Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section F, Mésopotamie)

Tell Masaïkh (Syrie) – F36

Texte intégral

Nom antique attesté

Asicha ? Gazica ? Zeitha ?

Localisation

Région

Mayadin

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à l’ouest de Tayiani

Longitude

40.5552213664

Latitude

34.97419163

Position

terrasse holocène ancienne

Environnement

en bordure d’un paléoméandre

Informations sur l’état du site

État de conservation

érodé

Dimensions du site

500 N.-N.-O./S.-S.-E. x 450 m O.-S.-O./E.-N.-E.

Superficie

22,5 ha dont 10 ha réoccupés

Altitude

190-196,9 m

Critères de datation

architecture, stratigraphie, céramique

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

habitat et cimetière ?

Période romaine

habitat et cimetière

Période sévérienne-sassanide

agglomération

Occupation postérieure

période islamique

1Le site occupe une aire presque rectangulaire de 22,5 ha dont les limites rectilignes sont formées par les remparts en briques crues (fig. 1). Le tracé irrégulier de la limite occidentale du site a été redessiné par l’érosion fluviale qui a entamé et arrondi les angles sud-ouest et nord-ouest.

Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site

Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site

© Y. Guichard

2Le tell est constitué par les vestiges d’une ville fortifiée de l’époque néoassyrienne (phase NA1), qu’une stèle retrouvée en 1999 a permis d’identifier comme Ksar Assurbanipal, colonie assyrienne fondée par Assurbanipal (883‑859) au cours des conquêtes contre les Araméens.

3Les fouilles ont rencontré un niveau de réoccupation en surface, situé au-dessus du niveau d’abandon remontant à la seconde phase néoassyrienne. Ces niveaux récents, datés entre les périodes hellénistique et islamique, correspondent à un habitat et à un quartier d’activité artisanale, mis au jour dans l’emprise des sondages sur le palais néoassyrien (secteur K) et à la limite ouest du tell (tranchée F). Notons que les cartes géophysiques réalisées sur la partie basse du site montrent clairement l’état de l’agglomération du Ier millénaire immédiatement sous la surface, sans niveau de réoccupation majeure.

4Sous-estimés au début des fouilles en raison de l’érosion de surface, les niveaux antiques se composent d’un village, avec des maisons construites en terrasse sur les pentes supérieures de la butte E, et d’une nécropole. Cette réoccupation a perturbé les couches plus anciennes : récupération de matériaux, fosses et tombes. Datée de la période hellénistique-parthe par les rapports de 2004, cette occupation semble pouvoir être étendue jusqu’au début du ive s. apr. J.-C., d’après les résultats de 2004-2007.

Organisation de l’habitat

5La plupart des constructions identifiées correspondent à des maisons à cours étagées sur les pentes de la butte F, avec des niveaux de sols extérieurs de graviers et des installations domestiques avec silos et fosses. Un four de potiers a été trouvé en 2004. Il faudra attendre que le plan des vestiges hellénistico-romains et la correspondance stratigraphique des différents sondages soient publiés, pour évaluer l’extension de ces niveaux et leurs continuités spatiale et chronologique.

Période hellénistique-parthe

Stratigraphie

6À l’est du chantier E (entre 190 et 195 m), la stratigraphie montre, sous la couche superficielle et sous un niveau limoneux et cendreux, la présence d’un sol constitué de graviers apportés du fleuve et associé à époque hellénistique-parthe. Ce sol a été percé par de fosses funéraires de l’époque islamique. Le niveau inférieur correspond à une habitation dont les murs n’étaient pas conservés. Le matériel est mixte, mêlant de la céramique hellénistique et des tessons provenant du niveau néoassyrien juste en dessous. Dans le sondage K60, l’habitat, fouillé à l’altitude 195,5 m, présentait des sols successifs recouverts en partie par une strate de ciment blanc (djousse ou chaux) et associés à quelques murs et des fours à pain de type tannour. Ce niveau a fourni une grande quantité de tessons avec une majorité d’amphores parthes sans anse et bitumées.

7Plusieurs fosses creusées à partir du niveau hellénistique-parthe ont été trouvées : en K73, une fosse de 3 m de diamètre et 4 m de profondeur, les fosses en K74 avec enduit calcaire (djousse), typique d’un silo alimentaire, et en K76 une autre fosse remplie en majorité d’amphores bitumées sans anse, comparables à celle de la période parthe à Doura.

Extension

8Avec l’extension de la fouille du palais vers le nord-est, de nouveaux vestiges ont été repérés, ce qui porte l’extension minimale de ce village hellénistique-parthe à 25 m du nord au sud.

9Dans le carré K91, dans la seconde couche sous la surface associée à de la cendre, sont signalés quatre jarres et des tessons d’époque hellénistique (?) et parthe. De l’habitat, ne sont conservés que les sols et un seuil de porte construit en brique cuite en remploi et djousse blanc.

10En K98-99-100- 101-102-104, le sol fouillé dessine un espace quadrangulaire, formé sans doute d’une cour ouverte et de plusieurs salles, soit un édifice de 100 m2 associé à un contexte cendreux. Les murs en brique crue sont orientés du nord au sud et se différencient des axes du plan assyrien. La pièce située au nord de la cour (carré K98) comportait un tannour, un sol en terre battue et des fragments d’un décor de plâtre en remploi. Dans la pièce K101, ont été trouvés un autre tannour, une série de jarres bitumées et un grand mortier de basalte. En K108-109-110, sont distribuées trois pièces d’un autre édifice ruiné d’orientation nord-sud. Dans la pente vers l’est, trois murs en briques crues délimitent une pièce construite en partie en terrasse. Des sols successifs, associés à une structure en djousse et mortier hydraulique, ont été identifiés comme des vestiges de bassin.

Période partho-romaine

11Dans le chantier F, situé sur la pente nord-est de la butte du palais assyrien, a été découvert en 2003, un four de potier (carré K135). La chambre de combustion a été en partie creusée dans le mur néoassyrien et construite en réutilisant les briques cuites d’un sol de la troisième phase néoassyrienne. En relation avec ce four, une maçonnerie supportait un bassin enduit de djousse, de petite dimension, et deux murs parallèles délimitaient un espace où était stockée une grande quantité de sphères d’argile. Dans les débris du four, a été trouvée une figurine anthropomorphe en argile. Complétant ce contexte artisanal, une fosse profonde de 3 m a été découverte à côté du four : elle contenait avec un conduit formé de cinq jarres tronquées et soutenues par d’autres jarres emboîtées les unes dans les autres en position verticale sur 2 m de haut. Cette sorte de tubulure servait de canalisation : elle est reliée à un canal en brique cuite construit à la phase néoassyrienne (NA2) et remis en service par l’atelier de potier pour l’évacuation des eaux.

Nécropole

12Une grande nécropole d’époque hellénistique-parthe et romaine a été mise au jour au fur et à mesure de l’extension des chantiers E et F (C. Frank 2003).

13Chronologie d’après les fouilles

  • période Halaf

  • période Obeid

  • âge du Bronze Moyen II-III (paléobabylonien)

  • âge du Fer II-III (fondation fortifiée néoassyrienne avec trois phases)

  • période hellénistique

  • période parthe

  • période romaine, romaine tardive

14Périodisation d’après les prospections (B. Geyer et J.-Y. Monchambert 2003)

  • âge du Bronze moyen

  • période néoassyrienne

  • période classique (parthe)

  • période romaine tardive (ive-vie s. apr. J.-C.)

Rapports annuels des fouilles (1999-2007)

Bibliographie

S. Berthier, Peuplement rural et aménagements hydroagricoles dans la moyenne vallée de l’Euphrate fin viie-xixe siècle, Damas, 2001, p. 203, site no 16.

B. Geyer et J.-Y. Monchambert, La basse vallée de l’Euphrate syrien, Beyrouth, 2003, t. I, p. 79, site no 16, p. 150-150 (identification à Asikha/Gazica), p. 156-157 (identification à Zeitha) et p. 110, fig. 3 (plan).

M. G. Masetti-Rouault, « Il cantiere E di Tell Masaikh » Athenaeum 89, 2001, p. 633-638.

M. G. Masetti-Rouault, « Rapporto preliminare sui lavori della missione nel sito di Tell Masaikh nel 2001 », Athenaeum 90, 2002, p. 570-581.

M. G. Masetti-Rouault, « Rapporto preliminare sui lavori della missione nel sito di Tell Masaikh nel 2002 », Athenaeum 91, 2003, p. 559-575.

M. G. Masetti-Rouault, « Rapporto preliminare sui lavori della missione nel sito di Tell Masaikh nel 2003 », Athenaeum 92, 2004, p. 536-544.

M. G. Masetti-Rouault, « Rapporto preliminare sui lavori della missione nel sito di Tell Masaikh nel 2004 », Athenaeum 93, 2005, p. 663-675.

M. G. Masetti-Rouault, « Rapporto preliminare sui lavori della missione nel sito di Tell Masaikh nel 2005 », Athenaeum 94, 2006, p. 734-766.

A. Soltysiak, « Preliminary Report on Human Remains from Jebel Mashtale and Tell Marwaniyeh Season 2005 », Athenaeum 95, 2007, p. 446-450.

M. G. Masetti-Rouault, « Rapporto preliminare sui lavori della missione nel sito di Tell Masaikh (MK12) e sulla propezione nella regione di Terqa », Athenaeum 96, 2005, p. 844-857.

C. Frank, « Funeral Pratices at Tell Masaikh (Syria) 1 : the Hellenistic and Islamic Graves », Studies in Historical Anthropology 3 (2003), Varsovie (à paraître).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site
Crédits © Y. Guichard
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable