Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section F, Mésopotamie)

Al-Bousayra (Syrie) – F26

Texte intégral

Nom antique attesté

Circesium, Kirkesion, Phaliga ?, Korsôté

Autres toponymes

Abu Saraî, Abu Bsera, El Busera, Qarqisiya, Buseire, Bseira, Al Busayra

Localisation

Région

Mayadin

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

en partie recouvert par l’agglomération moderne et le cimetière

Longitude

40.43007240

Latitude

35.15519533

Position

butte résiduelle

Environnement

terrasse holocène ancienne

Informations sur l’état du site

État de conservation

menacé

Dimensions du site

1230 N.-E./S.-O. x 620 m E.-O.

Superficie

56 ha dont tell principal de 21 ha

Altitude

206,812 m

Critère de datation

céramique

Périodes d’occupation attestées

période hellénistique

à confirmer

Période romaine

à confirmer

Période sévérienne-sassanide

ville fortifiée

Occupation postérieure

milieu du viiie-xive s.

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1850, carte IV

1Le tell ancien de 51 ha est formé d’une butte trapézoïdale au sud et de deux buttes distinctes au nord. La ville moderne s’est développée depuis le sud-ouest du site et le long du Khabour où les constructions et les jardins accélèrent la destruction des flancs du tell principal. Le tracé de l’Euphrate et sa confluence avec le Khabour se sont déplacés vers le sud-ouest.

Organisation du site

2La configuration du site (fig. 1) a été clairement rendue par B. Geyer et J.-Y. Monchambert qui en donnent les dimensions précises basées sur la carte italienne au 1/20 000e.

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site

B. Geyer et J.-Y. Monchambert 2003, t. I, p. 130, fig. 25

3A l’ouest, le premier secteur, qu’ils ont inventorié sous le toponyme Buseire 1, est formé de trois buttes qui s’étendent du nord au sud le long de la rive droite actuelle du Khabour. Sur le plan réalisé par E. Herzfeld en 1907, le cours du Khabour vient butter contre la partie sud-est du site, alors que sur le relevé de 1922, il coulait déjà à 300 m à l’est du site. Le plan d’E. Herzfeld montre clairement que le tell, repéré au sud-est d’Al-Busayra par B. Geyer et J.-Y. Monchambert, sous le toponyme Buseire 2, faisait à l’origine partie du tell principal.

Le tell central

4La partie méridionale du site est occupée par un tell massif oblong de 600 m, dont la limite de 260 m au nord s’élargit côté sud à 420 m. Les flancs du tell, ceinturés par une route goudronnée, sont attaqués par des constructions nombreuses (poste de police, école, bains publics) et par l’extension des vergers en limite orientale. Sur le sommet du tell, un cimetière comprenant les mausolées coiffés de Sheikh Issi recouvre la partie sud ainsi qu’une mosquée qui se trouve en limite de l’agglomération. Il faut noter également la présence d’une fosse profonde de 3-4 m qui sert de place et de décharge. Dans la zone nord, une large aire a été nivelée pour aménager un terrain de foot et des déblais en bordure perturbent la topographie du site. C’est très probablement ce secteur qui correspond à l’installation militaire romano-byzantine.

Les tells nord

5La seconde butte triangulaire de 7 m de haut se trouve à 100 m au nord, au-delà d’un fossé qui la sépare du premier secteur. Elle correspond sans doute à la zone plane recouverte de tessons, signalée par E. Herzfeld. La butte la plus septentrionale est de forme ovale et pourvue de trois sommets de 5 à 6 m de haut. Elle n’a pas été décrite par les voyageurs.

Buseire 2

6Ce tell triangulaire de 6 ha est distant de 100 m de la limite sud-est du tell principal mais B. Geyer et J.-Y. Monchambert, qui l’ont prospecté, ont souligné combien les limites de Buseire 2 étaient imprécises, en raison des travaux agricoles et parce qu’une partie du tell avait été nivelée par un champ en labour. L’angle nord-est de ce site est occupé par une butte principale aplanie de 1 m de haut, qui pourrait correspondre à un segment des fortifications anciennes. La grande dépression notée à l’ouest nous semble résulter de l’utilisation du site comme carrière de terre et de matériaux. Sa limite orientale a été tranchée par l’érosion fluviale. Le matériel recueilli, daté du ve-viie s., est tout à fait cohérent avec celui de Buseire 1 pour les périodes antiques (B. Geyer et J.-Y. Monchambert 2003, t. II, p. 61-64, no 1226-1232, pl. 91).

Les fortifications

7Les ouvrages défensifs visibles au début du XXe s., dans la partie sud du site, ont aujourd’hui disparu. E. Sachau signale le premier l’existence d’une tour ronde et massive située au N.-O. de la ville et liée de chaque côté à un mur de la forteresse. Comme un autre bâtiment au nord, elle est construite en briques cuites rectangulaires, épaisses de 0,05 à 0,08 m, maçonnées au mortier. L’intérieur de la tour est creux, précise-t-il, c’est-à-dire occupée par une chambre. Cette tour ronde a été vue par F. Sarre et E. Herzfeld depuis le toit de la maison où ils avaient passé la nuit. Ils la situent à quelque distance du bâtiment qu’ils ont appelé le palatium, dont la limite occidentale se tient contre le mur de la ville, mais ils ne donnent pas de précision sur la nature de ce mur. D’autres vestiges plus éloignés de l’enceinte étaient conservés du côté du Khabour ainsi qu’une haute et puissante tour ronde située au sud-est de la ville antique et indiquée sur le plan de E. Herzfeld avec la mention « alter Turm » (fig. 2). Cette tour peut être reconnue dans la butte signalée par B. Geyer et J.-Y. Monchambert au nord-est du site de Buseire 2 (fig. 1). Pour G. Bell, la tour sud-est de l’enceinte, entièrement construite en brique, est à identifier comme une construction médiévale, alors que E. Herzfeld a cru y reconnaître un élément des restaurations de Justinien (Procope, De Aedificis, II, 6, 1-12).

Fig. 2 ‑ Plan et localisation des vestiges par E. Herzfeld

Fig. 2 ‑ Plan et localisation des vestiges par E. Herzfeld

E. Herzfeld 1911, abb. 78

8En limite orientale actuelle du site, la ligne de déblais masque la topographie ancienne. Dans le flanc du tell, peu de vestiges susceptibles de correspondre à la muraille ont été repérés en 2001, excepté un massif de maçonnerie en brique cuite et en moellons avec, au nord de ce massif, l’arc visible d’une voûte. Vers le sud, une maçonnerie de briques cuites liées à la chaux de 1 m de large se dégage du flanc du tell avec une orientation est-ouest. Une ouverture carrée au centre de la maçonnerie semble correspondre à une canalisation (module des briques : 0,45 x 0,35 m).

Urbanisme

9À l’exception d’un puissant mur à l’intérieur de l’agglomération, aucun des vestiges signalés au début du XXe s. n’a été conservé.

Un bâtiment byzantin ?

10Au N.-E. de la tour sud-ouest, E. Sachau remarque un important bâtiment rectangulaire encore habité. Il s’agit d’une construction de briques cuites et de mortier, dont les murs extérieurs ont conservé une haute élévation. Par leur épaisseur et leur solidité, ils rappellent au savant « les murailles sur l’Euphrate près de Mayadin », c’est-à-dire une construction du xe s. E. Sachau jette un coup d’œil à l’intérieur de chambres, sans doute voûtées car elles lui donnent l’impression d’être des souterrains. Ce bâtiment correspondrait peut-être au « Kastell » ou palatium soigneusement décrit par E. Herzfeld, qui en a tracé le plan (fig. 3). Mais l’on ne peut en être sûr en raison des différences de types de maçonneries et de la présence d’un édifice à coupole que E. Sachau n’a pas mentionné. Selon E. Herzfeld, les murs sont constitués d’arases en blocage, alternées avec des assises de briques cuites d’un module reconnu comme byzantin, le tout lié par un solide mortier. Le bâtiment mesure 52 E.-O. x 41 m N.-S. Quatre tours rectangulaires, saillantes sur trois côtés, marquent les angles extérieurs et deux bastions symétriques barrent le milieu des murs nord et sud. L’entrée est placée dans le mur oriental, en face d’un petit édifice à coupole appuyé sur le mur occidental et qui recouvre une pièce hexagonale de 14 m, avec quatre absides dans les angles. Dans la partie supérieure du mur se trouvent deux petites fenêtres au-dessus des portes. Au dessus, s’élève la coupole avec des pendentifs. D’après cette description, toute la partie supérieure de l’édifice se rapporte à la période médiévale (E. Herzfeld 1911, p. 173-174).

Fig. 3 ‑ Plan du « Palatium »

Fig. 3 ‑ Plan du « Palatium »

E. Herzfeld 1911, abb. 79

Remploi des matériaux des édifices anciens

11Le témoignage de G. Bell est tout à fait différent puisque, lors de son passage sur le site, quelques tranchées ouvertes par les habitants, en quête de matériaux de construction pour construire un pont sur le Khabour, lui permettent de faire des observations d’ordre stratigraphique : « À certains endroits, les paysans ont creusé à plus de 5 m sous la surface de l’amas de ruines et ont fait apparaître quelques constructions près du rempart nord. Le matériel utilisé correspond à des briques de deux tailles (42 x 45 x 3 cm et 21 x 21 x 3 cm) prises dans du mortier. Les parties supérieures des murs sont en blocage de pierres rouge et la base serait en brique. Les pièces étaient couvertes par une voûte et comportaient au-dessus un premier étage. » (G. Bell 1911, p. 73). D’après elle, rien n’était antérieur à l’époque de Justinien et, bien au contraire, en majorité de l’époque arabe. La fosse ainsi creusée par les habitants pourrait correspondre à la dépression centrale de Buseire 2 à proximité du Khabour.

12Buseire 2 nous paraît correspondre à la partie orientale de l’agglomération byzantine. C’est ce que laisse penser également la répartition chronologique des céramiques d’époque islamique entre les sites de Buseire 1 et Buseire 2. D’après S. Berthier, la période entre la fin du viie s. et le xe s. n’était pas représentée dans la céramique recueillie à Buseire 1, alors que les sources textuelles permettent de supposer que l’occupation a été continue entre la fin de la période byzantine et les époques omeyyade et abbasside. Or, cette lacune chronologique est précisément celle qui est attestée à Buseire 2, de manière sûre entre la 2e moitié du viiie-ixe s. et, probablement, entre le xe et xie s. L’abandon de la partie sud-est du site à partir du xie s. pouvant s’expliquer par un déplacement du tracé du Khabour ou une crue.

13Matériel recueilli en prospection (B. Geyer et J.-Y. Monchambert 2003)

  • un seul tesson pouvant appartenir à l’époque hellénistique (no 928-céramique commune)

  • quatre tessons datés de la première moitié du iiie s., selon la comparaison la plus haute, ou du ve s., pour la plus tardive

  • sur la sélection publiée (no 913-974, pl. 71-75), matériel du ve-vie s. majoritaire

  • fragments de moules de potiers

  • monnaie d’époque romaine tardive provenant de la région (no 1780, pl. 122)

14Périodisation d’après les prospections (B. Geyer et J.-Y. Monchambert)

  • période hellénistique ?

  • période parthe-romaine

  • période romaine tardive (ive-vie s. apr. J.-C.)

  • période islamique

Bibliographie

E. Sachau, Reise, 1883, p. 287-288.

G. Bell, Amurath, 1911, p. 73.

F. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise, 1911, p. 156-160.

B. Geyer et J.-Y. Monchambert, « Prospections… », MARI 5, 1987, p. 293- 344, site no 75.

S. Berthier, Peuplement rural et aménagements hydroagricoles dans la moyenne vallée de l’Euphrate fin viie-xixe siècle, Damas, 2001, p. 217, site no 75 (Buseire 1) et p. 222, site no 104 (Buseire 2).

B. Geyer et J.-Y. Monchambert, La basse vallée de l’Euphrate syrien, Beyrouth, 2003, t. I, p. 89, site no 75 (Buseire 1), et p. 129-130, fig. 25.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Plan topographique du site
Crédits B. Geyer et J.-Y. Monchambert 2003, t. I, p. 130, fig. 25
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7287/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 2 ‑ Plan et localisation des vestiges par E. Herzfeld
Crédits E. Herzfeld 1911, abb. 78
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7287/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 3 ‑ Plan du « Palatium »
Crédits E. Herzfeld 1911, abb. 79
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7287/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540