Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section E, Palmyrène et Arabie Déserte)

Qreya (Syrie) – E10

Texte intégral

Nom antique attesté

Birtha ?, Birtha Arupan ?

Autres toponymes

Tell Ayyash, Tell el Ajjâsch

Localisation

Région

Deir ez-Zor

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

à 14 km en amont de Deir ez‑Zor

Longitude

40.059498531

Latitude

35.427227937

Position

plateau

Environnement

replat d’érosion

Informations sur l’état du site

État de conservation

protégé

Dimensions du site

220 x 220 m

Superficie

4,85 ha

Altitude

220 m

Critères de datation

céramique, architecture, stratigraphie

Périodes d’occupation attestées

Période sévérienne-sassanide

castrum

    Déb. iiie s.

camp, stationnement d’une vexillation

    Milieu iiie-déb. ive s.

agglomération

    ive-viie s.

agglomération

Cartographie

H. Kiepert, Karte, 1893, WB II (Tell el Ajjâsch)

1Situé en bordure du plateau en position dominante sur la vallée, le site est caractérisé par une surélévation du terrain qui délimite une aire quadrangulaire associée à des vestiges de bâtiments au nord-est.

2Il a été repéré et photographié d’avion en 1929 par A. Poidebard comme étape de la route Sura-Circesium par la rive droite (fig. 1). D’après D. Kennedy et D. Riley, certains détails dessinés sur le plan dressé par A. Poidebard ne peuvent avoir été observés que sur le terrain en prospection pédestre.

Fig. 1 ‑ Vue aérienne verticale du site

Fig. 1 ‑ Vue aérienne verticale du site

A. Poidebard, 1934, pl. LXXXVI

3Entre 2002 et 2005 ont eu lieu trois campagnes de fouilles et une prospection géophysique dans le cadre de la mission archéologique de Qreya-tell Ayyash sous la direction de M. Gschwind (DAI) et de H. Hassan (DGAMS).

Fortifications

4Le fort, de plan carré (220 x 220 m), est délimité par un double fossé sur trois côtés et par la ligne irrégulière de la falaise orientée O.-N.-O./E.-S.-E. (fig. 2). Les remparts, de 3 à 3,30 m de large, sont construits en blocage. On distingue sur la photo aérienne trois ouvertures au centre des courtines, qui correspondent aux portes flanquées par deux tours carrées. Ces tours, de 6,7 m de large, visibles à l’ouest et au sud, ont été restituées par symétrie à l’est et le long de la falaise, où l’érosion a entraîné certaines lacunes dans le mur. La fouille a permis de préciser le plan de l’enceinte qui comporte quatre tours d’angles et deux bastions intermédiaires sur chaque côté.

Fig. 2 ‑ Plan du camp

Fig. 2 ‑ Plan du camp

D. Kennedy, 1990, fig. 97

5Le camp est entouré d’un double fossé. À l’extérieur, sur la face nord, A. Poidebard signale un escalier taillé dans le rocher et permettant de franchir la falaise pour accéder à l’Euphrate.

6D’après ses dimensions (4,85 ha), le fort pouvait accueillir près de 1500 hommes (D. Kennedy et D. Riley, 1990, p. 154). M. Gschwind l’associe au stationnement d’une vexillation.

Datation

7Le camp romain et son enceinte ont été datés en fouille de la période sévérienne. Cet établissement semble avoir fonctionné dans le 1er tiers du iiie s., jusqu’à l’invasion sassanide. Après la seconde moitié du iiie s. le camp s’est transformé en simple agglomération civile.

Organisation à l’intérieur du castrum

8Les dépressions du terrain et des alignements de murs apparaissant en surface ont permis de restituer les rues dans l’axe des portes, cardo et decumanus, ainsi qu‘un réseau de circulation parallèle aux remparts dans la partie ouest et sud-ouest du site. L’intérieur du fort est plat, à l’exception de quelques monticules qui recouvrent sans doute des constructions conservées avec une certaine élévation. Les fouilles ont concerné les principia et la partie au nord de la via decumanna où se trouvent les baraquements de la garnison (rapport de fouille à paraître).

9À la fin de l’époque romaine et pendant la période byzantine, le site semble avoir perdu sa fonction militaire et une agglomération s’est développée à l’intérieur de l’enceinte. Sur cette réoccupation, nous ne disposons pour le moment d’aucune donnée.

Construction extra-muros

10À l’angle nord-ouest du fort, on distingue un mur extérieur, perpendiculaire à la muraille. Cette construction qui ne figure pas sur le plan de D. Kennedy, a été relevée par la mission allemande. D’après le matériel de surface contemporain de l’installation militaire, M. Gschwind propose d’y reconnaître une mansio.

Nécropole

11La nécropole associée au site n’a pas été prospectée. Selon M. Gschwind, elle serait située dans le secteur du village d’Ayyash.

12Périodisation d’après les fouilles

  • 1re moitié du iiie s. (castrum)

  • périodes romaine tardive et byzantine (agglomération civile)

  • période omeyyade

Bibliographie

A. Poidebard, La Trace de Rome, 1934, p. 87 et pl. 86-87.

J. Lauffray, Halabiya-Zénobia, place forte du limes oriental et la haute Mésopotamie au vie s., Paris, 1983, p. 77.

D. Kennedy et D. Riley, Rome’s Desert Frontier from the Air, Londres, 1990, p. 153-154, fig. 96 et 97.

M. Gschwind, « Qreiye/Ayyash-ein römisches Kastell an Euphrat », Zwischen Kulturen und Kontinenten, 175 jahre Forschung am Deutschen Archäologischen Institut, 2004, p. 160.

M. Gschwind, « Limesforschung : Qreiye », 2004, [en ligne] http://www.dainst.org/en/project/qreiye?ft=all

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue aérienne verticale du site
Crédits A. Poidebard, 1934, pl. LXXXVI
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 2 ‑ Plan du camp
Crédits D. Kennedy, 1990, fig. 97
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 920k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable