Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section E, Palmyrène et Arabie Déserte)

Doura-Europos (Syrie) – E14

Texte intégral

Nom antique attesté

Europos, Doura, Addara

Autres toponymes

Kalaat Salhiyé, Salhiyé, Europos-Doura

Localisation

Région

Mayadin

Situation

rive droite de l’Euphrate

Longitude

40.7298275

Latitude

34.74973737

Position

plateau escarpé

Environnement

dalle calcaire en bordure du plateau marno-gypseux

Informations sur l’état du site

État de conservation

protégé

Dimensions du site

880 x 620 m

Superficie

65 ha

Altitude

190-225 m

Critères de datation

céramique, monnaie, architecture, stratigraphie, peintures, inscriptions

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

fondation hellénistique

    Fin ive s.

phrourion

    iiie s.

phrourion

    Fin iiie-milieu iie s.

phrourion

    Milieu-fin iie s.

ville fortifiée

Période romaine

ville fortifiée

    ier s. av. J.-C.

ville fortifiée

    Déb. - milieu ier s. apr. J.-C.

ville fortifiée

    Milieu ier-fin iie s.

ville fortifiée

Période sévérienne-sassanide

ville fortifiée puis réoccupation sporadique

    Déb. iiie s.

ville fortifiée

    Milieu iiie-déb. ive s.

ville détruite

    ive-viie s.

habitat sporadique, ermitage

Cartographie

H. Kiepert, Karte, 1893, WB I (indication de ruines)

C. Héraud, Mission, 1922, f. XLVIII (fouilles)

1Le site est situé en limite du plateau marno-gypseux dont le rebord le plus élevé domine d’une quarantaine de mètres la rive droite de l’Euphrate (fig. 1). Il occupe un espace trapézoïdal de 65 ha circonscrit par le tracé des fortifications, tandis qu’une vaste nécropole extra-muros s’étend jusqu’à plus de 1 km vers l’ouest et au nord. La chronologie du site, depuis son occupation à l’époque hellénistique, est rythmée par la conquête parthe de 113 av. J.-C., puis la conquête romaine de 165 et enfin la conquête sassanide de 253-256.

Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site depuis l’ouest

Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site depuis l’ouest

© MSFDE

2Les ruines, bien que signalées sur la carte britannique de 1850 et ponctuellement étudiées par F. Sarre et E. Herzfeld en 1907, ont connu une soudaine célébrité en 1919 après la découverte fortuite des peintures du temple de Bêl, par les soldats anglais retranchés dans la tour 1, et plusieurs phases de fouilles intensives jusqu’à 2011. Identifié avec la ville de Doura-Europos dès les premières investigations, le site a attiré l’attention de F. Cumont qui a présidé aux premières fouilles de 1922-1923, avec le soutien de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, du Musée du Louvre et de l’Armée française du Levant. La mission franco-américaine, financée par l’université de Yale qui prit la suite, sous la direction de M. Pillet et de M. I. Rostovtzeff, a dégagé plus d’un tiers du site et a livré une quantité de données archéologiques, architecturales, iconographiques et épigraphiques, succinctement publiées, campagne après campagne, dans la collection des Excavations at Dura-Europos Preliminary Reports jusqu’en 1937, date à laquelle les travaux cessèrent, faute de moyens.

3Un programme de fouilles, associé à la réhabilitation du site, a repris en 1986 avec la mission syro-française de Doura-Europos (MSFDE) sous la direction de P. Leriche et de la DGAMS. Quinze années de fouilles ont entraîné un fort renouveau des problématiques sur les niveaux hellénistiques (P. Leriche) et sur l’histoire de la ville grâce aux études sur les fortifications (J.-C. Bessac 1997) et l’architecture en pierre (J. Abdul Massih 2000) et en brique crue (M. Gelin 2000). La mission a également repris l’étude de certains monuments anciennement fouillés, tels l’odéon, le palais du Stratège, les temples de Zeus Mégistos, de Bêl et d’Azanathkona, les maisons des îlots C7 et D1. Par ailleurs, des sondages ont été ouverts dans des nouveaux secteurs en C5, C11 et M5 (publication finale et stratigraphies à paraître).

Topographie

4Le site (fig. 2) se divise entre une partie plane de 45 ha, délimitée par la ligne du rempart ouest et le tracé irrégulier des wadis nord et sud, une partie étroite culminant à 218 m d’altitude, couronnée par les murs de la citadelle, et une partie basse à 20 m en dessous du sommet du plateau. Cette dépression est la réunion de deux ravines : la première prend naissance au nord-est du site et longe la limite occidentale de la citadelle, avant de rejoindre la ravine est-ouest incisée au centre du plateau. La forme actuelle de ce wadi intérieur est le résultat de l’érosion naturelle mais aussi d’une exploitation considérable comme carrière de pierre, comme le montrent les fronts de tailles dressés sous le rebord du plateau à l’ouest, en particulier dans le secteur du palais du Stratège, à l’est sous les remparts de la citadelle et au sud-est où le replat d’érosion du plateau s’abaisse jusqu’à 8 m au-dessus du niveau de la plaine. La perception de la topographie est perturbée par l’accumulation des déblais provenant des fouilles franco-américaines qui masquent ponctuellement les pentes des wadis intérieurs et extérieurs. Le site et les monuments ont également souffert des séismes, récurrents depuis l’Antiquité, qui ont provoqué l’effondrement de la partie orientale de la citadelle et du quart sud-est du site.

Fig. 2 ‑ Plan du site et localisation des édifices fouillés

Fig. 2 ‑ Plan du site et localisation des édifices fouillés

© MSFDE

Fortifications

5L’enceinte, entièrement dégagée par les fouilleurs de Yale, est conservée en élévation, excepté sur quelques segments des remparts nord et sud. Elle comporte 26 tours, une porte principale à l’ouest, dite Porte de Palmyre, une porte au sud et trois poternes. Elle est caractérisée par un tracé pragmatique adapté, le long des wadis, aux contraintes topographiques. La seule régularité vient de la typologie et du rythme des tours du rempart ouest. Les modifications qui ont affecté le plan des remparts hellénistiques sont minoritaires et avant tout dictées par la nécessité de renforcer les ouvrages usés ou fragilisés par les tremblements de terre et de masquer leurs faiblesses originelles. Le rempart occidental qui barre le plateau du N.-O. au S.-E. sur 868 m, suit un tracé à peu près linéaire sur les deux‑tiers de sa longueur avec une légère inflexion vers l’ouest au sud de la porte de Palmyre et une réorientation vers le nord à partir de la tour 24. Les tours 15 à 23 sont identiques (10,60 x 10,70 m) et placées à cheval sur le rempart avec une projection de 5,30 m vers l’extérieur. Les tours d’angle, tours 14 au sud et tour 1 au nord, sont rectangulaires (10,5 x 5,30 m). La longueur des courtines compte 62,7 m entre la porte de Palmyre et la tour 22, et 58 m, entre les tours 17 et 14. Le rempart nord se divise en deux segments, le premier d’orientation O.-N.-O. de 210 m de long formant un angle à 83° avec le second de 186 m de long. L’angle nord-est de la fortification est défendu par la tour 5, presque carrée de 9 m de côté, placée perpendiculairement au rempart oriental. À 62,5 m de la tour 5, le rempart oriental présente une lacune de 129 m puis une courtine de 79 m liée à la tour nord-est de la citadelle. La citadelle est conservée sur toute la longueur de son mur occidental (293 m) et sur 45 m du S-O au N.-E. Elle met à profit le dénivelé du flanc gauche du wadi régularisé par un front de taille qui augmente d’autant la hauteur de ses remparts. Au contraire, les trois portes, situées à côté d’une tour ou des tours d’angles du mur ouest, sont au niveau du fond du wadi. Le tracé à pan coupé du rempart sud suit sur 785 m environ les sinuosités du bord du plateau, le long du wadi sud. les huit tours sont de plans et de dimensions variables suivant l’escarpement du secteur : les tours carrées 9 et 8 de 12,35 m et les petites tours 6, 7, et 12 sont en projection dans la pente ; les tours 13 et 11 forment des bastions intérieurs. Toutes protègent un changement de direction du rempart, excepté la tour 10 de plan pentagonal. À 347 m de l’angle sud-ouest de l’enceinte, les courtines dessinent un entonnoir au fond duquel s’ouvre la porte sud de la ville.

Période hellénistique

6Les recherches menées par J.-C. Bessac sur les remparts hellénistiques ont permis de rendre compte de l’ensemble du processus de construction, de la carrière de pierre à la mise en œuvre, de la conception à l’organisation économique et sociale du chantier. La fortification hellénistique est construite en pierre de taille modulaire, extraite localement des strates les plus saines du plateau marno-gypseux. Le module des pierres est de 52 x 104 m, la hauteur variant selon les bancs de carrière. Les murs, de 3,15-3,20 m d’épaisseur, sont caractérisés par une assise de réglage en fondation (de 0,15 à 0,20 m) sur le rocher, un socle en appareil pseudo-isodome à orthostate (fig. 3) et une élévation alternant une assise de carreaux et une assise de boutisses (J.-C. Bessac 1997, p. 23-28). Le socle des courtines est composé d’une assise de carreaux (0,37 m de haut), d’une seconde assise de pierres en délit disposées en orthostate (0,70 m de hauteur) surmontée d’une rangée de boutisses (0,30 m). Les façades comportent des blocs à chanfrein et des joints maigres, réduits au minimum pour des raisons défensives. La hauteur du socle des courtines est à environ 1,5 m au-dessus de la fondation, soit 1,30 à 1,85 m plus bas que les socles des tours qui atteignent 2 à 2,70 m de haut, ces variations permettant de rattraper celles de l’altitude du niveau du sol naturel. Le socle des tours inclut le dispositif des portes d’entrée, sous arc à encorbellement dans le rempart ouest, et des poternes aménagées dans certaines tours et bouchées, soit pendant la construction dans les tours 14 et 22, soit pendant l’époque romaine dans la tour 24 (J. Abdul Massih 2000, p. 20-23). À partir de l’analyse des procédés de construction et en prenant en compte les variations dans la mise en œuvre des appareils et des anomalies techniques, tels les coups de sabre et le décalage d’assises de la tour 15, J.-C. Bessac a mis en évidence le déroulement des travaux. L’assise de réglage et les socles des tours et des courtines ont d’abord été construits sur l’ensemble des tracés. Dans un second temps, l’élévation des courtines et des tours a été bâtie, du nord vers le sud, segment après segment. Le fait que certains secteurs échappent précisément à ce canevas et présentent des exemples d’utilisation de blocs taillés pour un autre emploi, de bouchages des poternes ou une élévation en brique crue, est significatif d’un changement de contexte qui a fait privilégier aux constructeurs la rapidité d’exécution et la défense au détriment de la qualité et de l’homogénéité de l’ensemble.

Fig. 3 ‑ Appareil isodome à orthostate du socle du rempart occidental

Fig. 3 ‑ Appareil isodome à orthostate du socle du rempart occidental

J.-C. Bessac 1988, p. 305, fig. 5

Porte de Palmyre (fig. 4)

7De plan carré, de 22,30 m de côté, la porte principale, est constituée d’un passage de 5,50 m entre deux tours rectangulaires de 9-9,50 m de large. Le passage est rétréci par des contreforts au niveau des trois portes. La porte extérieure, de 4,80 m de large sous un linteau à 3,70 m de haut, comportait un seuil avec emmarchement. La porte intermédiaire, sous un arc à 4,70 m de haut, pouvait être directement contrôlée par les gardes, installés en faction dans la tour nord, depuis une porte étroite ouverte dans le mur nord du passage. La porte orientale paraît, au contraire, avoir été libre d’accès depuis l’intérieur de la ville, d’après les fouilles reprises entre 1986 et 1993 (M. Gelin, P. Leriche et J. Abdul Massih 1997, p. 44). Le sol dans le passage était au niveau du seuil de la porte occidentale et en légère pente vers l’intérieur de la ville. Il est tentant de s’inspirer d’un graffiti de Doura, représentant l’entrée d’une ville fortifiée, pour restituer la partie supérieure de la porte de Palmyre et des tours adjacentes munie de créneaux et d’ouvertures quadrangualires (fig. 5).

Fig. 4 ‑ Vue aérienne de la porte de Palmyre et de la tour 18

Fig. 4 ‑ Vue aérienne de la porte de Palmyre et de la tour 18

Y. Guichard © MSFDE

Fig. 5 ‑ Graffiti de la porte de Palmyre trouvé sous les peintures du temple de Bêl

Fig. 5 ‑ Graffiti de la porte de Palmyre trouvé sous les peintures du temple de Bêl

F. Cumont 1926, p. 13

Porte secondaire ou temporaire

8Situé à 70 m au sud de la porte de Palmyre, cette ouverture, sans seuil aménagé, a été en usage pendant les travaux de construction du rempart ouest et condamnée immédiatement après. Ce bouchage grossier représente un point faible du rempart qui a été exploité lors du siège parthe.

Tour 24 et courtines en briques crues

9La tour 24 est située à un changement de direction du tracé du rempart occidental vers le nord. Construite en pierre de taille jusqu’au sommet, elle est rattachée à la partie des courtines dont l’élévation a été construite en brique. La chronologie relative de ces ouvrages, telle qu’elle a pu être restituée par l’étude de J.-C. Bessac et les fouilles de J. Abdul Massih à la tour 24 et de M. Gelin à la brèche nord, restitue un moment crucial dans le déroulement des travaux de construction. Alors que le socle en pierre des tours et des courtines a été construit en continu sur la longueur du rempart ouest et que la mise en œuvre des élévations a été complétée jusqu’à la moitié sud de la courtine 23-24, les constructeurs ont employé la brique crue pour terminer l’élévation du rempart ouest jusqu’à l’angle nord-ouest de l’enceinte. L’étude de la maçonnerie en brique crue (module des briques carré de 0,42 m) a montré que celle-ci a été construite immédiatement après l’achèvement du socle (M. Gelin 2004). L’emploi brusque de la brique crue, dans un programme de construction de prestige d’une enceinte urbaine aussi importante, a été expliqué par la rapidité de mise en œuvre de ce matériau par rapport à la pierre. En effet, ce choix a pu, en effet, réduire à moins d’un mois l’achèvement des remparts, au lieu des huit mois initialement nécessaires, d’après un calcul basé sur 24h de travail par jour avec trois équipes de 32 personnes (M. Gelin 2010). Quant à la tour 24, elle présente, selon J.-C. Bessac, au moins trois particularités de conception ou introduites pendant le déroulement de la construction. Une poterne ouverte dans le mur ouest venait, selon le plan d’origine, s’ajouter à la poterne nord qu’on retrouve seulement dans les tours 14 et 22. Un contrefort a été accolé, dans un second temps, à la façade orientale du socle de la tour pour éviter que celle-ci ne soit affaiblie par le nombre et la proximité des ouvertures. Pendant le déroulement de la construction, l’orientation de l’élévation a été modifiée par rapport à celle du socle, puis le contrefort a été renforcé. Enfin, la poterne du mur ouest a été bouchée. La poterne nord, condamnée dans les tours 14 et 22, a été ici laissée en usage.

Citadelle

10La construction de la citadelle a été menée à bien, à l’exception des trois portes. Les systèmes de fermeture à glissière ne présentent pas de traces d’usure, ce qui signifie que la défense de la citadelle n’a jamais été effective ou nécessaire.

Datation

11Les sondages stratigraphiques ouverts à la porte de Palmyre, à la porte temporaire et dans la rue du rempart ont montré que la fondation du rempart ouest était liée à l’installation d’une couche de terre rouge identifiée, dans le sondage de la rue principale, comme le premier sol de rue de la ville. La contemporanéité de ce niveau de rue avec la construction du rempart a été établie par la comparaison entre la porte secondaire, dont la tranchée de fondation a été creusée dans ce sol de rue, et la porte principale; où celui-ci recouvre le sommet de l’assise de réglage (J. Abdul Massih 1997, p. 50). Ce niveau de rue ayant été daté, d’après la céramique, comme postérieur à 170 av. J.-C., la construction des fortifications remonterait au plus tôt au milieu du iie s. et non au règne de Séleucos Ier, période attribuée, depuis F. Cumont, à la fondation d’Europos (F. Cumont 1926, p. XVII). Dans cette perspective, la construction des élévations du rempart en brique crue pourrait avoir été motivée par l’urgence d’achever les défenses de la ville pour faire face aux offensives parthes qui menacent la région depuis 120 av. J.-C. La recherche d’un rempart antérieur à cette enceinte urbaine s’oriente, à présent, vers le secteur de la citadelle (P. Leriche 1997) ou vers la moitié nord du site (J. Abdul Massih 2000, p. 424-430).

Période parthe (113 av. J.-C.-165 apr. J.-C.)

12La conquête parthe de 113 n’a pas laissé de trace clairement identifiée. Les modifications les plus notables concernent les accès à la ville. À la porte de Palmyre, le passage est contrôlé par une avant-cour avec une poterne placée à l’angle nord-ouest de la tour nord. Le porche ouest de la porte a été réduit à 3,80 m de large par l’édification d’un pilier accolé au piédroit nord d’origine. La stratigraphie de la rue du rempart présente une couche d’accumulation de plus de 2 m de haut qui devait boucher l’accès aux chambres intérieures des tours. Le chemin de ronde a été entretenu puisqu’au sommet de la courtine 23-24, un parapet en brique crue a été daté de cette phase (M. Gelin 2001). Les points faibles des fortifications ont été renforcés comme le montre les placages construits contre la courtine en brique crue entre les tours 22 et 1.

Période romaine (165-256 apr. J.-C.)

13Elle est caractérisée par un grand programme de remise en état des fortifications et un réaménagement des portes de la ville.

Renforcement des points faibles

14À la porte secondaire, un glacis de blocage, accolé contre le parement externe du rempart, témoigne d’un premier renforcement. Il a été rattaché en stratigraphie à la présence d’une sape et d’une contre-sape creusées sans doute au moment du siège romain. Le rempart en brique crue a reçu plusieurs placages, soit en brique crue soit en blocage, tandis que trois bastions (tours 23, 25 et 26) ont été ajoutés (M. Gelin 2004). La construction du placage en blocage, datée de 225 (placage D), a entraîné la fermeture de la poterne nord de la tour 24. Des murs de refend avec un socle en blocage et une élévation en brique crue ont été mis en place à l’intérieur des tours du rempart ouest, sans doute pour stabiliser les murs hellénistiques ou, moins probablement, pour soutenir un plancher alourdi par des machines de guerre. Des escaliers menant au chemin de ronde ont été aménagés le long des remparts et à l’intérieur de certaines tours.

Les portes de la ville

15À la porte de Palmyre, l’avant-cour est supprimée et le niveau de sol rehaussé pour rendre le passage carrossable. À la porte sud, une maçonnerie de blocage est venue obstruer la partie occidentale de l’ouverture initiale, tandis qu’une ouverture sous arc est aménagée dans la partie orientale. À l’extérieur, un avant-mur réduit le chemin d’accès qui est ici aussi aménagé comme un plan incliné jusqu’au niveau de l’emmarchement du seuil.

Le glacis

16Entre 235 et 253, un glacis de brique crue et de remblais est construit de part et d’autre des remparts. Sur le rempart ouest, il mesurait 14 m de large à la base : il englobait la rue du rempart et la façade occidentale des maisons et, extra-muros, suivait strictement le contour de chaque tour. Devant la porte de Palmyre, le glacis s’arrêtait de part et d’autre de la voie de circulation, qui était protégée par un avant-mur.

Le siège sassanide de 256

17Les fouilles franco-américaines ont révélé plusieurs événements qui se sont déroulés pendant le siège sassanide, en particulier l’existence de sapes et de contre-sapes sous la courtine 19 et à la tour 14.

18Depuis 2000, les fouilles ont été reprises à la rampe d’assaut, ouvrage qui a sans doute permis à l’ennemi de parvenir au sommet de la tour 14, à l’angle sud-ouest de l’enceinte. Construite en brique crue, elle permet de caractériser les techniques de construction pratiquées par les Sassanides. Enfin, le champ de bataille, recouvert d’une couche d’incendie et parsemé d’armes et des vestiges de machines de guerre, a été mis au jour devant la porte de Palmyre en 1993.

19Des alignements de murs extra-muros dessinant un enclos de d’environ 40 ha ont été identifiés comme le campement de l’armée sassanide. Ces vestiges ont été étudiés et relevés entre 1999-2000 mais la datation et la fonction de cet ensemble font toujours débat.

Urbanisme

20Le plan de lotissement sur le plateau est régulier et orthogonal au rempart occidental. Son axe de référence correspond à la rue principale dans le prolongement de la porte de Palmyre. La contemporanéité de ce plan hippodamien avec les fortifications, construites dans la seconde moitié du iie s. av. J.-C., a été indiquée par les résultats de plusieurs sondages stratigraphiques et en chronologie relative (P. Leriche 1993, p. 164-167). Cette datation, tout à fait divergente de celle des premiers fouilleurs, pour qui la ville remontait au règne de Séleucos Ier, remet en question la chronologie des phases les plus anciennes des bâtiments anciennement fouillés. La nature et l’extension de l’occupation sur le site entre la date supposée de sa fondation sous Séleucos Ier et la mise en place du plan hippodamien au milieu du iie s. restent à attester en fouille.

Période hellénistique

21Peu de constructions sur le site échappent aux orientations du plan hippodamien. Le monument le plus ancien identifié reste, pour le moment, le palais du Stratège.

Palais du Stratège

22Ce palais est organisé autour d’une cour centrale, de 11 x 11,50 m, encadrée par un couloir de chaque côté (fig. 6). Des portiques avec deux colonnes mettent en valeur les pièces officielles : le grand vestibule de l’entrée à l’ouest et au sud, la salle de réception. Au nord et à l’ouest, des couloirs contrôlent l’accès vers des pièces plus fonctionnelles. Dans une première phase, la cour couvrait un espace un peu plus au sud avec au nord trois pièces dont les murs arasés ultérieurement ont été retrouvés dans le couloir nord aménagé dans une seconde phase (couloir U), lorsque le palais a été étendu vers le nord de 5 m. Une nouvelle façade à bossage a été alors construite en projection sur la pente sud du wadi intérieur. Cette extension s’est traduite par l’adjonction du couloir U, le long de la cour, et de trois nouvelles pièces à l’arrière de la façade à bossage (P. Leriche et M. Gelin 1997, p. 61-76). Le sol le plus ancien, retrouvé dans la pièce nord-ouest (pièce W), contenait une monnaie d’Antiochos III, ce qui fixe vers 200 av. J.-C. le terminus post quem du second état du palais. La datation absolue du premier état n’a pas pu être attestée par le matériel trop érodé ; en chronologie relative, il est datée du cours du iiie s.

Fig. 6 ‑ Plan du palais du Stratège

Fig. 6 ‑ Plan du palais du Stratège

P. Leriche et M. Gelin 1997, p. 56

Plan hippodamien

23Le lotissement de type hippodamien, est connu essentiellement dans son dernier état romain. Les îlots, dont le module de 35 m E.-O. sur 70 m N.‑S. a été déformé par l’usage, sont intégrés dans un réseau de rues d’environ 6 m de large qui se croisent à angle droit. La hiérarchisation de la largeur des rues isole, au centre de la ville, le secteur de l’agora ainsi que la rue principale, de 12 m de large, qui traverse d’est en ouest le plateau depuis la porte de Palmyre jusqu’à la rupture de pente du wadi intérieur. La circulation vers la partie basse du site suivait, quant à elle, les axes de wadis le long de la citadelle ou au pied du palais du Stratège. Une porte vers la plaine doit être restituée au sud-est du site (P. Leriche 1997, p. 201).

24Le sondage stratigraphique ouvert à 100 m de la porte de Palmyre sur toute la largeur de la rue principale a permis de retrouver le premier niveau de rue associé à du matériel remontant au plus tôt à la seconde moitié du iie s. av. J.-C. Ce sol (sol 6), de 0,12 à 0,25 m d’épaisseur, était constitué de petites pierres calcaires rouges agglomérées par un mortier chargé de sable, d’argile et de gravillons, au-dessus d’une couche de préparation en terre sableuse rouge. Ce premier sol de rue scellait un niveau d’accumulations déposées sur le rocher vierge sur 0,40 m qui contenait des détritus organiques et un abondant matériel céramique daté du 2e quart du iie s. Aucune des fondations trouvées à chaque extrémité du sondage n’a été considérée par les fouilleurs comme contemporaine de cette première rue. Au nord, les vestiges d’un premier mur en blocage ont été attribués à l’époque parthe et, au sud, une première tranchée de fondation recoupée par les aménagements postérieurs semble constituer le seul indice d’une phase de construction hellénistique. La présence de la couche de dépotoir, qui n’a pas l’aspect d’un remblai volontaire mais de couches régulières percées par des fosses, montre bien que ce secteur s’est trouvé à proximité d’habitations ou d’activités domestiques au cours de la première moitié du iie s. On notera aussi que, pour les fouilleurs, le sommet du rocher dégagé ne semblait pas avoir fonctionné comme sol de circulation.

25Par analogie avec les techniques de construction des fortifications, trois critères ont été retenus pour discriminer les vestiges les plus anciens de la ville hippodamienne : l’emploi de pierres de taille modulaires, l’utilisation d’un mortier de plâtre fin blanc ou d’argile et la présence d’un appareil à orthostate. Des soubassements de murs avec orthostate ont été ainsi retrouvés sur la façade orientale du palais du Stratège, au palais de la citadelle (S. Downey 1986), dans l’agora, dans le premier mur du temple de Zeus Megistos (S. Downey 1997), dans les îlots D3-D4 (J. Abdul Massih, 2000 p. 115), ainsi que dans l’îlot C11. Ces exemples témoignent d’un urbanisme étendu de la partie orientale du plateau jusqu’au sud-est du site en bas du wadi. Ils permettent aussi de s’interroger sur le processus d’implantation du cadastre urbain : l’aménagement du niveau des rues a-t-il précédé dans certains secteurs la construction des limites d’îlots comme dans la rue principale ? Les îlots ont-ils été construits au fur et à mesure de l’attribution des parcelles ?

26Les fouilles et les cartes géophysiques réalisées sur la partie sud de la ville ont mis en évidence une division interne de l’îlot en huit parcelles égales de 17,5 x 17,5 m, dont la trame est encore tangible dans les derniers états des îlots M3 (fig. 7) et D5 et (C. Benech 2010, p. 107). L’analyse des cartes géophysiques sur les îlots I10 et I11, situés le long du rempart sud, a révélé l’existence d’un autre module cadastral (37,2 x 65,7 m) avec une division interne en six parcelles de la surface de l’îlot (fig. 8). Ce cas n’est pas accidentel puisqu’une trame de division en six a été également repérée dans la partie occidentale d’un îlot de 35 x 70 m (îlot D8). La surface de ces parcelles reste à peu près égale dans les deux modules d’îlots (407,34 m2 et 408,33 m2 pour 1/6) et nettement supérieure à un 1/8e d’îlot (306,25 m2). Il y a donc bien une différence sociale entre ces deux cadastres. En l’absence de fouille, il est difficile savoir si elle est d’origine ou une innovation due à l’urbanisation plus tardive du quartier de la porte sud.

Fig. 7 ‑ Carte géophysique de l’îlot M3 avec les traces d’une division en huit parcelles

Fig. 7 ‑ Carte géophysique de l’îlot M3 avec les traces d’une division en huit parcelles

C. Benech 2010, p. 412, fig. 6

Fig. 8 ‑ Carte géophysique des îlots I10 et I11 avec une division en six parcelles

Fig. 8 ‑ Carte géophysique des îlots I10 et I11 avec une division en six parcelles

C. Benech 2010, p. 413, fig. 7

27Au sud-est de la ville (fig. 9), les fouilles de l’îlot C11 ont révélé un exemple intéressant de prolongement du cadastre hippodamien. Dans ce quartier aux rues sinueuses, une maçonnerie en pierre de taille, fondée directement sur le rocher a servi de mur de terrassement entre deux maisons tardives. Ce mur très mal conservé, qui porte la trace d’un appareil à orthostate, suit l’orientation est-ouest du plan hippodamien mais n’est pas aligné sur le tracé des rues. Il est plutôt dans l’axe du mur de division interne de l’îlot H2 (qui correspond à la limite sud du temple d’Atargatis). Cette observation suggère que le rythme des rues était peut-être décalé, ou rapproché dans les pentes du wadi et en contre bas du plateau, ou bien que le mur découvert correspond à un mur de division d’un îlot régulier dont les limites extérieures ont disparu. Dans la rue à l’est de ces maisons, le premier niveau de rue recouvrait le sommet irrégulier du rocher et les sondages les plus profonds ont fourni quelques tessons antérieurs au milieu du iie s. mais n’ont pas dégagé de niveau d’occupation ou de constructions de cette période (J. Gaborit à paraître).

Fig. 9 ‑ Vue aérienne oblique du quartier sud-est vers l’ouest : au premier plan la citadelle, la maison de fouille et le quartier et chantier C11 et le rempart sud, au second plan, le palais du Stratège et le chantier de restauration de la façade à bossage, au sud le temple de Zeus Megistos et l’îlot D1

Fig. 9 ‑ Vue aérienne oblique du quartier sud-est vers l’ouest : au premier plan la citadelle, la maison de fouille et le quartier et chantier C11 et le rempart sud, au second plan, le palais du Stratège et le chantier de restauration de la façade à bossage, au sud le temple de Zeus Megistos et l’îlot D1

Y. Guichard © MSFDE

28L’organisation originelle de l’agora (fig. 10), dont la superficie occupe deux rangées de quatre îlots, a pu être restituée à partir du tracé des soubassements en appareil isodome à orthostate dégagés en 1936 : elle est fermée au nord par deux lignes de doubles salles identiques de boutiques et d’officines et flanquée à l’ouest et à l’est d’une ligne de boutiques en forme de Γ, tandis qu’au sud une grande place publique ouvre sur la rue principale. Dans l’îlot G3 a été identifiée la salle de dépôt du chreophylakion (pièce A3) où le premier document consigné ne remonterait qu’à 129-128 av. J.-C, d’après l’analyse du système de rangement des documents légaux (P. Leriche 1993, p. 168). Cette chronologie qui concorde avec celle de la rue principale laisse encore en souffrance la datation de la première phase d’occupation de l’agora où un premier état du bâti avait été mis au jour par les fouilles franco-américaines. Dans les nouveaux sondages ouverts entre 2005 et 2010 (G. Coqueugniot 2011), du matériel du début du iiie s. a été retrouvé sur le rocher mais ici encore sans être associé à un niveau de construction.

Fig. 10 ‑ Plan des fouilles de l’agora

Fig. 10 ‑ Plan des fouilles de l’agora

Preliminary Report IX, 1, fig. 78

29En dernier lieu, on retiendra les nombreux secteurs ou édifices construits à l’époque parthe qui présentent des pierres de taille en remploi, sans doute récupérées sur un mur antérieur. Ces remplois sont des témoins indirects des constructions hellénistiques non détectées : c’est le cas de l’îlot E2, des bains dit parthes ou de manière plus anecdotique du secteur C11 où un fût de colonne cannelé en gypse a été retrouvé en 1996 dans un mur tardif. Ce vestige rappelle utilement que les temples d’Artémis ou de Zeus Megistos ont connu un état antérieur aux restructurations de la période parthe, datées par des inscriptions du cours du ier s. apr. J.-C.

Période parthe

30Le développement de la ville se poursuit après la conquête parthe en respectant le plan de lotissement préétabli. En raison de l’indigence stratigraphique des fouilles anciennes, les inscriptions, la chronologie relative du bâti et les techniques de construction restent les critères dominants pour la datation des monuments et des maisons de cette période. Les constructeurs privilégièrent presque exclusivement la technique de construction en blocage au détriment de la taille des pierres qui reste utilisée pour les encadrements d’ouvertures et ponctuellement en remploi. Les soubassements des bâtiments sont donc constitués d’un coffrage de moellons en pierre calcaire et en gypse maçonnés au plâtre local de qualité variable et montés par arases régulières, tandis que l’élévation est en briques crues à joints de terre ou parfois à joints de plâtre dans les murs porteurs et les cages d’escaliers.

Extension de l’habitat

31De nombreux vestiges de maisons ont été identifiés dans toutes les parties de la ville sous les états romains des îlots, notamment sous les sanctuaires principaux aux iie-iiie s. (îlots J7-mithraeum, B3-Zeus Théos, H4-Artémis, L5-Adonis, H1-Gaddé). Dans l’agora (fig. 10), selon la chronologie toujours admise établie par F. Brown en 1936, les parcelles déjà loties au nord ont été transformées en unités d’habitations puis la place a accueilli des îlots de plan quadrangulaire séparés les uns des autres par des allées bordées de boutiques (A. Allara 1986, p. 52). Un marcellum avec portiques a occupé la place publique dans la partie nord de l’îlot G6. L’empiètement des espaces non lotis a été également observé dans les carrières sous le Palais du stratège, le long de la citadelle, voire même dans la rue du rempart.

Édifices publics

32À partir du ier s., la documentation archéologique et épigraphique atteste la rénovation des sanctuaires dédiés à Artémis, Atargatis et Azzanatkona. Les études successives sur ces temples (S. Downey 1998, P. Arnaud 1997, P. Leriche 1995) ont détaillé, entre le premier tiers du ier s. apr. J.-C. et de début du iie s., l’aménagement progressif des salles à gradins où les fidèles inscrivaient sur les bancs la date, leur nom et leur généalogie. Au temple d’Atargatis, le pseudo-naos est daté de 31-32 et la salle à gradin de 60-62. Au temple d’Azzanathkona, les premiers bancs ont été bâtis en 12-13 et les derniers en 107. L’aménagement de cette partie du temple a arasé un niveau ancien, non précisément daté, identifié par les fouilleurs à un atelier de verrier, en raison de la présence de baguettes de verre et de colorant bleu livré par les couches les plus profondes (P. Arnaud 1997, p. 120). Quant à la salle à gradins, ou odéon, intégrée dans l’enceinte du temple d’Artémis, il paraît probable qu’elle ait servi de boulè (P. Leriche 1999). Les inscriptions des temples, aussi bien que celle retrouvée dans les substructures de l’odéon, mettent en évidence la prédominance de certaines familles d’origine macédonienne.

33Vers la fin du ier s., de nouveaux temples sont attestés : le temple de Bêl, installé dans la tour 1 du rempart ouest, est daté vers 75, grâce à l’identification des dédicants représentés sur les peintures. Dans la rue principale, le temple des Gaddé avec sa double chapelle remonte au iie s., avec une dernière phase de construction en 159. Le culte rendu dans ces deux sanctuaires aux Tychées de Palmyre et de Doura illustre bien les liens entre les deux villes. La transformation de maisons en salles de culte est bien établie dans les cas du temple de Zeus Théos vers 110-123, du mithraeum, dont la première phase remonterait à 168, et du naos du temple d’Adonis, construit en 150.

Période romaine (165-256)

34Le dernier état de l’urbanisme et de l’habitat romain est le mieux connu, en extension au travers des cartes géophysiques qui ont couvert l’ensemble de la ville et en élévation grâce à la remarquable conservation des vestiges, en particulier le long du rempart ouest où les pièces en façade des maisons ont été englobées dans le glacis défensif. Le démontage du glacis a amené la découverte du mithraeum au nord, de la synagogue au niveau de la tour 19 et de la maison chrétienne au sud de la porte de Palmyre.

Habitat

35La maison douréenne s’organise autour d’une cour centrale qui accueille l’essentiel des activités familiales, comme le révèlent les aménagements et la variété des ustensiles retrouvés en fouille : four à pain de type tannour et petits foyers pour la cuisson, batterie de cuisine rangée sous l’escalier, meule mobile en basalte, mortier et pierres pour la préparation des aliments. Presque chaque cour possédait son tannour, une citerne creusée dans le substrat rocheux et, près de l’entrée, une haute vasque conique en blocage, appelée cooler par les fouilleurs américains, sans doute destinée à contenir un volume d’eau à usage domestique. Une salle de réception, flanquée de deux pièces de service, occupait tout un côté de la cour placé, si possible, au sud, à l’abri de la chaleur, ou à l’opposé de l’entrée de la maison sur la rue. Celle-ci est caractérisée par sa position décentrée dans un angle de la cour ou son plan en baïonnette. La fonction des autres pièces ouvrant sur la cour est identifiable au cas par cas, selon le matériel trouvé sur place : jarres de stockage, de type dolium ou amphore bitumée, dans les salles de réserve ou poids à tisser, aiguilles, paniers dans les chambres. La présence d’un petit escalier, formé trois volées de marche, indique que nombres d’activités se déroulaient sur les toits en terrasse. Parfois, un premier étage est attesté par la présence de deux niveaux de poutres de plafond dans la couche de destruction.

36Le système de division interne des îlots en parcelles égales, induit que la maison douréenne occupait environ 306 m2 mais les partages entre héritiers, les ventes ou les échanges de pièces entre voisins ont peu à peu disloqué cette standardisation. Ce processus a été étudié, en termes juridiques sur l’îlot C7 (C. Salliou 1998), d’un point de vue architectural sur les maisons de B2 (A. Allara 1997 et 2000) et par l’analyse spatiale des cartes géophysiques dans la partie sud du la ville (C. Benech 2010). À partir d’exemples tirés des fouilles et des cartes géophysiques, deux constantes ont été dégagées : la cour et la salle de réception sont toujours les plus grandes pièces de la maison. Dans les maisons les plus vastes, seule la superficie de ces deux espaces privilégiés augmente tandis que, dans les autres parties de la maison, on augmente plutôt le nombre des pièces. Le rang social d’une famille et la surface de la cour sont donc étroitement corrélés. La densité de maisons par îlot a donc été retenue comme un indicateur du statut économique et social des différents quartiers de la ville (C. Benech 2010, p. 408-409, fig. 10). Les îlots à l’ouest de la rue F et au sud de la rue 3 sont composés d’environ huit maisons dont la superficie des cours est inférieure à 90 m2 pour les plus grandes. Par opposition, le quartier délimité par les rues H et 5 semble résidentiel : les cours y mesurent entre 100 et 229 m2. Cette superficie maximale est atteinte dans la maison dite de Lysias, qui occupe tout l’îlot D1. La famille de Lysias, dont la généalogie est gravée sur l’enduit d’un mur de l’entrée, a fourni à la ville des générations de magistrats.

Urbanisme

37L’urbanisme à la période romaine est marqué par deux réaménagements conséquents : l’implantation du camp romain intra-muros au début iiie s. et l’amorce d’un programme de rues à colonnades interrompu par la conquête sassanide.

38Le camp romain occupe une bande d’environ 225 m nord-sud au nord de la ville, du rempart ouest à la limite orientale du plateau. Les différents bâtiments du camp ont réutilisé les orientations du cadastre urbain déjà loti, excepté dans le cas des thermes. L’occupation militaire du secteur nord de la ville pourrait avoir commencé dès la conquête romaine de 165 mais le programme de construction n’est attesté qu’entre 209 et 216 par les inscriptions retrouvées dans les édifices fouillés ; cette période correspondrait donc à l’arrivée de la cohors XX milaria equitata Palmyrenorum. Un mur érigé perpendiculairement à la courtine sud de la tour 21 a alors créé une séparation entre espace civil et espace militaire mais cette délimitation n’a pu être étanche puisque les temples d’Azzanathkona et de Bêl sont restés en fonction. Les principia, poste de commandement du camp, ont été installées dans l’îlot E5 ; leur construction est datée par une dédicace à l’empereur Geta de 211-212. Dégagés lors de la cinquième campagne américaine, ils ont été réétudiés en 1997-1998 (M. Lenoir et C. Liccope 2004). La salle de la groma, où sont fixés traditionnellement les axes du camp, est installée dans la largeur de la rue 10 mais a décalé l’axe nord-sud des principia vers la partie est de l’îlot. Au nord, se trouve une cour rectangulaire de 22,3 x 26,6 m à trois portiques avec un autel au centre. Elle précède un hall oblong accessible par une porte centrale à perron et deux portes à l’extrémité des portiques oriental et occidental. À l’ouest et à l’est de ce hall, s’élèvent deux tribunes (tribunalia) identiques, desservies par deux petits escaliers latéraux. Dans le mur nord du hall, ont été aménagées trois portes d’égale largeur, celle du centre ouvrant sur la chapelle aux enseignes, tandis qu’aux angles des passages étroits mènent vers les bureaux et archives militaires. La chapelle a conservé ses attributs cultuels (autel, niche et socle pour les images des empereurs) ainsi que les trous de logements des hampes des étendards aménagés dans le sol de djousse. Les ailes orientale et occidentale des principia introduisent une dissymétrie inhabituelle dans l’ordonnance militaire romaine. De même, la rénovation du mithraeum en 209 et la construction d’un temple sans doute dédié à Zeus dolichénien en 211 sont assez originales pour l’activité d’un camp militaire. La construction des logements dans l’îlot J1 et d’un amphithéâtre en 216 dans la partie nord de l’îlot F3 est plus représentative de la présence d’une cohorte romaine forte de 800 soldats. On leur doit aussi les thermes nord et sans doute des bains dit parthes intégrés à un bâtiment préexistant en E4.

39L’apparition des thermes dans la ville ainsi que l’utilisation de la chaux et de la brique cuite sont d’ailleurs tout à fait significatives de la présence romaine. La datation des bains publics demande à être révisée mais il est certain que les bains près de la porte de Palmyre datent de l’époque romaine, d’après la chronologie relative des seuils réaménagés pour faire passer une canalisation d’évacuation des eaux ; quant aux thermes construits dans la partie basse de la ville en C3 et partiellement dégagés, ils sont datés d’après leur technique de construction.

40Les indices d’un programme d’ornementation des espaces publics ont été pointés par des fouilles récentes (P. Leriche 2004) : en plus de l’arc de triomphe construit à l’extrémité orientale de la rue principale, l’aménagement d’une colonnade était visiblement en cours vers 250. Les façades de l’îlot L4, occupé par un caravansérail d’après son plan, et l’îlot L2 ont été frappées d’alignement pour laisser la place à un stylobate et des bases de colonnes. Des portiques avaient déjà été construits dans le quartier de l’agora : le long des boutiques de l’îlot C1 au cœur du marché et dans la rue H (G. Coqueugniot 2011). Les modifications de réseau viaire, empiétement des limites d’îlot sur la rue ou déformations des angles, telles qu’elles apparaissent sur les cartes géophysiques, montrent la hiérarchisation des axes de circulation et en particulier l’importance de la rue H qui traverse le plateau du nord au sud et permet surtout de relier la rue principale à la voie qui passe sous le palais du Stratège.

41La phase finale de la vie urbaine à Doura est marquée par les aménagements, dans des maisons privées à cour, de la maison chrétienne (maison de 233 de l’îlot M7) et de la synagogue (maison C de l’îlot L7) entre 240 et 244. Comme tant d’autres lieux de culte dans la ville, des pièces sont regroupées pour former les salles de culte et le sens de la circulation vers la rue est changé. Les peintures, qui ont fait et font encore couler beaucoup d’encre, reprennent des motifs décoratifs courants des temples païens et de l’habitat douréens en les appliquant à des trames narratives religieuses tout a fait originales et inédites sur les sites contemporains de la région (A. Rousselle 2001). La comparaison avec les ateliers de Palmyre ou de Zeugma montre cependant de notables différences techniques et artistiques.

Période sassanide

42Le matériel issu des couches supérieures des maisons de M5 et de C11 attestent une réoccupation de la ville au-dessus des niveaux de destructions, peut-être jusqu’à l’époque islamique. Par ailleurs, F. Cumont rappelle utilement qu’un ermite du nom de Benjamin vivait retiré dans les ruines de Doura vers le milieu du ive s., d’après les Actes de Mar Mu‘ain (F. Cumont 1926, p. LXVIII).

Nécropole

43Une grande nécropole, en partie fouillée, s’étend sur le plateau à l’extérieur du rempart ouest. Elle regroupe des hypogées signalés en surface par la présence de tumuli et des tombeaux-tours fouillés par la mission de Yale (N. Toll 1946). Une petite nécropole hellénistique, constituée d’une série de tombes à ciste, creusées sur un tell de faible élévation, a été récemment découverte à 500 m environ à l’ouest de la porte de Palmyre et fouillée par M. Gelin (étude anthropologique de L. Buchet à paraître).

Tombeaux-tours

44Les sept tombeaux-tours de la nécropole ont été découverts et fouillés avant 1938. Leur typologie et les indices de datation, repris par J. Abdul Massih, font remonter leur construction entre le iie s. av. J.-C. et la fin du ier s. apr. J.-C. Ils sont situés le long des voies menant à la ville ou à proximité de la porte de Palmyre.

45Ils sont construits par arases, de 0,45 à 0,60 m de haut, de blocage de moellons de gypse et de calcaire maçonné au plâtre. Le socle, ou stylobate, est fondé directement sur le rocher. De plan carré de 5 à 8,50 m de côté, ils sont montés en gradins avec un retrait de 0,06 m à chaque nouvelle arase. Les loculi (0,55 x 1,10 m) sont aménagés dans l’épaisseur du socle et leurs ouvertures, scellées par une couche d’enduit, une fois le cercueil remisé à l’intérieur. Seule la tour D comporte une chambre funéraire. Leur élévation n’a pas été conservée mais, dans le cas de la tour C, dont l’effondrement a été attribué au tremblement de terre de 160 apr. J.-C., le décor extérieur à pilastres aux angles avec trois demi-colonnes en façade a pu être restitué lors des fouilles. La hauteur minimum de la tour a été estimée à 11,50 m.

46D’après la typologie et l’analyse de J. Abdul Massih, la tour funéraire C serait la plus ancienne, vraisemblablement du ier s. av. J.-C. Les tours F et E dont la typologie est similaire, remontent probablement à la même période. La tour D est datée à partir du milieu du ier s. av. J.-C.

47Cette étude confirme également que le tombeau-tour W, fouillé par la mission de Yale de plan circulaire de 4 m de diamètre, présente bien les mêmes techniques de construction que les tombeaux-tours de plan carré C, F et E (J. Abdul Massih 2000, p. 344-345).

48Leur destruction, attribuée par les fouilleurs au tremblement de terre de 160, pourrait avoir été volontairement provoquée par l’armée romaine en prévention de l’offensive sassanide au milieu du iiie s. d’après J. Abdul Massih.

Hypogées

49Ces tombes sont excavées sous le niveau de la dalle calcaire qui couvre le substrat gypso-marneux constitutif du plateau de la rive droite de cette partie de la vallée. Les hypogées comprennent des loculi et des grandes niches rectangulaires creusées dans les parois de la chambre funéraire.

50Huit types de plan ont été distingués par N. Toll mais leur datation demeure un peu vague.

51On accède à la chambre funéraire par un escalier taillé dans le rocher (1 à 3 m de profondeur) et par une porte fermée par des dalles ou, dans la dernière période, par un battant en pierre (avec barre de fermeture intérieure et un trou dans le jambage pour actionner l’ouverture de l’extérieur).

52Les tombes les plus tardives présentent des arcs brisés ou en bâtière et des parois enduites de djousse. Les défunts étaient placés (individuellement) dans des cercueils, comme l’indique la présence de clous. Un certain nombre d’objets funéraires ont été retrouvés : vases en verre, monnaie, boîte en bois et bijoux. En surface, un tumulus entouré d’un muret en pierre (rond ou parfois rectangulaire) signalait l’emplacement de la chambre funéraire. Dans de rares tombes, des décors ou peintures ont été notés par les fouilleurs.

Sépultures intra-muros

53Les niveaux supérieurs du secteur de la porte sud et du chantier C11 ont livré de nombreuses tombes en fosse aménagées sans doute bien longtemps après l’abandon du site. En revanche, en C11, un petit cimetière, de trois squelettes recouverts de panses d’amphores imbriquées, a été trouvé dans une pièce de la maison juste au-dessus du dernier niveau de fonctionnement et avait été scellé par l’effondrement des élévations en brique crue. Dans la cour au-dessus du niveau d’écroulement et de réoccupation tardive, une sépulture réoccupait un tannour. Ceci peut être rapproché des sépultures fouillées dans la cour de la maison de fouille (C. Saliou et A. Dandrau 1997) qui étaient elles aussi placées dans un tannour ; une de ces tombes a été interprétée comme une tombe sassanide en raison de son matériel funéraire.

54Chronologie d’après les fouilles

  • iiie s. av. J.-C. (première fondation)

  • milieu iie av. J.-C. (mise en place de l’enceinte et du plan d’urbanisme)

  • période parthe (113 av. J.-C.-165 apr. J.-C.)

  • période romaine (165-256)

  • milieu iiie-viie s. (occupation sporadique)

Fig. 11 ‑ Tour funéraire D, restitution de l’élévation et du stylobate

Fig. 11 ‑ Tour funéraire D, restitution de l’élévation et du stylobate

N. Toll 1946, pl. 25

Bibliographie

F. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise, t. II, 1920, p. 386-395.

F. Cumont, Les Fouilles de Doura-Europos, Paris, 1926.

R. Dussaud, Topographie, 1927, p. 456.

M. Rostovtzeff éd., The excavations at Dura-Europos. Preliminary Reports, First season, Spring 1928, New Haven, 1929.

M. Rostovtzeff éd., The excavations at Dura-Europos. Preliminary Reports, Seventh and Eight seasons, 1933-1934 and 1934-1935, New Haven, 1939.

M. Rostovtzeff éd., The excavations at Dura-Europos. Preliminary Reports, Ninth season 1935-1936, The Agora and Bazaar, New Haven, 1944.

N. Toll, The excavations at Dura-Europos. Preliminary Reports, Ninth season 1935-1936, The Necropolis, New Haven, 1946.

A. Allara, « Les maisons de Doura-Europos. Questions de typologie », Syria 63, 1986, p. 39-60.

J.-C. Bessac, « L’analyse des procédés de construction des remparts de pierre de Doura-Europos. Questions de méthodologie », Syria 65, 1988, p. 297-321.

S. Downey, « The Citadel Palace at Dura-Europos », Syria 63, 1986, p. 27-37.

S. Downey, Mesopotamian Religious Architecture, Princeton, 1988.

P. Leriche, « Matériaux pour une réflexion renouvelée sur les sanctuaires de Doura-Europos », Topoi 7/2, 1995, p. 191-210.

P. Leriche, « Pourquoi et comment Europos a été fondé à Doura », Mélanges Y. Garlan, Rennes, 1997, p. 191-210.

J. Abdul Massih, « La porte secondaire à Doura-Europos », DEE 4, 1997, p. 47-54.

P. Arnaud, « Les salles W9 et W10 du temple d’Azzanathkôna », DEE 4, 1997, p. 117-144.

M. Gelin, P. Leriche et J. Abdul Massih, « La porte de Palmyre à Doura-Europos », DEE 4, 1997, p. 21-46.

P. Leriche, « Tranchée sur la rue principale et fouille d’un sanctuaire et d’une maison de l’îlot M5 à Doura-Europos » DEE 4, 1997, p. 47-54.

P. Leriche, M. Gelin, M. Gharbi et J.-B. Yon, « Le Palais du Stratège à Doura-Europos », DEE 4, 1997, p. 47-54.

C. Saliou et A. Dandrau, «  Données nouvelles sur le quartier sud-est de Doura-Europos », DEE 4, 1997, p. 95-101.

P. Leriche, « Une nouvelle inscription dans la salle à gradins du temple d’Artémis à Doura-Europos », CRAI, 1999, t. 143, p. 1377‑1383.

J.-C. Bessac, La construction des fortifications hellénistiques en pierre à Doura-Europos (Syrie), thèse de Doctorat, Université Rennes 2, décembre 1997, 3 vol.

M. Gelin, Histoire et urbanisme d’une ville à travers son architecture de brique crue : l’exemple de Doura-Europos (Syrie), thèse de Doctorat, Université Paris 1, juillet 2000, 2 vol.

J. Abdul Massih, L’architecture en pierre de taille et en blocage de djousse à Doura-Europos (Syrie). Histoire et urbanisme, thèse de Doctorat, Université Paris 1, décembre 2000, 2 vol.

A. Allara, Problemi di architettura domestica a Dura-Europos sull’Eufrate. L’Isolato dei Vasai (B2), Naples, 2002.

S. Downey, « The transformation of Seleucid Dura-Europos », Romanization and the City, E. Fentress éd. Portsmouth-Rhodes Island, 2000, p. 155-172.

F. Alabe, « Céramiques hellénistiques d’Europos à Doura : hasards ou cohérences ? », DEE 5, 2004, p. 163-198.

M. Gelin, « Le rempart en briques crues de Doura-Europos : la muraille grecque », DEE 5, p. 214-236.

M. Lenoir et C. Licoppe, « Les principia du camp romain de Doura-Europos », DEE 5, 2004, p. 57-64.

P. Leriche, « La rue principale et l’urbanisme d’Europos-Doura. Étude préliminaire », Parthica 6, 2004, p. 145-159.

C. Benech, « The Use of ›Space Syntax‹ for the Study of City Planning and Household from Geophysical Maps: the Case of Dura-Europos (Syria) », Städtisches Wohnen im östlichen Mittelmeerraum 4. Jh. v. Chr.–1. Jh. n. Chr., Vienne, 2010, p. 403-415.

G. Coquegniot « The Oriental Agora: the case of the Seleucid Europos-Dura, Syria », The Agora in Mediterranean from Homeric to Roman Times, Athènes, 2011, p. 297-309.

M. Gelin, « La terre au secours de la pierre. Délais d’un chantier de construction hellénistique en briques crues à Doura-Europos sur l’Euphrate », Arqueología de la construcción II, los procesos constructivos en el mundo romano: Italia y provincias orientales, S. Camporeale, H. Dessales, et A. Pizzo éd., Madrid, 2010, p. 437-453.

J. Gaborit, « Quartier C11 de Doura-Europos » (à paraître).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site depuis l’ouest
Crédits © MSFDE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2 ‑ Plan du site et localisation des édifices fouillés
Crédits © MSFDE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7255/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M
Titre Fig. 3 ‑ Appareil isodome à orthostate du socle du rempart occidental
Crédits J.-C. Bessac 1988, p. 305, fig. 5
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7255/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 4 ‑ Vue aérienne de la porte de Palmyre et de la tour 18
Crédits Y. Guichard © MSFDE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7255/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 5 ‑ Graffiti de la porte de Palmyre trouvé sous les peintures du temple de Bêl
Crédits F. Cumont 1926, p. 13
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7255/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 6 ‑ Plan du palais du Stratège
Crédits P. Leriche et M. Gelin 1997, p. 56
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7255/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 7 ‑ Carte géophysique de l’îlot M3 avec les traces d’une division en huit parcelles
Crédits C. Benech 2010, p. 412, fig. 6
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7255/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 8 ‑ Carte géophysique des îlots I10 et I11 avec une division en six parcelles
Crédits C. Benech 2010, p. 413, fig. 7
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7255/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Fig. 9 ‑ Vue aérienne oblique du quartier sud-est vers l’ouest : au premier plan la citadelle, la maison de fouille et le quartier et chantier C11 et le rempart sud, au second plan, le palais du Stratège et le chantier de restauration de la façade à bossage, au sud le temple de Zeus Megistos et l’îlot D1
Crédits Y. Guichard © MSFDE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7255/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 10 ‑ Plan des fouilles de l’agora
Crédits Preliminary Report IX, 1, fig. 78
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7255/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Titre Fig. 11 ‑ Tour funéraire D, restitution de l’élévation et du stylobate
Crédits N. Toll 1946, pl. 25
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7255/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 911k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable