Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section D, Osrhoène)

Tell Khamis (Syrie) – D09

Texte intégral

Autres toponymes

Tall Hamis, Tell Gharrah, Tell Rara

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à 3 km en aval de Tell Ahmar et à 2 km du village de Ja‘ade Kabira

Longitude

38.19019225

Latitude

36.67460310

Position

terrasse

Environnement

établi au-dessus de la terrasse würmienne et au N.-O. du wadi Awayna

Informations sur l’état du site

État de conservation

noyé

Superficie

2,4 ha

Altitude

330‑342 m

Critères de datation

architecture, stratigraphie

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

habitat rural

    Fin ive s.

habitat rural avec activité agricole

    iiie s.

habitat domestique

    Fin iiie-milieu iie s.

habitat sporadique

    Milieu-fin iie s.

habitat sporadique

Période romaine

abandon

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1850 carte II (Tell Gharrahr)

H. Kiepert, Karte, 1893 (Tell Ṛara)

1Le site occupe un prolongement au sud-est du piémont occidental du plateau en rive gauche. La partie centrale est occupée par un tell de forme légèrement ovale qui domine de 8 m le reste du site. Les pentes descendent jusqu’au wadi. La pente nord de 13 % est plus rude que sur le flanc sud.

2Le tell conique de 8 m de haut maximum est situé en bordure du wadi Awayina qui a érodé le flanc nord du site. Le plan publié du site (fig. 1) ne présente pas la localisation des sondages de fouilles mais, étant donné la surface réduite du site (1 ha), les fouilles de sauvetage de 1992 à 1997 ont pu couvrir la surface du tell. Les fouilles ont révélé une réoccupation continue du ixe s. aux iie-ier s. av. J.-C., au‑dessus des niveaux de l’âge du Bronze ancien et moyen.

Fig. 1 ‑ Plan topographique

Fig. 1 ‑ Plan topographique

G. Matilla Séiquier 1999, p. 221, fig. 1

Urbanisme

3La phase d’occupation dite perse-hellénistique correspond à un ensemble d’habitations de type villageois, qui recouvrait toute la surface du site. La datation de ce niveau d’occupation repose sur l’étude du matériel recueilli. L’absence d’engobe hellénistique et d’imitation de céramique athénienne, ainsi que la présence de quelques exemples d’engobe gris et de formes caractéristiques de l’époque perse, indiquent plutôt le ive s. (première moitié ?).

Époque hellénistique

4L’époque hellénistique est représentée par trois niveaux de construction et une nécropole.

Habitat et stockage agricole (iiie s.)

5Cette phase de construction est représentée par un seul bâtiment (maison 2) orienté nord-sud. Elle était associée à une série de silos à grain d’une profondeur de 1 à 3 m, construits et utilisés au iiie s. Le matériel est majoritairement du iiie s. et comprend des tessons à engobe gris, à engobe hellénistique et des amphores, ainsi que des exemples de céramique attique du ive s.

Habitat (fin iiie-iie s.)

6La maison de la phase précédente étant ruinée, une nouvelle maison rectangulaire (maison 1) est construite mais son état de conservation était si érodé que seul le soubassement des murs en pierre a été mis au jour. Elle est pourvue de sols pavés et d’une cuve de stockage. L’activité domestique, caractérisée par deux tannour, un lieu de stockage inclus dans l’espace domestique et des poids à tisser, semble correspondre à celle d’une unité familiale restreinte.

7Le matériel comprenait un vase à parfum, des tessons à vernis noir, des imitations d’engobe hellénistique et une céramique à pâte grise de fabrication locale en grandes proportions. L’ensemble est en usage à partir de la fin du iiie s.

Habitat sporadique (iie-ier s. ?)

8Pour la fin de l’époque hellénistique, l’occupation devient sporadique et marginale.

9Les bâtiments abandonnés sont réutilisés et les nouvelles constructions sont de facture grossière, sans fondation. Le matériel perd son homogénéité et présente de petits tessons de types très divers : quelques fragments de bol mégariens et une majorité de céramique commune. Les fouilleurs ont souligné l’absence de fragments de marmite brittle ware, et d’imitation de formes grecques. La date proposée renvoie à la première moitié du iie s. av. J.-C. mais le matériel le plus récent est comparable à la production d’eastern sigillata du début du ier s. apr. J.-C.

10D’après les archéologues, le site connaît une réduction progressive de l’occupation de l’époque perse-hellénistique jusqu’au iiie s. av. J.-C., où ne semble subsister qu’une seule maison. L’abandon du lieu et sa réoccupation saisonnière interviennent au cours du iie s.

Nécropole

11Une petite nécropole d’époque perse ou hellénistique a été trouvée in situ par la mission espagnole (G. Matilla Séiquier 1999, p. 214-215). Deux sépultures ont été fouillées dans la partie nord-est du site, au sommet du tell. Elles n’étaient associées à aucune autre construction.

Tombe 1

12Cette tombe à ciste, placée dans une fosse rectangulaire de 1,60 m de large x 2 m de long, est construite avec sept pierres calcaires maçonnées au plâtre dont deux en couverture. Le squelette est celui d’une femme d’environ 45 ans, placée en position fœtale. La fosse autour de la tombe était remplie de terre en partie basse et de petits moellons en partie supérieure.

Tombe 2

13Une fosse rectangulaire de 3 m x 2 m sur 2 m de profondeur a été creusée pour accueillir un sarcophage anthropomorphe avec quatre poignées (la typologie du sarcophage n’est pas évoquée dans les rapports préliminaires). Le sarcophage mesurait à la base 1,69 x 0,89 m et latéralement 1,60 x 0,60 m et contenait une femme couchée sur le flanc, la tête à l’est, avec deux alabastres et un anneau. Un remplissage d’une couche de terre et de petites pierres a servi à réduire la profondeur de la fosse. Ensuite, des blocs ont été placés autour du sarcophage. De larges blocs de pierre (1,15 x 0,80 m) calés par de petites pierres constituaient la couverture. L’ensemble a été maçonné au plâtre puis scellé par une couche de brique crue.

14La fosse a traversé les niveaux assyrien et araméen. La sépulture est datée entre la fin de l’occupation assyrienne du viie s. et la fin du vie s. av. J.-C. mais la datation la plus probable a été fixée au ive s., à un moment où le tell était inhabité.

15Périodisation d’après les prospecteurs (L. Copeland 1985)

  • âge du Bronze

  • période romaine

16Chronologie d’après la fouille

  • âge du Bronze ancien et moyen

  • période araméenne (ixe s. : temple ; rue de 2 m de large et bâtiments de stockage)

  • période assyrienne (habitat rural et élevage du bétail)

  • période perse (habitat résiduel)

  • période perse-hellénistique (vie-vie s. : niveau d’occupation sur toute la surface du site et deux tombes)

  • période hellénistique (iiie-iie s. : habitat rural avec stockage, habitat domestique, habitat sporadique)

  • période islamique (cimetière)

Bibliographie

L. Copeland, « The survey of RCP 438 in 1979 », Holocene Settlement in North Syria, P. Sanlaville éd., Oxford, 1985, p. 70, site n101.

G. Matilla Séiquier, « Tell Khamis », Archaeology of the Upper Syrian Euphrates, the Tishrin Dam Area, Sabadell, 1999, p. 205-225.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Plan topographique
Crédits G. Matilla Séiquier 1999, p. 221, fig. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 530k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable