Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Turquie en amont des barrages de Birecik et de Karkemiş (section C, Osrhoène)

Tilöbür Nécropole (Turquie) – C08

Texte intégral

Région

Birecik

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

au N.-E. du village de Tilöbür

Longitude

37.88096058

Latitude

37.06932166

Position

collines

Environnement

conglomérat et calcaire tendre

Informations sur l’état du site

État de conservation

détruit

Dimensions du site

1 km E.-O.

Altitude

360-390 m

Critères de datation

céramique, architecture, inscription

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

nécropole

Période romaine

nécropole

    Milieu ier-fin iie s.

inscription araméenne datée de 191

Période sévérienne-sassanide

nécropole

Occupation postérieure

viiie s.

1Le site correspond à une nécropole de grande superficie, située à moins de 1 km au nord-est du site d’Apamée-Tilmusa (C07). Elle s’étend sur les champs et les flancs des collines au nord du village de Tilöbür (entre alt. 360 et 390 m) et sans doute sur plus de 1 km d’est en ouest car au moins deux tombes ont été signalées à l’est de Tilöbür, lors des travaux d’aménagement du barrage. On pourrait fixer la limite occidentale de cette nécropole dans les collines hautes au nord de Tilmusa, où une tombe rupestre, vue par A. Desreumaux, présente des traits communs avec la tombe 1 de cette nécropole (tombe avec inscription araméenne de la fin du iie s., placée dans un cartouche creusé dans un pilastre).

2Deux séries de tombes rupestres, l’une étudiée par J. Wagner dans les années soixante-dix, la seconde repérée lors des prospections de G. Algazé, ont conduit la mission franco-turque de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate à entreprendre des fouilles et des prospections géophysiques dans le secteur, entre 1997 et 1999, sous la direction de A. Desreumaux.

3Ces travaux ont mis au jour, outre une dizaine de tombes rupestres, des cuves excavées dans le rocher, des sépultures à ciste et à fosses (fig. 1). Il faut ajouter la tombe de Karaoglu Mezar (T12) située au sommet de l’une des collines (voir C08a).

Fig. 1 ‑ Localisation des tombes étudiées sur un fond topographique 3D

Fig. 1 ‑ Localisation des tombes étudiées sur un fond topographique 3D

P. Lebouteiller © mission ZMVE

4J. Wagner a signalé deux stèles funéraires dans des maisons du village de Tilmusa, sans doute rapportées de la nécropole (J. Wagner 1976, p. 84).

Carrière de pierre

5L’existence de fronts de carrière est signalée par les fouilleurs dans la partie orientale du vallon, ainsi que des traces d’extraction de blocs à l’intérieur de certaines tombes. Cependant, le dégagement des façades des tombes à la pelle mécanique a surtout mis au jour des parois rocheuses dressées autour des entrées ou préparatoires au creusement mais peu d’indices d’une exploitation en carrière de ces collines. Notons également que le volume des espaces excavés suppose plutôt une taille destructive.

Tombes rupestres

6(numérotation de la mission franco-turque, fouilles A. Desreumaux et J.-S. Caillou ; mesures prises sur les plans publiés) :

7Au total, onze tombes rupestres ont été relevées ou fouillées. Elles se répartissent sur les flancs des collines, face à la vallée, parfois sur plusieurs niveaux étagés. Elles sont datées, d’après le matériel ou plus rarement par une inscription, entre la période hellénistique et la période romaine tardive (iiie s.) ; une inscription araméenne (tombe 1) atteste la ré‑utilisation de cette nécropole jusqu’à la fin du viiie s.

Tombes d’époque hellénistique

8Cette datation a été apportée par le matériel céramique. À l’exception de la tombe T16, les tombes de ce groupe comportent une seule chambre funéraire, de dimension relativement modeste, et présentent un corridor d’accès très court avec une porte rectangulaire fermée par des dalles de pierres maçonnées. Les défunts étaient placés soit dans des cuves creusées au sol, soit dans des loculi rectangulaires. La tombe T4 associe les deux dispositifs tandis que la tombe T5, datée du iie-ier s. av. J.-C., présente des cuves taillées dans des banquettes réservées le long des parois.

Tombe T4

9Cet exemple (alt. 370 m) intéressant a un plan asymétrique et irrégulier. La chambre rectangulaire (3 x 2,80 m) comporte trois cuves au sol, et trois loculi, deux au centre de la paroi du fond et un à l’extrémité nord de la paroi est. Un quatrième loculus était prévu sur la paroi du fond comme le montre le tracé préparatoire de l’ouverture. L’entrée d’un autre hypogée, qui n’a pas pu être creusé, a percé le plafond de la tombe.

Tombe T5

10La tombe (alt. 366 m) présente une salle rectangulaire, partiellement fouillée, et des cuves-banquettes en triclinium. Le plafond a été percé par le creusement d’un caveau (T6) daté de l’époque byzantine. Le matériel recueilli est daté de la fin du iie s. ou du début ier s. av. J.-C. et comprend quelques tessons romains (iie-iiie s.) et byzantins.

Tombe T16

11Il s’agit de la tombe la plus occidentale fouillée (plan non publié) dans ce secteur, creusée à mi-pente dans le vallon. Elle est constituée d’un long dromos avec une entrée rectangulaire et d’une chambre funéraire carrée avec un pilier de soutènement central (traité comme une colonne avec base rectangulaire et chapiteau) ; elle accueille neuf loculi trapus dont un loculus double. Le matériel est daté de la fin de l’époque hellénistique à la période byzantine. J.-S. Caillou a relevé des inscriptions grecques sur la paroi de gauche et un graffito syriaque sur la colonne (non publiés).

Tombe T24

12Creusé à mi-pente, le corridor d’accès passe entre une cuve excavée dans le rocher à l’est (caveau T23) et une niche à l’ouest. La chambre funéraire rectangulaire (3 x 1,6 m et de 1,40 m de hauteur sous plafond) comporte trois cuves disposées en U, creusées dans le sol sur 80 cm de profondeur. Le matériel recueilli est d’époque hellénistique.

13Tombes de la période romaine

Tombe 1 ou tombe syriaque d’Apamée

14Cet hypogée (fig. 2) est situé dans la partie inférieure de la pente (alt. 371 m). On y accède par un long dromos conduisant à la porte de la tombe, fermée par un disque en pierre avec glissière sur la droite. La tombe (6 x 7 m) comporte deux salles funéraires en enfilade. Dans la première salle ou vestibule, la paroi orientale est occupée par une niche surmontée d’un arc contenant trois cuves en triclinium, la cuve creusée dans la paroi du fond est surélevée et placée sous un arcosolium. Dans la paroi orientale se trouve une niche peu profonde avec un couvrement à double pente. Dans la paroi du fond, un emmarchement et une ouverture sous arc, encadrée par deux pilastres, donnent accès à une seconde salle. Deux inscriptions syriaques, publiées par A. Desreumaux, ornent cette porte ; la plus longue (B) se trouve en haut à gauche de cette ouverture, la seconde (A) sur la face du pilastre de gauche de la porte dans un cartouche surcreusé. La seconde salle ou chambre principale comporte trois arcosolia avec couvrement à double pente et une décoration sculptée de petits pilastres aux angles et de reliefs figurant un lit funéraire sur la paroi extérieure de chaque cuve. Un autel a été retrouvé dans le vestibule (déplacé de son trou de calage).

  • inscription syriaque A (21 lignes) : dédicace funéraire de Aba datée de 503 de l’ère séleucide, soit 191 apr. J.-C.

  • inscription B (3 lignes) : formule funéraire chrétienne de « Comès l’athlète » datée de 155 de l’hégire, soit 787 apr. J.-C.

15Les inscriptions et le matériel recueilli établissent un terminus ante quem à la construction de la tombe vers la fin du iie s. et prouvent qu’il y a eu une nouvelle utilisation au début de l’époque islamique.

Fig. 2 ‑ Plan de la tombe 1

Fig. 2 ‑ Plan de la tombe 1

F. Lebec © mission ZMVE

Tombe 3 (dite tombe Wagner)

16Situé en bas de la pente (alt. 371 m), cet hypogée comporte un dromos avec une glissière pour le disque de fermeture de la porte. La première salle ou vestibule accueille un arcosolium sur chaque paroi latérale et une petite cuve au sol. La salle se singularise par la présence de deux bucrânes sculptés de part et d’autre de l’ouverture sur la paroi du fond. La chambre principale abrite trois cuves sous niches rectangulaires ; la paroi des cuves porte un relief de lit funéraire.

Tombe 8

17Dans le dromos, une glissière latérale semble indiquer que la tombe était originellement fermée par un disque de pierre mais l’entrée a été trouvée fermée par des pierres dont un fragment d’autel en remploi. La tombe est composée d’une salle carrée avec deux arcosolia sur les parois du fond et latérale droite tandis qu’à gauche, le creusement d’un arcosolium a été modifié car il recoupait en partie une tombe voisine, la tombe T4, hellénistique.

Tombe 10

18On accède à la tombe par un dromos construit en pierre. La porte était fermée par deux dalles. La chambre funéraire carrée présente un arcosolium sur chaque paroi et un petit arcosolium à droite de la porte, à environ 1 m du sol, peut-être destiné à un enfant.

Tombe 11

19Le dromos est construit en pierre et l’entrée était fermée par un disque de pierre, brisé par les pilleurs. Le vestibule carré comportait un autel en calcaire et un arcosolium dans les parois latérales. Dans le mur du fond, une ouverture donne sur la chambre principale avec trois arcosolia en triclinium ; cette porte était encadrée de deux montants, dont celui de gauche porte une inscription araméenne datée de 226.

20– Inscription Api 9 publiée par A. Desreumaux :

« Ceci est la tombe au mois de koum deuxième de l’an trente-sept qu’ont faite Zbd fils de Nrsmy et Brhwn ».

Tombe documentée par la mission G. Algazé

21Un hypogée a été documenté lors des prospections réalisées par G. Algazé en 1989. Cet exemple est de plan assez classique avec un corridor d’entrée pourvu du logement pour disque de fermeture, une salle carrée sur laquelle s’ouvrent deux niches sous arc et un arcosolium dans la paroi sud. L’organisation des niches est, quant à lui, dissymétrique (G. Algazé, 1994, p. 96, fig. 35). La niche latérale nord contient trois cuves perpendiculaires à une quatrième alignée sur la paroi du fond ; la niche du fond abrite trois cuves de différentes tailles.

Tombe 9 (dite « tombe byzantine »)

22Le dromos mène jusqu’à l’entrée avec une glissière à gauche et le disque de fermeture devant la porte. La porte d’entrée présente un linteau décoré avec des traces de peinture rouge et gravé d’une série de deux croix à l’extérieur et à l’intérieur. La tombe est composée de deux salles séparées par un linteau et un emmarchement. L’organisation de la salle 1 est très symétrique, avec ses deux niches voûtées latérales abritant trois cuves en triclinium. La salle 2 accueille deux niches de même type sur les parois du fond et latérale droite et un arcosolium simple sur la paroi gauche. Une croix a été remarquée dans la salle 1 sur la paroi du fond ainsi qu’une bordure rouge sur le linteau de l’ouverture entre les deux salles. Enfin, la formule grecque εἱς θέος a été gravée sur la paroi gauche de la salle 1 (inscription Api 5).

Cuves, caveaux excavés

Tombes à ciste hellénistiques

23Ces tombes ont été repérées lors de décapages à la pelle mécanique en 1998 puis en prospection pédestre sur les pentes des collines en 1999. En surface, elles étaient signalées par des dépressions. Le matériel renvoie à l’époque hellénistique.

24En plus d’une cuve située à l’est de la tombe T24, avec matériel hellénistique et dalles de couvrement, treize caveaux ont été dégagés et neuf fouillés. Les cuves ou caveaux ont été directement excavés dans le rocher. De forme rectangulaire, ils présentent, en général, un ressaut pour placer les dalles de couverture. Il s’agit d’un ensemble perturbé et déjà pillé mais, pour certaines tombes, la présence de clous est attestée, bien que les contenants en bois aient disparu, et les fouilleurs ont insisté sur l’homogénéité du matériel céramique d’époque hellénistique.

25Un cas de réutilisation a été signalé (arcosolium creusé dans une paroi et muré pour abriter une sépulture fermée par des briques cuites).

Période romaine et byzantine

Tombe 6

26Elle correspond au caveau qui a percé le plafond de la tombe T (datation byzantine ?).

Tombe 7

27Ce caveau rectangulaire contenait des fragments d’os et une monnaie probablement du Bas-Empire.

Sépultures en fosse

Période byzantine

Tombe T13

28Cette tombe à ciste est située 3 m à l’ouest de la tombe T11 et à 1,4 m sous la surface ; les parements et le couvercle étaient formés de dalles calcaires : quelques tessons byzantins ont été trouvés dans le comblement de la fosse.

Sarcophage T25

29Ce sarcophage en pierre a été enterré dans une fosse, au niveau de la plaine alluviale, à environ 200 m au sud des collines.

30Périodisation d’après les fouilles

  • période hellénistique (tombes rupestres et tombes à ciste)

  • période romaine (tombes rupestres)

  • période byzantine (tombes rupestres, cuves excavées, tombes en fosse, sarcophage)

  • début de la période omeyyade (réutilisation de l’hypogée 1 d’après l’inscription de 787)

Bibliographie

J. Wagner, Seleukia am Euphrat/Zeugma, Wiesebaden, 1976, p. 79-82.

G. Algazé et R. Breuninger, « Tigris-Euphrates Archaeological Reconnaissance Project : Final Report », Anatolica 20, 1994, site no 30, p. 38-39, fig. 6 et 35.

A. Desreumaux et J.-B. Yon, « La nécropole d’Apamée : une tombe à inscriptions syriaques », dans C. Abadie-Reynal, R. Ergeç, E. Bucak et al., « Mission de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate. Rapport préliminaire de la campagne de fouilles de 1997 », Anatolia Antiqua 6, 1998, p. 403-406.

A. Desreumaux et J. S. Caillou, « Fouilles de la nécropole d’Apamée », dans C. Abadie-Reynal, R. Ergeç, E. Bucak et al., « Mission de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate. Rapport préliminaire de la campagne de fouilles de 1998 », Anatolia Antiqua 7, 1999, p. 351-366 (p. 354-355, tombe 2).

J.-S. Caillou et M.-C. Marcellesi, « Fouilles de la nécropole d’Apamée », dans C. Abadie-Reynal, R. Ergeç, E. Bucak et al., « Mission de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate. Rapport préliminaire de la campagne de fouilles de 1999 », Anatolia Antiqua 8, 2000, p. 327-335.

A. Desreumaux, J. Gaborit et J.-S. Caillou, « Nouvelles découvertes à Apamée d’Osrhoène », CRAI, 1999, p. 76-105.

J.-S. Caillou, La nécropole d’Apamée de l’Euphrate, DEA, Université Paris I, 1999.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Localisation des tombes étudiées sur un fond topographique 3D
Crédits P. Lebouteiller © mission ZMVE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 2 ‑ Plan de la tombe 1
Crédits F. Lebec © mission ZMVE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 357k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable