Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section F, Mésopotamie)

Kasra (Syrie) – F10

Texte intégral

Nom antique attesté

Allan ?

Autres toponymes

Soor al Humar, Um Rejebah

Localisation

Région

Deir ez-Zor

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à 15 km en aval de Zelebiyé par la piste ancienne

Longitude

39.91217318

Latitude

35.56421909

Position

plateau escarpé

Environnement

paléoméandres à l’O. et au S.

Informations sur l’état du site

État de conservation

érodé

Dimensions du site

670 N.-S. x 692 m E.-O.

Superficie

46 ha

Altitude

246 m

Critère de datation

céramique

Périodes d’occupation attestées

Période sévérienne-sassanide

ville fortifiée

    ive-viie s.

thermes

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1850, carte IV (Soor al Humar)

R. Kiepert, Karte, 1893 WB I (Um Regeba)

C. Heraud, Mission, 1922, f. XXXV (poste turc)

1Le site de Kasra se trouve en limite du plateau qui domine la plaine alluviale. Dans ce secteur, à 15 km en aval du resserrement basaltique de Halabiya, l’écoulement du fleuve est contrarié par la présence de deux môles résistants, de part et d’autre de la vallée, immédiatement en aval de Tibni. Une série de méandres successifs ont attaqué le plateau en rive gauche et fortement creusé ses flancs en amont et en aval de Kasra. C’est en limite nord-ouest de cette bande de plateau en forme de fer à cheval que se tient le site de Kasra.

2Le site est délimité par un rempart en brique crue continu sur trois côtés et détruit au nord-ouest. Avec le recul du plateau causé par l’érosion, le tiers occidental du site s’est en effet décomposé en un réseau de profonds wadis qui rejoignent le niveau de la plaine 20 m plus bas. Un cimetière récemment étendu, qui avait été vu par G. Bell en 1909 mais n’est pas repérable sur la photo aérienne prise par l’Armée française du Levant vers 1930, occupe actuellement la partie sud-ouest du site.

3Le site a été reconnu comme une ville ancienne pour la première fois en 1837, lors de la mission de reconnaissance sur l’Euphrate commandée par F. R. Chesney, et figure sur la carte IV, fondée sur les prospections et mesures de H. B. Lynch, sous le toponyme Soor al Humar. Pour l’étude de ce site, on dispose du témoignage d’E. Sachau qui l’a visité en 1879 et de la description de G. Bell de 1909. Il a été ensuite prospecté par A. Poidebard et fait l’objet d’une couverture aérienne par l’Armée française du Levant (fig. 1). Pour compléter cette documentation, des prises de vue aériennes par cerf-volant ont été réalisées par Y. Guichard en 2001. Depuis 2006, la mission archéologique syrienne de Kasra dirigée par Y. Abdullah (DGAMS) a réalisé des sondages sur le rempart et mis au jour, en 2009, des thermes avec mosaïques figurées, ainsi qu’un hypogée intra-muros. Elle a mené également des fouilles préventives sur des vestiges extra-muros.

Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site vers le sud

Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site vers le sud

A. Poidebard, 1934, pl. 35

Fortifications

4Le tracé des fortifications est parfaitement clair sur la vue aérienne oblique publiée par A. Poidebard en 1934. Sur ce cliché la lumière matinale souligne le profil pâle d’un rempart en brique crue, entouré d’un fossé extérieur encore discernable dans la topographie actuelle. L’enceinte suit un plan polygonal irrégulier dont seule est conservée la moitié orientale, marquée par quatre angles saillants. Les limites nord-ouest et ouest en bordure du plateau ont été touchées par l’érosion mais des segments de l’enceinte subsistent peut-être sur les replats en pente vers la plaine.

5Les remparts sont conservés au maximum sur 2 m de haut. L’élévation sur la photo de 1930 semble plus importante mais nous n’avons pas d’indications sur la hauteur des remparts au début du xxe s. Dans la coupe créée par le passage de la route asphaltée, l’intérieur de la maçonnerie, est visible (fig. 2) : elle est conservée sur 3 m large et présente des briques de 0,450-0,50 m de côté et de 0,08 m de haut, maçonnées au mortier de la terre.

Fig. 2 ‑ Brèche ouest dans la maçonnerie du rempart nord

Fig. 2 ‑ Brèche ouest dans la maçonnerie du rempart nord

Plan des fortifications

6Le rempart nord a été repéré sur 600 m environ. Dans sa partie la mieux conservée, il présente actuellement une élévation de 1,50 m de haut par rapport à la surface actuelle du site. Il est divisé en deux segments par un angle saillant bien visible au premier plan de la photo de 1930 et sur les vues actuelles (fig. 3).

Fig. 3 ‑ Vue aérienne de l’angle nord-ouest du site coupé par la route

Fig. 3 ‑ Vue aérienne de l’angle nord-ouest du site coupé par la route

© Y. Guichard 2001

Le rempart nord

7Le segment occidental du rempart septentrional est très érodé : il suit le sommet d’une bande de terre sur 200 m de long, séparée du reste du plateau par deux ravines escarpées (fig. 4). Sur cette crête qui s’abaisse vers l’ouest, il ne reste par endroits qu’une ou deux assises de brique crue construites directement sur un niveau friable qui constitue le sol géologique. À l’extrémité ouest, les briques ont d’ailleurs complètement disparu. Le tracé de ces vestiges s’incurve légèrement vers le nord-ouest, à 70 m du bord de la falaise. À cet endroit précis, un épaississement, encore perceptible dans la pente sud de la ravine, pourrait correspondre au départ d’une tour actuellement arasée. Le segment oriental est caractérisé par une orientation du nord-ouest au sud-est ; il est rectiligne sur 400 m environ. À l’ouest, il a été détruit par l’aménagement d’une route récemment asphaltée qui descend vers la plaine, tandis qu’à l’est, il est coupé en trois endroits par le passage des pistes qui traversent le site du nord au sud. Un sondage ouvert dans l’axe de la piste la plus à l’est a mis au jour une porte de l’enceinte (Y. Abdullah 2011, p. 273).

Fig. 4 ‑ Sommet du rempart nord-ouest vers l’ouest

Fig. 4 ‑ Sommet du rempart nord-ouest vers l’ouest

Le rempart oriental

8Le rempart oriental, qui barre le plateau du N.-N.-O. au S.-S.-E., est rectiligne sur 250 m (fig. 5). Bien qu’il présente à certains endroits des épaississements notables, il est difficile de déterminer le nombre de tours qu’il comportait.

Fig. 5 ‑ Rempart oriental depuis l’angle nord-est de l’enceinte

Fig. 5 ‑ Rempart oriental depuis l’angle nord-est de l’enceinte

Le rempart sud

9Il se divise en deux segments. La courtine orientale suit sud-ouest sur 230 m environ jusqu’à un angle saillant qui marque un changement de direction. En dépit de l’érosion du secteur, accentuée par la présence de ravines, il est clair que cet angle était protégé par un tour quadrangulaire saillante (fig. 6). La courtine occidentale peut être suivie sur 110 m environ jusqu’au bord de la falaise. Au sud, au-delà d’une ravine, se trouve le karakol ottoman où G. Bell avait fait étape.

Fig. 6 ‑ Vue aérienne de l’angle sud-ouest du rempart sud

Fig. 6 ‑ Vue aérienne de l’angle sud-ouest du rempart sud

Urbanisme

10L’espace intérieur est quasi plat. Aucune éminence ne signale de ruines importantes mais la présence de bâtiments est attestée par les traces de murs en brique crue visibles en surface. Un essai de prospection géophysique, réalisé en 2011 par C. Benech, a révélé la présence d’un lotissement régulier sans doute étendu à toute la surface plane du site. La poursuite des prospections a été programmée dans le cadre de la mission archéologique syrienne.

11Des indications sur la présence de constructions en pierre de taille à l’intérieur du site ont été apportées par E. Sachau et G. Bell. Le premier est assez laconique : « site ancien où il y a de gros blocs quadrangulaires de basalte au sol et des substructions de maisons ». En 1909, G. Bell note la présence de pierres de taille en gypse et de briques romaines sur des tombes. En effet, l’abondance et la variété des matériaux récupérés pour couvrir les tombes du cimetière placé dans la partie sud-ouest du site prouvent qu’il y a eu une occupation dense : briques cuites, moellons de djousse, nombreux fragments de colonnes et de bases taillées dans le gypse, meules en basalte et vasque taillée dans le gypse (marque de ciseau à dents). Les rapports préliminaires des fouilles n’ont pas indiqué d’occupation antérieure à la période byzantine.

Les thermes

12G. Bell a rapporté le témoignage des soldats qui avaient trouvé une petite salle ronde avec des murs de briques cuites et un pavement de tesselles blanches, sur le flanc d’une ravine à l’extrémité nord. C’est dans une ravine au nord-ouest du site, en effet, que la mission a commencé, en 2009, le dégagement des thermes byzantins. En 2011, quatre salles avaient été fouillées : les salles chaudes et l’hypocauste à l’ouest, la salle tiède et le vestiaire. À l’est une grande salle, le frigidarium, a, en partie, conservé son pavement de mosaïque (fig. 7). Il est composé d’une bordure de petits tableaux avec animaux reliés par un entrelacs à deux brins et d’un panneau central représentant des animaux sauvages, des félins, des oiseaux, et un éléphant (Y. Abdullah 2011, p. 374-378). La position des thermes, dans la partie médiane d’un wadi, montre que l’occupation du site s’étendait sur les replats d’érosion en limite ouest du site. Les constructeurs ont clairement recherché un placement à faible distance de l’Euphrate et de moindre altitude. Le système d’approvisionnement en eau des réservoirs sera très intéressant à étudier.

Fig. 7 ‑ Vue de la mosaïque des thermes en 2010

Fig. 7 ‑ Vue de la mosaïque des thermes en 2010

Nécropole

13Une tombe à arcosolia a été fouillée en 2009 dans la moitié nord du site. Il s’agit d’une tombe construite, constituée d’une salle funéraire avec trois niches disposées en U accueillant, chacune, une cuve (fig. 8). Le toit de la salle s’est écroulé mais on peut restituer une voûte maçonnée. Par sa typologie, elle rappelle les tombes de la nécropole de Sura. Sa situation intra-muros est intéressante : elle pourrait s’expliquer s’il s’agissait d’un monument funéraire rattaché à une église ou par une date de construction tardive (viiie s. ?) à une période d’abandon du site.

Fig. 8 ‑ Vue de la tombe depuis le sud-est en 2010

Fig. 8 ‑ Vue de la tombe depuis le sud-est en 2010

14À l’extérieur de l’enceinte, une construction rectangulaire en brique crue a été fouillée et identifiée comme la base d’un tombeau-tour.

15Datation d’après les fouilles

  • période byzantine

Bibliographie

E. Sachau, Reise, 1883, p. 260 (Um Ragaba).

G. Bell, Amurath, 1911, p. 70.

G. Bell, Diarie, 03/03/09 [en ligne] http://www.gerty.ncl.ac.uk/diary_details.php?diary_id=694

A. Poidebard, La trace de Rome, 1934, pl. 34.

J. Lauffray, Halabiya-Zénobia, place forte du limes oriental et la haute Mésopotamie I, BAH, p. 75 et carte de localisation fig. 4.

Y. Abdullah, « The work of the Syrian Mission in the Byzantine City (Tell Al Kasra) in five seasons”, Res Antiquitatis 2, 2011, p. 269‑285.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site vers le sud
Crédits A. Poidebard, 1934, pl. 35
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7271/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 2 ‑ Brèche ouest dans la maçonnerie du rempart nord
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7271/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Fig. 3 ‑ Vue aérienne de l’angle nord-ouest du site coupé par la route
Crédits © Y. Guichard 2001
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7271/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 4 ‑ Sommet du rempart nord-ouest vers l’ouest
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7271/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre Fig. 5 ‑ Rempart oriental depuis l’angle nord-est de l’enceinte
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7271/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6 ‑ Vue aérienne de l’angle sud-ouest du rempart sud
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7271/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 7 ‑ Vue de la mosaïque des thermes en 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7271/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 8 ‑ Vue de la tombe depuis le sud-est en 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7271/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable