Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section E, Palmyrène et Arabie Déserte)

Halabiya (Syrie) – E07

Texte intégral

Nom antique attesté

Zénobia, Birtha ?, Philiscum ?

Autres toponymes

Halabi, Halabiyé, Qsour al Banat

Localisation

Région

Deir ez-Zor

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

au milieu du défilé du Hanouqa, à 60 km en amont de Deir ez-Zor

Longitude

39.82141545

Latitude

35.68872755

Position

terrasse et plateau

Environnement

parties érodées du substrat gypso-marneux et terrasse alluviale

Informations sur l’état du site

État de conservation

menacé

Dimensions du site

350 N.-S. x 500 m E.-O.

Superficie

17 ha

Altitude

214-271 m

Critères de datation

céramique, architecture, stratigraphie, inscription

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

bourg

Période sévérienne-sassanide

bourg fortifié

Occupation postérieure

xive s.

Témoignages des voyageurs

G. Balbi, Viaggio dell Inde orientali, 1590

F. R. Chesney, Expedition, 1850, p. 418-9 et carte IV

1Les relevés et les dessins des vestiges de la ville et des tombeaux-tours, réalisés en 1910 par F. Sarre et E. Herzfeld et augmentés d’un rapport de P. Maresch de l’expédition archéologique d’Assour, en visite sur le site en 1900, constituent des témoignages précieux sur les monuments qui se sont gravement dégradés depuis (fig. 1). Les recherches menées par J. Lauffray et P. Hamelin, entre 1944 et 1945, ont permis de dresser une carte topographique des abords de la ville et de relever l’ensemble des fortifications et des monuments fouillés dans le secteur nord-est du site, en particulier les églises et les thermes. Alors que la chronologie de l’enceinte proposée dans le rapport préliminaire de J. Lauffray en 1946 avait été remise en cause par F. W. Deichmann en 1974, l’architecte français publia une synthèse complète et argumentée de ses découvertes. Le tome I, paru en 1983, traite de l’histoire régionale et des fortifications et le tome II, publié en 1991, est consacré à l’architecture publique, religieuse et aux nécropoles. Les fouilles dans la ville et sur les nécropoles ont été reprises en 2004 par une mission syro-française sous la direction de S. Blétry (université de Montpellier) et de la DGAMS de Deir ez-Zor. Le projet de construction d’un barrage dans le défilé du Khanouqa, annoncé en 2008, menace d’inonder la partie basse du site et de fragiliser l’ensemble des vestiges. Dans le cadre d’une mission d’urgence (DGAMS-Ifpo), une campagne a été réalisée par J. Gaborit et Y. Abdullah en juin 2011 dans le secteur du rempart fluvial.

Fig. 1 ‑ Vue depuis la rive gauche

Fig. 1 ‑ Vue depuis la rive gauche

Les fortifications byzantines

2Les remparts de Halabiya délimitent un espace triangulaire dont la base longerait la rive et dont le sommet serait formé par la citadelle construite sur un piton rocheux. Les remparts au nord et au sud relient la partie supérieure de la pente à la rive. L’enceinte comporte deux portes monumentales, quatre portes d’importance secondaire, trente bastions et une place forte pourvue d’une terrasse occidentale (fig. 2). Les courtines ont été démantelées en 610 par Khosroès II, après la prise de la ville. Les fortifications sont, dans l’ensemble, caractérisées par un appareil en pierres de taille extraites des bancs de gypse à proximité du site. Les parements présentent une alternance régulière de carreaux et boutisses par assises, la hauteur des assises étant dictée par la hauteur des bancs de gypse exploités. Certains segments, plus exposés, sont renforcés par des maçonneries en brique cuite et en moellons de basalte maçonnés à la chaux.

Fig. 2 ‑ Plan de la ville avec les fortifications et les édifices fouillés

Fig. 2 ‑ Plan de la ville avec les fortifications et les édifices fouillés

J. Lauffray 1991, pl. 59

3L’étude de J. Lauffray a révélé de grandes différences dans la mise en œuvre des remparts et sur certaines parties de la citadelle (tableau de comparaison, I, p. 139). Ces informations lui ont permis de discriminer un premier ensemble fortifié comprenant le rempart sud, de longs segments du rempart fluvial et certains bastions de la citadelle. Il analyse donc l’enceinte actuelle comme le résultat de deux programmes de construction successifs qui a l’avantage de concorder avec les détails livrés par Procope sur les reconstructions accomplies à Zénobia sous Justinien (De aedificiis, II, 8, 3-21) : extension de l’enceinte vers le nord, annexion du piton rocheux et protection du rempart fluvial. Il ne faut, cependant, pas exclure l’hypothèse d’une chronologie plus complexe, notamment en raison des problèmes posés par le rempart fluvial, ni la possibilité que deux groupes bien distincts de tailleurs de pierre et de maçons aient travaillé à l’édification des ouvrages fortifiés et aient adopté des solutions techniques différentes. En attendant une nouvelle étude, nous nous reférons à l’analyse de J. Lauffray.

Le rempart sud

4Construit en appareil de gypse en parement de part et d’autre d’une maçonnerie de moellons de basalte (opus coemmenticium), il est homogène sur 450 m, depuis l’angle sud-est de l’enceinte jusqu’au bastion 2, où le mur change de direction pour rejoindre la citadelle (fig. 3). Onze bastions s’échelonnent sur le rempart sud, distants de 30 à 35 m. Ces bastions sont constitués d’un avant-corps s’avançant au maximum de 2 m à l’intérieur de la ville et d’une aile extérieure de plan rectangulaire, saillante d’environ 13 m par rapport aux courtines. Située au rez-de-chaussée de l’avant-corps, l’entrée donne accès à une cage d’escalier rectangulaire et une salle au premier niveau de l’aile extérieure. Au premier étage, on accède au chemin de ronde aménagé sur le faîte des courtines et à une seconde salle rectangulaire dont le plancher est porté par des corbeaux dans les murs du premier niveau. Le second étage correspond au toit. En raison de la forte déclivité du terrain, la hauteur des bastions est tout à fait variable. Deux types de plan ont été mis en œuvre qui différent dans l’accès et l’aménagement de l’étage (plan A décrit ci-dessus et plan B avec loggia). Les planchers sur encorbellement présents dans tous les bastions sud ont été dans une phase postérieure remplacés par des sols reposant des voûtes. Cette modification pourrait être, selon J. Lauffray, attribuée à une phase de construction intermédiaire entre les deux enceintes ou à une réfection mineure sous Justinien. Deux accès ont été aménagés dans le rempart sud : une poterne (porte I de 2 m de large et de 3,60 m de haut) à mi-pente, immédiatement à l’ouest du bastion 4 et la porte II monumentale de 2,50 m de large et conservée sur 4,60 m de haut jusqu’au linteau (fig. 4). Elle est flanquée de deux bastions rapprochés (B 7 et B 8).

Fig. 3 ‑ Vue aérienne du rempart sud du bastion 11 au bastion 2

Fig. 3 ‑ Vue aérienne du rempart sud du bastion 11 au bastion 2

© Y. Guichard 2003

Fig. 4 ‑ Rempart sud, porte II depuis le sud

Fig. 4 ‑ Rempart sud, porte II depuis le sud

© Y. Guichard 2003

Liaison avec la citadelle

5La forte pente entre le bastion B2 du rempart sud et le bastion 38 de la citadelle (fig. 5) a obligé les constructeurs à trouver une solution originale pour franchir en ligne droite ce dénivelé de 50 m de haut tout en interdisant à l’ennemi de profiter des avantages présentés par la proximité du plateau.

Fig. 5 ‑ Rempart sud, liaison entre le bastion 2 et la citadelle

Fig. 5 ‑ Rempart sud, liaison entre le bastion 2 et la citadelle

© Y. Guichard 2003

6Pour J. Lauffray, l’état de la courtine entre les bastions B1 et B2, témoigne de deux phases de construction successives. Il note que la longueur de cette courtine B1-B2 fait le double de celles qui joignent les bastions entre B12 et B2 et que son épaisseur a été brusquement amincie à 30 m environ à l’ouest du bastion B2 par l’arrachement de son parement interne. Le segment occidental de la courtine qui mesure de 2,20 m d’épaisseur (contre 3,20 m pour le segment oriental) est donc considéré comme une adjonction au premier état du mur. La seconde modification majeure est que le mur a été surélevé en deux endroits (à 10 m de B2 et au-dessus de l’arrachement). L’analyse architecturale de vestiges visibles à l’emplacement de ces exhaussements ponctuels a amené J. Lauffray à restituer des dispositifs de paliers et d’escaliers voûtés qui assuraient la transition entre les différents niveaux du chemin de ronde (fig. 6). La différence de hauteur entre les segments du chemin de ronde de part et d’autre du bastion B1, au sommet de la courtine, est d’environ 5 m ; le passage de l’un à l’autre pouvait se faire par l’intérieur du bastion B1 (restitution du bastion avec deux étages ouvrant chacun sur une courtine). Les modifications de la courtine B1-B2 seraient peut-être le reflet d’un aménagement plus considérable encore et notamment de la modification du tracé de l’angle sud-ouest du rempart sud. En effet, J. Lauffray restitue au niveau de l’arrachage du parement nord de la courtine B1-B2, le départ d’un rempart nord détruit par le rattachement de la citadelle au circuit des fortifications de la ville basse. L’extension et l’exhaussement de la courtine B1-B2, qui ont eu lieu en même temps que la construction de la courtine B1-B38, feraient partie des travaux de Justinien, décrits par Procope. Les exhaussements avec dispositifs internes correspondraient ainsi aux adjonctions défensives, c’est-à-dire aux « ailes » mentionnées par Procope parmi les travaux d’agrandissement réalisés sous Justinien. Procope précise qu’elles ont été « construites sur les murs les plus proches des falaises » dans le but de barrer le passage des projectiles ennemis.

Fig. 6 ‑ Façade interne du rempart sud entre les bastions B2 et la citadelle dessinée d’après clichés

Fig. 6 ‑ Façade interne du rempart sud entre les bastions B2 et la citadelle dessinée d’après clichés

J. Lauffray 1991, p. 18, fig. 4

Le rempart oriental

7Il est caractérisé par un tracé en lignes brisées qui marquent un retrait du mur par rapport à la rive (fig. 7). Son état actuel est le résultat de phases de constructions et d’aménagements dont la chronologie est encore à affiner. Son très mauvais état de conservation et l’accumulation des débris sur la pente de la rive rendent son analyse difficile. En comparaison du reste des fortifications, il présente des courtines plus minces, onze petits bastions, de plan divers et sans avant-corps à l’intérieur de la ville, à l’exception du bastion 25. Les portes III à V permettaient d’accéder directement au fleuve (fig. 8). L’étude du rempart oriental réalisée en 1945 par J. Lauffray a été complétée par des sondages ponctuels en 1987. Le segment B12 à P15 est contemporain du rempart sud car la liaison des maçonneries du bastion B12 avec la courtine B12-B23 du rempart sud et la courtine B12-B13 est bien attestée (fig. 9). L’espacement entre le bastion B12 et les petits bastions B13-B14 est régulier (35 m environ). La courtine nord du bastion B14, présente sur 6 m en 1945, a été dégagée sur 70 m en 2011 (fig. 10). Elle se prolonge comme le suggérait J. Lauffray jusqu’au point P15 avec, dans cet intervalle, un troisième bastion. Au point P15, un pan de mur orienté vers le sud-ouest marque un retrait de 30 m vers l’ouest. Le segment B12-B14 serait, d’après J. Lauffray, la seule partie conservée d’un premier rempart fluvial dont les deux-tiers nord auraient basculé dans le fleuve. Le segment P15 à B16, de fabrication médiocre et mal aligné, relie le segment B12-P15 au segment B16-B25 construit à distance du fleuve. Les maçonneries de la bretelle B15-B16 sont accolées au rempart B16-B25. En 1987, un sondage réalisé par J.‑P. Fourdin en B16, a mis au jour les fondations d’un petit bastion démoli dont la façade nord a été intégrée par la bretelle P15-B16. Ce bastion B16 est lié avec la courtine sud du bastion B17. Son orientation nord-est, divergente avec celle de cette courtine, indique qu’il serait placé à un changement de direction du rempart B16-B25 qui se prolongeait donc vers le sud. Faute de temps, le fouilleur n’a pas retrouvé la courtine sud qui rejoignait sans doute le bastion B16 au segment B12-B14. Sur les clichés aériens de 2003, on devine cependant la présence d’un mur oblique rendu visible par l’érosion du secteur qui se dirige depuis le bastion B16 vers le sud-est et marque un angle vers l’est juste au nord ouest du bastion B14. Il faudrait vérifier s’il ne s’agit pas là de la jonction entre les deux remparts successifs recherchée par J. Lauffray et que la construction de la bretelle P15-B16 a ensuite remplacée. Le segment B16 à B25 ne présente aucune homogénéité ni dans l’épaisseur des courtines, ni dans l’espacement et le plan des bastions, ni dans le dispositif des portes. J. Lauffray y voit, cependant, un ensemble construit après l’écroulement du rempart primitif et antérieur aux travaux ordonnés par Justinien. Une série de modifications ont été notées par l’architecte français mais elles ne suffisent pas à expliquer la très grande diversité présentée par les constructions :

  • modification du tracé en P19 où le mur marque un nouveau retrait vers l’ouest (non datée) ;

  • percement de la porte III antérieur à Justinien ;

  • antériorité supposée des portes IV et V par rapport à la porte III (avant Justinien) ;

  • porte V, flanquée de deux petits bastions, datée par son décor mouluré du début du ive s. par comparaison avec le décor de la basilique est ;

  • épaississement de la courtine en B22 pour aménager un escalier d’accès au chemin de ronde ;

  • similarité des bastions B20 et B25 (dispositif interne et non dans le plan).

8L’étude incomplète du rempart fluvial en 1945, n’a pas pu être reprise en 1987, excepté au bastion B25. Sa fouille partielle a permis de vérifier le plan du bastion et les liaisons des maçonneries. Selon les fouilleurs, le bastion B25 jouait originellement le rôle d’une tour d’angle dont la façade sud aurait prolongé une courtine orientée d’est en ouest, arasée lors de l’adjonction de la courtine nord B25-B26. Les résultats obtenus par J.‑P. Fourdin constituent le seul indice possible du tracé antérieur du rempart nord, qui aurait été démoli et reconstruit 30 m plus au nord pour agrandir la ville sous Justinien. La courtine nord B25-B26 est venue s’appuyer contre la façade nord du bastion, oblitérant l’archère nord du premier étage, alors que la maçonnerie de blocage de la courtine sud et du mur sud de la tour B25 est continue (fig. 11). La porte du bastion est désaxée sur la façade sud au lieu d’ouvrir directement vers l’ouest et l’intérieur de la ville, comme au bastion B20 de plan similaire. La façade sud du bastion se prolonge vers l’ouest au-delà de l’alignement de l’angle nord-ouest et marque « le départ probable d’une courtine dont le parement nord n’a pu être retrouvé faute d’un approfondissement du sondage » (J.‑P. Fourdin, 1991, p. 24). Il serait intéressant de vérifier si la façade ouest du bastion B25 porte les traces d’arrachage du départ du premier rempart nord (relevé des élévations non publié, plan du bastion B25 publié sans côte d’altitude). La courtine B25-B26, la plus large du rempart fluvial (3,40 m) s’apparente aux courtines du rempart nord (3,20 m). Elle serait postérieure au bastion B25 et liée au bastion B26, situé à l’angle du rempart nord. Le bastion B6, très détruit à l’exception de son mur ouest. renvoie, par sa conception (plan des bastions nord) et par la liaison de sa courtine ouest, à la construction de l’ensemble du rempart nord. Le segment B25-B26 représenterait une adjonction bien distincte au rempart fluvial. Elle marquerait l’extension de l’enceinte de 30 m vers le nord, contemporaine de la construction du rempart nord et pourrait valider le texte de Procope qui décrit très précisément l’arasement du mur nord de Zénobia, trop ruiné, et la construction d’un nouveau rempart au-delà du mur et de l’ancien fossé pour agrandir ce quartier de la ville.

Fig. 7 ‑ Plan du rempart fluvial

Fig. 7 ‑ Plan du rempart fluvial

D’après J. Lauffray 1991, pl. 59

Fig. 8 ‑ Rempart fluvial, porte III et bastion B20

Fig. 8 ‑ Rempart fluvial, porte III et bastion B20

Fig. 9 ‑ Rempart fluvial, bastion B12 à l’angle sud-est des fortifications et môle sud

Fig. 9 ‑ Rempart fluvial, bastion B12 à l’angle sud-est des fortifications et môle sud

Fig. 10 ‑ Rempart fluvial entre les bastions B13 et B14 dégagé pendant les fouilles de sauvetage de 2011

Fig. 10 ‑ Rempart fluvial entre les bastions B13 et B14 dégagé pendant les fouilles de sauvetage de 2011

Fig. 11 ‑ Rempart fluvial, courtine nord du bastion B25 bouchant l’archère nord du premier étage et môle nord renforcé par une maçonnerie perpendiculaire. Vue depuis le nord-est, 2003

Fig. 11 ‑ Rempart fluvial, courtine nord du bastion B25 bouchant l’archère nord du premier étage et môle nord renforcé par une maçonnerie perpendiculaire. Vue depuis le nord-est, 2003

Protections contre l’Euphrate

9La fouille de 1945 a coïncidé avec une grande crue du fleuve qui a atteint la base du bastion B13 et envahit le fossé du rempart nord. Les campagnes de 1981, après la mise en œuvre du barrage de Tabqa, et surtout en juin 1987, marqué par un étiage important, ont amené des informations inédites sur les aménagements fluviaux. Au rempart oriental sont associés trois môles s’avançant dans le lit de l’Euphrate et un quai. Leurs matériaux de construction sont similaires : blocs de basalte équarris, massifs de briques cuites (40 x 40 cm), moellons de basalte, le tout maçonné avec mortier de chaux hydraulique. Leur technique de construction a paru analogue à J. Lauffray mais il y a sans doute quelques variations dans la mise en œuvre à vérifier.

Le môle sud

10Il s’appuie contre l’angle nord-est du bastion B12 et le départ de la courtine B12-B13 (fig. 9). De direction E.-S.-E., il mesurait au moins 60 m de long mais seule sa partie occidentale est restée en place sur 20 m. Le reste de la maçonnerie a basculé d’un bloc vers le sud. Sa fondation, vue par J. Lauffray, est constituée de plusieurs assises de blocs de basalte. Au-dessus s’élèvent des arases de brique cuite renforcées par une maçonnerie de moellons de basalte (environ deux assises tous les 60 cm). Étant donné sa hauteur conservée le long du bastion B12, ce môle devait empêcher l’accès à la berge depuis le sud et coupait le passage d’un chemin de halage le long du rempart fluvial.

Le môle intermédiaire

11Il est situé dans le prolongement de l’extrémité est de la bretelle B15-B16 mais la liaison entre ces deux ouvrages n’a pas été étudiée. Ce môle est bien conservé sur environ 10 m (fig. 12). Sa face nord a été bien dégagée par l’érosion du fleuve : elle est constituée d’un appareil massif en basalte comptant au moins six assises. Le solide massif de brique cuite construit au sommet du mur de basalte ne comporte en revanche pratiquement pas de moellons de basalte. Côté sud, l’accumulation de terre masque presque entièrement le mur de basalte. Il faudrait vérifier si ce mur n’a pas été exhaussé vers l’ouest.

Fig. 12 ‑ Rempart fluvial, môle intermédiaire vu depuis le sud en 2011

Fig. 12 ‑ Rempart fluvial, môle intermédiaire vu depuis le sud en 2011

Le môle nord

12Il paraît solidaire du bastion B26 et protège l’angle nord-est des fortifications. Il a une direction sud-est adaptée au sens du courant et est conservé sur 30 m. À l’ouest, il portait un mur en gypse dont J. Lauffray a vu la base, qui barrait l’accès à la berge en aval. Sa partie ouest en blocage est actuellement ennoyée sous les débris et les colluvions (fig. 11). Aucune superstructure en brique n’est visible. Il faut noter que seul l’alignement de la face sud du môle dessine un retour à angle droit vers le sud ouest. Côté est, ce mur perpendiculaire érodé a perdu son parement et révèle une maçonnerie de gros blocs de basalte. J. Lauffray a dessiné sur les plans cet ouvrage de 10 m de long à l’arrière du môle mais ne le décrit pas. Il était destiné sans doute à renforcer la stabilité du môle exposé à la violence du courant et à soutenir la berge. Sur le plan général du site, J. Lauffray propose de prolonger le môle nord sur 30 m encore, sans doute par symétrie avec le môle sud.

Le quai ?

13Au nord du point P15, la ligne d’un parement externe en grand appareil de basalte, aperçue en 1981 dans le fleuve était hors d’eau en 1987. D’après son orientation, elle n’est pas dans le prolongement exact du segment B12-B14 mais oblique en direction du bastion B25. Lauffray y reconnaît à la fois la fondation du rempart détruit par le fleuve qui rejoindrait le bastion B25 et qui lui serait contemporaine et le quai de soutènement de la berge mentionné par Procope (J. Lauffray 1991, p. 21). Il est intéressant de constater que, si l’on projette les prolongements de ce quai et du mur de soutènement du môle sud sur un plan, ces ouvrages se rejoignent au niveau de la courtine B24-B25. La protection de la berge serait donc continue.

14La datation de ces quatres ouvrages est difficile à établir. Seuls certains points de chronologie relative sont sûrs :

  • antériorité du segment B12-B14 par rapport au môle sud ;

  • contemporanéité du rempart nord et du môle nord ;

  • relation étroite entre la construction de la bretelle B15-B16 avec le môle intermédiaire sans doute contemporain ;

  • môle intermédiaire postérieur au bastion B16.

Le rempart nord (fig. 13)

15Avec son tracé rectiligne sur env. 300 m, il apparaît comme une construction homogène qui met en œuvre des procédés absents sur le rempart sud :

  • voûtes en pierres appareillées qui portent les escaliers ;

  • demi-cylindres en pente des voûtes rampantes, claveaux de linteaux, homogénéité des courtines ;

  • aucune modification dans les bastions, plan plus complexe de la porte VI (fig. 14).

16Il est puissamment défendu par sept bastions rectangulaires à cheval sur les courtines dont les différents dimensions et plans s’expliquent par les contraintes topographiques, le chemin intérieur devant resté sur un même niveau en dépit de la pente.

Fig. 13 ‑ Vue aérienne du rempart nord depuis le bastion B27 jusqu’au prétoire

Fig. 13 ‑ Vue aérienne du rempart nord depuis le bastion B27 jusqu’au prétoire

© Y. Guichard 2003

Fig. 14 ‑ Rempart nord, Porte VI vu depuis l’intérieur

Fig. 14 ‑ Rempart nord, Porte VI vu depuis l’intérieur

Le prétoire

17Au pied du piton rocheux, le bastion monumental B33 constitue un vaste bâtiment de 350 m2 qui abritait sans doute une garnison militaire. Sa partie inférieure est excavée dans le roc de 6 m de haut et son aile extérieure carrée, avance de 20 m par rapport à la courtine est.

La liaison avec la citadelle

18La courtine occidentale depuis le prétoire prend une direction O.-S.-O. pour rejoindre la citadelle tout en conservant la même largeur que les autres courtines du rempart nord. Comme elle est surélevée pour monter la pente, un contrefort à l’intérieur prévient le risque de flanquement et la maçonnerie de gypse est renforcée par des chaînages de lits de briques cuites et de petits blocs de basalte.

La citadelle (fig. 15a-b)

19De plan polygonal, elle est en grande partie ensevelie sous les décombres et a été incomplètement étudiée par J. Lauffray. Le sommet du piton rocheux présente une surface de 20 m sur 40 m qui a été aplanie. Les vestiges des murs en surface renvoient à plusieurs phases de construction (byzantines et arabes). J. Lauffray distingue, en chronologie relative, trois étapes majeures pour sa construction. Seule la troisième phase est datée puisqu’il la relie aux travaux de la seconde enceinte édifiée sous Justinien. Une première installation extra-muros, peut-être un petit fortin, occupait la partie orientale de la colline ; elle est seulement attestée sur la face orientale de la citadelle actuelle. Dans une seconde phase, elle a été englobée dans une citadelle polygonale à laquelle appartenait en particulier le bastion B38. Dans un troisième temps, la citadelle aurait été incluse dans l’enceinte par le prolongement des remparts nord et sud – la courtine sud ne serait pas, d’après J. Lauffray, chaînée avec les murs extérieurs du bastion B38. La pointe occidentale de la plate-forme polygonale aurait été alors intégrée dans une extension rectangulaire. Cette partie projetée sur la pente ouest du piton a nécessité la construction de hauts murs de soutènement et un remblaiement important à l’intérieur de la plate-forme. La régularisation des pentes à la périphérie de la citadelle forme un glacis abrupt qui double sa capacité défensive. La citadelle a été ensuite restaurée et utilisée jusqu’au xie siècle.

Fig. 15a ‑ Vue aérienne oblique de la citadelle avec son glacis, depuis le sud-est

Fig. 15a ‑ Vue aérienne oblique de la citadelle avec son glacis, depuis le sud-est

© Y. Guichard 2003

Fig. 15b ‑ Plan de la citadelle. Relevé des parties visibles en surface

Fig. 15b ‑ Plan de la citadelle. Relevé des parties visibles en surface

J. Lauffray, 1984, p. 199, fig. 61

Discussion sur la chronologie des fortifications

20J. Lauffray propose à partir de l’étude architecturale sur les remparts de restituer deux phases principales.

  1. La première enceinte : ce premier ensemble, daté en chronologie relative entre la fin ve s. et la première moitié du vie siècle, est attribué à Anastase (cf. démonstration, J. Lauffray 1983, p. 140). De ces premières fortifications, a été conservée la majeure partie du rempart sud et du rempart fluvial. De forme trapézoïdale, l’enceinte délimitait un espace plus réduit de 400 E.-O. x 300 m N.-S. Selon cette hypothèse, le rempart occidental disparu passait à mi-pente sous l’éminence rocheuse qui domine l’ouest du site et dont le sommet était peut-être occupé par un fortin indépendant. Le bastion B25 sur le rempart oriental pourrait avoir constitué l’angle nord-est de la première enceinte primitive, d’après les sondages de vérifications (J.-P. Fourdin 1991, p. 24). Le fossé cité par Procope en bordure du rempart nord primitif détruit semble avoir été retrouvé par J. Lauffray : un cloaque en basalte évacuant les eaux de la ville construit dans l’axe de l’ancien fossé passe sous la courtine nord du bastion B25.

  2. La seconde enceinte : la construction des fortifications décidée par Justinien est attribuée par Procope aux maîtres d’œuvre Jean de Byzance et Isidore de Milet qui ont travaillé vers 545. Les conclusions de J. Lauffray corroborent de manière assez convaincante l’ampleur des travaux décrits par le panégyriste. La seconde enceinte correspond à l’extension maximale de la ville vers l’ouest et le nord.

21Pour le rempart fluvial, cependant, la chronologie relative déterminée par les fouilleurs s’intègre mal dans ce tableau :

22Chronologie du rempart fluvial d’après J. Lauffray :

  1. Construction du premier rempart fluvial rectiligne (B12-B25 ?) contemporain de la première enceinte (fin ve s. - déb. vie s., règne d’Anastase).

  2. Destruction du mur par le fleuve sur les deux-tiers nord.

  3. Reconstruction d’un segment à 30 m en retrait du fleuve (depuis B14-B16 jusqu’à B16-B25 = bastion d’angle nord-est).

  4. IIIa- Modifications sur le segment B16-B25.

  5. IIIb- Arasement du segment B14-B16, démolition partielle du bastion B16 et construction de la bretelle B15- B16.

  6. Transformation du bastion B25, lors de la destruction du rempart nord de la première enceinte, et adjonction de B25-B26 avec la construction de la seconde enceinte entre 540 et 545.

23Cette chronologie relative du rempart oriental impliquerait donc que, dans un intervalle de 50 ans, le rempart fluvial de la première enceinte s’écroulât presque immédiatement après sa construction et que le segment du rempart construit en retrait de la rive nécessitât tout aussi rapidement de nouveaux travaux.

24Vérifier l’hypothèse de J. Lauffray reste possible en fouille mais difficile : on pourrait prévoir un sondage à l’emplacement supposé de l’angle sud-ouest de la première enceinte. Cependant, si l’on peut restituer l’orientation du premier rempart nord à 30 m au sud du rempart, en prolongeant le départ de la courtine ouest trouvé en fouille en B25, peu d’éléments nous aident à restituer le tracé du rempart ouest de la première enceinte : serait-il perpendiculaire à la courtine B2-B2 ou orthogonal par rapport à l’orientation de l’axe de la porte II ? Suivait-il les courbes de niveaux ?

Constructions extra-muros

25Certains aménagements autour du site ont été interprétés par J. Lauffray comme les défenses avancées de Zénobia mais ils correspondent à des constructions de différentes natures et ne sont pas tous datables en l’absence de fouilles. Ces constructions auraient pu être enregistrées individuellement mais, comme elles ne sont pas précisément documentées et que seul J. Lauffray les a étudiées, nous avons choisi de les mentionner en relation avec la description du site d’Halabiya.

Limite du « faubourg » sud

26Un dispositif semble délimiter et protéger un secteur d’habitations qui s’est développé à l’extérieur du rempart sud de Zénobia. Un long mur d’orientation nord-sud barre la plaine. Son tracé, vérifié par des sondages en 1945, a été suivi jusqu’à la rive depuis l’angle sud-est de la tour funéraire no 115 sur laquelle il s’appuie. Il est construit en blocs de basalte et muni sur sa face extérieure sud de « petits contreforts régulièrement espacés » (J. Lauffray 1983, p. 68). J. Lauffray l’a relevé et positionné sur le plan d’ensemble du site dont l’échelle ne permet pas de restituer les dimensions (J. Lauffray 1983, fig. 2, mur no 106).

Tour de contrôle en aval

27Une tour byzantine en rive droite avait été signalée par F. Sarre et E. Herzfeld, et vue en 1945 par J. Lauffray qui a constaté sa disparition en 1980. Elle se trouvait à environ 4,5 km au sud de Halabiya, au bord du fleuve, juste à la sortie du défilé basaltique, à l’endroit où la bande de terre entre les falaises et le fleuve est la plus étroite. Sa situation permettait de contrôler aussi bien la route que le fleuve. Seul le soubassement de cette tour était conservé. Il s’agit d’un ouvrage en pierre de taille de même module qu’à Zénobia. Son plan est rectangulaire (7 x 6 m) sans ouverture visible dans les parties conservées. Côté ouest, se trouvaient les vestiges d’un mur non décrit.

Vestiges sur le plateau basaltique à l’ouest du site

28Deux structures archéologiques se trouvent au sommet du massif ouest (altitude moyenne : de 350 m). Il s’agit de murs de pierres de basalte non maçonnés. Leur tracé est très clair sur les vues aériennes mais ils présentent au sol une très faible élévation inférieure à 1 m. Aucun n’est daté mais de nombreux tumuli et des silex taillés néolithiques sont dispersés sur le sommet des plateaux basaltiques qui encadrent le défilé.

  1. un mur de 2 m de large suit une orientation générale du nord au sud. Son segment septentrional juste au-dessus de Tell Qsoubi a été vu sur environ 6 km et disparaît à proximité d’un pic volcanique situé au centre du plateau. J. Lauffray propose de le prolonger vers le sud jusqu’à la tour de guet byzantine. Ce mur n’a pas été retrouvé en 2011.

  2. une enceinte (enclos ?) rectangulaire de 100 m de long est bien visible en bordure du plateau à l’O.-S.-O. de Halabiya. Comme on peut le constater sur une vue aérienne récente, sa forme semble plus rectangulaire que celle restituée par J. Lauffray. L’angle sud-est est érodé par la proximité de la falaise, tandis que l’angle sud-ouest est marqué par une large structure circulaire. On remarque la présence de constructions rectangulaires aux angles nord et à l’intérieur de l’enceinte.

Urbanisme

29Peu d’éléments nous renseignent sur l’établissement antérieur au ve s. En revanche, les principaux édifices de la ville byzantine ont été fouillés, ainsi que certains secteurs d’habitations privées. Les sondages conduits par J. Lauffray à l’intérieur de l’enceinte ont révélé une organisation urbaine pressentie par E. Herzfeld (fig. 16). L’organisation des rues est fondée sur les axes du cardo et du decumanus. La voie nord sud qui traverse la partie basse du site entre les deux portes monumentales de la ville correspond au cardo. Cette rue n’est cependant pas strictement rectiligne : son tracé s’infléchit vers l’ouest à l’approche de chacune des portes avec un changement de direction plus important à 30 m de la porte sud.

Fig. 16 ‑ Vue aérienne de la ville vers le sud-est et localisation des édifices fouillés

Fig. 16 ‑ Vue aérienne de la ville vers le sud-est et localisation des édifices fouillés

© Y. Guichard 2003

Période romaine (ier - ive s.)

30Les sondages les plus profonds auraient attesté que le site a été occupé au cours du ier s. av. J.-C. et en continu jusqu’au ive s (J. Lauffray 1946, p. 679-680). Ni la stratigraphie, ni le matériel issu de ces sondages ne sont pas détaillés. Parmi le matériel retrouvé au Musée de Damas en 1987, rares sont les éléments antérieurs au ve s. : monnaie no 219 (période romaine indéterminée, complexe G) ; monnaie no 286 (Gordien III, émission Edesse, bain H8) ; quelques céramiques de la fin de l’époque romaine comparables avec le matériel de Doura-Europos ; céramique commune locale de datation imprécise entre les iiie et ive s.). Étant donné la perte d’une partie du matériel et des notes archéologiques, lors du repli de la mission en juin 1945, toute information concernant les niveaux palmyréniens sur le site semble conditionnée par la reprise de fouilles stratigraphiques.

Période byzantine

Organisation (fig. 17)

31Le plan d’urbanisme est principalement marqué par les axes du cardo (S.-S.-E/N.-N.-O.) et du decumanus (E.-S.‑S./O.-N.-N.) qui divisent l’agglomération en quatre quartiers (fig. 2). Les axes directeurs se croisent sous un tétrapyle dans la partie orientale du site. Les principaux édifices publics se trouvent au nord-est en terrain plan : le forum en position centrale, bordé à l’ouest par l’église orientale, et au sud-ouest par une seconde église avec un baptistère. Cependant le réseau de rues n’est pas exactement orthogonal, ni régulier (fig. 17). Dans la partie basse du site, les rues les plus longues, parallèles au decumanus, sont situées perpendiculairement à la pente relativement douce du terrain. Les rues nord-sud, parallèles à la pente, délimitent des îlots dont les dimensions varient en fonction de l’emprise des édifices publics. Dans la partie supérieure de la ville, très escarpée, le plan en damier n’est plus respecté. L’orientation de certaines rues et de certaines constructions apparaît comme un élément discordant avec le plan orthogonal fixé par le cardo et le decumanus. Les rues qui mènent aux portes du rempart sud et celle qui, depuis le tétrapyle, se dirige vers la porte IV sont en oblique par rapport au plan en damier. L’orientation de la maison A et de l’église Est présente la même anomalie.

Fig. 17 ‑ Plan du quartier nord-est fouillé en 1945, complété en 1987

Fig. 17 ‑ Plan du quartier nord-est fouillé en 1945, complété en 1987

J. Lauffray 1991, p. 36, fig. 8

32 Hypothèse de J. Lauffray : comme l’église orientale constitue un édifice religieux construit à une date fermement établie et antérieure à celle l’église Ouest construite sous Justinien, il interprète leur différence d’orientation comme le signe que deux plans d’urbanisme se seraient succédé. La première organisation en rapport avec l’église orientale serait contemporaine de la première enceinte (fin ve s.) et aurait été bouleversée par la mise en place des axes du cardo et du decumanus associés aux travaux d’embellissements réalisés sous Justinien qui comprennent le tétrapyle, le forum, les bains, la palestre, l’église Ouest et la troisième phase de l’église Est).

Les édifices fouillés

  • Habitat : une série de maisons (A, B, L) a été partiellement fouillée, ainsi qu’une résidence (K), maison à péristyle central et à étage ouvrant sur une rangée de boutiques du forum et le decumanus (entrepôts).

  • Édifice public : un édifice (D), situé au nord de l’atrium de l’église Est en bordure de la place publique, pourait correspondre à une basilique civile en raison de son plan à absides.

  • L’église Ouest : il s’agit d’une basilique à chevet plat et à piliers. Deux cours encadrent les façades latérales des bâtiments annexes. L’ensemble est délimité par une enceinte inscrite dans l’orientation du réseau de rues.

  • L’église Est : elle forme tout un complexe avec son atrium, son baptistère au sud-est et ses dépendances. Le baptistère est caractérisé par une très belle cuve baptismale en forme de croix, taillée dans un cylindre monolithe de 1,9 m de diamètre. Quatre phases de construction ont été distinguées. Le premier état de la basilique remonte à la fin du ve s. ou début du vie s. Il est attribué au règne d’Anastase en raison d’analogies stylistiques avec la cathédrale construite à Resafa-Sergiopolis sur l’ordre de celui-ci. Le deuxième état comprend un dispositif de soutènement dans l’atrium, l’exhaussement des sols, l’ajout d’un béma et l’agrandissement de la sacristie nord. Le troisième état, sans doute contemporain des travaux de Justinien, correspond à la restauration de l’atrium, datée par une inscription sur le fût d’une colonne du portique. La dernière phase, après la chute de la ville, prouve la survivance d’un lieu de culte chrétien à Zénobia sous les Omeyyades. L’exèdre est réaménagée ; on y accède désormais par les portes latérales car le narthex s’est écroulé.

  • Les thermes : le complexe des bains situé au plus près du rempart fluvial, a été entièrement relevé et fouillé jusqu’au niveau des hypocaustes. Les installations techniques, four et citerne, sont situées à l’est. Ces bains communiquent au nord avec la palestre. Leur construction est mentionnée par Procope et leur fonctionnement est attesté jusqu’au règne de Maurice II (582-602).

Nécropoles

33Les nécropoles situées le long de la rive droite comprennent des tombeaux-tours, hypogées et tumuli.

34La nécropole sud s’étend autour d’une tour funéraire à 3 km, avec au nord un mur en basalte qui, d’après J. Lauffray, barrait la plaine au vie s. La nécropole nord comprend au moins 16 hypogées taillés dans la paroi rocheuse, 25 tours funéraires et trois petits tumuli. Un inventaire et une étude typologique sont en cours sous la direction de S. Blétry (S. Blétry 2012).

Tombeaux-tours :

35Le relevé des tours funéraires a été entrepris par J. Lauffray en 1945. L’ensemble des tours aurait été construit entre le iiet iiie s. Il n’y a plus de construction de ce type de tours funéraires après la fin du iiie s, après le déclin de Palmyre.

36La découverte d’une momie avec un fin masque d’or sur le visage est signalée par F. R. Chesney (F. R. Chesney 1850, I, p. 418).

37Les fouilles des tours funéraires 13 et 14 ont été publiées. Dans l’une des tours fouillées par J. Hamelin, des pièces de vêtements de femmes et d’enfants réfugiés là, évoquent la ruine progressive et l’insécurité de l’endroit avant le vie s.

Hypogées rupestres :

38D’après les fouilles conduites par J. Lauffray en 1944-1945, les hypogées repérés sont creusés dans les bancs inférieurs de gypse au nord de la ville, à une profondeur de 8 à 15 m dans la falaise). La majorité des hypogées est basée sur un plan en croix avec trois arcosolia en triclinium autour d’une chambre carrée. Il y a beaucoup de variations dans le décor et l’organisation.

  • L’hypogée no 28 est bien documenté : il est constitué d’une première salle écroulée rectangulaire avec deux arcosolia latéraux. La seconde salle est presque carrée (280 x 300 m) et de 1,70 m de haut, avec un arcosolium en face de la porte (cuve de 220 x 130 m) sous un arc de 1,70 m de haut et deux arcosolia latéraux (cuves de 240 x 110 m ; arc de 1,50 m de haut). Les arcosolia et les cuves sont construits en moellons et non taillés dans le rocher. Il y avait un décor de moulure aux angles du plafond et des traces de peinture rouge.

  • Les autres hypogées étudiés sont dépourvus de cuves et présentent, sous les arcosolia, des banquettes plates et étroites avec un ou deux degrés. Dans certains cas, des loculi ont été aménagés sous les banquettes (loculi avec arc brisé, assez profonds pour recevoir les cercueils, hypogées no 31, 35).

39En général, il y avait un enduit sur les parois et des décors, des peintures ou des colonnettes aux angles, ainsi que des moulures. Dans le cas très particulier du plafond peint de l’hypogée no 29, les bustes de deux personnages étaient inscrits dans un cercle centré. Ont été également trouvées des inscriptions grecques (hypogée no 30) et des croix peintes (hypogée no 35).

40Chronologie d’après les fouilles

  • ier-ive s. (occupation attestée en stratigraphie)

  • ve-vie s. (ville fortifiée)

  • viie-viiie s. (occupation dans la ville et la citadelle)

  • viiie-xiiie s. (dernière occupation de la citadelle et de la ville)

Bibliographie

E. Sachau, Reise, 1883, p. 258.

V. Chapot, Frontière, 1907, p. 291-292.

G. Bell, Amurath, Londres, 1911, p. 67.

F. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise, t. I, 1911, p. 167, t. II, 1920, p. 365-373, et t. III, pl. 21-75.

R. Dussaud, Topographie, 1927, p. 256-257 (identification avec Birtha ou Gadirtha).

M. Toll, « The Necropolis of Halabiya Zénobia », Annales de l’Institut Kondakov, 1931.

A. Poidebard, La trace de Rome dans le désert, 1934, pl. 83.

J. Lauffray, « Deux campagnes de fouilles à Halabiya » CRAI, 1946, p. 679-680 et 684-692.

J. Lauffray, « El Khanouqa… », AAS 1, 1951, p. 41-58.

R. Pfister, Textiles de Halabiyeh (Zenobia), Paris, 1951.

F. W. Deichmann, « Halebiya-Zenobia » Corso di Cultura sull’arte Ravennate e Bizantina, 21, Ravenne, 1974, p. 155-160.

J. Lauffray, Halabiya-Zénobia, place forte du limes oriental et la haute Mésopotamie au vie s. Les duchés frontaliers de Mésopotamie et les fortifications de Zénobia, t. I, Paris, 1983.

M. Gawlikowsky, « Palmyre et l’Euphrate », Syria 60, 1983, 53-58.

K. Kohlmeyer, « Euphrat-Survey 1984 », MDOG 118, 1986, p. 51-65, (p. 53 Abb.1 et p. 61-63, cartographie ancienne, Abb.7).

J. Lauffray, Halabiya-Zénobia, place forte du limes oriental et la haute Mésopotamie au vie s. L’architecture publique, privée et funéraire, t. II, Paris, 1991.

J.-P. Fourdin, « Addenda au tome I », Halabiyya-Zénobia, place forte du Limes oriental et la haute Mésopotamie au vie s., 1991 t. II, 1991, p. 23-24.

D. Orssaud, « La céramique », Halabiyya-Zénobia, place forte du Limes oriental et la haute Mésopotamie au vie s., 1991 t. II, p. 260‑275.

J.-P. Sodini, « Habitat de l’Antiquité tardive », Topoi 7/2, 1997, p. 487.

S. Blétry, « Campagne 2006 à Halabiyé-Zénobia », Annales Archéologiques Arabes Syriennes 47-48, 2004, p. 197-211.

D. Feissel, Chroniques d’épigraphie byzantine, 1987-2004, 2005, Paris, 2006, p. 183, no 579.

S. Blétry, « Reprise des travaux sur le site de Halabiyé-Zénobia, été 2007 - janvier 2008 », Chronique Archéologique de Syrie 3, 2009, Damas, Centre Bassel, p. 231-243.

S. Blétry et al., « Trois années de recherches à Zénobia-Halabiyé (Syrie), ville forteresse proto-byzantine sur le limes oriental », Semitica et Classica, 3, 2010, p. 249-264.

S. Blétry, « Les nécropoles de Halabiya-Zénobia. Premiers résultats 2009-2010 », Syria 89, 2012, p. 305-330.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue depuis la rive gauche
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 2 ‑ Plan de la ville avec les fortifications et les édifices fouillés
Crédits J. Lauffray 1991, pl. 59
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 ‑ Vue aérienne du rempart sud du bastion 11 au bastion 2
Crédits © Y. Guichard 2003
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 4 ‑ Rempart sud, porte II depuis le sud
Crédits © Y. Guichard 2003
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 5 ‑ Rempart sud, liaison entre le bastion 2 et la citadelle
Crédits © Y. Guichard 2003
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 6 ‑ Façade interne du rempart sud entre les bastions B2 et la citadelle dessinée d’après clichés
Crédits J. Lauffray 1991, p. 18, fig. 4
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 7 ‑ Plan du rempart fluvial
Crédits D’après J. Lauffray 1991, pl. 59
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 8 ‑ Rempart fluvial, porte III et bastion B20
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 9 ‑ Rempart fluvial, bastion B12 à l’angle sud-est des fortifications et môle sud
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 10 ‑ Rempart fluvial entre les bastions B13 et B14 dégagé pendant les fouilles de sauvetage de 2011
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 11 ‑ Rempart fluvial, courtine nord du bastion B25 bouchant l’archère nord du premier étage et môle nord renforcé par une maçonnerie perpendiculaire. Vue depuis le nord-est, 2003
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 12 ‑ Rempart fluvial, môle intermédiaire vu depuis le sud en 2011
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 13 ‑ Vue aérienne du rempart nord depuis le bastion B27 jusqu’au prétoire
Crédits © Y. Guichard 2003
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Fig. 14 ‑ Rempart nord, Porte VI vu depuis l’intérieur
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 15a ‑ Vue aérienne oblique de la citadelle avec son glacis, depuis le sud-est
Crédits © Y. Guichard 2003
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Fig. 15b ‑ Plan de la citadelle. Relevé des parties visibles en surface
Crédits J. Lauffray, 1984, p. 199, fig. 61
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 16 ‑ Vue aérienne de la ville vers le sud-est et localisation des édifices fouillés
Crédits © Y. Guichard 2003
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 17 ‑ Plan du quartier nord-est fouillé en 1945, complété en 1987
Crédits J. Lauffray 1991, p. 36, fig. 8
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7248/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 545k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540