Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section E, Palmyrène et Arabie Déserte)

Tabouz (Syrie) – E09

Texte intégral

Nom antique attesté

Mambri ?, Dabausa ?, Alalis ?

Localisation

Région

Deir ez-Zor

Situation

rive droite de l’Euphrate

Longitude

39.95920826

Latitude

35.46768656

Position

plateau escarpé

Environnement

replat d’érosion du plateau marno-gypseux

Informations sur l’état du site

État de conservation

protégé

Dimensions du site

300 x 80 x100 m

Superficie

3 ha

Altitude

256 m

Critères de datation

céramique, architecture

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

occupation probable

Période romaine

forteresse

Période sévérienne-sassanide

forteresse

Occupation postérieure

viiie s.

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1849, p. 267

H. Kiepert, Karte I, 1893

C. Héraud, Mission, 1922, f. XXXVI (ruines de Tabous)

1La forteresse de Tabouz, signalée par F. R. Chesney, a éveillé la curiosité de E. Sachau qui l’a visitée en 1889. Lorsque F. Sarre et E. Herzfeld l’ont prospectée en 1910, le site était déjà intensément pillé et les remparts très détruits, à l’exception d’une tour au sud-ouest dont l’élévation est toujours partiellement conservée. Le plan dessiné par E. Herzfeld (fig. 1) constitue donc la documentation graphique la plus ancienne, à laquelle sont venues s’ajouter les photographies aériennes réalisées par A. Poidebard en 1929-1930. Plus récemment, le site s’est trouvé inclus dans des études régionales. Une première évaluation a été entreprise à la demande de la DGAMS, en 1998, par la mission syro-française de Doura-Europos et a donné lieu à un premier diagnostic sur les techniques de construction par J.-C. Bessac et J. Abdul Massih. Parallèlement, une couverture photographique aérienne très complète des vestiges en surface a été réalisée par cerf-volant par Y. Guichard en 2000 et en 2001. Depuis 2004, dans le cadre du Jebel Bishri Project, sous la direction de M. Lönnqvist (Université d’Helsinki), a été constituée une base de données topographiques (relevé des vestiges, points GPS, enregistrement digital 3D, traitement des photos satellite Landsat 7) dont ne sont encore publiés que les éléments préliminaires.

Fig. 1 ‑ Plan schématique du site de Tabouz par E. Herzfeld

Fig. 1 ‑ Plan schématique du site de Tabouz par E. Herzfeld

F. Sarre et E. Herzfeld 1911, Abb. 75

Configuration du site

2La forteresse de Tabouz est caractérisée par une position topographique très accidentée et très avantageuse. Elle occupe une étroite bande (80 m à l’ouest et 100 m au sud) isolée sur trois côtés du reste du plateau par un réseau de ravines larges et profondes (fig. 2). Le wadi occidental perpendiculaire à la falaise semble avoir été surcreusé et égalisé, voire artificiellement créé pour augmenter la capacité défensive du rempart ouest. Côté plaine, la place forte est délimitée sur toute sa longueur (300 m N.-O.-S.-E.) par un à-pic vertical de 90 m par rapport au niveau de la plaine alluviale. Il convient donc de prendre en compte la partie du site détruite par le recul de la falaise (entre 5 et 10 % ?), qui progresse encore aujourd’hui, comme en témoigne la formation d’une série de failles en zigzag en formation. Enfin la place forte englobe un espace formé de trois replats étagés d’ouest en est, donnée topographique essentielle pour le tracé des fortifications.

Fig. 2 ‑ Vue aérienne de la forteresse

Fig. 2 ‑ Vue aérienne de la forteresse

Montage d’après les vues prises en 2000 © Y. Guichard

Fortifications

3Le tracé des fortifications est plutôt pragmatique ; il suit la rupture de pente supérieure des ravines qui entourent le site. La face interne des murs est donc exposée, tandis que la face externe est en général masquée par les dépôts accumulés dans la partie supérieure de la pente des wadis. Sur le terrain, les deux tours d’angle occidentales, déjà notées par E. Herzfeld, sont bien repérables, ainsi qu’une tour sur le rempart sud et une dernière sur le rempart oriental. Les photos aériennes par cerf-volant effectuées en mars 2001 permettent cependant de reconnaître quatre tours supplémentaires et de souligner les changements de direction des remparts et certains dispositifs défensifs.

4L’ensemble des remparts de Tabouz est construit en blocage (assises de maçonneries de moellons de pierre et mortier de djousse avec enduit extérieur) excepté la tour nord-ouest 1, bâtie en pierre de taille. Aucune élévation en brique crue n’est visible en surface sur les remparts.

Tour nord-ouest 1 (fig. 3)

5Elle constitue le seul élément conservé du rempart nord le long de la falaise. La tour est en partie détruite : le mur frontal et la moitié de son mur latéral oriental ont, en effet, basculé avec le recul de la falaise. Il est cependant possible de restituer une tour carré de 4,80 m de côté. Elle est fondée directement sur la croûte supérieure de la dalle de gypse et conservée sur deux voire trois assises de haut. En raison des difficultés d’accès aux vestiges (verticalité de la falaise, mur arrière et mur latéral occidental partiellement masqués), seul le mur latéral oriental a pu être étudié. Il est composé de deux parements en pierre de taille sans remplissage. L’assise de fondation en boutisse est surmontée d’une rangée de pierres posées de champ. Les blocs de gypse taillés sont de petit module (0,70 x 0,70 x 1 m) et portent la trace d’outils de taille dont une trace de ciseau à dents. La mise en œuvre et la technique de taille permettent d’exclure la période hellénistique et de dater cet ouvrage à partir du ier s. av. J.-C., selon l’expertise de J.-C. Bessac en 1998 ; la période parthe semble donc la plus indiquée. Bien qu’on ne rencontre aucun appareil semblable sur le reste des fortifications, il paraît justifier de considérer cette tour comme le témoin d’une première phase de construction de la forteresse de Tabouz, hypothèse à vérifier en fouille. En revanche, il est prématuré de conclure à partir de cet exemple que les fondations de la muraille étaient en pierre de taille et l’élévation en blocage (M. Lönnqvist 2005, fig. 5).

Fig. 3 ‑ Vue du mur latéral de la tour 1 en pierre de taille

Fig. 3 ‑ Vue du mur latéral de la tour 1 en pierre de taille

© MSFDE 1998

Rempart ouest

6La liaison entre le rempart occidental, suivi sur 60 m de long, et les tours d’angle est difficilement vérifiable en l’absence de fouille. Ce rempart présente deux murs parallèles partiellement dégagés par une tranchée qui serait un ancien sondage de la DGAMS selon M. Lönnqvist. On distingue sur 6 m de long environ l’alignement du mur ouest extérieur. Il s’agit d’une construction en blocage très large. Son extrémité sud est plus nette et pourrait correspondre à un passage car E. Sachau situait une porte au nord de la tour d’angle sud-ouest. Son prolongement vers le sud n’est pas visible. Le mur intérieur, plus mince, court à faible distance de ce premier mur. Il ne peut être suivi en continu jusqu’à la tour 1, mais sa face externe est bien alignée sur le parement ouest du mur latéral oriental de cette tour d’angle. Il semble donc qu’il y ait eu une reconstruction de ce segment de l’enceinte. On peut supposer également qu’il s’agit d’une double courtine avec pièces intérieures, selon un dispositif similaire à celui que l’on a repéré sur le rempart sud et comparable à la double courtine du rempart occidental de Jazla.

La tour sud-ouest (fig. 4)

7Elle est située à l’angle sud-ouest des murailles. Le départ de sa courtine nord est visible et forme un angle d’environ 106° avec le mur latéral nord de la tour. Cette courtine est conservée sur moins de 2 m et suit une orientation de 140° vers le sud par rapport à la direction du rempart ouest. La tour 2 est donc nettement en projection par rapport au double mur du rempart occidental. De plan presque carré (4,15 x 3,90 m), elle est formée d’épais murs de blocage de 90 cm épaisseur, avec des arases de 80 cm de haut conservés en élévation sur 6 m de haut.

Fig. 4 ‑ Vue de la tour en blocage sud-ouest depuis le nord-ouest.

Fig. 4 ‑ Vue de la tour en blocage sud-ouest depuis le nord-ouest.

Rempart sud (fig. 5)

8Il couronne la crête supérieure de la pente nord du wadi sud. Les nombreux changements de direction du tracé du rempart sont donc avant tout dictés par la topographie : il suit la courbe concave du flanc nord du wadi juste après le départ de la courtine de la tour 2 jusqu’à la tour 3 qui correspond au premier dénivelé intra-muros. La partie orientale du rempart est marquée par une plus forte érosion car les courtines coupent les courbes de niveaux avant de couper vers le sud jusqu’à la tour 5 d’angle sud-est.

Fig. 5 ‑ Rempart sud. Vue de la courtine jusqu’à la tour sud-ouest

Fig. 5 ‑ Rempart sud. Vue de la courtine jusqu’à la tour sud-ouest

© MSFDE 1998

Segment occidental (fig. 6a-b)

9Le départ du rempart sud, qui correspond à la courtine sud de la tour 2 est d’abord rectiligne et orienté d’est en ouest, sur 12,70 m, puis le mur marque un changement de direction qui correspond aussi probablement à un rétrécissement des maçonneries. Après un angle saillant de 53°, le tracé du rempart, s’incurve jusqu’à la tour 3 : il est composé par quatre courtines en ligne brisées de différentes longueurs (23 m, 20 m, 5 m, 30 m et 5 m) puis il oblique à 125° vers le nord-est, direction qu’il poursuit jusqu’à la tour 3. Sur ce segment, le mur est doublé de murs parallèles avec des murs de refend qui délimitent une série de pièces rectangulaires de dimensions diverses, système qui rappelle le dispositif du rempart ouest de Jazla. La tour 3, sans doute carrée, est à cheval sur le rempart.

Fig. 6a ‑ Vue aérienne de la partie occidentale du site

Fig. 6a ‑ Vue aérienne de la partie occidentale du site

Montage d’après les vues aériennes non redressées prises en 2001 © Y. Guichard

Fig. 6b ‑ Restitution du tracé du rempart sud et de l’organisation interne des constructions

Fig. 6b ‑ Restitution du tracé du rempart sud et de l’organisation interne des constructions

Segment oriental (fig. 7a-b)

10La courtine orientale de la tour 3 est à peu près rectiligne et marque un léger recul de l’alignement du mur vers le nord‑est. Puis il convient de restituer d’après les photos aériennes, un retour du rempart vers le sud, sans doute protégé par une tour (tour 4) dont seul le mur arrière est conservé. La liaison avec la tour 4 saillante, qui protège la transition vers la partie la plus basse du site, est composée d’une série de lignes brisées. Entre les tours 4 et 5, les deux courtines rectilignes, d’environ 14 m et 15 m de long, formant un angle aigu vers le sud sont bien conservées.

11L’angle sud-est des fortifications est flanqué de deux tours saillantes asymétriques (tours 5 et 6). Il est tentant de restituer entre celles-ci une ouverture.

Fig. 7a ‑ Vue aérienne de la partie orientale du site

Fig. 7a ‑ Vue aérienne de la partie orientale du site

Montage d’après les vues aériennes non redressées prises en 2001 © Y. Guichard

Fig. 7b ‑ Restitution du tracé du rempart oriental et de l’organisation interne des constructions.

Fig. 7b ‑ Restitution du tracé du rempart oriental et de l’organisation interne des constructions.

Le rempart oriental

12Peu visible sur le terrain, il peut être restitué grâce aux photos aériennes (fig. 7a-b). Il s’agit d’un rempart rectiligne qui court un peu en contrebas de la rupture de pente supérieure du wadi oriental. Il s’interrompt à quelques mètres de la falaise, à l’emplacement d’une petite extension du plateau vers l’est.

Le rempart nord

13Son départ depuis la tour d’angle nord-ouest a été dessiné par E. Herzfeld (fig. 1). Mais actuellement il n’en reste aucune trace.

14Les remparts présentent plusieurs phases de construction dont la plus ancienne (vers le ier s.) est signalée par la tour 1 nord-ouest en pierre de taille. Il est plus difficile de préciser la chronologie relative des ouvrages en blocage recouverts de débris mais les techniques principales utilisées (arases et djousse) sont cohérentes avec le matériel prélevé parthe et romain.

Urbanisme

15L’intérieur de la forteresse est constitué par trois plateaux étagés d’ouest en est. Les limites de ces replats n’ont pas été aménagées ni régularisés car le substrat rocheux arrondi est bien visible sur les photos aériennes et aucun mur visible au sol n’est continu d’une rupture de pente à l’autre. La bande au bord de la falaise est surbaissée en raison d’un affaissement du bord du plateau. Tout espace à l’intérieur des remparts semble densément construit et l’on peut repérer la plupart des murs au sol, mis en évidence par l’érosion et les trous de pillage. Les techniques de murs en blocage et le matériel architectural et céramique renvoient en majorité aux époques parthe et romaine. La mission finnoise indique, quant à elle, une occupation romaine tardive et byzantine.

Secteur occidental

16Cette partie, plane et surélevée par rapport à la partie médiane, est la plus densément construite (fig. 6a) depuis le bord de la falaise jusqu’au rempart sud. Le tracé des murs très lisible au sol est composé d’ensembles multicellulaires à peu près orthogonaux. Sur la restitution du plan d’après les photos aériennes (fig. 6b), nous avons mis en évidence quelques voies de circulation : une rue qui part de l’angle nord-ouest des fortifications et suit une orientation est-ouest le long des bâtiments en bordure de falaise. Elle croise une rue nord-sud dont le tronçon nord est interrompu par le bord du plateau mais dont le segment sud-est net sur 15 m environ. Dans la partie sud, on remarque plusieurs constructions accolées au rempart à casemates ainsi qu’un bâtiment rectangulaire. Ce dernier est caractérisé par une double ligne de murs parallèles sur chaque côte mais on ne distingue pas de murs de refend à l’intérieur.

Secteurs médian et oriental

17Il est marqué par une éminence rocheuse de 2 m de haut, non régularisée, sur laquelle a été construit un bâtiment rectangulaire orienté sud nord (fig. 8). En contrebas de cette hauteur, des éléments architecturaux de qualité ont été repérés : il s’agit de fragments de corniche sculptée portant un décor d’oves tout à fait classique (fig. 9). Leur existence laisse supposer la présence d’un bâtiment de prestige à proximité.

18Immédiatement à l’est et au sud-est de l’éminence rocheuse, le terrain présente une pente plus prononcée vers l’est (fig. 7a-b). Ce secteur comprend les replats sud et oriental englobés par les fortifications. Les murs s’organisent parallèlement aux lignes des remparts. Étant donné la densité de trous de pillage, on ne peut confirmer la présence d’une voie menant à l’emplacement supposé de la poterne sud-est.

Fig. 8 ‑ Organisation interne et dénivelé topographique des masses rocheuses au centre du site

Fig. 8 ‑ Organisation interne et dénivelé topographique des masses rocheuses au centre du site

Vue aérienne 2001© Y. Guichard

Fig. 9 ‑ Fragments architecturaux au sud de l’éminence rocheuse

Fig. 9 ‑ Fragments architecturaux au sud de l’éminence rocheuse

© MSFDE 1998

Construction extra-muros

19Lors des prospections de 1997, des vestiges de maçonneries ont été repérés au fond du wadi oriental à plus de 10 m de la ligne de falaise. En 2001, nous les avons plus précisément étudiées : il s’agit d’un large mur de moellons de gypse et de calcaire maçonné à la chaux et implanté en paliers sur la pente inférieure du flanc ouest de la ravine jusqu’au milieu du fond du wadi (fig. 10). Son prolongement vers l’est devrait pouvoir être retrouvé après nettoyage. Cette maçonnerie a été très érodée par l’écoulement des eaux et il est difficile d’en restituer la hauteur initiale. Seul le parement sud de cet ouvrage était dégagé. Étant donné le contexte, cet ouvrage peut être identifié comme un pont plutôt qu’un mur de barrage. Rappelons la forte probabilité que les tours 5 et 6 à l’angle sud-est des fortifications protègent une poterne. Il reste à vérifier si des accès ont été aménagées entre ces deux points et sur le flanc est du wadi.

Fig. 10 ‑ Parement sud de la maçonnerie massive barrant le cours du wadi oriental

Fig. 10 ‑ Parement sud de la maçonnerie massive barrant le cours du wadi oriental

© Y. Guichard

Nécropole

20Deux nécropoles ont été repérées :

Nécropole sud-ouest

21Le réseau de ravines à l’ouest du site abrite une série d’hypogées en majorité pillés. Un hypogée a été visité par la MSFDE en 1998 : il est formé d’une grande salle rectangulaire sur laquelle s’ouvrent neuf loculi étroits (trois sur chaque paroi latérale, trois sur la paroi du fond). Cette tombe avait été pillée et son entrée bouleversée. Les prospections finnoises semblent avoir topographié cette nécropole rupestre.

Tombeaux-tours à l’est

22Deux tombeaux-tours sont situés sur des replats en bordure de plateau à 2 km à l’est. Le plus oriental est détruit jusqu’aux fondations. Le second est conservé sur 4,5 m de haut et on distingue très bien sa base quadrangulaire. Sa façade nord présente encore un pilastre central et deux niches rectangulaires. Sur la face sud, un trou de pillage permet d’accéder à la chambre funéraire aménagée dans le socle (du type ier s. av. J.-C., d’après la typologie dressée par J. Abdul Massih pour les tombeaux-tours de Baqouz et de Doura).

23Périodisation d’après la mission finlandaise (M. Lönnqvist 2011)

  • période romaine tardive (iiie-ve s.)

  • période byzantine (vie s.)

24Périodisation d’après les prospections de la MSFDE

  • période parthe (is. av. J.-C.)

  • période romaine

  • période byzantine

  • période islamique

Bibliographie

F. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise, t. I, 1911,p. 168 et p. 169 ab. 75.

J. Lauffray, « El Khanouqa. », AAS 1, 1951, p. 41-58.

J. Gaborit et Y. Guichard, « Les sites d’époque hellénistique et romaine entre Raqqa et Doura -Europos. Rapport pour la DGAMS », 2001.

J. Abdul Massih, « Les tours funéraires de la vallée du Moyen-Euphrate », Proceedings of the International Conference on “Zenobia and Palmyra”, Al-Baath University, Homs, 2005, p. 189-207.

M. Lönnqvist, K. Lönnqvist, M. Stout Whiting, M. Törma, M. Numez et J. Okkonen, “Documenting, identifying and protecting a late-roman-byzantine fort at Tabus on the Euphrates”, communication au CIPA 20005 XX international Symposium 01 oct. 2005, Torino, Italy, [en ligne] http://cipa.icomos.org/fileadmin/papers/Torino2005/427.pdf

K. Lönnqvist et M. Lönnqvist, Jebel Bishri in Focus: Remote Sensing, Archaeological Surveying, Mapping in GIS Studies of Jebel Bishri in Central Syria by the Finnish Project SYGIS, Oxford, 2011.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Plan schématique du site de Tabouz par E. Herzfeld
Crédits F. Sarre et E. Herzfeld 1911, Abb. 75
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Fig. 2 ‑ Vue aérienne de la forteresse
Crédits Montage d’après les vues prises en 2000 © Y. Guichard
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7250/img-2.png
Fichier image/png, 506k
Titre Fig. 3 ‑ Vue du mur latéral de la tour 1 en pierre de taille
Crédits © MSFDE 1998
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7250/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 4 ‑ Vue de la tour en blocage sud-ouest depuis le nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7250/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 5 ‑ Rempart sud. Vue de la courtine jusqu’à la tour sud-ouest
Crédits © MSFDE 1998
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7250/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 6a ‑ Vue aérienne de la partie occidentale du site
Crédits Montage d’après les vues aériennes non redressées prises en 2001 © Y. Guichard
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7250/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 6b ‑ Restitution du tracé du rempart sud et de l’organisation interne des constructions
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7250/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 7a ‑ Vue aérienne de la partie orientale du site
Crédits Montage d’après les vues aériennes non redressées prises en 2001 © Y. Guichard
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7250/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 7b ‑ Restitution du tracé du rempart oriental et de l’organisation interne des constructions.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7250/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 8 ‑ Organisation interne et dénivelé topographique des masses rocheuses au centre du site
Crédits Vue aérienne 2001© Y. Guichard
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7250/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 9 ‑ Fragments architecturaux au sud de l’éminence rocheuse
Crédits © MSFDE 1998
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7250/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 10 ‑ Parement sud de la maçonnerie massive barrant le cours du wadi oriental
Crédits © Y. Guichard
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7250/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 467k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable