, mouchaa, était en indivision entre plusieurs municipalités). La réaction à cette première incursion n’a sans doute pas pu être immédiate : il a peut-être été difficile pour les propriétaires, en indivision et souvent en conflit les uns avec les autres, de réagir, rapidement et ensemble, en période d’instabilité et de faiblesse de l’État, à l’approche de 1958. À partir de 1959, la mise en route de la procédure de remembrement a pu inciter les propriétaires à attendre pour obtenir des parcelles de taille suffisamment petite et de structure de propriété suffisamment simple pour qu’ils puissent agir pour les défendre. Mais, dans le même temps, et pendant que les propriétaires attendaient de connaître les limites de leurs nouvelles parcelles, le camp s’était étendu plus largement sur leurs terrains. Faute de réaction des propriétaires contre l’occupation, les trois parcelles situées au nord des pentes furent déjà à moitié occupées au début des années 1960. La procédure de remembrement n’a alors pu que s’en trouver plus difficile. Lorsque le remembrement a été terminé dans les années 1980, l’ensemble des terrains était occupé. Dans le même temps, les travaux fonciers sont devenus plus difficiles à réaliser. Les plans sont prêts, mais les opérations de bornage sont rendues difficiles par l’occupation du terrain. Même si les parcelles sont attribuées, les propriétaires ne connaissent pas les limites, au sol, de leurs nouvelles parcelles. Cette situation est décrite par plusieurs témoins. La non-protection des terrains entravait la bonne réalisation du remembrement et les difficultés rencontrées à procéder aux travaux de remembrement empêchaient la protection des terrains. Les propriétaires de ces pentes ne pouvaient faire valoir leurs droits ou les défendre eux-mêmes pendant la guerre, faute de savoir où se situaient les nouvelles limites de leurs biens. Ainsi ce propriétaire qui dit ne pas connaître les limites de la nouvelle parcelle qui lui a été attribuée à la suite du remembrement, car les opérations de bornage n’avaient pu être effectuées par les fonctionnaires. Ceux-ci pouvaient déjà difficilement aller sur les lieux avant les événements, puis n’osèrent plus s’y rendre pendant la guerre. L’occupation ayant eu lieu largement avant la fin de la procédure de remembrement, et malgré l’achèvement de celui-ci dans les années 1980, l’occupation a perduré.

Les urgences et les revanches de la guerre : le cas des plages à Jnah

27Certaines vagues d’occupation ont été plus difficiles que d’autres, voire impossibles, à contenir et les propriétaires n’ont pu défendre leurs terrains. C’est le cas des hôtels et des « chalets » (bungalows) des plages qui ont été occupés en une nuit, en 1976, pour reloger les habitants, majoritairement kurdes, chassés du quartier de la Quarantaine, et auxquels ont succédé les Palestiniens du camp de Tell el-Zaatar et les habitants de Nabaa, majoritairement chiites et souvent réfugiés du Sud-Liban. Ces occupations ont été considérées et menées comme des actions de relogement d’urgence, en réponse à des situations de détresse provoquées par les déplacements de populations à l’issue de combats. Il ne s’agit pas ici d’occupation de terrain, mais d’occupation des hôtels et des chalets, comme cela se passera tout au long des événements. Ces occupations ont constitué ensuite un noyau autour et à l’intérieur duquel se sont développés d’autres établissements irréguliers : de nouvelles cabanes ont été construites entre les chalets et le quartier s’est étendu autour d’eux.

28Les plages occupées appartiennent à plusieurs types de propriétaires : des municipalités au nord et une grande parcelle privée au sud. Au nord, les terrains situés sur l’ancienne parcelle 215, couvrant ce qu’on appelait alors généralement le Grand et le Petit Jnah, sont des terrains mouchaa. En 1932, au moment où la parcelle a été cadastrée, le terrain appartenait en indivision aux municipalités de Haret Hreik et de Chiah, puis, en 1960, également à celle de Ghobeiry. La répartition des terrains a été effectuée après la création de cette municipalité en 1956. Leur usage autrefois semble n’avoir pas seulement été collectif mais public, contrairement au terrain situé à Hay el-Zahra, de l’autre coté de la route, qui aurait justement été attribué aux villages pour accéder à cette parcelle-là (parcelle 215, cf. deuxième partie). Le caractère public, et non pas seulement collectif, de cette parcelle mouchaa est l’enjeu d’un procès en cours dans les années 1937 et 1938 entre le gouvernement libanais, qui réclame que cette parcelle passe dans le domaine public, et les municipalités de Haret Hreik et Chiah, dont un premier jugement a confirmé la propriété du terrain. Le gouvernement s’appuie sur le jugement de 1878 (1295 de l’Hégire), cité ci-avant, pour montrer qu’à l’époque « le rivage de la mer [la parcelle 215 dénommée Jnah] est un terrain mouchaa mis à la disposition du public et personne ne peut en disposer ou s’en approprier. […] Et ni les villages de Haret Hreik et Chiah, ni les hoirs Moustafa Rifaï n’ont le droit d’en disposer exclusivement » (Requête et conclusions d’appel 1938 : 5-6).

  • 9 Pour un développement plus fouillé sur l’histoire de ces plages, voir El-Khoury 1999 : 164 sqq.

29La polémique est très probablement apparue à l’occasion de l’installation sur cette parcelle de plagistes et d’hôteliers, en 1936 (pour la plage de l’hôtel Côte d’Azur), 1937 (pour la plage de Saint-Simon) et 1938 (plage San-Stephano qui deviendra en 1946 la plage Saint-Michel), qui louent la parcelle aux municipalités9. Mais le tribunal confirmera son jugement et les parcelles resteront inscrites au Cadastre comme propriété mouchaa des municipalités (le terme mouchaa est inscrit sur les procès-verbaux de délimitation). D’autres bains seront construits après la seconde guerre mondiale, surtout au début des années 1960, sur ce même terrain et sur la grande parcelle privée 190 qui se situe juste au sud de la précédente et qui est détenue en indivision par des propriétaires privés. La parcelle mouchaa 215 est ensuite partagée en 1967, suivant une décision de 1959, en trois lots, un pour chaque municipalité, mais les limites de ces lots ne correspondent pas aux limites des bains, installés avant le partage. Plusieurs lotissements et remembrements seront effectués ensuite dans les années 1970 sur la parcelle septentrionale (5276, dite le Grand Jnah) qui appartient à la municipalité de Haret Hreik (les deux autres parcelles, 215 nouvelle et 5275, constituent le Petit Jnah) et sur laquelle se trouvent le Côte d’Azur et une partie du Saint-Simon. Après division de cette parcelle, la municipalité de Haret Hreik vendra pendant la guerre, en 1980, le lot le plus au nord, qui a conservé le numéro 5276, à la société qui détient le Côte d’Azur. Les parcelles 215 et 5275 sont restées la propriété des municipalités de Chiah et Ghobeiry jusqu’à aujourd’hui (voir fig. 3-7).

Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 1/6.

Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 1/6.

Photos V. Clerc 1999.

Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 2/6.

Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 2/6.

Photos V. Clerc 1999.

Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 3/6.

Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 3/6.

Photos V. Clerc 1999.

Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 4/6.

Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 4/6.

Photos V. Clerc 1999.

Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 5/6.

Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 5/6.

Photos V. Clerc 1999.

Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 6/6.

Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 6/6.

Les anciennes installations balnéaires sont encore présentes dans les quartiers occupés sur les plages, comme les carrelages et les arcades en galets de l’Acapulco par exemple (1). Les occupants ont investi les hôtels, comme celui du Saint-Simon (3) ou du Sands (4), ainsi que les chalets et bungalow de la plage Saint-Michel (2) ou Saint-Simon (5). Ils ont également construit dans les interstices entre ces installations, couvrant tout l’espace entre la route et la mer (6).

Photos V. Clerc 1999.

Figure 3-7. Les anciennes parcelles des plages de Jnah.

Figure 3-7. Les anciennes parcelles des plages de Jnah.

Les plages de Jnah correspondaient autrefois à deux parcelles : la parcelle 215, mouchaa des municipalités de Haret Hreik et Chiah et la parcelle 190, privée. La parcelle 190 n’a pas changé. La parcelle 215 est partagée en 1967 en trois lots, un pour chaque municipalité : les parcelles 215, 5275 et 5276 (cette dernière subira plusieurs lotissements et refontes). Les limites de ces terrains ne correspondent pas aux limites des établissements de bains, installés avant le partage. Les municipalités ont loué – et, dans le cas du Côte d’Azur, vendu – leurs parcelles, traditionnellement accessibles au public, à des gestionnaires qui en ont fait des plages privées.

Source : cadastre de Baabda. Fond de plan : Banlieue sud, Oger 1991.

30Cette situation foncière, combinée à la nécessité de faire face à des problèmes urgents de relogement, a créé les conditions de l’occupation des plages. Le relogement des réfugiés sur ces plages a constitué une solution d’urgence face à l’arrivée massive des habitants des camps et bidonvilles, expulsés de la banlieue est de Beyrouth : les chalets étaient vides au moment des faits, offraient une solution immédiate et la municipalité de Ghobeiry détenait le terrain sur lequel les premiers occupants ont été relogés. Mais dans de nombreux esprits, l’utilisation des chalets de la bourgeoisie et de la classe au pouvoir d’alors a été considérée comme une revanche contre l’histoire foncière, voire une vengeance vis-à-vis de ce qui est souvent critiqué comme la privatisation, depuis les années 1930, de plages qui auraient dû rester accessibles à tous, au profit de la classe dirigeante à laquelle s’opposaient ceux qui ont installé ces réfugiés en ces lieux.

Figure 3-8. Les plages dans l’avant-guerre : les établissements balnéaires sur les parcelles mouchaa de Jnah.

Figure 3-8. Les plages dans l’avant-guerre : les établissements balnéaires sur les parcelles mouchaa de Jnah.

À gauche, l’hôtel Summerland et l’hôtel Coral Beach, sur des terrains privés ; puis l’hôtel Côte d’Azur, sur un terrain privé, à l’origine mouchaa ; puis les bungalows des plages de Saint-Simon et Saint-Michel sur les terrains mouchaa. À l’arrière, de l’autre coté de la route, en vis-à-vis des bungalows, sur la butte et au pied de celle-ci, la parcelle mouchaa 188 et le développement, en partie illégal, de Jnah.

Photo aérienne, vers 1973.

Figure 3-9. Les plages dans l’avant-guerre : les établissements balnéaires sur la parcelle 190.

Figure 3-9. Les plages dans l’avant-guerre : les établissements balnéaires sur la parcelle 190.

Les établissements balnéaires Riviéra, Acapulco et Sands sur la parcelle 190. Cette parcelle se prolonge à l’arrière, de l’autre coté de la route.

Photo aérienne, vers 1973.

Notes

1 Décret 12954 du 09/01/1969. Celui-ci sera modifié par le décret 1107 du 26/10/1983.

2 Aucun contrat de location en faveur de l’armée française n’apparaît au cadastre, mais les baraques sont mentionnées sur la carte du service géographique des Forces françaises du Levant de 1945 (mais non sur celle de 1939) et dans les récits des premiers arrivants. Les données sur les premières années du camp sont tirées de Sayigh 1994 : 35 sqq.

3 Source : Carte « Beyrouth ville », Service géographique des FFL, mai 1945, révisée en avril 1957.

4 Source : photo aérienne non datée, mais probablement issue de la campagne de 1968 ou de 1973.

5 Décret 8792 du 21/03/1955. Il est possible que les expropriations n’aient été terminées que dans les années 1990 (entretien avec un urbaniste).

6 Décret 8792 du 21/03/1955.

7 Entretien avec le directeur des études de la Direction générale de l’urbanisme. Dans tous les cas, la fin des opérations intervient entre août 1984 et novembre 1988, d’après les numéros des parcelles et par recoupement avec d’autres opérations.

8 Le terrain n’a pas été racheté depuis 1946 et aujourd’hui, il est détenu par environ trois cents de ses héritiers. Source : procès-verbal de délimitation de la parcelle 287.

9 Pour un développement plus fouillé sur l’histoire de ces plages, voir El-Khoury 1999 : 164 sqq.

Table des illustrations

Titre Figure 3-1. Le développement illégal dans l’ancienne Zone des sables autour des noyaux initiaux d’Ouzaï et Raml.
Légende Les quartiers illégaux d’Ouzaï et Raml se sont étendus à partir de deux noyaux existants, respectivement en bord de mer et à proximité du village de Bourj el-Barajneh. On voit ici leur emprise en 1964 (fond de plan) et aujourd’hui (en grisé). Le quartier d’Ouzaï s’est étendu vers le sud-est jusqu’à l’aéroport et, à partir de 1983, le long de la route vers l’est. La partie de la parcelle 3908 laissée en blanc correspond aux espaces occupés par le cimetière, le Golf et les terrains clôturés illégalement. Le quartier de Raml s’est étendu sur la totalité de la surface des anciennes parcelles 1244, 1252, 1264, 1266 et 1263, jusqu’au boulevard de l’Aéroport, et autour du camp palestinien au nord. Les parcelles reportées sur le fond de plan de 1964 sont définies par le jugement de 1955 (seuls les numéros des parcelles les plus importantes sont indiqués).
Crédits Sources : Cadastre de Baabda, circonscription foncière de Bourj el-Barajneh et Tahouita el-Ghadir, carte associée au jugement de 1955 ; circonscription foncière de Chiah, feuille numéro 26. Fond de plan : ministère de la Défense nationale, État-major de l’armée, Direction des affaires géographiques de Beyrouth, Aéroport international, 1964, d’après couverture aérienne de 1962, original 1/10 000.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/77/img-1.png
Fichier image/png, 254k
Titre Figure 3-2. Les pentes sous la Cité sportive aujourd’hui occupées par des constructions précaires.
Légende Les pentes situées entre la Cité sportive et le camp palestinien de Chatila ne sont plus aujourd’hui occupées que par des constructions précaires qui ne couvrent pas la totalité de la surface des terrains. Ces constructions étaient entièrement bâties avant la guerre, comme on le voit sur la fig. 1-11. Elles sont vues ici depuis le haut de la pente, du pied de la Cité sportive. On voit au fond la silhouette des bâtiments du camp palestinien.
Crédits Photo V. Clerc 2001.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/77/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 3-3. Inscription des pentes occupées illégalement sous la Cité sportive dans le parcellaire des années 1930.
Légende Les cinq terrains occupés sur ces pentes sont les reliquats, après expropriation pour l’aérodrome en 1936, de grands terrains de la plaine d’Ouzaï, en bordure de l’ancienne route de Saïda, dont le terrain mouchaa de Jnah.
Crédits Source : Cadastre de Baabda. Fond de plan : La banlieue sud, plan photogrammétrique, Oger 1991.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/77/img-3.png
Fichier image/png, 203k
Titre Figure 3-4. Plusieurs procédures d’urbanisme se superposent sur les pentes sous la Cité sportive.
Légende Les pentes aujourd’hui occupées illégalement entre la Cité sportive et le camp palestinien de Chatila ont fait l’objet de quatre procédures d’urbanisme dans la seconde moitié des années 1950. Certaines se superposent. Les lotissements ne seront pas réalisés là où ils se chevauchent avec la procédure de remembrement.
Crédits Fond de plan : plan parcellaire réalisé par Élyssar (extrait).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/77/img-4.png
Fichier image/png, 108k
Titre Figure 3-5. L’extension ouest du camp de Chatila dans les années 1960.
Légende Lors de la réalisation du cadastre de 1966, aucune procédure d’urbanisme commencée quelques années auparavant n’était encore terminée ; à l’ouest de l’ancienne route de Saïda, les parcelles indiquées sur le plan sont encore les mêmes qu’à la fin des années 1930. En revanche, le camp de Chatila s’est déjà étendu à l’ouest, de l’autre côté de cette route, sur les pentes situées sous la Cité sportive, occupant des terrains dont les propriétaires ne connaissent pas encore les futures limites (indiquées sur la figure précédente). La parcelle 287 est lotie depuis 1946, la 288 depuis 1960. La partie entourée de tirets était déjà construite en 1957, d’après la carte « Beyrouth ville », 1945, révisée en mars 1957.
Crédits Source : cadastre de Baabda. Fond de plan, cadastre : Beyrouth, feuille D3, 1966, original au 1/2 000, d’après campagne aérienne de 1962.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/77/img-5.png
Fichier image/png, 131k
Titre Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 1/6.
Crédits Photos V. Clerc 1999.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/77/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 2/6.
Crédits Photos V. Clerc 1999.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/77/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 3/6.
Crédits Photos V. Clerc 1999.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/77/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 4/6.
Crédits Photos V. Clerc 1999.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/77/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 5/6.
Crédits Photos V. Clerc 1999.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/77/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 3-6. L’occupation des chalets, bungalows et hôtels des plages. 6/6.
Légende Les anciennes installations balnéaires sont encore présentes dans les quartiers occupés sur les plages, comme les carrelages et les arcades en galets de l’Acapulco par exemple (1). Les occupants ont investi les hôtels, comme celui du Saint-Simon (3) ou du Sands (4), ainsi que les chalets et bungalow de la plage Saint-Michel (2) ou Saint-Simon (5). Ils ont également construit dans les interstices entre ces installations, couvrant tout l’espace entre la route et la mer (6).
Crédits Photos V. Clerc 1999.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/77/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 3-7. Les anciennes parcelles des plages de Jnah.
Légende Les plages de Jnah correspondaient autrefois à deux parcelles : la parcelle 215, mouchaa des municipalités de Haret Hreik et Chiah et la parcelle 190, privée. La parcelle 190 n’a pas changé. La parcelle 215 est partagée en 1967 en trois lots, un pour chaque municipalité : les parcelles 215, 5275 et 5276 (cette dernière subira plusieurs lotissements et refontes). Les limites de ces terrains ne correspondent pas aux limites des établissements de bains, installés avant le partage. Les municipalités ont loué – et, dans le cas du Côte d’Azur, vendu – leurs parcelles, traditionnellement accessibles au public, à des gestionnaires qui en ont fait des plages privées.
Crédits Source : cadastre de Baabda. Fond de plan : Banlieue sud, Oger 1991.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/77/img-12.png
Fichier image/png, 179k
Titre Figure 3-8. Les plages dans l’avant-guerre : les établissements balnéaires sur les parcelles mouchaa de Jnah.
Légende À gauche, l’hôtel Summerland et l’hôtel Coral Beach, sur des terrains privés ; puis l’hôtel Côte d’Azur, sur un terrain privé, à l’origine mouchaa ; puis les bungalows des plages de Saint-Simon et Saint-Michel sur les terrains mouchaa. À l’arrière, de l’autre coté de la route, en vis-à-vis des bungalows, sur la butte et au pied de celle-ci, la parcelle mouchaa 188 et le développement, en partie illégal, de Jnah.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/77/img-13.png
Fichier image/png, 84k
Titre Figure 3-9. Les plages dans l’avant-guerre : les établissements balnéaires sur la parcelle 190.
Légende Les établissements balnéaires Riviéra, Acapulco et Sands sur la parcelle 190. Cette parcelle se prolonge à l’arrière, de l’autre coté de la route.
Crédits Photo aérienne, vers 1973.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/77/img-14.png
Fichier image/png, 114k

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540