Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section F, Mésopotamie)

Tell Bi‘a (Syrie) – F02

Texte intégral

Nom antique attesté

Tuttul, Nicephorium ?

Localisation

Région

Raqqa

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à 3 km E.-N.-E. de la limite orientale de l’enceinte abbasside d’Ar‑Rafiqa

Longitude

39.04838607

Latitude

35.95843310

Position

tell ancien

Informations sur l’état du site

État de conservation

intact

Dimensions du site

1700 x 1500 m

Altitude

245-270 m

Critères de datation

céramique, monnaie, architecture, stratigraphie, mosaïque, inscription

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

nécropole et village

Période sévérienne-sassanide

monastère et cimetière

    ive-viie s.

pavement de mosaïque de 509 et de 595

Occupation postérieure

islamique

1Le site correspond à un grand tell (1700 x 1500 m) arrondi au nord et à l’ouest. Les limites est et sud plus irrégulières peuvent avoir été érodées par l’écoulement du Balikh dont le cours est aujourd’hui distant de 2,5 km. Les fouilles de la mission allemande dirigée par E. Strommenger, avec un financement Deutsch Orient Gesellschaft, ont commencé en 1980, après la fin de la mission de sauvetage à Habuba Kebira.

Localisation des vestiges

2Le site a été divisé en secteurs (de A à T) correspondant chacun à une éminence topographique. La topographie du site est marquée par les ruines de l’agglomération du IIIe millénaire, identifiée à Tuttul et dont l’enceinte circulaire (L, M, K, J) et le palais (E) ont été mis au jour. Les niveaux romains étaient signalés en surface (tessons, brique, mortier de djousse, tuile) et concentrés sur la moitié sud du site. Un cimetière romain, mis en évidence par des pillages, couvrait toute la partie E-C. Enfin, un monastère a été découvert au-dessus du palais de l’âge du Bronze (secteur E).Des constructions romaines et byzantines ont été fouillées également dans ce secteur et dans les pentes alentour.

Urbanisme

Période romaine

3Dans une tranchée ouverte en 1980 au sommet du tell E (partie supérieure du carré 29/51) ont été trouvés des niveaux romains caractérisés par des constructions de 1 à 3 m d’élévation. Leur organisation et fonctions demandent à être publiés. Ces vestiges sont marqués par deux niveaux de destruction d’époque romaine. Dans les pentes ouest et est (carré 29/52-29/53), les niveaux romains se situaient au-dessus d’un four industriel (babylonien ?). En 1984 (carrés 26/46 et 27/48-49), les vestiges de bâtiments d’époque romaine tardive correspondaient à des murs en brique crue, de module 0,45 x 0,60-68 x 0,08-0,10 m, fondés sur deux niveaux au-dessus du palais ancien. Ils ont été perturbés par des tombes byzantines et par l’érosion au sud.

Période byzantine

4Les niveaux de réoccupation sont les plus importants et les mieux conservés au-dessus du palais babylonien. Leur découverte progressive entre 1984 et 1990 a permis l’identification d’un large complexe monastique byzantin.

5En 1987, au-dessus du sol du palais babylonien, côté nord, a été dressée une stratigraphie de plus trois mètres dont le matériel le plus récent correspond à un élément d’architecture avec croix gravée du xiie s. apr. J.-C. Un bâtiment a été mis au jour sur une surface de 32 x 20 m, en limite ouest des carrés 28/46 - 31/46 et en limite orientale des carrés 31/46-31/48. Son orientation N.-O./S.-E. est similaire à celle des tombes les plus tardives. Entre 1984 et 1990, 49 pièces ont été identifiées autour d’une cour. En 1990, la poursuite des fouilles vers l’est a entraîné la découverte des trois mosaïques datées du vie s.

6L’ensemble du bâtiment n’est pas dégagé et il est difficile de restituer le plan phase par phase.

Organisation du monastère (fig. 1)

7L’église occupe un espace de 12 x 17 m dans l’aile orientale du bâtiment. Elle est composée de trois pièces rectangulaires communiquant par un axe de circulation central est-ouest. Le narthex de l’église correspondrait à une salle oblongue (pièce 25) entièrement couverte par un pavement de mosaïque figuré. La nef a été reconnue dans la large salle immédiatement à l’est (pièce 26) et le sanctuaire est signalé par un autre pavement de mosaïque découvert dans la pièce 28, qui est encadrée par deux salles dont l’une pourrait être la sacristie (pièce 29). Par les salles à l’est de l’église et de la cour (pièces 30 et 43), on accède à une construction identifiée comme une chapelle funéraire ou martyrium (pièce 50), au sol orné d’une mosaïque. Le corridor (pièce 21) placé à l’ouest mène à une grande cour avec un portique au sud. Les pièces fonctionnelles sont situées au nord-ouest de la cour. La pièce 37, au sol dallé, a été identifiée, dans la phase 2, comme le réfectoire en raison d’un dispositif très particulier de larges banquettes aménagées en forme d’alvéoles sur lesquelles s’asseyaient au maximum six moines autour d’une table. Comme les fouilleurs restituent six à huit banquettes selon les phases, ce réfectoire pouvait accueillir de 36 à 48 commensaux. Des exemples similaires, bien que plus tardifs, ont été retrouvés par G. Kalla dans les monastères du Mont Athos. Dans la phase finale, la pièce a été subdivisée au nord et à l’ouest. Séparée de la salle à manger par le corridor 36, la cuisine (pièce 3) était pourvue d’un four de 3 m de diamètre. L’organisation générale des différentes ailes renvoie, d’après les publications préliminaires, à celle des monastères du Tur Abdin.

Fig. 1 ‑ Plan partiel du monastère

Fig. 1 ‑ Plan partiel du monastère

G. Kalla 2004, p. 258, abb. 1

Les mosaïques

8La mosaïque (4 x 10,5 m) du narthex (fig. 2), dont les limites méridionale et orientale ont été prises sous des murs de la seconde phase, comporte un tableau central (2,2 x 8,3 m), encadré d’une double bordure, une frise d’octogones et un entrelacs à doubles brins avec calices. Au nord des poissons accolés deux à deux, puis un jardin stylisé peuplé d’animaux, tandis qu’au sud des couples d’oiseaux s’alignent sur deux colonnes en partant de la limite sud de la bordure. Le motif central figure une paire de paons orientés vers l’ouest et surmontés d’une tabula ansata avec une inscription syriaque datée de l’ère séleucide. Sous la queue du paon de gauche, se trouve une courte dédicace en grec. Le sens de lecture des différentes scènes met en valeur chacune des quatre portes axiales de la pièce mais souligne tout particulièrement l’ouverture orientale, au-dessus des paons et de l’inscription syriaque, qui ouvre sur la nef.

Fig. 2 ‑ Mosaïque de la pièce 25

Fig. 2 ‑ Mosaïque de la pièce 25

G. Kalla 1991, p. 36, abb. 1

9– Traduction de l’inscription syriaque

« Au mois Ab de l’année 820 (août 509)
pendant l’administration de notre saint père l’évêque Mar Paul
et de l’archidiacre Mar Julien
et du vénérable abbé Mar Poleycte
a été faite cette mosaïque par les soins des prêtres du couvent
le presbyte Mar Semon
le diacre Mar Zqota
et Mar Hala et Mar Eugène et Mar Abbos et le diacre et l’économe de la maison Mar Abraham et tous les frères devant Dieu.
Qu’ils soient tous bien récompensés, ceux qui ont œuvré pour que cette maison soit munie d’une mosaïque et pour Mar Asita et pour Mar Gennadios ».

10L’inscription mentionne certainement Paul, évêque de Callinicum jusqu’en 519, et son collaborateur direct, Julien. Paul est connu comme adversaire du dogme chalcédonien. Il a été déposé et exilé en 519 et a traduit en syriaque des œuvres de Sévère d’Antioche entre 519 et 528 (F. Alpi 2009, p. 153). Les autres personnalités citées appartiennent à la hiérarchie du couvent : l’abbé Poleycte, les prêtres attachées au service litturgique et l’économe de la communauté. Bien que détaillé, ce texte ne livre pas le nom du monastère ni le nom du fondateur, ce qui ne permet pas de faire le lien avec le monastère de Mar Zakkai près de Callinicum, où Jean de Tellâ s’est réfugié en 521 (E. Honnigmann, 1951, p. 51).

11– Traduction de l’inscription grecque (SEG 1997, 1496):

Ὑπὲρ µνήµης                                                          « Pour le souvenir de Oreste ».
Κ(ύρι)ε ἐλέησον / Κῦρον τὸν / ἁµαρτολόν              Seigneur, prends pitié du pêcheur Cyr ».

12Cette intercession concerne sans aucun doute deux mécènes hellénophones et non des membres de la communauté monastique.

13Une seconde mosaïque inscrite en syriaque est située dans l’entraxe d’une porte occupée entièrement par une tabula ansata :

« Au mois de Nisan 906 (avril 595)
à l’indicateur de l’année 13
aux jours de l’abbé Mar Smona
a été faite cette mosaïque par les soins des prêtres de ce couvent pour notre Seigneur ».

14La date de cette dédicace syriaque, presque un siècle après celle de la nef, nous indique un second programme d’embellissement du monastère, sans doute de moindre portée, puisqu’elle ne mentionne que l’abbé et les moines. Il serait intéressant de la mettre en relation avec la chronologie relative de l’aile du bâtiment dont la publication a été annoncée.

Nécropole

15Une nécropole romaine extensive couvre la partie sud-ouest du site.

16Une série de tombes dont 116 ont été fouillées, couvre les sondages du secteur B soit 261 m2, surface étendue à 500 m2 en 1982. Une extension du cimetière vers le sud a été encore retrouvée en 1983 (carré 37/18) : les tombes ont été creusées dans l’épaisseur du rempart de l’âge du Bronze. Dans le secteur E, des tombes tardives ont perturbé des niveaux romains byzantins. Dans un bâtiment à l’est, un pavement de mosaïque orné d’oiseaux comportait un nom inscrit en grec (SEG 1999, 2030)

Période romaine

17Le groupe minoritaire caractérisé par une orientation des tombes N.-S. est daté de la fin du iiie s.

Période byzantine

18La majorité des tombes est orientée vers l’est, plus précisément du O.-S.-O. au E.‑N.-E. et renvoie à deux phases, entre les ive-ve s. et les vie-viie s., d’après les monnaies sassanides et abbassides retrouvées. Les études anthropologiques ont concerné 64 squelettes répartis entre 14 hommes, 23 femmes et 27 enfants. Les fouilleurs ont donc considéré que ce cimetière était celui, non pas du couvent mais d’une communauté chrétienne liée au monastère jusqu’au viie s., date à laquelle celle-ci cesse d’inhumer ses morts dans le secteur. Il est peu probable que l’activité du monastère ait cessé après le viie s., puisque les couches les plus récentes ont fourni une sculpture ornée d’une croix datant du xiie s.

19Typologie des tombes

20Les tombes offrent une variété typologique limitée par l’emploi des matériaux assez communs et économiques comme les briques crues et cuites et le plâtre local :

  • fosse simple (17 %) de forme ellipsoïde, avec parfois une couverture de fragments d’amphore ;

  • fosse avec protection de brique cuite ou crue ;

  • tombe avec coffrage de brique et tombe imitant un sarcophage de forme trapézoïdale construite en brique.

21La couverture des tombes couverture des tombes est plus élaborée : toit à double pente (brique) ; toit plat (brique) ; toit bombé en mortier de djousse.

22Datation d’après la fouille

  • âge du Bronze (centre urbain de Tuttul)

  • période romaine tardive (fin iiie s. : nécropole et village)

  • période byzantine (monastère et cimetière)

  • xiie s. (monastère ?)

Bibliographie

E. Honnigman, Evêques et évêchés monophysistes, Louvain, 1951, p. 48 et 51.

W. Wolska, « Die spätrömische Nekropole von Tell Bi‘a », MDOG 115, 1983, p. 43-64.

G. Kalla, « Die ältere Mosaïk des Byzantinischen Klosters in Tall Bi‘a », MDOG 123, 1991, p. 35-39.

M. Krebernik, « Schriftfunde aus Tell Bi‘a 1990 », MDOG 123, 1991, p. 41-70.

E. Strommenger, « Ausgrabungen in Tall Bi‘a 1990 », MDOG 123, 1991, p. 7-34.

SEG 41, 1997, p. 494, no 1496.

SEG 49, 1999, p. 647, no 2030.

G. Kalla, « Das Refectorim und die Küche des byzantinischen Klosters in Tall Bi‘a (Syrien) », Quasi Liber et pictura, Studies in hounor of Andreas Kubinyi on his seventieth Birthday, Budapest, 2004, p. 58-264.

D. Feissel, Chroniques d’épigraphie byzantine, 1987-2004, 2005, Paris, 2006, p. 181, no 571.

F. Alpi, La route royale, t. II, Beyrouth, 2009, p. 153 (répertoire prosopographique).

G. Kalla and B. Carruba, Tall Bi‘a/Tuttul - VI. Das byzantinische Kloster und sonstige Funde aus nach-altorientalischer Zeit (annoncé sous presse).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Plan partiel du monastère
Crédits G. Kalla 2004, p. 258, abb. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Fig. 2 ‑ Mosaïque de la pièce 25
Crédits G. Kalla 1991, p. 36, abb. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable