Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section D, Osrhoène)

Tell Bazi (Syrie) – D21

Texte intégral

Nom antique attesté

Apammari ?

Autres toponymes

Al Bazi, Tell Bouâté

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à 10 km au N. de Teshrin

Longitude

38.276243

Latitude

36.427330

Position

terrasse ancienne

Environnement

colline naturelle calcaire et terrasse de galets

Informations sur l’état du site

État de conservation

partiellement noyé

Dimensions du site

550 E.-O. x 400 m N.-S.

Superficie

3,1 ha

Altitude

310-372 m

Critères de datation

céramique, architecture, stratigraphie

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

fort romain (datation à confirmer)

Période sévérienne-sassanide

fort ?

Occupation postérieure

tour de guet ottomane sur la citadelle

1Le site est formé d’un tell imposant de 30 m de haut qui représente la ville haute fortifiée de l’âge du Bronze, entourée d’une ville basse à l’ouest et au nord. Les fouilles et les prospections géophysiques menées dans le cadre de la mission de sauvetage, entre 1993 et 1997, ont révélé l’extension de l’agglomération ancienne au pied du tell où les fouilleurs n’ont signalé aucun vestige postérieur à l’âge du Bronze (fig. 1). En revanche, l’occupation au sommet du tell à l’époque romaine est bien attestée. Des fouilles programmées et l’étude des niveaux du Bronze récent ont repris en 2001 sur la partie nord de la ville basse non submergée et sur le tell.

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des sondages

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des sondages

B. Einwag et A. Otto, 1999, p. 186, fig. 9

Fortifications

2Une fortification romaine, munie de tours, a été construite au-dessus de l’enceinte de l’âge du Bronze encore existante en bordure du replat de la colline. Les fondations du fort romain ont été édifiées directement sur les remparts du IIIe millénaire qui ont été tranchés sur une profondeur d’un mètre. Les constructeurs romains ont, d’ailleurs, gardé la même technique de construction, associant un socle de pierre calcaire à une élévation en brique crue. Les tours du rempart étaient de type saillant et de plan rectangulaire, à l’exception de la tour de l’angle nord-ouest de plan octogonal. L’organisation générale de la citadelle sera intéressante à étudier à partir du plan final qui reste à publier. Le fort a été daté du iie s. apr. J.-C. d’après le matériel trouvé, mais les études ultérieures devraient préciser des dates de construction et d’abandon.

3La position du fort offre un point de surveillance et de contrôle d’une importance non négligeable en amont de Jebel Khaled. Les fouilleurs ont suggéré d’identifier le site avec Apammari, l’une des stations représentées sur la Table de Peutinger, bien que ce toponyme soit noté sur le tracé des communications en rive droite sur ce document.

Organisation interne du fort

4Le plan de l’établissement romain semble s’organiser autour d’une cour intérieure libre et bordée de rangées de pièces. Les travaux se sont concentrés dans la partie occidentale de la citadelle qui forme un replat d’environ 50 m. Une série de pièces, entre le rempart et la porte de l’enceinte dans le secteur de la tour octogonale, a été fouillée. Elles sont de forme quadrangulaire et établies sur la limite orientale de la citerne de l’âge du Bronze qu’elles ont intégrée – la citerne pouvant avoir alors été réutilisée. Dans l’une de ces pièces rectangulaires a été trouvé un autel. Le matériel recueilli correspond bien à celui d’une garnison : céramique en abondance, objets métalliques et armes (projectiles et pointe de lance). La seule datation mentionnée renvoie au iie s. apr. J.-C. Dans une étude récente sur la céramique de Zeugma, M. Gschwind a fait utilement référence à l’existence de céramiques de tradition hellénistique-romaine issues des fouilles de Tell Bazi ; ceci pourrait indiquer une occupation précoce du site, au cours du ier s. apr. J.-C.

5Chronologie d’après la fouille

  • âge du Bronze récent (ville basse et citadelle)

  • période romaine (ier ?-iie s.)

  • période ottomane

Bibliographie

B. Einwag et A. Otto, « Tall Bazi, in syrischen Euphrattall. Ausgrabungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Station Damaskus, in einer Stadt des 2. Jtds v. Chr. », Antike Welt 6, 1995, p. 459-471.

B. Einwag et A. Otto, « Tall Bazi, Vorbericht über die Untersuchungen 1993 », DaM, 8, 1995, p. 95-124.

B. Einwag et A. Otto, « Tall Bazi, Vorbericht über die Untersuchungen 1994 et 1995 », DaM 9, 1996, p. 15-45 et taf. 3-14.

B. Einwag et A. Otto, « Tall Bazi », Archaeology of the Upper Syrian Euphrates, the Tishrin Dam Area, Sabadell, 1999, p. 179-191.

M. Gschwind, « Ein frühkaizerlischer Keramikkomplex aus Zeugma », DaM 13, 2002, p. 340, n. 74.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des sondages
Crédits B. Einwag et A. Otto, 1999, p. 186, fig. 9
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 467k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable