Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section D, Osrhoène)

Mas‘Oudiya (Syrie) – D20

Texte intégral

Autres toponymes

Maubai ?, Mas‘oudiyé

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à 7 km au S.-E. de Qozak Shamali

Longitude

38.30574415

Latitude

36.49435501

Position

plateau

Informations sur l’état du site

État de conservation

intact

Superficie

2 ha

Altitude

350 m

Critères de datation

inscription, mosaïque, architecture

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

à confirmer

Période sévérienne-sassanide

habitat

Déb. iiie-milieu iiie s.

mosaïque

1Le tell inventorié par M. F. von Oppenheim semble assez vaste : les pavements de mosaïque se trouvaient au sommet du tell et des vestiges de constructions occupaient la partie inférieure des pentes. Ces derniers sont attribués par M. F. von Oppenheim à la période assyrienne. Lors de son passage sur le site en 1909, G. Bell retrouve les pavements géométriques mais constate la disparition du plus beau panneau figuré avec inscriptions bilingues, araménne et grecque. Aucun élément nouveau ne semble avoir été mis au jour depuis.

Urbanisme

2Les pavements de mosaïques attestent l’occupation du site au iie-iiie s. et la présence d’une riche maison.

3Deux pavements géométriques mesurent 6 x 5 m. Sur une troisième mosaïque, était figuré un dieu fluvial entouré de deux figures féminines, distinctes par leur attitude et leurs attributs (fig. 1). Dans le registre inférieur, sont représentés des poissons nageant dans l’onde. Une inscription en grec dans une tabula ansata désignait la divinité fluviale comme l’Euphrate, ce que répète en araméen deux lignes placées au-dessus de l’épaule du dieu (fig. 2). Le nom de l’artiste, Eutychés, est également mentionné dans l’inscription grecque. Les figures féminines, qui doivent être identifiées d’après leurs seuls attributs, personnifieraient les provinces de Syrie et de Mésopotamie. R. Mouterde reconnaît la Tyché de l’Euphrate dans la figure de droite et la Mésopotamie à gauche, par analogie avec une dédicace de Doura-Europos.

Fig. 1 ‑ Pavements de mosaïque au sommet de Tell Mas‘oudiyé lors de leur découverte

Fig. 1 ‑ Pavements de mosaïque au sommet de Tell Mas‘oudiyé lors de leur découverte

M. F. von Oppenheim 1905, abb. 23

Fig. 2 ‑ Partie supérieure de la mosaïque figurant le « roi Euphrate » identifié par les inscriptions grecque et syriaque

Fig. 2 ‑ Partie supérieure de la mosaïque figurant le « roi Euphrate » identifié par les inscriptions grecque et syriaque

M. F. von Oppenheim 1905, abb. 21

4– Inscription grecque :

ΒΑΣΙΛΕΥΣ ΠΟ

ΤΑΜΟΣ ΕΘΦΡΑΤΗΣ

ΕΥΤΥΧΗΣ ΒΑΡΝΑΒΙ

ΩΝΙΟΣ ΕΠΟΙΕΙ Θ[..]

« Le roi fleuve Euphrate

Eutychès, fils de Barnabinos a fait … »

5H. Lucas supposait que les dernières lettres indiquaient l’ethnique de l’artiste. Sa lecture ΘΑ(Ψ) lui permettait de restituer ΘΑΨ(ΑΚΕΝΟΣ), c’est-à-dire « de Thapsaque », (M. F. von Oppenheim 1905, p. 58-59).

6C. Clermont-Ganneau proposait plutôt d’y reconnaître une date d’après l’ère séleucide et de lire ΘΛΦ (539), soit 227-228 apr. J.-C., (C. Clermont-Ganneau 1906, p. 231-232). En effet l’emplacement des trois lettres en fin d’inscription plaide plutôt pour l’indication d’une date. À titre de comparaison, l’ethnique de l’artiste arrapaît sur une mosaïque de Zeugma (site A08, p. 30). On remarquera qu’il est placé directement à côté du nom du mosaïste. En outre le dessin de R. Mouterde qui restitue ΘΑΦ n’est pas assuré. aucun vestige de traverse ne fait préférer un Α à un Λ. La seule certitude d’après les photos est la présence du départ de deux hastes convergentes.

7 Inscription syriaque : les deux lignes verticales sont placées au-dessus de l’épaule droite du dieu.

Prth malko

« le roi Euphrate »

8Datation d’après la mosaïque

  • Occupation aux iie-iiie s.

Bibliographie

M. F. von Oppenheim, Griechische und Latinische Inschriften aus Syrien, Mesopotamien und Kleinasien, Leipzig, 1905, p. 7, 58-59 et ab. 21-22.

C. Clermont-Ganneau, Recueil d’archéologie orientale VII, Paris, 1906, p. 231-232 et 398.

G. Bell, Amurath, 1911, p. 41.

G. Bell, Diaries, 22/02/09 [en ligne] http://www.gerty.ncl.ac.uk/diary_details.php?diary_id=684

R. Dussaud, Topographie, 1927, p. 460 et 465 (identification avec Maubai).

F. Cumont, Études syriennes, p. 250.

R. Mouterde, « Monuments et inscriptions de Syrie et du Liban. V. La triade de l’Euphrate », MUSJ 25, 1942-43, p. 57-65.

J. Balty, « La mosaïque de Sarrin », AAS 37-38, 1987-1988, p. 251-278.

G. Matilla Séiquer et J. Gallardo Carillo, « Urbanismo : Cuidades y necropolis », Romanización y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer éd., Murcia, 1998, p. 290 et sv.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Pavements de mosaïque au sommet de Tell Mas‘oudiyé lors de leur découverte
Crédits M. F. von Oppenheim 1905, abb. 23
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Fig. 2 ‑ Partie supérieure de la mosaïque figurant le « roi Euphrate » identifié par les inscriptions grecque et syriaque
Crédits M. F. von Oppenheim 1905, abb. 21
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7217/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 536k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable