Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section F, Mésopotamie)

Tell As-Sinn (Syrie) – F17

Texte intégral

Nom antique attesté

Beonan ?

Autres toponymes

Al Sinn, Tell Marrât, Tell es-Sinn

Localisation

Région

Deir ez-Zor

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à 10 km de Bseira et à 1,5 km de Marrât

Longitude

40.24960037

Latitude

35.31879458

Position

terrasse pléistocène

Environnement

établi sur la terrasse ancienne formée de couches de graviers et de galets

Informations sur l’état du site

État de conservation

menacé

Dimensions du site

550 E.-O. x 500 m N.-S.

Superficie

25 ha

Altitude

219 m

Critères de datation

céramique, stratigraphie, inscriptions

Périodes d’occupation attestées

période hellénistique

habitat

Période romaine

habitat

Période sévérienne-sassanide

ville fortifiée

    ive-viie s.

ville fortifiée

Occupation postérieure

viie-viiie s.

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1850 (mud walls)

1Les limites ouest et sud du site sont dessinées par la ligne sinueuse du plateau dont l’avancée au sud-ouest est occupée par un tell de faible hauteur (maximum 10 m). Les pentes du tell sont molles sauf sur la face S.-S.-O. abrupte qui correspond à la partie effondrée dans la plaine. La partie plane du site, délimitée sur le plateau par le tracé des remparts de brique crue, est occupée par une ville byzantine de 25 ha. Au-delà s’étend la nécropole. Les fouilles engagées par la mission syro-espagnole de Tell es-Sinn en 2005 ont déjà apporté des données essentielles sur les fortifications et la ville (J.-L. Montero Fenollós et S. Al-Shbib 2006).

Topographie

2Le site se trouve en bordure de la terrasse pléistocène relativement basse qui limite la plaine alluviale en rive gauche. La surface originale du site a été considérablement réduite par l’érosion fluviale ; sur la carte générale topographique italienne, les anciens méandres de l’Euphrate, responsables du recul du plateau à l’ouest et au sud, sont nettement marqués. L’état actuel du site s’est très dégradé depuis la photo aérienne d’A. Poidebard réalisée vers 1929 ou 1930 (fig. 1). On constate, en effet, la progression des ravines anciennes qui ont entaillé la limite ouest du plateau à l’intérieur de la ville et la création de nouveaux wadis mais, surtout, la multiplication des pistes et des routes qui ont forcé un passage dans l’enceinte. Une route coupe le rempart nord-est et traverse la ville basse du nord-est au sud-ouest et a tranché le pied du tell. Au sud de cette route, un cimetière récent occupe un monticule qui appartenait aux parties basses du tell. Une seconde route asphaltée coupe le rempart nord. D’autre part, outre les inévitables trous de pillage, il y a eu de nombreuses excavations mécaniques sur le site, en particulier à l’extrémité du rempart oriental attaquée par l’extension des surfaces agricoles. Ces multiples phénomènes nuisent à la clarté des vues aériennes récentes.

Fig. 1 ‑ Vue aérienne vers l’est

Fig. 1 ‑ Vue aérienne vers l’est

A. Poidebard 1934, pl. 35

Les fortifications

3L’enceinte a été vue et schématiquement dessinée par E. Herzfeld en 1909 (fig. 2). La photographie aérienne réalisée par A. Poidebard en a révélé la très grande analogie avec celle de Kasra, dont les traits communs ont été mis en valeur par l’angle de vue. Des informations intéressantes peuvent aussi être tirées du plan topographique réalisé en 1960-1961 (fig. 2) et de la couverture photographique du site par cerf-volant en 2000-2001 (fig. 3).

Fig. 2 ‑ plan photogrammétrique du site

Fig. 2 ‑ plan photogrammétrique du site

Détail de la carte EIRA 1960-1961, f. 1512

Fig. 3 ‑ vue aérienne de l’angle nord-est de l’enceinte

Fig. 3 ‑ vue aérienne de l’angle nord-est de l’enceinte

© Y. Guichard

Plan

4La muraille est signalée par une crête continue de 1 m à 2,50 m de haut. Seuls trois segments de l’enceinte d’origine sont conservés. Le rempart nord suit une direction O.-N.-O./E.-S.-E sur 220 m de long depuis le bord du plateau jusqu’à l’angle nord-est de l’enceinte (fig. 3). Le rempart nord-est, orienté du N.-O. vers le S.-O., est rectiligne sur 400 m de long. Il forme un angle saillant vers l’est avec le rempart oriental, orienté nord-sud et conservé sur 200 m jusqu’au rebord de la terrasse. Les fouilles, dirigées par S. Al-Shbib entre 2005 et 2007, ont concerné les remparts nord et oriental. Elles ont établi que les remparts de la phase finale sont constitués de deux maçonneries de brique crue accolées, qui se distinguent par le module de briques employées ; briques carrées appartenant au premier état des fortifications et briques rectangulaires caractéristiques d’une seconde phase de construction (J.-L. Montero Fenollós et S. Al-Shbib 2006). La largeur des courtines varie entre 3,20 m au nord et 4,20 m à l’est. Le type de fondation dépend également du secteur, puisque les sondages ont mis au jour une fondation de moellons de basalte au nord et une fondation sur le rocher ou un lit de gravier à l’est.

Les tours

5Les clichés aériens récents confirment l’existence d’au moins deux tours rectangulaires, très clairement visibles, l’une à l’angle nord-est des remparts et l’autre sur le rempart nord, à l’est de la route asphaltée. On note également, au sommet des remparts, des épaississements à intervalles réguliers qui marquent vraisemblablement le rythme des tours. La carte topographique de 1960 fournit des informations plus sûres : sur le sommet du rempart nord jusqu’à la jonction du rempart nord-est, cinq buttes culminant entre 210,1 m et 210,3 m d’altitude indiquaient l’emplacement de cinq tours. Deux tours ont été fouillées en 2005 et 2007 et cinq autres mises au jour sur le rempart nord-est en 2006. Elles sont de plan rectangulaire et en projection par rapport au tracé de l’enceinte mais présentent différentes dimensions. Les grandes tours (no 10 et 23) mesurent 4,50 x 6 m avec une chambre de 2 x 2,30 m ; elles alternent avec des bastions plus petits. La chronologie établie dans plusieurs secteurs montre que ces dispositifs sont d’origine et ont été conservés dans la seconde phase. La publication des stratigraphies et du plan final est essentielle pour rendre compte de la complexité de cet ouvrage défensif.

Défenses extérieures

6D’après E. Herzfeld, un large fossé longeait les remparts nord et nord-est. Il semble, en effet, qu’il y ait une nette dépression topographique immédiatement à l’extérieur des fortifications mais son profil n’a pas été établi.

Urbanisme

7À l’intérieur de l’enceinte, on distingue une ville haute représentée par un tell de faible élévation et une ville basse délimitée par la ligne des remparts.

Le tell

8Le tell est situé dans la partie sud-ouest du site qui avait déjà en majorité disparu au xixe s. La surface est très érodée et ne laisse paraître aucun vestige de construction. Deux sondages stratigraphiques ont été ouverts à l’ouest et à l’est du tell. La confrontation des résultats confirme quatre phases d’occupation du Néolithique au viie s. apr. J.-C.

9Une couche hellénistique a été attestée, dans le sondage oriental, ainsi qu’un niveau romain. L’occupation semble continue jusqu’au ive s. Enfin, la période byzantine ve-viie s. est contemporaine de l’occupation de la ville basse.

La ville basse

10Dans la ville basse, le terrain est couvert de tessons mêlés de graviers. La surface est relativement plane, mais, dans les déblais de fosses anciennement creusées, on remarque des matériaux de construction en basalte et en calcaire, ainsi qu’un fragment de meule en basalte.

11Un chantier a été ouvert à proximité du rempart nord-ouest et un sondage stratigraphique a mis au jour quatre phases de construction entre les périodes byzantine et omeyyade.

Nécropole byzantine

12Une grande nécropole, abondamment pillée, s’étend à l’extérieur du rempart nord-est.

13Des fouilles ont été conduites par le musée de Deir ez-Zor et reprises en 2004 par la mission syro-espagnole (J.-L. Montero Fenollós et S. Al-Shbib 2008).

Hypogées

14157 hypogées ont été repérés et relevés. La très grande majorité présente un plan simple avec un escalier et une chambre funéraire rectangulaire avec arcosolia disposés en U abritant une simple cuve (fig. 4). Dans la tombe 161, un pilier central circulaire soutient le plafond de la chambre. La tombe la plus grande comporte cinq cuves, deux arcosolia sur chaque paroi latérale et un dans celle du fond (J.-L. Montero Fenollós et S. Al-Shbib 2008, p. 110-111, tombe no 17).

Fig. 4 ‑ Plan du secteur C3 de la nécropole

Fig. 4 ‑ Plan du secteur C3 de la nécropole

J.-L. Montero Fenollós et S. Al-Shbib 2008, p. 102, fig. 13

Inscriptions

15Quatre inscriptions grecques gravées sur des fragments de pierres ou peintes sur les parois intérieures de certains hypogées ont été retrouvées et publiées (I. Marquez 2008). Les noms des défunts révèle de l’onomastique grecque (Ioannes, Andreas) et araméenne. Une inscription syriaque a été relevée sur un bloc de pierre. La plupart des inscriptions étaient associées à des croix simples, à double traverse ou ansées. On notera en particulier le décor peint en rouge sur le tympan de l’entrée de la tombe 160 : une grande croix pattée curviligne, encadrée d’une inscription de cinq lignes, malheureusement lacunaires.

Tombes à puits

16Cinq tombes sont creusées à 1,50-1,70 m dans la couche superficielle. Elles sont constituées d’un puits rectangulaire fermé en partie supérieure. Au fond, une cuve ou deux niches, pour accueillir les défunts, ont été grossièrement taillées dans les parois les plus longues.

17Matériel

  • céramiques de la nécropole datée du ive-viie s. (S. Al-Shbib 2008)

18Périodisation d’après les prospections (B. Geyer et J.-Y. Monchambert 2003)

  • Néolithique (PPNB récent)

  • période classique (hellénistique) ?

  • période romaine tardive (ive-vie s. apr. J.-C.)

19Périodisation d’après les fouilles

  • PPNB

  • période hellénistique

  • période romaine

  • période byzantine

  • période omeyyade et abbasside

Bibliographie

F. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise, 1911, p. 172 et abb. 77 (identifié à Beonan).

A. Poidebard, La trace de Rome, 1934, pl. 35.

J. Roodenberg, « Sondage des niveaux néolithiques de Tell es-Sinn, Syrie », Anatolica VII, 1979-1980, p. 21-33.

B. Geyer et J.-Y. Monchambert, « Prospections… », MARI 5, 1987, p. 293- 344, site no 29.

B. Geyer et J.-Y. Monchambert, La basse vallée de l’Euphrate syrien, Beyrouth, 2003, t. I, p. 81, site no 29.

J.-L. Montero Fenollós, S. Al-Shbib, I. Márquez et F. Caramelo, « Prospection archéologique de la vallée du Moyen Euphrate syrien : Les premiers travaux au verrou de Halabiyé », Orient-Express, 2005/2, p. 69-71.

J.-L. Montero Fenollós « Ciudades fortificadas en el valle del Medio Éufrates. Primeras investigaciones sirio-españolas en el asentamiento bizantino de Tall as-Sin (Siria) », Erythteia 27, 2006, p. 17-41.

J.-L. Montero Fenollós et S. Al-Shbib, « La mission archéologique syro-espagnole au Moyen Euphrate. Première campagne à Tell as‑Sin (Deir er-Zor, Syrie) », Orient-Express, 2006/1, p. 3-5.

J.-L. Montero Fenollós et S. Al-Shbib,« Investigaciones sirio-españolas en el valle del Medio Éufrates. Primeros datos sobre la necrópolis bizantina de Tall as-Sin (Siria) », Antigüedad y Cristianismo 12, 2006, p. 409-426.

J.-L. Montero Fenollós et S. Al-Shbib éd., La Necropolis bizantina de Tall as-Sin (Deir ez-Zor, Siria), Madrid, 2008.

I. Marquez, « Las inscripciones funerarias y los simbolos cristianos », La Necropolis bizantina de Tall as-Sin (Deir ez-Zor, Siria), Madrid, 2008, p. 275-286.

S. Al-Shbib, « La céramique », La Necropolis bizantina de Tall as-Sin (Deir ez -Zor, Siria), Madrid, 2008, p. 233-241.

S. Al-Shbib, « Tall as-Sin. Les résultats des travaux de la mission syro-espagnole 2005-2007 », Estudos Orientais 10, 2008, p. 169‑186.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue aérienne vers l’est
Crédits A. Poidebard 1934, pl. 35
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 2 ‑ plan photogrammétrique du site
Crédits Détail de la carte EIRA 1960-1961, f. 1512
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 3 ‑ vue aérienne de l’angle nord-est de l’enceinte
Crédits © Y. Guichard
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7278/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 4 ‑ Plan du secteur C3 de la nécropole
Crédits J.-L. Montero Fenollós et S. Al-Shbib 2008, p. 102, fig. 13
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7278/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540