Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section D, Osrhoène)

Tell Shioukh Tahtani (Syrie) – D03

Texte intégral

Autres toponymes

Shiukh, Tell Malah, Tell Molah, Tell Shiyukh Tahtani

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à 500 m à l’E. du village de Shioukh Tahtani et 10 km au S.-E. de Jerablous

Longitude

38.08402168

Latitude

36.75382397

Position

terrasse ancienne

Environnement

sur une haute terrasse dans la plaine alluviale

Informations sur l’état du site

État de conservation

noyé

Dimensions du site

tell de 120 m de diamètre et ville basse de 240 m de long

Superficie

6 ha

Altitude

342-352 m

Critères de datation

céramique, architecture, stratigraphie

Périodes d’occupation attestées

Période sévérienne-sassanide

bourg

    Déb. iiie-milieu iiie s.

thermes

    Milieu iiie-déb. ive s.

bourg

    ive-viie s.

pressoir à olive sur le tell

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1850, carte II (tell Molah)

H. Kiepert, Karte, 1893 (el Mollah)

1Le site de Tell Shiyukh Tahtani est constitué d’un tell de 18 m de haut, isolé sur la terrasse haute de la rive gauche.

2Autour du tell s’est développée une ville basse dont les limites semblent dessinées par la courbe de niveau 336 m (fig. 1) sur au moins 230 m est-ouest et 200 m nord-sud. Son développement est intervenu au cours des périodes romaine et byzantine. Les prospections menées par A. T. Moore en 1977 et L. Copeland en 1979 n’avaient signalé aucune occupation d’époque classique sur le tell mais les fouilles d’urgence ont mis en évidence un hiatus dans la chronologie du site entre la période néo-assyrienne du viiie-viie s. et la période romaine.

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des chantiers

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des chantiers

L. Bachelot 1999, p.154, fig. 1

3Les niveaux d’occupation romain et byzantin sont bien attestés sur le site dans les secteurs fouillés sur le flanc sud-ouest du tell (secteur B) et à l’est du site (ville basse, secteur E) alors qu’au sommet du tell (secteurs A et D) ils étaient plus pauvrement préservés. L’occupation d’époques romaine et byzantine sur le tell est caractérisée par des silos et fosses de stockage, des bâtiments, dont un pressoir et un édifice thermal. Ces découvertes significatives suggèrent donc l’existence d’une agglomération économiquement active avec une vie sociale d’un certain niveau. Les contraintes liées aux fouilles d’urgence n’ont malheureusement pas permis d’en reconnaître l’organisation.

Période romaine (iiie-ive s.)

4Sur le sommet du tell, des silos et des fosses de stockage ont été retrouvés mais n’ont pas été précisément attribués à une des deux périodes.

Thermes de la ville basse

5Des sondages menés en 1992 à 100 m à l’est du tell, sur une dépression sans doute créée par des fouilles clandestines (secteur E), ont amené la découverte d’un établissement thermal partiellement fouillé pendant les saisons suivantes. Ces thermes, situés en limite est de la ville basse, ont été datés au plus tôt du iiie s. La limite nord du bâtiment a été dégagée sur 6,75 m de long (fig. 2). Cet espace était divisé à l’intérieur par un mur perpendiculaire séparant deux pièces rectangulaires. La pièce ouest correspond à un des bains et est munie d’une exèdre de 1,25 m de large projetée dans le mur nord. Le fond était décoré d’un pavement de dalles cuites trapézoïdales disparues mais qui ont laissé leur négatif dans le mortier. À l’est, un sol mal conservé, enduit de mortier, a été retrouvé. Il repose sur un substratum de briques maçonnées. La présence de nombreuses tesselles laisse penser qu’il était décoré d’un pavement de mosaïques à dessin blanc et noir. Le niveau de l’hypocauste (fig. 3) était ici assez bien conservé avec ses sept pilettes rondes de brique cuite dont certaines encore complètes, de 1,30 m de haut. L’hypocauste se prolongeait sous la pièce nord-est du bâtiment, le mur de séparation étant soutenu par une série de piliers rectangulaires. Les deux pièces fouillées correspondent au caldarium et au tepidarium mais la position de la chambre de chauffe n’est pas connue.

6Au nord de ces thermes, un tannour et un niveau de sol dallé associé signalent la présence d’une maison toute proche.

Fig. 2 ‑ Limite nord des thermes romains dans la ville basse, vue de l’ouest

Fig. 2 ‑ Limite nord des thermes romains dans la ville basse, vue de l’ouest

G. Falsone 1998, p. 63, pl. 16

Fig. 3 ‑ Hypocauste sous la pièce ouest des thermes, vu depuis le sud-est

Fig. 3 ‑ Hypocauste sous la pièce ouest des thermes, vu depuis le sud-est

G. Falsone 1998, p. 64, pl. 17

Période byzantine (vie-viie s)

7Ce niveau est bien documenté dans la partie ouest du tell où deux bâtiments ont été partiellement fouillés (secteur B).

Bâtiment sud (fig. 4)

8Il est représenté par une grande structure rectangulaire d’orientation N.-N.-O./S.-S.-E. Son mur oriental mesure plus de 12 m de long et se prolonge sous la berme est du chantier. Il est formé d’une fondation maçonnée à l’argile, avec des pierres de basalte et des fragments de tuiles en remploi, et d’une élévation mal conservée de pierres et de couches de pisé. À son extrémité ouest, il forme un angle droit avec un second mur de même type. Celui-ci, après 3 m, rejoint un mur parallèle au premier qui présente cependant une technique de construction différente avec des dalles de pierre disposées en boutisse régulièrement espacées. Ce bâtiment semble se prolonger vers l’ouest ; une entrée est possible au sud. Sa fonction n’a pas été déterminée mais il contenait deux larges dolia et un tannour.Bâtiment nord

9Cette construction se développe sur deux niveaux en terrasse vers le bas du tell. Trois pièces ont été reconnues. Les deux premières d’environ 3 m de large occupent la terrasse inférieure. Sur la terrasse supérieure, la troisième pièce de 2 m de large et dégagée sur 7 m de long contenait trois dispositifs qui ont permis d’identifier cet ensemble comme un pressoir à olive. Le premier dispositif de meule situé dans la partie nord de la pièce comprend un empierrement circulaire de 2 m de diamètre associé à une pierre de basalte très usée et brisée. Le deuxième correspond à une jarre semi enterrée qui recevait l’huile, et le dernier, au sud, à la base en pierre d’une presse.

Fig. 4 ‑ Plan de sondages du secteur B

Fig. 4 ‑ Plan de sondages du secteur B

G. Falsone 1998, p. 48, pl. 3

Pressoir et habitat à l’est

10Sur la partie orientale du tell (chantier B), deux bâtiments distincts (fig. 4) ont été construits au-dessus des niveaux du Bronze ancien. Le premier était constitué d’une seule pièce rectangulaire de 14 m de long avec entrée dans le mur sud. L’intérieur était consacré aux activités domestiques (deux dolia pour le stockage et un tannour). Le second bâtiment, qui comprend plusieurs pièces, est construit sur deux niveaux sur la pente du tell. Dans une des pièces a été retrouvé un dispositif de presse à olives (deux presses) associé à une amphore fichée dans le sol. Sur la pente, des tesselles ont été trouvées en surface.

11Ces établissements sont datés des vie-viie s. d’après la céramique et les exemplaires à motif à spirales, typique de la poterie byzantine de Syrie.

Vue de la vallée entre Jérablous et Kara Qozaq pendant la mise en eau du réservoir de Teshrin

Vue de la vallée entre Jérablous et Kara Qozaq pendant la mise en eau du réservoir de Teshrin

©Y. Gellie 2001

12Matériel de la fouille

  • tessons eastern sigillata, dolium et céramique du vieviie s. à décor peint ou incisé dont amphore à arabesque peinte

  • tesselles

  • tuiles

13Périodisation d’après les prospecteurs

  • âge du Bronze

  • période islamique

14Chronologie d’après la fouille

  • âge du Bronze ancien et récent

  • âge du Fer (néo-assyrien)

  • période romaine (iiie s.)

  • période byzantine (vie-viie s.)

  • période islamique ?

  • période ottomane ?

Bibliographie

A. M. T. Moore, « The Archaeological Survey of 1977 », Holocene Settlement in North Syria, P. Sanlaville éd., Oxford, 1985, p. 53, site n23.

L. Copeland, « The Survey of RCP 438 in 1979 », Holocene Settlement in North Syria, P. Sanlaville éd., Oxford, 1985, p. 67, site n23.

G. Falsone, « Tell Shiyukh Tahtani on the Euphrates. The University of Palermo salvage excavations in North Syria (1993-1994) », Akkadica 109-110, 1998, p. 22-54.

G. Falsone, « Tell Shiyukh Tahtani », Archaeology of the Upper Syrian Euphrates, the Tishrin Dam Area, Sabadell, 1999, p. 137-142.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des chantiers
Crédits L. Bachelot 1999, p.154, fig. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7198/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 2 ‑ Limite nord des thermes romains dans la ville basse, vue de l’ouest
Crédits G. Falsone 1998, p. 63, pl. 16
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7198/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Fig. 3 ‑ Hypocauste sous la pièce ouest des thermes, vu depuis le sud-est
Crédits G. Falsone 1998, p. 64, pl. 17
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7198/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 4 ‑ Plan de sondages du secteur B
Crédits G. Falsone 1998, p. 48, pl. 3
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7198/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Vue de la vallée entre Jérablous et Kara Qozaq pendant la mise en eau du réservoir de Teshrin
Crédits ©Y. Gellie 2001
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7198/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 691k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540