Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Turquie en amont des barrages de Birecik et de Karkemiş (section C, Osrhoène)

Hacinebi Tepe (Turquie) – C14

Texte intégral

Localisation

Région

Karkemiş

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à l’O. du village de Hacınebi et environ 3 km en amont de Birecik

Longitude

37.98111674

Latitude

37.05485449

Position

promontoire à proximité du Hammonim Dere

Environnement

calcaire et conglomérat

Informations sur l’état du site

État de conservation

intact

Dimensions du site

240 N.-S. x 140 m E.-O.

Superficie

3,36 ha

Altitude

380 m

Critères de datation

céramique, architecture, stratigraphie

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

habitat

    Fin ive s.

bâtiment palatial

    iiie s.

habitat résidentiel

    Fin iiie-milieu iie s.

habitat et stockage

    Milieu-fin iie s.

habitat et stockage

Période romaine

habitat rural

    Déb.-milieu ier s. apr. J.-C.

ferme

    Milieu ier-fin iie s.

abandon

1Le site est composé d’un tell de forme triangulaire qui occupe le nord-est d’un promontoire tabulaire, prolongé, à l’ouest et au sud, par deux éperons surplombant directement la rive gauche de l’Euphrate (fig. 1). Le promontoire, orienté est-ouest, est séparé des autres collines par deux ravines, au nord et au sud. La hauteur d’Hacınebi Tepe domine la rive gauche de l’Euphrate. Au sud-est, des fosses et l’aménagement de la route menant au village ont fait apparaître un massif de brique crue de 32 m de long identifié comme un mur de fortification de la phase Uruk. Les niveaux d’époque achéménide-hellénistique, au sommet du tell, mesurent de 1,5 à 2 m d’épaisseur et reposent directement sur les niveaux chalcolithiques qu’ils ont tranchés. Une prospection géophysique électrique, menée par L. Somers sur le sommet du tell, dès 1993, avait révélé un ensemble de constructions rectangulaires, orientées du nord-ouest au sud-est, sur une surface de 80 m2. Cet ensemble correspond aux deux édifices hellénistiques partiellement fouillés sur le tell. Une autre construction d’époque hellénistique occupait l’éperon ouest du promontoire. Un plan de synthèse de tous ces vestiges serait essentiel mais on peut déjà estimer que l’occupation des ive-iiie s av. J.‑C. occupait un tiers du tell et s’étendait sur la terrasse sud‑est.

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des sondages

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des sondages

G. Stein 1997, fig. 2

Fortifications

2Un segment de fortification daté de l’époque achéménide-hellénistique, très érodé, a été retrouvé à la rupture de pente du sommet au nord (carré 14) avec une orientation nord-ouest/sud-ouest. Seule sa fondation, composée d’un alignement de pierres non équarries, était conservée. Son prolongement a été repéré à l’est (carré 6). Le matériel in situ était trop rare et n’a pu être utilisé pour dater cette construction. Ces vestiges ont été perturbés par le creusement de fosses postérieures, contenant du matériel céramique du iie s. av. J.-C. ainsi qu’une monnaie en bronze d’Alexandre. Ce rempart et le bâtiment nord associé ont donc été datés du ive s.

Urbanisme

3Après deux millénaires d’abandon, le site a accueilli un cimetière achéménide de tombes à ciste avec du matériel métallique (tombe 28/carré 7, tombe 38/carré 13 et tombe 99/carré 12). Ce niveau, qui précède directement la mise en œuvre d’un grand programme de construction, remonte probablement au ve s. av. J.-C.

Période hellénistique

Première phase (ive s.)

4La première phase de construction, dite achéménide-hellénistique, au sommet du tell est datée temporairement du ive s.

  • Bâtiment nord : dans la partie nord (area A), la présence d’un grand bâtiment officiel paraît certaine. Une série de trois pièces mitoyennes a été fouillée dans les carrés 4 et 6. Au sud, une cour (carré 10 et partie nord du carré 15) s’étendait probablement jusqu’à la partie sud du sondage 15, ce qui porterait sa longueur à plus de 20 m. Les limites de cet ensemble n’ont pas été précisément situées. La limite ouest, pressentie sur les cartes géophysiques, n’a pas été retrouvée dans les sondages de vérification (carrés 8 et 9). Cet édifice quadrangulaire est formé de murs de brique avec fondation en pierre, dont les tranchées ont coupé les niveaux du IVe millénaire. Les murs mesurent entre 1,6 m et 2,4 m de large. Le module des briques crues varie de 34-40 cm2 pour les briques entières et de 17-20 cm2 pour les demi-briques, avec une épaisseur constante de 14 cm. La pièce ouest, partiellement fouillée en 1993, mesure 6,5 m de long (nord-ouest/sud-est) sur 3 m de large (fig. 2). Son sol enduit était bien conservé. La couche supérieure de la pièce correspond à la destruction des murs. Dans le secteur immédiatement à l’est du mur oriental de cette pièce, les couches hellénistiques avaient complètement disparu.

Fig. 2 ‑ Bâtiment nord hellénistique. Plan des murs trouvés dans le carré 4

Fig. 2 ‑ Bâtiment nord hellénistique. Plan des murs trouvés dans le carré 4

A. McMahon 1996, p. 225, fig. 2

5La rareté du matériel trouvé in situ ne permet pas de définir la fonction de ce bâtiment. Étant donné la proximité du rempart, découvert immédiatement au nord, A. McMahon a suggéré que ce bâtiment puisse faire partie du système des fortifications.

  • Bâtiment sud : un second bâtiment en brique crue, d’orientation nord-ouest/sud-ouest, a été découvert au sud (secteur B, carrés 2, 7 et 11-12-13). Cette construction a nécessité le nivellement du terrain et le terrassement de la pente sud-ouest du tell, au-dessus des niveaux post-chalcolithiques tardifs. En 1996, alors que les murs extérieurs n’avaient pas été atteints, le bâtiment couvrait une surface de 25 x 25 m. Les murs porteurs en brique crue étaient placés dans des tranchées de fondation ou sur des aménagements de terrasse au sud, tandis que les murs de division interne, construits en brique avec un soubassement en pierre et de galets, reposaient sur la surface. Ce complexe se compose de trois cours, avec des sols d’extérieur, et de plusieurs pièces. Dans la partie la plus septentrionale, dans une cour mesurant 8 m du nord-ouest/sud-est et 12 m du sud-ouest/nord-est, se trouvait un four. Cette cour donnait accès à une pièce (carré 12) par une porte au seuil en pierre avec un emmarchement en brique crue. Le sol de la pièce était bien conservé mais a apporté peu de matériel. La partie sud (carré 2/7) était divisée en trois pièces dont les murs de 1,70 m de haut et de 1 m de large étaient conservés (fig. 3). Les deux pièces rectangulaires étaient orientées du sud-est au nord-ouest. La salle méridionale a été dégagée sur 3 x 5,5 m. Au sud-est, une petite pièce de 3 x 1,80 m est identifiée comme l’entrée.

Fig. 3 ‑ Bâtiment sud hellénistique (partie nord carré 13) dont les tranchées de fondation, prévues pour l’extension du bâtiment vers le nord, ont été laissées vides de toute construction

Fig. 3 ‑ Bâtiment sud hellénistique (partie nord carré 13) dont les tranchées de fondation, prévues pour l’extension du bâtiment vers le nord, ont été laissées vides de toute construction

G. Stein 1997, fig. 13

6Des traces d’incendie (plâtre brûlé et couche de cendre sur le sol) indiquent que certaines pièces ont été brusquement détruites. Parallèlement, dans la partie nord de cette demeure, des fondations de murs non terminées, signalées par la présence de tranchées creusées laissées vides et de fondations partiellement construites (fig. 4), suggèrent que les travaux d’extension du bâtiment vers le nord ont été soudainement interrompus.

Fig. 4 ‑ Bâtiment sud hellénistique : partie sud fouillée dans le carré 2/7

Fig. 4 ‑ Bâtiment sud hellénistique : partie sud fouillée dans le carré 2/7

A. McMahon 1996, p. 225, fig. 13

7– Occupation sur l’éperon ouest du site : un autre bâtiment établi en terrasse, situé sur l’éperon ouest du site (area C, carré 17), a été partiellement fouillé en 1995. Il a été rattaché à la période achéménide-hellénistique mais ne semble pas associé à un des niveaux d’occupation du sommet du tell. Il diffère, en effet, de ces vestiges par la technique de construction de ses murs en brique crue sans fondation de pierre. Il s’agit d’un bâtiment en partie construit en terrasse sur la pente. Il était constitué d’une pièce unique de 3,8 m nord-sud et 6,6 m est-ouest. Son sol était enduit de plâtre. Les murs, de 0,6 m de large, ont été retrouvés au nord et à l’est de la pièce ainsi que le mur sud qui comportait une porte bouchée. La limite ouest était sous la berme. Cette construction pourrait être un lieu de stockage. Le niveau supérieur était caractérisé, ici aussi, par des silos cylindriques remployés en fosses de déchets.

La seconde phase (entre les iiie et iie s. av. J.-C.)

8La partie nord du site (area A) a connu une seconde phase de construction. Le premier complexe a été remplacé par un habitat domestique. Les murs des maisons sont en brique crue sur fondation de pierre. Les pièces sont plus petites ; une cour et un four ont été repérés. Dans la partie sud (area B), une occupation sporadique a été identifiée.

La phase finale (iiie-iie s. av. J.-C.)

9Des fosses cylindriques souvent bien délimitées ont été repérées aussi bien au sud qu’au nord et à l’ouest : elles étaient comblées ou réutilisées comme des fosses à déchets ou comme sépultures mais elles correspondent, dans leur fonction première, à des silos à grains ou autres stockages, sans doute de la fin de la période hellénistique. Parmi le matériel trouvé dans ces fosses, on compte de nombreux poids à tisser, des fragments de pierre et des figurines en terre cuite dont un cavalier de type perse et une figurine féminine nimbée d’un soleil. Les céramiques (fig. 5a-b) sont datées du iiie-iie s. et une monnaie en bronze d’Alexandre a été retrouvée dans une des fosses au-dessus du bâtiment nord (locus 13, carré 4).

Fig. 5a ‑ Plat à poisson hellénistique provenant du sommet du tell

Fig. 5a ‑ Plat à poisson hellénistique provenant du sommet du tell

A. McMahon 1996, p. 228, fig. 16A

Fig. 5b ‑ Lampe hellénistique trouvée dans le carré 9

Fig. 5b ‑ Lampe hellénistique trouvée dans le carré 9

A. McMahon 1996, p. 229, fig. 17

Période romaine

10Une réoccupation du site au ier s. apr. J.-C. est attestée à l’ouest du tell, vers l’éperon rocheux (area C). Les vestiges se trouvaient directement sous la surface : immédiatement au nord d’une fosse contenant de nombreux fragments de brittle ware à pâte rouge (opération 5 en 1994-95), un bâtiment, dont seules les fondations en pierre ont été retrouvées, a été partiellement fouillé et identifié comme une petite ferme (opération 16 en 1996). Il s’agit d’une maison avec plusieurs pièces et une cour à ciel ouvert.

Nécropole

11Des sépultures datées du ve s. av. J.-C. ont été fouillées in situ (tombe 28/carré 7, tombe 38 /carré 13 et tombe 99/carré 12). Cette nécropole achéménide est donc antérieure au programme de construction du ive s.

12Céramique provenant des prospections de 1989

  • bols à lèvre incurvée

  • céramique à bandes peintes

  • brittle ware

13Matériel recueilli en fouille (A. McMahon, 1996, p. 227-229, fig. 16)

  • différents types de plat à poisson (fig. 5a) et de bols, deux cols de cratères, un skyphos fragmentaire, des exemples de décor (timbre et incision) et un fragment de céramique attique à figure rouge (la majorité date du iie s. av. J.-C. et a trouvé des parallèles dans le matériel de Hama et de Tarse)

  • lampe moulée de la fin du iie s. (fig. 5b)

  • terres cuites représentant un cavalier perse et une divinité féminine

  • monnaie en bronze d’Alexandre

14Périodisation selon les prospections (G. Algazé et R. Breuninger 1994)

  • période 5a-b

  • période 11 (du ive s. av. J.-C. au iie s. apr. J.-C.)

15Chronologie d’après la fouille

  • période chalcolithique

  • période Uruk

  • âge du Bronze

  • période achéménide (cimetière)

  • période achéménide-hellénistique (fin ive s. : fortification et palais)

  • période hellénistique (iiie-iie s. : habitat et fosses)

  • période romaine (ier s. apr. J.-C. : ferme)

Bibliographie

G. Algazé et R. Breuninger, « Tigris-Euphrates Archaeological Reconnaissance Project : Final Report », Anatolica 20, 1994, site no 28, p. 38, fig. 6.

G. J. Stein et A. Misir, « Mesopotamien-Anatolian Interaction at Hacinebi, Turkey : Preliminary Report on the 1992 excavations », Anatolica 20, 1994, p. 146-162.

G. J. Stein et A. Misir, « Excavations at Hacenebi 1993 », XVI Kazi Sonuclar Toplantisi, 1995, p. 121-140.

G. J. Stein et al. « Uruk Colonies and Mesopotamian Communities : An Interim Report on the 1992-3 Excavations at Hacinebi, Turkey ». American Journal of Archaeology 100, 1995, p. 205-260.

A. McMahon, « The Achaemenid-Hellenistic Occupation at Hacinebi », American Journal of Archaeology 100, 1995, p. 222-229.

G. J. Stein, « 1995 Excavations at Hacenebi Tepe », XVIII Kazi Souçlari Toplantisi I, 1996, p. 93-120.

G. J. Stein, K. Boden, C. Eden, J. Pearce Eden, et A. MacMahon, « Excavations at Hacinebi, Turkey-1996 : Preliminary Report », Anatolica 23, 1997, p. 111-161.

A. MacMahon, « Achaemenid-Hellenistic Remains at Hacinebi Tepe, 1996 Interim Report », Anatolica 23, 1997, p. 121-144.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des sondages
Crédits G. Stein 1997, fig. 2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7184/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 2 ‑ Bâtiment nord hellénistique. Plan des murs trouvés dans le carré 4
Crédits A. McMahon 1996, p. 225, fig. 2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7184/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 3 ‑ Bâtiment sud hellénistique (partie nord carré 13) dont les tranchées de fondation, prévues pour l’extension du bâtiment vers le nord, ont été laissées vides de toute construction
Crédits G. Stein 1997, fig. 13
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7184/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 4 ‑ Bâtiment sud hellénistique : partie sud fouillée dans le carré 2/7
Crédits A. McMahon 1996, p. 225, fig. 13
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7184/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 5a ‑ Plat à poisson hellénistique provenant du sommet du tell
Crédits A. McMahon 1996, p. 228, fig. 16A
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7184/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 5b ‑ Lampe hellénistique trouvée dans le carré 9
Crédits A. McMahon 1996, p. 229, fig. 17
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7184/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 342k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable