Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section E, Palmyrène et Arabie Déserte)

Soura 2/Abou Qoubai (Syrie) – E02

Texte intégral

Nom antique attesté

non identifié

Autres toponymes

Abu Qubai, Sura

Localisation

Région

Raqqa

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

à 5 km de Sura-el Hamman, entre l’Euphrate et les piémonts du Jebel Bishri

Longitude

38.834505565

Latitude

35.93057220

Position

terrasse

Environnement

galets fluviaux

Informations sur l’état du site

État de conservation

détruit

Altitude

250 m

Critère de datation

architecture

Périodes d’occupation attestées

Période sévérienne-sassanide

installations fluviales (quai)

Témoignages des voyageurs

F. R. Chesney, Expedition, 1850, p. 414.

1Une série de vestiges d’aménagements routiers et fluviaux a été repérée sur le sommet et la base d’un promontoire saillant vers le nord en aval de la ville fortifiée de Sura. Le site a été signalé par F. R. Chesney en 1845 puis visité en 1905 par E. Herzfeld et F. Sarre, qui l’ont inventorié sous le toponyme Abu Qubai et y ont reconnu les vestiges d’un pont sur l’Euphrate. Le site a été redécouvert dans le cadre des prospections réalisées par T. Ulbert et M. Meinecke et une étude en a été publiée par M. Konrad en 1999. En 2002, une carrière de graviers implantée au bord de l’Euphrate avait totalement saccagé les abords du site et la quasi-totalité des aménagements antiques sur la rive.

Situation topographique

2Le site est implanté au bord du fleuve en contrebas d’un promontoire peu élevé et nettement saillant vers le nord-ouest, dans le prolongement du piémont oriental du Jebel Bishri. L’Euphrate, qui infléchit en amont son cours vers le nord-est, après le rétrécissement de Tabqa, butte contre cette avancée du plateau avant d’adopter une orientation générale est-ouest qu’il maintient jusqu’aux massifs volcaniques de Halabiyé. C’est une zone très favorable au développement d’îles et de méandres, dont les boucles successives se sont déplacées sur toute la largeur de la plaine alluviale.

Organisation des vestiges

3Les vestiges archéologiques (inventoriés de A à J) sont localisés sur le plan du site publié par M. Konrad (fig. 1). L’interprétation proposée est difficile à vérifier aujourd’hui, étant donné que le secteur a été perturbé par l’extraction de graviers.

4Les vestiges se répartissent en trois catégories : les chemins d’accès, les postes de guet et les installations fluviales.

Fig. 1 ‑ Plan du site et localisation des vestiges

Fig. 1 ‑ Plan du site et localisation des vestiges

M. Konrad 1999, fig. 10

Deux routes

5La première (C) passe par un large wadi orienté nord-sud qui descend du plateau vers la plaine alluviale. Des piles de pont ont été signalées sur les flancs du wadi. La présence d’un pont implique qu’une route passait du sommet du promontoire, à l’ouest, vers le reste du plateau à l’est du wadi, mais celle-ci n’a pas été repérée.

6La seconde (D-H-F) longe le pied de la falaise et semble en partie excavée dans le roc. Elle a été repérée sur 250 m sous la face nord du promontoire entre la maçonnerie identifiée comme un piédroit de pont à l’ouest et les segments de quais découverts en face du débouché du wadi. Elle semble se poursuivre sur 200 m vers l’est.

Postes de guets (A-B)

7M. Konrad place à chaque extrémité du promontoire deux postes de surveillance dont les caractéristiques archéologiques demandent à être précisées. Le poste B qui contrôle le débouché oriental de la route C se trouve dans un secteur détruit par les travaux récents (fig. 2). Le poste A n’a pas été retrouvé en 2002.

Fig. 2 ‑ Débouché du wadi et de la route romaine vers la plaine alluviale et les installations fluviales

Fig. 2 ‑ Débouché du wadi et de la route romaine vers la plaine alluviale et les installations fluviales

© Y. Guichard 2002

Aménagements fluviaux

8Deux murs parallèles et orientés est-ouest ont été repérés en face du débouché du wadi (vestiges E détruits en 2002). Ils étaient formés d’un noyau en béton romain et de moellons de calcaire (M. Konrad, 1999, p. 400, fig. 13). Ils ont été identifiés comme les murs latéraux d’un quai.

9Une troisième maçonnerie (J) a été signalée à 500 m environ à l’ouest, en contrebas du flanc du promontoire qui forme une courbe d’orientation sud-ouest/nord-est. Elle a été identifiée comme le piédroit d’un pont. Cette construction était encore conservée en 2002 (fig. 3-4). La comparaison entre le cliché publié (M. Konrad 1999, p. 400, fig. 14) et le seul vestige encore présent sur la rive et photographié en 2002 (fig. 3-7) prouve qu’il s’agit de la même construction.

Fig. 3 ‑ Les installations fluviales de Sura II au milieu d’une carrière de graviers vues depuis le sommet du promontoire vers le nord-ouest

Fig. 3 ‑ Les installations fluviales de Sura II au milieu d’une carrière de graviers vues depuis le sommet du promontoire vers le nord-ouest

Montage © Y. Guichard 2002

Fig. 4 ‑ Maçonnerie J vue depuis l’ouest

Fig. 4 ‑ Maçonnerie J vue depuis l’ouest

© Y. Guichard 2002

10Cette structure est constituée de briques cuites liées par un mortier de chaux et recouverte de moellons de pierre de tout venant maçonnés à la chaux. Elle est conservée sur 12,50 m de long du nord au sud, c’est-à-dire selon une ligne perpendiculaire à la face du promontoire (fig. 3). Mais cette dimension prise au sol doit être relativisée car la partie centrale de la maçonnerie s’est visiblement affaissée et a entraîné la rupture de cette masse en deux parties (fig. 4). Il s’agit manifestement d’un segment d’un ensemble plus important. Le côté sud a été coupé par un chemin de terre (fig. 5) et à 7 m au sud, de l’autre côté du chemin, des fragments de maçonneries caractérisés par des briques cuites affleurent à la surface des accumulations de terre et de débris au pied du promontoire (fig. 7). Les côtés ouest et est présentent des traces d’arrachement et d’érosion. Un fragment de maçonnerie écroulé et le sommet d’une maçonnerie in situ de même type se trouvent immédiatement à l’est de la structure (J) étudiée. Nous n’avons pu en repérer l’extension car le secteur est entièrement couvert de cônes de graviers. Seul le côté nord de la maçonnerie (J) est bien conservé et correspond à un parement en appareil irrégulier de pierre calcaire (fig. 6). Il est parallèle au flanc du promontoire et mesure 17 m de long d’est en ouest.

Fig. 5 ‑ Face sud de la maçonnerie J tranchée par le chemin

Fig. 5 ‑ Face sud de la maçonnerie J tranchée par le chemin

Fig. 6 ‑ Face nord de la maçonnerie J avec son parement de pierre

Fig. 6 ‑ Face nord de la maçonnerie J avec son parement de pierre

© Y. Guichard 2002

Fig. 7 ‑ Vue oblique de la maçonnerie J avec au dernier plan le prolongement du massif de briques cuites

Fig. 7 ‑ Vue oblique de la maçonnerie J avec au dernier plan le prolongement du massif de briques cuites

11Ces observations montrent que, le long de la base du promontoire, se trouvait une construction d’au moins 20 m de large et de plus de 17 m de long. Nous manquons cependant d’éléments qui permettent de la reconnaître comme un piédroit de pont. Par sa structure, elle semble similaire aux vestiges de quai signalés par M. Konrad et dont les dimensions et l’orientation précises n’ont pas été publiées. Si ces deux ensembles sont liés, il s’agirait d’un quai de 500 m de long. F. Chesney avait signalé, en aval de Sura-Al Hammam, des aménagements de quais en pierre destinés à arrimer un pont de bateaux, ce qui semble bien correspondre à la maçonnerie (J) qui présente, en effet, un parement de pierre.

12La technique de construction reste le seul indice de datation et renvoie à la période byzantine (matériel non publié des prospections de M. Konrad et prospections de J. Gaborit et Y. Guichard en 2002 sans prélèvement de matériel).

13Périodisation d’après les prospecteurs

  • période romaine

  • période byzantine

Bibliographie

F. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise, 1911, p. 55-56.

M. Konrad, « Research on the Roman and early Byzantine frontier in North Syria », JRA 12, 1999, vol. 2, p. 399-400.

M. Konrad, Resafa V, Der spätrömische Limes in Syrien, Mainz, 2001, p. 10-11.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Plan du site et localisation des vestiges
Crédits M. Konrad 1999, fig. 10
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7243/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 2 ‑ Débouché du wadi et de la route romaine vers la plaine alluviale et les installations fluviales
Crédits © Y. Guichard 2002
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7243/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 3 ‑ Les installations fluviales de Sura II au milieu d’une carrière de graviers vues depuis le sommet du promontoire vers le nord-ouest
Crédits Montage © Y. Guichard 2002
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7243/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 4 ‑ Maçonnerie J vue depuis l’ouest
Crédits © Y. Guichard 2002
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7243/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 5 ‑ Face sud de la maçonnerie J tranchée par le chemin
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7243/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 6 ‑ Face nord de la maçonnerie J avec son parement de pierre
Crédits © Y. Guichard 2002
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7243/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 7 ‑ Vue oblique de la maçonnerie J avec au dernier plan le prolongement du massif de briques cuites
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7243/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 466k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable