Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section D, Osrhoène)

Tell Ahmar (Syrie) – D07

Texte intégral

Nom antique attesté

Bersiba, Til-Barsib

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Longitude

38.1185581

Latitude

36.66651524

Position

terrasse pléistocène

Environnement

établi sur la terrasse de pouding révélée à la base du tell par l’érosion fluviale

Informations sur l’état du site

État de conservation

partiellement noyé

Dimensions du site

tell de 180 x 150 m et ville basse de 1,5 km de diamètre

Superficie

tell de 2,7 ha

Altitude

325-343 m

Critères de datation

céramique, architecture, stratigraphie, monnaies

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

temple ou palais

Fin ive s.

indéterminé

iiie s.

sanctuaire ou palais

Fin iiie-milieu iie s.

sanctuaire ou palais

Milieu-fin iie s.

sanctuaire ou palais

Période romaine

agglomération

Occupation postérieure

fort ottoman 1914-1918

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1850, carte II (el Ahmar)

H. Kiepert, Karte, 1893 (tell el Ahmar)

C. Héraud, Mission, 1922, f. II (tell fortifié par les Turcs)

1Le site, identifié à la fondation assyrienne de Til-Barsip, se compose du tell et d’une ville basse dont on distinguait très clairement l’enceinte en demi-cercle au début du siècle (fig. 1). Le tell actuel a perdu sa forme conique en raison des grandes tranchées de fouilles ouvertes au sommet. Il domine directement le fleuve à l’ouest et, dans les autres directions, une large plaine cultivée où s’est développée la ville basse. L’extension récente de l’habitat villageois sur le tell et le nivellement du terrain avec des bulldozers dans la ville basse ont, cependant, considérablement endommagé les vestiges en surface et détruit l’enceinte de la ville néo-assyrienne.

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des chantiers de la mission de sauvetage

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des chantiers de la mission de sauvetage

G. Bunnens 1999, p. 173, fig. 1

2Les niveaux et le matériel des périodes classiques sont essentiellement connus par les fouilles entreprises sur le tell par F. Thureau‑Dangin et M. Dunand en 1928-1929 et 1931. La poursuite des fouilles entreprises en 1988 par l’Université de Melbourne a apporté de nouvelles informations, notamment dans le secteur de la ville basse. Les fouilles de sauvetage menées entre 1988 et 1997 ont cherché, entre autres, à obtenir une séquence stratigraphique la plus complète possible et ont multiplié les sondages. La résurgence du nom assyrien dans la toponymie de l’époque romaine rend indiscutable l’identification de site avec Bersiba (Ptolémée, V), en dépit de la faible densité de vestiges mis au jour pour cette période.

Urbanisme

Période hellénistique

3C’est sur le sommet du tell que les vestiges les plus récents ont été retrouvés lors des fouilles françaises. Cependant, les informations publiées sont insuffisantes pour identifier le type d’occupation attestée pour l’époque hellénistique.

Bâtiment hellénistique

4En stratigraphie, la couche qui nous intéresse se situe juste au-dessus du sommet des murs du palais assyrien dont l’élévation était la mieux conservée, c’est-à-dire à 2 m au-dessous de la surface et au-dessus du sol du palais abandonné à la fin du viie s. av. J.-C. Elle est associée aux vestiges d’un édifice très mal préservé dont la plupart des pierres de taille avaient été dispersées (aucune indication sur le nombre de blocs trouvés). Seul un segment de mur, conservé sur la hauteur d’une assise et orienté nord-sud, était encore en place. Il était construit en blocs de calcaire blanc tendre et son parement externe portait des traces de chanfreins. Ni la longueur conservée du mur, ni son épaisseur, ni la hauteur de l’assise, ou sa structure - présence d’un parement externe, d’une maçonnerie, ni les dimensions des pierres de tailles ne sont malheureusement précisées. Cet ensemble a été identifié par les fouilleurs comme le cadre de soubassement d’un édifice en brique crue. Nous pouvons déduire, de l’aire de répartition de ces pierres sur la cour intérieure et les salles XXIV-XXVII du palais assyrien, que l’édifice détruit couvrait approximativement un espace de 30 m nord-sud sur 20 m est-ouest. Aucune tranchée de fondation, aucun autre vestige sur le tell n’ont été signalés et les fragments architecturaux trouvés dans le village ne sont pas décrits.

5Ce bâtiment est interprété comme « probablement les restes d’un petit sanctuaire hellénistique analogue à celui d’Arslan Tash », site fouillé par la même équipe (F. Thureau Dangin 1927, p. 81). Cette identification se fonde sur la ressemblance du travail de la pierre et du type de socle plutôt que sur le plan de l’édifice incomplet ou la découverte d’éléments associés. Même si les auteurs ont noté la présence de « fragments architecturaux trouvés dans le village [montrant] que Til Barsib a été marqué par l’influence grecque » (F. Thureau Dangin 1927, p. 82), il n’y a ni description ni cliché qui permettrait de déterminer la nature du bâtiment pillé. Le matériel issu de la couche confirme, sans doute aucun, l’occupation du tell à la période hellénistique et fournit de beaux exemples de figurines en terre cuite (fig. 2) et quelques lampes (fig. 3), dont certains fragments sont datés de la période hellénistique tardive, au début du ier s. av. J.-C.

Fig. 2 ‑ Terra cotta hellénistique. Personnage féminin tenant un instrument

Fig. 2 ‑ Terra cotta hellénistique. Personnage féminin tenant un instrument

F. Thureau-Dangin 1936, pl. XVII-14

Fig. 3 ‑ Lampe hellénistique trouvée dans les fouilles sur le tell

Fig. 3 ‑ Lampe hellénistique trouvée dans les fouilles sur le tell

F. Thureau-Dangin 1936, pl. XVI-18

Trésor monétaire

6La découverte d’un trésor monétaire caché dans une jarre située du côté sud (au-dessus de la cour intermédiaire du palais assyrien) et trouvée à 2 m sous la surface a permis d’affiner la datation. Les pièces les plus anciennes à l’effigie d’Athéna remontent aux trois dernières décennies du iiie s. ; les plus nombreuses (Antiochos VIII et X) se rapportent à la fin du iie s. et au début du ier s. av. J.-C. Les plus tardives sont datées de 116-95. Ce lot prouve la pleine activité du bâtiment au cours du iie s. et au début du siècle suivant mais ne permet pas de préciser la date de construction ni celle de l’abandon ou de la destruction de l’édifice.

Fin de la période hellénistique - période romaine

La base du tell

7De nombreuses fosses creusées dans le mur de l’acropole ont été signalées par la mission australienne. Elles contenaient du matériel de la fin de l’époque hellénistique et de la période romaine. Un mur de pierre associé à du matériel de même date a été dégagé en 1997 à la base du tell (secteur S). Il recouvrait un segment détruit du mur oriental de l’acropole (fig. 4).

Fig. 4 ‑ Plan du chantier S à la base sud-est du tell

Fig. 4 ‑ Plan du chantier S à la base sud-est du tell

G. Bunnens 1999, p. 174, fig. 3

La ville basse

8Des niveaux d’occupation hellénistique et romaine sont également attestés dans les sondages ouverts dans la partie occidentale de la ville basse (sondage C au sud-ouest). Dans le sondage D, au nord-ouest, le dernier état de construction néo-assyrien était recouvert d’une terrasse en brique crue qui s’étendait sur au moins 400 m. Cette construction n’a pas encore été précisément datée.

Nécropole achéménide

9Une série de sept tombes a été fouillée sur le tell dans la couche située entre 1 m et 1, 5 m au-dessus du palais assyrien, donc juste antérieure au bâtiment hellénistique. La datation des tombes se situe entre la fin du viie s., après l’abandon du palais assyrien, et le vie s., date la plus haute. En raison de la présence de matériel comparable sur les sites de Neirab et de Deve Höyük fouillés dans la vallée du Sajour par C. L. Woolley, ces tombes remonteraient à la période achéménide, soit au ve s. av. J.-C.

10Matériel issu de la couche hellénistique

  • figurines de terre cuite dont une figure de la déesse Ishtar/Anahita, parmi six du même type

  • quelques lampes

  • des fragments de céramique hellénistique tardive

11Inventaire du trésor monétaire

  • 28 monnaies au nom d’Antiochos VII (138-129)

  • quatre exemplaires de Démétrius (129-125)

  • 18 exemplaires d’Antiochos VIII (121-96)

  • huit exemplaires d’Antiochos X (116-95)

  • dix exemplaires d’Athéna (229-187)

12Chronologie d’après les fouilles

  • période Obeid

  • période Uruk ?

  • âge du Bronze ancien

  • période assyrienne

  • période néo-hittite

  • période achéménide (nécropole)

  • période hellénistique (temple ?)

  • période romaine

  • période islamique

Bibliographie

G. Bell, Amurath, 1911, p. 29

P. Perdrizet, « Note à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, séance du 16 octobre 1925 », CRAI, 1925, p. 268‑269.

F. Thureau-Dangin et M. Dunand, Til Barsip, Paris, 1936, p. 80‑83.

R. Dussaud, Topographie, 1927, p. 462 (identification avec Bersiba).

L. Copeland, « The survey of RCP 438 in 1979 », Holocene Settlement in North Syria, P. Sanlaville éd., Oxford, 1985, p. 69, site n20.

A. Roobaert et G. Bunnens, « Excavations at Tell Ahmar‑Til Barsip », Archaeology of the Upper Syrian Euphrates, the Tishrin Dam Area, Sabadell, 1999, p. 163‑178.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des chantiers de la mission de sauvetage
Crédits G. Bunnens 1999, p. 173, fig. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 2 ‑ Terra cotta hellénistique. Personnage féminin tenant un instrument
Crédits F. Thureau-Dangin 1936, pl. XVII-14
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7202/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 3 ‑ Lampe hellénistique trouvée dans les fouilles sur le tell
Crédits F. Thureau-Dangin 1936, pl. XVI-18
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7202/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 4 ‑ Plan du chantier S à la base sud-est du tell
Crédits G. Bunnens 1999, p. 174, fig. 3
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7202/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable