Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section E, Palmyrène et Arabie Déserte)

Soura (Syrie) – E01

Texte intégral

Nom antique attesté

Sura

Autres toponymes

Souriya

Localisation

Région

Ar-Raqqa

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

à 1,6 km en aval de Tabqa et 19 km en amont du pont d’Ar-Raqqa

Longitude

38.77963121

Latitude

35.89867098

Position

terrasse ancienne

Informations sur l’état du site

État de conservation

protégé

Dimensions du site

17000 x 450 m

Superficie

65 ha

Altitude

258 m

Critères de datation

céramique, architecture, inscription

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

occupation attestée par le matériel (castrum ?)

Période sévérienne-sassanide

stationnement de la legio XVI Flavia Firma

    Déb. iiie s.

ville fortifiée

    Milieu iiie-déb. ive s.

ville fortifiée (première enceinte)

    ive-viie s.

ville fortifiée (seconde enceinte)

Occupation postérieure

viie-viiie s.

1Le site a été repéré au cours de l’expédition commandée par F. R. Chesney dés 1845, visité par V. Chapot en 1905 et prospecté par F. Sarre et E. Herzfeld en 1907, chacun ayant fourni une description détaillée des vestiges encore bien conservés. La couverture photographique aérienne réalisée par A. Poidebard (fig. 1) constitue la meilleure documentation sur l’organisation du site et a permis à T. Ulbert (mission de Resafa) de publier en 1989 un plan topographique (fig. 2) complété par les données issues de nouvelles prospections de terrain. Les fouilles, entreprises sur le site par la DGAMS et dirigées depuis 2003 par A. Othman, devraient apporter les informations essentielles qui font actuellement défaut sur la chronologie des enceintes et du fort (A. Othman, à paraître).

Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site de Sura

Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site de Sura

A. Poidebard 1945, pl. 30

Fig. 2 ‑ Plan topographique de Sura

Fig. 2 ‑ Plan topographique de Sura

T. Ulbert 1989, p. 285, fig. 54

Organisation du site

2Le site est constitué de deux enceintes distinctes situées de part et d’autre d’un fort carré (fig. 2). L’érosion de la limite occidentale de la terrasse surplombant la plaine alluviale (fig. 3) semble avoir réduit la surface de l’enceinte sud-ouest qui est conservée sur 35 ha environ tandis que le fort (4 ha) et l’enceinte nord-est (26 ha) ont été épargnés. L’angle nord-ouest du site a été tranché par un canal d’irrigation moderne. Le site est bordé d’une levée de terre et d’un fossé continu qui s’interrompt en limite de la terrasse.

Fig. 3 ‑ Le site de Sura vu depuis la plaine à l’ouest avec, au centre, la surélévation du fort

Fig. 3 ‑ Le site de Sura vu depuis la plaine à l’ouest avec, au centre, la surélévation du fort

© Y. Guichard 2002

Fortifications

Enceinte nord-est

3Elle mesure 650 m N.-E./S.-O. sur 400 m S.-S.-E./N.-N.-O. et est délimitée par un rempart de brique crue construit sur un socle de maçonnerie en blocage conservé sur trois côtés, nord-est, sud-est et nord-ouest. Quatre tours rectangulaires saillantes sur le rempart nord-est et trois autres sur le rempart sud-est ont été repérées par T. Ulbert. D’après leur position, on peut supposer que les remparts étaient rythmés de tours régulièrement espacées tous les 25 m environ.

Enceinte sud-ouest

4Elle paraît constituer avec le fort une entité tout à fait indépendante de l’enceinte nord-est mais présente la même largeur (400 m) et la même orientation que celle-ci. Le rempart oriental est rectiligne sur environ 800 m, tandis que le rempart sud dessine une ligne légèrement convexe, interrompue par la limite de la terrasse. Le rempart nord qui sépare les deux enceintes rejoint l’angle sud-est du fort. Les fortifications sont caractérisées par une maçonnerie de béton romain, un noyau de moellons de gypse maçonnés à la chaux et un parement de brique cuite. D’après V. Chapot, le rempart comportait un couloir voûté de 5 à 6 m de large et une série de tours rondes de 12 m de diamètre et espacées de 50 pas.

5T. Ulbert restitue 33 tours rectangulaires saillantes (tours des portes comprises) espacées d’environ 50 m et une tour d’angle ronde à l’angle nord-est de l’enceinte. Les deux portes de l’enceinte sont flanquées de deux tours rectangulaires rapprochées (10 m maximum de distance). La première porte est située sur le rempart sud, à environ 100 m de l’angle sud‑est de l’enceinte, et la seconde sur le rempart oriental à 300 m de l’angle nord-est.

Le fort

6Le fort (fig. 4), carré de 200 m de côté, présente un plan strictement symétrique avec une porte au centre de chaque rempart, une tour ronde à chaque angle et quatre tours par côté.

7Ces ouvrages (fig. 5) sont de même type que les remparts de l’enceinte sud-ouest. Des pans de maçonnerie de briques cuites sont encore debout mais moins nombreux qu’au début du xxe s. d’après les croquis de E. Herzfeld. Des sondages récents ont été ouverts dans le secteur de la porte nord.

8La chronologie proposée par D. Kennedy et par T. Ulbert est basée sur l’étude du plan du site, les différences des techniques de construction et les indications tirées des sources antiques. La première enceinte nord-est a été identifiée comme la partie la plus ancienne du site remontant sans doute au ive s., sous le règne de Dioclétien. Elle est associée au stationnement de la Legio XVI Flavia Firma. Elle aurait été détruite après la prise de la ville par les Sassanides en 540. La construction de l’enceinte sud-ouest et du fort aurait donc partiellement empiété sur la surface de l’enceinte antérieure. Ils sont associés au grand programme de reconstruction des fortifications de l’Euphrate sous Justinien.

Fig. 4 ‑ Le fort depuis le rempart oriental de l’enceinte sud-ouest

Fig. 4 ‑ Le fort depuis le rempart oriental de l’enceinte sud-ouest

© Y. Guichard 2002

Fig. 5 ‑ Maçonnerie du fort

Fig. 5 ‑ Maçonnerie du fort

© Y. Guichard 2002

Urbanisme

9Les photos aériennes révèlent une occupation assez dense intra-muros qui ne peut être datée sans fouille. Le matériel recueilli sur place par T. Ulbert provient majoritairement de l’enceinte sud-ouest et remonte au vie s.

10Cependant, la découverte récente de céramique romaines et d’une plaque de marbre, portant une inscription latine publiée par M. Konrad (fig. 6), atteste que le site était occupé déjà au premier quart du ier s. apr. J.-C. D’après P.-L. Gatier, il s’agit d’une base d’autel votif (0,72 x 0,58 x 0,11 m) ou d’une dédicace funéraire portant une inscription répartie dans deux tabulae ansatae :

TIBERIVS CL [T]ERTIANVS               « Tiberius Cl(audius) Tertianus »

11La mission syrienne a mis au jour dans l’enceinte nord-est les vestiges d’une église tardive (viie s.) et d’un grand bain (viie-viiie s.) situé en contrebas de l’angle nord-ouest du fort.

Fig. 6 ‑ Plaque d’autel votif

Fig. 6 ‑ Plaque d’autel votif

M. Konrad 1999, p. 396, fig. 5

Constructions de l’enceinte nord-est

12Peu de trace des constructions sont aujourd’hui identifiables en surface mais les photos aériennes laissent deviner des alignements de murs et, en particulier, un grand bâtiment rectangulaire appuyé contre l’angle nord-est de l’enceinte. Une construction en grand appareil pourvue de colonnes a été signalée par T. Ulbert. V. Chapot avait effectivement vu des colonnes en marbre blanc au début du xxe s.

Constructions de l’enceinte sud-ouest

13Elle semble densément construite. Dans le secteur nord, la rue est-ouest dans l’axe de la porte orientale de l’enceinte est bien marquée. Elle est liée à un réseau de rues, à peu près orthogonal, qui délimite une série d’îlots de forme carrée.

14Une construction octogonale est visible dans la partie centrale. Au nord-ouest, il y a un long bâtiment d’orientation sud-ouest/nord-ouest que T. Ulbert propose d’identifier comme une basilique.

Constructions extra-muros

15Une série de bâtiments est visible en surface à l’extérieur des deux enceintes sur la vue aérienne d’A. Poidebard. Ils n’ont pas été localisés sur le plan topographique de T. Ulbert, ni datés, alors que l’extension du village au sud du site risque de les recouvrir partiellement.

Nécropole

16Une vaste nécropole entoure le site au sud et à l’ouest. Elle comprendrait des inhumations à sarcophages ainsi que des hypogées. Deux hypogées construits en blocage maçonné au djousse ont fait l’objet de fouilles d’urgence par A. Othman en 2003. Ils se composent d’une chambre rectangulaire voûtée sur laquelle s’ouvrent plusieurs cuves sous arcosolia. Dans une de ces tombes, A. Othman a pu reconstituer une inscription syriaque en relief qui était placée au niveau du départ de la voûte. Des prospections récentes de la mission ont permis de repérer d’autres exemples.

17Matériel recueilli en prospection par M. Konrad

  • céramiques du début-milieu de la période romaine impériale dont un tesson eastern sigillata A (no 93/33a) et un fragment de brittle ware)

  • plaque de marbre avec inscription latine (fig. 6) datée du premier quart du ier s. apr. J.-C.

18Chronologie d’après les prospections

  • période romaine (déb.-milieu du ier s.)

  • ive s. (première enceinte)

  • vie s. (seconde enceinte et fort)

19Chronologie d’après la fouille

  • période romaine

  • période byzantine

  • périodes omeyyade et abbasside

Bibliographie

F. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise, 1911, p. 54-57.

V. Chapot, Frontière de l’Euphrate, 1907, p. 285-288.

R. Dussaud, Topographie, 1927, p. 453.

A. Poidebard, La trace de Rome, 1934, pl. 29-30.

A. Poidebard et R. Mouterde, Le Limes de Chalcis, Paris, 1945, p. 137-138.

K. Kohlmeyer, « Euphrat-Survey », MDOG 116, 1984, p. 115 (site no 67) et carte de localisation 4.

T. Ulbert, « Villes et fortifications de l’Euphrate à l’époque paléochrétienne », Archéologie et histoire de la Syrie II, J.-M. Dentzer et W. Orthmann éd., Sarrebruck, 1989, p. 283-296.

M. Konrad, « Research on the Roman and early Byzantine Frontier in North Syria », JRA 12, 1999, p. 396-399.

M. Konrad, Resafa V, Der spätrömische Limes in Syrien, Mainz, 2001, p. 5-10.

A. Othman, « Sura, un nouveau site fortifié de l’antiquité tardive sur le Moyen-Euphrate », 2e rencontre franco-syro-ibérique à Qatna, Studia Orontica (à paraître).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site de Sura
Crédits A. Poidebard 1945, pl. 30
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 2 ‑ Plan topographique de Sura
Crédits T. Ulbert 1989, p. 285, fig. 54
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7242/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 3 ‑ Le site de Sura vu depuis la plaine à l’ouest avec, au centre, la surélévation du fort
Crédits © Y. Guichard 2002
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7242/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 4 ‑ Le fort depuis le rempart oriental de l’enceinte sud-ouest
Crédits © Y. Guichard 2002
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7242/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 5 ‑ Maçonnerie du fort
Crédits © Y. Guichard 2002
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7242/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 6 ‑ Plaque d’autel votif
Crédits M. Konrad 1999, p. 396, fig. 5
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7242/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 385k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable