Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section D, Osrhoène)

Sarrin nécropole (Syrie) – D16

Texte intégral

Autres toponymes

Serrin, Sirin, Serine Minaresa

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à 10 km au S.-E. de Kara Qosaq et à 2,7 km au S.-E. de Tell Sarrin

Longitude

38.326995

Latitude

36.581456

Position

collines

Environnement

replat d’érosion calcaire

Informations sur l’état du site

État de conservation

intact

Superficie

0,5 ha

Altitude

443 m

Critères de datation

inscription, architecture, stratigraphie

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

nécropole

Milieu ier-fin iie s.

tombeau-tour

Période sévérienne-sassanide

nécropole

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1850, carte II

H. Kiepert, Karte, 1893, WB I (Serin Thurm)

Carte État-Major ottoman, réédit. 1920, f. Menbedje (Serine Minaresa)

C. Héraud, Mission, 1922, f. IV

1Les tombeaux-tours de Sarrin, situés sur le plateau, ont été signalés par F. Chesney et étudiés par M. F. von Oppenheim en 1899 qui a photographié l’inscription de la tour nord. Une documentation photographique et une description très riche des deux tombeaux ont été fournies par H. Pognon, puis par G. Bell au début du xxe s. Les prospections récentes de A. Gonzalez Blanco ont permis d’associer ce monument à un ensemble de tombes rupestres.

Les tombeaux tours

Tombeau de Ma’nu (tour nord)

2Édifiée sur une base carrée de 4,20 m, la tour est conservée sur deux niveaux (fig. 1). Le premier est constitué d’un parement de pierres quadrangulaires de 6 m de haut. Au-dessus d’une corniche, le second registre comporte quatre demi‑colonnes, les colonnes aux extrémités servant d’angle. G. Bell, qui l’étudia en 1909, a proposé de restituer une couverture pyramidale, hypothèse confirmée par l’étude architecturale récente de R. Gogräfe. A. Gonzalez Blanco et A. Egea Vivancos ont relevé une série de croix et de dessins incisés sur les blocs à l’intérieur et l’extérieur du monument.

Fig. 1 ‑ Vue de la tour nord depuis l’ouest

Fig. 1 ‑ Vue de la tour nord depuis l’ouest

3La façade occidentale, qui fait face à la vallée, porte une inscription araméenne qui révèle le nom du propriétaire de la tombe, Ma’nu, et la date de 385 de l’ère séleucide, soit 73 apr. J.-C. Ce texte est placée sous la corniche, deux assises au-dessous d’une paire de gargouilles en forme de tête de lion qui encadre une tabula ansata non inscrite (fig. 2).

Fig. 2 ‑ Vue de l’inscription syriaque

Fig. 2 ‑ Vue de l’inscription syriaque

4– Transcription (A. Maricq 1965, p. 135)

Byr’i tšry qdm šnt 385

…’nw qys’

bġdrdnḥy br m‘nw br brh dšrdw nḥ

npš’ hd’ lnpšy wlbny br šnym 90

mn dyšbḥ ybrkwnh ’lh’ klhwn w‘mr’

wḥy’ yhw’ lh mn dyt’ whn’ bd’ yḥbl

whlyn ṭm’ …wkpr’ l’yhw’

lh wbny’ dyrmwn‘pr’ ‘l ‘ynwhy l’

yštkḥwn lh...

« Au mois de Tersi premier, de l’an 385

J’ai construit, moi, Ma’nû, prêtre

boġdar du dieu Nahai, fils de Ma’nû, petit-fils de Dšredû Naha,

Ce tombeau pour moi et mes enfants, à l’âge de 90 ans.

Quiconque glorifiera, tous les dieux le béniront, et l’existence

et la vie seront à lui. Quiconque viendra et ruinera cet ouvrage,

Et… ces ossements, un tombeau ne sera pas

à lui et des enfants qui jetteraient de la poussière sur ses yeux ne

se trouveront pas pour lui ».

5A. Maricq restitue, à la troisième ligne, un titre religieux, boġdar attesté à Harran, ce qui permet d’estimer l’importance sociale du dédicant et de sa famille et de le différencier de « Ma‘nû, fils de Ma‘nû » de la dynastie d’Édesse.

Tombeau-tour sud

6Une tour similaire (fig. 3), aujourd’hui presque arasée ; se trouve au sud de la première et a été moins étudiée.

Fig. 3 ‑ Tour sud photographiée par Gertrude Bell en 1909

Fig. 3 ‑ Tour sud photographiée par Gertrude Bell en 1909

G. Bell 1911, fig. 22

Les tombes rupestres

7Dans les pentes immédiatement à proximité de la tour, s’ouvrent des trous de pillages signalant la présence de cuves excavées dans le rocher et d’entrées d’hypogées (fig. 4). A. Egea Vivancos a dénombré au moins huit tombes. Celles, qui étaient accessibles ou partiellement comblées, présentent une grande variété typologique :

8– deux exemples de plan simple (SIR/1B, SIR/5) à puits rectangulaire flanqué de deux cuves sous arcosolia (fig. 5) ;

9– plan simple (SIR/4) à trois arcosolia disposés en U ;

10– un exemple (SIR/8) avec deux chambres funéraires.

11Le service archéologique de la DGAMS d’Alep a entrepris la fouille de deux hypogées en 2010 ; parmi le matériel recueilli, une statue en marbre offre un exemple très intéressant de remploi.

12Sur le sommet des collines au nord-est du tombeau de Ma’nu, on remarque une grande concentration de fouilles clandestines, qui suggère que la nécropole s’étendait sur 1 km du nord au sud.

Fig. 4 ‑ Entrée d’hypogée à proximité de la tour nord

Fig. 4 ‑ Entrée d’hypogée à proximité de la tour nord

Fig. 5 ‑ Tombe à puits avec arcosolia latéraux

Fig. 5 ‑ Tombe à puits avec arcosolia latéraux

Carrières

13À proximité de la tour nord, des lignes de front de taille sont visibles au sol mais il est difficile de déterminer s’il s’agit de zones d’extraction étendues ou de parois dressées ponctuellement pour l’entrée de tombes. Dans un wadi situé au nord de la nécropole, A. Gonzalez Blanco a repéré de grandes carrières ainsi qu’un espace identifié comme une église en raison des croix engravées sur les parois.

14Périodisation

  • tombeau-tour daté de 73 apr. J.-C

  • nécropole rupestre romaine et byzantine

Bibliographie

H. Pognon, Inscriptions sémitiques de Syrie, 1907, p. 15, no 2, fig. 1-2.

M. F. von Oppenheim, Griechische und Lateinische Inschriften aus Syrien, Mesopotamien und Kleinasien, 1905 p. 7.

G. Bell, Diaries, 21/02/09, [en ligne] http://www.gerty.ncl.ac.uk/diary_details.php?diary_id=683

G. Bell, Amurath, 1911, p. 36-37.

A. Maricq, « La plus ancienne inscription syriaque : celle de Birecik » (notes posthumes J. Pirenne et P. Devos éd.), Classica et Orientalia, 1965, Paris, p. 127-139.

A. Maricq, « BDR D NḤY : dans l’inscription de Serrin », Classica et Orientalia, 1965, Paris, p. 141-144.

R. Gogräfe, « Die Grabtürne von Sirrin (Osroëne) », DaM 9, 1995, p. 165-197.

G. Matilla Séiquer et J. Gallardo Carillo, « Urbanismo : Cuidades y necropolis », Romanización y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer éd., Murcia, 1998, p. 293 et 302.

G. Matilla Séiquer, « Signos cristianos en las necrópolis », Romanización y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer éd., Murcia, 1998, p. 428-429.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue de la tour nord depuis l’ouest
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 2 ‑ Vue de l’inscription syriaque
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7213/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 3 ‑ Tour sud photographiée par Gertrude Bell en 1909
Crédits G. Bell 1911, fig. 22
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7213/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 4 ‑ Entrée d’hypogée à proximité de la tour nord
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7213/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 5 ‑ Tombe à puits avec arcosolia latéraux
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7213/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 744k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable