Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section D, Osrhoène)

Boujak (Syrie) – D19

Texte intégral

Autres toponymes

Akbudjâk, Boudjak

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à 9 km de Tell Serrin, O. du village de Boujak

Longitude

38.278868

Latitude

36.522566

Position

replat d’érosion au bord du plateau

Environnement

plateau calcaire

Informations sur l’état du site

État de conservation

partiellement noyé

Dimensions du site

250 x150 m

Altitude

331-336 m

Critères de datation

céramique, architecture

Périodes d’occupation attestées

Période sévérienne-sassanide

habitat et nécropole

Occupation postérieure

période médiévale

1Un site, en position dominante sur la vallée et pressenti comme un fort, a été repéré par la mission danoise en 1998. La prospection d’A. Egea Vivancos a reconnu un vaste ensemble de vestiges répartis sur trois secteurs dans un vallon en contrebas du fort. Les relations spatiales et chronologiques entre les différentes parties du site sont difficiles à saisir puisque la mise en eau du réservoir de Teshrin a noyé la partie basse du site et que le terrassement systématique des parties émergées en limite du lac a modifié la topographie d’origine.

Qal‘at Bujak

2Des vestiges de construction et la présence d’une citerne, ainsi que le matériel céramique en surface indiquent clairement l’existance d’une occupation dense au sommet d’une colline appelée localement Qal‘at Boujak.

3Bien qu’aucun mur d’enceinte ne semble avoir été repéré, le caractère volontairement retranché du site, ses dimensions (100 x 45 m) et sa position dominante sur la vallée et le plateau, ont amené les prospecteurs à voir l’emplacement d’un fort. À 1 m en contrebas, se trouvent les ruines d’une ligne de constructions dont au moins un mur de 1,20 m de large est bien visible ; A. Egea Vivancos propose d’y reconnaître un second ouvrage défensif qui aurait fonctionné comme un poste de contrôle avancé du fort. Plus bas encore se trouvait l’embouchure d’une grande citerne. Les tessons collectés remontaient aux périodes romaine, byzantine et islamique.

Site d’habitat

4Dans le vallon situé immédiatement au nord de la colline, sur une terrasse entre deux ravines, un petit site se signale essentiellement par la présence de tessons et de céramique en surface. Il pourrait correspondre à un habitat en limite de la plaine. Les céramiques recueillies sont en majorité romaines.

Nécropoles

5Une nécropole rupestre occupe les flancs d’un wadi situé en aval du vallon, entre le site d’habitat et le pied de Qal‘at Boujak. Les prospecteurs ont dénombré onze hypogées ou entrées d’hypogées.

6Sur les replats en aval du vallon, plus de 41 fosses funéraires ont fait l’objet de fouilles clandestines. Par ailleurs, une construction en pierre de taille (BYU/1) pourrait correspondre aux vestiges d’une tombe construite.

7Périodisation selon la mission danoise

  • période romaine

  • période byzantine

  • période islamique

Bibliographie

J. Eidem et K. Pütt, « Iron Age Sites on the Upper Euphrates », AAAS 44, 2001, p. 90.

A. Egea Vivancos, Eufratense et Osrhoene, Murcia, 2005, p. 476-480 (site BUY).

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable