Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section D, Osrhoène)

Kara Qouzak (Syrie) – D13

Texte intégral

Autres toponymes

Ḳirḳ Ḳazaḳ, Kara Kazak, Karakosac

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à 500 m au S.-E. du village, à quelques mètres en aval du pont

Longitude

38.21302735

Latitude

36.63353413

Position

terrasse würmienne

Environnement

établi en limite de la première terrasse würmienne surplombant la plaine étroite

Informations sur l’état du site

État de conservation

noyé

Dimensions du site

tell de 150 m de diamètre et ville basse de 150 x 120 m

Superficie

12 ha

Altitude

350-367 m

Critères de datation

céramique, architecture

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

habitat et fortification

Période sévérienne-sassanide

bourg

    Déb. iiie-milieu iiie s.

maison à mosaïque

    Milieu iiie-déb. ive s.

maison carrée

    ive-viie s.

bâtiment commercial ?

Occupation postérieure

période islamique

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1850 carte II (Kyrk Kasak)

H. Kiepert, Karte, 1893 (Ḳirḳ Ḳasaḳ)

C. Héraud, Mission, 1922, f. IV (tell et village)

1Le tell, de 17 m de haut, est de forme ovale. Les pentes sont abruptes et le sommet constitue un replat de 30 x 10 m. Un second site ou la ville basse s’étend au nord, sous le village moderne. Inventorié dès 1909 par G. Bell, le site est ensuite prospecté par A. M. T. Moore qui y reconnaît un niveau d’époques classique et byzantine. Les fouilles archéologiques ont mis au jour un niveau d’occupation romaine sur le tell (fig. 1) où les vestiges de murs et de sols étaient presque entièrement détruits par l’érosion et perturbés par l’aménagement des fosses d’un ancien cimetière (C. Valdés Periro 1999, p. 118).

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site et localisation des sondages

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site et localisation des sondages

D’après E. Olavarri 1994, fig. 1

2Dans les champs, aux alentours du tell, ont été fouillés des éléments de constructions datés entre la fin de l’époque romaine et le début de la période byzantine. Cependant, en l’absence de sondage systématique, il a été difficile de déterminer la densité ou l’organisation de cet habitat avant sa disparition. Seul le témoignage de G. Bell, qui passe sur le site en 1909, indique la présence de linteaux, jambages de portes en pierres et pierres taillées, représentatives d’une véritable agglomération romaine ou byzantine.

Le tell

Période romaine

3Des vestiges romains ont été repérés sur la partie supérieure des pentes du tell, le sommet étant très érodé et perturbé par la présence d’un cimetière arabe. Deux ensembles de murs ont été dégagés dans la partie supérieure du tell (carrés 100-200-201 et 400-410-420) : il s’agit de murs maçonnés à la terre avec un double parement de pierre, conservé sur 10 cm à 1,90 m de hauteur selon la pente, et associés à des sols en terre et graviers. Les segments dégagés à l’est (20 m et 16 m de long) laissent supposer l’existence d’un bâtiment assez grand. À l’ouest deux murs parallèles d’orientation nord-est/sud-ouest ont été interprétés par les fouilleurs comme une enceinte munie d’un avant-mur pour la partie supérieure du tell. Le matériel renvoie clairement au ier s. apr. J.-C.

Période byzantine

4La présence de céramique d’époque byzantine a été signalée seulement en surface sur le tell, sans doute en raison d’une forte érosion des niveaux les plus récents. En revanche, une maison, repérée par prospection électromagnétique au nord de la base du tell (sondage C), présentait deux niveaux de fonctionnement très semblables. Deux pièces ont été partiellement fouillées. Le niveau le plus ancien, daté du vie-viie s., est caractérisé par une entrée au sud-ouest (fig. 2) et une cuisine avec deux fours à pain de type tannour. Le second niveau, mal conservé, présente la même orientation et les mêmes techniques de construction.

Fig. 2 ‑ Pièce d’une maison byzantine dégagée dans le sondage C

Fig. 2 ‑ Pièce d’une maison byzantine dégagée dans le sondage C

A. Gonzalez Blanco 1998, p. 240

Extension basse

5Une série de vestiges (fig. 3), datés par le matériel des époques romaine ou byzantine, a été repérée et partiellement fouillée dans le village (no 1 et no 7), le long de l’Euphrate (no 2-3), à la base du tell (no 4-5) et sur le tracé de la nouvelle route (Alep-Hassaké) à 1,5 km à l’est du site (no 8). Une synthèse préliminaire a été présentée par P. Barbado, J. A. Eiro et F. Masso.

Fig. 3 ‑ Localisation des vestiges romains et byzantins aux environs immédiats du tell

Fig. 3 ‑ Localisation des vestiges romains et byzantins aux environs immédiats du tell

A. Gonzalez Blanco 1998, p. 231

Période romaine

6Entre le tell et le village a été mis au jour un angle d’habitation dont la maçonnerie et la céramique sont identiques aux éléments trouvés sur le tell (ier s.). Le matériel comprenait des tuiles, des céramiques.

7À l’ouest du tell, un sondage a révélé la présence d’une mosaïque géométrique (no 1). Ce pavement, composition d’un décor noir sur fond blanc et motif végétal avec un remplissage de tesselles rouges (fig. 4), a été daté du iiie s. d’après le style et la technique et non en stratigraphie. Aucune autre structure associée n’a été retrouvée. Les fouilleurs signalent, pour le iiie s. également, une monnaie de Caracalla émise à Néocaesara-Dibsi Faraj (trouvaille non localisée, hors contexte ?).

Fig. 4 ‑ Fragment de mosaïque

Fig. 4 ‑ Fragment de mosaïque

A. Gonzalez Blanco 1998, p. 243

Période byzantine

8La période iveviie s. est la mieux représentée dans les autres sondages.

9Un édifice de plan carré (no 3) présente, sur son mur sud-est, un épaississement dû à la présence d’un puits ; en raison de sa forme rappelant un mihrab, cette ruine était appelée « la mosquée ».

10Situé à 1,5 km à l’est du tell, une maison (no 8) constituée d’une pièce unique de 32 m2 avec un sol pavé (dalles rectangulaires de 45 x 45 cm) a été interprétée comme un établissement commercial placé le long de la route antique (fig. 5).

Fig. 5 ‑ Bâtiment fouillé à l’est du tell

Fig. 5 ‑ Bâtiment fouillé à l’est du tell

A. Gonzalez Blanco 1998, p. 243

11Dans les rapports préliminaires (E. Olavarri 1994, p. 5-36), les constructions fouillées sur le tell sont assimilées à une réoccupation de type domestique et rural d’époque romaine (ier s.) juste au-dessus des niveaux du Bronze moyen. Mais, dans la synthèse proposée ensuite (A. Gonzalez Blanco et G. Matilla Séiquer 1998, p. 178), les structures de l’époque romaine sont interprétées comme celles d’une tour de guet qui aurait fonctionné avec l’habitation retrouvée au pied du tell. Autour de ce noyau se serait ensuite développée une agglomération permanente, attestée dès le iiie s. par le bâtiment disparu auquel était associée la mosaïque ; la densité de l’occupation aurait augmenté entre le ive s. et le viie s.

12Certains vestiges ne sont pas datés, en particulier un puits et des maçonneries de 1,5 m de large trouvées en prospection et seulement dégagées en surface dans la rue principale du village (fig. 6). Ces murs massifs dessinent un angle à 45o d’une construction dont le plan et la fonction n’ont pas été déterminés. Les fouilleurs la désigne comme un mur de digue contre l’Euphrate, interprétation peu probable et non argumentée par ailleurs (A. Gonzalez Blanco 1998, p. 236-237). Il faudrait pouvoir préciser l’orientation de cet angle par rapport au tracé de la rive et aux autres vestiges pour élaborer d’autres hypothèses (mur de soutènement ou quai ? bâtiment public ? thermes ?).

Fig. 6 ‑ Angle d’une construction massive mise au jour dans le village

Fig. 6 ‑ Angle d’une construction massive mise au jour dans le village

A. Gonzalez Blanco 1998, p. 237

13Matériel des prospections

  • fragment de jarre avec tête humaine appliquée de type parthe (G. Bell 1911, p. 30, fig. 19)

14Matériel des fouilles (sondages du tell)

  • céramique commune (jarre)

  • sigillées : H48 (40-70 apr. J.-C.) ; H 47 (60-70) ; 26D (1er tiers du ier s.)

  • monnaies (T. Marot-Salas 1994, p. 277-288) : quinze exemplaires impériaux de type provincial ; une monnaie de Caracalla et une de Gordien III et Agbar ; treize exemplaires de Dioclétien à Théodose ; un d’Anastase et un de Justin II

15Datation d’après la fouille

  • âge du Bronze ancien (temple et habitats)

  • âge du Bronze moyen II (construction d’un centre important de stockage)

  • ier s. av. J.-C. au ier s. apr. J.-C. (fortification ? habitat rural)

  • iiie s. (mosaïque)

  • ive-viie (agglomération dans la plaine)

Bibliographie

G. Bell, Amurath, 1911, p. 30-32.

A. M. T. Moore, « The archaeological survey of 1977 », Holocene Settlement in North Syria, P. Sanlaville éd., Oxford, 1985, p. 55, site n29.

L. Copeland, « The survey of RCP 438 in 1979 », Holocene Settlement in North Syria, P. Sanlaville éd., Oxford, 1985, p. 70, site n73.

E. Olavarri, « Las tres priera campañas de excavación », Tell Qara Qûzâq I Campañas I-III, Aula Orientalis Supp 4, G. del Olmo Lete éd., Barcelona, 1994.

T. Marot-Salas, « Monedas halladas en Qara Qûzaq », Tell Qara Qûzâq I Campañas I-III, Aula Orientalis Supp 4, G. del Olmo Lete éd., Barcelona, 1994, p. 277-285.

E. Olavarri, « Rapport de fouilles de Qara Qûzâq, campagne 1994- Mission archéologique de l’Université de Barcelonne », Orient Express 1995/2, p. 37-39.

P. Barbado, J. A. Eiro et F. Masso, « La cuidad romana de Qara Qûzâq », Romanización y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer éd., Murcia, 1998, p. 229-245.

A. Gonzalez Blanco et G. Matilla Séiquer, « Aspectos generales de la romanizacion de Siria », Romanizacion y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer éd., Murcia, 1998, p. 145-182.

C. Valdés Periro, « Tell Qara Qûzâq : A Summary of the first Results », Archaeology of the Upper Syrian Euphrates, the Tishrin Dam Area, Sabadell, 1999, p. 117-127.

A. Gonzalez Blanco, « Christianism on the Eastern Frontier », Archaeology of the Upper Syrian Euphrates, the Tishrin Dam Area, Sabadell, 1999, p. 643-672.

G. del Olmo Lete éd., Tell Qara Qûzâq II Campanas IV-VI, Aula Orientalis Supp. 17, Barcelona, 2001.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Plan topographique du site et localisation des sondages
Crédits D’après E. Olavarri 1994, fig. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7209/img-1.png
Fichier image/png, 161k
Titre Fig. 2 ‑ Pièce d’une maison byzantine dégagée dans le sondage C
Crédits A. Gonzalez Blanco 1998, p. 240
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 3 ‑ Localisation des vestiges romains et byzantins aux environs immédiats du tell
Crédits A. Gonzalez Blanco 1998, p. 231
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7209/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 4 ‑ Fragment de mosaïque
Crédits A. Gonzalez Blanco 1998, p. 243
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7209/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 5 ‑ Bâtiment fouillé à l’est du tell
Crédits A. Gonzalez Blanco 1998, p. 243
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7209/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 6 ‑ Angle d’une construction massive mise au jour dans le village
Crédits A. Gonzalez Blanco 1998, p. 237
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7209/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 677k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540