Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Turquie en amont des barrages de Birecik et de Karkemiş (section C, Osrhoène)

Tilmusa/Keskince (Turquie) – C07

Texte intégral

Nom antique attesté

Apamée

Autres toponymes

Tell Mousa, Tel Müsene

Localisation

Région

Birecik

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Longitude

37.86770976

Latitude

37.06669659

Position

terrasses alluviales

Environnement

dépôts limoneux et galets fluviatiles

Informations sur l’état du site

État de conservation

noyé

Dimensions du site

880 x 800 m

Superficie

60 ha

Altitude

340-350 m

Critères de datation

céramique, architecture, stratigraphie

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

ville fortifiée

    iiie s.

mise en place de l’enceinte et du plan urbanisme

    Fin iiie-milieu iie s.

centre urbain

    Milieu-fin iie s.

centre urbain

Période romaine

réoccupation ponctuelle

Période sévérienne-sassanide

réoccupation sur la rive sud

    ive-viie s.

habitat avec mosaïque au bord du fleuve

Occupation postérieure

période ottomane

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1850, carte I (Musa Tell)

H. Kiepert, Karte, 1890 (Tell Müsene)

1La présence de ruines à Tilmusa a été signalée dès 1879 à E. Sachau, tandis qu’il visitait le site de Belkis, sur la rive opposée. Sur la base de ce témoignage indirect, F. Cumont a proposé, en 1917, de localiser Apamée de l’Euphrate à Tilmusa, après avoir établi l’identification de Belkis avec Séleucie-Zeugma. La première véritable exploration du site n’a été réalisée que dans les années 1970, par J. Wagner. Au début des années 1990, l’équipe, placée sous la direction de G. Algazé, prospecte le secteur et repère, en particulier, les vestiges des tours à l’angle nord-est du site. Entre 1995 et 1999, Apamée a fait l’objet de prospections et de fouilles d’urgence dans le cadre de la mission franco-turque de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate, avant la mise en eau du réservoir du barrage de Birecik au printemps 2000. Les recherches sur le site ont associé sondages, prospections géophysiques et prospections pédestres.

Organisation du site

2Le site, délimité par le tracé des remparts nord, est et sud et par la rive de l’Euphrate (fig. 1), correspond à une ville fortifiée de 65 ha dont l’érosion fluviale a fait disparaître la partie occidentale. L’enceinte a englobé un petit tell situé au nord-est du village de Tilmusa/Keskince. Aucun sondage stratigraphique n’a pu être ouvert sur ce tell occupé par un cimetière mais, d’après la périodisation issue des prospections de G. Algazé, il aurait été occupé au Chalcolithique, à la période Uruk, au Bronze ancien et récent. Aucun matériel d’époque achéménide ou du ive s. n’y a été trouvé. L’érosion fluviale à la base du tell, sans doute importante jusqu’à la construction du barrage de Birecik, a fait disparaître un mur en appareil régulier relevé par J. Wagner sur la pente ouest du tell et daté de l’époque romaine.

Fig. 1 ‑ Le site d’Apamée en plaine vu depuis la rive droite

Fig. 1 ‑ Le site d’Apamée en plaine vu depuis la rive droite

© mission ZMVE 1995

3Le tracé des remparts et l’organisation interne du site ont été obtenus grâce aux prospections géophysiques et pédestres. Le relevé sur place et l’étude topographique ont permis de faire la synthèse de tous les résultats et de restituer un plan complet de la ville (fig. 2). Les sondages dispersés, sur les remparts et l’habitat, ont servi à dresser les stratigraphies et à explorer les zones inaccessibles en prospection ou sans vestiges visibles.

Fig. 2 ‑ Plan d’Apamée restitué d’après les cartes géophysiques, les relevés topographiques et les fouilles

Fig. 2 ‑ Plan d’Apamée restitué d’après les cartes géophysiques, les relevés topographiques et les fouilles

© mission ZMVE

Fortifications

4Le plan complet des remparts nord et oriental a été obtenu dès 1997 grâce aux prospections géophysiques (méthode électrique en 1995-1996 et méthode magnétique à partir de 1997) et aux prospections pédestres. Une série de sondages a permis de préciser les caractéristiques des tours et de trois portes et de mettre au jour deux segments du rempart sud.

L’enceinte hellénistique

5L’enceinte est marquée par le tracé en dents de scie des remparts nord et est et les segments rectilignes du rempart sud. Les remparts nord et est comportent 27 tours rectangulaires saillantes de plan identique, reliées entre elles par des courtines en chevron – tracé qui a été rapproché du type dit « en dents de scie », décrit par Philon de Byzance. À l’angle nord-est de la fortification, une tour circulaire protège une des portes du rempart oriental. Les trois autres portes, deux sur le rempart nord et une au milieu du rempart est, présentent un dispositif identique constitué d’une tour rectangulaire de part et d’autre d’une avant-cour, ce qui permet de contrôler l’accès à la ville. Les dispositifs des angles nord-ouest et sud-est de l’enceinte ne nous sont pas connus.

6Les ouvrages défensifs sont formés de deux parements de blocs calcaires en appareil polygonal (fig. 3) et d’un remplissage massif d’éclats de taille, maçonné à la terre argileuse. Les courtines mesurent 3,75 m de profondeur. La technique de construction, très homogène, fait bien ressortir les phases de réfection (porte nord 21) ou de réaménagement (rempart sud). Les murs étaient, en général, conservés sur quatre à six assises de haut. La rareté des blocs tombés à l’intérieur des tours et autour des courtines plaide en faveur d’une élévation en brique crue plutôt qu’en pierre, mais il se peut que tous les blocs aient été pillés.

Fig. 3 ‑ Appareil polygonal, exemple du parement externe du rempart sud, en 1998

Fig. 3 ‑ Appareil polygonal, exemple du parement externe du rempart sud, en 1998

Tours rectangulaires

7Les 27 tours repérées sont toutes identiques et de même dimension : 17,40 x 19,20 m avec des pièces intérieures de 11,30 x 7,55 m. Les murs latéraux sont de 2,20 m de profondeur. Le mur frontal, dont les angles sont à pans coupés, est de 4,50 m d’épaisseur. L’entrée des tours est placée en position axiale dans le mur de fond, massif de 3,48 m de profondeur (fig. 4). Son élévation est construite en appareil de blocs quadrangulaires dressés, non chanfreinés. Dans les tours fouillées (tours 6 et 13), une poterne aménagée dans le mur latéral gauche avait été bouchée.

Fig. 4 ‑ Tour rectangulaire 13 du rempart nord, fouillée en 1999

Fig. 4 ‑ Tour rectangulaire 13 du rempart nord, fouillée en 1999

Rempart nord

8Son tracé est connu sur environ 800 m, de l’angle nord-est de l’enceinte jusqu’au tell (tour 24). Il comporte quinze tours espacées de 45,40 m, excepté à l’emplacement des portes. Les deux segments qui forment les courtines en chevron (fig. 5) ne sont pas exactement de même longueur (entre 23,50 m et 22 m). Les deux portes du rempart nord présentent un dispositif similaire associant courtine en demi-cercle et deux tours rectangulaires à environ 20,80 m de distance (fig. 6-7).

Fig. 5 ‑ Détail d’une carte géophysique montrant la courtine en chevron du rempart nord entre les tours 14 et 15

Fig. 5 ‑ Détail d’une carte géophysique montrant la courtine en chevron du rempart nord entre les tours 14 et 15

C. Benech © mission ZMVE

Fig. 6 ‑ Dispositif de porte à avant-cour, exemple de la porte orientale du rempart nord révélé par les cartes géophysiques

Fig. 6 ‑ Dispositif de porte à avant-cour, exemple de la porte orientale du rempart nord révélé par les cartes géophysiques

C. Benech © mission ZMVE

Fig. 7 ‑ Vue du seuil de la porte 18 depuis l’ouest

Fig. 7 ‑ Vue du seuil de la porte 18 depuis l’ouest

Tour d’angle nord-est (tour no 11)

9Il s’agit d’une tour ronde de 11 m de diamètre, en projection par rapport à l’alignement des remparts nord et sud (fig. 8). La liaison entre cette tour et les remparts septentrional et oriental est asymétrique : une courtine en chevron avec un angle très fermé la sépare de la tour 12 à l’ouest, tandis qu’une courtine semi-circulaire la relie à la tour 10 au sud (fig. 9). Ce dernier tracé, similaire à celui des autres portes du rempart, permet de restituer au milieu de la courtine semi-circulaire une porte ou poterne, même si le seuil n’a pas été trouvé en fouille.

Fig. 8 ‑ Tour 11 à l’angle nord-est des fortifications

Fig. 8 ‑ Tour 11 à l’angle nord-est des fortifications

Fig. 9 ‑ Liaison entre les tours 10, 11 et 12 et identification d’une porte à avant cour semi-circulaire

Fig. 9 ‑ Liaison entre les tours 10, 11 et 12 et identification d’une porte à avant cour semi-circulaire

Détail du plan avec les cartes magnétiques, C. Benech et G. Thébault © mission ZMVE

Rempart oriental

10Il a été repéré sur 740 m du départ de la tour 11 à la tour 0, restituée sur la rive. Il comporte douze tours rectangulaires et une porte à mi-distance entre l’angle nord-est de l’enceinte et la rive. Le rythme des tours, de 55 m en moyenne, est légèrement supérieur à celui observé sur le rempart nord.

Rempart du fleuve (fig. 10-11)

11Ce rempart n’a pas été retrouvé en continu mais les deux segments dégagés, l’un à l’est sur 178 m (fig. 10) et l’autre à l’ouest sur 137 m, étaient rectilignes et dépourvus de tours. Aucune trace du rempart n’ayant été retrouvée à l’ouest du segment occidental, il est certain que l’angle sud-ouest des fortifications a été détruit par le fleuve.

Fig. 10 ‑ Rempart sud, segment oriental avec la fondation du rempart polygonal

Fig. 10 ‑ Rempart sud, segment oriental avec la fondation du rempart polygonal

Fig. 11 ‑ Rempart sud, segment occidental avec quatre assises en appareil surmontées par des boutisses en remploi

Fig. 11 ‑ Rempart sud, segment occidental avec quatre assises en appareil surmontées par des boutisses en remploi

Chronologie

12Plusieurs secteurs des fortifications ont été fouillés et les quatre sondages stratigraphiques, qui ont été ouverts jusqu’à la base des fondations, ont fourni du matériel peu abondant et peu datable. Par ailleurs, une épaisse couche de cendre et de matériaux chauffés signale la destruction violente de trois secteurs de l’enceinte : sur le rempart nord (tour 12), sur le rempart est (tour 4) et sur le segment occidental du rempart du fleuve. Le matériel de cette couche contient des céramiques hellénistiques et parthes, en majorité du iie s. av. J.-C. (étude céramique en cours).

Modifications sur l’enceinte

13On a également observé deux cas de réfection sur l’enceinte. À la porte nord 21, les dalles de seuil portaient des traces de ciseau à dents, outil non employé ailleurs sur les remparts et peu attesté, en dehors de la taille fine, à l’époque hellénistique.

14Le segment occidental du rempart du fleuve présente, quant à lui, une phase de réoccupation beaucoup plus importante. Sur le sommet du mur polygonal (conservé sur six assises) une rangée de boutisses a été posée (fig. 11) ; l’état des pierres montre clairement que ces boutisses sont en remploi.

15L’enceinte hellénistique est très homogène et tout à fait contemporaine du plan urbain dont elle partage les orientations. Le matériel trouvé et l’état des vestiges conservés ne signalent qu’une seule phase de construction qui semble avoir été partiellement détruite à l’occasion d’un combat à la fin du iie s. ou au début du ier s. av. J.-C. Les réoccupations observées sur le segment occidental du rempart du fleuve (non datées encore) s’expliquent sans doute par la proximité de ce secteur par rapport à Séleucie-Zeugma.

Urbanisme

Période hellénistique

16Le plan d’urbanisme, tel qu’il a été mis en lumière par les prospections et les fouilles, constitue un cas d’étude très intéressant. À partir des cartes géophysiques réalisées dans tous les espaces accessibles, on a pu, en effet, restituer avec netteté dans la partie orientale du site, un plan de lotissement. Ce lotissement de type hippodamien est parallèle au rempart oriental. Le module d’îlot repéré mesure 38 m de largeur est-ouest sur 105 m de longueur nord-sud. Les îlots sont séparés par un réseau de rues orthogonales dont la largeur varie selon leur importance. Les voies situées dans l’axe des portes de la ville sont deux fois plus larges que les rues secondaires.

17Dans la partie occidentale de la ville, qui a été recouverte par le village moderne de Tilmusa, des petits sondages ont permis de mettre au jour différents vestiges (murs, dallages) dont l’orientation s’inscrivait dans les axes du lotissement et de s’assurer que le plan hippodamien pouvait être, sans erreur, étendu à tout l’espace urbain.

18La découverte la plus intéressante se situe en limite orientale du village moderne : au fond d’un sondage ouvert sur la place du village se trouvait les fondations d’un mur imposant, en très bel appareil régulier et soigné. À l’ouest du mur, un sol de maison recouvert par une couche de destruction a été dégagé tandis qu’à l’est, se trouvait un sol de rue empierré. Par sa position et son orientation, ce mur correspond à une limite d’îlot dans le plan de lotissement théorique que nous essayons de restituer. C’est ici l’îlot bâti le plus occidental qui ait été retrouvé.

19Dans la partie nord, deux maisons ont été partiellement fouillées (fig. 12). Les murs étaient conservés sur une faible élévation (trois assises maximum). Le sol du dernier état d’une de ces maisons comportait un abondant matériel d’époque hellénistique, dont un beau plat à vernis noir, qui nous permet de fixer l’abandon de la maison vers la seconde moitié ou la fin du iie s. av. J.-C.

Fig. 12 ‑ Habitat hellénistique

Fig. 12 ‑ Habitat hellénistique

© mission ZMVE

20Par ailleurs, une des cartes géophysiques, réalisée le long de la rue principale, a révélé la présence d’une série de boutiques, à quelques mètres de la porte orientale de la ville (porte comprise entre les tours 7N et 7S). Les boutiques ainsi que les arrière-boutiques ont été fouillées et ont livré un matériel intéressant provenant de la couche de destruction cendreuse au-dessus du sol d’occupation : il comporte, entre autres, des formes anciennes de sigillée orientale A, qui permettraient, également, de situer l’abandon de ces boutiques après la seconde moitié ou la fin du iie s. av. J.-C. Au nord de cette rue principale, un bâtiment a été identifié comme un caravansérail, par comparaison de son plan avec celui du caravansérail de Doura. En revanche, ni les cartes ni les fouilles n’ont permis de localiser des édifices publics, l’agora, ou d’identifier avec certitude les sanctuaires.

21D’après les fouilles et les images géophysiques, il paraît évident que la ville n’était pas densément construite (fig. 13) : les limites des îlots ont été implantées et immédiatement matérialisées par des fondations, comme l’ont montré les fouilles, mais l’intérieur de certains îlots est resté partiellement ou totalement libre de construction. Ce phénomène n’est pas limité à un quartier de la ville mais affecte l’ensemble du lotissement fouillé ou prospecté. Il semble donc que la population d’Apamée ait été inférieure au nombre d’habitants prévu pour la superficie du lotissement. Il est probable que l’implantation de la ville au début du iiie s. av. J.-C. n’a pas attiré assez d’habitants pour des raisons politiques ou démographiques ou que la construction des bâtiments publics et de l’habitat privé a été interrompue par un abandon soudain.

Fig. 13 ‑ Carte géophysique et plan de lotissement montrant la faible densité d’habitation à l’intérieur des îlots

Fig. 13 ‑ Carte géophysique et plan de lotissement montrant la faible densité d’habitation à l’intérieur des îlots

C. Benech © mission ZMVE

Période byzantine

22La rive sud du site a été réoccupée à la période byzantine comme l’indique le matériel trouvé sur place et un vestige de mosaïque d’une maison appuyée sur le rempart sud.

23De nombreuses fosses ont été retrouvées dans la fouille du segment ouest du rempart sud, dans un secteur perturbé par l’activité d’un four à chaux d’époque ottomane.

Nécropole

24Une sépulture a été retrouvée contre le mur de l’une des boutiques de la rue principale. Elle était constituée d’un coffrage de tuiles hellénistiques dont ne subsistait qu’une moitié. Elle a été attribuée à la période byzantine.

Problème du pont de l’Euphrate

25Une partie de la campagne de 1999 a été consacrée au problème de la liaison entre la ville et le célèbre pont de l’Euphrate. La topographie de la rive droite laisse penser que la route d’Antioche suivait, à la hauteur de Séleucie, la petite vallée (appelée Bahçe dere) située à l’ouest de la ville et débouchait sur la rive, en face d’Apamée. Cependant, aucun vestige du rempart sud-ouest d’Apamée n’a été trouvé. Sur le terrain, les observations permettaient d’affirmer que la rive moderne, constituée d’un amas de galets et de limons récents, ne correspondait pas à la rive antique. Des profils électriques, réalisés en décembre 1998, avaient permis de repérer le tracé de la rive ancienne entre le rempart sud et le tell de Tilmusa. Une série de sondages qui a été ouverte au tractopelle en 1999, le long de cette ligne, depuis le tell vers l’aval, en traversant le village, n’a permis de retrouver aucun vestige de l’enceinte. La stratigraphie monotone des alluvions en parois, dans les tranchées, nous apprend que la rive antique a été emportée et, avec elle, les supposées structures du pont de bateaux. Il reste très probable que le pont aboutissait dans l’axe de la rue principale d’Apamée et que les voyageurs traversaient la ville avant d’emprunter une des portes des remparts nord et est.

26Périodisation d’après la fouille

  • période hellénistique (ville fortifiée)

  • période romaine (réoccupation ponctuelle)

  • période byzantine (réoccupation de la rive)

  • période ottomane (four à chaux)

Bibliographie

E. Sachau, Reise, 1979, p. 177-178.

F. Cumont, Études Syriennes, 1917, p. 141-142.

G. Algazé et R. Breuninger, « Tigris-Euphrates Archaeological Reconnaissance Project: Final Report », Anatolica 20, 1994, site no 17, p. 33, fig. 5 et 33.

C. Abadie-Reynal, A. Desreumaux, C. Laroche, P. Leriche et A. Hesse, « Rapport préliminaire », Anatolia Antiqua 4, 1996, p. 311-324.

J. Gaborit, C. Benech, G. Thébault, « Fouilles d’Apamée » dans C. Abadie-Reynal, R. Ergeç, E. Bucak et al., « Mission de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate », Anatolia Antiqua 5, 1997, p. 349-370.

J. Gaborit, C. Benech et G. Thébault, « Fouilles d’Apamée » dans C. Abadie-Reynal, R. Ergeç, E. Bucak et al., « Mission de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate. Rapport préliminaire de la campagne de fouilles de 1997 », Anatolia Antiqua 6 1998, p. 379-406.

J. Gaborit, C. Benech et G. Thébault, « Fouilles d’Apamée » dans C. Abadie-Reynal, R. Ergeç, E. Bucak et al., « Mission de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate. Rapport préliminaire de la campagne de fouilles de 1998 », Anatolia Antiqua 7, 1999, p. 311-366.

C. Abadie-Reynal, R. Ergeç, E. Bucak et al., « Mission de Zeugma-Moyenne vallée de l’Euphrate. Rapport préliminaire de la campagne de fouilles de 1999 », Anatolia Antiqua 8, 2000, p. 279-337.

A. Desreumaux, J. Gaborit et J.-S. Caillou, « Nouvelles découvertes à Apamée d’Osrhoène », CRAI, 1999, p. 76-105.

C. Benech, N. Florsch, J. Gaborit et G. Thébault, « Integration of geophysical survey into archaeological prospecting strategy: the case of Apamée upon Euphrates », Third International Conference on Archaeological Prospection, Münich, 1999, p. 10.

C. Benech, N. Florsch, J. Gaborit et G. Thébault, « La géophysique au coeur de la prospection archéologique : le cas exemplaire d’Apamée de l’Euphrate », Colloque d’archéométrie 1999, Lyon, 21-24 avril, 1999, p. 119.

J. Gaborit, C. Benech et G. Thébault, « Fouilles d’Apamée » dans C. Abadie-Reynal, E. Bucak, F. Bulgan et alii, « Mission de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate. Rapport préliminaire de la campagne de fouilles de 1999 », Anatolia Antiqua 8, 2000, p. 279-337.

J. Gaborit et G. Poccardi « Séleucie-Zeugma et Apamée sur la frontière de l’empire romain », Mediterraneo Antico 3-1, 2000, p. 95‑109.

D. Feissel et P.-L. Gatier, « Bulletin épigraphique. Syrie, Phénicie, Palestine, Arabie », REG 116, 2003, p. 663, no 557.

J. Gaborit, « La vallée engloutie, Zeugma et autres sites en amont des barrages de l’Euphrate », L’archéologie préventive dans le monde, sous la direction de J.-P. Demoule, Paris, 2007, p. 217‑228.

C. Abadie-Reynal et J. Gaborit, « Le développement urbain en Syrie du nord , étude des cas de Séleucie et Apamée de l’Euphrate », La Syrie hellénistique, Topoi suppl. 4, 2003, p. 149‑169.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Le site d’Apamée en plaine vu depuis la rive droite
Crédits © mission ZMVE 1995
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7176/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Fig. 2 ‑ Plan d’Apamée restitué d’après les cartes géophysiques, les relevés topographiques et les fouilles
Crédits © mission ZMVE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7176/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 3 ‑ Appareil polygonal, exemple du parement externe du rempart sud, en 1998
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7176/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 4 ‑ Tour rectangulaire 13 du rempart nord, fouillée en 1999
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7176/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 5 ‑ Détail d’une carte géophysique montrant la courtine en chevron du rempart nord entre les tours 14 et 15
Crédits C. Benech © mission ZMVE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7176/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 6 ‑ Dispositif de porte à avant-cour, exemple de la porte orientale du rempart nord révélé par les cartes géophysiques
Crédits C. Benech © mission ZMVE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7176/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 7 ‑ Vue du seuil de la porte 18 depuis l’ouest
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7176/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 8 ‑ Tour 11 à l’angle nord-est des fortifications
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7176/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 9 ‑ Liaison entre les tours 10, 11 et 12 et identification d’une porte à avant cour semi-circulaire
Crédits Détail du plan avec les cartes magnétiques, C. Benech et G. Thébault © mission ZMVE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7176/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 10 ‑ Rempart sud, segment oriental avec la fondation du rempart polygonal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7176/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 11 ‑ Rempart sud, segment occidental avec quatre assises en appareil surmontées par des boutisses en remploi
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7176/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 12 ‑ Habitat hellénistique
Crédits © mission ZMVE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7176/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 13 ‑ Carte géophysique et plan de lotissement montrant la faible densité d’habitation à l’intérieur des îlots
Crédits C. Benech © mission ZMVE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7176/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable