Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section D, Osrhoène)

Qouzak Shemali (Syrie) – D17

Texte intégral

Autres toponymes

Quzuq

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à 8 km en aval de Kara Qosak en face de Qal‘at Al-Najm

Longitude

38.27991641

Latitude

36.55658913

Position

terrasse

Informations sur l’état du site

État de conservation

partiellement noyé

Superficie

2 ha

Critère de datation

céramique

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

habitat, carrière de pierre et tombes rupestres

Période sévérienne-sassanide

habitat et tombes rupestres

Occupation postérieure

période médiévale

Le tell

1Il est situé dans la plaine alluviale. Les fouilles d’urgence menées par l’Université de Tokyo ont mis au jour un abondant matériel daté des époques romaine et byzantine et plusieurs fosses qui ont perturbé les niveaux les plus anciens. Un trésor monétaire, découvert dans le secteur, est conservé au musée d’Alep.

Carrières et complexes rupestres

2Un ensemble rupestre a été signalé, par A. Gonzalez Blanco, au nord-est de Qouzak Shamali. Des zones d’extraction et des salles rupestres ont été également creusées dans les flancs rocheux du wadi en direction de Sarrin. La partie inférieure du wadi et son parcours en plaine ont été noyés par la mise en eau du barrage de Teshrin. A. Egea Vivancos a fourni une description détaillée des carrières qu’il associe en partie à la construction des fortifications médiévales de Qal‘at Al-Najm, situé précisément sur la rive opposée.

Carrières au nord et au sud du wadi

3Au sommet d’une colline au nord du site, A. Egea Vivancos signale deux carrières souterraines : la première en galerie (QUZ/1), de plan irrégulier, présente un volume d’environ 32 x 10 m pour une hauteur sous plafond de 3,75 m, la seconde composée de deux salles (QUZ/2) semble correspondre au type à piliers tournés (J. Abdul Massih et J.-C. Bessac 2009, p. 32). Des inscriptions arabes, certaines de facture soignée, ont été relevées.

4Au sud du wadi, se trouve une seconde zone d’extraction en galerie.

5Une troisième concentration de vestiges rupestres et de carrières occupe une ravine sinueuse au sud du wadi. Les deux premières carrières, situées sur la rive gauche, sont souterraines, de type en galerie (QUZ/4) ou à piliers (QUZ/5). Dans la carrière à piliers (fig. 1), A. Egea Vivancos a relevé de nombreuses inscriptions en syriaque, en arabe et en français de 1939 et des croix gravées. L’inscription syriaque la plus longue, gravée sur un des piliers de soutènement, correspond à celle relevée en 1909 par G. Bell dans une salle souterraine près de Sarrin (fig. 2). D’après l’examen préliminaire d’A. Desreumaux, elle doit être attribuée à l’époque médiévale. Son étude est en cours.

Fig. 1 ‑ Plan de la carrière Quz/5

Fig. 1 ‑ Plan de la carrière Quz/5

A. Egea Vivancos 2005, p. 498, fig. 384

Fig. 2 ‑ Relevé de l’inscription syriaque sur le pilier de la carrière QUZ/5

Fig. 2 ‑ Relevé de l’inscription syriaque sur le pilier de la carrière QUZ/5

G. Bell 1911, fig. 23

6La partie amont de la ravine présente plutôt des carrières en fosse, dont les fronts de taille exposent toute une série de signes et lettres gravées. Arguant de la présence de croix soigneusement gravées et interprétant le plan de la carrière QUZ/7, A. Egea Vivancos considère que celle-ci a été réutilisée comme lieu de prière chrétien.

Tombe rupestre

7Enfin, dans la plus orientale de ces carrières, il a repéré une tombe rupestre dont l’entrée a été ouverte dans la partie inférieure d’un front de taille. Elle comporte deux chambres en enfilade, la première avec deux cuves sous arcosolia, la seconde avec deux cuves sous arcosolium et une troisième de type loculus. Ce plan est peu commun (fig. 3), d’après les statistiques dressées par A. Egea Vivancos qui a dénombré seulement quatre exemples à double chambres dans la région (A. Egea 2005, p. 553, type 9). En l’absence de fouille, aucun autre indice n’a permis de dater plus précisément cette tombe qui constitue un terminus ante quem, entre les ier et viie s. apr. J.-C. Les prospections n’ont pas trouvé d’autres entrées d’hypogées dans le secteur, ce qui est assez inhabituel. Cet isolement peut, cependant, être relativisé car l’inondation d’une partie du secteur, le colluvionnement du wadi ou l’exploitation postérieure des carrières ont pu détruire ou masquer d’autres vestiges funéraires.

Fig. 3 ‑ Plan de la tombe QUZ/7

Fig. 3 ‑ Plan de la tombe QUZ/7
Egea Vivancos

8Périodisation d’après la fouille

  • période néolithique

  • période Obeid

  • période Uruk

  • période romaine

  • période byzantine

  • cimetière récent

Bibliographie

M.-C. Cauvin et M. Molist, « Prospection néolithique sur le Haut-Euphrate syrien », AAAS 37-38,1987-1988, p. 79 (site no 3.2)

A. Gonzalez Blanco, « Christianism on the Eastern Frontier », Archaeology of the Upper Syrian Euphrates, the Tishrin Dam Area, Sabadell, 1999, p 643-672.

T. Matsutani et Y. Nishaki, « Preliminary Report on the archaeological investigations at Tell Kosak Shamali, Upper Euphrates, Syria, the 1994 season », Akkadica 93, 1995, p. 11-20.

G. Matilla Séiquer, « El Peso de la tradición : lugares altos y enterramientos », Romanización y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer éd., Murcia, 1998, p. 109.

G. Matilla Séiquer et J. Gallardo Carillo, « Urbanismo : Cuidades y necropolis », Romanización y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer éd., Murcia, 1998, p. 233.

G. Matilla Séiquer, « Latomias », Romanización y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer éd., Murcia, 1998, p. 317-324.

A. Egea Vivancos, Eufratense et Osrhoene, Murcia, 2005, p. 491-502 (site QUZ).

J. Abdul Massih et J.-C. Bessac, Glossaire technique trilingue de la pierre, Beyrouth, 2009.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Plan de la carrière Quz/5
Crédits A. Egea Vivancos 2005, p. 498, fig. 384
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 2 ‑ Relevé de l’inscription syriaque sur le pilier de la carrière QUZ/5
Crédits G. Bell 1911, fig. 23
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7214/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7214/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 476k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable