Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section D, Osrhoène)

Tell Sarrin (Syrie) – D14

Texte intégral

1Le petit tell conique repéré par G. Bell en 1909 se distinguait par les nombreux fragments d’architecture, de linteaux et de jambages moulurés dispersés en surface. L’exploratrice a entendu parler sur place de découvertes faites par les villageois, telles des plaques de marbre portant des reliefs sculptés ou des inscriptions. Ces informations sur la richesse de l’occupation antique de ce site semblent confirmées par la découverte des pavements de mosaïques déposés et conservés au Musée d’Alep en 1985, si du moins ces pavements ne proviennent pas du hameau de Corossan situé à faible distance, comme le suggère G. Matilla Séiquier.

Le tell

2Au centre de l’agglomération actuelle de Sarrin se tient un grand tell. Il est formé d’une hauteur conique (fig. 1), d’environ 30 m de diamètre, qui correspond sans doute au petit tell vu par G. Bell. Une extension basse de 200 m nord-sud sur 450 m est-ouest prolonge le tell vers l’ouest (fig. 2). Son extrémité occidentale a été coupée par la route moderne et présente une stratigraphie de 5 m de haut. Cette configuration topographique correspond à l’association d’une acropole et d’une ville basse, remontant sans doute à une période préclassique. La partie orientale du tell est en partie recouverte par des maisons nouvelles et par un cimetière (fig. 3) remployant toute sorte de blocs.

Fig. 1 ‑ Vue de la partie supérieure du tell depuis le village

Fig. 1 ‑ Vue de la partie supérieure du tell depuis le village

Fig. 2 ‑ Vue de la partie inférieure du tell

Fig. 2 ‑ Vue de la partie inférieure du tell

Période romaine

3La superficie et la durée des niveaux de réoccupation n’ont pas été estimées en prospection. Néanmoins G. Matilla Séiquer mentionne la présence en surface de céramique antérieure au règne de Trajan et propose, sans argumenter cette hypothèse, d’y placer un établissement militaire.

Maison à péristyle

Période byzantine

4La découverte des mosaïques à Sarrin entre 1982-1983 (fig. 3) n’a pas donné lieu à une fouille systématique ni même à la communication d’un relevé des vestiges. Les seules informations dont nous disposons proviennent de l’étude des pavements confiés par la DGAMS à J. Balty.

Fig. 3 ‑  Pierres de taille en remploi au sommet du tell

Fig. 3 ‑  Pierres de taille en remploi au sommet du tell

Fig. 4 ‑ Figure de centaure marin du triomphe d’Aphrodite

Fig. 4 ‑ Figure de centaure marin du triomphe d’Aphrodite

J. Balty 1990, pl. D-2

Fig. 5 ‑ Plan général des pavements découverts à Sarrin en 1982

Fig. 5 ‑ Plan général des pavements découverts à Sarrin en 1982

J. Balty 1990

5D’après la disposition des panneaux (fig. 5), ces mosaïques décoraient le péristyle d’une grande cour (atrium), sans doute pourvue d’un bassin probablement alimenté par une fontaine puisque il y avait des vestiges d’adduction d’eau. Les côtés du péristyle mesurent entre 8,5 m et 9 m et ceux de la cour, 5 m. Le bâtiment auquel elles appartenaient pouvait être une demeure située au milieu d’un bourg important.

6Les thèmes représentés, des scènes très variées tirées de la mythologie gréco-romaine, attestent le maintien du paganisme dans la périphérie de l’Osrhoène vers la fin du ve ou le début du vie s.

7Composition et iconographie

  • panneau 1 : Artémis chasseresse et scènes de chasse

  • panneau 2 : Triomphe d’Aphrodite (fig. 4)

  • panneau 3 : Méléagre et Atalante

8La bordure commune à cette moitié de la cour développe un motif de rinceaux habités (chasseurs, vendangeurs, animaux, paniers de raisin).

  • panneau 4 : Enlèvement d’Europe avec icône de la ville de Sidon

  • panneau 5 : Héraclès et Augé

  • panneau 5 : Dionysos et thiase

9Ces trois panneaux sont reliés par une bordure décorée de thèmes nilotiques (ibis, reptile, poisson, pêcheurs et nilomètre).

10J. Balty a souligné les détails iconographiques qui rapprochent cette œuvre de la mosaïque de l’église de la Sainte-Croix de Rasafa. Les disparités techniques dans le rendu des volumes et dans la distribution des couleurs sont révélatrices de différents degrés de savoir-faire des artistes qui ont travaillé dans le cadre d’un atelier itinérant. La provenance de cet atelier est difficile à déterminer en dehors d’Antioche ou d’Édesse, mais J. Balty suggère aussi une origine plus proche, Carhhes-Harran.

11Période attestée

  • période byzantine (habitat fin ve - début vie s.)

12G. Bell, Diaries, 22/02/1909.

13J. Balty, La mosaïque de Sarrîn (Osrhoène), BAH 140, 1990.

14J.-P. Sodini, « Habitat de l’Antiquité tardive », Topoi 7/2, 1997, p. 491.

15G. Matilla Séiquer, « Suburbana. Grandes villas: Sirrin-Serre », Romanización y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer éd., Murcia, 1998, p. 299-306.

16A. Egea Vivancos, Eufratense et Osrhoene, Murcia, 2005, p. 459-460.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue de la partie supérieure du tell depuis le village
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7211/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 2 ‑ Vue de la partie inférieure du tell
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7211/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 3 ‑  Pierres de taille en remploi au sommet du tell
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7211/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 4 ‑ Figure de centaure marin du triomphe d’Aphrodite
Crédits J. Balty 1990, pl. D-2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7211/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 5 ‑ Plan général des pavements découverts à Sarrin en 1982
Crédits J. Balty 1990
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7211/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 614k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable