Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section D, Osrhoène)

Tell Sheikh Hassan (Syrie) – D37

Texte intégral

Localisation

Région

Tabqa

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à 2,5 km de Tell Mumbaqat

Longitude

38.11481083

Latitude

36.19447705

Position

terrasse ancienne

Informations sur l’état du site

État de conservation

noyé ?

Dimensions du site

250 m de diamètre

Superficie

4,9 ha

Altitude

310 m

Critères de datation

céramique, architecture, stratigraphie

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

centre administratif fortifié

    Fin ive s.

à confirmer

    iiie s.

palais et fortification

    Fin iiie-milieu iie s.

palais et fortification

Période romaine

bourg fortifié

    ier s. av. J.-C.

rempart à casemate et habitat

    Déb.-milieu ier s. apr. J.-C.

rempart à casemate et habitat

Période sévérienne-sassanide

bourg fortifié et église

    Déb. iiie s.

matériel

    Milieu iiie-déb. ive s.

habitat

    ive-viie s.

habitat, église et reconstruction du rempart

Occupation postérieure

cimetière du viiie au xviiie s.

1Le tell principal est de forme ovale, aux pentes régulières, excepté du côté O.-N.-O. érodé par le fleuve. L’étude des constructions de l’époque d’Uruk montre que la partie occidentale du tell s’est effondrée sur plus d’une centaine de mètres. Des vestiges de constructions ont été signalés sur le site par G. Bell dès 1911, ce que confirme A. K. Rihaoui, dans son inventaire des sites archéologiques menacés par la construction du barrage de Tabqa : « au centre un tell conique sur lequel apparaissent des traces de constructions bâties en blocs de pierre non taillée, plusieurs fragments de poterie » (A. K. Rihaoui 1965, p. 107, site no 13). Dans les environs immédiats, le prospecteur différencie trois petits sites archéologiques, en particulier le site D qui se distingue par l’abondance de « tessons des époques hellénistique, romaine, arabe ».

2Les sondages successifs ouverts par les missions de J. Cauvin et de W. Orthmann sur la partie occidentale du tell principal ont permis de dresser une première stratigraphie des occupations du site de la période islamique jusqu’au Néolithique.

Organisation du site

3Il est difficile d’estimer les limites du site (fig. 1) pour les périodes classique et byzantine, le plan publié concernant la localisation des vestiges antérieurs au vie s. av. J.-C. Deux secteurs ont fournis des résultats clairs :

Fig. 1 ‑ Plan topographique de Tell Sheikh Hassan

Fig. 1 ‑ Plan topographique de Tell Sheikh Hassan

J. Boese 1994, p. 215, abb. 1

Le sommet du tell

4A partir de 1981, les fouilles conduites par J. Boese ont mis au jour, sous le cimetière islamique du viie-viiie s., des niveaux romains, hellénistiques et perses. Les sondages, ouverts dans les parties occidentale et septentrionale du tell, ont été élargis, campagne après campagne, pour tenter de dégager les limites des bâtiments découverts. Ils ne permettent pas, cependant, de restituer l’organisation de l’établissement hellénistique ou l’occupation romaine sur le reste du site.

Église en contrebas du tell

5Les fouilles de la DGAMS sous la direction de M. Roumi entre 1973 et 1974 ont amené la découverte et la fouille d’une basilique du ive-ve s. au pied du tell, côté au sud, là où G. Bell avait signalé une « large ligne d’amas de ruines » et, à proximité, « un chapiteau grossier » (G. Bell 1911, p. 44). Les résultats préliminaires de cette fouille ont été publiés dès 1977.

Fortifications

6Certains segments de murs de brique crue avec fondation de pierre, trouvés au nord sur le tell (sondages 26/36-26/37-27/36-27/37), ont été identifiés comme les éléments d’un système défensif. L’interprétation des différentes phases de cet ouvrage défensif, à partir du plan de fouille publié (fig. 2), est cependant difficile. Ces fortifications ont connu deux phases de construction et ont été par deux fois détruites par un incendie (J. Boese 1994, p. 234).

Fig. 2 ‑ Plan des fortifications hellénistiques et romaines fouillées dans la partie nord du tell

Fig. 2 ‑ Plan des fortifications hellénistiques et romaines fouillées dans la partie nord du tell

J. Boese 1994, p. 245, abb. 2

7Ces remparts paraissent constitués d’une fondation de pierre ou de graviers surmontée de briques crues de grand format (40 x 40 cm).

Période hellénistique

8D’après le matériel recueilli sous les murs de brique crue, la première phase du rempart serait associée à la période hellénistique (iiie-ier s. av. J.-C.). Elle est caractérisée au nord par un mur de 1,5 m de large à caissons (environ de 2 x 2 m).

Période parthe-romaine

9Dans une seconde phase, un rang de pièces non closes de type casemates aurait été ajouté au rempart. Les pièces adjointes au sud du rempart étaient délimitées par des murs de séparation de seulement 0,80 m de large construits avec des briques crues du même module que dans la phase précédente. Ce dispositif correspondrait, d’après la céramique contenant des tessons glaçurés, à la période parthe et au début de la période romaine (ier s. av. J.-C.-ier s. apr. J.-C.).

Période byzantine ?

10La troisième phase correspond peut-être à la reconstruction de cette enceinte pendant la période dite « romaine tardo-byzantine ». Elle est caractérisée par une technique de construction avec fondation en pierre.

Urbanisme

11Les vestiges antérieurs au viiie s. apr. J.-C. ont été perturbés par les creusements des tombes omeyyades et abbassides. Les niveaux hellénistiques, ainsi que les constructions les plus tardives de la période Uruk, ont été aussi traversés par des fosses d’époque romaine.

Période hellénistique (iiie-iie s.)

12Elle est bien attestée par le matériel et par la présence d’un bâtiment partiellement fouillé sur le haut de la pente occidentale du tell (sondages 20/31-20/32-21/32).

13Le plan complet n’a pu être obtenu (fig. 3) mais les vestiges retrouvés s’étendent sur plus de 40 m du nord au sud et sur 30 m d’est en ouest. Seule une grande cour et deux séries de pièces mitoyennes situées au sud et à l’est de celle-ci ont été fouillées.

Fig. 3 ‑ Plan du « palais » hellénistique restitué d’après les résultats des campagnes 1985-1993

Fig. 3 ‑ Plan du « palais » hellénistique restitué d’après les résultats des campagnes 1985-1993

J. Boese 1994, p. 217, abb. 3

14Les pièces reconnues en fouilles correspondent à une cour pavée de dalles de brique cuite (fig. 4) et délimitée par des murs en brique crue de 1,5 m de large. Le mur occidental n’a pas été atteint. Dans le mur sud, s’ouvrait une porte de 2,5 m de large avec un emmarchement de pierre. Sous le dallage une canalisation en pierre traversait la cour et passait sous le mur oriental. Cette canalisation était liée à une latrine située dans un diverticule au nord de la pièce est.

Fig. 4 ‑ Pavement de briques cuites de la cour du « palais » hellénistique, conservé à l’est de la porte sud de la cour, vue depuis l’est

Fig. 4 ‑ Pavement de briques cuites de la cour du « palais » hellénistique, conservé à l’est de la porte sud de la cour, vue depuis l’est

J. Boese 1988, p. 175, fig. 2

15La salle rectangulaire au sud, de 20 m de long sur 7 m de large, est pourvue de deux pièces de fonctionnement latérales mais les ouvertures vers ces pièces ne semblent pas avoir été localisées. Deux phases de construction (2a-b) ont été distinguées. Elles semblent être intervenues dans un laps de temps assez court, étant donné que la technique de construction, le format des briques crues (45 x 45 x 8 cm) et l’orientation du bâtiment sont restés les mêmes. Le matériel recueilli qui comprend une anse d’amphore rhodienne estampée, des lampes et de la céramique fine, indique une période de fonctionnement du iiie au iie s. av. J.-C.

16En raison de la dimension des pièces et de la présence de fragments d’enduit portant des traces de peinture bleue retrouvés sur les pavements, on peut suggérer qu’il s’agit plutôt d’une maison de notable ou d’un bâtiment officiel, voire un palais du gouverneur.

17À proximité, des sols empierrés associés à des murs en brique crue de format plus irrégulier semblent correspondre à des rues. Ceci suggère que l’occupation de la période hellénistique devait être assez dense sur le tell.

Périodes romaine et byzantine

18L’occupation du site autour du ier av. J.-C. et ier apr. J.-C. (niveau 1d) est confirmée par le matériel (sigillée orientale et céramique parthe).

19Les vestiges et le matériel d’époque romaine-byzantine étaient très abondants mais très mal conservés. Leur fouille ne semble pas avoir permis de restituer l’organisation de l’occupation du site pour chacune de ces périodes ni d’établir une stratigraphie nette. Ces niveaux comportaient des murs avec des fondations de pierre, découverts dans les chantiers au sud et à l’est du tell.

L’église de la ville basse

20L’église découverte en contrebas au sud du tell est située en dehors de la limite des fortifications romaines ce qui indique peut-être une extension de l’occupation à l’époque byzantine.

21Son plan se compose d’une nef unique (23,5 x 10,80 m) et d’une abside semi-circulaire de 6 m de diamètre avec un chevet plat (fig. 5). Le soubassement en moellons des murs de 1,5 m d’épaisseur était seul conservé sur une hauteur de 61 à 73 cm, ce qui laisse supposer que l’élévation était en brique crue. Les murs de l’abside, de 2,15 m de large, étaient construits en appareil régulier de pierre de taille calcaire (module : 1,20-1 x 0,6-0,5 x 0,5-0,4 m). Deux seuils indiquaient l’emplacement de deux portes vers le sud. Les sols étaient dallés.

Fig. 5 ‑ Relevé de l’église

Fig. 5 ‑ Relevé de l’église

M. Roumi 1977, pl. I

22Les fouilleurs ont pu restituer un chevet circulaire dans un premier état associé à un premier sol à la même altitude que celui de la nef.

23Le second état est caractérisé par un réaménagement intérieur de l’église : surélévation du sol de l’abside, construction d’un ambon formé d’une plate-forme circulaire avec un petit emmarchement et division de la nef par une clôture dont deux plaques (fig. 6) montrent la décoration variée (composition géométrique avec croix et entrelacs de rosaces ajourées).

Fig. 6 ‑ Dessin des deux plaques de chancel trouvées en fouille

Fig. 6 ‑ Dessin des deux plaques de chancel trouvées en fouille

M. Roumi 1977, pl. II-2 et 3

24Cet état semble correspondre aussi à une phase d’extension vers le sud : ajout d’une galerie de 3,70 m de large, supportée par cinq colonnes dont les bases ont été retrouvées in situ ainsi que deux colonnes et deux chapiteaux décorés. Au sud-est, une salle rectangulaire (5 x 3 m) a été partiellement dégagée ; elle était directement accessible depuis l’abside par une porte étroite et trois marches. M. Roumi propose d’y reconnaître un martyrium en raison des vestiges d’une cuve (deux dalles dressées et une en couverture) dont la position spatiale et chronologique par rapport à l’ensemble serait à préciser.

25La datation entre les iveve s. semble plus argumentée par des comparaisons typologiques et stylistiques que par l’étude du matériel.

Nécropole

26Une sépulture de la fin de l’Antiquité a été dégagée au centre de la partie supérieure du flanc occidental du tell en 1988. La tombe était construite de blocs calcaires posés en délit et enterrés jusqu’au niveau du mur hellénistique. La couverture de la tombe était absente, ce qui signifie qu’elle avait été pillée depuis longtemps déjà.

Fig. 7a-d ‑ Matériel hellénistique-romain rhodienne de la quatrième campagne de fouilles en 1987 (J. Boese 1994, p. 103, abb. 7), a-bol ; b-anse d’amphore timbrée ; c-terra cotta hellénistique ; d-ostracon araméen.

Fig. 7a-d ‑ Matériel hellénistique-romain rhodienne de la quatrième campagne de fouilles en 1987 (J. Boese 1994, p. 103, abb. 7), a-bol ; b-anse d’amphore timbrée ; c-terra cotta hellénistique ; d-ostracon araméen.

27Matériel des fouilles 1984-1993

  • céramique hellénistique dont bol (fig. 7a)

  • anse d’amphore rhodienne avec timbre en grec (ΥΑΚΙΝΟΙΟΥ ΔΑΜΟΝΙΚΟΥ) du iie av. J.-C. (fig. 7b)

  • terra cotta dont figure féminine hellénistique (fig. 7c)

  • céramique parthe et romaine dont marmite brittle ware et gobelet en sigillée avec timbre en grec (ΚΕΡ∆ΟΣ) d’importation de la côte égéenne

  • ostracon avec inscription araméenne non traduite (fig. 7d)

  • encensoir en bronze (église, M. Roumi 1977, pl. IV-8)

28Chronologie d’après la fouille

  • période Uruk (ville avec palais et remparts)

  • occupation du viiie au vie s. av. J.-C. (hilani et remparts)

  • occupation hellénistique (iiie-ier) avec grand bâtiment et rempart

  • occupation du ier s. av. J.-C. au ier s. apr. J.-C. (rempart)

  • occupation du iiie s.

  • occupation romaine-byzantine (église et reconstruction du rempart)

  • cimetière islamique du viiie au xviiie s.

Bibliographie

G. Bell, Amurath, 1911, p. 44.

A. K. Rihaoui, « Étude préliminaire sur le sauvetage des monuments dans la région du barrage de l’Euphrate », AAAS 15-1, 1965, p. 107 (site no 13).

M. Roumi, « L’église du Tell d’Aš-Šayḫ Ḥasan (notes préliminaires) », BEO 28 (1975) 1977, p. 228-230.

J. Boese, « Excavations at Tell Sheikh Hassan; Preliminary Report on the 1988 Campaign in the Euphrates Valley », AAAS 37-3, 1987-1988, p1 55-189 (niveaux antiques, p. 162-163).

J. Boese, Ausgraben in Tell Sheikh Hassan I: Vorläufige Berichte über Grabungskampagnen 1984-1990 und 1992-1994, Berlin, 1994.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Plan topographique de Tell Sheikh Hassan
Crédits J. Boese 1994, p. 215, abb. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 2 ‑ Plan des fortifications hellénistiques et romaines fouillées dans la partie nord du tell
Crédits J. Boese 1994, p. 245, abb. 2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7234/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 3 ‑ Plan du « palais » hellénistique restitué d’après les résultats des campagnes 1985-1993
Crédits J. Boese 1994, p. 217, abb. 3
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7234/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 4 ‑ Pavement de briques cuites de la cour du « palais » hellénistique, conservé à l’est de la porte sud de la cour, vue depuis l’est
Crédits J. Boese 1988, p. 175, fig. 2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7234/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 5 ‑ Relevé de l’église
Crédits M. Roumi 1977, pl. I
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7234/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 6 ‑ Dessin des deux plaques de chancel trouvées en fouille
Crédits M. Roumi 1977, pl. II-2 et 3
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7234/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Fig. 7a-d ‑ Matériel hellénistique-romain rhodienne de la quatrième campagne de fouilles en 1987 (J. Boese 1994, p. 103, abb. 7), a-bol ; b-anse d’amphore timbrée ; c-terra cotta hellénistique ; d-ostracon araméen.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7234/img-7.png
Fichier image/png, 146k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540