Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les quartiers irréguliers de Beyrouth

 | 
Valérie Clerc-Huybrechts

II. Quartiers irréguliers et superposition de droits fonciers en banlieue sud

Chapitre V - Superposition de droits et enjeux fonciers

Entrées d'index

Mots clés :

banlieue, droit, urbanisme

Géographique :

Beyrouth, Liban

Texte intégral

  • 1 Les remparts ont été détruits quelques années auparavant : « À la suite de la conquête de la Syrie (...)
  • 2 « La Montagne, protégée par son statut, participa à cet essor, de même que Beyrouth profita, pour l (...)

1Ce n’est pas un hasard si cette vente de la plaine d’Ouzaï, preuve que ces terrains incultes prennent de la valeur, intervient au moment où la ville commence à s’étendre au-delà de la limite de ses remparts1. Le développement de la ville est encore loin d’atteindre la Zone des sables, mais le mouvement est rapide et des changements profonds s’annoncent. À partir du début du xixe siècle, le développement de l’économie européenne, la reprise du commerce avec l’Europe industrielle, l’essor de la sériciculture dans la Montagne et la création de Beyrouth comme centre administratif font de la ville un centre commercial et financier régional. « Durant le deuxième quart du xixe siècle, les Ottomans […]entreprirent des réformes politiques fondamentales et choisirent Beyrouth comme ville provinciale principale ; […] l’autorité urbaine entreprit une politique édilitaire destinée à transformer Beyrouth en une capitale digne de ce nom » (Davie 2001 : 111). « Dès les années 1850, la ville dépasse ses remparts. Les villages de la campagne environnante deviennent progressivement des quartiers qui gravitent autour du noyau historique»(Eddé 1997 : 35). Sur la carte de Beyrouth en 1859, on peut voir que les habitations s’approchent du sanctuaire de Mar Élias Bétina, limite nord de la plaine de l’Imam Ouzaï vendue par l’émir Chéhab au cheikh Rifaï trois ans auparavant (voir fig. 2-15). Partie de quelque six mille habitants au début du siècle, la ville se gonfle d’un nombre croissant de nouveaux venus, attirés par la prospérité de la ville, l’essor de son commerce ou sa sécurité : nombre d’entre eux fuient le Mont-Liban déchiré par des troubles sociaux et politiques sanglants entre 1840 et 1861. La population de la ville explose. En 1860, elle atteint 45 000 habitants ; « en 1863, 60 000 ; en 1865, 80 000 ; en 1895, 120 000 ; en 1908, 136 500 ; et en 1914, 130 0002.» Même si la ville n’atteint pas encore la Zone des sables, de nombreuses transactions foncières y ont déjà lieu à la fin du xixe siècle (voir fig. 2-16).

Figure 2-15. Beyrouth au moment de la vente de la plaine d’Ouzaï.

Figure 2-15. Beyrouth au moment de la vente de la plaine d’Ouzaï.

Dans les années 1850, la ville de Beyrouth dépasse ses remparts et s’étend au sud sur la colline qui surplombe la plaine de l’imam Ouzaï. On peut voir, au sud de la carte de 1859 présentée ici, le sanctuaire de Mar Élias Bétina, limite nord de la plaine vendue par l’émir Béchir Qassem Chéhab au cheikh Moustafa Rifaï trois ans auparavant.

Carte « Beyrouth et sa banlieue en 1859 » (Source : Hydrographic Office, Londres, extraits), tirée de Davie 1996, p.  145.

Figure 2-16. Éléments d’une généalogie des propriétaires, entre 1856 et 1908, de la parcelle Mdaoura qui deviendra, en 1958, la parcelle 39081.

Figure 2-16. Éléments d’une généalogie des propriétaires, entre 1856 et 1908, de la parcelle Mdaoura qui deviendra, en 1958, la parcelle 39081.

Notes de la figure 2-16
1. Les informations reportées dans ce tableau sont issues des seules pièces portées à connaissance dans le cadre du jugement de la Zone des sables. Tous les propriétaires de cette époque n’y sont probablement pas intégrés.
2. Nous n’incluons pas ici les propriétés métrouké murféké des villages. Dans les limites de la plaine de l’imam Ouzaï possédée par l’émir Chéhab, des parcelles ont été reconnues appartenir au domaine public, mises à disposition des collectivités (par jugement de 1295 H, c’est-à-dire 1878), mais celles-ci se situent à Jnah. À Mdaoura, le mouchaa du village n’a justement pas été reconnu, d’après le jugement de 1876.
3. On ne connaît pas le résultat du procès, et donc si la famille de Naoum Khalil Tabet, prétendant à la propriété, a obtenu des parts de propriété dans la plaine. On peut toutefois le supposer : on sait d’une part que ce procès a concerné la parcelle Mdaoura, car il a tranché en faveur de Rifaï contre les habitants de Bourj el-Barajneh qui réclamaient cette parcelle comme mouchaa ; on sait d’autre part que les héritiers Tabet ont fini par obtenir la propriété de parcelles dans la plaine d’Ouzaï lors de la réalisation du cadastre des années 1930.
4. C’est la première transaction dont nous avons trouvé la trace, mais il est possible qu’il y en ait eu d’autres auparavant. Elle concerne « plus de la moitié des parcelles héritées, cadastrées sous les numéros 5 et 4 et dépendant du kharadj de Chiah », d’après le résumé des réclamations des ayants droit, chapitre « Messieurs Pharaon et Kettaney et leurs sociétés » (République libanaise 1955 : 80) ; « 1 200 parts de ce terrain » de la plaine d’Ouzaï héritée, selon les conclusions du second rapport des experts (idem, p. 28). Les dates diffèrent selon les sources : février et mars 1884 (p. 80) ou avril (p. 28). Selon cette dernière source, seuls « certains de ces héritiers ont vendu 1 200 parts de ce terrain ». Un entretien avec un descendant du cheikh Moustafa Rifaï (le 04/05/2001) donne également ce chiffre de 1 200 parts sur 2 400.
5. Le tribunal des sables de 1955 situe cette vente après celle du 9 jammad el-akhar 1301 à Sélim et Iskandar Trad, alors que la date est antérieure. Il est possible que la première date soit celle de l’enregistrement de l’acte et la seconde celle de l’enregistrement de la vente. Il s’agit ici d’une vente « des parts en association » et non des parts entières. Ils sont copropriétaires de parts. On ne connaît pas le nombre de parts vendues.
6. D’après République libanaise 1955 : 28 et 80. La plaine d’Ouzaï située à Kharadj Chiah sous les nos 5 et 4 a été divisée entre les associés ; la partie restante a été lotie au bénéfice du cheikh Abdelkader Rifaï, le seul des héritiers qui n’a pas cédé sa part. Cette partie a été nommée al-Yerka (idem, p. 80). Abdelkader Rifaï reçoit donc « une parcelle indépendante, en dehors de la zone de conflit » (idem, p. 28). Bien que Sélim et Iskandar Trad ne soient pas cités explicitement, on peut supposer qu’ils ont été concernés par la division.
7. Les dates sont différentes entre la p. 28 et la p. 80.
8. « Youssef » d’après la p. 28, « Moussa » d’après la p. 80.
9. D’après République libanaise 1955 : 80. N. Sursock pourrait avoir agi comme intermédiaire. La date de cette vente doit être comprise comme postérieure à la précédente. Les dates sont laissées telles qu’elles sont indiquées dans les sources. Elles n’ont pas été rendues cohérentes.
10. On ne sait pas si toutes les parts de Charbel Thoumi sont achetées. Il semble que non, car des membres de la famille Thoumi (des héritiers ?) se sont vu attribuer par le jugement de 1955 des parts dans la parcelle 3908 : environ 166 sur 2 400, quand on additionne les parts individuelles. Mais ceci ne donne une indication que pour les descendants (généralement les hommes) qui ont gardé le nom de famille et n’ont pas vendu.
11. Partage entre Moustafa Ramadan et Youssef Yacoub Tabet et associés, in République libanaise 1955 : 12. S’il n’y a pas d’erreur dans le report du nom dans le rapport (ce qui arrive parfois), le nom de Tabet est différent, nous l’avons donc distingué de Ibrahim Yacoub Tabet, qui pourrait être son frère (ils sont tous les deux fils d’un Yacoub Tabet), et des héritiers Tabet, bien qu’il puisse également en être un (le plus souvent, jusque dans les années 1930, ceux-ci portent le nom de Naoum ou de Khalil). Moustafa Ramadan est le fils de la fille que le cheikh Rifaï a eue de sa première femme. C’est dans cet acte de partage qu’apparaît pour la première fois le nom de la parcelle Mdaoura, dont les limites correspondent à peu de chose près à celles de la parcelle 3908. Mdaoura n’a pas été mentionné dans les cahiers de l’ancien cadastre. « Les actes qui ont suivi montrent que Mdaoura fait partie de la plaine d’Ouzaï et que ses limites sont : au sud, la propriété de Moustafa Ramadan, parcelle 1273 ; à l’est, l’ancienne route de Saïda ; au nord, la propriété de Moustafa Ramadan (parcelle 227) ; à l’ouest, la propriété des héritiers Rifaï et la mer. Et les experts ont certifié ces limites sur les plans joints. » (Ibid.)
12. Idem, p. 80. « Cette décision de la cour d’appel confirme la subdivision qui s’est effectuée avec l’un des héritiers du cheikh Moustafa Rifaï. »
13. Habib Ghanem aurait été l’intermédiaire pour la Société égyptienne d’études et travaux. Idem, p. 14.
14. Les autres parts sont réparties ainsi : 30 % pour Ibrahim Tabet et 10 % pour les héritiers de Nahlé Sabah, d’après République libanaise 1955 : 14. À cette page, Édouard Nice est appelé Édouard Tayess (une seule lettre change : en arabe, le tâ’ et le nûn ne se différencient que par un point). Par ailleurs, Sabah est indiqué parfois comme Saba.

  • 3 Entretien avec un descendant du cheikh Moustafa Rifaï (2001).
  • 4 Habitant Bourj el-Barajneh selon un entretien avec un descendant du cheikh Moustafa Rifaï, Chiah se (...)
  • 5 Entretien avec un descendant du cheikh Moustafa Rifaï. Nous ne connaissons pas la cause d’un transf (...)
  • 6 Entretien avec Joseph Naggear.
  • 7 Cet acte est cité dans le résumé des réclamations consignées dans le procès-verbal de délimitation (...)

2En effet, le cheikh Moustafa Rifaï meurt quelques années après avoir acheté la plaine d’Ouzaï et ses nombreux héritiers – cheikh Moustafa Rifaï avait trois enfants d’une première femme, neuf d’une seconde et trois d’une troisième3 – se la partagent. Ils entrent en conflit entre eux, mais aussi, dès 1861, avec Naoum Khalil Tabet, habitant la région4, témoin de la vente, et qui a « par la suite » revendiqué une partie des terres achetées5. Cette personne aurait obtenu du Sultan, par iradé impérial, la disposition (mais non la propriété, semble-t-il) de ces sables, entre la mer et la route de Saïda6. Les héritiers de Naoum Khalil Tabet ont été en conflit avec les héritiers de Moustafa Rifaï sur des terrains de la plaine d’Ouzaï jusque dans les années 1950 – par exemple à nouveau en 1935 pour la parcelle Chiah 187 – et détenaient de nombreux terrains ou parts de terrains sur ce territoire au moment de la réalisation du cadastre dans les années 1930 (voir fig. 2-17). Par ailleurs, rapidement après l’achat par le cheikh Rifaï, puis à la mort de celui-ci, des parts de la plaine et des parcelles sont vendues. Par exemple, une vente au nord de la plaine a été réalisée dès le 13 chaaban 1278 de l’Hégire, soit le 12 février 1862, six ans après l’achat du terrain, au profit de Toufic Georges Janhou7.

Figure 2-17. Les propriétaires reconnus par le cadastre au centre de la plaine d’Ouzaï dans les années 1930.

Figure 2-17. Les propriétaires reconnus par le cadastre au centre de la plaine d’Ouzaï dans les années 1930.

La partie centrale de la plaine d’Ouzaï, entre Beyrouth et la Zone des sables et ses abords à l’est ont été cadastrés à partir de 1931 dans la circonscription foncière de Chiah (feuilles 20 à 24, voir plus haut la situation de la plaine d’Ouzaï par rapport aux découpages du cadastre). Au moment de la réalisation des procès-verbaux de délimitation, entre 1932 et 1937, les terrains y appartiennent à quatre groupes de propriétaires principaux.

Sources : Cadastre de Baabda, procès-verbaux de délimitation ; village de Chiah, circonscription foncière no 7 (Baabda), feuilles 20 à 24 ; et arrêté 67LR du 26/03/1936 pour l’expropriation pour l’aérodrome.

Apparition progressive des contradictions foncières

3Ces ventes et ces conflits rendent visibles la division de la plaine d’Ouzaï et son appartenance à des propriétaires privés. Ils font par ailleurs apparaître des superpositions de droits sur certaines de ses parties à partir de la seconde moitié des années 1870, là où les villages faisaient un usage mouchaa de leurs terrains.

Visibilité progressive de la superposition des catégories foncières et des droits

  • 8 « L’acte est antérieur à la réalisation du cadastre. […] Cette propriété aurait pu être indiquée, q (...)
  • 9 En arabe, minhâ : « parmi eux », c’est-à-dire « parmi les sables des émirs ».
  • 10 Extrait du rapport de Rachad Jisr et Toufic Hamadé cité in République libanaise 1955 : 223.

4Jusque-là, nombreux sont ceux qui ne connaissent pas le caractère privé du terrain et pensent que les terrains sont des terrains mouchaa des villages de Chiah, Bir Hassan et Haret Hreik. Par exemple, lors de la réalisation du cadastre ottoman, au début des années 1860, la vente à Rifaï ne semble pas connue8. Seuls les propriétés des émirs Chéhab et le mouchaa sont pris en compte, comme l’indique un passage de l’argumentation cité dans le jugement des sables : « les sables possédés par les émirs ont été cadastrés au moment de l’ancien cadastre et ont été considérés comme une annexe des propriétés agricoles et ceux d’entre eux9qui n’ont pas été cadastrés ont été considérés comme des terrains à l’abandon (mouhmala) ou [comme] mouchaa du village10 ». La vente des sables au cheikh Moustafa Rifaï n’était donc apparemment pas connue (ou reconnue), d’après cette source, par ceux qui ont réalisé le cadastre ottoman. Les sables sont considérés comme appartenant aux émirs et/ou aux villages. Que cela soit la conséquence des troubles qui ont ravagé la région, d’un déficit de fonctionnement de l’administration ottomane – ou de l’organisation sociale au Mont-Liban – pour ce qui est de la publicité foncière, de nombreux facteurs peuvent être invoqués pour expliquer cette mauvaise connaissance de la situation foncière locale par ceux qui auraient dû la connaître et l’apparition d’une superposition de droits. Le passage de ces terrains à la propriété privée – à moins que ce ne soit l’incompatibilité entre les catégories foncières mulk et métrouké murféké – reste également ignoré des membres du Conseil administratif du Mont-Liban et du responsable du cadastre de Beyrouth (dont ces terres dépendent à cette époque, cf. plus haut, « une zone frontière »), jusques et y inclus le jugement de 1874, que nous avons appelé ci-avant et décrit comme « la première affaire des sables ». Celui-ci réintègre les sables de Beyrouth dans le Mont-Liban au motif qu’ils sont des mouchaa des villages avoisinants, alors que la plaine est vendue depuis presque vingt ans par quelqu’un qui en était devenu le propriétaire privé des années auparavant.

  • 11 « Vu ce qui figurait dans d’autres actes selon lesquels ce mouchaa est la propriété des émirs… » (R (...)

5Nous avons vu plus haut que le levé cadastral ottoman signale l’existence de mouchaa sur les sables appartenant à l’émir Béchir Qassem Chéhab. On ne sait s’il s’agit du terrain revendiqué par la municipalité de Bourj el-Barajneh. Mais en évoquant l’existence d’un tel terrain parmi les terres de l’émir Chéhab, le rapport qui relate la réalisation du cadastre ottoman fait apparaître la superposition, sur des mêmes terrains non cadastrés, d’un terrain mouchaa et d’une propriété privée, celle des émirs. Si l’on reprend les termes du rapport, les sables dits « possédés » par les émirs Chéhab ne pouvaient l’être qu’en propriété privée. Il ne peut être question ici de possession au sens de territoire gouverné, car le cadastre ottoman a été entrepris après l’abolition des privilèges des mouqâta‘ajî (1860)et surtout après la fin du gouvernement des Chéhab sur ce district (1842). La propriété privée des émirs comportait donc à cette époque des terrains mouchaa en son sein. On est alors dans une phase de superposition non seulement de droits, mais de catégories foncières et de propriété : les terres mulk,propriété privée de l’émir Chéhab, et les terres mouchaa, c’est-à-direici métrouké murféké, dont la nue-propriété appartient à l’État. La superposition est explicite. Un certain nombre d’actes indiquent de la même façon que le mouchaa est la propriété des émirs11. Il est possible que, dans l’utilisation du terme mouchaa, seule la dimension d’usage ait été entendue alors ; la superposition n’aurait alors apparemment pas semblé incompatible en termes de propriété. Dans un premier temps seulement. La contradiction ne pouvait qu’apparaître au grand jour.

Des solutions différentes à la superposition des droits dans la plaine d’Ouzaï

6C’est jusqu’en 1876 que les deux statuts de propriété privée et de mouchaa semblent avoir été reconnus simultanément. La situation ne pouvait durer, le domaine éminent d’un terrain ne pouvant pas appartenir à deux propriétaires, en l’occurrence d’un côté les héritiers Rifaï et ceux à qui ils ont vendu, et de l’autre l’État pour les terrains mouchaa. Deux procès, en 1876 et 1878, ont contribué à résoudre cette contradiction. Car les conflits s’étaient multipliés : entre cheikh Moustafa Rifaï et M. Tabet ; entre les héritiers Rifaï ; entre eux et les héritiers de la famille Tabet ; et entre les propriétaires des terrains – et en particulier Moustafa Rifaï et ses héritiers – et les villages de Chiah et de Bourj el-Barajneh, dont les habitants réagissent à l’appropriation des terres mouchaa desvillages.

7Un premier jugement « définitif » du Tribunal d’appel du Mont-Liban a lieu en 1876 (le 10 maïs 1293). Il tranche le conflit né sur ces terres entre les deux familles Tabet et Rifaï, et il règle également le litige qui oppose ces derniers aux habitants de Bourj el-Barajneh qui réclament l’usage de leurs terres collectives au sud d’Ouzaï. Ces derniers obtiennent seulement un droit de passage sur les terres réclamées (voir plus bas).

  • 12 Il n’est pas impossible que ces deux jugements se suivent dans la même affaire : le procès oppose l (...)

8Un second jugement en 1878 (1295)12 concerne également les héritiers des familles Rifaï et Tabet. Il reconnaît une parcelle de Jnah comme terrain mouchaa à la disposition des habitants de Haret Hreik et Chiah.

  • 13 Cité par Requête et conclusions d’appel 1938 : 3-5.

« Un litige étant survenu depuis plus de 60 ans entre les consorts Tabet et Hajj Moustafa Rifaï sur des parcelles sises dans les localités de Haret Hreik et Chiah, parmi lesquelles se trouvait la parcelle litigieuse, fut vidé par un arrêt de la Cour d’Appel de l’ancien Mont-Liban en date de 1295 Hégire […] : “Une parcelle sablonneuse sise au nord du marabout (Cheikh el-Dahra) [ce marabout était situé dans l’actuel quartier de Bir Hassan] à une distance de 100 mètres du code nord jusqu’aux limites de la ville de Beyrouth au nord et jusqu’aux limites de la mer à l’ouest ; de là en ligne droite vers l’est jusqu’à la route de Saïda, est un terrain mouchaa mis à la disposition des habitants de Haret Hreik et de Chiah et le rivage de la mer dénommé ci-haut limité est un terrain mouchaa mis à la disposition du public et personne ne peut en disposer ou se l’approprier”13 ».

  • 14 D’après des entretiens et d’après un certain « cheikh Youssef el-Khatib », cité par Requête et conc (...)

9L’attribution de ce terrain mouchaa de Jnah aurait également correspondu à un droit de passage qu’auraient obtenu les habitants de Haret Hreik et Chiah pour accéder à la mer : « la cour a estimé que la parcelle sablonneuse […] doit être mise à la disposition des habitants de Haret Hreik et Chiah et ce pour avoir accès à la parcelle sise au bord de la mer et dénommée Jnah et que cette dernière est […] un terrain mouchaa mis à la disposition du public et que nul ne peut en disposer ou se l’approprier14 ». Mais ce droit de passage vers la mer, qui aurait été calculé de façon large, est devenu droit de propriété sur un terrain, contrairement à ce qui s’est passé pour Bourj el-Barajneh.

  • 15 Procès-verbal de délimitation de la parcelle 188, procédé le 17/04/1931 (date d’ordonnance d’ouvert (...)
  • 16 Procès-verbal de délimitation de la parcelle 188, procédé le 17/04/1931.

10Nous n’avons pu élucider les raisons de cette différence. Sans doute les différences n’étaient-elles pas aussi affirmées au début qu’elles l’ont été par la suite : elles se seraient accentuées avec le temps, l’histoire de ces deux parcelles divergeant bien avant l’arrivée des Français et la réalisation du cadastre. On peut noter par exemple que, bien que les droits des villages sur la parcelle de Jnah aient été par la suite entièrement reconnus par l’administration, les origines de l’attribution, elles, sont mal connues, comme le montre la note apposée dans le procès-verbal de délimitation de cette parcelle à la rubrique « nomenclature des titres et actes remis par les comparants ci-annexés relatifs aux droits de possession des immeubles » : « il nous a été difficile de reconnaître la provenance dudit bien-fonds par ses propriétaires15 ». Ces droits ont été contestés jusqu’aux environs de 1935, date à laquelle un descendant de Moustafa Rifaï intente, manifestementsans succès, une action réelle contre le ministère des Travaux publics et contre les municipalités de Chiah et Haret Hreik sur ce terrain pour la division de ce qu’il considère être sa part16.

  • 17 Un membre du cadastre fait état de dons de terrains par les mutasarif, lesquels appartenaient alter (...)

11Résolus différemment au nord et au sud de la plaine d’Ouzaï – au nord, en 1878, les habitants de Chiah et Haret Hreik ont fait reconnaître le caractère mouchaa du terrain de Jnah auprès du tribunal, tandis qu’au sud, en 1876, celui-ci rejette les réclamations des habitants de Bourj el-Barajneh pour la région de Mdaoura et tranche en faveur de la propriété privée –, c’est au sud que les superpositions de droits et les conflits afférents se poursuivent17.

Figure 2-18. Les parcelles mouchaa de la plaine d’Ouzaï.

Figure 2-18. Les parcelles mouchaa de la plaine d’Ouzaï.

Fond de plan, au nord : état parcellaire avant 1930, réalisé à partir des informations données par les premiers levés du cadastre ; au sud, état parcellaire (contesté) en 1942, réalisé à partir des levés de 1942 dans la Zone des sables.

Source : cadastre de Baabda.

1876, début du déni progressif des droits sur le terrain mouchaa de Bourj el-Barajneh

12Il aura donc fallu vingt ans après que Béchir Qassem Chéhab a vendu son terrain pour que le mouchaa du village de Bourj el-Barajneh ne soit plus reconnu et que les principaux droits des habitants sur ce terrain leur soient déniés.

13Aucun document légal ne semble jamais avoir pu prouver l’existence du mouchaa de ce village. Il n’y avait sans doute jamais eu besoin de réaliser un document pour le décréter tel. Seuls les témoignages semblent s’accorder sur le fait qu’il y en avait un, utilisé, reconnu par l’usage, au xixe siècle et même vraisemblablement avant. Il est possible que, même éventuellement après le passage en propriété privée, « ces terres, mouchaa de Jnah à Khaldé, appartenant au Sultan ottoman, aient été [re ?]distribuées aux communes par les émirs Chéhab au xixe siècle, pour ce qui est de la partie sablonneuse, proche de la mer, où il pouvait y avoir des troupeaux » (entretien avec un habitant).

  • 18 Les fondements de ce jugement sont contestés par la municipalité de Bourj el-Barajneh lors du procè (...)
  • 19 « … mais que les habitants de ce village avaient un droit de servitude » (République libanaise 1955 (...)

14Mais, si le caractère mouchaa de ces terrains n’a probablement jamais été reconnu légalement, c’est légalement qu’il commence en revanche à disparaître, à partir du jugement de 1876, au bénéfice de la propriété privée apparue avant 1850. Ce jugement reconnaît partiellement l’usage collectif que les habitants de Bourj el-Barajneh faisaient de ce terrain et leur octroie un droit de servitude. Mais il ne reconnaît pas son caractère mouchaa18 : le « jugement définitif émanant du tribunal d’appel du Mont-Liban à la date du 10 maïs 1293 […] disait qu’il n’y a pas de mouchaa pour le village de Bourj el-Barajneh19…»

  • 20 « Les habitants de Chiah, Bir Hassan et Haret Hreik et d’autres habitants des villages du littoral (...)
  • 21 « Le jugement du 10 maïs 1293, selon lequel les habitants de Bourj el-Barajneh n’ont aucun droit da (...)
  • 22 Ces dernières informations sont tirées de l’entretien avec un descendant du cheikh Moustafa Rifaï. (...)

15On ne sait pas ce que le juge connaissait, ni pourquoi il a tranché en faveur de la propriété privée. Il est possible qu’il n’ait pas pu entériner ou pas voulu se mettre dans la situation de devoir arbitrer en faveur d’une superposition de droits. Mais si mouchaa il y a eu, les droits des habitants ont considérablement été réduits avec ce jugement : il n’est plus question désormais pour les habitants de faire paître le bétail sur ces terres, ni d’en extraire les pierres de carrière ou de l’utiliser pour y estiver à la saison chaude comme ils en auraient eu l’habitude20. Le jugement n’accorde plus qu’un « droit de servitude pour boire l’eau douce et faire boire leur bétail ainsi que faire la sieste sur le bord de mer » (République libanaise 1955 : 223)21. Cette servitude n’aurait pas été un droit sur la terre mais une servitude de passage vers la mer et en particulier vers Ouzaï où une « source d’eau fraîche coulait à côté de la mosquée et du petit port » (entretien avec un habitant). Cette servitude se serait peut-être traduite concrètement par un chemin, mais qui ne se serait pas devenu parcelle comme à Jnah22. L’histoire ultérieure de cette parcelle (voir plus loin) ne favorisera pas cette concrétisation.

  • 23 République libanaise 1955 : 53-57.
  • 24 « Ce jugement n’a aucun effet légal, comme l’a statué le tribunal d’appel de Beyrouth par sa décisi (...)
  • 25 « Le jugement du 10 maïs 1293 […], n’est pas applicable sur tous les habitants de Bourj el-Barajneh (...)
  • 26 Un certain nombre de parcelles sont attribuées au début des années 1930 à chacune des deux parties (...)

16La décision de ce tribunal servira dans les conflits ultérieurs. Ceux-ci se poursuivent ne serait-ce que parce que cette décision de 1876 n’est peut-être pas valide. Car si certains parlent du « jugement […] concernant le conflit entre les habitants de Bourj el-Barajneh d’un côté et les héritiers de cheikh Moustafa Rifaï de l’autre » (République libanaise 1955 : 223), on ne sait pas si le procès opposait effectivement ces deux parties ou s’il arbitrait seulement entre les familles Tabet et Rifaï (« le jugement Tabet-Rifaï du 10 maïs 129323 », dit-on parfois), auquel cas il ne serait pas applicable aux habitants de Bourj el-Barajneh24, et donc au caractère collectif de ce terrain, ou ne se serait appliqué qu’à certains d’entre eux et n’aurait donc pu concerner la collectivité25. Mais à partir du moment où ce jugement a été rendu, il a été utilisé pour dénier juridiquement le droit sur ce terrain des habitants des villages avoisinants, et ceux-ci n’ont plus cessé, jusqu’à aujourd’hui, d’être en conflit – légalement encadré par un procès ou non – avec les propriétaires, se référant inlassablement à ce droit d’usage retenu par la mémoire, mais jamais juridiquement reconnu. De leur côté, les parties Tabet et Rifaï restèrent en conflit sur certains de ces terrains jusqu’au jugement de 195526.

Entrée dans l’histoire urbaine, perpétuation des conflits et apparition des quartiers irréguliers

  • 27 « Cette parcelle aurait été de tout temps en possession des habitants des deux villages [de Chiah e (...)
  • 28 Le terme est ici utilisé au sens large.

17Ces ventes et conflits qui apparaissent dans la plaine d’Ouzaï dans la deuxième moitié du xixe siècle correspondent au passage de ces terrains dans le marché foncier urbain. Auparavant, il n’était question, pour les domaines, privés ou non, des mouqâta‘ajî, que de rendement agricole et fiscal, et ces terrains n’en avaient guère. Mais au contact de la ville, les terrains prennent une valeur foncière urbaine. À la fin des années 1870, la ville s’était étendue et avait maintenant atteint le nord de la plaine d’Ouzaï, au sud du sanctuaire de Mar Élias Bétina (voir carte de la ville en 1876, fig. 2-19). Les terrains commencent alors à être urbanisés au nord de la plaine. À partir des années 1880 et jusqu’à la première guerre mondiale, une « période de calme relatif qui contraste avec l’extrême tension de la période précédente» est accompagnée du « développement d’un capitalisme local de type moderne» (Chevallier 1971 : 293-294). Pour faire face aux échanges qui se sont considérablement accrus depuis qu’en 1860 Beyrouth est devenu lecentre administratif, commercial et maritime d’une longue province maritime, la ville se développe autour de l’aménagement de grandes infrastructures, en particulier celui du port entre 1890 et 1894. Les terrains mouchaa sont utilisés, et même loués, par les villages à des particuliers pour l’extraction de la pierre et du sable de construction et pour l’estivage. C’est le cas des terrains revendiqués par Bourj el-Barajneh, ainsi que du terrain mouchaa de Jnah27. Ces terrains font aussi l’objet de ventes et d’achats. « C’était le seul endroit amirié28 autour de Beyrouth. Quand on a vu qu’on pouvait l’exploiter, on a cherché comment l’acquérir » (entretien avec un ancien directeur national du cadastre). Même si l’urbanisation proprement dite n’atteindra la plaine qu’à la seconde moitié du xxe siècle et que de larges pans ne sont pas encore urbanisés en 2000, le passage de la plaine d’Ouzaï dans l’histoire urbaine date de cette époque. Dans les années 1880, plusieurs transactions importantes y ont lieu, dans lesquelles la moitié des parts de cet immense terrain changent de mains (voir par exemple l’esquisse de la généalogie des propriétaires sur la parcelle Mdaoura, fig. 2‑16).

Figure 2-19. Beyrouth a rejoint la plaine d’Ouzaï au moment des procès dont celle-ci fait l’objet.

Figure 2-19. Beyrouth a rejoint la plaine d’Ouzaï au moment des procès dont celle-ci fait l’objet.

En 1876, à l’époque des procès dont la plaine d’Ouzaï fait l’objet, Beyrouth et ses banlieues avaient atteint le sanctuaire de Mar Élias Bétina et le bord de la plaine d’Ouzaï commençait à être urbanisé.

Carte : « Plan de Beyrouth dédié à S. M. J. le Sultan Abdul Hamid II, par Julius Löyyved, vice-consul du Danemark intendant des écoles anglo-syriennes, etc. », 1876, original au 1/12 200 (extrait).

Le projet de ville nouvelle de Chakkour Pacha à Ouzaï

  • 29 Procès-verbal de délimitation de la parcelle 227 du 15/02/1932.
  • 30 La société est nommée différemment selon les sources : « sharîkat al-mubâhath wa al-‘amal al-misriy (...)

18Deux ventes marquent définitivement l’entrée de la plaine dans l’histoire urbaine de Beyrouth : celle de 1906 puis celle de 1908, de 60 % des parts de deux parcelles, celle de Cheikh el-Dahra, actuellement à peu près le lotissement de Bir Hassan sur l’ancienne parcelle 189, et celle de Mdaoura, actuellement à peu près la parcelle 3908, ainsi que l’ancienne parcelle 27929 dont l’emprise est aujourd’hui recouverte par le Golf (voir fig. 2-20). Ces ventes donnent la majorité des parts de ces deux parcelles à une société égyptienne, la Société égyptienne d’études et travaux30.

Figure 2-20. Parcelles achetées pour la réalisation de la ville nouvelle de Chakkour Pacha en 1906.

Figure 2-20. Parcelles achetées pour la réalisation de la ville nouvelle de Chakkour Pacha en 1906.

Fond de plan, au nord : état parcellaire avant 1930, réalisé à partir des informations données par les premiers levés du cadastre ; au sud, état parcellaire (contesté) en 1942, réalisé à partir des levés de 1942 dans la Zone des sables.

Sources : République libanaise, L’affaire des sables,et cadastre de Baabda.

  • 31 Fils d’un propriétaire terrien originaire du Mont-Liban et installé de longue date en Égypte, Manso (...)

19Cette société avait été créée au Caire en 1904 par Mansour Neghib Chakkour Pacha, ingénieur libanais du Caire et administrateur de plusieurs autres sociétés31. Ce promoteur avait l’ambition de réaliser une ville nouvelle au sud de Beyrouth, à proximité d’Ouzaï. Beyrouth la Neuve, Bayrût al-Jadîda, était donnée en « solution à l’encombrement du centre-ville et sans doute aussi en réponse à la sensibilité de la bourgeoisie vis-à-vis de certains secteurs de celui-ci» (Davie 2001 : 89). Cherchant à prendre exemple sur la ville d’Héliopolis au Caire, il s’agissait, en fait, d’un projet d’une échelle bien moindre, « comme Chakkour Pacha en avait posé les bases en Égypte par la Société égyptienne de recherche et travaux» (République libanaise 1955 : 14), construit sur le même « modèle » de lotissement spéculatif qui a inspiré de nombreuses opérations tout au long des xixe et xxe siècles. Le nouveau quartier avait été situé dans la région sud-ouest de Beyrouth en raison de « sa salubrité et de la beauté de son paysage » (République libanaise 1955 : 14). On retrouve ici les arguments des discours sur l’hygiène, l’ordre et la beauté qui sous-tendaient la réalisation de la ville d’Héliopolis (Ilbert 1981 : 71). C’était sans doute également en raison de la disponibilité foncière qu’elle offrait.

  • 32 Une notice publiée en 1909 indique que le capital social de la Société égyptienne de recherche et t (...)

20Après sa création, la société a rapidement investi au Liban32. « Étant donné que la loi ottomane ne permettait pas aux personnes morales d’être propriétaires dans les Sultanats, la société a été obligée d’acquérir des terrains à l’aide de tierces personnes. Elle a donc acheté au Liban le 4 décembre 1906, par l’intermédiaire de Habib Ghanem, 60 parts sur 100 de deux parcelles, la première s’appelant Cheikh el-Dahra et la seconde Mdaoura. Les autres parts sont réparties entre Ibrahim Tabet (30 parts) et les héritiers de Nahlé Sabah (10 parts). […] Le 23 octobre 1908, Habib Ghanem a vendu 60 % à M. ÉdouardNice, président du conseil d’administration de la société, par un acte enregistré au tribunal du Metn sous le numéro 1443 » (République libanaise 1955 : 14).

21C’est entre ces deux ventes, le 12 février 1907, que deux plans ont été réalisés par les ingénieurs Zikliara et Yojofski (ou Bojoski). Nous n’avons pas retrouvé ces plans ni les limites exactes de cette ville projetée, mais comme les deux parcelles de Mdaoura et Cheikh el-Dahra en faisaient manifestement partie, le projet devait vraisemblablement couvrir une zone un peu inférieure à celle couverte aujourd’hui par Élyssar. Ultérieurement, sans doute en 1927, deux autres plans seront établis par l’ingénieur Kartikoff pour l’aménagement des deux quartiers de Cheikh el-Dahra et de Mdaoura (République libanaise 1955 : 14 et 18).

  • 33 La société avait six hectares à la même époque à Istanbul.
  • 34 Le procès-verbal de délimitation de la parcelle 189 a disparu, mais Édouard Nice est cité pour l’au (...)
  • 35 Procès-verbal de délimitation de la parcelle 227 en date du 15/02/1932.
  • 36 La vente de parts de cette parcelle par cette société le 17 octobre 1944 est mentionnée dans Républ (...)

22Plusieurs raisons se sont manifestement conjuguées pour empêcher le projet d’aboutir. Premier frein à la réalisation de la ville nouvelle, et non le moindre : la société n’aurait essuyé que des pertes entre le krach de 1907 et 1925 (Wright 1909). Mais d’autres raisons sont également invoquées : d’une part « les manques de moyens, […] le désengagement financier de la France, les hésitations réciproques et la progressive paralysie de la municipalité » (Davie 2001 : 89) ; enfin, la première guerre mondiale et les intérêts militaires français : « La société n’a pas pu réaliser son projet à cause du début de la première guerre mondiale. À l’achèvement de la guerre, les dispositions militaires ont fait obstacle à la poursuite de la réalisation car Cheikh el-Dahra a été transformé en un centre de dépôt militaire. Des plaintes ont été portées en France, mais les tribunaux ont gardé la main sur ces plaintes jusqu’à la guerre de 1939-1945, c’est-à-dire après que la société a vendu tous ses terrains » (République libanaise 1955 : 14). La société ne s’est cependant sûrement pas défaite de ses terrains de manière significative avant les années 1930. En 1927, la société possédait encore 113 hectares de terrains à Beyrouth (Banco italo-egiziano 1927 : 116-119)33. Il n’est pas possible de savoir avec certitude si ces hectares correspondent aux parts achetées quelque vingt ans plus tôt (même si cela correspond, en ordre de grandeur, aux 60 % des terrains concernés) ou s’ils sont le résultat de ventes et achats ultérieurs. Mais cela est vraisemblable : la parcelle 189, sur laquelle se trouvait le lieu-dit Cheikh el-Dahra, appartenait toujours à Édouard Nice en 193134 et la parcelle 279 à la Société égyptienne de recherche et travaux en 193235. Par ailleurs, la société a possédé des parts dans la parcelle Mdaoura (qui possédait alors les numéros temporaires 1251 et 1271) au moins jusqu’en 1944, date à laquelle elle vend des parts de cette parcelle36.

  • 37 La société avait alors des administrateurs belges (l’entrepreneur Léon Rolin) et probablement des c (...)
  • 38 Voir aussi Farhat 1994 citant les dires d’un moukhtar de la région.

23Ce projet serait tombé dans l’oubli s’il n’avait pas eu un impact important sur la plaine d’Ouzaï. Les terrains ne concernaient plus seulement les habitants des villages avoisinants. Ils étaient détenus avec l’appui de capitaux étrangers et au nom d’une société étrangère impliquant entre autres des acteurs européens. Par exemple, l’entrepreneur belge Léon Rolin était administrateur de la société en 192737. La valorisation foncière suscitée par ce projet et la spéculation qui l’a sans doute accompagnée n’ont fait que rendre plus complexe, en particulier sur la parcelle Mdaoura, et avant même que la réalisation du cadastre ne soit entamée par les Français, une situation foncière déjà devenue opaque par les superpositions de droits que nous avons exposées plus haut. Au point que c’est ce projet de Chakkour Pacha qui a été principalement incriminé par le tribunal mis en place pour l’affaire des sables : « les litiges actuels ont été causés par ce projet-là » (République libanaise 1955 : 14). Cette lecture de la situation est partagée par des habitants de la région de Bourj el-Barajneh qui connaissent encore aujourd’hui l’existence du projet de Chakkour Pacha, la vente de 1906 et son lien avec le processus qui a mené au procès de 1955 (entretien avec un habitant de Bourj el-Barajneh)38.

Focalisation sur la parcelle Mdaoura

24Nous avons vu plus haut que deux jugements de 1876 et 1878 donnaient tous deux un droit de passage aux habitants des villages (respectivement de Bourj el-Barajneh et de Chiah et Haret Hreik) sur les terres privatisées de la plaine d’Ouzaï pour accéder à la mer. Dans ce cas-ci, ce droit s’était traduit par la possession par les villages d’un terrain mouchaa dans la région de Jnah, possession entérinée par le cadastre en 1931. Mais dans ce cas-là, ce n’était qu’un « droit de servitude pour boire l’eau douce et faire boire leur bétail ainsi que faire la sieste sur la côte de la mer » (République libanaise 1955 : 53-57 et 223), formule dont les termes laissaient entendre qu’il ne s’agissait que d’un droit de passage vers la mer, dès lors que la source d’eau fraîche était à Ouzaï, au bord de la mer. Cependant, si le passage vers le rivage grevait effectivement la parcelle Mdaoura (celle-ci recouvrait la totalité des terres qui séparent Bourj el-Barajneh de la mer) et si toutefois le jugement de 1876 était valide sur cette question, cette servitude semble avoir disparu avec le temps et les ventes successives dans la parcelle Mdaoura.

25Le projet de Chakkour Pacha sur cette parcelle aura fortement renforcé cette tendance. D’un côté, les propriétaires de ce terrain destiné au lotissement spéculatif n’auront sûrement pas cherché à entretenir cette servitude. De l’autre, la municipalité aura redoublé ses efforts pour faire reconnaître les droits de ses habitants, droits qui disparaissaient d’autant plus vite que le terrain était destiné à la construction d’une ville nouvelle, et aura préféré réclamer la propriété du terrain plutôt qu’un droit de servitude, que de toute façon elle n’avait jamais admis, et ce d’autant plus qu’apparaissait la possibilité d’une valorisation du terrain qu’elle réclamait. Aussi ne retrouve-t-on pas mention de cette servitude dans les documents intermédiaires du cadastre, alors que la réclamation de la propriété du terrain par la municipalité apparaît en première position dans le recensement, en 1942, des personnes réclamant la propriété des biens-fonds 1251 et 1271 (la parcelle Mdaoura).

26Mais s’il a pu être écrit dans le jugement de 1955 que « les litiges actuels ont été causés » par le projet Chakkour Pacha, on ne peut cependant pas dire que celui-ci en est la cause. Sinon, la parcelle 189, également achetée pour la réalisation du projet, aurait, elle aussi, fait l’objet de litiges importants, ce qui n’est pas le cas. Les litiges qui n’ont pu être résolus avant le jugement des sables sont ceux qui ont fait l’objet d’une mise à part en 1931 en raison de la superposition de droits apparue autour de la question des terrains mouchaa de Bourj el-Barajneh. Tout se passe donc comme si l’absence de résolution de cette superposition de droits par la puissance publique à l’époque avait été rendue visible et amplifiée par ce premier projet d’urbanisme sur la zone et n’avait plus pu être comblée par la suite.

27La parcelle Mdaoura tient toutefois à l’intérieur du procès des sables une place particulière, qui est liée en partie au projet Chakkour Pacha. En achetant des parts dans la parcelle Mdaoura très tôt dans le siècle, avant que la parcelle soit lotie et sans la lotir pour l’occasion, la Société en charge du projet l’a maintenue dans des dimensions qui, pour être nécessaires à la réalisation d’un projet de grande ampleur, n’en a pas moins provoqué une copropriété difficile à gérer, et ce d’autant plus dans une situation de conflit foncier.

  • 39 Entretien avec J. Naggear. D’après lui, cela n’aurait probablement pas rencontré d’obstacle sérieux (...)

28À partir de ce moment-là, les facteurs fonciers sont en place pour que les terrains de la Zone des sables (au sens du périmètre défini en 1931) soient occupés de façon illégale de préférence à d’autres. Des voix se sont bien élevées, dont celle du directeur du Bureau technique municipal, lorsque, au début des années 1930, les opérations du cadastre ont été ouvertes sur la banlieue sud-ouest de Beyrouth, pour demander à ce que l’ensemble des terrains sablonneux soit considéré comme domaine public et inscrit au nom de l’État39. Mais les parcelles ont finalement été inscrites aux noms de ceux qui sont venus se déclarer comme propriétaires et la Zone des sables a été créée et mise à l’écart pour un traitement ultérieur.

Deux logiques parallèles se mettent en place

29Tant qu’aucun jugement n’était rendu, aucune partie n’était en tort. Seule l’était peut-être la puissance publique qui n’avait pas mis un terme à la polémique lorsque des voix s’étaient élevées contre la validité du jugement de 1876, laissant supposer qu’il n’était pas si simple de trancher et donc que la superposition de droits avait un fondement. Elle a laissé cette situation se développer pendant trois quarts de siècle.

30Pendant ces années, deux logiques s’étaient mises en place, en parallèle, sur les mêmes terrains.

  • 40 Durant toutes ces années, de nombreux lotissements et ventes, ponctués par des procès, notamment à (...)
  • 41 Il est possible de lotir sans que le terrain soit inscrit au cadastre, à condition que le moukhtar (...)

31La première était celle des propriétaires qui agissaient comme s’ils ignoraient les droits revendiqués par la municipalité, même après l’abandon du projet de Chakkour Pacha et la vente, en 1944, des parts détenues par la Société égyptienne d’études et travaux. Le terrain était rentré dans le marché foncier40 et les parts, appelées « actions », passaient de mains en mains ; en 1942 plus de 40 propriétaires étaient ainsi en lice pour la propriété du terrain Mdaoura, sans possibilité de lotissement ou de partage faute d’entente entre eux41.

  • 42 « Ils avaient comme projet de mettre l’aéroport là-bas déjà dans les années 1930. Avant Écochard, i (...)
  • 43 écochard 1948, « Le plan directeur de la ville de Beyrouth. Causerie de Michel écochard au banquet (...)

32De nouveaux enjeux étaient apparus avec la création des premiers établissements de loisirs sur les plages dans les années 1930 (voir plus loin) et surtout avec l’ambition, exprimée dès 1941 par Michel Écochard, et peut-être même avant la guerre42, d’installer à cet endroit l’Aéroport international de Beyrouth (il apparaît sur un plan directeur de 194543).

  • 44 Par exemple ces plans et croquis, conservés au cadastre de Baabda : Plan « direction de l’aviation (...)
  • 45 La première piste de l’aéroport international de Beyrouth avait été ouverte le 1er juillet 1950. L’ (...)
  • 46 Dossier 7179, conservé au cadastre de Baabda.

33Comme cela avait été le cas pour l’aérodrome de Bir Hassan – dont l’achèvement de la construction en 1936 a correspondu à l’achèvement du cadastre de la proche banlieue sud –, et essentiellement parce que les espaces concernés sont de grands espaces non bâtis, la construction de l’équipement aéroportuaire a coïncidé avec la réalisation du cadastre sur la zone qu’il devait occuper, créant une valorisation foncière des terrains dans le temps de leur inscription. D’après un ancien directeur national du cadastre, une fois l’aéroport construit, la valeur des terrains avait décuplé. Les premières propositions de situer le nouvel aéroport dans cette zone correspondent donc à peu près à l’ouverture des travaux du cadastre sur la Zone des sables en 1941, et les études, puis les travaux de l’aéroport, entre 1947 et 1957, ont lieu en même temps que la réalisation des rapports judiciaires puis que le procès de la Zone des sables. L’activité de conception et de construction de l’aéroport se poursuit notamment de façon active durant toute la durée du procès entre 1953 et 195544 et c’est au cours de son instruction qu’a eu lieu l’inauguration de l’aérogare, le 1er juillet 1954, et l’ouverture au public des installations définitives45. Le classeur réunissant au cadastre les études pour l’aéroport a même pour titre « aéroport international de Beyrouth et zone sablonneuse indépendante46 », liant ainsi explicitement les deux dossiers dans cette administration.

  • 47 Décret 8792 du 21/02/1955.

34L’aéroport est la pièce motrice du processus plus large d’urbanisation de la banlieue sud qui l’accompagne. Après le plan Écochard de 1944 et celui de Egli de 1950, qui tous deux y implantent une ville nouvelle, d’autres plans d’urbanisme réglementent la zone. La loi du 1er mai 1950 réglemente les constructions de part et d’autre du boulevard qui mène à l’aéroport, puis le plan d’urbanisme de la banlieue sud de 1953 (décret 2616), prévoit d’urbaniser la banlieue sud jusqu’à l’aéroport (voir partie précédente). De grands équipements sont construits, comme la Cité sportive dont l’édification est décrétée en 195547.

  • 48 « La zone des sables restera donc, du fait du prix des terrains, l’apanage de la haute bourgeoisie  (...)

35Dès 1948, la valorisation foncière due à la construction de l’aéroport et des boulevards qui y mènent multiplie le prix des terrains par six, au détriment de la puissance publique qui n’a exproprié qu’après la valorisation, malgré les mises en garde des professionnels de l’urbanisme dès 1945 (Naggear 1948 : 297-298), et au bénéfice des propriétaires, expropriés ou non. « L’intérêt, c’était d’être exproprié, parce que l’aéroport était exproprié à 25 livres. Et, surtout, la valeur que prennent les parcelles autour… » (entretien avec un ancien directeur national du cadastre). Les terrains de la Zone des sables entrent ainsi de plain-pied dans ce processus de valorisation et constituent une richesse en devenir pour ceux qui prétendent en être les propriétaires. Le développement de la ville dans cette direction favorisera également la spéculation foncière, au moins jusqu’au début des années 1960. À ce moment, les prix des terrains des sables et des dunes étaient devenus « les plus élevés » (alors que les terrains cultivables du sud de Beyrouth valaient le moins cher) : « les sables plus proches de la ville restaient vierges afin de permettre à leurs propriétaires de réaliser, par la suite, lorsque les autres terrains seraient construits, de substantiels bénéfices » (Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues 1963 : IV)48.

  • 49 Selon une personne dont la famille aurait construit vers 1940 avec une autorisation de la municipal (...)
  • 50 Arrêté n° 6 du 3 février 1945 cité dans le compte rendu de réunion du Conseil municipal de Bourj el (...)
  • 51 Résumé des réclamations des ayants droit, paragraphe sur Bourj el-Barajneh, in République libanaise (...)
  • 52 Compte rendu de réunion du Conseil municipal de Bourj el-Barajneh du 4 août 1953, traduit en annexe (...)
  • 53 Voir l’attestation délivrée en 1959 par le maire de Bourj el-Barajneh confirmant que M. M. G. a con (...)

36La seconde logique était celle de la municipalité et de ses habitants. À partir de 1924, les habitants construisent davantage (la perspective de l’enregistrement au cadastre ?) et le nombre de maisons commence à croître à Ouzaï (entretien avec un ancien habitant d’Ouzaï). En 1932, il y avait déjà des petites maisons bâties au bord de la mer. La municipalité agissait également comme si elle était propriétaire du terrain : elle supervisait l’installation d’estivants sur la partie du terrain située à proximité de la mer et donnait des autorisations d’installation49. La municipalité avait également donné en 1945 un bail à l’ingénieur Farid Trad sur la partie non construite du terrain pour réaliser un projet de construction pour les habitants50. Elle le disait elle-même au début des années 1950 : « la municipalité de Bourj el-Barajneh n’a été constituée que depuis environ 10 ans et, dès sa constitution, elle a mis seule la main sur le mouchaa objet du conflit comme si elle en était le propriétaire absolu et elle agissait dessus en propriétaire indépendant51». L’action des habitants participait de la même logique, même lorsqu’elle n’était pas maîtrisée par la municipalité. « Avant 1955, puisque c’étaient des terrains mouchaa, on attendait que ça devienne des terrains de tous, que chacun ait sa part ; les gens pensaient qu’on allait distribuer le terrain aux gens qui avaient leur cabanon. Puisqu’ils avaient cette attente, ils ont transformé leur paillote en dur ; car ils avaient une attente de ce terrain » (entretien avec un habitant originaire de Bourj el-Barajneh). Et de fait, dès avant mi-1953, bien qu’encore peu nombreuses, « les maisons modernes à plusieurs étages se multiplient » (Chehabeddine 1953 : 286). Le décret-loi n° 51 du 10 mars 1953 mettant en place le tribunal exceptionnel pour l’affaire des sables n’a assurément pas refroidi les ardeurs de ces réclamations : pétitions des habitants occupant déjà le terrain durant l’été 1953 ; évocation en conseil municipal, en août 1953, de la décision à prendre de mettre en location de façon formelle des portions de terrain pour l’estivage52 ; constructions de maisons, par exemple en 195453

Après 1955, les deux logiques se poursuivent ; l’une devient illégale et s’oppose à l’autre

37Ces logiques parallèles se poursuivent après le jugement du 17 septembre 1955, mais l’une d’entre elles devient illégale et s’oppose maintenant explicitement à l’autre.

  • 54 D’après le procès-verbal de délimitation de la parcelle 3908, réalisé le 4 novembre 1955.

38Pour l’ancienne parcelle Mdaoura, légèrement redimensionnée et désignée par le numéro 3908, le tribunal attribue les parts de la propriété à cinquante-deux personnes, parmi lesquelles plusieurs membres de mêmes familles. Les membres de cinq familles obtiennent les trois quarts des parts (plus de 1 880 parts sur 2 400) : les familles Bou Akl, Jbeily, Thoumi, Pharaon, Kettaney54. Or, les membres de ces trois dernières familles au moins sont au bout de la chaîne des propriétaires ayant acheté au cheikh Moustafa Rifaï (voir esquisse de la généalogie des propriétaires sur la parcelle Mdaoura, fig. 2-16). En jugeant de la sorte, le tribunal a entériné le caractère de propriété privée du terrain cent ans plus tôt, en 1856, et le rejet des revendications les plus anciennes du village de Bourj el-Barajneh qui se voit refuser ce qu’avaient obtenu les villages de Chiah et Haret Hreik (qui s’était traduit par la propriété de la parcelle 188 à Jnah).

  • 55 Ministère de l’Intérieur, département des Affaires municipales, arrêté n° 424/AD du 22/12/1974 redé (...)
  • 56 D’après un entretien avec un habitat de Ouzaï, « l’arrangement » (moyennant finances) entre Hussein (...)

39La municipalité de Bourj el-Barajneh n’obtient donc de parts ni dans la parcelle 3908 ni dans les nombreuses autres parcelles qu’elle réclamait entre son village et la mer – dont en particulier celles sur lesquelles sont installés les quartiers Raml et Ouzaï. Ayant appuyé son argumentation, qui a été rejetée, sur la position de la limite de son village, elle n’obtient pas même qu’Ouzaï soit inclus dans les limites de la municipalité ou même dans la circonscription foncière de Bourj el-Barajneh. Le quartier d’Ouzaï ainsi que quelques terrains plus au nord, dont le Golf, ne seront inclus dans la municipalité de Bourj el-Barajneh que quelque vingt ans plus tard, en 197455 (voir fig. 2-21), à la faveur des relations entre le ministère de l’Intérieur de l’époque et le président de la municipalité de Bourj el-Barajneh56, mais les limites de la circonscription foncière ne changeront pas.

Figure 2-21. Histoire des limites de la minicipalité de Bourj el-Barajneh.

Figure 2-21. Histoire des limites de la minicipalité de Bourj el-Barajneh.

Fond de plan : La banlieue sud, plan photogrammétrique, Oger 1991.

  • 57 Entretien avec le président du Conseil municipal de Mreijé, Tahouita el-Ghadir et Laylaké.
  • 58 D’après le directeur national du cadastre, l’exécution de l’aéroport et les expropriations auraient (...)
  • 59 Décret 1259 du 09/01/1969.

40Les propriétaires privés, confirmés dans leurs droits, ne tirent pas beaucoup parti de leurs terrains, bien que ceux-ci aient une valeur foncière accrue. Ceux qui ont reçu des parts dans les terrains situés au sud de la Zone des sables (ils sont considérés par certains comme les plus chanceux57) sont de fait expropriés rétroactivement pour la réalisation de l’Aéroport international de Beyrouth qui y est implanté et qui, en cette année 1955, est déjà en service depuis cinq ans58. Ceux qui ont reçu des parts dans des terrains situés au nord de la zone se retrouvent d’emblée propriétaires en indivision avec de nombreux autres propriétaires, sur des terrains de grande taille (la parcelle 3908 fait plus de 100 hectares). Pour pouvoir construire ou développer, il leur faut s’entendre et obtenir l’unanimité des co-indivisaires. Ces terrains sont situés en bordure des pistes de l’aéroport, et sont donc devenus inconstructibles ou constructibles de façon limitée : pendant le procès, le plan d’urbanisme de la banlieue sud de 1953 (décret 2616) a situé un cimetière sur la parcelle 3908 et, ailleurs, les servitudes de l’aéroport imposent des limites de hauteur et de constructibilité. De plus, le terrain est déjà occupé : sur sa partie ouest par des maisons ou des cabanons d’estivants au bord de la mer pour la parcelle 3908 ; sur la partie est par les premières maisons du quartier de Raml. Quelques années plus tard, l’extension projetée de l’aéroport rend non ædificandi la partie sud du terrain59 et, plus largement, le plan d’urbanisme de 1964 est accompagné d’une réglementation de la construction qui aurait fait baisser, pour un temps, les prix en banlieue sud (Khuri 1975 : 190), incitant peut-être les propriétaires à attendre. Un certain nombre de propriétaires commencent à ce moment-là à vendre leurs parts à ceux qui occupaient le terrain.

  • 60 « L’État a donné les terrains aux familles Kettaney, Khoury, Boustany, Haddad, Salam ; et ils ont c (...)

41Le jugement n’infléchit pas non plus le mouvement de construction des habitants sur le terrain, au contraire. Le sort de ces occupants n’est pas réglé par le procès qui ne prévoit manifestement rien pour que le terrain soit libéré. Quelques-uns des occupants craignent d’être dessaisis et vendent. Mais de nombreux autres construisent. Sur le terrain, le mouvement devient tel que des observateurs perçoivent que « c’est le procès de 1955 qui a fait démarrer la construction dans la zone » (entretien avec un habitant de Bourj el-Barajneh). Ce mouvement se fait en réaction au verdict du procès. En effet, pour beaucoup, ignorants des superpositions de droits antérieures, la privatisation du terrain mouchaa date de cette époque : « le peuple était contre que ça soit privatisé » (idem)60. Pour d’autres, la détention des terrains en propriété privée date de la fin des années 1940 (au moment où les actions en justice liées à la réalisation du cadastre étaient déjà en cours), quand les terrains ont pris de la valeur avec le projet de l’aéroport (Charafeddine 1987 : 78 et 81). Pour d’autres encore, les terrains auraient été vendus par le Gouvernement : « Ce sont des familles qui ont acheté ces terrains au Gouvernement et qui étaient elles-mêmes dans le Gouvernement, alors la propriété était questionnable… » (entretien avec un urbaniste). L’occupation se développe donc en réaction contre un verdict perçu comme une privatisation. « Le procès de 1955 a coupé l’espoir des gens, les gens ont été déçus, choqués par ce procès. Du coup, il y a eu un esprit de vengeance, une volonté d’occuper illégalement. Cela a été encouragé par les hommes religieux – il n’y a pas eu de décision, de fatwa, de décret religieux légalisant la décision de s’installer là, mais ça a fonctionné suivant ce proverbe : voler un voleur comme si on avait hérité de son père – et par la municipalité qui a fermé les yeux » (entretien avec un habitant).

  • 61 Les parcelles provisoires y sont désignées par les lettres A1 à A3, B1 à B3 et C1 à C3.
  • 62 Les erreurs relatives à l’expropriation de l’aéroport auraient été reportées dans un rapport sur l’ (...)

42Des accusations circulent de façon informelle sur la partialité du tribunal en faveur de certains, alliés du président de la République de l’époque, Camille Chamoun, réputés détenir des biens fonciers dans cette zone (Charafeddine 1985 : 26). Certains parlent encore aujourd’hui de fraude nationale. Bien que certains ne mettent pas en doute l’impartialité du juge – « Biqai est un juge idéal, un des juges les plus intègres, honnête » disent certains –, ces accusations sont évoquées par de nombreuses personnes, y compris au sein de l’administration du cadastre. « Camille Chamoun a fait passer une loi avec un juge unique […] qui avait tous les droits pour se sortir de cette histoire-là et donner des titres officiels à chaque prétendant. » « Quand ils ont cadastré cette partie, les dignitaires politiques ont pris… C’est une affaire politique. » Un partage aurait eu lieu entre trois groupes de familles et leurs alliés : les familles Chamoun et Arslan, la famille Salam, et les familles Béchara el‑Khoury et Chéhab, notamment sur les parcelles situées à l’est du boulevard de l’aéroport, celles qui sont restées dans la circonscription foncière de Bourj el-Barajneh61. Probablement y a-t-il une part de rumeur non fondée dans ces accusations : il est impossible d’en juger ici, et notre propos n’est pas de le faire. Des irrégularités importantes ont peut-être été commises, sans doute en faveur d’alliés du pouvoir, notamment pour l’attribution de la propriété de terres expropriées pour la réalisation de l’aéroport, au détriment de l’État. Ainsi, par exemple, des terrains auraient été expropriés pour une surface bien supérieure à celle qui devait l’être : « À Tahouita el-Ghadir, il y avait un terrain d’une superficie de 140 000 m2, pour lequel ils avaient exproprié 240 000 m262 ». Ce qu’on veut souligner ici, c’est que ces informations et rumeurs circulant à propos d’une telle répartition des terrains entre de grands propriétaires ont encouragé l’occupation des terrains : « Dans l’esprit des gens, quand ce sont des terrains publics ou qui appartiennent à l’Église ou a des waqf, ils n’osent pas s’installer, ils respectent. Dès que c’est devenu un terrain appartenant à des riches, les gens ne se sont plus gênés. » (Entretien avec un habitant.)

  • 63 Certains nient toutefois l’implication de la municipalité : « La municipalité n’a pas encouragé l’o (...)
  • 64 Entretien avec un habitant d’Ouzaï.

43La municipalité, enfin, continue à agir dans le sens de ses revendications. Elle a ainsi émis en 1959 une attestation confirmant la construction d’une maison sur le littoral de Ouzaï en 1954 (Charafeddine 1987 : annexes). Elle continue à émettre des documents comme si elle avait la possession du terrain. On peut ainsi trouver un relevé des loyers pour une portion de terrain construite louée par la municipalité sur la parcelle 1244 à Raml pour les années 1967, 1968 et 1969 (Charafeddine 1987 : annexes). Elle aurait encouragé l’occupation de la parcelle63. Son attitude aurait eu en particulier des motivations politiques. « Le député-maire de Bourj el-Barajneh, M. Ammar, chiite et membre du bureau politique d’al-Ahrâr, parti du président chrétien de la République de l’époque, C. Chamoun, élargissait, quant à lui, la liste de ses électeurs en incitant implicitement ses alliés à occuper la vaste parcelle 1243 (3,5 hectares environ) [à Raml] appartenant à la belle-sœur de l’adversaire le plus en vue de C. Chamoun, l’ancien président de la République B. el-Khoury »(Charafeddine 1991 : 230). Les membres de la municipalité n’auraient cependant pas été unanimes quant à l’attitude à adopter face aux installations illégales et seule une partie de ceux-ci soutenait les occupants, ou une partie d’entre eux. La municipalité a ainsi dressé, à la même époque, des procès-verbaux pour lutter contre un mouvement qui prend de l’ampleur. Mais le soutien apporté par la municipalité aux habitants des parcelles occupées devient particulièrement net à partir du moment où l’un des occupants du terrain à Ouzaï, M. Hussein Ali Nasser – dont la famille serait présente sur le terrain au bord de la mer dès avant 1932, avait acheté des parts de terrain après le jugement, exploitait les sables du terrain depuis le début des années 196064 et contrôlait également d’autres activités économiques dans le quartier (Charafeddine 1985) – devient président de la municipalité. Ainsi, dès après 1955, tout se passe comme si la municipalité refusait, elle aussi, d’accepter le verdict du tribunal des sables, utilisant de nouveaux arguments pour réitérer et étayer sa demande récurrente et agissant selon ce qu’elle affirmait être son bon droit. Les deux logiques s’affrontaient alors à coups de procès-verbaux, d’autorisations et de constructions de cabanons.

Évolution du conflit et essor de l’illégalité foncière à Ouzaï et Raml

44Ces deux logiques vont évoluer à mesure que se transforment les enjeux et les situations économique et politique du pays. Les plages ne sont plus seulement le lieu d’estivage des habitants des villages, mais également une destination de loisirs très fréquentée des Beyrouthins le week-end. Les plages privées se développent, les maisons des estivants prennent une valeur foncière et la côte devient un lieu lucratif de développement des loisirs. À cela s’ajoute une forte demande de terrains, l’offre locale ne suffisant pas à absorber un exode rural essentiellement chiite demandant à habiter la région. Concomitamment, les revendications de la municipalité, destinées à l’origine à rendre aux habitants leurs droits d’usage collectifs (pâturages, ramassage du bois de chauffe, estivage local) se sont transformées progressivement en une revendication pour une somme de droits individuels, ceux de ses habitants, pour l’habitation, le commerce, l’hôtellerie et les loisirs, l’exploitation des carrières de sable…

  • 65 Ils se terminent le 7 mars 1958 (date de livraison des plans et des tableaux de recensement définit (...)
  • 66 Chiites, sunnites et Palestiniens ont lutté contre les Américains.
  • 67 Les habitants font le lien direct : « En 1958, l’État a faibli, les infractions ont augmenté. » (...)
  • 68 Charafeddine 1987 : 160.

45L’histoire politique du pays coïncide ici avec l’histoire foncière. Événement pivot, avec la prise de l’Aéroport international de Beyrouth, de la crise nationale de 1958 qui précipitera la chute du gouvernement de Camille Chamoun et l’accession au pouvoir du général Fouad Chéhab, le débarquement au Liban de dix mille marines américains le 15 juillet se déroule à Mdaoura, sur les plages et les terrains d’Ouzaï dont nous parlons, quelques semaines après la fin des travaux du cadastre sur la Zone des sables et l’inscription au livre foncier des parcelles sur lesquelles ceux-ci se déroulent65. À la faveur de la faiblesse de l’État à ce moment, et peut-être en particulier à cet endroit66, les installations sur la Zone des sables se multiplient67, entraînant la première vague (portant le nombre des maisons à 20068) du développement de ce qui est devenu, depuis trois ans, une occupation illégale. Mais ce n’est pas parce que c’est sur cette plage que les soldats américains ont débarqué qu’il s’y est produit cette recrudescence de développements illégaux, contrairement à ce qui est parfois exprimé : « dès qu’on se bat sur une zone, on a des droits sur cette zone » (entretien avec un urbaniste). Il n’y a d’ailleurs pas eu de combat et « pas un coup de feu n’a été tiré» (Nantet 1963 : 328). Certains témoins oculaires affirment même que des estivants de Mdaoura, chrétiens, venus sur les dunes voir les soldats, les applaudissaient tandis qu’ils creusaient des tranchées.

  • 69 Une petite occupation irrégulière en banlieue sud-ouest s’est également développée cette même année (...)

46Les occupations irrégulières de 1958 ont eu lieu en banlieue sud parce que l’État n’avait pas la capacité d’y exercer totalement son autorité, dans un contexte où nombreux étaient ceux (chiites, sunnites, Palestiniens…) qui s’opposaient à lui et à ses alliés américains. Mais si la localisation des occupations irrégulières de la banlieue sud a eu lieu sur ces terrains d’Ouzaï plutôt que sur d’autres69, c’est parce que c’est sur ces terrains qu’existent, à ce moment-là, une pression, une revendication récurrente non éteinte et un noyau d’habitants détenant des autorisations de la municipalité, dont le sort n’est manifestement pas réglé par l’attribution de la propriété par le tribunal des sables.

47Pour les quartiers de Raml et Ouzaï, les logiques opposées des propriétaires privés et de la municipalité, articulées sur des droits superposés, et les conflits qui en résultaient, se sont donc transformés au fil des années, y compris longtemps après le procès de 1955 dont certains contestent le jugement. Elles ont toutefois toujours concerné les mêmes parcelles de terrain, celles que le village de Bourj el-Barajneh réclamaient comme terrains mouchaa sans résultat depuis plus de cent ans, exactement dans les limites du périmètre de la Zone des sables non expropriée par l’aéroport.

  • 70 Le développement des quartiers illégaux d’Ouzaï et de Raml après 1958 a abondamment été décrit, ent (...)
  • 71 Pendant la guerre, par exemple, « les réfugiés sur la ligne de démarcation se sont déplacés à nouve (...)

48Les conflits fonciers et les superpositions de droits ne sont ici qu’une des composantes de l’émergence et du développement de l’occupation foncière illégale, mais ils ont déterminé leur emplacement : ce sont ces terrains-là, restés en indivision, qui continuèrent à être occupés de façon illégale les années suivantes70 (voir fig. 2-22). Et les occupants ont longtemps persisté à invoquer la légitimité de l’accès aux terres collectives municipales pour se justifier71.

Figure 2-22. L’illégalité actuelle dans le périmètre de l’ancienne Zone des sables.

Figure 2-22. L’illégalité actuelle dans le périmètre de l’ancienne Zone des sables.

La quasi-totalité du périmètre de la partie de l’ancienne Zone des sables non expropriée pour l’aéroport est aujourd’hui occupée illégalement.

Fond de plan : La banlieue sud, plan photogrammétrique, Oger 1991.

49Aujourd’hui, l’occupation illégale couvre presque toute la partie de l’ancienne Zone des sables qui n’a pas été expropriée pour réaliser l’aéroport international (fig. 2-22). Les occupations les plus visibles sont le quartier illégal d’Ouzaï (avec ses prolongements à Mdaoura et Ghadir) et celui de Raml, dont nous avons développé l’histoire et les logiques d’implantation foncière. Certaines parties non construites de cette zone participent de la même logique historique, comme la partie non bâtie située à l’ouest du boulevard de l’Aéroport, entre Raml et Ouzaï. Un temps partiellement occupés, puis détruits lors des événements de 1982 par l’Armée libanaise, ces espaces n’étaient pas occupés par des habitations, mais par des activités économiques (notamment l’extraction de sable). Ils étaient contrôlés par la famille Nasser, dont un membre, président du Conseil municipal de Bourj el-Barajneh, est précisément le personnage emblématique de la logique inhérente à la municipalité (Charafeddine 1985 : 101 et 198b : 190). Par ailleurs, l’histoire foncière de la Zone des Sable a engendré d’autres types d’occupations illégales. On peut noter l’extension illégale du Golf (voir la troisième partie). Enfin, on observe sur la parcelle 3908, au nord des pistes de l’aéroport, des morceaux de terrains clôturés illégalement, pour partie au moins par des propriétaires indivis légaux, afin d’en empêcher l’occupation (il est interdit de délimiter des parcelles dans un terrain détenu en indivision). Ainsi, d’autres types d’illégalité foncière sont venus s’ajouter aux installations des quartiers de Raml et Ouzaï dans l’emprise de la Zone des sables, jusqu’à presque la remplir. Cette superposition quasi totale de l’emprise des occupations illégales actuelles avec celle de l’ancienne Zone des sables rend particulièrement visible sur cette zone le poids de l’histoire foncière, en particulier celui de la persistance des conflits fonciers et des superpositions de droits, sur le développement de l’illégalité foncière.

50Quelques rares parties de l’ancienne Zone des Sables ne sont pas occupées illégalement aujourd’hui. La zone de Raml el-Aali est en 1991 seulement partiellement occupée, sur sa frange est, à proximité (et en extension) du camp palestinien et du quartier « semi-illégal ». Remembrée entre 1959 et 1978, vraisemblablement avant que le développement illégal ne la rejoigne, elle correspond à une partie de la Zone des sables peu réclamée par la municipalité de Bourj el-Barajneh (voir la carte des terres litigieuses, fig. 2-8). De même, les terrains situés au sud-est de la zone, dont l’administration est passée au village voisin de Tahouita el-Ghadir en 1955. Enfin, la petite partie légale du Golf appartenant à la Zone des sables (au nord de l’extension illégale) est une partie de la parcelle 3908 expropriée pour le centre de transmission de l’aéroport en 1962. Elle n’a pas été squattée, comme le golf ne l’a pas été (voir histoire et illustrations sur le Golf dans la partie suivante). L’histoire foncière se mêle ici davantage avec l’histoire urbanistique, dont l’influence a été développée plus haut, et avec le rôle des propriétaires, que nous allons aborder dans la partie suivante.

Notes

1 Les remparts ont été détruits quelques années auparavant : « À la suite de la conquête de la Syrie (1832-1839) par Ibrahim Pacha, fils de Mehemet Ali, vice-roi d’Égypte, nous voyons la ville s’étendre et changer d’aspect ; ce prince commença la démolition de l’enceinte ; l’aménagement du port, le percement des rues nouvelles, ont entraîné la démolition de la plupart des ouvrages militaires » (Du Mesnil du Buisson 1921 : 239).

2 « La Montagne, protégée par son statut, participa à cet essor, de même que Beyrouth profita, pour le mouvement de ses capitaux et de son commerce, des privilèges fiscaux et du développement séricicole et industriel de la Montagne » (Chevallier 1971 : 291).

3 Entretien avec un descendant du cheikh Moustafa Rifaï (2001).

4 Habitant Bourj el-Barajneh selon un entretien avec un descendant du cheikh Moustafa Rifaï, Chiah selon le procès-verbal de délimitation de la parcelle Chiah 299, Bir Hassan selon le procès-verbal de délimitation de la parcelle Chiah 288.

5 Entretien avec un descendant du cheikh Moustafa Rifaï. Nous ne connaissons pas la cause d’un transfert éventuel de propriété en sa faveur. Le conflit concernait au moins la parcelle 187 et aurait duré au moins jusqu’en 1869, d’après une pièce citée dans le cadre des réclamations enregistrées dans le procès-verbal de délimitation de la parcelle 187, date d’ouverture des travaux 17/02/1931.

6 Entretien avec Joseph Naggear.

7 Cet acte est cité dans le résumé des réclamations consignées dans le procès-verbal de délimitation de la parcelle 187 (date d’ouverture des travaux du 17/02/1931) et sa valeur est confirmée par l’attribution d’une parcelle à ce propriétaire après lotissement et jugement du 13/11/1935. L’emplacement de l’ancienne route de Saïda a suscité des polémiques. Deux anciens tracés étaient possibles, distants de deux kilomètres l’un de l’autre, comme l’avait mis au jour Joseph Naggear lorsqu’il était expert dans le jugement sur la route de Saïda en 1933-1934 (entretien avec Joseph Naggear). Le tracé retenu apparaît sur deux cartes anciennes : « Itinéraire de Beyrouth à Tripoli, présentant les Provinces Occidentales du Liban septentrional », dressé par Abdallah N. Tohmeh, ancien élève à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, slnd, échelle métrique ; et « Carte de la Syrie méridionale comprenant les montagnes du Liban et de l’Anti-Liban et des territoires des Druzes et des Maronites jusqu’à l’est de Damas », dessinée et cartographiée par Henri Hiepiert, Berlin, août 1860, Paris, Librairie Chalmabel, Berlin, Reimer D., 1/300 000.

8 « L’acte est antérieur à la réalisation du cadastre. […] Cette propriété aurait pu être indiquée, quand la limite de Bourj el-Barajneh a été dessinée 10 ans plus tard, comme passant à côté de la propriété de Rifaï» (République libanaise 1955 : 53-57).

9 En arabe, minhâ : « parmi eux », c’est-à-dire « parmi les sables des émirs ».

10 Extrait du rapport de Rachad Jisr et Toufic Hamadé cité in République libanaise 1955 : 223.

11 « Vu ce qui figurait dans d’autres actes selon lesquels ce mouchaa est la propriété des émirs… » (République libanaise 1955 : 223). Dans ces actes, le terme mouchaa a été interprété par le tribunal en 1955 comme « copropriété des émirs. » Cette traduction est possible, mais il paraît curieux que plusieurs actes expriment de cette façon ce qui se dirait naturellement autrement. Ce qui est vraisemblable, c’est que ces actes disaient bien que le mouchaa était propriété des émirs, mais que le tribunal devait rendre un jugement et devait arbitrer entre propriété des émirs et propriété mouchaa. Pouvait-il dire que le terrain était à la fois totalement propriété des émirs et totalement propriété mouchaa, comme cela avait été le cas auparavant ? Comme il ne pouvait pas revenir sur le fait que le terrain avait été la propriété des émirs, car il est vraisemblable que cela aurait été faux, il s’en est sorti par l’utilisation des différents sens du mot mouchaa. Cette propriété mouchaa, qui avait commencé à disparaître en 1876, n’a donc pas été réhabilitée quatre-vingts ans plus tard.

12 Il n’est pas impossible que ces deux jugements se suivent dans la même affaire : le procès oppose les mêmes parties également sur des terrains de la plaine d’Ouzaï.

13 Cité par Requête et conclusions d’appel 1938 : 3-5.

14 D’après des entretiens et d’après un certain « cheikh Youssef el-Khatib », cité par Requête et conclusions d’appel 1938 : 3-5.

15 Procès-verbal de délimitation de la parcelle 188, procédé le 17/04/1931 (date d’ordonnance d’ouverture des travaux 17/02/1931).

16 Procès-verbal de délimitation de la parcelle 188, procédé le 17/04/1931.

17 Un membre du cadastre fait état de dons de terrains par les mutasarif, lesquels appartenaient alternativement aux familles Chéhab et Arslan, à leurs proches et alliés, créant des superpositions de droits supplémentaires.

18 Les fondements de ce jugement sont contestés par la municipalité de Bourj el-Barajneh lors du procès de 1953-1955 : « Les témoignages [lors de ce jugement] ne peuvent pas être pris en compte. En effet, deux de ces témoins sont de Choueifate et le troisième de Beyrouth et ils sont venus témoigner sur les limites de sables se situant loin de Choueifate et de Beyrouth. Rifaï n’a pas pu mener des témoins de la localité ou du voisinage» (Argumentation de la municipalité in République libanaise 1955 : 53-57).

19 « … mais que les habitants de ce village avaient un droit de servitude » (République libanaise 1955 : 223).

20 « Les habitants de Chiah, Bir Hassan et Haret Hreik et d’autres habitants des villages du littoral sud […] bénéficiaient de ces terres pour le pâturage des animaux et l’exploitation des carrières de pierres de construction et passaient traditionnellement la plus grande partie de l’été sur le site de Jnah car on y trouvait de l’eau » (Rustum 1987 : 286).

21 « Le jugement du 10 maïs 1293, selon lequel les habitants de Bourj el-Barajneh n’ont aucun droit dans la propriété des terrains Rifaï se situant dans ces endroits, mais ont uniquement le droit de boire de l’eau douce, de faire boire leur bétail, d’y faire leur sieste et de permettre le repos de leur bétail… » (République libanaise 1955 : 53-57).

22 Ces dernières informations sont tirées de l’entretien avec un descendant du cheikh Moustafa Rifaï. Celui-ci situe ce chemin de la façon suivante : « le tribunal a limité le passage de ces gens à 100 draa (60 mètres) de la rue de Saïda jusqu’à Ouzaï, ce qui est maintenant la route de l’ambassade du Koweït à Ouzaï et son prolongement, en passant par Riad Solh. » Si ce tracé est juste, il correspond à un droit de passage vers Ouzaï en passant par Bir Hassan.

23 République libanaise 1955 : 53-57.

24 « Ce jugement n’a aucun effet légal, comme l’a statué le tribunal d’appel de Beyrouth par sa décision du 7 juin 1937 n° 100 dans l’affaire Tabet-Rifaï, parce que (1) l’effet du jugement ne s’applique qu’aux parties adversaires ; (2) il ne s’étend pas aux autres, vu que ce jugement ne leur a pas été notifié… » (République libanaise 1955 : 53-57).

25 « Le jugement du 10 maïs 1293 […], n’est pas applicable sur tous les habitants de Bourj el-Barajneh, car ce jugement ne s’appliquait qu’à certains d’entre eux » (République libanaise 1955 : 53-57).

26 Un certain nombre de parcelles sont attribuées au début des années 1930 à chacune des deux parties à l’occasion de la réalisation du cadastre (voir carte des propriétés des principales grandes parcelles au moment de la réalisation du cadastre). À cette époque, les héritiers Rifaï sont au moins soixante-cinq (procès-verbal de délimitation du bien-fonds 1922). D’autres font l’objet de procès entre eux à la fin des années 1930. Un jugement du 07/06/1937, par exemple, est contesté par la famille Rifaï au motif que le président du tribunal était Alfred Tabet, cousin de Yacoub Tabet (d’après un entretien avec un descendant du cheikh Moustafa Rifaï). Ces conflits ne concernent que les héritiers de Naoum Khalil Tabet et non Ibrahim Yacoub Tabet, probablement d’une famille différente, qui a acheté des parts de la plaine d’Ouzaï en 1888 (voir la généalogie des propriétaires de la parcelle Mdaoura). La propriété de ce dernier n’aurait pas été contestée, selon les propriétaires de 1955 au bout de la chaîne des propriétaires de la parcelle Mdaoura qui, pour prouver la validité de leur propriété, font appel à l’article 257 du Code de la propriété qui donne droit à l’inscription au registre foncier des biens possédés de façon « paisible, publique (et) continue à titre de propriétaire » pendant la durée déterminée par l’arrêté. République libanaise 1955 : 81 et Code de la propriété 1939 : 337.

27 « Cette parcelle aurait été de tout temps en possession des habitants des deux villages [de Chiah et Haret Hreik] […]. Leur possession se sera manifestée par la location dudit immeuble pour l’extraction du sable, pour recevoir la paille et les engrais qui venaient de l’étranger, ainsi que pour l’installation des tentes pendant l’été pour abriter les estiveurs. » Requête et conclusions d’appel 1938 : 2.

28 Le terme est ici utilisé au sens large.

29 Procès-verbal de délimitation de la parcelle 227 du 15/02/1932.

30 La société est nommée différemment selon les sources : « sharîkat al-mubâhath wa al-‘amal al-misriyya » (République libanaise1955 : 14), « Société égyptienne de recherche et entreprise » (procès-verbal de délimitation de la parcelle Chiah 188, 1931) ou « The Egyptian Enterprise and Development Co » (Wright 1909).

31 Fils d’un propriétaire terrien originaire du Mont-Liban et installé de longue date en Égypte, Mansour N. Chakkour est né au Caire en 1868. Après des études d’ingénieur à l’Université de Londres et en Suisse, spécialisé en « Structures métalliques », il rentre en Égypte en 1889 et fait carrière au ministère des Travaux publics, puis aux Chemins de fer, jusqu’à sa démission en 1905 pour s’occuper de ses affaires qui avaient déjà pris une dimension importante. Il est décoré par le Sultan en 1906 (Wright 1909).

32 Une notice publiée en 1909 indique que le capital social de la Société égyptienne de recherche et travaux était constitué de 4 000 feddan de terres agricoles (sans doute le domaine de Chakkour Pacha) et de quelques terrains urbains achetés avant le krach de 1907. Il est également précisé que la société avait décidé « dernièrement » d’étendre ses activités à la Turquie, « où un vaste champ d’action pour les entreprises sera ouvert dès que l’horizon politique se sera éclairci». L’un des membres du conseil d’administration est alors un certain Georges Eïd, Syro-libanais et consul de Belgique au Caire (Wright 1909).

33 La société avait six hectares à la même époque à Istanbul.

34 Le procès-verbal de délimitation de la parcelle 189 a disparu, mais Édouard Nice est cité pour l’authentification des limites de la parcelle voisine 188 : « Nous attirons l’attention de la commission pour prouver le droit de propriété de ce bien-fonds. En date du 14 décembre 1931, M. Édouard N… (le nom est peu lisible, mais pourrait être « Nice »), le mandataire de la Société égyptienne de recherche et entreprise, s’est présenté et a reconnu l’exactitude de la limite sud de ce bien-fonds, car elle porte atteinte à la limite nord du bien-fonds 189 qui appartient à ladite société. » Procès-verbal de délimitation de la parcelle 188 en 1931.

35 Procès-verbal de délimitation de la parcelle 227 en date du 15/02/1932.

36 La vente de parts de cette parcelle par cette société le 17 octobre 1944 est mentionnée dans République libanaise 1955 : 81.

37 La société avait alors des administrateurs belges (l’entrepreneur Léon Rolin) et probablement des capitaux belgescomme à Héliopolis. Cf. Banco italo-egiziano 1927 : 116-119.

38 Voir aussi Farhat 1994 citant les dires d’un moukhtar de la région.

39 Entretien avec J. Naggear. D’après lui, cela n’aurait probablement pas rencontré d’obstacle sérieux à l’époque. Un ancien directeur national du cadastre estime lui aussi que ces terres « devaient être la propriété de l’État » et que l’on aurait dû exécuter le cadastre comme terre amirié sur ces zones.

40 Durant toutes ces années, de nombreux lotissements et ventes, ponctués par des procès, notamment à l’occasion de la réalisation du cadastre, ont lieu dans la Zone des sables au nord de la zone litigieuse jusqu’à Beyrouth. Nombres d’entre eux sont reportés durant les années 1920 et 1930 dans les procès-verbaux de délimitation des parcelles à l’occasion de la réalisation du cadastre. Voir par exemple les dossiers des parcelles Chiah 227, 306, 299, 1878, 286, 287, 288 et les actes reportés dans République libanaise 1955.

41 Il est possible de lotir sans que le terrain soit inscrit au cadastre, à condition que le moukhtar atteste le plan et la répartition des parts de propriété ; s’il y a des contestations, c’est à lui de présumer des co-indivisaires des 2 400 parts. En revanche, il faut, pour aboutir, obtenir la signature de tous les propriétaires déclarés sur un acte notarié, ce qui aurait été manifestement insurmontable, pour un lotissement total, étant donné les conflits que les propriétaires avaient développés entre eux. Il n’y avait pas encore à l’époque de restriction de construction sur cette parcelle.

42 « Ils avaient comme projet de mettre l’aéroport là-bas déjà dans les années 1930. Avant Écochard, ils avaient cette idée. » Entretien avec un ancien directeur du Cadastre.

43 écochard 1948, « Le plan directeur de la ville de Beyrouth. Causerie de Michel écochard au banquet annuel de la SLEP du 5 avril 1945 », plan p. 570.

44 Par exemple ces plans et croquis, conservés au cadastre de Baabda : Plan « direction de l’aviation civile libanaise, Aéroport international de Beyrouth, 1/10 000, plan n° 151, du 19/02/55 » et les « carnets de lever de triangulation subsidiaire et de la polygonation (pour l’aéroport international de Beyrouth), circonscription foncière : zone sablonneuse, tachéomètre Kern n° 34986 DKR, Brigade Guizirian, Levés effectués du 11/10/54 au 23/10/54 et du 25/10/54 au 30/10/54, Zones sablonneuses et aéroport, n° 17316, levé 29/11/54, Guizirian, chef de brigade assermenté. »

45 La première piste de l’aéroport international de Beyrouth avait été ouverte le 1er juillet 1950. L’aéroport fonctionnait alors dans des installations provisoires. Voir Homo 1958.

46 Dossier 7179, conservé au cadastre de Baabda.

47 Décret 8792 du 21/02/1955.

48 « La zone des sables restera donc, du fait du prix des terrains, l’apanage de la haute bourgeoisie », (Ministère du plan 1963).

49 Selon une personne dont la famille aurait construit vers 1940 avec une autorisation de la municipalité.

50 Arrêté n° 6 du 3 février 1945 cité dans le compte rendu de réunion du Conseil municipal de Bourj el-Barajneh du 4 août 1953, traduit en annexe. Cet accord est connu du tribunal des sables : « La municipalité de Bourj el-Barajneh a exhibé un projet d’accord écrit qu’elle avait passé avec l’ingénieur connu M. Farid Trad à propos de ces zones sableuses » (République libanaise 1955 : 53-57). D’après un habitant de Bourj el-Barajneh, ce projet « d’urbanisme » et de « développement » aurait eu notamment pour ambition le transfert sur ce terrain de l’hippodrome.

51 Résumé des réclamations des ayants droit, paragraphe sur Bourj el-Barajneh, in République libanaise 1955 : 53-57.

52 Compte rendu de réunion du Conseil municipal de Bourj el-Barajneh du 4 août 1953, traduit en annexe.

53 Voir l’attestation délivrée en 1959 par le maire de Bourj el-Barajneh confirmant que M. M. G. a construit une maison sur le littoral d’Ouzaï présentée en annexe de Charafeddine 1987.

54 D’après le procès-verbal de délimitation de la parcelle 3908, réalisé le 4 novembre 1955.

55 Ministère de l’Intérieur, département des Affaires municipales, arrêté n° 424/AD du 22/12/1974 redéfinissant les limites de la municipalité de Bourj el-Barajneh.

56 D’après un entretien avec un habitat de Ouzaï, « l’arrangement » (moyennant finances) entre Hussein Ali Nasser, président de la municipalité de Bourj el-Barajneh, M. Kanj, président de la municipalité de Ghobeiry et Ghaleb Turk, mohafez du Mont-Liban (arrangement dans lequel des propriétaires auraient été impliqués) était lié à la perspective de réaliser des bénéfices sur la vente du sable et sur les terrains en bord de mer. Cette modification des limites municipales aurait été à l’époque « illégale » – il aurait fallu pour modifier les limites municipales un décret-loi présidentiel et non un arrêté du ministère de l’Intérieur –, ce qui aurait conduit l’actuel président de la municipalité M. Khansa à intenter une action en justice.

57 Entretien avec le président du Conseil municipal de Mreijé, Tahouita el-Ghadir et Laylaké.

58 D’après le directeur national du cadastre, l’exécution de l’aéroport et les expropriations auraient été faites en même temps, en un seul décret.

59 Décret 1259 du 09/01/1969.

60 « L’État a donné les terrains aux familles Kettaney, Khoury, Boustany, Haddad, Salam ; et ils ont commencé à vendre les actions aux gens comme nous [qui sommes sur le terrain] » (entretien avec un habitant d’Ouzaï).

61 Les parcelles provisoires y sont désignées par les lettres A1 à A3, B1 à B3 et C1 à C3.

62 Les erreurs relatives à l’expropriation de l’aéroport auraient été reportées dans un rapport sur l’histoire de la création de l’aéroport réalisé par le cadastre pour le Premier ministre Rafic Hariri dans les années 1990 (entretien avec un ancien directeur national du Cadastre).

63 Certains nient toutefois l’implication de la municipalité : « La municipalité n’a pas encouragé l’occupation, les gens sont entrés dans la brèche » (entretien avec un habitant).

64 Entretien avec un habitant d’Ouzaï.

65 Ils se terminent le 7 mars 1958 (date de livraison des plans et des tableaux de recensement définitif). Sources : « Région de Baabda, Caza de Baabda, Situation générale des travaux du cadastre », feuille n° 1.

66 Chiites, sunnites et Palestiniens ont lutté contre les Américains.

67 Les habitants font le lien direct : « En 1958, l’État a faibli, les infractions ont augmenté. »

68 Charafeddine 1987 : 160.

69 Une petite occupation irrégulière en banlieue sud-ouest s’est également développée cette même année sur les terrains mouchaa de Hay el-Zahra à Jnah, voir partie suivante.

70 Le développement des quartiers illégaux d’Ouzaï et de Raml après 1958 a abondamment été décrit, entre autres dans les travaux de Charafeddine 1985 et 1987 et de Halabi 1988.

71 Pendant la guerre, par exemple, « les réfugiés sur la ligne de démarcation se sont déplacés à nouveau pour venir en banlieue sud et le manque d’offre de logement leur a laissé comme seule alternative d’envahir la terre d’autrui. Mais les réfugiés refusaient de considérer leur localisation comme illégitime. Une grande confusion sur la tenure de la terre régnait : des habitants pensaient qu’ils avaient le droit de s’installer sur la terre municipale qu’ils disaient être comme les anciennes formes de miri, mouchaa et kharadj. Les établissements étaient donc considérés par les autorités comme illégitimes et par les occupants comme un droit légal à la terre. […] Les religieux chiites faisaient leur prêche du vendredi sur ces droits légaux que les occupants ont sur la terre et que l’État ne devait pas dénier. » (Halabi 1988.)

Table des illustrations

Titre Figure 2-15. Beyrouth au moment de la vente de la plaine d’Ouzaï.
Légende Dans les années 1850, la ville de Beyrouth dépasse ses remparts et s’étend au sud sur la colline qui surplombe la plaine de l’imam Ouzaï. On peut voir, au sud de la carte de 1859 présentée ici, le sanctuaire de Mar Élias Bétina, limite nord de la plaine vendue par l’émir Béchir Qassem Chéhab au cheikh Moustafa Rifaï trois ans auparavant.
Crédits Carte « Beyrouth et sa banlieue en 1859 » (Source : Hydrographic Office, Londres, extraits), tirée de Davie 1996, p.  145.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/75/img-1.png
Fichier image/png, 195k
Titre Figure 2-16. Éléments d’une généalogie des propriétaires, entre 1856 et 1908, de la parcelle Mdaoura qui deviendra, en 1958, la parcelle 39081.
Légende Notes de la figure 2-161. Les informations reportées dans ce tableau sont issues des seules pièces portées à connaissance dans le cadre du jugement de la Zone des sables. Tous les propriétaires de cette époque n’y sont probablement pas intégrés.2. Nous n’incluons pas ici les propriétés métrouké murféké des villages. Dans les limites de la plaine de l’imam Ouzaï possédée par l’émir Chéhab, des parcelles ont été reconnues appartenir au domaine public, mises à disposition des collectivités (par jugement de 1295 H, c’est-à-dire 1878), mais celles-ci se situent à Jnah. À Mdaoura, le mouchaa du village n’a justement pas été reconnu, d’après le jugement de 1876.3. On ne connaît pas le résultat du procès, et donc si la famille de Naoum Khalil Tabet, prétendant à la propriété, a obtenu des parts de propriété dans la plaine. On peut toutefois le supposer : on sait d’une part que ce procès a concerné la parcelle Mdaoura, car il a tranché en faveur de Rifaï contre les habitants de Bourj el-Barajneh qui réclamaient cette parcelle comme mouchaa ; on sait d’autre part que les héritiers Tabet ont fini par obtenir la propriété de parcelles dans la plaine d’Ouzaï lors de la réalisation du cadastre des années 1930.4. C’est la première transaction dont nous avons trouvé la trace, mais il est possible qu’il y en ait eu d’autres auparavant. Elle concerne « plus de la moitié des parcelles héritées, cadastrées sous les numéros 5 et 4 et dépendant du kharadj de Chiah », d’après le résumé des réclamations des ayants droit, chapitre « Messieurs Pharaon et Kettaney et leurs sociétés » (République libanaise 1955 : 80) ; « 1 200 parts de ce terrain » de la plaine d’Ouzaï héritée, selon les conclusions du second rapport des experts (idem, p. 28). Les dates diffèrent selon les sources : février et mars 1884 (p. 80) ou avril (p. 28). Selon cette dernière source, seuls « certains de ces héritiers ont vendu 1 200 parts de ce terrain ». Un entretien avec un descendant du cheikh Moustafa Rifaï (le 04/05/2001) donne également ce chiffre de 1 200 parts sur 2 400.5. Le tribunal des sables de 1955 situe cette vente après celle du 9 jammad el-akhar 1301 à Sélim et Iskandar Trad, alors que la date est antérieure. Il est possible que la première date soit celle de l’enregistrement de l’acte et la seconde celle de l’enregistrement de la vente. Il s’agit ici d’une vente « des parts en association » et non des parts entières. Ils sont copropriétaires de parts. On ne connaît pas le nombre de parts vendues.6. D’après République libanaise 1955 : 28 et 80. La plaine d’Ouzaï située à Kharadj Chiah sous les nos 5 et 4 a été divisée entre les associés ; la partie restante a été lotie au bénéfice du cheikh Abdelkader Rifaï, le seul des héritiers qui n’a pas cédé sa part. Cette partie a été nommée al-Yerka (idem, p. 80). Abdelkader Rifaï reçoit donc « une parcelle indépendante, en dehors de la zone de conflit » (idem, p. 28). Bien que Sélim et Iskandar Trad ne soient pas cités explicitement, on peut supposer qu’ils ont été concernés par la division.7. Les dates sont différentes entre la p. 28 et la p. 80.8. « Youssef » d’après la p. 28, « Moussa » d’après la p. 80.9. D’après République libanaise 1955 : 80. N. Sursock pourrait avoir agi comme intermédiaire. La date de cette vente doit être comprise comme postérieure à la précédente. Les dates sont laissées telles qu’elles sont indiquées dans les sources. Elles n’ont pas été rendues cohérentes.10. On ne sait pas si toutes les parts de Charbel Thoumi sont achetées. Il semble que non, car des membres de la famille Thoumi (des héritiers ?) se sont vu attribuer par le jugement de 1955 des parts dans la parcelle 3908 : environ 166 sur 2 400, quand on additionne les parts individuelles. Mais ceci ne donne une indication que pour les descendants (généralement les hommes) qui ont gardé le nom de famille et n’ont pas vendu.11. Partage entre Moustafa Ramadan et Youssef Yacoub Tabet et associés, in République libanaise 1955 : 12. S’il n’y a pas d’erreur dans le report du nom dans le rapport (ce qui arrive parfois), le nom de Tabet est différent, nous l’avons donc distingué de Ibrahim Yacoub Tabet, qui pourrait être son frère (ils sont tous les deux fils d’un Yacoub Tabet), et des héritiers Tabet, bien qu’il puisse également en être un (le plus souvent, jusque dans les années 1930, ceux-ci portent le nom de Naoum ou de Khalil). Moustafa Ramadan est le fils de la fille que le cheikh Rifaï a eue de sa première femme. C’est dans cet acte de partage qu’apparaît pour la première fois le nom de la parcelle Mdaoura, dont les limites correspondent à peu de chose près à celles de la parcelle 3908. Mdaoura n’a pas été mentionné dans les cahiers de l’ancien cadastre. « Les actes qui ont suivi montrent que Mdaoura fait partie de la plaine d’Ouzaï et que ses limites sont : au sud, la propriété de Moustafa Ramadan, parcelle 1273 ; à l’est, l’ancienne route de Saïda ; au nord, la propriété de Moustafa Ramadan (parcelle 227) ; à l’ouest, la propriété des héritiers Rifaï et la mer. Et les experts ont certifié ces limites sur les plans joints. » (Ibid.)12. Idem, p. 80. « Cette décision de la cour d’appel confirme la subdivision qui s’est effectuée avec l’un des héritiers du cheikh Moustafa Rifaï. »13. Habib Ghanem aurait été l’intermédiaire pour la Société égyptienne d’études et travaux. Idem, p. 14.14. Les autres parts sont réparties ainsi : 30 % pour Ibrahim Tabet et 10 % pour les héritiers de Nahlé Sabah, d’après République libanaise 1955 : 14. À cette page, Édouard Nice est appelé Édouard Tayess (une seule lettre change : en arabe, le tâ’ et le nûn ne se différencient que par un point). Par ailleurs, Sabah est indiqué parfois comme Saba.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/75/img-2.png
Fichier image/png, 39k
Titre Figure 2-17. Les propriétaires reconnus par le cadastre au centre de la plaine d’Ouzaï dans les années 1930.
Légende La partie centrale de la plaine d’Ouzaï, entre Beyrouth et la Zone des sables et ses abords à l’est ont été cadastrés à partir de 1931 dans la circonscription foncière de Chiah (feuilles 20 à 24, voir plus haut la situation de la plaine d’Ouzaï par rapport aux découpages du cadastre). Au moment de la réalisation des procès-verbaux de délimitation, entre 1932 et 1937, les terrains y appartiennent à quatre groupes de propriétaires principaux.
Crédits Sources : Cadastre de Baabda, procès-verbaux de délimitation ; village de Chiah, circonscription foncière no 7 (Baabda), feuilles 20 à 24 ; et arrêté 67LR du 26/03/1936 pour l’expropriation pour l’aérodrome.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/75/img-3.png
Fichier image/png, 82k
Titre Figure 2-18. Les parcelles mouchaa de la plaine d’Ouzaï.
Légende Fond de plan, au nord : état parcellaire avant 1930, réalisé à partir des informations données par les premiers levés du cadastre ; au sud, état parcellaire (contesté) en 1942, réalisé à partir des levés de 1942 dans la Zone des sables.
Crédits Source : cadastre de Baabda.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/75/img-4.png
Fichier image/png, 88k
Titre Figure 2-19. Beyrouth a rejoint la plaine d’Ouzaï au moment des procès dont celle-ci fait l’objet.
Légende En 1876, à l’époque des procès dont la plaine d’Ouzaï fait l’objet, Beyrouth et ses banlieues avaient atteint le sanctuaire de Mar Élias Bétina et le bord de la plaine d’Ouzaï commençait à être urbanisé.
Crédits Carte : « Plan de Beyrouth dédié à S. M. J. le Sultan Abdul Hamid II, par Julius Löyyved, vice-consul du Danemark intendant des écoles anglo-syriennes, etc. », 1876, original au 1/12 200 (extrait).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/75/img-5.png
Fichier image/png, 234k
Titre Figure 2-20. Parcelles achetées pour la réalisation de la ville nouvelle de Chakkour Pacha en 1906.
Légende Fond de plan, au nord : état parcellaire avant 1930, réalisé à partir des informations données par les premiers levés du cadastre ; au sud, état parcellaire (contesté) en 1942, réalisé à partir des levés de 1942 dans la Zone des sables.
Crédits Sources : République libanaise, L’affaire des sables,et cadastre de Baabda.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/75/img-6.png
Fichier image/png, 108k
Titre Figure 2-21. Histoire des limites de la minicipalité de Bourj el-Barajneh.
Légende Fond de plan : La banlieue sud, plan photogrammétrique, Oger 1991.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/75/img-7.png
Fichier image/png, 347k
Titre Figure 2-22. L’illégalité actuelle dans le périmètre de l’ancienne Zone des sables.
Légende La quasi-totalité du périmètre de la partie de l’ancienne Zone des sables non expropriée pour l’aéroport est aujourd’hui occupée illégalement.
Crédits Fond de plan : La banlieue sud, plan photogrammétrique, Oger 1991.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/75/img-8.png
Fichier image/png, 294k

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable