Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section F, Mésopotamie)

Zalabiya (Syrie) – F08

Texte intégral

Nom antique attesté

Basileia ?, Anoukas ?

Autres toponymes

Qsour al Banat, Chelebi ou Zelebi

Localisation

Région

Deir ez-Zor

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

en rive gauche en aval de Halabiya/Zénobia

Longitude

39.84366653

Latitude

35.67004733

Position

plateau escarpé

Environnement

à l’extrémité sud du rétrécissement volcanique sur une avancée du Jebel Hame

Informations sur l’état du site

État de conservation

menacé

Dimensions du site

350 x 350 m

Superficie

12 ha

Altitude

254 m

Critère de datation

architecture

Périodes d’occupation attestées

Période sévérienne-sassanide

forteresse

    ive-viie s.

forteresse

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1850, p. 49, 415

R. Kiepert, Karte, 1893 WB I (Chanuca)

C. Heraud, Mission, 1922, f. XXXIII

1La forteresse byzantine de Zalabiya, en position dominante sur la rive gauche, est délimitée par ses remparts en élévation sur trois côtés et par l’abrupt de la falaise effondrée avec la partie occidentale du site (fig. 1). Des installations non datées ont été signalées extra-muros.

Fig. 1 ‑ Vue du site depuis la rive droite

Fig. 1 ‑ Vue du site depuis la rive droite

2Remarquée et décrite depuis le milieu du xixe s. comme le pendant de Halabiya-Zénobia, située en amont sur la rive opposée, elle a fait l’objet de relevés partiels et anciens par E. Sachau en 1979, G. Bell en 1909, et par F. Sarre, E. Herzfeld et P. Maresh entre 1907 et 1911. Le schéma réalisé par E. Herzfeld (fig. 2) restitue, malgré son imprécision, un état plus complet que celui actuellement conservé ; le site a été touché par l’effondrement de la tour nord-ouest, l’utilisation des blocs des remparts dans le ballast de la voie ferrée et la construction récente d’un enclos sur la partie nord de l’habitat extra-muros. J. Lauffray, qui n’a pas pu procéder à des prospections ou fouilles en 1945, a restitué, à partir des clichés aériens réalisés par A. Poidebard en 1929, un plan du site, peu fiable pour le tracé des remparts mais très riche pour les constructions extra-muros. La chronologie de l’occupation du site n’est pas établie hormis la phase de construction de la forteresse attribuée à Justinien. Des fouilles ont repris à l’intérieur de l’enceinte en 2009 dans le cadre de la mission syro-britannique dirigée par Y. Abdullah (DGAMS) et E. Loosley (Université de Manchester). Cependant il est certain que le secteur de la forteresse n’a pas connu de phase de construction antérieure, ce qui décourage la tentation récurrente d’y placer Basileia, fondation achéménide mentionnée par Isidore de Charax.

Fig. 2 ‑ Plan du site en 1907

Fig. 2 ‑ Plan du site en 1907

E. Herzfeld 1911, abb. 359

Les fortifications

3L’enceinte a conservé son mur oriental sur toute sa longueur. En revanche, l’angle sud-est des fortifications, la première courtine du rempart sud, la partie occidentale et le rempart nord ont disparu avec le recul de la falaise gypseuse fragilisée par les séismes et l’érosion. Le rempart oriental comporte une porte flanquée de deux tours, placée au changement d’orientation du tracé des courtines, et quatre bastions rectangulaires, auxquels il faut ajouter un bastion nord-est vu par E. Herzfeld.

4Les courtines de 2,20 m d’épaisseur sont constituées de deux parements de gypse appareillés et d’un remplissage de moellons et mortier. Les blocs de gypse sont disposés en appareil régulier avec des changements de hauteur d’assises qui renvoient à la variation de hauteur des bancs débités en carrière. Ils sont maçonnés avec un mortier de djousse très sableux. Dans les voûtes, P. Maresh a noté l’utilisation de briques cuites d’un petit format (0,10 x 0,18 x 0,04 m). L’élévation de la tour sud-est a été dessinée par E. Herzfeld : de plan carré, elle comporte deux étages et un escalier. Par analogie avec Halabiya où l’on retrouve les mêmes techniques de construction sur le rempart nord, ces fortifications sont datées du règne de Justinien.

Constructions intra-muros (fig. 3)

5Des traces de murs étaient visibles à l’intérieur de l’enceinte mais n’ont pas été relevées. D’après le plan de Herzfeld, un grand ensemble quadrilatère se trouvait dans la moitié nord de l’enceinte dans l’axe de la porte. Deux sondages ouverts en 2010 ont mis au jour des baraques ou un habitat très simple dont les murs, en petit appareil quadrangulaire en basalte, sont fondés directement sur le rocher.

Fig. 3 ‑ Vue de l’intérieur de la forteresse vers le sud en juin 2011

Fig. 3 ‑ Vue de l’intérieur de la forteresse vers le sud en juin 2011

Constructions extra-muros

6Signalés par P. Maresch, de nombreux murs sont regroupés sur les pentes des wadis autour de la forteresse, constituant ce que J. Lauffray a appelé un faubourg. Avec l’aide de P. Hamelin, il a essayé d’en restituer l’organisation et l’extension d’après les vues aériennes (fig. 4).

7Sur les pentes du wadi oriental, il a repéré une carrière de pierre, deux ensembles identifiés comme des caravansérails à l’ouest et un ensemble partiellement visible sur la pente orientale. Au nord de la forteresse, on note une forte concentration de constructions coupées par le wadi. Au sud-est de la forteresse, à 1 ou 2 km, un ensemble de murs de 1-1,5 m de large et de plans irréguliers a été vu par P. Maresch. Il s’agit sans doute des vestiges auxquels J. Lauffray attribue un rôle défensif : une sorte de bastion rectangulaire d’où part un mur en pierres sèches qui descend vers la plaine avec une direction sud-est. Cette construction lui semble analogue au mur de protection du faubourg sud de Halabiya.

Fig. 4 ‑ Plan du site restitué par J. Lauffray

Fig. 4 ‑ Plan du site restitué par J. Lauffray

J. Lauffray 1984, pl. II

Bibliographie

E. Sachau, Reise, 1883, p. 255-257.

G. Bell, Amurath, 1911 ; p. 65, 11, 112.

V. Chapot, Frontière, 1907, p. 293, fig. 10.

F. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise, t. I, 1911, p. 165 (identification à Anoucas) et t. II, 1920, p.373-381.

A. Poidebard, La trace de Rome, 1934, p. 86-90, pl. 73-74.

J. Lauffray, Halabiya-Zénobia, place forte du limes oriental et la haute Mésopotamie au vie s., t I, Beyrouth, 1984, p. 73-76, p. 79 (identification à Basileia), p. 80-81 (identification àAnoucas et Al-Khanouqa) et pl. II.

K. Kohlmeyer, « Euphrat-Survey 1984 », MDOG 118, 1986, p. 51-65, site no 132 p. 60-61, note 2.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue du site depuis la rive droite
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Fig. 2 ‑ Plan du site en 1907
Crédits E. Herzfeld 1911, abb. 359
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7269/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 3 ‑ Vue de l’intérieur de la forteresse vers le sud en juin 2011
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7269/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4 ‑ Plan du site restitué par J. Lauffray
Crédits J. Lauffray 1984, pl. II
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7269/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 442k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540